INFO-TURK

53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 215 58 60

editor@info-turk.be
Chief Editor /Rédacteur en chef: Dogan Özgüden - Responsible editor/Editrice responsable: Inci Tugsavul

27e Année/27th Year - N°296

Avril/April 2003

 

L'adhésion de Chypre à l'UE:
Revers diplomatique pour Ankara

*
Le communiqué du CBAI sur
le procès contre Dogan Özgüden
 
 


 

Le Terrorisme de l'Etat/State Terrorism

IHD: No positive development
on human rights in last three months


La guerre et le Moyen-Orient
Immigration/Migration

Dossiers récents sur le militarisme en Turquie
Latest files on the militarism in Turkey

La Turquie doit absolument se débarrasser du diktat de l'Armée
Info-Türk 
Turkey must absolutely get rid of the Army's diktat
Info-Türk 
L'ingérence de l¹armée turque freine la démocratisation du pays
Dogan Özgüden
La république des pachas: Ce pouvoir si pesant des militaires turcs
Eric Rouleau
The Turkish Army's business empire: OYAK
The Turkish Daily News

 

Pour les dernières informations suivantes sur Flash Info-Türk
For the following latest informations on Flash Info-Türk


Terrorisme de l'Etat / State Terrorism

IHD: No positive development on human rights in last three months

The Human Rights Association of Turkey (IHD), in a new evaluation report on the situation of human rights in Turkey covering last three months, said: "There are no positive developments in the implementation of human rights during the term between January and March 2003."

"We had to take the fact of torture in this report as it has been previously. Unfortunately, we can not observe any progress in this field. Again in the field of freedom of expression, we observe that public prosecutors and judges do not interpret the codes in favor of freedom," the IHD added.

Below are the data of the IHD's report:

Torture:

"183 people were subject to torture and ill treatment in detention during this period. The number of people who were beaten and injured by security forces in demonstrations is 73. 33 people were subject to torture and degrading treatment in prisons. 50 people were threatened and forced to be reporter. 53 people were subject to torture and ill treatment in their houses or streets. Thus, the total number of people who were subject to torture and ill treatment in different places and times reached 392.

"A new category in our report is concerned about the violence against women and children. In this frame, women suicide and honor killings persist. We were able to identify 11 suicide and 5 honor killings, because it is too difficult to document the facts in this field. Two trials have continued about sexual exploitation on women and especially girls. The N.Ç.(13) trial in Mardin and Z.T.(14) trial (also named second N.Ç. trial) reflect only a small part of sexual exploitation on women and girls. The headquarters of the Human Rights Association is determined to monitor these trials and fight against violation and sexual exploitation faced by women and children.

"Human Rights Association also began to observe proceedings against torture perpetrators. In this frame, a fact-finding study on impunity of the torture perpetrators have been carried on and will be presented to the public opinion soon.

Freedom of Expression:

"The situation in the freedom of expression is not cheering. The approaches of various administrative authorities and judicial functions to the freedom of expression are appears as follows:

"4 radios and 1 local television were suspended 180 days from broadcasting by the High Council for Radio and Televisions (RTUK). 6 newspapers and journals were closed 79 days. 9 journalists were taken under detention. 7 books, 17 journals, 7 newspapers and 3 posters were confiscated and banned.

"The number of banned activities is 11. These activities include press release, theatre, panel and competition.

"The number of individuals who are demanded imprisonment and fine as they expressed their thoughts is 50. Penal suits were launched against 23 people out of 50 on the grounds of the Article 159 of the Turkish Penal Code, 5 people on the grounds of the Anti-Terror Law, 3 people on the grounds of the Article 312 of the TPC, 19 people on the grounds of the Article 169 of the TPC. 35 people were prosecuted to 46 years, 9 months and 7 days imprisonment in this term.

"During the period of reporting, amendments were made in following 15 laws relating to the human rights and freedoms. Laws No: 4778, 4779, 4780, 4787, 4789, 4793, 4806, 4809, 4810, 4817, 4826, 4829, 4838, 4841 and 4842. We will present our technical evaluation on these amendments as a report in following days. However, we can immediately say that, the constitutional and legal system of Turkey can not be democratic with such partly amendments which involve mostly changing the same article in several times. Turkey's constitution and legal system need a radical democratic change and transformation. The society of Turkey also expects this change from the political power. The changes to response the missings and demands of society can only come true with the participation and contribution of the segments of the society. The political power must be definite, clear and determined in democratic standards.

IHD's position concerning the war in Iraq

"The IHD had exhibited its position against war clearly on July 2002, before the USA and its allies attacked Iraq. During the term January-March 2003, we took part in platforms againist war and also made our activities on this issue. The attack and invasion of Iraq by the USA and its allies are crimes committed against to the peace. Basic principles of the Humanitarian Law are being violated with the War and Invasion. Plundering was encouraged in the name of "freedom" by the official invasion forces. Historical and cultural assets were destroyed and ransacked. Depleted Uranium Weapons caused civilian massacres and also damaged the environment in Iraq. Civilians became military target.

"Peoples of the world took a position against the War with a great sensibility. The people of Turkey took the side of world-wide peace coalition. Currently the war could not be prevented. the War and the Invasion. However, people from each nation, each color, each belief and idea could come together around the ideal of Peace. The conscience of humanity rebelled against the modern barbarism. The decision allowing the deployment of USA troops in Turkey was rejected by the Turkish Parliament (TBMM) as a result of the strong opposition of the society of Turkey. It is illegal to appoint governor to Iraq by the USA and its allies and to ignore the will of the people of Iraq. It is also unlawful to award the USA companies for re construction of Iraq and operation of resources which belong to Iraqi people. The Invaders must leave Iraq immediately, pay compensation for the damages they made and respect to the self-determination right of Iraqi people for their own future. The USA and its allies borrow an apology to the peoples of Iraq and World and also they should immediately withdraw from Iraq.

Human rights on Turkey and European Union

"The European Union declared the new Accession Partnership. The new document does not have a new element in comparison with the previous one released on November 2000. This situation shows that the problems with regard to the harmony of the political criteria have continued for three years. The comprehension of the IHD with a view to respect to human rights, primacy of the law, democracy, and cultural rights is not limited to the framework set down by the EU. However, all the problems which the EU Commission pointed out have remained unsolved. Therefore, the political power shouldn't use the question of human rights and basic freedoms as an element in foreign affairs with a statist approach, but it should fulfill the necessities required for the respect to the human rights and freedoms.

"As a human rights organization, we are sorry for that the political power of Turkey use our people's human rights and freedoms as an element for bargaining with the EU. Therefore, we invite the political and bureaucratic staffs to respect to the human rights and freedoms. We call them to leave their bargaining attitudes.

"We warn the political power because of its practice at the last three months. The protection of human rights and basic freedoms requires the maximum responsibility and determination. First of all, all the institutions of the State and their staffs should respect the human rights.

"The ones who have been reported in the 3 monthly balance sheet are human beings. The story of trauma which was experienced by each covers books. These traumas are too deep that can not be regarded as a tool for internal or external politics. (IHD, April 23, 2003)
 

La Cour des droits de l'Homme condamne la Turquie pour torture

La Cour européenne des droits de l'Homme a condamné jeudi la Turquie notamment pour torture à la suite du décès d'un homme lors de sa garde à vue en 1990.

La Cour a estimé que la Turquie avait violé l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme (interdiction de la torture), l'article 2 (droit à la vie) ainsi que l'article 13 (droit à un recours effectif).

La Cour a en outre souligné que la Turquie "a failli à son obligation de fournir toutes les facilités nécessaires pour permettre" aux magistrats européens "d'établir les faits".

La Cour a alloué au frère de la victime, qui avait introduit une requête en juin 1994, un total de 317.340 euros de dédommagements.

Yakup Aktas, un commerçant d'origine kurde, est décédé le 25 novembre 1990, une semaine après avoir été placé en garde à vue. On le soupçonnait d'avoir fourni des fonds et des armes au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), rappelle la Cour.

Deux policiers ont été accusés de l'avoir battu à mort pendant son interrogatoire avant d'être acquittés en mai 1994, fautes de preuves suffisantes. Le requérant a formé en vain un recours contre cette décision.

Selon la Cour, "il est établi au-delà de tout doute raisonnable qu'il (Yakup Aktas) a été soumis durant sa garde à vue à une violence extrême qui est directement à l'origine de son décès".

Les magistrats européens mentionnent notamment deux rapports médicaux ayant montré que "les lésions constatées" sur le corps de Yakup Aktas "étaient compatibles avec une asphyxie mécanique" et qu'il avait été "victime d'un traitement inhumain et dégradant". (AFP, 24 avril 2003)
 

La police anti-émeute appelée à faire preuve de plus de sang-froid

Les autorités turques, gênées par de récentes images télévisées de policiers matraquant des manifestants, viennent d'appeler la police anti-émeute à faire preuve de plus de sang-froid, rapporte vendredi l'agence Anatolie.

Le chef de la police, Gokhan Aydiner, a diffusé une circulaire demandant à ses hommes de ne pas recourir à la force avant d'en recevoir l'ordre et de ne plus poursuivre les manifestants qui s'enfuient, a indiqué un porte-parole de la police lors d'une conférence de presse.

"La police ne poursuivra plus ceux qui fuient et ne frappera pas ceux qui sont tombés à terre. Au contraire, elle les aidera à se relever", selon le porte-parole Feyzullah Arslan.

Lors de récentes manifestations contre la guerre en Irak des policiers ont été vus matraquant des manifestants pacifiques qui n'avaient pas l'autorisation administrative nécessaire pour défiler dans les rues.

La Turquie est régulièrement mise à l'index par ses alliés occidentaux et par les organisations de défense des droits de l'Homme pour ses atteintes à ces droits. (AFP, 18 avril 2003)
 

Arrestation de 26 manifestants anti-guerre en Turquie

Les forces de sécurité turques ont arrêté jeudi 26 étudiants qui protestaient contre la guerre en Irak lors d'une manifestation émaillée d'incidents, qui ont fait plusieurs blessés, a annoncé l'agence Anatolie.

Les incidents ont éclaté quand un groupe d'étudiants a tenté d'organiser un sit-in non autorisé sur le campus de l'université de Bursa (ouest).

Trois membres de la police paramilitaire ont été légèrement blessés, de même qu'un nombre indéterminé d'étudiants, selon Anatolie. (AFP, 17 avril 2003)

Plusieurs attentats contre des restaurants à Istanbul

Trois explosions, dont au moins deux provoquées par des bombes artisanales, ont endommagé deux restaurants McDonald et un restaurant utilisé par des fonctionnaires du ministère de la Justice mardi à Istanbul, selon la police.

Une bombe artisanale a explosé mardi dans un restaurant MacDonald d'Istanbul faisant des dégâts légers, mais pas de blessé, a déclaré le chef de la Sûreté, Celalettin Cerrah, cité par l'agence Anatolie, contredisant des informations de la chaîne de télévision NTV qui avaient fait état d'une personne blessée.

La vitre surmontant la porte d'entrée ainsi que les baies vitrées du restaurant ont volé en éclats et la façade a été déformée par l'explosion, a constaté l'AFP.

La police a également procédé à l'explosion contrôlée d'une seconde bombe placée devant un autre restaurant McDonald de la ville, causant de très légers dégats.

Une troisième explosion, vraisemblablement criminelle, s'est produite dans l'entrée d'un bâtiment réservé au personnel du ministère de la Justice, sans faire de dégât notable, a constaté l'AFP.
 La semaine dernière, une explosion devant le consulat de Grande-Bretagne à Istanbul et plusieurs explosions visant des bureaux de la compagnie américaine de transport express UPS avaient fait des dégâts matériels légers. (AFP, 15 avril 2003)
 

Manifestations de faible ampleur près du consulat américain

Trois manifestations de faible ampleur contre la guerre en Irak, rassemblant au total moins de 600 personnes, ont eu lieu dimanche aux abords du consulat des Etats-Unis à Istanbul, a constaté l'AFP.

Les trois groupes de manifestants ont brûlé des drapeaux américains.

Le front pacifiste turc, mobilisé des mois durant pour exprimer un refus de la guerre que les sondages ont chiffré à 94% de la population, ne désarme pas mais rassemble de moins en moins.

Un premier groupe d'une vingtaine de membres de la "Jeunesse libre", proche du groupuscule clandestin d'extrême gauche DHKP-C, a été rapidement interpellé par la police qui protège les abords du consulat américain, dont la rue est fermée à la circulation.

Une trentaine de sympathisants de l'association des Libertés fondamentales ont ensuite lancé des slogans anti-américains comme "Maudite Amérique" et "Bush assassin, hors du Moyen-Orient" avant de se disperser.

Le rassemblement le plus important de la journée a eu lieu à l'appel de l'association de défense des droits de l'homme d'obédience islamiste Mazlum-Der. Environ 500 manifestants ont dénoncé tant l'"américanisme", avec un jeu de mots se référant au sang (kan, en turc) versé en Irak, que le régime défunt de Saddam Hussein.

Samedi, une manifestation de la Plateforme contre la guerre (rassemblant des organisations de gauche) avait tourné à la dénonciation du "tyran" Saddam Hussein et de son parti Baas.

Prenant acte de l'effondrement du régime irakien, les fidèles de la mosquée de Beyazit, dans le centre historique d'Istanbul, avaient renoncé, vendredi, à leur habituel rassemblement de protestation. (AFP, 13 avril 2003)
 

La police turque a arrêté 18 manifestants contre la guerre en Irak

La police turque anti-émeutes a dispersé vendredi une manifestation contre la guerre en Irak et arrêté dix-huit personnes qui avaient trouvé refuge dans un bureau appartenant au parti au pouvoir, a annoncé la chaîne de télévision NTV.

Selon la chaîne, l'intervention de la police est due au fait que la manifestation n'avait pas été autorisée.

Le reportage télévisé montre la police en train de frapper des manifestants en fuite à coups de batons et de boucliers.

Dix-huit manifestants se sont réfugiés dans les bureaux du Parti de la Justice et du Développement au pouvoir et se sont enfermés dans une pièce. Ils se sont rendus au bout d'une heure de pourparlers avec la police et ont été arrêtés aussitôt, précise NTV. (AFP, 11 avril 2003)

Des policiers turcs condamnés pour torture veulent porter plainte à Strasbourg

Dix policiers turcs, condamnés pour actes de torture à des peines de cinq à onze ans de prison, ont demandé une révision de leur procès et menacé de porter plainte devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme de Strasbourg.

Les policiers, dont les peines viennent d'être confirmées en appel après plus de sept ans de procédures, ne sont pas incarcérés.

Ils ont déposé un nouveau recours pour "absence de preuve" devant la même Cour d'Appel qui a confirmé vendredi leurs peines, ont rapporté les media turcs.

Le journal Radikal prévoit que l'application des peines doit intervenir "dans les tout prochains jours", ce qui conduira notamment un commissaire principal à la prison, une première en Turquie.

La requête des accusés devrait être rejetée par le Premier procureur de la Cour d'Appel, estimait le quotidien anglophone Turkish Daily News, ouvrant la voie à la saisine de la Cour de Strasbourg.

Selon ce même journal, les policiers condamnés ne devraient pas passer plus de deux à quatre ans en prison, avec le jeu des remises de peines et des grâces diverses.

Dans son jugement, la Cour d'appel détaillait la longue série de tortures infligée "sans arrêt" en 1995 par les policiers de Manisa (ouest) à quinze adolescents membres supposés d'une organisation clandestine d'extrême gauche.

Dans un rapport publié en octobre dernier, la Commission Européenne avait cité l'exemple du procès de Manisa comme révélateur des atermoiements de la justice turque, au moment où Ankara tente d'adhérer à l'Union Européenne. (AFP, 9 avril 2003)
 

Peines confirmées en appel pour des policers condamnés pour actes de torture

Une Cour d'appel turque a confirmé vendredi des peines de cinq à onze ans de prison infligées en première instance à dix policiers accusés de torture sur des jeunes gens, a indiqué l'un des avocats des victimes.

"Nous sommes vraiment soulagés. la Turquie a nettoyé ces taches de sa mémoire", a déclaré à l'AFP Pelin Arda, avocat des victimes.

Cette affaire, qui dure depuis sept ans, était présentée comme un test de la volonté turque d'éradiquer la torture, après les promesses de réforme faites à l'Union européenne (UE), à laquelle la Turquie souhaite adhérer.

Les victimes avaient été arrêtées dans la ville de Manisa (ouest) en décembre 1995, soupçonnées d'appartenir à un groupe d'extrême gauche interdit.

Agés de 14 à 26 ans à l'époque, les jeunes gens avaient été battus, menacés, électrocutés, et avaient subi divers sévices sexuels.

Dans un rapport sur les Droits de l'Homme en Turquie publié en octobre dernier, la Commission européenne présentait cette affaire, dite des "jeunes gens de Manisa", comme exemplaire des dysfonctionnements du système judiciaire turque.

L'affaire avait déclenché des protestations en Turquie et à l'étranger lorsque les policers avaient été acquittés à deux reprises en 1998 et 1999 pour insuffisance de preuves.

En Octobre 2002, la Cour Supprême avait finalement annulé les deux jugements ce qui avait conduit ensuite à la condamnation des policiers. (AFP, 4 avril 2003)
 

State terrorism in brief

Trial on Death in Detention

On 1 April, Istanbul Heavy Penal Court No. 6 concluded the trial of the police officers Ahmet Okuducu, Mehmet Yutar and Erol Ersan charged with the death in detention of the trade unionist Süleyman Yeter on 7 March 1999. The Court ruled that Yutar and Okuducu had tortured Yeter and caused his death and sentenced Yutar first to 10 years' imprisonment for "killing a person intentionally by overstepping one's purpose". Then this sentenced was reduced to  5 years'  imprisonment on the grounds that "there were more than one perpetrators and  the true perpetrator could not be identified" and later to  4 years' 2 months' for that Yutar had been in good manners throughout the trial. The Court also suspended Yutar from duty for 3 years. According to the Law on Prosecution of Sentences, Yutar has to stay in prison for 20 months' and 8 days'. Since he has so far served 1,5 years' of this sentence, he has to stay in prison 2 months more. The Court separated file of Okuducu, against who a decision of remand in absentia had been issued, and acquitted Erol Ersan for lack of evidence. (Yeni Safak-TIHV, April 2, 2003)

Demonstrations Against War

A case is launched against the 14 persons who had stoned the U.S. military vehicles on their way to Büyük Mürdesi hamlet of Dagyani village of Urfa. A few days before the event a U.S. missile had hit the hamlet and that day the U.S.  soldiers were going to the hamlet to take that missile to  Incirlik Airbase. The defendants Mustafa Karakus (headman), Mahmut Kaya, Mahmut Karakus, Ali Demirel, Ahmet Kaya, Hasan Uçar, Ibrahim Kaya, Hüseyin Kaya, Hasan Aslan, Hüseyin Aslan, Ali Deniz, Hüseyin Çakmak, Hüseyin Abdan and Hüseyin Kaya will reportedly be tried on charges of "hitting and destroying others' property". (Cumhuriyet-TIHV, April 2, 2003)

Detentions, Arrest

In the evening of 31 March the police raided several houses in Yüksekova district (Hakkari) and detained Emin Temel, Nuri Kurt, Fuat Abi and Lokman Baykal and another 16 persons on the allegation that they had participated in the demonstrations held in  the district on 15 February in support of Abdullah Öcalan. (Özgür Gündem-TIHV, April 2, 2003)

Prisoners on Trial

The SSC prosecutor in Van indicted 18 prisoners in Mus E-type Prison who staged a hunger strike action to protest the conditions of Abdullah Öcalan. the indictment wants the defendants Fethi Yasa, Mehmet Ali Avci, Kadri Emek, Ercan Kirmizitas, Ilhan Tokmakçi, Bozo Açlan, M.Emin Aslan, Kadir Yildirim, Erkan Gültekin, Mecit Haco, Nureddin Ataman, Zübeyt Demir, Cahit Yüksel, Bahattin Yaçan, Ferhan Mordeniz, Mustafa Okçul, Abdulseran Sehmuz and Süleyman Inci under Article 169 of the TPC (aiding an illegal organization). Lawyer Mehmet Kaya stated that many of the defendants have been tried or convicted of membership in an illegal organization, and therefore that it was contrary to law to put them on trial for "aiding an illegal organization". (Özgür Gündem-TIHV, April 2, 2003)

Official Complaint against Government

Sehmus Ülek, chair for the Urfa Branch of the human rights organization Mazlum-Der, filed an official complaint against the government in connection with two US missiles slammed into the vicinity of the villages of Viransehir and Birecik districts (Urfa) on 23 March. Mazlum-Der stated that the government did not take necessary measures after the incident. It was said, "Villagers, whose life and properties were in danger, reacted against the US soldiers who came to take the missile remnants, and an investigation was launched against 14 of the villagers. The government launched investigation against those who throw eggs, however has so far done nothing against those who threw the missiles." (TIHV, April 3, 2003)

Physician on Trial

The case, launched against Kamiran Yildirim, former chairperson of Diyarbakir Medical Chamber, for a speech he made, was concluded on 3 April. The court concluded that the crime had not materialized and acquitted the defendant. (Evrensel-TIHV, April 4, 2003)

Case of Closure for Trade Union

Ankara Judicial Court of First Instance continued to hear the case of closure for Trade Union of the Turkish Pensioners on 3 April. The hearing was adjourned to 8 March for further testimonies. (Evrensel-TIHV, April 4, 2003)

Teacher on Trial

On 3 April Ergani Penal Court of First Instance continued to hear the case of 76 teachers, who had participated in the one-day-stop-working action on 1 December 2002 in Ergani (Diyarbakir). The court acquitted the defendants. (Özgür Gündem-TIHV, April 4, 2003)

Dismissed Students

Ali Bertan Bora, student at the Pharmacy Faculty of Eskisehir Anatolian University, was dismissed for one month for having participated a protest action against Council on Higher Education (YÖK) in the year 2002. He had been dismissed previously for two semesters for handing over a petition on education in Kurdish to the rector. After the end of his sentence he registered in February. He was in Malatya on the day of protest action. Bora stressed that 4 more students were dismissed for one month and 20 students for one (Özgür Gündem-TIHV, April 4, 2003)

Death in Bakirkoy Prison

On 4 April Hacer Kaya (24), who was serving her sentence in Bakirköy Prison for Women and Children, lost her life due to cancer. Her father Rüstem Kaya announced that her daughter was not released even she had a report from Forensic Institute certifying that she should have been released because of her illness. Her lawyer Okan Yildiz added that the court rejected their demand of release on 3 April at Istanbul SSC. Hacer Kaya was buried on 5 April in Gebze (Istanbul). Hacer Kaya had been arrested in April 2001 on charges of being a member of KADEK, when she was student at the University of Marmara. (Özgür Gündem-TIHV, April 6, 2003)

Beaten Woman in Mersin

Mersin branch of Human Rights Association (IHD) announced that on 2 April Fatma Kiliç was beaten by the police and her son Halil Kiliç was detained during a house raid. According to the announcement the police asked her son Ismail Kiliç. Since he wasn't at home they detained his brother. When her mother insisted the police beat her. (Özgür Gündem-TIHV, April 5, 2003)

Detentions, Arrests

Hakim Günes, who had been detained on 7 April during the house raids in Siirt, was arrested on 8 April on the allegation of "aiding an illegal organization". In Batman the high school students Esref Aslan, Yakup Esmer and Mevlüt Tekin were detained on 7 April after being taken from their classes by the police. In Agri, the students of Atatürk University, Faculty of Education, Y.I, A.Z and A.K., who had allegedly beaten the student O.S. for putting on a "Turkish Flag rosette", were detained on 8 April. (Özgür Gündem-TIHV, April 9, 2003)

Torture in Detention

On 9 April, the juveniles Ruhsel Demirbas, Ugur Atilgan and Senol Budak organized a press meeting at the office of IHD Istanbul branch stated that on 1 April they were detained under beatings in Aksaray quarter while hanging the anti-war placards prepared by the journal "Mücadele Birligi" and that they were tortured at Istanbul Security directorate afterwards. Senol Budak noted that they had an official permission to hang the placards, and continued: "(While in detention) they never allowed us to sleep. They threatened us permanently to death. Despite the law foresees the maximum detention period to be four days, I was kept in detention for six days. Later, we were taken to the State Security Court. The Court sent us to the prosecution office in Fatih district. There, the prosecutor released us even before we testified". The juveniles Tuna Altan, Onur Binbir, Irfan Gerçek, Özkan Günaysel and Güler Ünsal who were detained on 7 April in Istanbul also stated that were subjected to psychological pressure while in detention. The juveniles had been detained when trying to enchain themselves in front of the USA Consulate to protest the war. (Evrensel-TIHV, April 10, 2003)

Pressures in Prisons

The delegation set up by the representatives of the Diyarbakir branches of the Association of Contemporary Jurists (ÇHD), IHD, Association of Prisoners' Relatives (THAD-DER) in order to investigate the conditions of the inmates at Elbistan E-type Prison, announced its report. The representative of THAD-DER, Lawyer Abdülkadir Güleç, reported that the inmates were not allowed to use Kurdish during the visits, and in case somebody spoke Kurdish on the phone, all the conversations were translated by a translator, whose wage was taken from the inmates. Güleç stated that the prison administration banned the inmates Ismet Ayaz and Veysel Avci from visits for 6 months and from receiving letters and phone calls for 3 months. Güleç stated, "The inmates had problems with heating in winter time. Hot water is given only for an hour per week. The demands of inmates for changing their wards are refused. The inmates are not allowed to smoke in open air." Güleç noted that they visited the Chief Public Prosecutor in Elbistan, Ismail Dalan who told them that he had been well aware of the problems and that he knew the Prison Director sponsored the problems. (Evrensel-TIHV, April 10, 2003)

Detentions and Arrests in Ankara

In Ankara, the university students Banu Bekisoglu, Koray Özdemir, Yusuf Bayraktar, Evren Uzun, Musa Ari and Birgül Uzun were detained during house raids conducted on 9 April. On 9 April Orhan Eski, executive member of the association of prisoners' relatives, (TAYAD), was detained in Istanbul. (Özgür Gündem-TIHV, April 10, 2003)

Human Rights Defenders on Trial

On 10 April Diyarbakir Penal Court of First Instance No. 3 continued to hear the case against the Diyarbakir Representative of TIHV and chair of Diyarbakir Bar, Lawyer Avukat Sezgin Tanrikulu, vice-president of the IHD, Eren Keskin and Sociologist Pinar Selek in connection with the speech they made during a human rights symposium organized by Diyarbakir branch of the IHD on 8 December 2001. Sezgin Tanrikulu testified at the hearing and said: "Article 160 of TPC foresees that a permission from the Ministry of Justice is needed to launch a court case under Article 159 of TPC. And this damages the independence of the judiciary. Therefore, the court has to launch a case at the Constitutional Court with demand of annulment of Article 160 of TPC." The indictment, prepared by the public prosecutor in Diyarbakir wants the defendants be tried on charges of "insulting the security forces" (Article 159 TPC). The hearing was adjourned to 11 July. (TIHV, April 11, 2003)

22-year old Dev-Sol Case

The chief prosecutor at the Court of Cassation finished the report on the case against 1243 defendants launched in 1981 at Istanbul Military Court on charges of "being members of Devrimci-Sol". According to the report some 100 folders, which had to be sent to the Üsküdar Heavy Penal Court, had been lost. Since the missing folders and files were necessary to reach a final decision the prosecutor asked for quashing of the verdict. (Cumhuriyet-TIHV, April 12, 2003)
 

Detention of Environmentalists

The police intervened the demonstration in Tekkeköy district (Samsun) on 13 April against the powerhouse, which damages the shore. The crowd including MPs wanted to march to the powerhouse, but the police used pressurized water and tear gas. The crowd put the grass around the powerhouse on fire. The police detained 35 demonstrators. (Radikal-TIHV, April 14, 2003)

Murders by Unknown Assailants

Cüzeyiri Aslan, Tahir Baran and his brother Cafer Baran, who were detained in Istanbul on charges of being members of Hezbollah, were arrested on 12 April by Istanbul SSC. Adil Demir was released. According to the press release by Istanbul Security HQ. they had set fire to two hotels in Van on 30 June 1993, which caused the deaths of 11 persons including foreigners and wounding of 17 persons. They are also charged with other armed attacks, fire incidents and killing of Özgür Gündem distributor Orhan Karaagar on 19 June 1993 and the killing of Özgür Gündem distributor Adnan Isik on 27 November 1993 in Van. (Özgür Gündem-TIHV, April 13, 2003)

Detentions and Arrests in Istanbul

On 13 April Istanbul SSC arrested Aligül Aklaya, Hatice Duman and Gülizar Erman on charges of being members of MLKP. Cengiz Yildiz and Songül Yildiz were released. On 13 April the DEHAP members Cemil Saka, Celal Çabuk, Ferhan Çabuk, Yusuf Uçar, Ali Uçar, Tajdin Oruç and Abduaziz Altay were detained during house raids in Yarbasi village of Idil (Sirnak). The soldiers also cursed at the villagers on market place. (Evrensel-TIHV, April 14, 2003)

Prisoner Beaten in Bayrampasa Prison

According to the information given by the Association of Solidarity with Prisoners' Relatives (TAYAD), the political prisoner Ufuk Keskin, incarcerated in Bayrampasa Special Type Prison, was beaten by a noncommissioned officer and gendarmarie soldiers at Istanbul SSC where he had gone to attend a hearing. (Özgür Gündem-TIHV, April 15, 2003)

Ill-treatment in Detention

TAYAD executive board members Orhan Eski, Fadik Adiyaman and Mehmet Kocalar, who were detained after the "Peace Meeting" on 6 April at Sisli Abide-i Hürriyet Square in Istanbul, were reportedly exposed to psychological pressures during the three days they were held in detention. The TAYAD member, Hidir Gül who wanted to file an official complaint regarding the incident was also detained on 14 April. An official complaint was filed at the office of the public prosecutor in Fatih. (Istanbul) (Evrensel-TIHV, April 15, 2003)

Trial on the Killing of Kemal Türkler

On 14 April Istanbul Heavy Penal Court No. 2 passed its verdict on the case in connection with the killing of Kemal Türkler on 22 July 1980. At the time Kemal Türkler was the chairman of the trade union confederation (DISK). The Court acquitted Ünal Osmanagaoglu for "lack of evidence". Lawyer Rasim Öz acting as the sub-plaintiff stated that the witnesses who were accusing the defendants were not heard during preparatory investigation and the evidences that they had presented were ignored. Kemal Türkler's wife Sabahat Türkler said "Everyone living in our building had seen the incident. However they did not appear before the court because they were scared. My little daughter had also seen everything, but this was not taken into consideration." Osmanoglu will stay in prison because of his life imprisonment sentence in connection with the killing of seven students in Bahçelievler (Ankara). (Radikal-TIHV, April 15, 2003)

Lawyers on Trial

The prosecutor at Van SSC indicted lawyers Osman Baydemir, former vice chairman of the Human Rights Association (IHD) and chairman of IHD Diyarbakir branch, and Bekir Kaya in connection with their speeches at the general assembly of IHD Mus branch held in 2001. The indictment wants Baydemir be sentenced under Article 153 TPC (inciting soldiers to disobeying the law) and Kaya under Article 169 TPC. (Özgür Gündem-TIHV, April 12, 2003)

Teachers on Trial in Mersin

In Mersin, 15 teachers, who were detained after a press release they held to protest the Government for refusing to pay their extra teaching wages on 9 April, were released on 10 April. Teachers were indicted by the public prosecutor in Mersin for "holding an illegal demonstration" (Özgür Gündem-TIHV, April 12, 2003)

Detentions and Arrests

K.D., E.Y., R.D., A.Ç., E.U., L.K. and K.D., alleged members of "Hizb-ut Tahrir" were detained during house raids on 9 April in Gebze and Izmit. Nedim Isik, who sent an e-mail message to the Prime Minister Recep Tayip Erdogan in protest, was detained in Izmir. (Evrensel-Radikal-TIHV, April 15, 2003)

Torture in Sirnak

Haci Tokay who had been detained on 5 June 1999 in Silopi district (Sirnak) and kept under detention for 21 days was reportedly diagnosed as "borderline schizophrenia" which developed as a result of torture. He was at the age of 17 at the time of his detention. His father Isa Tokay said, "My son was taken to the Silopi Gendarmerie Battalion after he had been detained by village guards in Görümlü village. For a while we did not hear anything about him. He was kept at Silopi and Sirnak security directorates. They tortured him right before my eyes. They gave electric shocks by his ears, burned nylons and dropped on him, burned hair on different parts of his body and pulled off his nails. After 21 days of detention, he was arrested on the allegation of "being a member of an illegal organization". He stayed in Midyat Closed Prison for two and a half months, and later was released at the first hearing of his case at state security court. A short while later the Court acquitted him. He could not regain his consciousness for fifteen days after his release. We took him to a doctor in Mardin. The doctor diagnosed his complaints as borderline schizophrenia and told us that he could be healed to a certain extent if treated. We could not provide him with the necessary treatment because we lack the financial opportunities. Recently we appealed for a green card. One of our relatives who went to the Silopi Security Directorate was rejected by an official who stigmatized him as being a terrorist. We also appealed to Sirnak Governorate and the district governorate, however we have not yet got any solution." (Evrensel-TIHV, April 16, 2003)

Pressures in Bitlis Prison

Lawyer Muharrem Sahin of Diyarbakir Bar filed an official complaint with the administrators of Bitlis E-type Prison. In his complaint Sahin stated that there were no separate visiting room for lawyers and the inmates could not benefit from their basic rights, and continued as follows: "Wards for the female prisoners are searched and controlled by male guardians. The inmates have not been allowed to go to the open air since 13 January. A group of 10 inmates were kept in a three-persons-cell for three days because they wanted to change their wards. Visits of the families and lawyers are hindered by the administration. Prison guardians scrutinize the visits. Inmates' correspondences are hindered; they cannot follow the press as they want. Those who want to change their wards for staying with the political prisoners are threatened to be put into cells. Inmates are frequently incited by the officials to disobeying the rules and orders, and each time afterwards they are brought before the disciplinary board. (Evrensel-TIHV, April 16, 2003)

Former MP on Trial

Former Nationalist Action Party (MHP) MP for Trabzon, Orhan Biçakçioglu, who commented on murders committed by radical rightist activists Haluk Kirci and Isa Armagan as "I am an advocator of their deeds" was indicted by the Public Prosecutor in Ankara. The indictment wants him be sentenced under Article 312/1 (praising a crime). The trial will commence at Ankara Penal Court of First Instance No.16. (Cumhuriyet-TIHV, April 16, 2003)

CHP executives on Trial

The Publkic Prosecutor at Kadžköy (Istanbul) indicted the executives of the Youth Wing of the Republican People's Party organization in Kadiköy district, Sertaç Bayraktar, Onur Yavlak, Ibrahim Ayvadag, Erkul Kutsan Üler and Ilhan Sevin on charges of "hanging banners in the public without getting the necessary permission". The banners in question were protesting the U.S.'s attack against Iraq. the case will commence at Kadžköy Penal Court of Peace No.1 on 23 May. (Cumhuriyet-TIHV, April 16, 2003)

Detentions, Arrests of DEHAP members

The DEHAP members Döne Güzel and Tefla Aržç, who had been detained in Izmir on 14 April were arrested on the following day. Reportedly they were arrested because in the letters they wanted to send to the artists contained the expression "Sayin Öcalan".  "Sayin" is a word in Turkish that corresponds to 'esteemed' or 'dear' in English, and this expression, the Court interpreted as "propaganda of an illegal organization". Members of DEHAP Women's Wing, Hatice Yžlmazçelik, Selma Güzel, Filiz Kaya and Necmiye Ceylan were detained in Izmir on 14 April. During the house raids in the same evening, DEHAP members Hamdiye Bal, Hatice Aržk and Cemal Aržk were detained. Güzel, Ceylan and Hamdiye Bal were released a while later. During the house raids organized in Adana in the evening of 14 April Yalçžn Aslan Özer Erener, Emine Ǟg and Remzi Aslan were detained. (Özgür Gündem-TIHV, April 16, 2003)

Official Complaint against Police Officers

On 16 April, chair for Human Rights Association (IHD) Izmir Branch, lawyer Mustafa Rollas, filed an official complaint with the police officers who intervened in the anti-war demonstration held by the students on 11 April. In his complaint, Rollas demanded the Provincial Director of Security in Izmir, Halil Tatas, Director of the Security Department, Celil Taskžn, and the director and staff of the Anti-riot Department be charged of "misusing duty, maltreatment, incitement to crime, threatening, violating Constitutional rights, and violating the freedom of expression". Following his official complaint, Rollas held a press release and stated the following: "The incident was taking place in front of our office. As the executives of IHD we went down to observe what was happening. We told the Director of the Security Department, Celil Taskin, not to intervene in the students who were then holding a peaceful assembly to express their thoughts. He refused this saying that they would disperse them immediately. The he hold the megaphone and showed us as a target saying "IHD, come down. After all, you are organizing these (actions)". The most natural right of expressing one's thoughts has been disregarded. The students were attacked with truncheons, kicks and fists. Meanwhile, some journalists were attacked and beaten during the incident." The juveniles who had been severely beaten by the police on 13 April during the demonstration held at Taksim Square (Istanbul), organized a press release at the office of IHD Istanbul Branch on 15 April. Amongst them Irfan Gerçek (17) stated that he was wounded at his head by the police officers who hit him by a signboard. Onur Binbir (19) said, "When forcing me into the police bus, the police turned my wrists reverse and then made fun of me saying 'were they broken?'. In the meantime some other police officers were beating me". Ümit _ener (17) stated: "We were planning to make a press release. The police attacked us. Two police officers caught me by arms and another one by my hair. The kept kicking me up to the bus. They fired gas at my face. When I got on the bus they started to swear at me. They did not allow my friends and me to speak with one another. They wanted us to keep our arms upwards". The juveniles later filed an official complaint with the police. (Evrensel-Özgür Gündem-TIHV, April 17, 2003)

Killing of Bedrettin Cömert

On 16 April, Ankara Heavy Penal Court No.4 concluded the case against Rifat Yildirim, who had murdered Ass. Prof. Bedrettin Cömert, in Ankara in 1978. The Court acquitted Yildirim for a "lack of evidence". Yildirim had been extradited on December 2002 and put on trial on charges of killing Bedrettin Cömert, an launching an armed attack against the students in front of the Abidinpasa Lyceum on 25 May 1978 and a coffeehouse. (Özgür Gündem-TIHV, April 17, 2003)

Medical Treatment Neglected

Reports from Ümraniye Prison stated that the political convict Mehmet Aslan, who had set himself on fire on 15 February to protest conditions of KADEK leader Abdullah Öcalan, was denied medical treatment. His father Abdülhamit Aslan stated that Mehmet was sent to Haydarpasa Numune and Bayrampasa Prison hospitals successively, but that he could not receive sufficient treatment although his wounds should have been dressed frequently and he should have taken blood continously. Abdülhamit Aslan further stated that nobody were allowed to accompany his son in hospital and each time he was hospitalized he was insulted by the officials. Due to lack of medical care, Abdülhamit Aslan said, his son's wounds have infected. Mehmet Aslan's lawyer, Ilhami Sayan stated on the other hand that his client was not hospitalized to another hospital because of the "arbitrary attitudes" of the soldiers. Sayan said that they have applied to the public prosecutor demanding the release of his client according to Article 399 of the Law on Criminal Procedures, and continued: "I met the chief prosecutor and demanded the release of my client. He said, 'that has nothing to do with me. Your clients' release depends upon the medical reports the physicians may give him'. One of his doctors said, 'There is no intensive care unit for burnings in this hospital. We can give you a medical report as soon as possible. We can also arrange the official document for his transfer. In fact, we had demanded his transfer to another hospital before, but soldiers had refused this". (Özgür Gündem-TIHV, April 18, 2003)

Trade Unionist on Trial

Chair for the Tarsus branch of the teachers' union Egitim-Sen, Cuma Erçe who had participated in the one-day stop-work action on 27 March was indicted for "holding an illegal demonstration" and "leaving workplace without permission". (Evrensel-TIHV, April 18, 2003)

Incident in Silopi

On 18 April a KADEK militant of Syrian origin allegedly committed suicide instead of surrendering in Silopi (Sirnak). According to the press release of Silopi Security Directorate two militants took shelter in a house while escaping from security forces. One of them committed suicide and the police arrested the other one. The names of the militants were given as "Mahmut" and "Harun Koç". (Radikal-Özgür Gündem-TIHV, April 19, 2003)

Juvenile Killed by Soldiers

The Ministery of Interior rejected the compensation demand of Ahmet Beyazgül, the father of deaf and dumb juvenile Hasim Beyazgül who killed on 19 September 2001 in Van by soldiers. Ahemt Beyazgül demanded TL. 20 billions of compensation on the ground that the soldiers had used their weapons beyond their authority that the laws allow and his son had been buried before the legal investigations had been completed. His lawyer Murat Timur stressed that they will appeal to administrative court. The case against 7 soldiers in connection with the incident is still ongoing at Van Heavy Penal Court. (Özgür Gündem-TIHV, April 19, 2003)

Children Died

The delegation set up by the Van branch of Human Rights Association (IHD), Van Bar Association, Van branch of the human rights organization Mazlum-Der to investigate the death of the children Dastan Korkmaz (14) and Nihat Çeri (13) who died when an explosion occurred on 5 April in Esenyamac village of Baskale district (Van) announced its report on 18 April. According to the report Commander of the Gendarmerie HQ. Hüsnü Bozkurt did not testify to the Baskale Public Prosecutor in connection with the incident. The delegation stressed that the sub-governor of Baskale Mustafa Çöggün complained about the news instead of investigating the incident. (Evrensel-TIHV, April 19, 2003)

Torture in Detention in Siirt

Mehmet Emin Ete, who was detained on 19 April in Siirt, stated that he was beaten and threatened by the police officers. Ete said that he was detained from his shop and was forced to get on a police vehicle, and continued: "On our way, a superintendent named Tarkan working at Yeni Mahalle Police Station got on the car and started to beat me. They were accusing me for breaking the window of a police vehicle. He put his gun on my head and threatened me. Then he took a knife and started to push it into different parts of my body. When I tried to stop him, he wounded three fingers of my right hand. Then he got worried and told me that if I did not complain about them, they would give me a mobile phone or money. They took me to a hospital and talked to the doctor who treated me. I could not get a medical report." Ete stated that he was threatened not to file an official complaint. (Özgür Gündem-TIHV, April 22, 2003)

Death Fasting Prisoners on Trial

On 21 April, Üsküdar Heavy Penal Court No. 1 continued to hear the case of 399 defendants, who had been in Üsküdar Prison at the time of the "Operation Return to Life" deployed in 20 prisons on 19 December 2000. The defendants are charged with rioting, possessing explosives and killing the prisoner Ahmet Ibili by burning and the soldier Nurettin Kurt by shooting. Imprisoned defendants Nuran Güvenilir, Gülbahar Ünlü, Fadime Bastug, Zuhal Sürücü and other defendants Asker Akkoç, Selahattin Aydin, Mustafa Akpur, Kazžm Aslan, Handan Albayrak and Serkan Aydogan testified at the hearing. Fadime Bastug, who was brought to the court for the first time, stated that since she could not remember anything she was not able to testify. Her lawyer Özgür Gider stated that his client lost her memory because of forcible treatment at the hospital. (Özgür Gündem-TIHV, April 22, 2003)

Unionists and Party Executives Convicted

The chief Prosecutor at the Court of Cassation demanded to confirm the imprisonment sentences of 35 persons convicted for "holding an illegal demonstration". The 8th Chamber of the Court of Cassation will deal with the case. The case launched in connection with the demonstration held "in protest against the draft law, which did not grant right to strike and collective bargaining to civil servants" in 2001 ended on 10 December 2002. Ankara Penal Court of First Instance sentenced Alaattin Dinçer, chairman of the teachers' union E_itim-Sen, Ahmet Turan Demir former chairman of HADEP and Turgut Koçak, chairman of the Socialist Workers' Party of Turkey and other defendants to 1 year 3 months' imprisonment each. (Radikal-TIHV, April 22, 2003)

Detentions and Arrests

Hasan Budak, A. Kadir Yigit (lyceum students) and Süleyman Ceylan, who were detained on 17 April on the allegation of "shouting slogans in favor of Öcalan during Newroz celebrations" in Kiziltepe (Mardin) were arrested on 18 April. Yasemin Günes, Aynur Imral and Selime Peynir who were detained on the allegation of "shouting slogans in favor of an illegal organization on 8 March" were also arrested the same day in Urfa. Ali Riza Kaplan, an alleged member of MLKP was detained on 18 April in Istanbul. Kamber Saygili, Kartal (_stanbul) representative of the journal Atilim, who was detained while putting up posters, was arrested on 20 April on the allegation of being a member of an illegal organization. (Özgür Gündem-TIHV, April 22, 2003)

Torture under detention in Kusadasi

Hakan Akkaya and Ali Elcik, who had been detained in Kusadasi district (Aydin) on the evening of 21 April on the reasons for "disturbing their neighborhood", stated on 22 April that they had been tortured while in detention. Akkaya and Elcik filed an official complaint with the police officers that reportedly poured water on their bodies and beat them. (Özgür Gündem-TIHV, April 24, 2003)

TIHV Staff on Trial in Izmir

On 24 April Izmir Penal Court of First Instance No. 1 continued to hear the case of Dr. Alp Ayan, working at the TIHV Izmir representation, Ecevit Piroglu (executive member of the Human Rights Association Izmir Branch), Mert Zengin and the prisoner's relative Gonca Çoban in connection with a press conference held on 10 February 2001 in protest against the new F type prisons and the operations in various prisons that started on 19 December 2000 and resulted in the death of 32 people. They are charged under Article 159 with insulting the Turkish Armed Forces and the Ministry of Justice. Following changes to Article 159 TPC the files had been sent from Penal Court to Penal Court of First Instance. Since the indictment had been prepared by the Penal Court, the court decided not to be responsible to hear this case. The files will be sent to the Court of Cassation to clarify which court is going to deal with the case. The hearing was observed by Dr. Inge Genefke, Honorary Secretary-General of the International Rehabilitation Council for Torture Victims (IRCT), MEP Torben Lund, and Ralf Breth, Consul of Germany in Izmir. (TIHV, April 25, 2003)

Death in Detention in Police HQ

Mehmet Gürbüz, who was detained for his term of imprisonment, died on 25 April in Ankara Security HQ. According to the official announcement he died because of a heart attack. (Cumhuriyet-TIHV, April 26, 2003)

Trade Unionist on Trial in Ankara

On 24 April Ankara Penal Court of First Instance concluded to hear the case of the workers and the trade unionist Nurettin Kiliçdogan from TÜMTIS (car industries) in connection with the incident happened during protest action of members of the union who had been fired from Akdeniz Transportation Company. The court sentenced the workers Ismail Erdogan, Hüseyin Akdogan, Sükrü Akdogan, Abdullah Vural, Efendi Kaplan, Alaattin Coskun and Kžlžçdogan to 6 months' imprisonment for "preventing other workers from working". The sentences were commuted to fine and suspended. Three workers were acquitted. The workers and unionists were several times detained on complaints of the employer. (Evrensel-TIHV, April 26, 2003)

Demonstrators on Trial in Ankara

A court case was launched against 10 persons, who staged a protest action in front of the Ministry of Foreign Affairs during the visit of USA Minister of Foreign Affairs Colin Powell on 3 April. The indictment wants the defendants including students to be sentenced for staging an unauthorized demonstration. (Cumhuriyet-TIHV, April 28, 2003)

Radical Islamists Convicted

On 25 April Istanbul SSC concluded to hear the case of 10 alleged members and supporters of the radical Islamic organization "Union of Islamic Parishes/Anatolian Federal Islamic State" (so-called Kaplancilar). The court sentenced Bülent Kaplan to 12 years and 6 months' imprisonment for "being member of an illegal organization", Seref Alçik, Mehmet Nacak and Ismet Demir to 3 years and 9 months' imprisonment for "aiding and abetting an illegal organization". Ahmet Bayoglu, Kamil Arslan, Ahmet Yaglž, Ertan Dogan, Idris Dinçer and Selahattin Karakaya were acquitted. (Cumhuriyet-TIHV, April 26, 2003)

Detention for Labour Day posters

Yilmaz Bozkurt, Tayyar Eroglu, Alev Haner and Emine Akkis were detained on 25 April when they were putting up posters in Taksim. The sub-governor of Milas district of Mugla banned the meeting, which would be held on 1 May Labour Day. (Evrensel-TIHV, April 26, 2003)

Detentions and Arrests of Islamist militants

Mehmet Zavalsiz, Bayram Kovan and 5 more persons were detained in Ordu for being members of "Halveti order". In Ünye district of Ordu the student at the University of Black Sea Ahmet Kymak (20) was detained for breaking a Atatürk bust. (Cumhuriyet-TIHV, April 28, 2003)

Trade Unionists, Party Executives Convicted

The 8th Chamber of the Court of Cassation quashed the imprisonment sentences of 35 persons, who allegedly "held an illegal demonstration", on the grounds that "the elements of crime were not realized". The case, which had been launched in connection with the demonstration held to protest a draft law that was not granting right to strike and collective bargaining to civil servants, had been concluded at Ankara Penal Court of First Instance No.24 on 10 December 2002 and Alaattin Dinçer, chairman of the teachers' union Egitim-Sen, Ahmet Turan Demir, former chairman of HADEP, Turgut Koçak, chairman of the Socialist Workers' Party of Turkey (TSIP) and other defendants had been sentenced to 1 year 3 months' imprisonment each. (Radikal-TIHV, April 29, 2003)

Medical Neglect, Pressure in Prisons

Reports from Bayrampasa Special Type Prison stated that the political prisoner Ufuk Keskin, suffering from diabetes, was denied medical treatment. Ufuk¹s father, Fahrettin Keskin, stated that his son¹s illness had been certified by medical reports and continued: "During my visits Ufuk told me that he had been beaten several times either while being transferred or taken to court to attend trials. The last time has had been beaten was on 9 April. That day, while being taken to Istanbul SSC, he had been severely beaten by a non-commissioned officer responsible from the detention place and some gendarmerie soldiers. Ufuk Keskin has been in prison since 1999. According to the information given by his lawyer Behiç Asçi he had hardly survived the prison operations of 19 December 2000. He had then been incarcerated in Ümraniye Prison. After the operation, he had been transferred to Edirne F-type Prison. Because he could not receive medical treatment, he has gone into coma many times. Asçi spoke as follows: "Ufuk cannot obey the dietary regulations that is why he goes into coma frequently. And when he does, he gets aggressive and temporarily looses conscious, even he cannot recognize his family² (Özgür Gündem-TIHV, April 30, 2003)

Torture under Detention in Izmir

Zeynel Abidin Usar, who had been detained on 22 April in Karsiyaka district (Izmir), stated that he had been tortured in detention. Usar applied to the IHD branch in Izmir. Meanwhile, the news covered in the daily Özgür Gündem about Usar's case alleged that an official at Karsiyaka Public Security Department had reportedly told their correspondent that Usar had been detained in connection with a thievery and said, 'when a detainee creates difficulties for the police, his head or arms may be broken. These are normal things.'" (Özgür Gündem-TIHV, April 30, 2003)

Demonstration Prevented in Diyarbakir

On 29 April, the construction workers' trade union Yol-Is organized a joint action in Diyarbakir, Istanbul, Mersin, Antalya and Adana provinces to protest the closure of Regional Directorate of Rural Affairs in Diyarbakir. The police intervene in the press release in Antalya, held in front of the provincial organization of Justice and Development Party (AKP), and detained the branch chair of Yol-Is, Mehmet Ustuali and the workers Ismail Kepez and Yusuf Kaya. (Özgür Gündem-TIHV, April 30, 2003)

Hezbollah Trial in Diyarbakir

On 29 April, Diyarbakir SSC continued to hear the case of Mehmet Fidanci, on trial in connection with the "killing of former Diyarbakir Security director, Gaffar Okkan and five police officers". The hearing was adjourned to a later date for a completion of files. The indictment wants Fidanci, who allegedly killed 14 people, be sentenced to life imprisonment under Article 146 of the TPC (intending to overthrow the constitutional order by force) . (Yeni Safak-TIHV, April 30, 2003)

La guerre et le Moyen-Orient

Fin officielle jeudi de l'opération "Northern Watch" en Irak

L'opération américano-britannique "Northern Watch" de surveillance de la zone d'exclusion aérienne du nord de l'Irak prendra officiellement fin jeudi lors d'une cérémonie à laquelle participeront des responsables turcs, américains et britanniques, a indiqué mercredi l'agence semi-officielle Anatolie.

Le gouvernement turc a mis fin à cette opération le mois dernier avec le début de l'offensive américaine en Irak.

L'opération avait été mise sur pied après la guerre du Golfe de 1991 pour empêcher les forces irakiennes d'écraser les rebelles kurdes irakiens dans le nord du pays.

Les opérations de surveillance étaient menées depuis la base turque d'Incirlik, dans le sud du pays, où une cinquantaine d'avions américains et britanniques étaient basés.

Ces appareils, qui n'ont pas été autorisés à participer aux frappes contre l'Irak par les autorités turques, ont un à un quitté la base depuis.

La dernière mission remonte au 17 mars dernier, deux jours avant le début de l'offensive américano-britannique contre le régime de Bagdad, selon Anatolie.

L'opération "Northern Watch" a commencé le 1er janvier 1997, avec un mandat initial de six mois, renouvelé depuis sans interruption par le parlement turc, chaque année en juin et décembre.

Elle avait été précédée entre avril 1991 et décembre 1996 d'une opération du même type, "Provide Comfort".

Une seconde zone d'exclusion aérienne avait également été établie dans le sud de l'Irak.

Les avions américains et britanniques ont régulièrement été la cible de tirs irakiens, Badgad les accusant de viser des cibles civiles tandis que Washington et Londres affirmaient qu'ils ne bombardaient que des objectifs militaires. (AFP, 30 avril 2003)

Des commandos turcs interceptés en Irak

La Turquie envoie des membres de ses forces spéciales dans le nord de l'Irak pour fomenter des troubles qui pourraient conduire à un déploiement de l'armée turque pour rétablir le calme, selon un officier supérieur américain.

Cet officier, le colonel Bill Mayville, est cité par l'hebdomadaire Time Magazine dans sa dernière édition.

Selon lui, des parachutistes américains ont intercepté mardi une unité de commandos turcs qui s'étaient joints à un convoi humanitaire pour tenter de rallier la ville irakienne de Kirkouk.

La Turquie a menacé de longue date d'intervenir militairement si les forces kurdes tentent de saisir les villes pétrolières irakiennes de Mossoul et Kirkouk, dont les richesses pourraient soutenir des revendications kurdes à la formation d'un Etat indépendant.

Ankara craint qu'un Kurdistan irakien indépendant ne vienne renforcer les désirs d'indépendance de sa forte minorité kurde dans le sud-est de la Turquie.

Conformément à un accord passé avec les Etats-Unis, la Turquie a envoyé la semaine dernière des observateurs militaires dans le nord de l'Irak.

Mossoul et Kirkouk sont actuellement sous le contrôle de l'armée américaine après que les forces kurdes irakiennes, qui y avaient pénétré, s'en furent retirées.

Le commandement américain estime que la mission des commandos turcs est de créer ou d'alimenter des tensions à Kirkouk qui, comme le reste du nord de l'Irak, compte une forte minorité de Turcomans qui s'oppose régulièrement à la majorité kurde depuis l'effondrement du régime de Bagdad.

"Ces forces turques ont des liens avec les groupes de Turcomans dans la ville", a ajouté le colonel Mayville.

Sur les 23 personnes interceptées par les soldats américains et qu'ils estiment constituer des équipes de forces spéciales turques, le colonel Mayville a estimé que douze étaient des soldats d'élite.

"Nous les avons gardés une nuit, les avons nourris et avons garanti leur sécurité. Après tout, ce sont nos alliés", a ajouté l'officier. Jeudi matin, ils ont été escortés jusqu'à la frontière turque. (AFP, 25 avril 2003)
 

U.S. Says Turks Are Smuggling Arms Into Northern Iraq City

Men who identified themselves as Turkish Special Forces soldiers tried to smuggle grenades, night-vision goggles and dozens of rifles into this oil-producing city in northern Iraq this week, American military officials said today. The officials say they believe that the weapons, which were hidden in an aid convoy, were bound for ethnic Turkmens living here.

Tonight, gunfire erupted as aid was distributed at a Turkmen political office in the city. One Arab and one Turkmen were wounded, witnesses said. It was unclear what led to the shooting.

Turkey has repeatedly said it might launch a military incursion into northern Iraq, citing what it says is abuse of Turkmens by Arabs and Kurds. Turkmens make up less than 5 percent of Iraq's population.

The discovery of the smuggled arms came on Wednesday, when a Turkish aid convoy reached an American checkpoint north of the city, officials said. American soldiers, who had heard that Turkish Special Forces soldiers were trying to enter the city, questioned the men.

"They were all in civilian clothes, and they didn't produce anything that they were authorized to be in the area," an American military official said. "They identified themselves as Turkish Special Forces."

The American seized and then searched the half dozen vehicles in the convoy. They found several dozen AK-47 assault rifles and other military equipment, including a small number of American-made M-4 rifles and grenade launchers.

Night-vision goggles, radio scanners, pistols and banners and flags of the Iraqi Turkmen Front, the main Turkmen political party in Iraq, were also found. About half of the roughly two dozen men in the convoy identified themselves as Turkish Special Forces soldiers. American soldiers escorted them to the border.

Kemal Yaycili, chief of the Turkmen front's new offices in Kirkuk and nearby Mosul, said local Turkmens needed to defend themselves against "our enemies." He said that six members of the ethnic group had been killed in Kirkuk since it was captured two weeks ago and that three had been killed in Mosul.

Kurds have expelled 300 Turkmens from their homes, he said. "Really, when we feel any threat, when we feel anyone bother us from outside," Mr. Yaycili said, "we have a right to ask for help from the outside." But he added that security was improving.

Kirkuk sits on top of huge oil reserves, and Kurds and Arabs claim that 100,000 members of each of their groups were expelled from the city by Saddam Hussein's government.

American military officials who have been trying to ease tensions in Kirkuk reacted with frustration to the arms smuggling. "As we are trying to maintain stability," one said. "We don't need an outside force coming in and stirring things up."

Col. William Mayville, the commander of the 173rd Airborne Brigade, which patrols Kirkuk, said he had been urging Turkmen leaders to use the fall of Mr. Hussein to begin a new chapter in their relationship with the local Kurds. "They were a group that was a minority that did suffer under Saddam Hussein," he said. "I think it's time for the Turmen here to re-evaluate their relationships."

Gular el-Nakib, a 48-year-old teacher was one of dozens of Kurds, Arabs and Turkmens lounging near the city's central square tonight. "We don't want differences; we want to live happily without enemies," she said. "Our main enemy is gone." (New York Times, April 27, 2003)
 

Après la crise irakienne, Washington veut des assurances de la Turquie

Après la fin de la guerre en Irak, les Etats-Unis s'interrogent sur la politique étrangère d'Ankara et veulent obtenir des assurances que la Turquie restera un partenaire solide de Washington, a déclaré lundi un parlementaire américain.

"Il est juste de dire qu'il y a des points d'interrogation à Washington en ce qui concerne la direction que la Turquie a prise", a dit Robert Wexler, un représentant démocrate de Floride, lors d'une conférence de presse à Ankara.

"Nous voulons être assurés que certains engagements restent valides et que les relations américano-turques sont toujours vues comme un partenariat stratégique pour lequel il vaut la peine de travailler", a ajouté M. Wexler.

Il répondait à une question sur l'intensification récente par la Turquie de ses contacts avec la Syrie et l'Iran, deux pays avec lesquels Washington a des relations tendues.

M. Wexler, qui dirige un groupe de travail sur la Turquie au Congrès américain, s'adressait à la presse après des entretiens avec le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, le ministre des Affaires étrangères Abdullah Gul et des parlementaires turcs.

Seul pays musulman membre de l'OTAN, la Turquie est depuis des décennies un allié essentiel des Etats-Unis.

Les relations entre Ankara et Washington ont traversé une période orageuse avant le déclenchement de la guerre en Irak, lorsque le parlement turc a refusé d'autoriser le déploiement en Turquie de plusieurs dizaines de milliers de soldats américains qui devaient envahir l'Irak par le nord.

Les relations bilatérales ont aussi été éprouvées par les plans de la Turquie d'envoyer des troupes dans le nord de l'Irak sous contrôle kurde. Ankara n'a renoncé à son projet d'intervenir au Kurdistan irakien que sous une forte pression de Washington.

M. Wexler a souligné qu'après ces tensions, Washington voulait des réponses à ses interrogations, laissant planer dans le cas contraire la menace d'une détérioration des relations bilatérales. "Bien qu'il y ait à Washington un engagement exceptionnel en faveur des relations américano-turques (...), aucune des deux parties ne doit considérer que l'autre lui est définitivement acquise", a souligné le parlementaire.

Il s'est toutefois déclaré "optimiste" sur l'évolution des relations. Selon lui, MM. Erdogan et Gul ont réaffirmé au cours des discussions "qu'ils croient qu'il est dans l'intérêt de la Turquie de rester sur la voie qu'elle a suivie depuis de nombreuses années".

M. Wexler a souligné que la préoccupation immédiate de Washington portait sur la position de la Turquie sur le nord de l'Irak. "Il est essentiel qu'il y ait des discussions en profondeur afin que l'armée américaine et l'armée turque travaillent selon le même plan", a-t-il dit.

Ankara menace d'intervenir militairement si les Kurdes d'Irak prennent des mesures allant vers l'indépendance de leur territoire, une éventualité qui serait de nature à relancer les aspirations séparatistes des Kurdes du sud-est de la Turquie.

Washington et les leaders kurdes irakiens se sont à maintes reprises prononcés en faveur du maintien de l'intégrité territoriale, sans pour autant convaincre le gouvernement d'Ankara. (AFP, 28 avril 2003)
 

Les partis kurdes imposent leur présence à Bagdad

"Bagdad est aussi une ville kurde", affirme un dirigeant du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani qui vient de s'installer dans un immeuble des services de renseignement de Saddam Hussein, pour expliquer le retour de sa formation dans la capitale irakienne.

"Bagdad compte un million de Kurdes sur cinq millions d'habitants", a déclaré dimanche à l'AFP, Khosrou Al-Jaaf, qui assure avoir été l'un des premiers peshmergas (combattants kurdes) du Mollah Mustafa Barzani, fondateur du PDK et père de l'actuel dirigeant.

Durant leur histoire tumultueuse avec le régime de Saddam Hussein, les partis kurdes ont afflué et reflué de Bagdad au gré des ententes et des désaccords avec l'ancien homme fort de l'Irak.

Le PDK et l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) de Jalal Talabani ont totalement pris leur distance du régime après la fin de la guerre du Golfe en 1991, et co-gèrent, depuis, les provinces kurdes du nord de l'Irak, sous la protection des Etats-Unis.

Le modèle de leur administration locale, qui ne se passe pourtant pas sans frictions qui dont certaines ont été marquées par des affrontements inter-kurdes armés, est donné en exemple aujourd'hui par le gouverneur civil américain de l'Irak, le général à la retraite Jay Garner, qui a tenu à se rendre dans le Kurdistan, dès son arrivée en Irak lundi dernier.

"Nous avons ouvert quatre à cinq permanences à Bagdad", ajoute M. Jaaf à l'entrée de l'immeuble cossu de quatre étages, au coeur du quartier chic d'Al-Mansour.

Les militants, venus du nord et dont certains ne maîtrisent pas bien la langue arabe, s'affairent à accrocher, après avoir mis de côté leurs armes, les banderoles aux couleurs jaune du PDK sur la façade de l'immeuble, dont l'une porte le nom du parti en langue kurde.

Dans un autre quartier de Bagdad, Al-Waziriyah, l'UPK a choisi de s'installer dans le siège de l'Association de la culture kurde, qui était loyale à l'ancien régime.

Là, les enseignes vertes et les photos de M. Talabani sont partout et des gardes armés filtrent les entrées.

"Nous avons ouvert plus de dix représentations à Bagdad et nous nous proposons d'organiser politiquement les Kurdes de la capitale", indique Nochirawan Mustafa, l'un des responsables de cette formation.

Une des permanences de l'UPK à Bagdad a été symboliquement installée dans les anciens bureaux d'un proche de Saddam Hussein, Mozbane Khodr Hadi, qui était membre du Conseil de commandement de la révolution (CCR), la plus haute instance dirigeante de l'ancien régime.

"Nous servons aussi de refuge pour les anciens responsables qui craignent pour leur vie auxquels nous délivrons des laissez-passer pour qu'ils puissent circuler en toute liberté", affirmé M. Mustafa, sous le regard du "ministre" du Travail et des Affaires sociales du gouvernement UPK, Mohsen Ali Akbar, un Kurde chiite.

Les deux principaux partis kurdes ont été parmi les premiers à distribuer des versions en arabe de leurs journaux à Bagdad, après la chute, le 9 avril, du régime de Saddam Hussein.

L'UPK dit avoir lancé une radio locale à Bagdad qui transmet sur modulation de fréquence de 11H00 à 23H00.

Les responsables des deux partis avouent que leur présence dans le sud à dominante chiite est insignifiante. "Il n'y a pas de Kurdes dans cette région", dit l'un d'eux sous le couvert de l'anonymat, reconnaissant qu'ils seraient difficilement tolérés par les dignitaires religieux chiites.

Deux petits partis kurdes loyalistes, qui ont vécu dans l'ombre de Saddam Hussein, se sont écroulés tout comme le Baas, la formation dominante de l'ancien régime.

Al-Irak, quotidien qui était édité par ces deux formations, le Parti démocratique kurde et le Parti révolutionnaire du Kurdistan, a également cessé de paraître. (AFP, 27 avril 2003)
 

Jay Garner évoque la vision US de la démocratie avec les Kurdes

L'administrateur civil provisoire de l'Irak, le général américain Jay Garner, a évoqué mercredi à Erbil (Kurdistan) la vision américaine de la démocratie avec des responsables kurdes, au deuxième jour de son séjour dans le nord du pays.

"Notre mission ici, est de créer un environnement (..) où nous pouvons avoir un processus démocratique et où les Irakiens peuvent choisir leurs propres dirigeants (..) un gouvernement qui représente la volonté libre et élue de l'Irak", a dit le général américain à des responsables kurdes à Erbil.

"Grâce à votre énergie, à votre intelligence et à votre processus démocratique, vous avez fait plus, au cours des dix dernières années, que ce qui avait été fait au cours des 20 années précédentes", a ajouté le général américain âgé de 65 ans.

"Vous pouvez être un modèle pour vos frères et soeurs dans le sud (..) vous devez travailler avec eux pour créer un grand Irak démocratique", a-t-il poursuivi.

Jay Garner est arrivé à Erbil à bord d'un hélicoptère de l'armée américaine, gardé par des soldats des forces spéciales armés de mitrailleuses. Il a inspecté une école, où de nombreuses personnes brandissaient des drapeaux kurdes, américains et britanniques en jetant sur son passage des pétales de fleurs.

Mardi, le général à la retraite avait rencontré dans la localité kurde de Dukan près de Souleimaniyah les dirigeants kurdes Jalal Talabani de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) et Massoud Barzani, du Parti démocratique du Kurdistan (PDK), les deux mouvements qui contrôlent le Kurdistan irakien depuis la fin de la guerre du Golfe, en 1991.

Jay Garner a ajouté lors de sa rencontre avec des responsables kurdes à Erbil avoir l'intention de se concentrer au cours des prochaines semaines sur le processus de construction des ministères et de la remise en état des services en Irak.

Le général irakien, qui a en outre visité le Parlement kurde à Erbil, a affirmé mercredi que la majorité d'Irak appréciaient la présence américaine en dépit d'une série de manifestations anti-américaines.

"Je crois que ce que voyez là sont des manifestations organisées, mais à part cela, la majorité de la population est heureuse que nous soyons ici", a affirmé le général Garner, qui devait se rendre ensuite dans la ville de Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak, longtemps fidèle à Saddam Hussein. (AFP, 23 avril 2003)
 

La Turquie "en principe" d'accord pour l'envoi de troupes (Gul)

La Turquie est d'accord "en principe" pour envoyer des troupes dans l'Irak d'après-guerre pour d'éventuelles missions de maintien de la paix, a indiqué dimanche le ministre des Affaires étrangères Abdullah Gul.

Interrogé sur la chaîne d'informations continues CNN-Turk sur la demande américaine à la Turquie de contribuer à la reconstruction de l'Irak en y envoyant des soldats et des experts civils, M. Gul a déclaré : "Nous l'envisageons en principe positivement".

Le chef de la diplomatie turque a ajouté qu'Ankara informerait formellement Washington au début de la semaine prochaine de sa volonté d'envoyer des soldats et des experts civils, en ajoutant toutefois que les conditions d'une telle participation devraient faire l'objet de pourparlers.

Le gouvernement turc prendra sa décision au vu d'explications détaillées des Etats-Unis sur leur demande, a-t-il dit.

Ankara a indiqué qu'il refusait de supporter le coût de missions après-guerre en Irak.

L'Irak était le premier partenaire commercial de la Turquie avant la guerre du Golfe en 1991 et la mise en place de sanctions internationales qui, selon le gouvernement, ont coûté des milliards de dollars à la Turquie.

Le gouvernement turc a organisé cette semaine une réunion de responsables des secteurs public et privé pour discuter de la reconstruction en Irak et a mis sur pied une commission pour coordonner leurs efforts.

La Turquie avait refusé d'autoriser le déploiement de soldats américains sur son territoire pour une invasion de l'Irak, mais a ouvert son espace aérien aux opérations militaires américano-britanniques contre Bagdad. Ankara a également récemment ouvert sa frontière avec l'Irak aux convois d'aide humanitaire. (AFP, 20 avril 2003)
 

Le ministre de la Défense:"L'armée turque reste en état d'alerte"

Le ministre turc de la Défense Vecdi Gonul a déclaré mardi que la sécurité dans le nord de l'Irak s'améliorait tout en précisant que l'armée turque restait en état d'alerte pour parer à toute menace éventuelle contre des intérêts turcs dans la région de la part de Kurdes irakiens, a rapporté l'agence Anatolie.

"Nous avons été informés que les forces américaines contrôlaient largement la région. Nous croyons qu'un climat va être créé dans lequel les gens pourront regarder avec confiance vers l'avenir", a déclaré M. Gonul à des journalistes, selon Anatolie.

Interrogé sur les tensions entre Kurdes irakiens et Turcomans, communauté turcophone irakienne, Gonul a estimé qu'"il n'y a aucune raison qu'ils (les Turcomans) continuent à s'inquiéter" de ce que les Kurdes pourraient les chasser de Mossoul et Kirkouk, villes pétrolières stratégiques.

"Les inquiétudes originelles des habitants de la région doivent cesser. Mais à ce jour, nous continuons d'être en état d'alerte. Il n'y a pas de changement en ce qui concerne nos unités" militaires, a déclaré le ministre turc.

La Turquie a menacé d'intervenir militairement dans le nord de l'Irak si les Kurdes irakiens tentaient de prendre le contrôle de Mossoul et de Kirkouk, qui contrôlent l'accès d'importants champs de pétrole du nord de l'Irak.

Le pire cauchemar d'Ankara serait de voir des Kurdes irakiens indépendants encourager leurs cousins kurdes de Turquie à les rejoindre.

En accord avec les Etats-Unis, la Turquie a annoncé vendredi avoir envoyé une quinzaine d'observateurs militaires pour suivre la situation en Irak du nord. (AFP, 15 avril 2003)
 

L'Otan met fin à sa mission de défense en Turquie

L'Otan a décidé à la demande d'Ankara de mettre fin à sa mission préventive de protection de la Turquie, la chute du régime de Saddam Hussein ayant fait disparaître la menace d'une attaque en provenance de l'Irak, a indiqué mercredi à l'AFP le porte-parole de l'Alliance atlantique Yves Brodeur.

Cette décision a été prise mercredi matin au sein du Comité des plans de défense de l'Otan (CPD), dont ne fait pas partie la France, et à la "lumière des analyses des experts militaires" de l'Alliance, a indiqué le responsable.

"La décision est exécutoire maintenant" mais le retrait des soldats de l'Otan se fera "graduellement", en étroite collaboration avec les autorités turques, a précisé le porte-parole.

Par ailleurs, les ambassadeurs des 19 pays membres de l'Otan réunis mercredi matin au sein du Conseil de l'Atlantique nord, l'instance politique de l'Alliance, ont également décidé de "mettre fin aux consultations" lancées dans le cadre de l'article 4 du traité fondateur de l'Otan, selon un communiqué.

"Je tiens à exprimer une nouvelle fois la gratitude la plus sincère de la Turquie à l'égard de la solidarité démontrée par l'Alliance en renforçant la défense de mon pays en réponse à la crise irakienne", a déclaré l'ambassadeur turc à l'Otan, Ahmet Uzümcü, selon le communiqué.

L'Otan avait envoyé en Turquie quatre avions-radars Awacs et déployé cinq batteries de missiles antimissiles Patriot, dans le cadre de mesures de sécurité préventives pour protéger ce pays contre toute éventuelle attaque irakienne.

Un millier de militaires se trouvaient ainsi placés sous commandement de l'Otan en Turquie dans le cadre de l'opération "Présence dissuasive".

Des pays membres de l'Otan avaient également fourni des équipements de protection contre d'éventuelles attaques biologiques et chimiques en provenance d'Irak.

L'adoption de ces mesures préventives de défense de la Turquie avait donné lieu en février à une grave crise au sein de l'Otan, en raison d'un affrontement ouvert entre les Etats-Unis et le trio France-Allemagne-Belgique, initialement opposé à la mise en place du dispositif.

Le CPD regroupe les 18 pays appartenant à la structure militaire intégrée de l'Alliance atlantique, dont la France s'est retirée en 1966.

La France, l'Allemagne et la Belgique avaient opposé le 10 février un veto aux mesures de soutien à la Turquie qui faisaient initialement partie d'un ensemble de demandes américaines dans la perspective à l'époque d'une guerre en Irak. (AFP, 16 avril 2003)

Pax americana à Kirkouk

Les soldats américains ont délégué juste ce qu'il fallait de responsabilités aux Kurdes et autres ethnies de Kirkouk (nord de l'Irak) pour rétablir l'ordre plus vite qu'ailleurs dans l'une des villes qui leur inspiraient le plus d'inquiétude avant la guerre.

Deux jours auront suffi pour que cessent les pillages et autres exactions. Kirkouk la volatile, avec ses communautés kurde, arabe, turcomane et assyro-chaldéenne, n'a apparemment pas connu la vague de règlements de compte de Mossoul, l'autre grande ville pétrolière du nord du pays.

Tandis que les populations arabes se défendent armes à la main contre les pillards kurdes dans les villages de la région, la vie a repris un cours presque normal dans Kirkouk une semaine après sa capture par les combattants kurdes (les peshmerga) le 10 avril. Les magasins ont rouvert. Les peshmerga ont quitté la place. Le travail dans les entreprises pétrolières et gazières et dans les administrations devrait recommencer à partir de samedi.

Après les pillages, le gouvernorat a été nettoyé et de luxueux fauteuils d'un goût douteux ont été disposés dans le hall. Le portrait mural de Saddam Hussein est toujours là, mais il n'a plus de visage.

"L'eau, l'électricité, le téléphone ont été rétablis, proportionnellement il n'y a pas plus de pillages qu'à Paris ou à Londres", dit Faraidoun Abdul Kader, qui reçoit dans le bureau du gouverneur.

L'Union patriotique du Kurdistan (UPK), dont les peshmerga ont été plus rapides que ceux du Parti démocratique (PDK) et que les soldats américains pour s'emparer de Kirkouk, revendique aussi la préservation des trois hôpitaux, le nettoyage des rues, la réparation des stations de télévision et de radio locales.

De là à penser que l'UPK essaie de mettre la main sur Kirkouk, il n'y a pas loin. La ville est historiquement kurde, mais elle est restée sous l'autorité de Saddam Hussein quand le nord de l'Irak, frontalier de la Turquie, a conquis son autonomie par les armes en 1991.
 L'UPK et le PDK l'ont proclamée leur future capitale. Mais en l'absence de tout recensement récent, personne ne saurait dire formellement si la ville est encore majoritairement kurde après l'arabisation forcée menée par Saddam Hussein, qui a aussi frappé les autres communautés.

La course de vitesse vers Kirkouk a crispé les Américains et leurs alliés turcs, inquiets que la prise de l'une des plus grandes villes pétrolières d'Irak ne favorise l'indépendantisme kurde à leurs frontières mais aussi sur leur sol.

Faraidoun Abdul Kader, ministre de l'Intérieur de la partie du Kurdistan autonome administré par l'UPK, ne rejette pas catégoriquement le titre de "gouverneur intérimaire" de Kirkouk.

Le major américain Jeff Cantor, "chargé des affaires civiles de Kirkouk", le fait à sa place: "il n'y a pas de gouverneur civil à Kirkouk. C'est le colonel Mayville qui est le gouverneur militaire. C'est lui qui a la haute main sur toutes les décisions".

Il porte au crédit de l'armée américaine le retour progressif à la normale: "nous avons fourni l'eau et l'électricité à la population, ça aide beaucoup".

Le gouvernorat lui-même, comme tous les lieux sensibles, est sous haute protection américaine. Si le calme paraît prévaloir, un mouvement de la foule à l'extérieur provoque une réaction nerveuse. Une vingtaine de parachutistes arment leurs M4, un fusil mitrailleur est mis en position sur le balcon.

Un "conseil municipal" temporaire a été créé, composé de six représentants des quatre grandes communautés.

Si le dernier mot reste aux Américains, le major Cantor, qui a connu la Bosnie et le Kosovo, s'avoue "impressionné par la façon dont tout le monde collabore". Kirkouk pourrait devenir une "ville modèle" selon lui.

Quant à connaître la situation de Kirkouk dans un futur Irak "démocratique et fédéral"... "Kirkouk n'est pas une ville kurde, c'est une ville du Kurdistan, c'est une ville irakienne", tranche Faraidoun Abdul Kader. (AFP, 17 avril 2003)
 

Plus de 1.000 soldats américains quittent la Turquie

Plus de 1.000 soldats américains quitteront la Turquie mardi et mercredi à destination de l'Allemagne, a annoncé mardi le commandement militaire turc dans un communiqué.

Un total de 1.166 soldats quitteront la base aérienne d'Incirlik, dans le sud du pays, à bord de 10 vols spéciaux et leur matériel sera évacué, par voie maritime, à partir du port méditerranéen d'Iskenderun d'ici au 23 avril, selon le commandement turc.

Une partie des soldats américains servait à Incirlik dans le cadre de l'opération "northern watch" de surveillance aérienne de l'Irak du nord, d'autres étaient arrivés dans le pays en février dans le cadre d'un accord sur la rénovation de bases militaires susceptibles d'être utilisées pour une guerre en Irak.

L'opération "northern watch" a pris fin avec le début de la guerre en Irak et tous les avions de combat américains et britanniques basés à Incirlik ont également quitté le territoire turc.

Début mars, le parlement turc avait refusé d'autoriser le déploiement de 62.000 fantassins américains dans le pays pour lancer une invasion de l'Irak.

Aux premiers jours de la guerre, la Turquie a autorisé l'ouverture de son espace aérien aux forces de la coalition américano-britannique. (AFP, 15 avril 2003)
 

"Pas de preuves" contre la Syrie, selon Abdullah Gül

Le ministre des Affaires étrangères turc Abdullah Gul a affirmé mardi à Luxembourg que son pays n'avait "aucune preuve" de la possession par la Syrie d'armes de destruction massives et a lancé un appel à la "sagesse" à tous les pays impliqués au Proche-Orient.

"Jusqu'ici, nous n'avons pas de preuves. Mais peut-être que les Américains en ont", a déclaré M. Gul lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre tripartite avec la présidence grecque de l'Union européenne et la Commission européenne.

"La région a assez souffert. Ce dont elle a besoin maintenant, c'est de paix et de stabilité (...) Nous devrions tous agir sagement", a-t-il ajouté, tout en estimant que "les armes de destruction massive devaient être éliminées dans la région".

Le chef de la diplomatie turque répondait aux accusations des Etats-Unis contre la Syrie, qualifiée d'"Etat voyou" par Washington qui reproche à Damas de posséder des armes chimiques et a menacé lundi de prendre des sanctions "diplomatiques, économiques ou autres" contre le régime baasiste du président Bachar al-Assad.

"La Syrie est un de nos voisins. Nous avons eu des problèmes par le passé. Aujourd'hui, nos relations sont bonnes et nous voulons avoir de bonnes relations avec tous nos voisins", a encore insisté Abdullah Gul.

Il a par ailleurs plaidé pour un engagement aussi rapide que possible des Nations unies dans le processus global de reconstruction de l'Irak de l'après-guerre, et n'a pas non plus exclu un éventuel rôle de l'Alliance atlantique.

"L'Onu doit être impliquée sans délai. Sous l'égide de l'Onu, la transition sera plus facile", a-t-il déclaré. L'Otan "peut aussi prendre part à la reconstruction de l'Irak de l'après-guerre", a-t-il estimé.

Abdullah Gul a assuré mardi à ses interlocuteurs européens que "la Turquie n'a pas d'agenda caché en Irak".

"Il y a eu des malentendus concernant la politique de la Turquie à l'égard de l'Irak. La Turquie n'a pas d'agenda caché mais elle a en revanche de vraies et légitimes préoccupations", a-t-il déclaré, selon le texte de son intervention au début de la rencontre, dont l'AFP a obtenu une copie.

Il a souligné qu'Ankara avait fait part de ces préoccupations, qui concernent l'évolution future au Kurdistan irakien et dans le nord de l'Irak en général, "à la fois aux groupes locaux et aux Etats-Unis".

La Turquie a notamment insisté auprès de ces derniers sur le fait qu'il était "important" pour elle que les "éléments" séparatistes kurdes dans la région "soient empêchés d'exploiter un possible vide" politique et administratif, selon la même source.

Ankara "soutient fortement l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'unité nationale de l'Irak dans le cadre d'un système totalement représentatif", a néanmoins assuré Abdullah Gul.

Devant la presse, le ministre turc a souligné que son pays voulait que "tous" les groupes ethniques composant la mosaïque irakienne "soient représentés dans l'administration" future du pays. (AFP, 14 avril 2003)
 

L'UPK accueille les observateurs turcs, pas les provocateurs

Jalal Talabani, chef de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), une des deux factions kurdes contrôlant le nord de l'Irak, a déclaré dimanche sur CNN que des observateurs turcs étaient bienvenus dans le nord de l'Irak, mais pas "les provocateurs".

"Nous accueillons les observateurs. Nous leur demandons (aux Turcs) d'envoyer des observateurs diplomatiques et politiques pour qu'ils se rendent compte par eux-mêmes de la situation, car il y a beaucoup de fausses rumeurs", a déclaré M. Talabani.

"Il y a des provocateurs qui tentent de semer le trouble entre Kurdes et Turcomans (populations turcophones), et d'encourager les autorités turques à intervenir (au Kurdistan irakien). Nous souhaitons voir nos frères turcs observer la situation ici", a-t-il ajouté.

"Quand l'Irak sera libéré, qu'il y aura un système démocratique en Irak, un pays indépendant qui aura sa propre souveraineté, aucun de nos voisins n'aura le droit d'intervenir en Irak", a affirmé M. Talabani.

Depuis le début de la guerre en Irak, Ankara craint que les Kurdes irakiens ne proclament leur indépendance et ne réveille ainsi les aspirations séparatistes de sa propre population kurde, majoritaire dans le sud-est du pays.

L'UPK de Jalal Talabani contrôle la région kurde irakienne frontalière de la Turquie, tandis que le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani, est implanté plus à l'est, le long de la frontière iranienne. (AFP, 13 avril 2003)
 

Règlements de comptes à Mossoul où les Américains sont malvenus

Des règlements de comptes sanglants entre Arabes et Kurdes se sont produits samedi à Mossoul alors que les Américains, mal accueillis, tentaient de sécuriser cette ville du nord de l'Irak.

Les tirs d'armes automatiques qui avaient commencé dès la chute de Mossoul, vendredi, se sont amplifiés et ont résonné toute la journée de samedi de façon sporadique. De nombreux bâtiments continuaient de fumer après une furieuse journée de pillage, a constaté une journaliste de l'AFP.

Selon des témoignages recueillis par l'AFP auprès des communautés arabes et kurdes de la ville, des Kurdes tirent sur des Arabes et inversement.

Quinze à vingt cadavres et plus de 200 blessés par balle, arabes et kurdes, sont arrivés depuis vendredi à l'hôpital des urgences, l'un des deux plus grands de Mossoul à proximité duquel il y eu des tirs nourris, a indiqué le chirurgien en chef, Muzahim Kawat.

"Les victimes sont originaires des deux communautés", a dit le chirurgien.

"Cela tire d'un peu partout, des deux côtés, arabe et kurde", a commenté sous couvert de l'anonymat un des militaires américains chargés de protéger l'hôpital. "Ce ne sont peut-être que des criminels à qui des civils résistent".

Après l'entrée de quelques peshmerga (combattants kurdes), la ville de Mossoul, majoritairement arabe et traditionnellement loyale à Saddam Hussein, a été livrée à elle-même jusqu'à l'arrivée des forces spéciales américaines vendredi suivies de forces spéciales kurdes. Les soldats américains avaient été la cible de francs-tireurs à leur arrivée dans la ville conquise sans combat.

Les arabes sunnites accusent les kurdes et les peshmerga d'avoir procédé au sac de Mossoul, dont le centre-ville désert était quadrillé de postes de contrôle, les uns tenus par des forces spéciales kurdes au béret rouge, les autres par des milices civiles de sunnites armés, bandeau blanc sur le front.

"Les imams ont appelé la population à former des milices civiles pour défendre nos biens et nos familles", a lancé un milicien. "Les Kurdes de Mossoul ou venus du nord nous attaquent sous les yeux des Américains impassibles", ajoute-t-il.

L'arrivée de deux cadavres arabes dans la cour de l'hôpital provoque des cris de haine: "Que les Américains fassent partir les peshmerga"!

Le photographe de l'AFP a pu voir trois cadavres d'arabes dans une voiture brûlée. Plusieurs arabes blessés ont affirmé sur leur lit d'hôpital avoir été la cible de tirs kurdes.

Dans une autre pièce de l'établissement, quatre Kurdes ont affirmé avoir été blessés par des arabes.

"A un barrage, des hommes de la milice Salam nous ont insultés. Ils nous ont dit +vous êtes venus avec les Américains, vous êtes nos ennemis+. Il m'ont tiré dessus et attaqué avec un couteau", affirme Yahya Sahdi, 56 ans, une sale blessure par balle au thorax et la joue tailladée.

Trois ou quatre peshmerga ont aussi été hospitalisés, selon le dr Kawat.

Selon un infirmier kurde, les peshmerga arrivés avec les troupes américaines n'ont rien à voir avec ce qu'il considère comme des règlements de compte inter-communautaires perpétrés selon lui par des habitants kurdes de Mossoul et de ses environs.

"C'est la revanche des Kurdes, la vieille haine historique qui ressort. Saddam Hussein contrôlait la population mais chacun a un membre de sa famille tué par le régime. Maintenant qu'il n'y a plus d'autorité, le temps est venu de se venger", explique Fakher Omar.

Quant aux soldats américains, dont le nombre a un peu augmenté depuis vendredi, ils ne sont pas les bienvenues. Le passage d'une patrouille de quatre véhicules blindés légers a été accueilli dans un silence de mort par les badauds au regard noir qui ne répondaient que très rarement aux saluts des GI's.

Le docteur Zaïd al-Tahid n'a pas de mots assez forts contre eux. "J'ai un message pour les Américains: je les blâme pour tout ce qui s'est passé. Ils  sont à l'origine de cette situation. Ils ont poussé les peshmerga à faire tous ces dégâts. Ils veulent nous envahir pas nous libérer".

Les militaires américains ont annoncé que dès samedi soir l'ancienne police de Mossoul reprendrait ses fonctions sous leur contrôle. (AFP, 12 avril 2003)
 

La joie et l'espoir tempéré des Kurdes de Paris

En apprenant que les villes de Kirkouk et Mossoul (nord de l'Irak) sont passées sous contrôle kurde, Selda a couru acheter une bouteille de champagne, qu'elle a bue avec son mari Abdo et d'autres amis installés comme eux dans le centre de Paris.

"On a pleuré de joie, on est très, très heureux", lance Selda. Avec Abdo, elle tient un restaurant, le "Newroz" (Nouvel an persan), lieu de ralliement de la communauté kurde du quartier. Elle est contente d'offrir des Coca-cola, "pour soutenir les Américains".

Elle espère que le terrain remporté à la force des fusils par les peshmergas, les combattants kurdes, sur le sol irakien, sera le premier pas "vers un Kurdistan entièrement libre". Selon Selda, les Kurdes du Nord, auxquels la Turquie refuse l'indépendance, vont se dire: "Nos frères ont gagné, pourquoi pas nous?".

Attablé dans le bistrot, Armel Faïk Taverdin, un avocat kurde de Turquie, tempère la joie ambiante. Selon lui, "les Américains ont tout fait pour que les Kurdes ne soient pas trop engagés et qu'ils ne puissent pas réaliser tous leurs espoirs".

Il estime qu'à court terme les Kurdes de Turquie n'ont guère d'espoir de voir leur sort changer. "Mais, à long terme, si une certaine autonomie s'installe et si les Kurdes du sud participent à un gouvernement fédéral d'Irak, cela peut faciliter la tache: la Turquie pourrait être plus tolérante".

Autre question qui fait débat dans le restaurant, qui va réellement gérer Kirkouk et Mossoul, qui produisent un tiers du pétrole irakien? "Ces villes sont tellement riches, cela paraît difficilement envisageable qu'elles soient laissées au seul contrôle des Kurdes", assure Me Taverdin.

A l'Institut kurde de Paris, une jeune femme originaire de Diyarbakir (sud-est de la Turquie) explique également craindre que les Kurdes ne voient leurs nouveaux espoirs déçus. "J'ai regardé ce matin la télévision turque, les commentaires provoquent les Américains. Ils ont peur de l'indépendance des Kurdes", affirme-t-elle.

Il y a trois ans, elle a été à Erbil, au Kurdistan irakien qui échappe depuis avril 1991 à l'autorité de Bagdad. Elle a pu y sentir un vent de liberté qui n'existe pas dans sa région kurde du nord. "Dans ma ville, on peut parler kurde à la maison mais, dans la rue, on se retourne pour voir si on n'est pas suivi par un policier", dit-elle.

La France, selon l'Institut kurde, est avec 100 à 120.000 Kurdes, le deuxième pays d'accueil dans l'Union européenne après l'Allemagne.

Au Centre culturel kurde, des dizaines d'hommes ne parlant guère français regardent en boucle CNN ou Media TV, la télévision satellitaire kurde. Le responsable du lieu, Ahmet Kaya, déclare à l'AFP: "Je ne sais pas combien on peut faire confiance aux Américains. En 1991, les Etats-Unis étaient les alliés des Kurdes. Ils n'ont pas tenu leurs promesses". (AFP, 12 avril 2003)
 

Les Kurdes de Turquie entre joie et appréhension

Les Kurdes de Turquie se réjouissaient vendredi de la prise par les peshmergas (combattants kurdes) des villes pétrolières irakiennes de Kirkouk et Mossoul, mais redoutaient toutefois que cela ne finisse par se retourner contre eux.

"Dans nos coeurs, nous sommes heureux mais, dans nos têtes, on sait aussi que cela pourrait nous poser problème", affirme un commerçant de Silopi, bastion kurde du sud-est de la Turquie, à une dizaine de kilomètres seulement de l'Irak.

S'exprimant sous un nom d'emprunt, "Ahmet" craint, comme bon nombre des siens, que l'occupation --même si elle ne devait être que provisoire, les Américains ayant promis de reprendre les choses en mains-- de ces deux villes stratégiques ne débouche sur un raidissement du gouvernement turc.

Depuis le début de la crise irakienne, la Turquie répète à l'envi que la saisie de Mossoul et Kirkouk sont des "lignes rouges" que les factions kurdes ne devraient pas franchir sous peine de s'exposer à une intervention de l'armée turque.

Ankara redoute qu'en mettant la main sur deux villes regorgeant d'hydrocarbures, les Kurdes irakiens n'aient les moyens financiers d'instaurer un Etat indépendant.

"Si Turcs et peshmergas devaient s'affronter, c'est surtout nous au final qui en ferions les frais", explique "Ahmet".
 Après quinze ans de combats entre troupes turques et rebelles séparatistes entre 1984 et 1999, les quelque 10 à 15 millions de Kurdes de Turquie peinent encore à obtenir la reconnaissance de leurs droits culturels.
 "Si, par contre, ils parvenaient à s'entendre et que les Kurdes d'Irak pouvaient devenir indépendants, je serais vraiment heureux. Peut-être qu'après, nous aussi, nous pourrions avoir une certaine autonomie, ce qui permettrait de lever les interdits", poursuit-il.

Parmi les principales revendications des Kurdes de Turquie figure l'enseignement de la langue kurde dans toutes les écoles dès le plus jeune âge. Une loi récente n'autorise l'enseignement du kurde que dans les écoles privées, et donc onéreuses, au même niveau que les langues étrangères.

"Avec la permission de Dieu et l'aide des Etats-Unis, tout le monde pourrait vivre en paix", estime "Haci Mehmet", propriétaire d'un bazar parlant lui aussi sous un faux nom.

La guerre a appris la discrétion à la population de Silopi. Ceux qui osent s'exprimer interrompent leurs phrases au passage des policiers en civil dont la présence, assurent-ils, s'est faite plus nombreuse au fur et à mesure que les forces kurdes progressaient vers Kirkouk.

Pour "Haci Mehmet", il suffirait que les Américains aident les Kurdes d'Irak à obtenir leur indépendance, la Turquie se satisfaisant d'une levée de l'embargo contre l'Irak qui contribuerait à revigorer son économie.

"Bien sûr que je soutiens les peshmergas parce qu'ils sont kurdes et que nous sommes kurdes aussi. Mais tout dépendra des Américains", souligne pour sa part "Hajdar", dans son épicerie.

Se sent-il plus proche des Kurdes irakiens que des Turcs? "Mon sentiment est partagé mais l'origine ethnique est évidemment très importante", confie-t-il, les yeux scrutant minutieusement chaque personne entrant dans sa boutique. (AFP, 11 avril 2003)
 

Guerre verbale entre Turcomans et Kurdes sur la question de Kirkouk

Turcomans et Kurdes irakiens s'affrontaient verbalement vendredi sur la question de Kirkouk alors que la presse turque accusait Washington d'avoir manqué à ses promesses d'empêcher les Kurdes de prendre le contrôle de cette ville d'Irak du nord.

Un responsable du Front turcoman irakien (ITC), représentant une minorité turcophone d'Irak, a accusé les Kurdes d'avoir massacré des Turcomans et incendié les bureaux du cadastre, après leur prise de Kirkouk jeudi, pour tenter d'assurer leur main-mise sur la ville.

Un responsable kurde a rejeté ces accusations, affirmant qu'elles n'avaient d'autre but que de servir de pretexte à une intervention militaire de l'armée turque, qui s'affirme garante de la sécurité des Turcomans d'Irak, qui compte de un à trois millions de personnes selon les sources.

Dans le même temps, et tandis que les pillages se poursuivaient en ville, le gouverneur provisoire kurde de Kirkouk, Rizgar Ali, reconnaissait vendredi matin: "Nous ne contrôlons pas la situation".

A Ankara, Mustafa Ziya, représentant de l'ITC, a appelé lors d'une conférence de presse au départ immédiat des combattants kurdes de Kirkouk.

Et il a accusé les Kurdes de "chercher à annihiler la présence Turcomane" à Kirkouk, brandissant à cet effet une photo, publiée vendredi par la presse turque.

Celle-ci, selon la presse, représenterait un combattant kurde emportant des dossiers volés aux services du cadastre et à l'état-civil de Kirkouk dans le but d'empêcher les Turcomans de prouver qu'ils sont majoritaires dans la ville.

Le régime de Saddam Hussein a contraint des milliers de Kurdes et de Turcomans à fuir Kirkouk au cours des 20 dernières années, leurs propriétés étant souvent confisquées et confiées à des Arabes que le gouvernement voulait encourager à s'établir dans une région, stratégiquement importante en raison de ses riches gisements de pétrole.

Aujourd'hui les Kurdes veulent faire de Kirkouk leur capitale.

Pour Bahroz Galali, représentant à Ankara de l'Union patriotique du Kurdistan (PUK), la faction kurde qui a pris le contrôle de la ville, les accusations des Turcomans sont "fausses de A à Z".

Il s'agit "pour certains de créer un prétexte à une intervention de l'armée turque dans le nord de l'Irak", a-t-il affirmé à la télévision.

La Turquie, dont le pire cauchemar serait de voir des Kurdes irakiens indépendants encourager leurs cousins kurdes de Turquie à les rejoindre, a menacé d'intervenir militairement si les villes de Kirkouk et Mossoul passaient sous contrôle kurde.

Pour éviter une telle situation, les Etats-Unis avaient promis que leurs forces contrôleraient l'accès à ces villes.

Selon M. Galali, les combattants du PUK se sont engagés à graduellement évacuer la ville et à en remettre le contrôle aux forces américaines.

Celles-ci, essentiellement des unités parachutistes, sont toutefois peu nombreuses dans la région, en raison du refus d'Ankara il y a six semaines d'autoriser un pré-déploiement de GIs en Turquie en prévision d'une attaque contre l'Irak.

La Turquie, en accord avec les Etats-Unis, a annoncé vendredi avoir envoyé une quinzaine d'observateurs militaires pour suivre la situation en Irak du nord.

"Ils resteront sur place aussi longtemps que nécessaire", a affirmé un diplomate turc qui a requis l'anonymat.

L'opposition parlementaire et nombre de journaux turcs estimaient toutefois vendredi que le gouvernement s'est laissé berner par les Etats-Unis.

"Le gouvernement a cédé aux Etats-Unis" sur une question d'intérêt national, s'insurgeait vendredi le vice-président du groupe parlementaire du parti républicain du peuple (CHP), Mustafa Ozyurek, cité par l'agence Anatolie. (AFP, 11 avril 2003)
 

Les Kurdes sont entrés dans Kirkouk et Mossoul

Les forces américano-kurdes ont pénétré dans la nuit de jeudi à vendredi dans Mossoul, dernière grande cité irakienne du Nord encore contrôlée par les forces irakiennes, après avoir conquis Kirkouk.

L'arrivée de combattants kurdes dans les deux plus importantes villes pétrolières du nord de l'Irak, Kirkouk et Mossoul, a ravivé l'inquiétude de la Turquie dont le chef de la diplomatie Abdullah Gul a prévenu qu'Ankara n'autoriserait pas les réfugiés kurdes à changer la composition démographique des deux villes, sur lesquelles la Turquie estime avoir un droit de regard historique.

Après avoir pris sans combats Kirkouk, les forces américaines et kurdes ont également commencé à entrer à Mossoul, plus au nord, alors que les troupes irakiennes chargées de défendre ces deux cités prenaient la fuite ou, parfois, déposaient les armes, a précisé le chef du Pentagone Donald Rumsfeld.

Un responsable du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) a confirmé vendredi que la prise de Mossoul était "en cours".

"Cela a commencé il y a quelques heures. Je ne crois pas que la ville soit déjà tombée", a-t-il ajouté sous couvert de l'anonymat.

A Kirkouk, un des commandants militaires de l'Union patriotique du Kurdistan, le général "Mam" Rostam, a annoncé vendredi à l'AFP que les combattants kurdes avaient reçu l'ordre de quitter la ville.

"L'ordre a été donné. Nous attendons à présent l'arrivée des forces américaines. Les peshmergas (combattants kurdes) en armes devraient avoir quitté la ville aujourd'hui (vendredi) ou demain", a-t-il déclaré, ajoutant que quelque peshmergas devraient cependant rester dans la ville pour aider les forces américaines à la sécuriser.

En apprenant que des milliers de Kurdes affluaient jeudi après-midi vers Kirkouk pour y récupérer leurs biens confisqués par Saddam Hussein au nom de sa politique d'arabisation, la Turquie avait vivement réagi, qualifiant "d'inacceptable" un contrôle "permanent" de la ville par les forces kurdes.

Washington a alors immédiatement dépêché dans la ville l'équivalent d'un bataillon (quelque 500 hommes) de sa 173ème brigade aéroportée.
 

La chute de Kirkouk a ravivé les réactions d'Ankara

La Turquie a vivement réagi, qualifiant d'inacceptable le fait que les forces kurdes irakiennes puissent prendre un contrôle permanent de Kirkouk et de sa région pétrolifère.

Si les Kurdes "sont entrés dans la ville avec quelques camions pour offrir un spectacle à leur population et s'ils en ressortent le soir venu" cela ne posera pas de problème, a affirmé un responsable du ministère turc des Affaires étrangères sous couvert de l'anonymat.

Mais, a-t-il poursuivi, "ce serait inacceptable s'ils sont entrés dans la ville pour en prendre le contrôle et y créer une administration".

Kirkouk, ville symbole pour les Kurdes, a été choisie comme future capitale par l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) de Jalal Talabani, une des deux factions kurdes qui contrôlent le nord de l'Irak.

La Turquie craint qu'en s'emparant des puits de pétrole de la région, les Kurdes se donnent les moyens d'une politique indépendantiste dont les retombées pourraient se faire sentir dans les provinces turques à majorité kurde.

Les autorités turques ont répété à l'envie qu'une prise des villes de Kirkouk et Mossoul par les Kurdes irakiens constituerait à leurs yeux un motif pour son intervention militaire dans la région.

Plus de 40.000 soldats turcs se tiennent prêts depuis des semaines à la frontière turco-irakienne.

Après un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Colin Powell, le ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gul a déclaré à la télévision que les Américains avaient décidé de dépêcher des renforts à Kirkouk pour y remplacer les combattants kurdes irakiens.

"Les éléments de la 173ème brigade aéroportée entreront dans quelques heures à Kirkouk", a affirmé M. Gul.

Les Etats-Unis se sont engagés à ne pas autoriser les Kurdes à contrôler Kirkouk, a-t-il ajouté.

Il a également annoncé que son pays enverra, en accord avec Washington, des observateurs militaires dans le nord de l'Irak afin de vérifier que les forces kurdes entrées à Kirkouk ont quitté la ville.

M. Gul a également affirmé que la Turquie n'autoriserait pas les réfugiés kurdes à changer la composition démographique de Mossoul et Kirkouk.

"Nous n'autoriserons ni les gens armés, ni ceux sans armes qui pourraient tenter de détruire la structure démographique de ces villes", a-t-il dit. (AFP, 10-11 avril 2003)
 

Les Kurdes, un peuple sans pays, établi en Turquie, Iran, Irak et Syrie

Peuple d'origine indo-européenne, descendants notamment des Mèdes et des Scythes, les Kurdes, musulmans sunnites dans leur majorité, sont établis sur près d'un demi-million de km2 essentiellement dans quatre pays, la Turquie, l'Iran, l'Irak et la Syrie.

Leur nombre total varie, selon les sources (officielles ou kurdes), de 25 à 35 millions de personnes, la Turquie en comptant le plus grand nombre (13 à 19 millions), suivi de l'Iran (6 à 8), l'Irak (4 à 5) et la Syrie (1 à 1,5). D'importantes communautés kurdes vivent aussi en Azerbaïdjan, en Arménie, au Liban et en Europe, notamment en Allemagne.

L'organisation tribale est un trait caractéristique de la société kurde depuis la fin de l'époque médiévale. En l'absence d'un Etat national kurde, les tribus sont les principales autorités auxquelles se réfère le peuple kurde.

Revendiquant, dès 1695, la création d'un Etat avec une culture, une histoire et un langage communs, les Kurdes sont considérés comme une constante menace à l'intégrité territoriale des pays que traverse le Kurdistan.

Leur quête d'un Etat commun est marquée alors par une série de massacres, harcèlement divers et discriminations de toutes sortes.

En 1923, le traité de Sèvres (1920), qui prévoyait l'indépendance du Kurdistan, est annulé. En 1945, la proclamation par les Kurdes d'Iran poussés par Moscou d'une république kurde (République de Mahabad) ne résiste pas à l'assaut de l'armée iranienne.

Dans les années 1980, le soulèvement des Kurdes de Turquie plonge le sud-est du pays dans un état de guerre civile. Cette lutte armée, menée par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), fera plus de 31.000 morts entre 1984 et 1999. Le PKK a mis fin à la lutte armée après l'arrestation de son chef Abdullah Ocalan le 15 février 1999.

Parallèlement, au début des années 1970, les autorités irakiennes déplacent de force des populations kurdes. En 1988, plus de 120.000 personnes fuient vers la Turquie les bombardements chimiques et les offensives de l'armée de Saddam Hussein.

En 1991, dès la fin de la guerre du Golfe, plus de deux millions de Kurdes fuient la répression irakienne au nord du pays vers la Turquie et l'Iran, poussant les alliés occidentaux à intervenir et à instaurer une zone d'exclusion aérienne au nord du 36ème parallèle. Le Kurdistan irakien échappe ainsi, depuis avril 1991, à l'autorité de Bagdad.

Le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani et l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) de Jalal Talabani se sont réconciliés après des combats fratricides qui ont fait des milliers de morts dans le milieu des années 1990. Le 4 octobre 2002, le "Parlement unifié" d'Erbil, créé en 1992, a tenu sa première séance depuis 1996.

Les Kurdes d'Irak soutiennent les Etats-Unis dans leur guerre contre l'Irak, ce qui leur a permis de s'emparer jeudi de Kirkouk qui était, avec Mossoul, restée sous le contrôle de Bagdad. Un tiers du pétrole irakien provient de cette région. (AFP, 10 avril 2003)
 

La ville pétrolière de Kirkouk

Kirkouk, la ville stratégique pétrolière du nord de l'Irak, tombée jeudi sans combats sous le contrôle des forces kurdes, est située dans la zone qui était contrôlée par le régime de Bagdad.

Kirkouk est située à 300 km au nord de Bagdad et compte environ 190.000 habitants. La ville et sa région sont peuplées d'une forte minorité kurde et de Turcomans.

En 1991, à la faveur de la guerre du Golfe, la ville était tombée aux mains des insurgés kurdes, avant d'être reprise par les troupes fidèles à Saddam Hussein, laissant aux Kurdes l'amertume d'avoir été "lâchés par les Américains".

Kirkouk, où le premier gisement de pétrole a été découvert en 1927, est construite sur une réserve d'or noir d'où proviendrait environ un tiers du pétrole irakien.

Une partie du brut irakien est exporté par l'oléoduc souterrain qui mène de Kirkouk à Yumurtalik, sur la côte méditerranéenne turque. Fermé par la Turquie en août 1990 après l'invasion irakienne du Koweit, il a été rouvert fin 1996.

Kirkouk, un symbole pour les Kurdes, a été choisie comme leur future capitale par le Parti démocratique du Kurdistan et l'Union patriotique du Kurdistan, qui ont soustrait une partie du Kurdistan irakien au contrôle de Saddam Hussein en 1991. Cette ville majoritairement kurde à l'origine avait été prise lors du soulèvement de 1991 mais avait été reconquise brutalement par les forces de Saddam Hussein qui n'entendait pas perdre le contrôle de cet important centre pétrolier.

Kirkouk est aussi convoitée par la Turquie, réticente à voir les richesses pétrolières passer sous contrôle kurde et peut-être favoriser la création d'un Etat kurde indépendant.

Elle a été l'un des théâtres privilégiés de la campagne d'arabisation menée par Saddam Hussein pour modifier sa composition ethnique. Des milliers de personnes déplacées attendent depuis des années dans les villes du Kurdistan ou dans les camps de pouvoir retourner à Kirkouk. (AFP, 10 avril 2003)
 

Les diplomates irakiens expulsés quittent la Turquie

L'un des trois diplomates irakiens expulsés par les autorités turques a quitté mardi matin la Turquie et les deux autres devaient faire de même dans le courant de la journée, a indiqué à l'AFP une porte-parole de leur ambassade.

Le premier secrétaire de l'ambassade Sabah Al-Douri a quitté la Turquie par voie routière et devait rejoindre l'Irak via la Syrie, a-t-elle dit.

L'attaché commercial adjoint, Ahmet Matloub, et le deuxième secrétaire Mouhammed Hikmet, quitteront la Turquie "dans la journée", a-t-elle ajouté.

La Turquie avait décidé le week-end dernier d'expulser ces diplomates pour "activités incompatibles avec leurs fonctions".

Les Etats-Unis ont demandé le 20 mars à tous les pays ayant une mission diplomatique irakienne sur leur sol - ambassade, consulat ou section d'intérêt - de suspendre leurs activités en attendant l'arrivée d'un nouveau pouvoir à Bagdad, et d'expulser les chefs de mission. (AFP, 8 avril 2003)
 

"Tirs amis" au Kurdistan: 18 Kurdes tués par des avions US

Deux avions de combat américains ont tiré "par erreur" dimanche sur un convoi américano-kurde dans le Kurdistan irakien, tuant dix-huit Kurdes, selon un dernier bilan du Parti démocratique du Kurdistan (PDK).

"Deux avions (américains) ont bombardé par erreur les forces conjointes" américano-kurdes engagées dans une bataille contre les Irakiens près de Dibagah, localité située à une cinquantaine de km au nord-ouest de la ville de Kirkouk et à une soixantaine au sud-est de Mossoul, a indiqué Hoshyar Zebari, porte-parole du PDK.

Dix-huit Kurdes - 17 combattants et un interprète de la BBC - sont morts et 45 peshmergas ont été blessés, selon le dernier bilan donné par M. Zebari lors d'une conférence de presse en fin d'après-midi.

Côté américain il y a eu "peut-être deux ou trois blessés", a-t-il ajouté démentant la mort de militaires américains annoncée auparavant par des sources hospitalières.

Selon un bilan provisoire du Commandement central américain (Centcom), basé au Qatar, un civil aurait été tué et un soldat américain, un combattant kurde et quatre civils blessés dans l'attaque.

"Un premier bilan indique qu'un civil a sans doute été tué et un soldat américain, un soldat kurde et quatre civils ont été blessés", indique un communiqué du Centcom, qui avait auparavant admis que "des avions de la coalition ont pu attaquer des forces spéciales (américaines) et des groupes amis kurdes à quelque 50 km de Mossoul (nord de l'Irak)".

Quatre ou cinq membres des forces spéciales américaines faisaient partie du convoi qui a été bombardé, a indiqué le commandant en chef de la région d'Erbil, le général Mustafa Kakamine, qui faisait partie du convoi avec plusieurs autres hauts responsables militaires kurdes.

En revanche, Wajih Barzani, 33 ans, frère du chef du PDK, Massoud Barzani, qui se trouvait lui aussi sur place au moment du bombardement, a été grièvement blessé.

"Son état de santé était critique au début mais il s'est stabilisé", a dit M. Zebari. Soigné dans un premier temps dans un hôpital d'Erbil, où ont été transportés certains blessés, il a ensuite été évacué vers l'Allemagne par l'armée américaine, a indiqué le responsable kurde.

Wajih Barzani est le chef des forces spéciales du PDK qui oeuvrent conjointement sur le terrain avec les forces spéciales américaines.

Mansour Barzani, le fils du chef du PDK, a également été légèrement blessé, a dit le responsable, ainsi que des membres d'une équipe de la BBC.

Le bombardement a eu à lieu à 12H30 locales (08H30 GMT) et a fait suite à une tentative de contre-attaque des forces irakiennes suite à un repli dans la matinée.

"Les peshmergas et les forces spéciales américaines poursuivaient les forces irakiennes qui se repliaient quand (ces derniers) ont essayé d'amener de nouveaux chars et de nouvelles forces. A ce moment là, le soutien aérien a été demandé. Ils (les Irakiens) attendaient en position de combat", a expliqué M. Zebari. "Deux avions sont arrivés très rapidement et ont fait (cette) malencontreuse erreur", a-t-il ajouté.

Le responsable a indiqué qu'avant le drame, les forces américano-kurdes avaient récupéré des chars et véhicules irakiens abandonnés. "Je pense que les lignes de front étaient trop proches. Ils (les pilotes américains) ont dû confondre notre convoi qui comportait les chars irakiens avec celui qui avançait", a-t-il estimé.

Le général Kakamine, a pour sa part déclaré à quelques journalistes dont celle de l'AFP que "le pilote a été induit en erreur, que ceux qui l'avaient dirigé se sont trompés".

"Ce n'est pas la faute des Etats-Unis mais d'un officier qui a donné une mauvaise information. Ce n'est pas la première fois que cela arrive (en général), c'est la guerre. Nous sommes vraiment désolés, c'est un événement inoubliable", a-t-il déclaré près de Dibagah.

M. Zebari a assuré pour sa part que cette "malencontreuse erreur" ne "sapera" la résolution des Kurdes à travailler avec les Américains pour "libérer" l'Irak.

Mais pour le peshmerga de base, la colère, après le choc, passe mal.

"Il y avait eu très peu de combats à l'aube. Les Irakiens avaient tiré quelques coups de kalachnikov et de mitrailleuse puis avaient reculé. Même avant l'arrivée des avions, il n'y a pas eu de combat. Nous sommes furieux de voir ces morts et ces blessés. On veut libérer l'Irak et le Kurdistan, mais pas comme cela", lâche Sarwat, 24 ans, qui a tout vu.

Un photographe de l'AFP, qui a pu s'approcher des lieux du drame, a vu onze véhicules tout terrain, notamment américains, carbonisés. Certains brûlaient encore, d'autres étaient fumants. Il a pu voir un seul cratère d'environ 2 mètres de diamètre situé à un mètre du convoi, qui était immobile au moment où il a été atteint.

Sur place, des combats intensifs ont opposé en fin d'après-midi l'armée régulière irakienne et les forces spéciales américaines. (AFP, 6 avril 2003)
 

Ankara et Téhéran souhaitent relancer un dialogue avec Damas sur l'Irak

La Turquie et l'Iran ont exprimé, dimanche, lors d'une visite à Ankara du chef de la diplomatie iranienne Kamal Kharazi, leur volonté d'engager un dialogue avec la Syrie sur l'Irak et plus particulièrement la situation dans le nord de ce pays voisin, contrôlé par des factions kurdes.

"La relance du mécanisme de consultation entre la Turquie, l'Iran et la Syrie est une nécessité. Nous sommes en faveur de réunions à trois en ce sens", a dit M. Kharazi lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue Abdullah Gul.

Ce dernier a indiqué de son côté qu'il se rendrait le 13 avril à Damas à l'invitation du ministre syrien des Affaires étrangères Farouk al-Chareh pour évoquer la question irakienne.

"Il n'y a rien de plus naturel que les pays de la région discutent" de la guerre en Irak, a-t-il dit, indiquant que son pays et l'Iran "partagent les même préoccupations" concernant notamment le Kurdistan irakien.

Ankara revendique le droit d'entrer dans cette zone, soustraite à Bagdad depuis la fin de la guerre du Golfe en 1991, de crainte que les Kurdes qui y vivent ne proclament leur indépendance et ne propagent des idées séparatistes parmi la communauté kurde de Turquie.

M. Kharazi avait déjà présenté la question kurde comme "un sujet d'inquiétude commun à l'Iran et la Turquie ainsi qu'à la Syrie", pays où vivent des communautés kurdes.

Comme son voisin turc, l'Iran craint des revendications kurdes sur son territoire.

La Syrie est de son côté la cible de déclarations critiques des responsables américains concernant son aide présumé à l'Irak.

M. Karazi a affirmé dans ce contexte que l'Iran et la Turquie avaient des "intérêts communs" au sujet de l'avenir politique de l'Irak et que "sans le soutien des pays voisins, il n'est pas possible d'assurer la stabilité en Irak".

Les deux ministres se sont en outre fermement prononcés en faveur de la sauvegarde de l'intégrité territoriale de l'Irak.

M. Kharazi, interrogé sur les menaces américaines contre son pays, a déclaré que celles-ci n'étaient pas "nouvelles".
"Il y a de très profondes divergences de vues entre l'Iran et les Etats-Unis (...) La politique américaine dans la région consiste à dire: 'soit tu est avec nous soit tu est contre'", a-t-il dit.

"Le fait que nous nous opposons à la guerre (contre l'Irak) ne veut pas dire que nous soutenons le régime de Saddam Hussein", a-t-il souligné.

Les dirigeants iraniens, dont le pays se trouve comme l'Irak sur "l'axe du mal" dénoncé par le président George W. Bush, s'inquiètent de voir l'étau américain se resserrer sur eux.

Le ministre iranien a accusé Washington de mener une "guerre contraire au droit internationale" contre l'Irak et a appelé les Nations Unies à "intervenir" pour mettre un terme à l'opération américano-britannique.

M. Kharazi doit s'entretenir avec le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan avant de quitter Ankara. (AFP, 6 avril 2003)
 

Soutien logistique turc pour les forces US en Irak

Le secrétaire d'Etat américain Colin Powell a obtenu mercredi l'assistance logistique de la Turquie pour le ravitaillement des forces américaines en Irak du nord, tout en réaffirmant l'opposition de son pays à une intervention turque dans cette région.

Ce soutien logistique, qui selon M. Powell concerne principalement "le carburant, la nourriture et d'autres types de ravitaillement", va donner un coup de pouce aux forces américaines aéroportées en Irak du nord au moment où la guerre s'intensifie.

S'exprimant lors d'une conférence de presse avec son homologue turc Abdullah Gul, M. Powell s'est félicité du soutien de la Turquie "un membre important de la coalition" engagée contre l'Irak et qui aura un "rôle important à jouer dans l'effort de reconstruction" de ce pays après la guerre.

M. Powell, arrivé mardi soir dans la capitale turque, s'était entretenu successivement mercredi matin avec M. Gul, avec le président Ahmet Necdet Sezer et avec le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, pour tenter d'aplanir les différences qui ont surgi entre les deux pays concernant l'Irak.

Il devait également rencontrer le chef d'état-major de l'armée, le général Hilmi Ozkok.

"La relation américano-turque est forte et dure depuis plus de 50 ans", a affirmé M. Powell qui a reconnu que son pays avait toutefois été déçu par le rejet par le parlement turc, le 1er mars, d'une demande d'autorisation pour le déploiement de 62.000 soldats américains dans le pays afin d'ouvrir un front nord contre l'Irak.

Ce refus a remis en cause les plans de campagne des Etats-Unis en Irak et M. Powell a reconnu que "la campagne se déroule de façon différente à ce qui avait été envisagé".

La coopération turque se limite actuellement à l'ouverture de l'espace aérien du pays aux avions et missiles de la coalition.

A l'issue de ses entretiens, M. Powell a toutefois annoncé un accord de principe sur le ravitaillement des forces américaines en Irak du nord.

"Nous avons réglé tous les problèmes en suspens en ce qui concerne le ravitaillement via la Turquie des unités" américaines en Irak du nord, a affirmé M. Powell.

Il a estimé par ailleurs que les forces turques n'avaient aucune raison, à l'heure actuelle, de passer en Irak du nord, la situation étant "sous contrôle" du fait de la présence des forces américaines.

"Les forces turques n'ont aucun besoin de passer la frontière", a-t-il dit.

Les Etats-Unis craignent qu'une intervention de la Turquie n'entraîne des heurts avec les factions kurdes qui contrôlent l'Irak du nord, au risque de provoquer "une guerre dans la guerre" préjudiciable à l'objectif de renverser le plus vite possible le régime de Saddam Hussein.

Ankara redoute pour sa part que le conflit en cours ne relance les troubles et les velléités indépendantistes dans le Kurdistan irakien, avec le risque de faire tâche d'huile dans la communauté kurde de Turquie.

M. Powell avait laissé entendre, mardi, qu'un regain de coopération de la part de la Turquie faciliterait l'adoption par le Congrès américain d'une aide économique de un milliard de dollars promise par la Maison Blanche.

Le chef de la diplomatie américaine, dont c'est le premier déplacement à l'étranger depuis le début du conflit, devait quitter Ankara pour une courte visite à Belgrade en fin d'après-midi.

Il entendait ainsi apporter son soutien aux autorités serbes après le meurtre du Premier ministre Zoran Djindjic le mois dernier.

M. Powell devait gagner Bruxelles dans la soirée pour des entretiens jeudi sur la reconstruction de l'Irak avec de nombreux responsables de l'Otan et de l'Union européenne, ainsi qu'avec son homologue russe Igor Ivanov. (AFP, 2 avril 2003)
 

La visite de Powell remet les relations turco-américaines sur les rails

La visite du secrétaire d'Etat américain Colin Powell, mercredi à Ankara, a contribué à la relance des relations turco-américaines, qui s'étaient fortement dégradées en raison du conflit irakien, mais le retour à la normale sera long et difficile, estimaient jeudi les analystes.

"Les nuages d'incertitude planant sur les relations turco-américaines ont pu être dissipés", a commenté jeudi le chef de la diplomatie turque Abdullah Gul parlant de la visite de son homologue américain.

"Les discussions ont été très utiles, nos liens de partenariat ont été rafraîchis, confirmés", a-t-il déclaré à la presse avant son propre départ pour Bruxelles où il devait participer aux entretiens que M. Powell aura avec d'autres collègues de l'Otan sur la situation en Irak.

"C'était une visite extrêmement utile (...) Nous regardons l'avenir de nos relations avec plus de confiance", a renchéri devant la presse le porte-parole de la présidence Tacan Ildem, parlant d'un "malentendu" entre les deux pays.

Les relations entre Washington et Ankara, alliés depuis 1952 au sein de l'Otan, se sont brutalement dégradées après le refus du parlement turc, le 1er mars, d'autoriser le déploiement de 62.000 GI's dans le pays pour ouvrir un "front nord" contre l'Irak.

Ce refus inattendu a remis en cause les plans de campagne militaire des Etats-Unis, provoquant la colère des responsables américains.

La presse turque estimait que la visite a permis de restaurer la "confiance" mais restait prudente, estimant qu'un retour à la normale ne se ferait pas du jour au lendemain.

"Cette visite ne suffira pas à restaurer les relations lourdement ébranlées mais permettra au moins un changement d'atmosphère", soulignait un commentateur du journal Hurriyet.

D'autres journaux estimaient que les futures relations turco-américaines devront désormais être basées sur des intérêts réciproques plutôt que sur les traditionnels liens d'amitié.

La visite du responsable américain semble cependant avoir levé le nuage qui pesait depuis des semaines sur les relations bilatérales, permettant une coopération logistique accrue dans le nord de l'Irak au moment où la guerre s'intensifie.

Cette coopération, limitée jusqu'à présent à l'utilisation par les appareils américains de l'espace aérien turc, sera élargie à un soutien logistique -carburant, vivres-- d'Ankara aux forces américaines parachutées dans le Kurdistan irakien.

La Turquie, qui a déjà une présence militaire dans le nord de l'Irak, a en outre fait valoir auprès de M. Powell ses "préoccupations" au sujet de cette région, contrôlée par des factions kurdes.

"A long terme la Turquie et les Etats-Unis ont besoin l'un de l'autre. Ce partenariat se poursuivra tant qu'il servira les intérêts bilatéraux", a souligné un haut responsable gouvernemental turc sous couvert d'anonymat.

Ankara a fait savoir que ses forces interviendront en Irak si les Kurdes irakiens tentaient de prendre le contrôle des villes de Kirkouk et Mossoul, deux régions riches en pétrole, ce qui leur donnerait les moyens d'une politique indépendantiste, avec le risque de contagion au sein de la communauté kurde de Turquie.

Washington craint de son côté qu'une intervention turque n'entraîne "une guerre dans la guerre" préjudiciable à l'objectif de renverser le plus vite possible le régime irakien.

M. Powell a d'ailleurs clairement indiqué à Ankara qu'"à l'heure actuelle" il n'y avait aucune raison pour une incursion turque.

Les autorités turques ont réaffirmé que s'il y a intervention, elle se fera "en coordination" avec les Américains.

"Nous ne mourrons pas d'envie d'aller en Irak du nord (...) En cas de nécessité, nous ne demanderons la permission de personne, mais nous voulons tout faire en coordination, de façon transparente", selon ce responsable turc. (AFP, 3 avril 2003)
 

L'assistance humanitaire se met en place à la frontière turco-irakienne

Une quarantaine de camions du Programme alimentaire mondial (PAM) ont commencé vendredi à franchir la frontière turco-irakienne, première brique d'un "pont humanitaire" établi pour porter secours aux populations du nord de l'Irak.

Au total, 1.000 tonnes de farine de blé, de quoi nourrir 70.000 personnes pendant un mois, seront acheminées vendredi et samedi vers la ville irakienne de Dohouk pour être distribuées aux "populations les plus vulnérables", a expliqué Heather Hill, porte-parole du PAM à Silopi, dernière ville turque avant l'Irak.

Selon les organisations humanitaires, quelque 600.000 Irakiens du nord ont quitté leurs habitations aux premiers jours du conflit et 200.000 d'entre eux sont encore déplacés. Or, un quart des enfants irakiens souffrait de malnutrition avant même le début de la guerre.

En prévision du conflit, le PAM a lancé en mars "le plus important appel de son histoire" pour tenter de réunir auprès de la communauté internationale 1,3 milliard de dollars au profit des populations irakiennes. Pour l'heure, un peu plus de 100 millions de dollars ont été recueillis.

Les semi-remorques qui ont franchi la frontière vendredi forment "le premier d'un grand nombre de convois importants qui vont aller dans le nord de l'Irak", a déclaré à l'AFP Mme Hill, en annonçant la mise en place d'un "couloir humanitaire" entre le sud-est de la Turquie et le nord de l'Irak.

Environ 2.000 tonnes de farine de blé, ingrédient de base dans la région, seront ultérieurement, "aussi tôt que possible", acheminées vers Erbil et 3.000 autres vers Souleimaniyah, a-t-elle précisé.

Selon Mme Hill, les Irakiens disposent encore de suffisamment de nourriture pour tenir "quatre ou cinq semaines", le PAM ayant prépositionné en Irak des stocks avant le début de la guerre.

Après quelques problèmes de lancement, une autre agence de l'ONU, l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), a également passé la vitesse supérieure pour faire face à une situation humanitaire, selon elle, "critique et qui empire rapidement".

Dans le cadre du programme "pétrole contre nourriture", une quarantaine de camions devraient prochainement transiter via la Turquie pour distribuer dans le nord de l'Irak une cargaison d'une valeur de 4 millions de dollars: médicaments, produits alimentaires, équipements sanitaires et de purification de l'eau.

D'autres matériels de même nature, d'une valeur de 10 millions USD, sont également en train d'être acheminés par voie maritime.

Deux premiers semi-remorques affrêtés par l'Unicef et chargés de compléments alimentaires et de pastilles pour purifier l'eau ont finalement pu franchir la frontière mardi après avoir été bloqués pendant près de trois jours par les autorités turques pour des procédures douanières.

Si les obstacles administratifs semblent maintenant avoir été levés, le gouvernement turc s'étant engagé mercredi auprès du secrétaire d'Etat américain Colin Powell à faciliter le travail des organisations humanitaires, les observateurs s'étonnent de l'absence prolongée des organisations non-gouvernementales le long de la frontière turco-irakienne.

"Dans ce type de situation, des organisations comme Médecins sans frontières ou Save the Children devraient pulluler ici. Mais leur absence n'est vraisemblablement pas due à un manque de bonne volonté", relevait cette semaine un observateur international, laissant entendre que le blocage était plutôt à chercher du côté d'Ankara. (AFP, 4 avril 2003)
 

Les troupes turques ne franchiront en aucun cas la frontière irakienne

Les troupes turques ne franchiront en aucun cas la frontière au nord de l'Irak, a déclaré le ministre turc de la Défense Vecdi Gonul, à son homologue espagnol Federico Trillo, lors d'une réunion bilatérale à Madrid, a annoncé le ministère espagnol de la Défense.

Les deux ministres ont analysé jeudi la crise irakienne lors d'un déjeuner de travail au cours duquel M. Gonul "a assuré que les Forces armées turques ne franchiront en aucun cas la frontière au Nord de l'Irak", selon un communiqué ministériel.

MM. Trillo et Gonul ont convenu qu'il est "peu probable" que l'OTAN doive défendre la Turquie face à une hypothétique agression irakienne, et qu'en conséquence, les moyens militaires mis à la disposition de la Turquie par l'Espagne, ne seront pas déployés "pour le moment", selon la même source.

L'Espagne avait mis à la disposition de l'OTAN pour l'éventuelle défense de la Turquie six chasseurs bombardiers F-18, un avion de ravitaillement et un hélicoptère de sauvetage, avec leurs équipages.

Les deux ministres ont également évoqué la possibilité d'une acquisition par la Turquie d'avions de transports espagnols EADS-CASA CN-235 et CN-295. M. Gonul visitera vendredi les installations de EADS-CASA à Getafe et Illescas. (AFP, 3 avril 2003)
 

La Chambre maintient une aide d'un milliard de dollars à la Turquie

La Chambre américaine des représentants a rejeté jeudi par 315 votes contre 110 un amendement qui visait à empêcher le versement à la Turquie d'une aide d'un milliard de dollars requise par la Maison Blanche.

Cet amendement avait été soumis par le représentant républicain Randy Cunningham (Californie) dans le cadre du collectif budgétaire supplémentaire de près de 80 milliards de dollars soumis par le président George W. Bush pour notamment financer la guerre en Irak et le début de la reconstruction.

M. Cunningham avait fait valoir, avec d'autres parlementaires, que les Etats-Unis ne devaient pas récompenser le Turquie, dont le Parlement a refusé le déploiement de troupes américaines sur son territoire pour attaquer l'Irak.

L'absence d'un front nord a, selon eux, coûté la vie à des soldats américains.

Deux hauts responsables de l'administration Bush avaient appelé jeudi matin le Congrès à voter cette aide à Ankara, soulignant que la réduire ou la bloquer aurait de graves conséquences pour l'économie turque.

"Cela aurait un effet douloureux pour les marchés en Turquie si ce milliard de dollars n'était pas attribué", avait fait valoir le secrétaire d'Etat adjoint Richard Armitage, lors d'une audition devant la sous-commission du Budget de la Chambre des représentants.

Condoleezza Rice, la conseillère du président Bush pour la sécurité nationale avait également mis en garde les parlementaire, par lettre,  contre une dégradation supplémentaire des relations entre Washington et Ankara, un allié stratégique des Américains au sein de l'Otan. (AFP, 3 avril 2003)
 

Des Hummer américains sont entrés dans le nord de l'Irak (militaire turc)

Quelque 200 véhicules Hummer de l'armée américaine, stationnés en Turquie, sont entrés dans le nord de l'Irak, a indiqué mercredi l'armée turque, alors que le parlement d'Ankara a refusé le déploiement de troupes américaines en Turquie.

Selon un communiqué de l'état-major turc, ces 204 imposants véhicules 4X4, qui ne sont pas armés, avaient été envoyés en Turquie dans le cadre de l'autorisation accordée, en prévision de la guerre, par Ankara aux Etats-Unis pour renforcer leur présence dans les bases aériennes et les ports turcs.

Mais, souligne le communiqué, le vote des parlementaires le 1er mars rejetant la demande de déploiement de 62.000 soldats américains en Turquie a rendu impossible l'utilisation de ces véhicules sur le sol turc.

"Conformément à l'approbation d'une requête des Etats-Unis, ces véhicules ont été expédiés par lots dans le nord de l'Irak pour un certain temps", a souligné l'état-major turc. "Aucun autre équipement militaire ni aucune arme n'ont été envoyés", a-t-il ajouté.

Le communiqué coïncide avec la visite à Ankara du secrétaire d'Etat américain Colin Powell, pendant laquelle les deux parties se sont mises d'accord sur le transfert via la Turquie de ravitaillement aux troupes américaines déployées dans le nord de l'Irak.

Mais l'état-major a nié tout lien entre cet envoi de jeeps et la visite de M. Powell.

Les Etats-Unis ont été contraints de parachuter des troupes au Kurdistan irakien après le vote négatif du parlement turc.

La Turquie a ensuite accepté d'ouvrir son espace aérien aux avions américains. (AFP, 2 avril 2003)
 

Manifestations contre la visite de Powell et interpellations à Ankara

La police turque a procédé mercredi à de nombreuses interpellations lors d'une visite du secrétaire d'Etat américain Colin Powell à Ankara, a constaté l'AFP.

Une première manifestation anti-américaine et anti-guerre a réuni une cinquantaine de personnes devant le ministère turc des Affaires étrangères au moment où le chef de la diplomatie américaine arrivait pour des entretiens.

L'ensemble des manifestants, des étudiants pour la plupart, ont été interpellés par la police anti-émeutes.

Les manifestants scandaient "Va-t-en de la Turquie" et "USA assassin".

Une deuxième manifestation s'est déroulée devant le bureau du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan avant l'arrivée de M. Powell.

Quatre militants d'un petit parti de gauche ont jeté des bouteilles de peinture rouge sur le sol avant de tenter de franchir le périmètre de sécurité établi autour des bureaux du Premier ministre.

Ils ont immédiatement été neutralisés par les agents de sécurité et emmenés pour interrogatoire. Ils scandaient "Dehors les USA" et "Ce pays est le nôtre".

Quelque 70 policiers et un véhicule blindé avaient bouclé les lieux, a-t-on constaté.

Un important dispositif de sécurité a été mis en place dans la capitale turque à l'occasion de la visite de M. Powell, le voiture du secrétaire d'Etat étant escortée par des agents des services secrets armés de pistolets-mitrailleurs.

Les Turcs sont très majoritairement opposés à la guerre lancée contre l'Irak, et le sentiment anti-américain va croissant dans le pays. (AFP, 2 avril 2003)
 

Drapeaux américains, britanniques et israéliens brûlés en Turquie

Des centaines de Turcs ont brûlé des drapeaux américains, britanniques et israéliens au cours de manifestations organisées à l'issue de la prière du vendredi à Istanbul, Konya (centre), Van et Elazig (Est), a annoncé l'agence Anatolie

A Van et à Elazig, les manifestations ont été disperées par la police et à Kayseri (centre), un ex-imam qui avait conduit une prière condamnant Israël, les Etats-Unis et le Royaume-Uni a été appréhendé.

A Istanbul, des manifestants ont prié pour les victimes irakiennes de la guerre devant la mosquée historique de Beyazit. (AFP, 4 avril 2003)
 

Explosions visant des intérêts britanniques et américains à Istanbul

L'explosion dans la nuit de mercredi à jeudi d'une bombe artisanale de faible puissance devant le consulat de Grande-Bretagne à Istanbul a été suivie jeudi matin par un attentat contre une firme américaine de transport express, rapporte l'agence Anatolie.

L'engin visant le représentation britannique, placé dans une rue commerçante jouxtant le consulat, dans le centre européen de la ville, a brisé quelques vitrines des magasins les plus proches, a expliqué à l'AFP la Direction régionale de la Sûreté.

La police n'a reçu aucune revendication, selon cette source.

Quelques heures plus tard, une bombe contenant des fragments de métal a explosé devant les locaux de la firme américaine UPS à Kadikoy (rive asiatique d'Istanbul), a indiqué à l'AFP un représentant de la société.

La déflagration a occasionné quelques dégâts au mur de la société et à un transformateur électrique, et brisé les vitrines de deux magasins proches, selon l'agence Anatolie.

"L'explosion n'a, par chance, pas fait de blessé à cette heure d'activité normale et nous n'avons aucune information sur les commanditaires", a indiqué Fatih Gungor, chargé des relations publiques de UPS en Turquie.

M. Gungor a également rappelé que les bureaux d'UPS à Balmumcu (rive européenne d'Istanbul) avaient déjà été visés le mois dernier par un engin explosif "bricolé avec une boîte de coca-cola", brisant la baie vitrée sans faire de victime.

"L'origine de cet acte criminel n'a toujours pas été éclaircie", selon M. Gungor.

Début mars, une autre explosion avait endommagé une vitrine de la compagnie aérienne britannique British Airways à Istanbul.

Depuis le début de l'intervention menée par les forces américano-britanniques contre le régime irakien, les mesures de sécurité ont été renforcées autour des représentations consulaires des Etats-Unis et de Grande-Bretagne dans toute la Turquie.

Les abords du consulat britannique à Istanbul, dans un quartier extrêmement fréquenté, sont interdits au stationnement. La rue menant au consulat américain est barrée depuis plus d'un an.

L'explosion d'engins artisanaux, de faible puissance, est fréquente à Istanbul et visent notamment les commissariats de police. (AFP, 3 avril 2003)
 

Appel au boycottage des produits américains et britanniques en Turquie

Une association turque de défense des consommateurs a lancé un appel au boycottage des produits américains et britanniques dans le pays, pour protester contre la guerre lancée par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne en Irak.

La campagne vise "tous les produits américains et britanniques qui sont devenus les symboles de ces pays", a déclaré à l'AFP Ali Cetin, chef de la branche d'Ankara de Tukoder, une organisation non gouvernementale (ONG) turque.

Elle concerne des marques comme Coca-Cola, des chaînes d'établissements de restauration rapide, et des géants du pétrole comme Mobil et Shell, a dit M. Cetin.

"Moins d'enfants irakiens mourront si moins d'argent de la Turquie va à ces firmes qui contribuent à l'armement des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, qui se chiffre à des dizaines de milliards de dollars", a-t-il ajouté.

L'association a distribué de nombreuses affiches à travers le pays, notamment à Istanbul, coeur économique de la Turquie, sur lesquelles elle proclame: "Ne reste pas spectateur de la guerre, n'achète pas américain".

Le mouvement doit se poursuivre jusqu'à la fin de la guerre.

Les Turcs sont très majoritairement opposés à la guerre lancée contre l'Irak, pays voisin du leur, et le sentiment anti-américain est grandissant dans le pays, qui doit accueillir à partir de mardi soir une visite éclair du secrétaire d'Etat américain Colin Powell. (AFP, 1 avril 2003)
 

Les Kurdes du Liban et leurs oulémas contre "l'agression" américaine en Irak

Le parti kurde libanais Rizgari et les oulémas de cette communauté ont annoncé mardi leur soutien au peuple irakien et appelé les Kurdes d'Irak à adhérer, comme eux, à l'interdit religieux frappant toute forme de collaboration avec la coalition américano-britannique.

Lors d'une conférence de presse au siège du syndicat de la presse, en présence des chefs religieux de cette communauté, le vice-président du parti Rizgari (seul parti kurde reconnu au Liban) Ghazi Khamis, a souligné son "refus de l'agression" contre l'Irak par "les envahisseurs néo-colonialistes", dont l'objectif est de "démembrer" ce pays.

Il a mis en garde les Kurdes d'Irak, notamment dans le nord du pays, contre "les projets illusoires des néocolonialistes et leurs promesses mirobolantes stériles".

Le cadi kurde, cheikh Ahmad Darwish, a de son côté lu un communiqué, signé par deux autres chefs religieux de cette communauté musulmane sunnite, dans lequel il souligne son adhésion aux fatwas décrétées notamment par les muftis du Liban et de Syrie, qui assimilent la résistance à l'"agression" américano-britannique au jihad, la guerre sainte de l'islam.

Il a rappelé que l'interdit frappait tout collaborateur avec les forces de la coalition américano-britannique, qui sera considéré comme un "traître vis-à-vis de Dieu et de son prophète, de l'islam et des musulmans".

"Nous appelons en particulier les Kurdes du nord de l'Irak à resserrer les rangs et à mener le jihad contre le triangle du mal représenté par les Américains, les Britanniques et les Israéliens", a-t-il ajouté.

La communauté kurde du Liban compte une cinquantaine de milliers de personnes. (AFP, 1 avril 2003)
 

Pression sur les médias/Pressure on the Media

Un journaliste, tout juste libéré, sous la menace d'une nouvelle condamnation

Hasan Özgün, correspondant du quotidien prokurde "Özgür Gündem" à Diyarbakir (sud-est de la Turquie), a été libéré le 21 avril 2003, après plus de neuf ans de détention. Mais le journaliste risque une nouvelle condamnation à douze ans de prison pour insulte envers les institutions de l'État.

"Nous attendons que de la Turquie fournisse des preuves de la volonté qu'elle affiche de se conformer aux standards démocratiques de l'Union européenne. Il faut qu'elle cesse ces poursuites archaïques et abusives, auxquelles les autorités ont trop souvent recours pour museler la presse", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de RSF.

À sa sortie de prison, à Aydin (sud-ouest du pays), Özgün a confié à Erol Onderoglu, représentant de RSF en Turquie, que sa libération a "un goût amer" et affirme avoir été victime de mauvais traitements pendant sa détention.

Özgün est désormais poursuivi pour insulte envers les institutions de l'État (article 159 du code pénal) suite aux pétitions qu'il a fait parvenir aux autorités judiciaires, en 1998, leur réclamant un nouveau jugement. Il y dénonçait les exactions des forces de l'ordre dans le Sud-Est anatolien soumis à l'état d'urgence et l'assassinat de confrères travaillant pour des journaux prokurdes. La prochaine audience de ce procès aura lieu le 9 octobre : le procureur a requis une peine de douze ans de prison.

Arrêté en décembre 1993, Özgün avait été condamné le 17 janvier 1996 à douze ans et six mois de prison pour "appartenance au Parti des Travailleurs du Kurdistan" (PKK). Durant leur garde à vue en 1993, des confrères de Özgün auraient été contraints, sous la torture, de faire des déclarations accusant le journaliste.

RSF rappelle que quatre journalistes, Mustafa Benli, Kemal Evcimen, Memik Horuz et Nureddin Sirin, sont toujours emprisonnés depuis plusieurs années en raison des opinions exprimées dans le cadre de leur activité de journalistes (consulter des alertes de l'IFEX du 19 juin et 14 mars 2002 et 18 avril 2001). (RSF/IFEX, 23 avril 2003)

Journalists beaten during demonstrations against War

The police intervened and beat the students who wanted to read a press statement in front of Human Rights Association (IHD) Izmir branch on 11 April. The students took shelter in the offices of AKP and locked themselves in a room. After negotiations with Celil Taskin, Izmir Security HQ. Security Department Chair, the students opened the door, but the police detained them under beatings.

The journalists Öncü Akgül (Alinteri), Özgür Kaya (Atilim), Fahri Kilinç (Dicle News Agency), Bayram Özcan (Devrimci Demokrasi), Dursun Göktas (Ekmek ve Adalet), Fuat Uygur (Demokrat Radyo) were also beaten by the police. The beaten students Çigdem Günönü, Gündüz Güngör, Özgür Alpay and Kenan Yilmazisler were taken to the hospital.

IHD Izmir branch chairperson lawyer Mustafa Rollas, lawyer Suat Çetinkaya, IHD executive Ahmet Daglž and Oktay Konyar, Sahin Palabiyik, Murat Ergun, Alev Sahin, Müge Tasçi, Mustafa Erdem, Murat Demir, Firat Yavuz, Gökhan Evecen, Senal Solum, Huriye Ugur, Kamil Agaoglu, Cem Erol, Zafer Gül, Pelin Çare, Önder Öner, Alpay Karatepe, Mesut Kiliç, Görgü Demirpençe and Baris Evren Yavuz, who were observing the incident, were also detained.

The observers and Sahin Palabiyik and Murat Ergun, who were under 18 years, were released the same day.  (Özgür Gündem--TIHV, April 12-14, 2003)

New Statue for the The RTÜK

The new statue concerning the penalties to be given to broadcasting institutions in case of any violation of the Law on the Establishment of Radio and Television Channels was published in the Official Gazette on 17 April.

According to the statue, in case a violation occurs, the Supreme Board of Radio and Televisions (RTÜK) shall first "warn" the violating institution. In case this does not work, the Board shall order the following penalties successively: "demand a public apology from the institution", "end the broadcast of the specific program in which violation occurred", "fine the institution", "order the closure of the institution" and "annul the license to broadcast".

The former statue foresaw only the penalties of "warning" and "closing the institution temporarily".

According to the new statue, the broadcast of programs may be stopped between 1 and 12 times. Within this time the program maker and speaker shall not be able to make another program. In place of the program the broadcast of which is stopped, the institution will have to broadcast certain programs to be prepared by the public institutions on education, culture, traffic, rights of the women and children, combat against bad habits, environment etc. (Cumhuriyet-TIHV, April 18, 2003)

Le communiqué du CBAI sur le procès contre Dogan Özgüden

Burxelles, le 11 avril 2003

Le Centre Bruxellois d'Action Interculturelle entend manifester son inquiétude et son mécontentement de voir l'un de ses membres fondateurs, Dogan Özgüden, poursuivi par la justice turque en raison d'articles co-signés par lui dans la revue Türkiye' de ve Avrupa'da Yazin (Littérature en Turquie et en Europe).

La direction et le conseil d'administration du CBAI entendent rappeler que celui qui est aussi rédacteur en chef de la revue Info-Türk a largement contribué à ce qu'est aujourd'hui le CBAI, apportant un éclairage précis et compétent sur les réalités vécues par la communauté turque de Belgique mais aussi celles vécues en Turquie et jouant efficacement son rôle de passeur de cultures entre la société belge et la population turque vivant dans notre pays. A ce titre, le CBAI a demandé à M. Louis Michel, Ministre belge des Affaires étrangères, de faire ce qui est en son pouvoir auprès de son homologue turc afin que ce militant de longue date, partisan acharné du dialogue, puisse exercer librement et dans la sérénité ses missions.

RAPPEL DES FAITS :

Dogan Özgüden, rédacteur en chef d'Info-Turk, et ses deux confrères sont actuellement poursuivis pour "insultes à l'Armée turque"  devant le tribunal pénal de première instance d'Istanbul. Vu l'absence de Monsieur Özgüden, le tribunal a à nouveau ordonné à tous les postes-frontières de le déférer immédiatement à la justice dès qu'il pénétrera sur le territoire turc. Le procureur de la République réclame une peine de prison jusqu'à six ans contre Dogan Özgüden et Emin Karaca, pour les articles qu'ils avaient écrits à la revue Tùrkiye' de ve Avrupa'da Yazin (Littérature en Turquie et en Europe) à l'occasion du 30ème anniversaire de l'exécution de trois leaders de la jeunesse progressiste par la junte militaire. Quant à l'éditeur responsable de la revue, Mehmet Emin Sert, il risque une lourde amende pour avoir publié ces articles. Exilé en Belgique, ce n'est pas la première fois que Monsieur Özgüden est inculpé dans un procès d'opinion: il a d'ailleurs été privé de nationalité turque à cause de ses critiques contre le régime répressif en Turquie.

(Centre Bruxellois d'Action Interculturelle - Avenue de Stalingrad 24 € B-1000 Bruxelles € Tél.: +32 2 513 96 02 - Fax: +32 2 512 17 96 E-mail: cbai@skynet.be € Site: www.cbai.be)

Le message du CBAI adressé au ministre des affaires étrangères M. Louis Michel

"Monsieur le Ministre,

"Nous voudrions par !a présente solliciter votre intervention auprès des autorités turquesenfaveur de Monsieur Dogan Özgüden poursuivi, en même temps que d'autres journalistes pour "insultes à l'armée turque" suite à la rédaction d'articles pour la revue "Turkiye'de ve Avrupa'da Yazin"  à l'occasion du 30ème anniversaire de l'exécution de trois leaders de la jeunesse progressiste par la junte militaire.

"Outre le fait que ce procès met en cause le principe de la liberté d'expression, nous tenons particulièrement à attirer votre attention sur la personnalité de Monsieur Özgüden. Membre-fondateur de notre association, il est aussi rédacteur en chef de la revue "Info-Türk" et fondateur des "Ateliers du Soleil", association d'éducation permanente soutenue par la Communauté française. Par ces différentes missions, Monsieur Özgüden apporte un éclairage précis et compétent sur les réalités vécues par la communauté turque en Belgique et joue efficacement, depuis près de vingt ans, un rôle important de passeur de culture entre la société belge et la population turque installéedans notre pays.

"Il représente donc pour nous une figure emblématique du dialogue interculturel. C'est pour ces raisons et connaissant votre souci de justice et d'humanité, que nous nous permettons de vous demander d'intercéder en sa faveur auprès de votre homologue turc afin que ce militant de longue date, aujourd'hui âgé de 67 ans, puissecontinuer à exercer librement et dans la sérénité ses missions.

"En vous remerciant de l'attention que vous voudrez bien accorder à la présente requête, nous vous prions d'accepter, Monsieur le Ministre, l'expression de notre très haute considération.

Pour le C.B.A.I
Bruno Vinikas
Président
 

Deux journalistes turcs blessés à Mossoul

Deux journalistes turcs ont été blessés vendredi soir à Mossoul par les tirs de miliciens du parti Baas protégeant un hôpital, rapportent samedi les medias turcs.

La chaîne d'informations continues CNN-Turk a montré des images des deux reporters de la chaîne Skyturk, l'un blessé à la tête mais resté sur pieds et l'autre, alité, blessé à la main droite avec deux doigts perdus.

"Il y a un risque qu'il perde sa main", a commenté le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, interrogé sur CNN-Turk, et qui a annoncé qu'il enverrait une "équipe spéciale" pour les rapatrier en Turquie.

Selon des collègues des deux blessés, les milices fidèles à Saddam Hussein avaient érigé des barricades dans la ville et ont ouvert un feu nourri contre les voitures du groupe de journalistes turcs, rapporte le site électronique d'informations Hürriyetim.

Ils ont également rapporté avoir vu beaucoup de Psehmergas (combattants kurdes) blessés dans ces affrontements de rues, cite Hurriyetim.

"Il y avait 8 à 10 de leurs cadavres devant l'hôpital qu'ils semblaient défendre", raconte le reporter de Vatan Ilker Akgungor.

Selon le journaliste de Radikal Ahmet Sik, les Psehmergas ne tiennent "que quelques endroits précis de Mossoul", où continuent à retentir de longues fusillades, et la population leur a dit qu'elle "ne voulait pas des Américains et des Kurdes dans leur ville". (AFP, 12 avril 2003)
 

Two journals to be closed for seven days

On 12 March, the case against the owner of the daily "Yeniden Özgür Gündem", Ali Çelik Kasžmogullarž, and editor-in-chief, Mehmet Çolak was also concluded at Istanbul SSC. The journalists were being tried in connection with an article by Abdullah Öcalan that was published in the daily on 15 September 2002.

The Court fined Kasžmogullarž and Çolak TL363,554,000 and ordered the closure of the daily for 7 days.

On 12 March, Istanbul SSC concluded the case against Ümit Gök, editor-in-chief of the journal "Sanat ve Hayat" (Art and Life). The Court ruled that the articles written by Associated Professor of Economics Haluk Gerger, and the Kurdish writer and critic Muhsin Kžzžlkaya contained "separatist propaganda" and sentenced Gök to 1 year' 1 month' and 10 days' imprisonment under Article 8 of the Anti-Terror Law.

The court also ordered the closure of the journal for 7 days.  (Özgür Gündem-TIHV, March 13, 2003)
 

Une équipe de télévision de la BBC expulsée d'une province turque proche de l'Irak

Les autorités turques ont demandé lundi à une équipe de télévision de la BBC de quitter la province de Sirnak (sud-est de la Turquie), proche de la frontière avec l'Irak, a indiqué mardi à l'AFP un porte-parole de la BBC.

"Il semble qu'il y ait eu un malentendu concernant une partie de notre couverture de la région, mais notre équipe semble assurée de pouvoir bientôt avoir un accès complet à l'ensemble de la région", a dit ce porte-parole, sans indiquer précisément les causes qui ont motivé la décision d'expulsion. (AFP, 1 avril 2003)
 

Violations of press and expression freedom in April

Journalists Convicted in Istanbul

On 2 April Istanbul SSC concluded the case against the owner of the daily Özgür Gündem, Ali Çelik Kasžmogullarž and editor-in-chief Mehmet Çolak in connection with a news titled ³Öcalan: Consider the Will of the People². The Court fined Kasimogullari and Çolak TL 181 million 752 thousand. The Court also ordered the closure of the newspaper for 5 days. (Özgür Gündem-TIHV, April 3, 2003)

Journalist Convicted in Mersin

Güler Yildiz, former editor-in-chief of the local newspaper "Cinar" that appears in Mersin, was sentenced for a third time to 10 months' imprisonment and a fine of TL 600 million for an introductory article on the "Soldier¹s Book" (Mehmetin Kitabi) written by Nadire Mater. The imprisonment sentence was commuted to a fine. On 21 June 2001 Mersin Criminal Court No. 1 had convicted Yildiz under Article 159 TPC. Following changes to Article 159 TPC, the 9th Chamber of the Court of Cassation had quashed the sentence. The second verdict had been passed at the end of the hearing on 24 June 2002 and the Court of Cassation had also quashed this verdict. (Özgür Gündem-TIHV, April 4, 2003)

Journalists Detained at Border Gate

Serdar Akinan, reporter with the TV station Sky Türk, and Bengüç Özerdem, reporter with the daily Sabah, who were observing the war in Iraq, were detained when they wanted to enter Turkey from Habur Border Gate. They were allowed by the General Staff to go to Iraq. The reason was that they exceed the time limit to stay there. (Yeni Safak-TIHV, April 4, 2003)

Writer and Publisher Convicted

The trial against the writer Gülçiçek Günel and the owner of ARAM publishing house Fatih Tas concluded at Ankara SSC on 4 April. The case was launched on the grounds that the book ³Our language is our identity² contained propaganda for an illegal organization. In his summing-up the case the prosecutor asked for acquittal. Ankara SSC sentenced Gülçiçek Günel to 20 months¹ imprisonment and Fatih Tas to a fine of TL 398 million 432 thousand 280 according to the article 312 TPC. (Özgür Gündem-TIHV, 5 avril 2003)

Publisher on Trial

The trial against Ragip Zarakolu started at Istanbul SSC on 4 April. The case was launched in connection with the book entitled ³The Regime of 12 September on Trial² edited by Dr. Gazi Çaglar. The court adjourned the hearing to listen to the final defense of the lawyer Özcan Kiliç. According to the indictment the writers denoted that the Kurds are a separate nation and after 12 September 1980 the Turkish government organized genocide against them. (Özgür Gündem-TIHV, 5 avril 2003)

Writer and Publisher on Trial

Public Prosecutor in Istanbul launched a court case against the writer Mehmet Karincakalesi and the editor of ³Toplumsal Dönüsüm Yayinlari² Hatice Bahtiyar according to the article 159 TPC. According to the indictment the book ³Que Vadis MPs² contained parts ³insulting the parliament². The trial will start at Istanbul Penal Court of First Instance. (Cumhuriyet-TIHV, 5 avril 2003)

Radio Producers on Trial

Prosecutor at Ankara SSC launched a court case against the general director of ³Özgür Radyo² Üstün Alpay and DJ Ali Alkan for broadcasting Sarkisla lament and a song by Grup Yorum ³Dalga Dalga². The indictment wants Alpay and Alkan to be sentenced according to the article 312 TPC. The trial will start on 9 April. (Evrensel-TIHV, 5 avril 2003)

Newspaper Distributor Threatened

Hüseyin Isik, distributor of the daily Özgür Gündem in Sehitkamil district (Antep) stated that on 7 April he had been threatened with death by a police officer named Yasar. Isik said ³ A month ago I was beaten by the same police officer. I could not walk for a week. On 7 April, when I was distributing the papers, he stopped me and started to beat me while saying that he was going to kill me.² (Özgür Gündem-TIHV, 8 avril 2003)

Writer on Trial

The public prosecutor in Beyoglu (Istanbul) launched a case against Filiz Bingölçe, on the allegation that ³her book titled ŒKadin Argosu Sözlügü (Dictionary of Women¹s Slang)¹ contains pornographic material.² The trial will commence on 17 April at Beyoglu Penal Court of First Instance No. 2. (Özgür Gündem-TIHV, 8 avril 2003)

Artist on Trial in Manavgat

On 8 April Manavgat Peace Court started to hear the case launched against the artist Burhan Kum on the allegation that ³his works of art harm the image of Manavgat and insult the moral feelings of the people². The hearing was adjourned to 16 June. (Cumhuriyet-TIHV, April 10, 2003)

Radio Manager and Program Maker on Trial

On 9 April, Ankara SSC acquitted Üstün Alpay managing director of the radio channel Özgür Radyo, and the program maker Ali Aklan. They were charged under article 312 TPC, in connection with two songs played on the radio. (Radikal-TIHV, April 10, 2003)

Journalist Arrested in Istanbul

Mehmet Ali Varis, editor-in-chief of the journal ³Uzun Yürüyüs² was arrested on 2 April on the orders of Istanbul SSC. (Evrensel-TIHV, April 10, 2003)

Journalists on Trial in Istanbul

On 11 April Istanbul SSC concluded the case of journalist Nese Düzel and Hasan Çakkalkurt, editor-in-chief of the daily ³Radikal² related to an interview with Murtaza Demir, chairman of the ³Pir Sultan Abdal 2 July Education and Culture Foundation². The court acquitted the defendants. For the article of 8 January 2001 the journalists are charged under Article 312 TPC. (BIA-TIHV, April 14, 2003)

Artists on Trial

On 10 April Boyabat Criminal Court continued to hear the case of the cartoonists Askin Ayrancioglu and Seyit Saatçi on charges of having insulted the police. The court adjourned the hearing to 24 April to wait the report of expert. Askin Ayrancioglu and Seyit Saatçi, civil servant at the municipality of Sinop, are tried under Article 159 TPC for ³insulting the armed forces². Together with Yasar Topçu they had opened an exhibition in Boyabat district (Sinop), but on 8 June 2001 the governor had ordered the closure of the exhibition. (TIHV, April 14, 2003)

Journalists Detained or Convicted

On 11 April, Istanbul SSC, concluded the case of Eylem Tandogan, owner of the journal Özgür Halk, Eyüp Cem Avci editor-in-chief of the journal, in connection with an article that appeared in the journal on 15 December 1999. The Court sentenced Avci to 1 year and 40 days¹ imprisonment and a fine of TL 1.011 billion and Tandogan to a fine of TL 100 million on charges disseminating separatist propaganda. The Court also ordered the closure of the journal for 15 days. On 13 April, Necati Abay, correspondent with the journal Atilim was detained during a raid in Istanbul. (Evrensel-TIHV, April 15, 2003)

Journalist on Trial

The public prosecutor in Adana indicted Sabri Ejder Öziç, manager for Radyo Dünya on charges of ³disobeying the law and official orders² in connection with a program named ³The History of Kurdish Language and Literature². He was indicted on the grounds that ³the right to broadcast in Kurdish was only granted to TRT². The trial will commence on 18 April at Adana Penal Court of Peace No.3. (Özgür Gündem-TIHV, April 15, 2003)

Poet on Trial

A case was launched against poet Ahmet Telli, on charges of ³making propaganda of an illegal organization² and ³opening a banner². The trial will commence at Bergama Penal Court of First Instance. Ahmet Telli said, ³I was a DEHAP candidate for Izmir during 3 November elections. I recited a poem during a meeting organized by the Faculty of Literature of the Ege University. After I had left there, the student continued their program which also contained election propagandas. (Yeni Safak-TIHV, April 15, 2003)

Journalist on Trial in Diyarbakir

On 16 April Diyarbakir Penal Court of First Instance No. 4 continued to hear the case of Hasan Özgün, representative of the closed down daily ³Özgür Gündem² in Diyarbakir. The hearing was adjourned to 9 October to listen to the testimony of Özgün, who has been incarcerated in Sultanhisar (Aydin) Prison. In January 1996, Diyarbakir SSC had sentenced Hasan Özgün to 12.5 years¹ imprisonment for membership of the PKK. Following the declaration of the so-called ³Susurluk Report² he had applied for a retrial arguing that new light had been shed on the kiilings of some journalists in the region under a state of emergency. However, not only Hasan Özgün was not granted a retrial, but another case was filed against him on charges of ³insulting the armed forces² in his petition. The case originally commenced at Diyarbakir Criminal Court No.1 in April 2002, is now being pursued at Penal Court of First Instance in accordance with the changes made in Article 159 TPC. (Özgür Gündem-TIHV, April 18, 2003)

Film Director on Trial in Istanbul

On 17 April, Bakirköy Penal Court of First Instance started to hear the case of Handan Ipekçi, director of the film ³Great Man, Little Love², on charges of insulting the armed forces. The hearing was adjourned to a later date for an investigation of the file. In March 2002 the Supervisory Council for Cinema, Video and Music Productions in the Ministry of Culture had banned the film ³Great Man, Little Love² on the grounds that it violated the principle of the indivisible integrity of the State. The ban on the movie had been lifted in June 2002. (TIHV, April 18, 2003)

A Woman Writer on Trial

On 17 April Beyoglu Penal Court of First Instance No. 2 started to hear the case against Filiz Bingölçe, writer of the book, ŒKadin Argosu Sözlügü (Dictionary of Women¹s Slang)¹ and Semih Sökmen, editor of Metis Publications, on the allegation that the book contains pornographic material. Lawyer Canan Arin stated that they had not accepted the expertise report issued by the Council for Protecting Juveniles from Obscene Publication on the grounds that the Council did not contain any man of letters or a jurist. The hearing was adjourned to ask for a list of persons that could be employed as experts from the Istanbul University Faculty of Literature. (Cumhuriyet-TIHV, April 18, 2003)

Journalist Arrested in Istanbul

Istanbul SSC arrested the correspondent of the newspaper Atilim Necati Abay, who was detained on 17 April in Istanbul, on 18 April. He was also detained on 13 April, but released some time later. (Evrensel-TIHV, April 19, 2003)

Movie "Yellow Days" Banned

The Ministry of Culture banned the movie ³Sari Gunler (Yellow Days)² by Ravin Asaf, a German citizen of Kurdish origin, on the reasons that ³some dialogues were inconvenient². The movie, which is about the Halabje massacre, shall on no occasion be shown in Turkey, unless the decision is withheld. The filmmaker Kadir Sözen stated the following about Ministry¹s decision: ³We have finished shooting the movie despite the extensive pressures we confronted and showed it in Antalya. The movie ŒYellow Days¹ was invited to Istanbul International Film Festival. However, following Ministry¹s decision, the Festival organization committee took the movie out of the festival program.  A similar case took place during last years¹ festival. Then the movie censored was ŒGreat Man Little Love². The theme of our movie has nothing to do with Turkey. Since the conditions in Northern Iraq were not suitable, we shot the movie here. But we could do this under extensive pressures. The gendarmerie soldiers raided the film set on the fourth day. There is no other movie in the world whose set was raided during production.² The movie was shown in the 39th International Antalya Altžn Portakal Film Festival² and won the prizes of the ŒBest Art Director¹ and ŒBest Visual Director¹. (Milliyet-Özgür Gündem-TIHV, April 24, 2003)

Journalist Threatened in Mardin

The journalist Mehmet Ertas, working as the representative of the Kurdish weekly Azadiya Welat in Mardin province, filed an official complaint with the police officer Kenan Karakoç, who reportedly threatened him while in detention. Ertas had been detained on 17 April while observing the action staged by the women members of the Democratic People¹s Party (DEHAP) on the grounds that he did not hold a press card. (Özgür Gündem-TIHV, April 24, 2003)

Bans for Radio and TV stations

The High Council for Radio and TV (RTÜK) imposed various bans on broadcasting for radio and TV stations. Aktüel Radyo, broadcasting from Diyarbakir, will have to close down for 60 days for separatist propaganda. Kanal 43 TV (Kütahya), Radyo Söz (Bursa), Sevgi FM (Bursa) and Yunus FM (Maras) will have to close down for 30 days each. (Özgür Gündem-TIHV, April 25, 2003)

Publishers on Trial in Istanbul

The prosecutor at Istanbul SSC launched a court case against the translator Vahdettin Ince, the publishing manager of Doz Publishing House Ahmet Zeki Okçuoglu and the manager of Can Printing House Bedri Vatansever in connection with the book entitled "Barzani and Kurdish National Liberation Movement" on the life of Molla Mustafa Barzani, father of Mesut Barzani. The indictment wants the defendants to be sentenced under Article 312 of the TPC. The trial will start on 7 May at Istanbul SSC. (Cumhuriyet-TIHV, April 27, 2003)

Writers and Publishers on Trial

The writer Fikret Baskaya and the publishing managers of Maki Publishing House Özden Bayram and Ismet Erdogan were indicted for a book of Baskaya entitled "Articles Against the Flow". Since the book includes sentences like "Sivas massacre is a massacre organized by the state as others in the past" and "This is a torture republic", the indictment wants the defendants to be sentenced under the Article 159 TPC. (Cumhuriyet-TIHV, April 28, 2003)

Cartoonist on Trial in Boyabat

On 24 April Boyabat Penal Court of First Instance continued to hear the case of the cartoonists Askin Ayrancioglu and Seyit Saatçi in connection with the exhibition they had organized in Boyabat district of Sinop in June 2001 on charges of having insulted the police. The court adjourned the hearing to 22 May to wait the report of expert. (TIHV, April 28, 2003)

(For earlier cases go to Info-Türk, N° 295)
 

Chypre et la Grèce/Cyprus and Greece

La Grèce et la Turquie vont bientôt déminer leur frontière

La Grèce et la Turquie vont commencer prochainement à appliquer à leur frontière terrestre la convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines anti-personnel, après la ratification par la Turquie ce de texte, a annoncé mercredi le ministère grec des Affaires étrangères.

La Grèce, dont le parlement avait ratifié la convention en mars 2002, et la Turquie, dont les députés ont fait de même "ces derniers jours", vont "prochainement déposer ensemble les instruments de ratification auprès du secrétariat général de l'Onu", a-t-on précisé au ministère.

"Ensuite, nous appliquerons ce texte", a-t-on ajouté de même source.

Les deux pays avaient pris l'engagement de déminer leur frontière terrestre en avril 2001, à condition que leurs parlements aient auparavant ratifié la Convention d'Ottawa.

Les mines posées du côté grec de la frontière avec la Turquie ont tué plus de 40 immigrants clandestins et en ont blessé une trentaine depuis 1996.

La Grèce a par ailleurs déminé ces dernières années toutes ses frontières nord, notamment avec la Bulgarie, sur la base d'accords bilatéraux. Une fois entamée, l'opération de déminage à la frontière turque devrait prendre environ huit ou neuf mois, a indiqué l'état-major de l'armée de terre.

Les champs de mines le long de cette frontière d'environ 200 km ont pour l'essentiel été installés après l'invasion turque à Chypre, en 1974, qui a ouvert une longue période de tensions entre les deux pays.

Le ministère grec a souligné dans un communiqué que le dépôt en commun des instruments de ratification soulignait "symboliquement le ralliement des deux pays à la Convention".

L'engagement des deux gouvernements à déminer leur frontière avait été qualifié de "très importante mesure de confiance entre les deux pays" par le ministre turc des Affaires étrangères de l'époque, Ismail Cem.

M. Cem et son homologue grec Georges Papandréou sont à l'origine du rapprochement bilatéral lancé à l'été 1999 et qui a jusque-là conduit à la signature de dix accords bilatéraux sur des questions secondaires.

La Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines anti-personnel, adoptée en 1997 et ratifiée par 133 pays, en incluant la Turquie, bannit l'usage, le commerce et la production de ces mines. (AFP, 30 avril 2003)

Des milliers de Chypriotes profitent de l'ouverture de la "ligne verte"

Pour la première fois en vingt-neuf ans, des milliers de Chypriotes, grecs comme turcs, ont, pour la deuxième journée consécutive, franchi, jeudi 24 avril, la "ligne verte", du nom de la ligne de cessez-le-feu qui sépare l'île en deux depuis 1974. C'est cette année-là que l'armée turque débarqua dans la partie nord, en réponse à un coup d'état d'ultranationalistes chypriotes grecs qui souhaitaient rattacher Chypre à la Grèce.

"La ligne de démarcation est comme une vaste passoire où les gens se pressent de part et d'autre. Tous ceux qui le souhaitent n'ont pu passer de l'autre côté, car le passage se fait trop lentement par les trois postes de contrôle, mais c'est une telle joie !", confie, par téléphone, Nayde, une Chypriote turque qui tient une librairie à Nicosie, la capitale divisée.

Selon la police locale, 5 000 personnes environ ont, chaque jour, traversé, à pied pour la plupart, la ligne de démarcation (longue de 180 km et d'une largeur variant entre 3 mètres et 7 kilomètres) qui marque la division de l'île entre la République turque de Chypre du Nord (la RTCN, peuplée de 180 000 habitants, reconnue par Ankara seulement) et la partie grecque de l'île (620 000 personnes), dont le gouvernement est considéré par la communauté internationale comme le représentant de la République de Chypre. L'ouverture de la "ligne Attila", le nom turc de la "ligne verte", avait été annoncée, lundi, par le gouvernement chypriote turc et acceptée par la partie grecque, au nom du respect de la libre circulation des personnes.

Les autorités chypriotes turques, et notamment le président Rauf Denktash, critiqué par sa propre population, est tenu pour responsable de l'échec, en mars, des dernières négociations engagées sous l'égide de l'ONU en vue de la réunification de l'île. Le mécontentement d'une population dont le niveau de vie est cinq fois inférieur à celui des Chypriotes grecs, au sud, est monté d'un cran lors de la signature, le 16 avril, à Athènes, par le gouvernement grec de Chypre, du traité d'adhésion de l'île à l'Union européenne. En l'absence de règlement, seule la partie grecque va intégrer l'Union en mai 2004. L'aplication de l'acquis communautaire - et les aides qui s'y rapportent - reste suspendue pour le Nord jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée.

Joint à Nicosie par téléphone, Hürrem Tulga, président de l'association des petits commerçants, n'en revient pas : "Il y a comme un parfum de révolution. Moi, je ne me suis pas encore rendu côté grec, mais j'ai accompagné un groupe de Chypriotes grecs venus au nord pour revoir leur ancienne maison. Aucune animosité, aucun grief de leur part contre les nouveaux occupants. Ces derniers -des Chypriotes turcs chassés du Sud- les ont bien accueillis, leur proposant de visiter, de boire un café. C'est maintenant que le vrai travail commence, celui du rapprochement. Je suis persuadé que le processus de réunification est irréversible."

Pour ce militant de longue date en faveur du rapprochement des deux communautés, la décision des autorités chypriotes turques "ne fait qu'illustrer la faillite de leur politique, explique Hürrem Tulga, Rauf Denktash et son entourage cherchent à retrouver une légitimité auprès de la population".

La partie grecque avait récemment convié les opposants de M. Denktash à une rencontre avec le premier ministre grec, Costas Simitis, en visite sur l'île. Elle s'apprête à annoncer en mai une série de mesures destinées à faciliter la vie des Chypriote turcs, comme la délivrance de permis de travail, l'obtention du passeport chypriote grec. La décision du gouvernement chypriote turc d'autoriser la libre circulation l'a cependant pris de court : "Le mur n'est pas tombé parce que le problème chypriote -la partition- demeure", a indiqué, jeudi, le porte-parole du gouvernement de la République de Chypre (Sud).

A Ankara, le quotidien turc à grand tirage Sabah écrivait jeudi que "la décision d'autoriser la libre circulation a en fait été prise par les autorités militaires turques avec l'approbation d'Ankara". Même si "la partie chypriote turque espère qu'en laissant les gens libres de circuler elle pourra garder son territoire, ajoutait-il, les autorités turques comprennent qu'il est impossible de maintenir le statu quo, que la cause est perdue". (Le Monde, 25 avril 2003)
 

Le gouvernement chypriote turc autorise ses citoyens à passer au sud

Le gouvernement de la République turque de Chypre nord (RTCN, reconnue uniquement par Ankara) a annoncé lundi que les ressortissants du nord de l'île seraient autorisés à passer "librement" dans le sud entre 09h00 et 24h00, annonce l'agence Anatolie.

Le gouvernement a annoncé cette mesure lundi soir à l'issue d'une réunion du conseil des ministres, indiquant que la décision serait publiée mardi au journal officiel, et effective mercredi matin, dit Anatolie.

La mesure a été annoncée par le vice-Premier ministre et ministre du Tourisme Serdar Denktash, fils du Président de la RTCN Rauf Denktash, qui a expliqué qu'elle été valable également pour les Chypriotes grecs désirant se rendre au nord de l'île.

La nouvelle a été accueillie par des vivas dans le nord de l'île, la population faisant usage de ses téléphones portables pour informer les proches et commandant du vin en applaudissant dans les lieux publics, a appris l'AFP sur place.

Entrer dans la partie sud de l'île était interdit depuis la création de la RTCN, établie en 1983, et passible de prison, même si beaucoup le pratiquaient par la zone de passage de Pila, sur la ligne de démarcation contrôlée par les Nations unies.

La RTCN n'est reconnue que par la Turquie qui a occupé la partie nord de l'île en 1974 en réponse à un coup d'Etat de nationalistes grecs qui voulaient rattacher Chypre à la Grèce.

La République de Chypre (représentant uniquement la population du sud), internationalement reconnue, a signé le 15 un traité d'adhésion avec l'Union européenne qu'elle rejoindra en 2004, laissant sur la touche la partie nord de l'île après l'échec de négociations menées par l'Onu pour la réunification. (AFP, 21 avril 2003)
 

Chypre: Bruxelles prudent à l'annonce du libre passage du nord au sud

La Commission européenne a accueilli mardi avec prudence l'annonce faite la veille par le gouvernement de la République turque de Chypre du Nord (RTCN, reconnue uniquement par Ankara) qu'il autorisera ses ressortissants à passer "librement" dans le sud de l'île.

L'exécutif européen, qui a négocié l'adhésion de Chypre dans l'Union européenne malgré la division de l'île, a dit "accueillir avec satisfaction toute amélioration de la situation actuelle, pas seulement concernant le statut politique de l'île mais aussi dans la vie de tous les jours", selon un porte-parole.

Le gouvernement de la RTCN a annoncé lundi soir cette mesure qui s'applique uniquement entre 09h00 et 24h00, en précisant qu'elle serait effective mercredi matin.

L'entrée dans la partie sud de l'île était interdite depuis la création de la RTCN, établie en 1983. La RTCN n'est reconnue que par la Turquie qui a occupé la partie nord de l'île en 1974 en réponse à un coup d'Etat de nationalistes grecs qui voulaient rattacher Chypre à la Grèce.

La République de Chypre (représentant uniquement la population du sud), internationalement reconnue, a signé la semaine dernière le traité d'adhésion à l'UE qu'elle rejoindra en 2004, laissant sur la touche la partie nord de l'île après l'échec de négociations menées par l'Onu pour la réunification. (AFP, 22 avril 2003)
 

Simitis exhorte les Turcs et Denktash à accepter le plan Annan

Le Premier ministre grec Costas Simitis a exhorté samedi le dirigeant chypriote-turc Rauf Denktash et Ankara à assouplir leur position sur une réunification de Chypre afin de permettre à l'ensemble de l'île de profiter de l'adhésion à l'Union européenne.

"L'impasse actuelle est due à la position des Turcs et des Chypriotes-turcs. Si leur politique d'obtruction persiste, le problème perdurera et la réunification ne se produira pas", a déclaré M. Simitis lors d'une conférence de presse à Nicosie.

L'échec des négociations sur une réunification de l'île de Chypre divisée depuis 1974 a abouti à la signature par le gouvernement chypriote-grec du traité de l'adhésion à l'UE mercredi à Athènes, laissant de côté les Chypriotes-turcs.

Chypre est divisé depuis 1974, date de l'intervention de l'armée turque dans sa partie nord en réponse à un coup d'Etat d'ultranationalistes chypriotes-grecs qui voulaient rattacher l'île à la Grèce. La République de Chypre (grecque - sud) est reconnue internationalement comme la seule entité légitime sur l'île.

Le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan a blâmé M. Denktash, qui a refusé le mois dernier son plan de réunification de l'île, malgré des manifestations pro-UE sans précédent dans le nord de de Chypre.

"Les Chypriotes-grecs et les Chypriotes-turcs devraient prendre l'initiative de discuter d'une solution, mais cela aboutira seulement si les points principaux du plan Annan sont acceptés par M. Denktash", a dit M. Simitis, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE.

Il a aussi appelé Ankara à "revoir" sa politique à l'égard de Chypre et à comprendre qu'il est dans son intérêt d'avoir un règlement dans l'île, ce qui "contribuerait à normaliser les relations entre la Grèce et la Turquie" et "entre la Turquie et l'UE".

M. Simitis, arrivé vendredi à Chypre, première étape d'une tournée qui doit le mener dans les dix nouveaux Etats européens ayant signé le traité d'adhésion à l'UE, a rencontré samedi les leaders des partis de l'opposition chypriote-turque et ceux des partis chypriotes-grecs, avant de quitter l'île.

Il a fait état de "convergence de vues" entre les partis de l'opposition chypriote-turque et les partis chypriotes-grecs, les deux parties estimant nécessaire de profiter de l'ahésion à l'UE et d'accepter le plan Annan pour "permettre à une Chypre unifiée d'aller de l'avant".

Les discussions ont également porté sur une série de mesures visant à améliorer le niveau de vie des Chypriotes-turcs, notamment en leur permettant de travailler dans la partie sud (grecque) de l'île.

Les chefs des partis chypriotes-turcs, qui rencontraient pour la première fois un Premier ministre grec, ont affirmé que M. Simitis avait montré "un intérêt positif" à leur égard. (AFP, 19 avril 2003)
 

La Turquie va accorder plus de 500 millions de dollars d'aide à Chypre nord

Le vice-premier ministre turc Abdullatif Sener a annoncé vendredi que son pays accorderait plus de 500 millions de dollars d'aide à la République turque de Chypre nord (RTCN, auto-proclamée).

Ankara déboursera 450 millions de dollars sur trois ans pour soutenir le secteur privé chypriote turc, notamment en contribuant à la modernisation d'infrastructures touristiques et en offrant des prêts aux fermiers et aux entrepreneurs, a indiqué M. Sener lors d'une conférence de presse à Nicosie (nord).

La Turquie payera également l'équivalent de 67 millions de dollars pour aider à financer des projets d'infrastructure.

"La Turquie va continuer à soutenir les Chypriotes turcs" qui sont soumis "à un embargo international illégal", a affirmé M. Sener.

La RTCN, établie en 1983, n'est reconnue que par la Turquie qui a occupé la partie nord de l'île en 1974 en réponse à un coup d'Etat de nationalistes grecs qui voulaient rattacher Chypre à la Grèce.

L'économie de la RTCN est complètement dépendante de la Turquie.

La signature des deux protocoles d'aide économique intervient deux jours après que la République de Chypre (grecque), internationalement reconnue, ait signé un traité d'adhésion à l'Union européenne qu'elle rejoindra en mai 2004. (AFP, 18 avril 2003)
 

L'adhésion de Chypre à l'UE: revers diplomatique pour Ankara selon la presse

La signature par la partie chypriote grecque du traité d'adhésion à l'Union européenne constitue une sérieux revers diplomatique pour la Turquie et peut compromettre ses propres chances de rejoindre le bloc européen, estimait jeudi la presse turque.

"Que manque-t-il sur la photo?" demandait le quotidien libéral Radikal publiant le "portrait de famille" des leaders européens, y compris ceux des 10 nouveaux Etats membres qui ont signé le traité d'adhésion mercredi à Athènes.

"Ankara, pour n'être pas parvenue à trouver un accord sur Chypre, n'a pas pris la place qui aurait pu lui revenir dans la famille européenne... et enregistre l'échec diplomatique le plus sévère de son histoire", selon Radikal.

Le quotidien Cumhuriyet estimait pour sa part que la Turquie avait enregisté une défaite sur toute la ligne concernant la question chypriote, et le journal populaire Vatan en attribuait la responsabilité à Rauf Denktash, le leader de la République turque de Chypre nord (RTCN, reconnue uniquement par Ankara).

"Satisfait, M. Denktash?", demandait le quotidien qui publiait une photo du vieux leader nord-chypriote regardant la cérémonie de signature du traité d'adhésion à la télévision.

M. Denktash et la Turquie sont vivement critiqués par la communauté internationale après l'échec le mois dernier des négociations interchypriotes, menées sous l'égide de l'ONU, pour réunifier l'île de Méditerranée orientale.

L'Union européenne avait proposé d'intégrer à la fois la partie nord et la partie sud de l'île si un accord de réunification était trouvé à temps, mais faute d'avancée, c'est le gouvernement chypriote grec, seul reconnu internationalement, qui a seul rejoint l'Union, isolant un peu plus l'Etat autoproclamé chypriote turc.

"La Turquie n'a pu qu'être témoin de l'entrée dans l'UE de la partie chypriote grecque, alors qu'elle se refuse à reconnaître cet Etat depuis 29 ans. Ce n'est rien d'autre que l'échec de la politique européenne de la Turquie", dit un éditorialiste du grand journal Hurriyet.

Le quotidien Milliyet appelait Ankara à reconsidérer sa position sur Chypre pour relancer sa propre candidature à l'intégration de l'Union européenne.

En écho, Radikal a prévenu que l'absence de solution à Chypre signifierait la fin des aspirations de la Turquie au statut de membre à part entière de l'Union.

"Une chose est certaine. S'il n'y a pas de solution à Chypre, la Turquie ne sera jamais membre de l'Union", selon Radikal. (AFP, 17 avril 2003)
 

Athènes appelle Ankara à "abandonner son intransigeance" sur Chypre

Le gouvernement grec a appelé jeudi Ankara à "abandonner son intransigeance" sur Chypre en réponse aux vives critiques turques sur la signature par la République de Chypre du traité d'adhésion à l'Union européenne, qui laisse de côté le gouvernement chypriote-turc.

"La Turquie semble ne pas avoir conscience de ce qui s'est passé hier, cette nouvelle réalité de l'Europe et de l'adhésion de Chypre" a estimé jeudi le porte-parole du gouvernement grec Christos Protopapas.

"C'est une politique qui mène à l'impasse, la Turquie doit abandonner son intransigeance, et coopérer en vue d'un règlement à Chypre et renforcer ainsi sa position par rapport à l'UE", selon M. Protopapas.

Lors de la signature au pied de l'Acropole, la Turquie était seulement représentée par son ambassadeur en Grèce. Le chef de sa diplomatie Abdullah Gul avait choisi d'arriver dans la capitale une fois celle-ci terminée.

Mercredi, Ankara avait vigoureusement critiqué l'UE à propos de l'adhésion de la République de Chypre qui laisse de côté le gouvernement chypriote-turc, auto-proclamé et reconnu uniquement par la Turquie. "La Turquie n'accepte pas le traité d'adhésion (de la République de Chypre), que ce soit sur le plan légal ou politique", a dit le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

"La Turquie semble ne pas avoir conscience de ce qui s'est passé hier, cette nouvelle réalité de l'Europe et de l'adhésion de Chypre. C'est une politique qui mène à l'impasse, la Turquie doit abandonner son intransigeance, coopérer en vue d'un règlement à Chypre et renforcer ainsi sa position par rapport à l'UE", a répondu jeudi le porte-parole du gouvernement grec Christos Protopapas.

Plus conciliant, le Premier ministre grec Costas Simitis a lancé, jeudi matin, en accueillant M. Gul à la Conférence européenne: "vous aussi, un jour, vous participerez à une telle cérémonie. Bien sûr, il faudra du temps mais (cela arrivera) si nous coopérons...".

Le secrétaire des Nations Unies Kofi Annan a pour sa part réaffirmé devant la Conférence européenne sa "déception" par rapport à l'échec des pourparlers de réunification de l'île. "Une opportunité unique a été ratée, mais je ne doute pas qu'il y aura un jour un accord. Ce qui manque c'est la volonté politique", a-t-il dit.

Les pourparlers menés par les Nations Unies en vue d'une réunification de l'île ont échoué le mois dernier face aux objections des deux parties concernant le plan proposé par le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, ce qui a conduit à une signature du traité par la seule partie grecque.

Chypre est divisée en deux parties depuis l'invasion en 1974 par la Turquie de sa partie nord en réponse à un coup d'Etat grec visant à s'approprier l'ensemble de cette île méditerranéenne stratégique.

La Turquie, tout comme la Bulgarie et la Roumanie, est candidate à l'entrée au sein de l'UE, mais, contrairement à ces deux pays, n'a pas encore obtenu de date pour le début des négociations d'adhésion. (AFP, 17 avril 2003)

Rencontre entre Simitis et des leaders de l'opposition chypriote-turque

Le Premier ministre grec Costas Simitis, dont le pays exerce la présidence de l'Union européenne (UE), rencontrera samedi des responsables de l'opposition chypriote-turque dans la partie grecque de l'île divisée, a affirmé mercredi le dirigeant chypriote-turc Rauf Denktash.

"Une invitation a été lancée à tous les responsables politiques (...) Mais seule l'opposition participera et non les partis au pouvoir", a déclaré M. Denktash sur la chaîne CNN-Turk, au cours d'une visite en Turquie, critiquant les responsables de l'opposition pour avoir accepté l'invitation.

L'opposition à Chypre nord a mené une fronde sans précédent contre Rauf Denktash, opposé à une réunification des communautés turque et grecque de l'île.

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, avait accusé le dirigeant chypriote-turc d'être responsable de l'échec des négociations à La Haye sur le plan de réunification de l'île qu'il avait proposé.

L'application de ce plan, qui prévoyait la mise en place d'un Etat fédéral basé sur le modèle suisse, était considérée comme la dernière chance de parvenir à la réunification de l'île avant que la partie chypriote-grecque, internationalement reconnue, ne rejoigne l'Union européenne en 2004.

L'île est divisée depuis l'intervention de l'armée turque dans le nord, en réponse à un coup d'Etat de nationalistes chypriotes-grecs visant à rattacher l'île à la Grèce. (AFP, 16 avril 2003)
 

Les Chypriotes turcs voient avec amertume leurs voisins grecs rejoindre l'UE

Partagés entre colère et amertume, les Chypriotes turcs suivaient mercredi, à la télévision, les cérémonies marquant l'adhésion de leurs voisins grecs, vivant dans le sud de l'île, à l'Union européenne.

"Je suis vraiment triste. Nous aussi, nous voulions tellement rejoindre l'UE", affirme Fikret Sokullu, un commerçant de 40 ans habitant le secteur nord de Nicosie, dernière capitale divisée au monde.

La mine renfrognée, M. Sokullu et ses clients, dans le petit magasin de vêtements, regardaient du coin de l'oeil un poste de télévision qui diffusait les dernières informations en provenance d'Athènes où les dirigeants de l'UE accueillaient les 10 nouveaux membres de l'Union, dont la République de Chypre, internationalement reconnue mais représentant seulement la communauté chypriote grecque de l'île méditerranéenne.

Une tentative de médiation de l'Onu pour mettre fin à 29 ans de division entre les deux communautés s'est soldée le mois dernier par un échec. Selon les Nations Unies, la responsabilité de l'échec incombe principalement à l'attitude intransigeante du dirigeant chypriote-turc Rauf Denktash.

Ce dernier a rejeté les termes d'un accord proposé par l'Onu et, malgré les manifestations de masse en faveur du traité, a refusé d'en soumettre les termes à un référendum des 200.000 habitants de sa République turque de Chypre nord (RTCN), Etat reconnu seulement par la Turquie.

"Nous avons raté une grande occasion à cause de Denktash. Même si nous rejoignons l'UE à l'avenir, je ne suis pas sûr qu'on nous offrira les mêmes conditions", estimait Ali Coban, consultant en relations publiques.

La Turquie maintient quelque 30.000 soldats à Chypre nord où elle est intervenue en 1974 pour faire échec à une tentative de coup d'Etat de nationalistes chypriotes grecs qui voulaient rattacher l'île à la Grèce.

Depuis lors, des sanctions internationales contre la RTCN ont laissé son économie en ruine alors que la communauté chypriote grecque s'est enrichie, grâce notamment à l'explosion du tourisme.

La RTCN est presque totalement dépendante de l'aide économique et financière de la Turquie.

"Le chômage est partout, nos jeunes passent leur temps dans les cafés et les bars. Ils doivent s'expatrier. J'ai envoyé mon fils en Allemagne, mais Dieu sait ce qu'il va y faire", ajoute M. Sokullu.

"Si (Denktash) avait rejoint l'UE, notre avenir serait bien meilleur", soupire-t-il.

La République de Chypre, qui signait mercredi le traité d'adhésion, doit rejoindre l'UE en mai 2004 et l'Onu a appelé les deux parties à continuer d'ici là à négocier pour tenter de trouver un accord.

Le projet de réunification mis en avant par le secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan "est toujours d'actualité. Si les deux côtés font preuve d'une attitude constructive, je pense que quelque chose peut être fait. Mais je ne pense pas que notre côté ait la volonté nécessaire", estime Salih Hamitoglu, un représentant en produits pharmaceutiques.

D'autres estiment que l'avenir dépend de ce que décidera le "grand frère" turc.

Ankara dispose d'une grande influence sur le gouvernement de la RTCN et pourrait voir ses propres chances de rejoindre l'UE fortement compromises si Chypre n'est pas réunifiée dans les 12 mois qui viennent.

"Toute la pression est maintenant sur la Turquie. Elle va se retrouver en position de puissance occupante" d'un territoire appartenant à l'UE", souligne Ersoy Onbasiogullari, un chômeur âgé de 40 ans.

Les Chypriotes turcs ont longtemps estimé que l'intervention militaire turque les avait sauvés des actes de violence perpétrés par les Grecs.

Mais aujourd'hui, nombre d'entre eux se demandent si Ankara ne cherche pas tout simplement à maintenir sa présence militaire et son influence politique sur l'île. (AFP, 16 avril 2003)
 

L'adhésion des Chypriotes grecs à l'UE vue avec amertume par la presse turque

La presse turque affichait son amertume mercredi face à l'adhésion des Chypriotes grecs à l'Union européenne (UE), tout en accusant le gouvernement d'Ankara de n'avoir pas su à temps régler le conflit chypriote.

"Triste mais vrai: Les Chypriotes grecs vont aujourd'hui rejoindre l'UE et il ne nous reste plus qu'à regarder la cérémonie", relevait par exemple le journal Vatan.

"La politique poursuivie (par la Turquie) pendant 29 ans meure aujourd'hui", ajoutait ce journal, en référence à l'intervention des forces militaires turques à Chypre nord en 1974 pour faire échec à une tentative de coup d'Etat de nationalistes chypriotes grecs qui voulaient rattacher l'île à la Grèce.

Depuis lors, les tentatives diplomatiques pour réunifier l'île ont échoué les unes après les autres et la faute principale, selon la communauté internationale, en incombe à la Turquie et au dirigeant chypriote turc Rauf Denktash.

La Turquie a longtemps affirmé que Chypre ne pourrait rejoindre l'UE tant que ses communautés turque et grecque demeuraient divisées et avait même un moment menacé d'intégrer Chypre nord si l'UE intégrait la République de Chypre.

"Voici la fin de la politique de l'autruche", affirmait pour sa part le quotidien Zaman, pour qui la Turquie doit aujourd'hui voir la vérité en face.

Le quotidien Radikal publiait en première page la photo de M. Denktash, accompagnée de celles de tous les dirigeants turcs qui se sont succédés au pouvoir depuis 1974 et titrait ironiquement: "Soyez fiers de ce que vous avez fait!"

Et le journal soulignait que l'adhésion de la seule partie grecque de l'île pourrait maintenant compliquer les efforts de la Turquie pour rejoindre l'UE.

Le quotidien Milliyet constatait avec amertume que la Turquie, première à signer des accords de coopération avec l'UE dans les années 60, est aujourd'hui dépassée par des anciens pays communistes d'Europe de l'Est qui signent eux aussi mercredi le traité d'adhésion, 10 ans à peine après avoir fait acte de candidature à l'UE. (AFP, 16 avril 2003)
 

Denktash réaffirme qu'il continuera à "lutter"

Le leader chypriote-turc, Rauf Denktash, a réaffirmé jeudi qu'il continuerait à lutter pour la survie de sa République turque de Chypre nord (reconnue seulement par Ankara) et n'accepterait qu'un accord de paix sur la base de l'égalité.

M. Denktash s'exprimait à Istanbul à l'occasion d'un dîner-débat intitulé "Les Chypriotes-turcs ne sont pas seuls", auquel assistaient notamment les deux derniers chefs d'état-major de l'armée turque, Ismaïl Hakki Karadayi et Hussein Kivrikoglu.

"Nous continuerons à nous défendre", a dit M. Denktash, en estimant que les Chypriotes-grecs "tentaient aujourd'hui de faire, à la faveur de l'intégration de l'Union européenne, ce qu'ils n'avaient pas réussi à faire par les armes, ce qu'ils n'avaient pas réussi à faire non plus aux moyens de l'embargo".

Le vieux dirigeant a rappelé combien le plan de réunification de l'île proposé par le secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan, "n'était pas viable" parce qu'il faisait de la communauté chypriote-turque du nord de Chypre une minorité "au même titre que les Maronites", selon lui.

Il s'est opposé à l'argument selon lequel Chypre s'apprêtait à entrer dans l'Union européenne, fermant la voie à l'intégration de la Turquie, car "ce n'est pas Chypre qui a demandé à entrer dans l'UE, mais la partie grecque", a-t-il dit.

"Le but, c'est de priver la Turquie de ses droits, de faire main basse sur tout le territoire chypriote", a encore estimé M. Denktash.

"Si nous défendons cet argument, si nous affirmons avec courage que nous défendrons notre gouvernement, alors ils seront prêts pour une vraie discussion avec nous", a dit M. Denktash de la partie chypriote grecque.

Selon lui, Chypre n'est pas seulement stratégique pour le couloir énergétique turc depuis le port pétrolier de Ceyhan, mais aussi "une place géopolitique importante pour l'Europe", et "l'Europe ne veut pas d'une Chypre divisée".

M. Denktash a, par ailleurs, réitéré son offre de restitution de la ville abandonnée de Varosha aux Chypriotes-grecs, offre faite la semaine dernière à son homologue Tassos Papadopoulos pour relancer les discussions interchypriotes, jusque-là repoussée.

Chypre est divisée depuis 1974 quand l'armée turque est intervenue pour occuper le tiers nord de l'île en réponse à un coup d'Etat ultranationaliste à Nicosie visant à rattacher l'île à la Grèce.(AFP, 10 avril 2003)
 

Simitis et Erdogan: une solution doit "être trouvée" à la question chypriote

Les Premiers ministres grec et turc, Costas Simitis et Recep Tayyip Erdogan, sont convenus mercredi à Belgrade en marge d'un sommet balkanique qu'une solution au problème chypriote "devait être trouvée".

"Nous sommes tous deux d'avis qu'une solution est nécessaire", a déclaré Costas Simitis à l'issue d'un entretien d'une heure et demie avec son homologue turc. "Nous sommes convenus aussi (...) que nous devons jouer un rôle pour promouvoir une solution", a-t-il ajouté.

M. Erdogan a estimé de son côté que "les deux gouvernements devaient renforcer davantage leurs efforts". Les deux pays, a-t-il dit, "doivent approcher l'avenir avec un esprit d'amitié et d'unité".

M. Simitis a réaffirmé "la ferme position de la Grèce depuis la division de Chypre en 1974", selon laquelle "une solution doit être trouvée dans le cadre des Nations unies". Il a estimé que le plan de paix du secrétaire général de l'Onu Kofi Annan, rejeté le 11 mars dernier par le dirigeant chypriote turc Rauf Denktash, constituait "une base de discussion".

M. Erdogan a lui affirmé que "des changements au plan Annan étaient nécessaires pour qu'il puisse être une base de discussion". "Nous voulons une solution pour que les deux communautés vivent dans la paix et la propérité", a-t-il ajouté.

Au cours de la conférence de presse à l'issue du sommet, M. Erdogan a précisé que la Turquie soutenait "les efforts de M. Annan" pour trouver une solution au problème chypriote.

Selon une source proche de M. Simitis, M. Erdogan a exposé sa proposition de réunir une conférence à cinq: les trois puissances garantes de l'indépendance de l'île et les deux communautés chypriotes pour faire avancer les pourpalers de paix. Cette proposition hors du cadre de l'ONU a été rejetée par la partie grecque, selon la même source.

La rencontre se tenait une semaine avant la signature, le 16 avril, à Athènes par la République de Chypre du Traité d'adhésion à l'Union européenne, "un jour de fête où la Grèce réalisera un rêve", a dit M. Simitis devant la presse grecque.

L'échec des tentatives de Kofi Annan de régler le problème chypriote avant cette signature a placé la partie nord de Chypre occupée par l'armée turque en dehors du processus d'adhésion à l'UE.

M. Simitis a expliqué qu'un protocole sera inséré dans le Traité prévoyant qu'en cas de solution de la question chypriote l'acquis communautaire sera appliqué à l'ensemble de l'île.

MM. Simitis et Erdogan se sont par ailleurs accordés sur la crise irakienne. Ils ont tous deux souligné le besoin "de maintenir l'intégrité territoriale de l'Irak sans changement de frontières", et d'accorder "un rôle central" à l'ONU pour la reconstruction de l'Irak et pour l'aide humanitaire.

Les deux hommes, selon M. Erdogan, ont déclaré que "la richesse pétrolière de l'Irak devait appartenir à l'ensemble des citoyens de l'Irak".

M. Simitis a affirmé son souhait "de poursuivre le processus de rapprochement avec la Turquie pour une meilleure relation dans la région conduisant à une meilleure compréhension entre les deux peuples et les deux nations".

M. Erdogan a de son côté souhaité "un développement des relations commerciales bilatérales qui s'élèvent à 900 millions de dollars, ce qui ne correspond pas à la dynamique existante" entre les deux pays. (AFP, 9 avril 2003)
 

La Turquie n'entrera pas dans l'UE tant que Chypre restera divisée (Athènes)

Le Premier ministre grec Costas Simitis, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne, a déclaré lundi que la Turquie n'intègrerait pas l'UE tant que l'île de Chypre resterait divisée.

"La ligne qui divise Nicosie, sépare aussi la Turquie de l'Union européenne", a dit M. Simitis lors d'un discours retransmis à la télévision.

"L'adhésion de la Turquie à l'Union européenne comporte des pré-conditions claires: le règlement par la Turquie de tous ses problèmes avec ses voisins dans le respect du droit international et des principes de l'UE", a ajouté le Premier ministre.

La République de Chypre (partie grecque, reconnue par la communauté internationale) et la République turque de Chypre du nord (RTCN, reconnue seulement par la Turquie) se font face depuis 1974, date à laquelle l'armée turque a envahi sa partie nord, en réponse à un coup d'Etat d'ultranationalistes chypriotes-grecs qui voulaient rattacher l'île à la Grèce.

La Grèce presse la Turquie de convaincre les Chypriotes turcs d'accepter les propositions des Nations unies en vue de la réunification de Chypre. Des pourparlers de paix, ultime tentative pour aboutir à une réunification de l'île avant son entrée dans l'Union européenne, avaient échoué le 11 mars à La Haye, en dépit des efforts du secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan.

Une rencontre entre les chefs de gouvernement grec et turc, Costas Simitis et Recep Tayyip Erdogan, doit se dérouler mardi à Belgrade. (AFP, 7 avril 2003)
 

Le gouvernement turc soutient toujours Denktas

Le ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gul a appelé samedi l'Union européenne (UE) à ne pas "tuer" les efforts de paix à Chypre avant la signature, le 16 avril, du traité d'adhésion à l'union de la partie grecque, la seule entité internationalement reconnue de l'île.

"L'UE ne doit pas tuer le efforts de paix", a-t-il dit à la presse à son arrivée à Nicosie-nord pour une visite dans la République turque de Chypre du nord (RTCN, reconnue par la seule Turquie).

Le ministre turc a estimé que "le 16 avril n'est pas la fin de tout", soulignant que les Quinze se devaient d'"arranger très bien les conditions de cette intégration".

La République de Chypre doit signer un traité d'accession à l'UE le 16 avril, au nom de l'île toute entière.

Mais la RTCN, où Ankara maintient environ 30.000 soldats, demeurera en marge de ce processus.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Denktash à la fin de sa visite-éclair sur l'île, M. Gul a appelé les autorités chypriotes-grecques à accepter une récente proposition de M. Denktash qui prévoit notamment une concession territoriale.

M. Denktash, vient de proposer de rétrocéder au Chypriotes-grecs l'ancienne station balnéaire de Varoscha (est), devenue une ville-fantôme depuis l'intervention militaire turque de 1974, en échange de la levée de mesures d'embargo imposées contre son territoire.

Les autorités chypriotes-grecques ont rejeté cette proposition.

"Cette proposition est très importante, elle vise un repeuplement de 30.000 personnes (Chypriote-grecs). J'espère que ces mesures de confiance seront acceptées", a-t-il notamment dit.

M. Denktash a pour sa part indiqué que des questions d'ordre économique pour pallier les difficultés économiques de la RTCN avaient été évoquées lors des discussions avec M. Gul.

Outre M. Denktash, M. Gul s'est entretenu également avec des représentants de partis d'opposition et d'organisations non-gouvernementales (ONG) qui s'étaient prononcés en faveur d'un plan pour la réunification de l'île proposé par le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, sur lesquelles les discussions ont échoué le 11 mars dernier.

En début de semaine, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait annoncé que son gouvernement entendait faire de nouvelles propositions pour tenter de réconcilier les communautés grecque et turque de l'île, évoquant la tenue le 8 avril à Belgrade d'une rencontre entre lui et son homologue grec Costas Simitis. (AFP, 5 avril 2003)
 

PES Group President condemns the arrest of Turkish Cypriots

The President of the PES Group in the European Parliament, Enrique BARON, on April 2, 2003, strongly condemned the recent arrests of opposition politicians and other citizens by Rauf DENKTAS, in the occupied northern part of Cyprus. Those arrested were demonstrating in favour of a solution to the Cyprus issue which will allow the Turkish Cypriot Community to participate and benefit from the accession of Cyprus to the EU.

Mr BARON said 'We strongly believe that this kind of behaviour is not consistent with the principles and values of democracy which everbody respects and follows in the EU. We urge Mr DENKTAS to listen to the voice of the Turkish Cypriots, who are calling for a just and viable solution of the Cyprus issue based on  the principles of international and European law, which will facilitate a common, peaceful and harmonious future for both Turkish and Greek Cypriots in the framework of the European family.' (PES, April 2, 2003)
 

Kurdish Question/Question kurde

La Cour européenne enquête à Ankara sur la disparition de deux Kurdes

Une délégation de trois juges de la Cour européenne des Droits de l'Homme s'est rendue à Ankara où elle a auditionné des témoins dans l'affaire de deux militants kurdes disparus depuis janvier 2001, a indiqué mercredi la Cour dans un communiqué à Strasbourg.

Le communiqué précise que la délégation composée de Sir Nicolas Bratza (britannique), M. Matti Pellonpää (finlandais) et M. Rait Maruste (estonien), a entendu des témoins de lundi à mercredi dans la capitale turque, pour tenter de faire la lumière sur le sort de Serdar Tanis et Ebubekir Deniz, deux responsables du Parti de la Démocratie du Peuple (HADEP, pro-kurde).

Les deux responsables ont disparu à Silopi (sud-est de la Turquie) depuis  le 25 janvier 2001, date de leur convocation au poste de gendarmerie de cette ville où les avait accompagnés un autre militant du HADEP.

Les avocats des deux Kurdes avaient dès le 9 février suivant, introduit, au nom de quatre de leurs proches, une requête devant la Cour européenne des droits de l'Homme qui a été déclarée recevable en septembre 2001.

Selon les requérants, les deux militants pourraient avoir été victimes d'une exécution extrajudiciaire lors de leur garde à vue non reconnue par les autorités. Ils allèguent la violation des articles 2 (droit à la vie), 3 (interdiction de la torture ou de traitements inhumains ou dégradants), 5 (droit à la liberté et à la sûreté) et 13 (droit à un recours effectif) de la Convention.

Selon la version du gouvernement, les deux militants se sont bien rendus à  la gendarmerie de Silopi pour une visite au commandant, mais ils auraient quitté les lieux une demi-heure plus tard, sans l'avoir rencontré et après avoir signé un registre de sortie.

Le Hadep, principale formation pro-kurde de Turquie, a été formellement interdit en mars dernier par la Cour constitutionnelle turque. (AFP, 30 avril 2003)

Nouvelle procédure d'interdiction contre le DEHAP

Un procureur turc a lancé mardi une nouvelle procédure d'interdiction contre le parti démocratique du peuple (Dehap) pour liens présumés avec les rebelles séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, rebaptisé Kadek), rapporte l'agence Anatolie.

Le principal procureur du pays, Sabih Kanadoglu, demande dans sa requête auprès de la Cour constitutionnelle, habilitée à interdire les formations politiques, que le Dehap soit interdit pour "activités contraires à l'unité indivisible de l'Etat" et "liens avec l'organisation terroriste PKK/Kadek", selon l'agence.

M. Kanadoglu, procureur de la Cour de cassation, avait lancé en mars une première procédure d'interdiction contre le Dehap l'accusant d'avoir falsifié des documents ayant trait à l'ouverture de représentations dans le pays afin de pouvoir présenter des candidats aux élections législatives de novembre 2002.

Le Dehap a condamné cette nouvelle procédure à son encontre. "Il s'agit d'une procédure purement politique, dénuée de tout fondement juridique", a déclaré à l'AFP Osman Ozcelik, un porte-parole du parti.

Il a nié toute relation avec le PKK, affirmant que "le Dehap est une formation indépendante qui n'a de lien avec aucune autre organisation".

Cette nouvelle procédure contre le Dehap risque une nouvelle fois d'être mal accueillie par les autorités européennes qui reprochent à Ankara des manquements à la démocratie alors que le pays est candidat à l'Union européenne.

Le Dehap, qui n'a obtenu aucun siège au parlement au scrutin de novembre faute d'avoir franchi la barre des 10% de suffrages nécessaires à l'échelle nationale, a été fondé en 1999 par des sympathisants du parti démocratique du peuple (Hadep) qui vient lui-même d'être interdit le 13 mars dernier par la Cour constitutionnelle pour association avec les rebelles sécessionnistes kurdes.

Le PKK a abandonné la lutte armée pour la création d'un Etat kurde indépendant dans le sud-est après la capture et la condamnation pour "trahison et séparatisme" de son chef Abdullah Ocalan en 1999. (AFP, 29 avril 2003)
 

Release of  four Kurdish deputies refused

On 25 April Ankara SSC continued to hear The retrial of former DEP MPs Leyla Zana, Hatip Dicle, Orhan Dogan and Selim Sadak. Lawyer Yusuf Alatas demanded the testimonies to be recorded and asked to be able to ask questions directly to the witnesses. But the court rejected the demand of the lawyer.

Alatas reminded the court that the decision of ECoHR was also based on the condition of the trial and the defendants should be tried under conditions determined by the European Convention of Human Rights. He also wanted other witnesses to testify. This demand was also rejected.

19 witnesses, who had testified during the first trial, testified again. 8 police officers testified against the defendants. The village guard Abdullah Dursun alleged that Leyal Zana had ordered kidnapping of his son Ali Dursun and said that after that he had taken Ahmet Temel as hostage. Abdullah Dursun added that Zana had been the mediator for the exchange of the hostages.

Mehmet Tahir Babat, Ömer Babat, Idris Babat, Osman Babat and Nurettin Babat from Babat tribe also testified against the defendants.

The lawyers of the defendants were not allowed to ask questions on the contradictory parts of the testimonies.

DEP Party Assembly member Eyüp Karakeçili testified to the effect that he had been detained during first trial and forced to testify against the defendants. He added that he had been tortured three days and put in jail for a long time for not accepting the demand. (Evrensel-Radikal-TIHV, April 26, 2003)
 

Un député européen appelle à la libération de quatre anciens députés kurdes

Un député néérlandais du parlement européen a appelé vendredi à la libération de quatre anciens députés kurdes de Turquie, dont une femme, Leyla Zana, emprisonnés depuis neuf ans pour aide aux rebelles kurdes, à la reprise de leur nouveau procès.

"J'estime qu'ils devraient être libérés dès aujourd'hui", a affirmé à la presse Joost Lagendijk, chef de file d'une délégation du parlement européen venue assister au procès.

"Après neuf ans an prison, je pense qu'ils ont le droit" à une remise en libération conditionnelle en attendant le verdict de ce nouveau procès, a-t-il ajouté.

Les quatre accusés avaient demandé leur remise en liberté à l'ouverture de leur nouveau procès, à la fin mars.

Mme Zana, 42 ans, et trois autres ex-députés --Hatip Dicle, Orhan Dogan et Selim Sadak-- ont été condamnés en décembre 1994 à 15 ans de prison pour aide aux séparatistes armés du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Ils doivent leur nouveau procès à une décision de la Cour européenne des droits de l'Homme, qui a jugé le premier procès inéquitable, et à une décision du parlement turc qui a autorisé de nouveaux procès pour les personnes dont les sentences ont été condamnées par la Cour, dont le siège se trouve à Strasbourg dans l'est de la France.

Il s'agit du premier procès de ce type depuis l'adoption des nouvelles mesures par le parlement en janvier. (AFP, 25 avril 2003)
 

Deux militaires turcs tués dans un accrochage avec des militants kurdes

Deux membres de la gendarmerie paramilitaire turque ont été tués et deux autres blessés lors d'un échange de coups de feu avec des rebelles kurdes dans l'est de la Turquie, a annoncé dimanche l'agence de presse Anatolie.

Cet accrochage meurtrier était le premier enregistré entre forces de l'ordre et rebelles kurdes depuis le mois de janvier.

Il a eu lieu tard samedi lorsqu'une patrouille de la gendarmerie a découvert un groupe de rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK - interdit) dans la province orientale de Bingol, a précisé Anatolie citant des responsables locaux.

Le sud-est de la Turquie, peuplé principalement de kurdes, a connu une guérilla de quinze ans menée par les rebelles séparatistes du PKK qui a fait près de 36.000 morts.

Ce conflit s'est pratiquement éteint depuis 1999, lorsque le PKK a annoncé renoncer à la lutte armée pour chercher une solution pacifique à la question kurde. (AFP, 27 avril 2003)
 

Un militant kurde se suicide au moment de son arrestation en Turquie

Un rebelle kurde s'est suicidé en utilisant une arme à feu vendredi au moment où la police se préparait à l'arrêter dans le sud-est de la Turquie, non loin de la frontière irakienne, tandis qu'un deuxième rebelle était appréhendé, a-t-on appris auprès de la police.

L'agence Anatolie, dans un premier temps, avait fait état du suicide d'un porteur de bombe et de l'arrestation d'un deuxième dans la ville de Silopi.

"Il n'y a pas de porteurs de bombe", a affirmé un porte-parole de la police à Silopi interrogé au téléphone par l'AFP.

Selon lui, les deux hommes appartenaient au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), un mouvement séparatiste kurde interdit qui a mené une guérilla pendant 15 ans dans le pays.

Dans la matinée, Anatolie avait fait état d'un bulletin d'alerte de la police, en affirmant que 35 "terroristes" du PKK étaient récemment passés d'Irak en Turquie avec pour objectif de s'attaquer à des "objectifs occidentaux et turcs".

Dans l'après-midi, Anatolie a fait état d'un deuxième bulletin d'alerte à l'échelle nationale, en faisant cette fois référence au réseau terroriste al-Qaïda et en avertissant que des attaques pourraient avoir lieu contre des ambassades ou des synagoges à Ankara et Istanbul. (AFP, 18 avril 2003)
 

Ouverture d'un procès contre les dirigeants d'un parti pro-kurde

Un procès à l'encontre de vingt sept dirigeants d'un parti pro-kurde, accusés d'avoir falsifié des documents pour participer aux élections législatives de novembre, s'est ouvert mardi à Ankara, a rapporté l'agence Anatolie.

L'accusation a réclamé douze ans de prison à l'encontre de chacun des accusés, dont Mehmet Abbasoglu, dirigeant du parti démocratique du peuple (Dehap) et Nurettin Sonmez, secrétaire-général du parti.

L'accusation affirme que les dirigeants du parti ont falsifié des documents ayant trait à l'ouverture de représentations dans le pays afin de pouvoir présenter des candidats aux élections du 3 novembre.

La loi turque prévoit qu'un parti doit disposer de représentations dans au moins la moitié des 81 provinces du pays, six mois avant un scrutin, pour y participer.

M. Abbasoglu a démenti les accusations, qualifiant le procès de "politique" et "sans fondement légal", selon Anatolie.

Le procès devait se poursuivra à une date non précisée.

Le principal procureur du pays, Sabih Kanadoglu, a demandé l'interdiction du Dehap en se basant sur ces mêmes accusations.

Le Dehap, qui n'a obtenu aucun siège au parlement en novembre, a été fondé en 1999 par des sympathisants du parti démocratique du peuple (Hadep) qui vient lui-même d'être interdit par la Cour constitutionnelle pour association avec les rebelles sécessionistes kurdes.
 

La démocratisation en Turquie? Seulement sur le papier, selon des Kurdes

Des membres de la minorité kurde de Turquie, longtemps réprimée, estiment que les réformes démocratiques engagées par le gouvernement tardent à se traduire dans les faits, Ankara cherchant selon eux à s'attirer les bonnes grâces de l'Union européenne (UE) à peu de frais.

Pressée par les Quinze de démontrer son caractère démocratique lors du sommet de Copenhague en décembre dernier, la Turquie a jusqu'à fin 2004 pour convaincre, avec comme objectif une adhésion à la famille européenne, perspective souhaitée par les Turcs mais accueillie avec réticence par certains pays du Vieux continent.

"Jusqu'à maintenant, on n'a vu aucune des améliorations promises. Des lois ont été votées, mais tout ça reste sur le papier", assure, bille en tête, Haci Uzen, chef du parti pro-kurde Dehap à Silopi, ville du sud-est anatolien.

Quinze ans de conflit entre les troupes turques et les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), entre 1984 et 1999, ont fait de la minorité kurde la principale victime du déficit démocratique turc: les cas de destruction de villages, de disparitions et de torture étaient alors légion.

Ankara a certes, depuis, aboli l'état de siège, autorisé l'enseignement du kurde dans les écoles privées et la diffusion à la radio et à la télévision d'émissions dans cette langue. Mais presque rien n'a été fait pour mettre ces textes en pratique, estime M. Uzen.

"Ces lois ont pour but principal de remodeler l'image de la Turquie auprès de l'UE, pas d'améliorer la condition des Kurdes. La Turquie veut seulement présenter le visage que l'UE veut voir", affirme un avocat kurde, sous couvert de l'anonymat.

Aujourd'hui encore, les quelque 10 à 15 millions de Kurdes turcs peinent à obtenir la reconnaissance de leurs droits culturels: les célébrations du Newroz, le Nouvel an kurde, ont une nouvelle fois été interdites cette année dans de nombreux endroits.

Au niveau politique, la Cour constitutionnelle turque a prononcé le mois dernier l'interdiction du Hadep, principale formation pro-kurde du pays, et une autre procédure d'interdiction contre le Dehap, accusé de menées subversives contre l'intégrité nationale, a été lancée.

Au quotidien enfin, la police, la gendarmerie et l'armée, omniprésentes dans les régions à majorité kurde, y ont encore accru leur présence dans les semaines qui ont précédé le déclenchement de la guerre en Irak, de l'autre côté de la frontière. Et tout journaliste étranger sur place est étroitement surveillé.

"La démocratisation ici est largement théorique. Bien sûr, la démocratie turque supporte la comparaison avec les autres pays du Proche-Orient mais pas avec les pays d'Europe occidentale", ajoute le juriste, pour qui "les mises en garde européennes sont essentielles et doivent être répétées".

A Silopi, Zehra Deniz, deuxième femme d'Ebubekir Deniz, un des fondateurs de la branche locale du Dehap, attend le retour de son mari depuis plus de deux ans.

Répondant à une convocation des militaires, Ebubekir et un autre dirigeant du Dehap se sont rendus le 25 mars 2001 au quartier général de l'armée. On ne les a plus jamais revus.

"Mon mari s'est évaporé. J'essaie de comprendre, mais impossible de savoir ce qui est advenu de lui", souligne Zehra. A chaque fois qu'elle se tourne vers les autorités, elle se heurte à un mur du silence.

"J'attends son retour", poursuit-elle, en confiant toutefois que "ce souhait est vraisemblablement illusoire".

A 20 ans, Zehra ne peut refaire sa vie: son époux n'étant pas officiellement mort, la jeune femme, qui survit grâce à l'aide financière de son frère lui-même au chômage, ne peut se remarier. (AFP, 10 avril 2003)
 

Kurdish Question in Brief

HADEP and DEHAP Members on Trial

A case was launched against the DEHAP excecutives for Karakoçan district (Elazig) in connection with the use of Kurdish during the Newroz celebrations in the district. The indictment prepeared by the public prosecutor wants the defendants Hüseyin Etdöger, Cemal Ayik, Mahir Ibis, Ali Riza Döven, Sabri Ulas, Ahmet Erdogan and Hasan Özkul be charged under Article 81/c and 117 of the Law on Political Parties. The HADEP executives in Van, Bazi Aslan and Cihat Kara were sentenced to 10 months' imprisonment on charges of resisting the police officers during the demonstration held in Van on the occasion of 8 March International Women's Day. (Özgür Gündem-TIHV, April 2, 2003)

DEHAP Executive Tortured in Adiyaman

Nazif Koparal, executive for DEHAP in Samsat (Adiyaman) district stated that he was tortured at Samsat Gendarmerie Station on 28 March. Koparal said, "I was asked to go to the station because of my Green Card application (given to poor people to afford their medical expenses). After waiting for an hour at the down floor, I was taken to the commander's room. The commander Adnan Girgin beat me and threatened me saying, "You are a member of HADEP, how come you want aid from the state? Where is your brother? I am giving you 48 hours to bring your brother in or else I would banish you from Samsat." (Özgür Gündem-TIHV, April 3, 2003)

HADEP and DEHAP Members on Trial

On 2 April, Van SSC started to hear the case of Musa Çiftçi, chairman for DEHAP Hakkari provincial organization and the executives Hüseyin Tan, Deniz Akinlar and Aysel Selçuk. The indictment wants the defendants be charged under Article 169 of the TPC (aiding and abetting an illegal organization). The case had been launched following a raid against the DEHAP office in Yüksekova district on the grounds that some journals and magazines seized during the raid had been banned. On the same day, Izmir SSC started to hear the case of HADEP members, Sevket Yildiz, Yücel Genç, Baris Kimsesiz, Mesut Yilmaz, Ramazan Kaya, Rezzan Yagmakan, Abdulbaki Yusufoglu, Bahattin Özen, Haci Dogan and Mehmet Yarer charged with "aiding and abetting to an illegal organization". The defendants had been arrested in January. Izmir SSC also started to hear the case of 11 persons charged under the same article in connection with leaflets titled "No to War". Two the defendants, Aydin Kirgiz and Ferit Türkcan were released at the hearing. The hearing was adjourned to 21 May. Nuri Kurt and Serbest Abi, who were detained during raids in Yüksekova district (Hakkari) on 31 March, were arrested on 2 April on the allegations of "aiding and abetting an illegal organization". (Özgür Gündem-TIHV, April 3, 2003)

Torture in Diyarbakir

Muhitten Canbay, who was detained and tortured several times between the years 1995 and 2000, is allegedly suffering chronic renal failure caused by torture. Canbay said: "We have been living in Güçlü village of Lice in 1994. In March 1994 the soldiers ruined our village and we forcibly moved to Diyarbakir. After our displacement I have been detained and tortured several times on charges of aiding PKK. I have been detained in 1996 with my father. Since my father has been beaten with butt that has caused heart failure. We have been taken to a physician then and he has received a report certifying his heart problem. But his report has been taken by the police. He has died 6 months later for heart problems. After having been detained and tortured in 2000 I have been taken to a physician. The physician has said my chronic renal failure. I have never detained again since then. Even my sister wants to donor his kidney we are not able to cover the expenses of the surgery. I applied to the Governor for help, but they rejected my demand because I am a terrorist." (Özgür Gündem-TIHV, April 4, 2003)

Pressures in Prisons

According to the press release by prisoner' relatives the prisoner Cengiz Baytar, serving in Bitlis Cezaevi, was put under pressure to become a confessor. The mother of the prisoner Naime Baytar said: "My son stayed 5 years in Batman Prison. Then he became a confessor and was taken from the ward of the prisoners serving sentences of imprisonment for membership of the PKK. Afterwards he was transferred to Antep Prison. There he changed his mind to be a confessor. Therefore he was transferred to Mugla Prison. There he was put in a cell for one person for about one year. Then he was transferred to Bitlis Prison. He has also psychological problems. Instead of his pills my son is given drugs to persuade him to become a confessor. He is beaten everyday and put under pressure." (Özgür Gündem-TIHV, April 4, 2003)

Pressures on DEHAP in Hakkari

On 4 April Hakkari Penal Court of First Instance started to hear the case against chairman for DEHAP in Hakkari province, Musa Çiftçi and six DEHAP executives in connection with use of Kurdish during the meeting held by DEHAP before the general elections of 3 November 2002. The hearing was adjourned to 8 May. The indictment wants the defendants Musa Çiftçi, Idris Ertus, Alaattin Ege, Üzeyir Isik, Mehmet Atak, Aysel Selçuk and Selim Engin be charged under Article 81 of the Law on Political Parties. During the inauguration of the office of DEHAP Mersin Central District organization on 4 April, the police detained the chairman Caffer Simsek, the district executives Yilmaz Demir and Baris Basak, and staff of the culture center "ANKA" Müslüm Sahin and Osman Bozkurt. The detainees were released on 5 April. Ali Riza Yurtsever, member of the DEHAP Party Assembly, Hadi Korkutata, chair for DEHAP in Bingöl Province, Önder Armutcu, Faruk Ansin and Hasan Aydogdu, all of whom had been arrested after the 21 March Newroz celebrations in Bingöl were released by Diyarbakir SSC upon the objection of their lawyers. (Özgür Gündem-TIHV, April 5-6, 2003)

DEHAP Members on Trial in Erzurum

The prosecutor at Erzurum SSC launched a court case against DEHAP chairperson for Erzincan Hüseyin Sahin, DEHAP chairperson for central district Binali Akpolat and executives Erkan Daloglu, Turan Lüt and Mehmet Çelik on charges of "possessing illegal publications". The offices were raided on 23 January and the police allegedly seized illegal publications. In the trial the prosecutor asks for imprisonment sentences for the defendants according to Article 169 of the Turkish Penal Code (aiding and abetting an illegal organization). (Özgür Gündem-TIHV, April 4, 2003)

Question of Kurdish Names

On 27 March Ayvalik (Balikesir) Judicial Court of First Instance concluded the case against Abdullah Ariç on trial for having named his son "Rojhat" (which means 'the day has come' in Kurdish". The Court decided on the annulment of this name ruling that it was contrary to the 'national customs and traditions". (Evrensel-TIHV, April 7, 2003)

Torture in Ankara

On 7 April, Ankara SSC started to hear the case of Muhammet Bayramli, Aziz Mahmut Çinar and Dicle Çinar, charged with "participating in demonstrations held in support for KADEK leader Abdullah Öcalan in Mamak district (Ankara), throwing Molotov cocktails to some places and being members of an illegal organization". Muhammet Bayramli stated that police officers forced him to confess to have killed Necip Hablemitoglu on 18 December 2002. Aziz Mahmut Çinar told that he was also forced to confess the same crime and said, "When they were taking me to the station, I asked them what was my crime, the police officers laughed and told me, 'Don't worry, we will find you a crime.' Çinar added that he had been tortured in detention and the police officers threatened him saying that they would kill his niece Dicle Çinar. Çinar said, "I was deeply worried seeing my niece who was unconscious and I admitted the charges." His niece Dicle Çinar also stated that she was forced to sign a testimony written by the police officers and after three days of torture she had to do it. Their lawyer, Mehmet Selam Enez stated that his clients, who could not talk about torture explicitly because of shame, had been given electric shocks by their genitals and harassed with truncheon. The hearing was adjourned to 5 May. (Özgür Gündem-TIHV, April 8, 2003)

Torture in Igdir

Emin Aladag, who had been detained in Ankara on 31 March was reportedly tortured at Igdir Security Directorate, to where he was taken afterwards. His lawyer, Haydar Mizrak said, "I visited him on 4 April in prison. He was not able to walk. He had broken ribs and a broken foot. They had taken him to the Igdžr State Hospital. However the hospital issued a report stating that he was in good health." Aladag had been arrested in 1995 on the allegation of "being a member of PKK" and gone abroad after his 12 years' imprisonment sentence had been quashed by the Court of Cassation. He was detained upon his return on 31 March and arrested on the allegations of "being a member of an illegal organization" on 3 April. (Özgür Gündem-TIHV, April 8, 2003)

Pressures in Prisons

The KADEK prisoners in Erzurum Special Type Prison declared that they could not benefit from the rights granted by the Ministry of Justice. Prisoners said: "30 of our friends need to have their blood tested due to the possibility that they may carry Hepatitis-B. They cannot do it because they need to pay for this. Other five, diagnosed as Hepatitis-B patients, have been kept in isolation without receiving any treatment. The prison administration rejected our demand for Hepatitis-B vaccination. Either we cannot read newspapers or read them after 22.00 at night. The administration hinders our right to exercise and chat, each for 5 hours a week, which were guaranteed by circulars issued by the Ministry. We are not permitted to use the library." (Özgür Gündem-TIHV, April 8, 2003)
 

Pressures in Prison

45 inmates in Malatya, who were protesting the conditions of Abdullah Öcalan, were banned from open visits for 6 months. A prisoner's relative Ahmet Demir also stressed that telephone calls and sending letters were also limited. (Özgür Gündem-TIHV, April 5, 2003)

Demand for Closure of TAYAD

The public prosecutor in Fatih (Istanbul) opened a case against the executives of the association of prisoners' relatives, "Marmara TAYAD". The indictment wants the defendants Tekin Tangün, chairman, and executives of the association, Ünzile Araz, Sevket Avci and Cesur Kartal be charged of membership in the Revolutionary People's Party-Front (DHKP-C), and therefore the closure of the association. (Evrensel-TIHV, April 5, 2003)

Detentions, Arrests

During a house raid in Izmir on 4 April the police detained Hayat Izgi, Celal Gezik, Halil Poyraz, Deniz Poyraz, Halim Günes, Ramazan Kaya and Mehmet Budak. Hayat Izgi was later arrested by Izmir SSC on charges of "aiding an illegal organization" while the other detainees were released. (Özgür Gündem-TIHV, April 6, 2003)

Children Died

The children Dastan Korkmaz (14) and Nihat Çeri (13) died when an explosion occurred on 5 April in Esenyamac village of Baskale district (Van).  Local resources alleged that it was a rocket fired from the military zone that exploded and killed the children. (Özgür Gündem-TIHV, April 9, 2003)

Villager Threatened

The Democratic People's Party (DEHAP) member Hasan Karahan, who is living in Aktoglu village of Dogubeyazit district (Agri), stated that he was threatened by the Deputy Commander of Sulucem Gendarmerie Station Non-Commissioned Officer, Oguz Poyrazoglu for his connection with DEHAP. (Özgür Gündem-TIHV, April 9, 2003)

Pressures in Prisons

The KADEK prisoners Welat Esen and Rahman Yildirim, incarcerated at Konya Prison made a statement asserting that the prison administration refused to meet inmates' needs for medicines for four months, and that the prisoners who were suffering from serious complications were denied medical treatment.  (Özgür Gündem-TIHV, April 9, 2003)

Villager Killed in Sirnak

A villager named Haci Ölmez (37) was killed by soldiers near Andac village of Uludere district (Sirnak) on 7 April. Soldiers reportedly opened fire against Haci Ölmez and Mevlüt Ölmez (30) who were looking for a lost animal outside of their village. After the incident the soldiers took the corpse of Haci Ölmez to a field in the vicinity of the Iraqi border and detained Mevlüt Ölmez. The Public Prosecutor in Uludere launched an investigation. A relative of Haci Ölmez, Sabahattin Ölmez said, "Haci Ölmez was looking for his goat. He was shot dead by soldiers a kilometer away from his house. After the attack they took his corpse to a point 5 kilometers away from the village, and left the corpse there. That night our village was blockaded by soldiers. No one was able to go outside. The Prosecutor came and ordered an autopsy. They sent us the corpse the following morning. He had one bullet on his back." Resul Sadak, chair for the DEHAP provincial organization in Sirnak, stated that Haci Ölmez had applied to DEHAP a while ago saying that he had been threatened by soldiers for that his brother was a KADEK militant. (Özgür Gündem-TIHV, April 10, 2003)

DEHAP Members Convicted in Erzurum

On 9 April, Erzurum SSC sentenced Nuri Çelik, chairman of the youth wing of HADEP in Agri, Feridun Özçimen and Sayat Cengiz to 15 months' imprisonment each under Article 312 TPC, on the grounds that they called KADEK leader "esteemed Öcalan" during a demonstration held against war in Dogubeyazit district (Agri). (Hürriyet-TIHV, April 10, 2003)

PKK members condemned in Istanbul

On 11 April Istanbul SSC concluded the case against 49 defendants launched in 1992 on charges of "being members of PKK, killing of Ahmet Akgün on July 1992, killing of the soldier Durmus Özer during a attack to Kestel (Bursa) Gendarmerie Station on 2 April 1992". Istanbul SSC sentenced Müslüm Demir, Ali Dursun, Mehmet Bahri Kurt and Enver Elbat to life imprisonment. Since Dursun, Kurt and Elbat were sentenced to intensified life imprisonment they won't benefit from the Law on Execution of Sentences. Fehmi Akgül, Burhan Demir, Ramazan Harmaç, Serpil Ertekin, Cengiz Uguz, Abidin Karakoç and Selman Batmaz were sentenced to 12 years and 6 months' imprisonment. SSC acquitted 8 defendants. The case of Abdülkadir Dinçer (on the run) was separated. The case of Betül Cici was dropped, because she died. Due to the lapse of time the cases against 28 defendants were closed. (Cumhuriyet-Özgür Gündem-TIHV, April 12, 2003)

DEHAP Executive on Trial in Van

On 11 April, Van SSC started to hear the case of Mahinur Tas, executive for the women's wing of DEHAP in Bulanik (Mus) in connection with a press release held on the occasion of 8 March World Women's Day. The hearing was adjourned to 8 May. The indictment wants Tas be sentenced under Article 169 TPC. (Özgür Gündem-TIHV, April 12, 2003)

DEHAP Members Detained in Mersin

On 14 April the police in Mersin intervened in a group gathered in front of the post office to send letters to writers and artists on the occasion of a campaign organized by DEHAP. Döne Güzel and Tefla Ariç were detained. In Sirnak, the police prevented some members of DEHAP from going to the post office. (Cumhuriyet-TIHV, April 15, 2003)

DEHAP Executives on Trial

The case against 27 members of the Central Executive Committee of Democratic People's Party (DEHAP), including the Chairman Mehmet Abbasoglu, on charges of "fraud" commenced on 15 April at Ankara Heavy Penal Court No. 2. During the hearing Lawyer Güven Özata stated that the accusations raised in the indictment lost concrete grounds and asked for a withdrawal of the indictment. The Court refused this demand. Making his defense, Chairman Abbaso_lu stated that the case was a product of the "political attitude" against DEHAP. Abbasoglu said, "For five years the Court of Cassation did not investigate the state of our organization. This was brought to the agenda just prior to the elections, and this, we believe, is a political attitude". Secretary General of DEHAP, Nurettin Sönmez, on the other hand, reminded the Court that the first investigation about the case had been carried out by the General Diractorate on Security. Since, the Directorate is not authorized to make such an investigation, Sönmez stated that they would file an official complaint. The hearing was adjourned to get the testimonies of the defendants. The case was launched following the official complaint made by the Court of Cassation. The official complaint had stated that 'DEHAP did not completed the prerequisite of completing its organization in 41 provinces, although it informed the Chief Prosecutor that it did so'. The indictment wants the defendants be charged under Article 342/1 of the TPC (fraud in official documents). If convicted, the defendants have to expect up to 12 years' imprisonment. If the case ends up in the conviction of DEHAP executives, results of the 3 November elections may be reconsidered. (Özgür Gündem-TIHV, April 16, 2003)

DEHAP Members on Trial

The case against the chair for DEHAP organization in Mamak district, Tuncay Yogurtçu, DEHAP members Sule Arslan, Esref Özviran, and former executive of HADEP organization in Altžndag district, Mehmet Çetin in connection with the demonstrations held in Ankara in February commenced on 15 April at Ankara SSC. The Court refused to release the defendants and adjourned the hearing to 13 May. The indictment wants the defendants be charged under Article 169 of the TPC. On 15 April Erzurum SSC concluded the case against chair for DEHAP organization in Diyadin (Agrž) district, Mehmet Nuri Sarž in connection with a press release he made in January to protest the conditions of KADEK leader Abdullah Öcalan. The Court sentenced Sarž to 2 years' 1 month' imprisonment. (Özgür Gündem-TIHV, April 16, 2003)

Newroz Trial in Aydin

Abdurrahman Saran, chair for provincial organization of the Party of Labor (EMEP) in Aydin, Kasim Çaliskan,  chair for provincial organization of DEHAP in Aydin, and DEHAP executives Hasan Demen, Dervis Yonca, Ahmet Karatas and Süleyman Mutlu, chair for the IHD Aydin branch, were indicted on the allegation of "having submitted incomplete documents to the Governorate before the Newroz celebrations".The trial will commence at Aydin Penal Court of First Instance. (Evrensel-TIHV, April 17, 2003)

DEHAP Members Detained, Arrested

On 16 April, Van SSC concluded the case of Faruk Temel, chair for the Youth Wing of Democratic People's Party (DEHAP) in Hakkari province. Temel had been arrested after a demonstration held on 22 January on the grounds that he used the expression  "Sayin (corresponding to 'esteemed' or 'dear')" when referring to KADEK leader Abdullah Öcalan. The Court sentenced Temel to 3 years' 9 months' imprisonment under Article 169 of the TPC (aiding and abetting an illegal organization). Representative of the journal Azadiya Welat in Kiziltepe district (Mardin), Mehmet Ertas was detained by the police on 17 April during a press release organized by women on the occasion of their action to send letters to the artists. (Özgür Gündem-TIHV, April 18, 2003)

Torture in Igdir

The executives of central district organization and youth wing in Igdir of the closed HADEP Mehmet Çirka, Ufuk Demir, Selahattin Filizkiran, Mehmet Alp, M. Emin Aladag, Baris Kaya, Mehmet Salur, Resul Gür, Levent Tastan, Erkan Ipek, Riza Yilmaz and Boran Yargi, who are still in Igdir Prison, appealed to the Van branch of Human Rights Association (IHD) and announced that they were tortured. The executives said: "We were detained on various dates by the members of Anti-Terror Branch of Igdir Police HQ. We were tortured in detention. Afterwards we were taken to the hospital, but the doctors gave reports under the pressure of the police without examination certifying that we were all healthy. Despite the traces of torture the doctors in the prison also did not give reports certifying the torture. Our demand of an independent doctor was also rejected by the administration of the prison." (Özgür Gündem-TIHV, April 19, 2003)

Pressures in Adana Prison

Executive of youth wing of DEHAP Ercan Sezgin, who was detained on 24 January and released on 3 April, announced that he was beaten in Adana Kürkçüler Prison. Sezgin said: "All the newcomers are searched including their mouth and then beaten. The counts are taken in a military order. The prisoners have to shave everyday. They are forced to work the whole day including the private duties of the administration. Three times a week the wardrobes of the prisoner are searched." The prisoner Nafiye Çakmak stressed that the prisoners are not allowed to make phone calls and the visits are 15 minutes including 10 minutes the search. (Özgür Gündem-TIHV, April 19, 2003)

Party Executive Convicted

Adana SSC sentenced the executive of the Rights and Freedoms Party (HAK-PAR) Ibrahim Güçlü to 12 months imprisonment for a speech he made in Mersin on 22 January 2002. (Yeni Safak-TIHV, April 19, 2003)

Arrested for playinn Kurdish music

The drivers Alaattin Mengen and Ilhan Yigit were allegedly arrested for playing Kurdish music in their bus carrying passengers between Kurtalan (Siirt) and Batman. According to the news gathered a police officer objected playing that kind of music, they had a discussion on the way and the police stroked Mengen with his fist. After showing up Kurtalan the drivers were detained on complaint of the police officer. They were arrested some time later on allegation of being members of an illegal organization. (TIHV, April 21, 2003)

Trial for Kurdish broadcast

Adana Peace Penal Court started to hear the case against Sabri Ejder Öziç, manager for Radyo Dünya on charges of "disobeying the law and official orders" in connection with a program named "The History of Kurdish Language and Literature". He was indicted on the grounds that "the right to broadcast in Kurdish was only granted to TRT". The court adjourned the hearing to wait for the conclusion of the case at Court of Appeal with the demand of the annulment of that law. On 18 April Elazig Penal Court of First Instance concluded the case against the members of the organizing committee Mehmet Atik Okuyucu, Mehmet Özcan, Ahmet Yildiz, Mehmet Laço, Selahattin Bilin, Hadi Konar and Erdal Kilinç for playing Kurdish music in an activity of HADEP Elazig organization. The court acquitted Erdal Kilinç and sentenced the other defendants to 6 months' imprisonment according to the Article 81/3 of Law on Political Parties. The sentences were commuted to fine of TL 1 billion 90 million 3590 thousand for each. (Evrensel-Özgür Gündem-TIHV, April 19-20, 2003)

Detentions and Arrests

R.S. (57), E.Ö. (22), N.Y. (25) and S.Ç. (59) were detained in Adana suspicion of being members of KADEK. On 17 April 5 university students were detained in Samsun on allegation of participating the protest action against the power plat in Tepeköy district of Samsun on 13 April. The names of two detainees were given as Ergül Karatas and Savas Koçalan. A.Ö. and B.D. were detained in Istanbul suspicion of being members of KADEK. (Evrensel-Özgür Gündem-TIHV, April 19-20, 2003)

Prisoners on Trial in Mus

The case launched against 18 PKK/KADEK prisoners in Mus E-type Prison for having staged a hunger strike action to protest the conditions of Abdullah Öcalan and his deprivation from the right to receive visits commenced on 22 April. Van SSC adjourned the hearing to a later date for a completion of deficient documents. The indictment wants the defendants, Fethi Yasa, Mehmet Ali Avci, Kadri Emek, Ercan Kirmizitas, Ilhan Tokmakçi, Bozo Açlan, M.Emin Aslan, Kadir Yildirim, Erkan Gültekin, Mecit Haco, Nureddin Ataman, Zübeyt Demir, Cahit Yüksel, Bahattin Yaçan, Ferhan Mordeniz, Mustafa Okçul, Abdulseran Sehmuz and Süleyman Inci be charged under Article 169 of the TPC (aiding an illegal organization). (Özgür Gündem-TIHV, April 24, 2003)

DEHAP Members Detained

In Konya, DEHAP executive for the provincial organization, Lokman Yilmaz and DEHAP members Mustafa Dogrul and Birsen Kandemir were detained on 22 April. The DEHAP member Mehmet Resit Özgen, who had been detained during party's congress of 20 April on the allegation of referring to KADEK militants as "guerillas", was released on 21 April. (Özgür Gündem-TIHV, April 24, 2003)

Detentions, Arrests in Nusaybin

During the house raids organized in Nusaybin district (Mardin) on 22 April, Hüseyin Yagiz (18) and Salih Kaya (22) were detained on charges of "shouting slogans in favor of illegal organization and holding green-yellow-red flags in support of the same organization during the Newroz celebrations". In Malazgirt district (Mus), Abdullah Sahin, who had been detained on "suspicion" while passing by the Security Directorate on 5 April, had reportedly been arrested on 6 April. His brother Abdurrahman Sahin stated that Abdullah, who currently suffers from a mental disorder, had stayed in prison between 1995 and 1999 on charges of "being a member of PKK", and continued as follows: "My brother was arrested for shouting illegal slogans while being held in detention and sent to Bulanik Prison. I had to pay the police the cost of my brother's transfer to Prison. Upon the decision of arrest, I met the public prosecutor in Malazgirt. Then objecting my brother's arrest, I handed in a petition to the Penal Court of First Instance. The Prosecutor said to me: 'Your brother said, 'Turkey will fall under the hands of PKK, long live KADEK'. If you keep talking, I shall put you in jail, too'." (Özgür Gündem-TIHV, April 24, 2003)

Pressures in Midyat Prison

Prisons Commission of Diyarbakir Bar Association announced its report on Midyat (Mardin) E-type Prison. The Chair of the Commission Zülfü Dündar said that the prisoners were subjected to ill-treatment and they were all stripped naked for searching before and after going to the court and hospital. According to the announcement the cells were not heated and highly damp. The prisoners were not medically treated the soonest possible. Since there weren't female guardian female prisoners had problems. The phone calls were restricted and the number of the books was limited. Dündar also stressed that he was not allowed to see his client Songül Omar who was suffering from high blood pressure and some other problems. Even he made an official complaint against the administration of the prison and the guardians, and the prosecutor gave permission he was still not allowed to see her. (Özgür Gündem-TIHV, April 25, 2003)

Trial for Education in Kurdish

On 24 April Adana SSC continued to hear the case of 81 defendants on trial for having presented petition for education in Kurdish to the director for national education in Seyhan district on 2 January. The hearing was adjourned to a later date for the preparation of defense. (Evrensel-TIHV, April 25, 2003)

Indictment for Kurdish Names

The public prosecutor in Mersin opened a case against Ibrahim Deniz with the demand to change the names of his children named "Seydo" and "Beritan". The case will start on 30 April at Mersin Judicial Court. The prosecutor argued that the names were against Turkish culture and tradition and asked for a change according to Article 16/4 of Law No. 1587. In Patnos (Agri) Murat Uygar was prevented to give his child the name of "Berxwedan (Resistance)", but "Berfin" was registered. After presenting the court decision on the name Serna (No to War) he was allowed to name his daughter "Berfin". Since according to the circular of the governor dated 9 January 2002 the name "Berxwedan" was banned the Registration Office rejected the demand. In Mardin Hidir Ercan was prevented to give his child the name of "Welat". (Özgür Gündem-TIHV, April 25, 2003)

Detentions and Arrests of Kurdish youths

DEHAP youth wings chair for Sarigazi (Istanbul) Zeki Kiliç and a student from Sarigazi Mehmetçik Lyceum E.D. were arrested on allegations that they were members of KADEK and finding students for military wing of KADEK. According to the news gathered from the daily Hürriyet after the disappearance of the students B.Ç., K.B., M.C. and N.K. in March the relatives of them appealed to the gendarmerie. Four days ago B.Ç. and K.B. surrendered to the gendarmerie in Güçlükonak (Sirnak). They allegedly gave the names of Kiliç and E.D. M.C. and N.K. are still missing. (Hürriyet-TIHV, April 25, 2003)

DEHAP Members Convicted in Nusaybin

On 25 April Nusaybin Penal Court of First Instance concluded to hear the case against 5 persons, who had been observers during the 3 November 2002 elections in Nusaybin district of Mardin, for shouting "Biji (Long Live) DEHAP". The court sentenced Hursit Elçeoglu, Behcet Elçeoglu, A. Kerim Elçeoglu, Muzbah Elçeoglu and Süleyman Yilmaz to 6 months' imprisonment for acting against the Law on Political Parties. The sentences were commuted to a fine of TL 1500 millions. (Özgür Gündem-TIHV, April 27, 2003)

Torture under Detention in Istanbul

Two members of women's wing of the Democratic People's Party (DEHAP) in Istanbul, Pinar Peker and Asiye Tekin, filed an official complaint at the public prosecutor stating that they had been abducted by the police a while ago and tortured while in detention. During the press release held in front of Istanbul Court House, Pinar Peker stated that on 18 April she had been abducted by the police in plain clothes in Bagcilar district, forced to get on a car, interrogated and sexually abused. Asiye Tekin had reportedly been detained by the police on 23 April after leaving DEHAP office in Ümraniye district, blindfolded and interrogated at some remote place, sexually abused, and threatened by the police who told her not to go DEHAP offices anymore. (Özgür Gündem-TIHV, April 30, 2003)

HADEP Executives on Trial in Diyarbakir

On 29 April, Diyarbakir SSC continued to hear the case against former chair of the already closed down People's Democracy Party (HADEP) in Siverek district (Urfa), Faik Ayata and district secretary Mehmet Ali Güray. During the hearing, the Court ordered the release of both defendants to be tried without remand. The indictment wants the defendants be charged under Article 169 of the TPC (aiding an illegal organization). (Özgür Gündem-TIHV, April 30, 2003)

Detentions, Arrests in Ankara

On 29 April, Ankara SSC ordered the arrest of three persons, Ali Zeynel Özkan, Hasan Kahraman, and Banu Gökçen Özdemir, who had been detained in Ankara on 20 April for their connections with Freedom and Democracy Congress of Kurdistan (KADEK). Özkan and Kahraman are charged with "membership of KADEK", while Özdemir is accused of aiding the organization. (Evrensel-TIHV, April 30, 2003)
 

Minorités / Minorities

Inauguration de la Statue dédiée au génocide arménien à Paris

La statue dédiée à la mémoire des victimes du génocide arménien a été inaugurée hier Place du Canada à Paris dans le 8ème arrondissement en présence de nombreuses personnalités dont Charles Aznavour, Patrick Devedjian, le cinéaste Robert Guédiguian, Ariane Ascaride, ainsi que les députés René Rouquet, François Rochebloine, André Santini, Pierre Lellouche, Jacques Bravo, Jean Tibéri, le président de l'Union des Arméniens de Russie, Ara Abramian, l'archevêques des Arméniens d'Europe Monseigneur Kud Nakachian.

L'ambassadeur d' Arménie, Edvart Nalbandian a pris la parole, ainsi que le maire du 8ème arrondissement, le président du CCAF Ara Kirkorian, et le maire de Paris Bertrand Delanoë.

Environ trois milles personnes ont assisté à l'événement.

Edvart Nabandian a souligné la nécessité pour la Turquie d'assumer son passé: "La voie de la réconciliation, ce n'est pas celle de l'oubli, c'est celle de la mémoire assumée" a-t-il déclaré en saluant l'amitié éternelle entre la France et l'Arménie.

Ara Krikorian a rappelé combien le parcours du Père Komitas était symbolique de la tragédie vécue par les Arméniens.

Dans son discours, le maire de Paris Bertrand Delanoë a en particulier déclaré : "Aujourd'hui, nous nous inclinons devant la mémoire des victimes du génocide de 1915 et celle des Arméniens morts pour la France au cours des nombreuses tragédies du XXème siècle. Cet acte de mémoire vient combler un vide essentiel car comme l'a dit Elie Wiesel: oublier ces victimes, ce serait 'les assassiner une seconde fois'."

Après les allocutions, un chant de Komitas a été interprété par un artiste lyrique, puis les enfant de l'école maternelle arménienne d'Alfortville ont déposé des fleurs devant la statue de 6 mètres représentant Komitas, debout, avec un enfant à ses côtés. Sur la façade de la stèle on peut lire ces mots: "En hommage à Komitas, compositeur, musicologue, et aux 1500 000 victimes du génocide arménien de 1915 perpétré dans l'empire ottoman".

Tout de suite après la cérémonie à l'Arc de triomphe, un cortège informel s'est rendu jusqu'à la place du Canada. Ceux qui n'avaient pu assister à l'inauguration ont été visiblement impressionnés par la statue de Komitas Une sono performante installée sur un camion a permis à la foule impressionnante (5000 personnes) d'entendre les discours des orateurs invités par le CCAF.

C'est l'intervention de Nezan Kendal qui aura sans doute le plus touché les gens , car il a reconnu que le génocide resterait une page noire pour les Kurdes qui avaient participé à l'extermination des Arméniens mais il a aussi rappelé que tous n'avaient pas été complices des Turcs et que certains avaient même protégé et sauvé des Arméniens. C'est surtout en réclamant que la Turquie reconnaisse le génocide et en appelant de ces v¦ux l'érection de monuments commémoratifs à Van, Ani, Kharpert et sur tout le territoire de l'Arménie historique aujourd'hui en Turquie, qu'il a ému et convaincu son auditoire.

Le dernier orateur, Gérard Chaliand a également insisté sur la nécessité aujourd'hui pour la Turquie de reconnaître le génocide.

Enfin, les manifestants se sont rendus en cortège (un peu plus organisé cette fois) jusqu'à l'Ambassade de en scandant quelques slogans. (Armenews,  25 avril 2003)
 

Ankara critique la France pour la statue dédiée au génocide arménien

La Turquie a critiqué jeudi l'inauguration ce même jour par la ville de Paris d'une statue dédiée aux "victimes du génocide arménien" perpétré sous l'Empire ottoman en 1915.

L'inauguration de "ce monument de haïne" est une cause de "mécontentement" pour la Turquie, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le premier monument parisien dédié aux morts arméniens de 1915 a été inauguré dans le VIIIème arrondissement par le maire de Paris Bertrand Delanoë et des personnalités arméniennes.

Il s'agit d'une statue de bronze haute de 4 mètres représentant le musicien Komitas, grande figure de l'Arménie. L'oeuvre porte l'inscription: "en hommage à Komitas, compositeur et musicologue, et aux 1.500.000 Arméniens victimes du premier génocide du 20ème siècle perpétré dans l'Empire ottoman en 1915".

L'inauguration intervient à l'occasion du "88ème anniversaire du génocide arménien", selon le Comité de défense de la cause arménienne.

La Turquie rejette le terme de "génocide", affirmant que 300.000 Arméniens ont péri dans une guerre civile précipitée par leur ralliement aux forces russes pendant la Première Guerre mondiale.

L'adoption en 2001 par le parlement français d'une motion reconnaissant ce génocide avait provoqué une brusque détérioration dans les relations entre Ankara et Paris.

"Il est extrêmement regrettable que la politique de parties tierces qui déforment l'histoire, puisse avoir un impact sur les relations franco-turques qui ne se sont pas encore remise des impacts négatifs de la loi de 2001 sur le soi-disant génocide arménien", affirme le ministère turc.

La Turquie attend du gouvernement français "qu'il s'assure que de telles actions négatives ne nuisent pas à nos relations", souligne le communiqué. (AFP, 24 avril 2003)
 

Cérémonies en Arménie à la mémoire des victimes du génocide de 1915

L'Arménie a célébré jeudi la mémoire des victimes du génocide perpétré sous l'Empire ottoman de 1915 à 1917, en présence de centaines d'Arméniens venus du monde entier.

Le président Robert Kotcharian, dans une adresse à la nation, a insisté sur la nécessité d'une "reconnaissance internationale du génocide".

"En mettant la question de la reconnaissance internationale du génocide arménien à l'ordre du jour de notre politique extérieure, nous exprimons les justes attentes du peuple arménien. Ce crime contre l'humanité doit être reconnu et condamné par l'humanité, y compris par la société turque", a relevé M. Kotcharian, selon un communiqué diffusé par la présidence arménienne.

Plusieurs pays, dont la France, la Russie, la Grèce ou la Belgique, ont reconnu le génocide des Arméniens. Mais nombre d'autres restent encore réticents ou hostiles à cette reconnaissance.

"Si d'autres pays, comme les Etats-Unis, suivaient l'exemple courageux de la France, un beau jour la Turquie reconnaîtrait aussi le génocide des Arméniens", estime Anna Karapetian, une étudiante de l'Université d'Erevan.

Toute la journée, des milliers de personnes sont venues déposer des fleurs au monument érigé à la mémoire des victimes, sur la colline Tsitsernakaberd, en ce 88ème anniversaire du début du génocide.

Des centaines de personnes sont arrivées spécialement de France, de Syrie, du Liban, des Etats-Unis ou encore de Russie, les pays où la diaspora arménienne est la plus nombreuse.

Et si les témoins vivants de cette tragédie sont de plus en plus rares, leurs enfants et petits-enfants se font porteurs de la mémoire des événements.

"Mon grand-père m'a raconté qu'en quelques heures les Turcs avaient égorgé tous les hommes du village. Il s'était caché sous les corps des morts et cela lui a sauvé la vie", raconte Vaan au pied du monument du souvenir.

Petros, âgé de 60 ans et venu de Syrie, rappelle comment sa mère, forcée à la déportation et épuisée, avait dû laisser sur la route son petit frère âgé de 6 ans. "Jusqu'à la fin de sa vie, elle n'a pas pu oublier et se pardonner", dit-il.

Les massacres et déportations d'Arméniens perpétrés sous l'Empire ottoman, de 1915 à 1917, ont fait 1,5 million de morts, selon les Arméniens, entre 250.000 et 500.000, selon Ankara qui rejette catégoriquement la thèse d'un génocide et fait valoir qu'il s'agissait d'une répression dans un contexte de guerre civile, dans un empire sur le déclin. (AFP, 24 avril 2003)
 

Des radicaux arméniens sifflent un film turc et poussent le public à quitter la salle

Les jeunes partisans du parti radical arménien Dachnaktsoutioun ont sifflé mercredi un film turc projeté à un festival de cinéma à Erevan à la veille de la commémoration du génocide arménien, et sous leurs incitations, le public a quitté la salle.

Une vingtaine de membres de cette organisation se sont levés lors de la projection du film "La Photographie" -- un film sur les relations turco-kurdes-- diffusé dans le cadre du festival "Regard privé", et se sont mis à chanter des chansons nationalistes arméniennes anti-turques.

Ils ont également affiché dans la salle de cinéma des pancartes condamnant le génocide arménien par la Turquie, sur lesquelles étaient par exemple écrit: "Celui qui a tendu la main aux Turcs ignore le génocide arménien".

Le public, fortement poussé à protester, a choisi de quitter la salle de projection.

"Nous sommes contre la projection de films turcs en Arménie et contre tous les produits turcs. Il est particulièrement honteux que ce film soit projeté à la veille de la commémoration des victimes du génocide" le 24 avril, a déclaré à l'AFP un responsable de l'organisation de la jeunesse, Naïri Mkrtchan.

En soirée, près de 2.000 partisans du parti Dachnaktsoutioun ont organisé une marche aux flambeaux en direction du monuments aux victimes du génocide.

Les manifestants ont brûlé le drapeau turc et appelé les Arméniens à boycotter les produits turcs pendant une période d'un mois.

"En brûlant le drapeau turc nous ne protestons pas seulement contre l'organisatrice du génocide -- Ankara -- mais contre tous les Etats qui cherchent à réaliser leurs objectifs politiques par des nettoyages ethniques", a déclaré un des leaders du parti Dachnaktsoutioun, Guegam Manoukian.

Les massacres et déportations d'Arméniens sous l'Empire Ottoman, de 1915 à 1917, ont fait 1,5 million de morts selon les Arméniens, entre 300.000 et 500.000 selon les Turcs.

La Turquie rejette catégoriquement la thèse d'un génocide, Ankara parlant d'une répression contre les Arméniens dont certains s'étaient alliés avec l'ennemi russe en pleine Première Guerre mondiale. (AFP, 24 avril 2003)

 
Politique intérieure/Interior Policy

Nouvelle controverse sur le port du voile islamique en Turquie

Une nouvelle controverse a éclaté en Turquie où, pour la première fois depuis la fondation de la république, le président et les chefs d'état-majors ont boycotté une cérémonie officielle en raison de la présence de femmes portant le voile islamique.

Une majorité de femmes portent le voile en Turquie, un pays musulman, mais l'Etat y est résolument laïc et ne permet pas le port du voile dans les bâtiments publics.

L'armée, qui se considère comme le garant de cette laïcité, est prompte à voir le port du voile comme un signe ostensible de soutien à l'islam politique.

Jeudi, le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, dont le parti de la Justice et du Développement (AKP) est issu de la mouvance islamiste, cherchait à calmer les esprits après le boycottage d'une réception officielle mercredi soir à l'occasion de l'anniversaire de la fondation du parlement.

"Les hommes politiques, l'opinion publique, ainsi que toutes les institutions publiques et privées, doivent éviter tout comportement nuisible à la confiance et à la stabilité" du pays, a affirmé M. Erdogan dans un discours jeudi.

Le président Ahmet Necdet Sezer, les chefs d'état-majors des armées et le dirigeant du principal parti d'opposition, Deniz Baikal, avaient boycotté la cérémonie organisée par le président du parlement Bulent Arinc, craignant que de nombreuses épouses de membres du gouvernement ne s'y présentent vêtues du voile.

Le Premier ministre et ses ministres sont venus seuls à la réception, mais une demi-douzaine d'autres députés de l'AKP étaient accompagnés de leur épouse  portant un voile.

Nombre de journaux estimaient jeudi que le boycottage ne portait pas seulement sur la question du voile islamique, mais plus largement sur l'attitude du gouvernement qui a récemment demandé aux ambassades turques de soutenir deux organisations accusées de fondamentalisme et qui a nommé plusieurs figures de l'Islam politique à des postes de responsabilité au sein de l'administration.

Il y a six ans, l'armée avait forcé le premier chef de gouvernement islamiste du pays, Necmettin Erbakan, à démissionner. (AFP, 24 avril 2003)
 

Les dirigeants islamistes défendent leur soutien à une association intégriste

Les dirigeants du parti au pouvoir en Turquie, issu de la mouvance islamiste, ont défendu dimanche leur décision de soutenir une association intégriste turque qui dispose de réseaux en Europe, surtout en Allemagne.

Le chef de la diplomatie turque, Abdullah Gul, avait reconnu samedi avoir demandé dans une circulaire aux ambassades de son pays d'apporter leur soutien à l'organisation islamiste Milli Gorus (Vision nationale), bien implantée parmi les Turcs vivant en Europe et soupçonnée de propager le fondamentalisme religieux.

"Pourquoi les ambassades ne seraient-elles pas en contact avec des associations et des fondations qui n'ont pas été impliquées dans le terrorisme, qui ne commettent aucune action illégale et qui protègent les sensibilités de notre pays ?", a déclaré dimanche le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan à la chaîne de télévision ATV.

Il a souligné que la circulaire ne concernait pas seulement Milli Gorus mais toutes les organisations turques implantées à l'étranger, à conditions qu'elles n'aient pas été mêlées à des activités illégales.

Le soutien à de telles associations vise à renforcer les communautés d'immigrés turcs en Europe, les aider à s'intégrer dans leur société d'accueil tout en préservant leurs relations avec leur patrie, a-t-il expliqué.

M. Gul a pour sa part admis dimanche qu'au sein de Milli Gorus, il y avait des "éléments extrémistes" et que cette organisation avait apporté un soutien financier à des partis islamistes en Turquie.

Mais la majorité des membres de Milli Gorus sont "des gens loyaux envers leur pays". "Pourquoi devrions-nous les tenir à distance ?", a-t-il plaidé.

Le gouvernement restera vigilant et ne tolérera pas des "actions ou discours incompatibles avec nos lois et celles des pays d'accueil", a-t-il ajouté.

Une telle politique de soutien risque cependant d'irriter l'armée turque qui veille à ce que le parti de la Justice et du Développement (AKP) de M. Erdogan ne s'écarte pas des principes laïques de l'Etat turc.

De nombreux membres de Milli Gorus ont milité au sein de formations islamistes en Turquie, comme le parti de la Prospérité (Refah) de l'ex-Premier ministre islamiste Necmettin Erbakan, dissous en 1998 sur pression de l'armée.

M. Erdogan et ses plus proches compagnons étaient eux-mêmes membres du Refah. Ils affirment depuis leur arrivée au pouvoir avoir pris leurs distances avec l'islamisme radical.

Milli Gorus regroupe quelque 700 associations locales avec 200.000 membres à travers l'Europe, surtout en Allemagne, selon le site internet de l'organisation. (AFP, 20 avril 2003)
 

Erdogan pour un système présidentiel à l'américaine en Turquie

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s'est déclaré favorable dimanche à l'instauration en Turquie d'un système présidentiel du type de celui des Etats-Unis pour combattre le népotisme et le clientélisme largement répandus dans le pays, a annoncé l'agence Anatolie.

"Le système présidentiel ou semi-présidentiel est mon souhait en politique. (...) L'idéal pour moi est le modèle américain", a déclaré M. Erdogan dans une interview télévisée citée par l'agence de presse Anatolie.

"Bien entendu, il faut qu'il y ait un consensus en ce sens entre toutes les institutions dans le pays et la population, autrement une telle transition ne serait pas saine. Mais si nous y parvenons, je crois que la Turquie franchira un grand pas en avant", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a indiqué qu'un système présidentiel contribuerait à combattre le clientélisme et la corruption en assurant une séparation totale entre le gouvernement et le législatif.

Les membres du parlement en Turquie se chargent souvent de trouver des emplois dans le secteur public pour leurs électeurs. Un homme politique continue à être membre du parlement une fois nommé ministre.

Le clientélisme et la corruption liée au clientélisme empoisonnent depuis longtemps la vie politique en Turquie et sont considérés comme la principale source des problèmes financiers que rencontre le pays actuellement.

"Ces problèmes, à mon avis, sont l'une des principales raisons à l'origine de la grave crise économique du pays", a estimé M. Erdogan.

La Turquie s'est engagée à lutter contre la corruption dans le cadre d'un  programme de réformes économiques en échange de l'obtention d'un prêt de plusieurs milliards de dollars du Fonds monétaire international (FMI). (AFP, 20 avril 2003)
 

Forces Armées/Armed Forces

La Turquie finalise contrat 1,5 md USD pour achat d'avions AEWC

La Turquie a finalisé un contrat portant sur l'achat par Ankara de quatre avions Boeing 737 équipés du système de radar "Airborne Early Warning and Control System" (AEWC), une version modernisée de l'AWACS, pour un montant de 1,5 milliard de dollars, a indiqué mardi un porte-parole du ministère de la Défense

"Le feu vert a été donné", a ajouté cette source sans autre précision.

La presse a rapporté jeudi que la conclusion de cet accord - qui était incertaine depuis un an en raison des problèmes financiers de la Turquie - a connu des moments dramatiques

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, dont on disait qu'il était opposé à ce contrat, a téléphoné aux dirigeants de Boeing 15 minutes avant l'exiration du délai imparti à Ankara (dimanche à minuit) pour se décider, affirment plusieurs journaux.

M. Erdogan n'était pas content de ce que le coût de l'opération ait dépassé de 400 millions de dollars les estimations initiales, mais le commandant en chef de l'aviation l'aurait convaincu que l'acquisition de ces avions était vitale pour la sécurité du pays.

Toujours selon la presse, le premier appareil sera livré à la Turquie en 2007.

Ankara avait conclu en juin 2002 avec le constructeur américain Boeing un contrat pour l'achat d'au moins quatre avions-radar et pris une option sur deux autres appareils.

Selon les termes du contrat, la Turquie devait recevoir quatre avions de type Boeing 737 dans les trois ans.

L'AEWC est doté d'un nouveau radar muni d'une antenne qui effectue un balayage électronique alors que pour l'AWACS le balayage tournant se fait mécaniquement. Le système de surveillance aérien AEWC est installé sur des Boeing B737.

Le système AWACS est déjà utilisé par l'US Air Force, l'OTAN, la France, la Grande-Bretagne, l'Arabie saoudite et le Japon.

La Turquie ne posséde aucun AWACS. L'OTAN a dépêché plusieurs AWACS en Turquie en mars pour protéger le pays contre une possible attaque irakienne. (AFP, 22 avril 2003)
 

Les civils turcs devront se battre en cas d'invasion

Les civils turcs devront se battre dans tout le pays en cas d'invasion par des forces étrangères, selon les termes d'un projet de loi gouvernmental, a-t-on appris mardi de source parlementaire.

Le projet, qui amende une loi datant de 1944, prévoit que "les hommes âgés de 16 à 60 ans et les femmes âgées de 20 à 45 ans" devront prendre les armes contre des soldats ennemis dans leur région.

Les civils, aptes au service, reçevront un entraînement et seront soumis à une amende s'ils refusent de servir.

L'ancienne loi prévoyait d'entraîner seulement les civils habitant des régions frontalières.

Le gouvernement a justifié la nécessité de préparer tous les citoyens à se battre en raison des nouveaux types de conflit et des développements technologiques qui font que "la guerre se déroule non seulement au front mais aussi sur les lignes arrières".

Les hommes turcs doivent par ailleurs accomplir un service militaire de huit ou de 18 mois. (AFP, 15 avril 2003)
 

Contrat militaire avec Ankara: Israël accueille 800 travailleurs turcs

Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a donné son feu vert à la venue de 800 travailleurs turcs dans le cadre d'un contrat de 687 millions de dollars signé avec Ankara prévoyant la modernisation de chars turcs en Israël, a indiqué vendredi le quotidien israélien Haaretz.

Ces travailleurs seront employés dans le secteur du bâtiment. Le montant de leur salaire sera déduit des sommes qu'Israël s'est engagé à investir en Turquie dans le cadre d'un contrat portant sur la modernisation de 170 chars de type Patton, précise le journal.

"Au lieu de gagner 200 dollars en Turquie où le taux de chômage est très élevé, les travailleurs recevront 800 dollars en Israël", a affirmé un entrepreneur turc Ahmed Arik, partie prenante de ce contrat le plus important jamais signé par le ministère israélien de la Défense, cité par le journal.

Un porte-parole des Industries Militaires Israéliennes (IMI), un groupe public, cité par le journal, a confirmé que "l'emploi de 800 travailleurs a été autorisé" par Israël.

Les premiers travailleurs turcs arrivés ces dernières semaines ont obtenu un permis de travail d'un an, selon Haaretz.

Kav La Oved, une organisation israélienne de défense des travailleurs étrangers, a dénoncé cet accord. "L'échange de chars contre des travailleurs relève du trafic d'hommes, de l'utilisation de la méthode corrompue de la part des pouvoirs publics pour permettre à des entreprises privées de faire des bénéfices", a dit son chef Hannah Zohar.

Officiellement le gouvernement israélien a décidé de fermer les portes aux travailleurs immigrés en raison de la montée du chômage qui touche 10,5% de la population active. (AFP, 11 avril 2003)
 

Affaires religieuses/Religious Affairs

La demande d'extradition du "Calife de Cologne" jugée recevable

Le Parquet général de Duesseldorf (ouest) juge "recevable" la demande d'extradition vers la Turquie de Metlin Kaplan, le chef de l'organisation islamiste Hilafet Devleti emprisonné en Allemagne, a annoncé vendredi un porte-parole du tribunal de la ville.

La demande d'extradition a été transmise à la plus haute juridiction de l'Etat régional de Rhénanie du nord-Westphalie, a également indiqué le porte-parole, précisant qu'une décision de la Cour n'était pas à attendre avant l'été.

Si la justice donne son feu vert, le dernier mot reviendra au gouvernement allemand. Il a longtemps refusé d'extrader le chef d'Hilafet Devleti ("Califat"), dont le but premier est renverser la démocratie en Turquie pour y substituer un califat, au motif qu'il risquait la peine de mort dans son pays.

En septembre dernier, le ministre allemand de l'Intérieur, Otto Schily, avait toutefois estimé que les chances de donner une suite favorable à la demande d'extradition du "Calife de Cologne" vers la Turquie étaient "très bonnes" à la suite de la décision du Parlement turc d'abolir la peine de mort.

Metlin Kaplan est depuis fin mars sous écrou "extraditionnel", ce qui permet de prolonger sa détention pendant que les autorités allemandes examinent la demande turque.

Il avait été interpellé en 1999 et condamné en novembre 2000 à quatre ans de prison pour avoir lancé en septembre 1996 une fatwa mortelle contre un rival retrouvé assassiné. La victime, un jeune médecin turc, avait été abattue à son domicile de Berlin par trois hommes masqués le 8 mai 1997, mais le meurtre n'avait jamais été élucidé.

La Turquie accuse Metin Kaplan d'avoir dirigé une organisation terroriste à l'origine d'un attentat contre le Mausolée de Kemal Atatürk (en mémoire au fondateur de la République turque), à Ankara et d'avoir ordonné l'occupation d'une mosquée d'Istanbul.
 L'organisation "Califat", interdite le 12 décembre 2001 en Allemagne, existait depuis 1984. Elle était implantée dans l'ouest du pays, avec des directions régionales dans les grandes villes, confiées à des "émirs". (AFP, 11 avril 2003)
 
 

Socio-économique/Socio-economic

Démission du chef du Trésor turc

Le chef du trésor turc, Faik Oztrak, a démissionné vendredi de son poste, une décision prévue alors que le gouvernement avait annoncé qu'il procèderait à des mutations aux postes clef de l'économie, rapporte l'agence Anatolie.

M. Oztrak avait été nommé en mars 2001 dans le cadre des efforts d'Ankara pour surmonter une profonde crise économique poussant la Turquie à demander l'assistance du Fonds Monétaire International (FMI).

Sa démission intervient peu après que le parti de la Justice et du Développement aient annoncé sa volonté de le remplacer.

Le nom du nouveau chef du Trésor n'a pas immédiatement été annoncé.

Les marchés s'attendent à ce que l'institution conserve le cap d'un programme d'austérité conclu dans le cadre d'un plan de sauvetage soutenu par le FMI avec un crédit de 16 milliards de dollars.

La direction du FMI se réunissait à Washington vendredi pour décider de l'attribution d'une nouvelle tranche de ce crédit, d'un montant de 700 million de dollars, à la Turquie. (AFP, 18 avril 2003)
 

Le FMI débloque une tranche de crédit de 701 M USD à la Turquie

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé vendredi le déblocage d'une tranche de crédit de 701 millions de dollars en faveur de la Turquie.

Cette tranche de crédit s'inscrit dans le cadre d'un accord stand-by approuvé en février 2002 par le FMI et prévoyant l'octroi d'une ligne de crédit totalisant environ 18 milliards de dollars pour aider la Turquie à faire face à une grave récession consécutive à deux crises financières.

Le conseil d'administration du FMI a "achevé vendredi le quatrième examen des performances économiques de la Turquie dans le cadre de l'accord stand-by. Ceci permettra à la Turquie de retirer immédiatement environ 701 millions de dollars auprès du FMI", a indiqué le Fonds dans un communiqué.

La Turquie avait retiré jusqu'ici environ 14 milliards de dollars sur la ligne de crédit de 18 milliards de dollars, a précisé le FMI.

"Les engagements fermes du gouvernement (turc) en faveur de la stabilisation et des réformes économiques sont bienvenus, et essentiels étant donné les défis économiques auxquels fait face la Turquie", a affirmé la numéro deux du FMI Anne Krueger, cité dans le communiqué.

"Le gouvernement a indiqué son intention d'adhérer aux principes du programme économique existant et de réaliser ses principaux objectifs de désinflation, de réduction de la dette et de croissance économique soutenue", a-t-elle ajouté.

Mme Krueger a toutefois souligné que le gouvernement turc "a besoin de reconstruire sa crédibilité sur les marchés financiers", en notant que "des erreurs de politiques ont joué un rôle dans l'affaiblissement de la confiance même si la contribution de la guerre en Irak aux difficultés économiques actuelles ne doit pas être sous-estimée".

Anne Krueger a notamment appelé le gouvernement turc à une "restreinte budgétaire" qui est, selon elle, un élément "central" pour gérer le problème de la dette, renforcer la confiance des marchés et réduire l'inflation.

La Turquie s'attend au déblocage jusqu'à la fin de 2004 par le FMI et la Banque mondiale de crédits totalisant 5,2 milliards de dollars, avait indiqué le 6 avril le ministre turc de l'Economie Ali Babacan en annonçant la signature avec le FMI d'une lettre d'intention décrivant la politique économique à laquelle s'engage Ankara.

Après les 701 millions de dollars débloqués vendredi, sept autre tranches d'environ 500 millions de dollars chacune seront débloquées par le FMI jusqu'en décembre 2004, avait indiqué M. Babacan.

Le directeur général du FMI Horst Koehler avait salué le 6 avril la signature par la Turquie d'une lettre d'intention fixant selon lui "des engagements de politique forts dans tous les domaines de son programme économique".

Ces engagements comprennent notamment, selon le FMI, un excédent public primaire (excédent budgétaire moins intérêts de la dette) de 6,5% du produit intérieur brut pour 2003 et au-delà, un ensemble de mesures visant à renforcer les bases des comptes budgétaires, le renforcement de l'indépendance de l'Agence de supervision et de régulation bancaire, la réduction des effectifs dans les entreprises nationales et l'avancée des privatisations. (AFP, 18 avril 2003)
 

Grundig renoue des contacts avec le groupe turc Beko après son dépôt de bilan

Le groupe allemand d'électronique grand public Grundig a renoué mardi, au lendemain de son dépôt de bilan, des contacts avec son concurrent turc Beko qui avait été un temps intéressé par un rachat, a annoncé le propriétaire de Grundig, Anton Kathrein.

Le président du directoire de Grundig, Eberhard Braun, et l'administrateur judiciaire de l'entreprise, Siegfried Beck, négocient depuis mardi matin à Istanbul avec des dirigeants de Beko, contrôlé par la holding Koc, a précisé M. Kathrein, qui détient 89% du fabricant de téléviseurs et d'autoradios.

En début de semaine dernière, Beko avait renoncé à un projet de reprise de Grundig en raison de désaccords financiers.

Mais selon M. Kathrein, les chances de parvenir à un accord sont bien meilleures à présent que l'entreprise allemande est protégée de ses créanciers par le dépôt de bilan et la procédure d'administration judiciaire prochainement appelée à être ouverte.

"Beko avait été effrayé par les quelque 220 millions d'euros d'obligations financières pour le paiement des retraites" des anciens salariés de Grundig, qu'il aurait dû assumer en cas de rachat, a expliqué le propriétaire de la société.

"C'est ce qui a provoqué l'échec la semaine dernière. Et on peut le comprendre: quelle entreprise a envie d'hériter d'obligations envers 14.000 salariés qui ne travaillent plus depuis déjà longtemps pour Grundig?", s'est-il interrogé.

Selon lui, cet obstacle est à présent levé, et l'administration judiciaire pourrait se révéler être un "acte libérateur" pour Grundig, a-t-il dit, en se montrant optimiste sur le maintien d'une grande partie des emplois.

Grundig n'emploie plus actuellement que quelque 3.800 personnes, dont une partie en Autriche et au Portugal, contre 38.000 au temps de sa splendeur à la fin des années 1970. (AFP, 14 avril 2003)
 

Embargo ou pas, les routiers turcs ne voient pas le bout du tunnel

La guerre en Irak touche à sa fin mais, de l'autre côté de la frontière, les milliers de routiers du sud-est de la Turquie, désoeuvrés depuis la suspension du commerce transfrontalier, ne voient toujours pas le bout du tunnel.

Dans la région de Silopi, dernière ville turque avant l'Irak, l'économie locale a chèrement payé l'embargo imposé au pays voisin: depuis plusieurs années, entre 50.000 et 70.000 camions rouillent dans d'immenses cimetières improvisés.

"J'ai acheté mon camion 52.000 marks allemands. Maintenant, j'essaie de le revendre 5.000 marks. C'est ma dernière bouée de sauvetage", affirme Haci.

Ce père de huit enfants, qui autrefois faisait des va-et-vient transfrontaliers avec des cargaisons de nourriture, n'a plus repris le volant depuis plus de deux ans.

A cette date, explique-t-il, "le droit de passage à acquitter au poste-frontière est devenu exorbitant et, avec tous les autres coûts fixes, on a commencé à perdre de l'argent".

Seuls quelques camions-citernes ont pu continuer à rouler, dans le cadre du programme "pétrole contre nourriture", jusqu'à ce que, il y a un peu plus d'un mois, le gouvernement turc décide de fermer totalement la frontière avec l'Irak.

Le Volvo de Haci, le dernier d'un parc de quatre camions qu'il exploitait avec ses cinq frères, repose sur le bas-côté de la route, une pancarte "satilik" (à vendre) sur son pare-brises. Autour, de nombreux autres poids-lourds cherchent aussi preneur.

Ne s'attend-il pas à de meilleurs lendemains maintenant que la guerre semble s'achever? Il balaie la question d'un geste de la main: "Si j'avais le moindre espoir de reprise, je n'en serais pas à vendre mon camion".

Mahmet, 37 ans et père de six enfants, partage son pessimisme. Son camion est chez un garagiste mais il n'a pas les moyens d'engager la moindre réparation.

"Lorsque le commerce redémarrera finalement, seuls les camions assurés seront autorisés à reprendre la route. Mais nous, nous n'avons pas de quoi payer une assurance", assure-t-il.

Alors, tous les jours, des dizaines de routiers sans emploi, ceux qui n'ont pas pu ou voulu quitter Silopi, se retrouvent ici ou là pour discuter, jouer aux cartes, tuer le temps. Tous vivent à la petite semaine, assistés par la cellule familiale elle-même indigente.

Les seuls à s'en tirer, ce sont les "intermédiaires", ceux qui se chargent de racheter des camions au prix de la ferraille pour les revendre à des garagistes qui les "cannibalisent".

Ali est l'un d'entre eux. "Je fais ce boulot-là mais ça me rend triste. J'en tire mes revenus mais je souhaiterais que tout soit différent", explique-t-il. Et il se veut rassurant: "Tout est détruit en Irak. Ils ont besoin de tout et il va y avoir de quoi faire".

Sous le regard intéressé de ses amis routiers, Ali assure ne gagner que "20 ou 30 millions de lires" (moins de 15 USD) par camion vendu, à raison de cinq ou six transactions par mois. Puis il propose de reconduire les journalistes... au volant de sa Mercedes, d'un modèle plutôt récent.

Agé de 34 ans, Zeki a passé près de la moitié de sa vie dans la cabine d'un camion même si, lui aussi, a dû sérieusement lever le pied depuis un peu plus de deux ans.

Conduire, c'est tout ce qu'il sait faire, dit-il. Mais il refuse pourtant de sombrer dans le pessimisme: "Bien sûr qu'on espère. On n'a de toute façon rien d'autre à faire qu'espérer". (AFP, 15 avril 2003)
 

Les cuves du terminal pétrolier turc de Ceyhan sont pleines

Les cuves du terminal pétrolier turc de Ceyhan sont pleines et le pompage de brut importé du nord irakien a dû être interrompu, a-t-on appris mardi auprès de la compagnie pétrolière turque Botas.

"Le pompage s'est poursuivi pendant la guerre, mais est à présent arrêté car toutes les cuves sont pleines", a indiqué Basar Sayman, directeur des opérations de Botas à l'AFP.

Les 12 cuves du terminal de Ceyhan, sur la Méditerranée orientale, contiennent environ 1,5 million de tonnes de brut, selon M. Sayman.

L'oléoduc, transportant le brut depuis les gisements irakiens de Kirkouk, a acheminé quelque 700.000 à 800.000 barils (environ 100.000 tonnes) par jour au début de la guerre, mais le pompage a ensuite été ralenti, puis interrompu par la Turquie à partir du 9 avril en raison de l'absence de capacité de stockage.

Le brut stocké ne peut être vendu car il n'existe aucune autorité en Irak ayant légalement le droit de le commercialiser, selon M. Sayman.

Selon la presse turque, Ankara aurait demandé aux Nations unies et aux Etats-Unis de trouver une solution pour permettre le redémarrage des exportations de brut irakien, notamment dans le cadre du programme de l'Onu "pétrole contre nourriture".

Il y a peu de chances que l'Irak reprenne ses exportations avant juin 2003, estimait toutefois le Middle East Economic Survey (MEES) dans sa dernière édition.

"Les perspectives sont minimes pour une reprise des exportations pétrolières irakiennes avant juin, des questions administratives et juridiques, qui se posent à Bagdad et aux Nations unies à New York, devant au préalable être réglées", ajoute le bulletin spécialisé, édité à Nicosie.

"La première priorité est de mettre en place à Bagdad une administration pour le secteur pétrolier", selon le MEES qui ajoute qu"en attendant, il n'y aura pas de cadre logistique ou légal pour que les compagnies chargent du brut irakien".

Dès que l'Irak se remettra à pomper du brut à sa pleine capacité, sa production devrait se situer autour de 2,6 millions de barils/jour (mbj), dont quelque 2,2 mbj destinés à l'exportation, selon le MEES.

L'Irak dispose de réserves pétrolières prouvées de 112 milliards de barils, les deuxièmes au monde après celles de l'Arabie saoudite.

La région de Kirkouk contribue à hauteur d'un tiers à la production pétrolière totale de l'Irak (2,7 millions de barils par jour). Les deux tiers restants proviennent des gisements du sud.

Tous les puits de pétrole irakiens sont désormais sous contrôle des forces armées anglo-américaines, a déclaré lundi le général américain Vincent Brooks. (AFP, 15 avril 2003)
 

Regain "important" du secteur touristique, malgré l'Irak

La Turquie connaît un regain "important" de son tourisme dans le contexte actuel de fin de guerre en Irak, a annoncé lundi le vice-Premier ministre turc Abdulattif Sener, à la sortie d'une séance de travail gouvernementale.

"De récentes informations nous montrent clairement que le tourisme turc est en train de repartir et que les réservations annulées sont rapidement renouvelées", a-t-il déclaré.

Le conflit en cours dans l'Irak voisin a directement touché l'activité touristique turque, une source majeure de devises étrangères dans une économie accoutumée aux crises.
 Les agences de voyage turques annoncent une chute importante des réservations à l'approche de la saison estivale, estimée à 40% par la presse.

"Nous espérons une large reprise du secteur touristique cette année", a temporisé M. Sener précisant que le gouvernement tablait sur 15 millions de touristes étrangers pour l'année à venir.
 Ce chiffre marquerait une hausse importante par rapport aux 13,2 millions de touristes venus passer leurs vacances en Turquie en 2002 et qui ont rapporté 11,9 milliards de dollars à l'économie turque, selon les chiffres officiels.

Balayant les menaces économiques que fait peser le conflit en Irak sur le pays, le vice-premier ministre turc a déclaré que "la Turquie s'en sortait de façon saine".

Le gouvernement turc, qui doit faire face à de sérieux problèmes économiques malgré l'aide du Fonds monétaire international (FMI), n'a pas mis en place de plan pour réviser ses objectifs économiques pour 2003, a ajouté M. Sener. (AFP, 14 avril 2003)
 

Les faucons fuient l'Irak, déprimés par la guerre

Contrairement à une idée reçue, les faucons, les vrais, ne sont pas belliqueux: par centaines, ils fuient les combats en Irak pour se réfugier dans les cieux plus paisibles de la Turquie voisine.

Les ornithologues turcs redoutent que la guerre ne bouleverse les cycles de migration, d'accouplement et de couvaison des faucons, aigles, milans et autres rapaces, au point de poser des risques pour la reproduction de l'espèce.

"Ce genre de situation extraordinaire provoque un changement brutal de l'environnement des oiseaux, ce qui peut provoquer chez eux une sorte de déprime", affirme Mehmet Siki, zoologue à l'université d'Izmir.

Les rapaces de la région, explique-t-il, passent habituellement l'hiver en Irak, là où Tigre et Euphrate se rejoignent. En début d'été, ils remontent les deux fleuves pour s'installer dans le sud-est de la Turquie, certains allant jusqu'en Ukraine.

"Cette année, ils ont entamé leur migration vers le nord dès le début de la guerre, en mars. Or, une migration prématurée signifie qu'ils s'accoupleront plus tôt que prévu, voire qu'ils ne s'accoupleront pas du tout, et que leur rythme de couvaison pourra lui aussi s'en trouver changé", poursuit le zoologue.
 Plusieurs facteurs expliquent la fuite des rapaces, selon lui: le bruit des bombardements, la montée brutale de la chaleur et la pénurie des ressources alimentaires.

Parce que, d'une part, les combats déclenchent des incendies qui ravagent les herbes, buissons et forêts, où ils trouvent d'ordinaire une grande partie de leurs proies, et parce que, d'autre part, les proies en question (poissons, grenouilles, rongeurs) sont elles aussi des "victimes colatérales" de la guerre. Or, les rapaces préfèrent capturer leurs proies vivantes.

"L'altération du cycle des faucons et des autres rapaces est d'autant plus dommageable qu'elle intervient au printemps. Ce moment est le plus important, le plus critique, parce qu'à cette saison, la nature n'est pas encore formée", renchérit le zoologue Ahmet Kilic, professeur à l'université de Diyarbakir, dans le sud-est anatolien.

"Ils quittent un endroit où ils ne trouvent plus de nourriture pour un autre endroit où il n'y en a pas encore non plus, ou très peu", souligne-t-il. (AFP, 12 avril 2003)
 

Le terminal turc de Ceyhan reçoit toujours du brut de Kirkouk (EIG)

Le terminal pétrolier turc de Ceyhan a continué jeudi de recevoir, par oléoduc, du brut en provenance des gisements de Kirkouk, bien que cette ville du nord de l'Irak soit tombée aux mains des Kurdes soutenus par les Etats-Unis, rapporte un groupe pétrolier spécialisé.

"Mercredi, l'oléoduc avait livré 84.000 barils à Ceyhan. Cet approvisionnement a continué jeudi malgré la prise de Kirkouk, et 111.000  barils sont parvenus à Ceyhan", indique l'Energy Intelligence Group (EIG), basé à New York, dans sa lettre d'information.

"La continuation du flux montre qu'au moins certains gisements pétroliers de Kirkouk sont toujours en production. Les cuves de stockage de Ceyhan contiennent désormais 8,3 millions de barils de brut irakien utilisable", ajoute la lettre.

Le brut irakien stocké à Ceyhan ne peut être exporté car le contact a été perdu avec la société publique irakienne de commercialisation du pétrole, Somo, et parce que légalement, personne n'a le droit de se substituer à cette société.

"Aux premiers jours de la guerre, l'oléoduc acheminait à peu près sa quantité habituelle de 700.000 à 800.000 barils par jour (b/j), mais ce volume est tombé ensuite à environ 100.000. Il n'y a eu que deux jours pendant lesquels l'oléoduc n'a pas transporté de pétrole : les 5 et 7 avril", écrit l'EIG.

La région de Kirkouk contribue à hauteur d'un tiers à la production pétrolière totale de l'Irak (2,7 millions de barils par jour). Les deux tiers restants proviennent des gisements du sud, sont passés sous le contrôle des troupes américano-britanniques dans les premiers jours du conflit.

La Turquie, qui craint que la manne pétrolière ne permette de rendre viable un éventuel Etat kurde indépendant, a affirmé jeudi avoir obtenu des Etats-Unis un engagement à ne pas autoriser le contrôle de Kirkouk par les Kurdes.

L'Union patriotique du Kurdistan (UPK) a affirmé que les quelque 10.000 combattants entrés jeudi dans Kirkouk allaient s'en retirer vendredi. (AFP, 11 avril 2003)
 

Séisme d'une magnitude de 5,6 à Izmir: Des blessés et des dégâts

Un séisme d'une magnitude de 5,6 sur l'échelle ouverte de Richter a secoué tôt jeudi la ville d'Izmir (ouest de la Turquie), provoquant un mouvement de panique et des blessés, dont la plupart ont sauté par les fenêtres, selon les autorités locales, cités par l'agence Anatolie.

L'épicentre du séisme, qui a frappé à 03H40 locales (00H40 GMT), se situe à Urla, selon l'institut de sismologie d'Istanbul.

90 personnes qui ont sauté par les fenêtres ont été légèrement blessées, selon Yusuf Ziya Goksu, le gouverneur d'Izmir, troisième plus importante métropole du pays.

"Nous avons été très fortement secoués, des centaines de personnes sont sorties dans les rues où il sont restés à cause des nombreuses repliques", a expliqué à l'AFP au téléphone un habitant de la ville, Sinan Taskin.

Plusieurs maisons se sont partiellement effondrées à Seferihisar, un site balnéaire située à une quarantaine de km d'Izmir, et de grandes fissures se sont produites dans de nombreuses habitations, ajoute Anatolie.

Un autre tremblement de terre d'une magnitude de 4,8 sur Richter avait touché quelques heures auparavant Antalya (sud), sans faire ni dégâts, ni victimes.

La Turquie est traversée de plusieurs lignes de faille actives, dont la ligne nord-anatolienne qui a causé la mort de plus de 20.000 personnes en août et novembre 1999 à l'est de la mer de Marmara (ouest), mmenaçant toujours la grande métropole d'Istanbul, peuplé de plus de 10 millions de personnes. (AFP, 10 avril 2003)
 

Pour les troglodytes de Hasankeyf, le danger vient d'Ankara, pas de Bagdad

L'Irak n'est qu'à une centaine de kilomètres, mais pour les habitants de Hasankeyf, village troglodyte du sud-est de la Turquie, le danger ne vient pas du ciel: leurs grottes multimillénaires sont, depuis 50 ans, menacées de disparaître sous les eaux d'un barrage.

Après avoir survécu aux invasions byzantines, musulmanes et ottomanes, la cité, ancienne splendeur de la Mésopotamie, risque de rendre son dernier souffle, noyée sous les flots du Tigre qui en fut longtemps la source de vie.

Depuis 1954, le gouvernement turc a dans ses cartons un ambitieux projet de construction d'installations hydroélectriques dans le sud-est anatolien.

Plusieurs barrages ont déjà été construits et celui d'Ilisu, qui scellerait le sort de Hasankeyf, en constitue le dernier maillon.

Dans cette perspective, les populations troglodytes ont été invitées dès 1972 à quitter leurs grottes, creusées par la main de l'homme environ 7.500 ans avant notre ère, pour s'installer dans une ville nouvelle construite en contrebas.

"J'en ai marre de cette incertitude. Soit on fait ce barrage et dans ce cas-là, nous partons, soit on abandonne cette idée et alors on pourra faire des projets d'avenir. Mais, à l'heure actuelle, on ne sait pas de quoi demain sera fait", explique Hassan, l'un des rares habitants de Hasankeyf à vivre encore dans une grotte.

Devant le logis situé en haut de la colline qui surplombe le Tigre paisible et pourtant menaçant, près des ruines d'une citadelle construite au XIIIe siècle, le linge sèche sous un soleil rempli de poussière. La demeure dispose de l'électricité depuis cinq ans mais, à défaut de canalisation, l'eau doit encore être montée à dos de baudet.

Contrairement aux autres, la famille d'éleveurs de Hassan n'a pas eu les moyens d'acheter une véritable maison.
 Chose rare dans le région, Hassan, à l'âge de 25 ans, n'est toujours pas marié: personne ne veut donner la main de sa fille à un jeune homme si indigent.

"Par deux fois, le gouvernement nous a demandé de nous installer dans le village mais nous n'en avons pas les moyens. Bien sûr s'ils nous donnaient une maison, nous quitterions cet endroit sans vague à l'âme", souligne-t-il.

Hasankeyf fut autrefois la perle de la Mésopotamie: en l'an 1100, assure la population locale, la cité comptait 15.000 habitants quand Constantinople, rebaptisée Istanbul depuis, n'en avait que 6.000.

Seules 4.000 personnes résident encore à Hasankeyf, aujourd'hui en terre kurde. Nombreux sont ceux qui ont décidé de partir avant que tout ne soit -peut-être- englouti par les flots.

Remisée derrière des préoccupations plus immédiates, la guerre en Irak n'occupe pas vraiment les esprits.

"Nous sommes partagés parce que, nous aussi, nous voulons le barrage pour le développement de notre région mais, d'un autre côté, on ne veut pas tourner la page sur toute notre histoire", précise un employé municipal.

Par rapport aux années 1950, affirme-t-il, les autorités sont devenues plus sensibles aux considérations culturelles et historiques, d'autant que Hasankeyf draine de plus en plus de touristes.

Surtout depuis 1999 et la fin des combats entre les troupes turques et les séparatistes kurdes, auxquels Hasankeyf la multimillénaire avait une fois encore survécu. (AFP, 9 avril 2003)
 

La guerre menace le tourisme en Turquie

La guerre en Irak a considérablement ralenti les activités culturelles des métropoles turques, provoquant de nombreuses annulations d'artistes étrangers, et menace le début de la saison touristique.

En moins d'un mois, la banque Is-bankasi, principal sponsor de la scène musicale à Istanbul avec 35.000 spectateurs la saison dernière, a dû déprogrammer trois de ses 10 rendez-vous, les musiciens invités renonçant à venir en Turquie en raison de la guerre.

"L'orchestre philarmonique de la Nord Deutsche Rundfunk (allemand) s'est dit pas très à l'aise à l'idée de venir en ce moment, et a repoussé sa venue à la saison prochaine", a expliqué la coordinatrice générale du département mécénat culturel de Is-bankasi, Yesim Gürer, à l'AFP.

"Quant à Terence Blanchard et au Juilliard Orchestra (américains), ils ont expliqué qu'ils ne voulaient pas prendre l'avion pour la Turquie à cause des risques liés à la guerre, et ont tout simplement annulé leur prestation", a-t-elle encore dit.

Le public fait lui aussi défection, constatent les professionnels.

La fréquentation de l'auditorium de Is-bankasi habituellement comble à chaque représentation à chuté "d'environ 20%", affirme Yseim Gürer.

"La guerre a fait baisser plus ou moins de moitié le nombre de nos spectateurs", estime Gencay Gurun, directrice de la compagnie théâtrale Tiyatro Istanbul, citée lundi par le journal Hurriyet.

"Je me demande de quoi ils ont peur et je ne comprends pas. Une bombe va-t-elle leur tomber sur la tête, ou bien les gens restent-ils à la maison pour regarder les informations sur la guerre?", se demande-t-elle.

Les inquiétudes sont aussi de mise chez les professionnels du tourisme turc, première source en devises du pays, pour lesquels les mois d'avril et mai sont déjà perdus.

"La majorité des réservations pour avril et mai, qui marquent le début de la saison, a été annulée", constatait lundi le directeur de publication de la revue professionnelle Turizm gazetesi Fehmi Kofteoglu.

"Les deux premiers mois de l'année 2003 annonçaient une année exceptionnelle, mais depuis début mars le mouvement s'est inversé", analysait-il sur la chaîne d'informations continues CNN-Turk.

Plus optimiste, la ministre turque du Tourisme Guldal Aksit estimait également sur CNN-Turk que "si la guerre se termine vite, la Turquie pourrait ne rien perdre, et que, pour l'instant, les annulations pourraient se traduire par de simples reports".

La Turquie a accueilli l'an dernier 13,2 millions d'étrangers, marquant une fréquentations en hausse de 14% par rapport à l'année précédente, et le ministère du Tourisme s'était fixé un objectif de 15 millions de touristes pour cette année. (AFP, 7 avril 2003)
 

La Turquie s'attend à 5,2 milliards US du FMI et de la BM d'ici à fin 2004

La Turquie s'attend au déblocage de 5,2 milliards de dollars par le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque mondiale (BM) d'ici à la fin de l'année 2004, a annoncé dimanche le ministre turc de l'Economie Ali Babacan, a rapporté l'agence Anatolie.

Il a souligné lors d'une conférence de presse que le gouvernement turc et ces deux institutions monétaires internationales étaient parvenus a un accord sur un nouveau calendrier d'octroi de crédits.

"La date de versement des crédits et leur montant ont été rééchelonnés", a-t-il souligné.

Les discussions menées depuis près de sept mois pour le versement d'une nouvelle tranche de crédits du fonds à Ankara ont en outre pris fin avec la signature par le gouvernement d'un lettre d'intention adressée au FMI, a dit le ministre.

Cette tranche qui était initialement de 1,6 milliard de dollars devrait être ramenée à 700 millions de dollars lors d'un comité directeur du FMI prévu pour le 18 avril. Sept autre tranches d'environ 500 millions de dollars seront débloquées jusqu'en décembre 2004.

"Une nouvelle période commence", a estimé M. Babacan qui a souligné que le gouvernement souhaitait également la relance de deux crédits d'un montant d'environ un milliard de dollars de la BM, que cette institution avait refusé de verser faute de la réalisation de certaines réformes en Turquie.

Le FMI a conclu en février 2002 un accord stand-by avec Ankara portant sur 16 milliards de dollars pour aider la Turquie à faire face à une grave récession consécutive à deux crises financières.

Le programme sera poursuivi avec "détermination" par la Turquie, a ajouté M. Babacan.

Les prévisions de croissance pour l'année 2003 sont de 5% et le taux d'inflation de 20% pour les prix à la consommation.

Le gouvernement du parti de la Justice et du Développement (AKP, du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan) a annoncé début mars des mesures qui devraient rapporter l'équivalent de neuf milliards de dollars, par notamment une augmentation cette année de l'impôt sur les biens fonciers et celle de la vignette automobile, ainsi que d'importantes économies dans les dépenses militaires du pays dont l'économie est lourdement endettée. (AFP, 6 avril 2003)
 

Pneumonie atypique: mesures renforcées dans les aéroports turcs

La Turquie a renforcé depuis la semaine dernière les mesures de prévention contre l'épidémie de pneumonie atypique dans ses aéroports après des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a indiqué mercredi un responsable de la sécurité sanitaire.

L'office chargé de la sécurité sanitaire dans les ports et aéroports a décidé de mettre en place "certaines mesures" pour veiller à ce que l'épidémie ne gagne la Turquie, a dit ce responsable sous couvert d'anonymat.

Ces mesures concernent surtout le principal aéroport international du pays, à Istanbul, a-t-il ajouté, sans plus de précisions sur les mesures elles-mêmes.

Aucun cas de Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) n'a été recensé en Turquie, selon les autorités.

L'épidémie a fait quelque 66 morts et plus de 1.900 malades (cas avérés et suspects) dans le monde, selon des chiffres fournis par l'OMS et les services nationaux de santé. (AFP, 2 avril 2003)
 

Le trafic de la Turkish Airlines en chute en raison de la guerre

La guerre en Irak a provoqué une chute inattendue du nombre de passagers de la compagnie nationale turque Turkish Airlines (THY), a annoncé mardi le nouveau PDG de la compagnie, Abdurrahman Gundogdu.

"La baisse est plus importante que l'on escomptait", a dit M. Gundogdu, cité par l'agence Anatolie, réfutant cependant des informations de presse qui faisaient état d'une baisse de 50% du nombre des passagers.

"Ce n'est pas de l'ordre de 50%, je ne dispose pas des chiffres précis", a-t-il dit.

M. Gundogdu a souligné par ailleurs que la compagnie avait augmenté la fréquence de ses vols vers la Chine, passée de trois à cinq vols hebdomadaires.

La compagnie turque a dû suspendre un certain nombre de vols intérieurs et internationaux en raison de la guerre en Irak.
 La Turquie, pays voisin de l'Irak, a ouvert le 21 mars son espace aérien aux avions américains et britanniques engagés dans les opérations.

Plusieurs villes de l'est et du sud-est anatoliens ne sont plus desservies.

La suspension des vols de THY à destination de Bahrein et du Koweït, prévue jusqu'au 10 avril, a été prolongée jusqu'au 30 avril. (AFP, 1 avril 2003)
 

La guerre en Irak accélère la migration des oiseaux vers la Turquie

Le conflit irakien a pour conséquence d'avancer la migration d'oiseaux sauvages qui ont l'habitude au printemps de remonter de l'Irak vers la Turquie pour nidifier, affirme un biologiste turc, cité par l'agence Anatolie.

Selon le professeur Mehmet Siki, de l'Université Egée d'Izmir (ouest de la Turquie), les oiseaux sont "effrayés" par la guerre et ont entrepris leur migration "plus tôt que d'habitude".

La présence dans la région de Nusaybin, Cizre, Silopi, près de la frontière turco-irakienne, "de faucons, éperviers et autres espèces ne s'explique que par la guerre", explique le professeur Siki, car "les oiseaux cherchent des zones propices à leur sécurité".

Les deux fleuves Euphrate et Tigre constituent une voie de migration naturelle vers la Turquie, et les oiseaux ont l'habitude de remonter leur cours pour venir nidifier dans le sud-est de la Turquie, où ils prennent leur source.

Mehmet Siki estime que ce changement d'habitude menace la vie de ces migrateurs et pourrait diminuer la population de ces espèces, qui risquent de se disperser vers d'autres régions ou emprunter d'autres voies par peur de la guerre. (AFP, 1 avril 2003)
 

Relations avec l'Ouest/Relations with the West

Anzac Day: 88e anniversaire dans la ferveur, sous surveillance policière

Les commémorations marquant le 88e anniversaire de la sanglante bataille des Dardanelles, en Turquie, se sont déroulées vendredi matin dans le calme et la ferveur, sous très haute surveillance policière, a constaté l'AFP.

Les autorités australiennes avaient mis en garde mercredi contre un risque terroriste, en raison du conflit en Irak où les soldats australiens sont engagés, et avaient recommandé la prudence à leurs compatriotes qui chaque année participent massivement aux commémorations marquant le débarquement des troupes australiennes et néo-zélandaises (ANZAC) à Gallipoli pendant la première guerre mondiale.

Moins de 5.000 Australiens et Néo-zélandais, contre plus de 16.000 l'an dernier selon des sources touristiques, ont assisté cette année aux cérémonies de l'Anzac Day, selon un correspondant de l'AFP.

Fait exceptionnel: des militaires turcs en treillis avaient pris position sur les hauteurs enserrant "Anzac bay", où s'est déroulée la "prière de l'aube", à 05h30 locales (02h30 GMT), l'heure du débarquement allié en avril 1915.

La police avait également déployé des moyens inhabituels sur les accès menant à la plage, les voitures étant strictement contrôlées et des accréditations exigées pour parvenir au site sur une péninsule, au sud d'Istanbul.

Le gouverneur général de Nouvelle-Zélande Sylvia Cartwright et le ministre des Finances australien Peter Costello assistaient à la commémoration de l'Anzac Day, également fête nationale dans leur pays, la Turquie étant représentée par le gouverneur adjoint de la province de Canakkale.

Quelque 35.000 soldats britanniques, australiens, néo-zélandais, indiens et français ont été tués pendant les huit mois qu'a duré la bataille de Gallipoli qui s'est soldée par un échec des forces alliées. L'empire ottoman a perdu près de 87.000 hommes dans la bataille. (AFP, 25 avril 2003)
 

Bush exprime à Erdogan son soutien aux réformes turques

 Le président américain George W. Bush a déclaré mercredi au Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan qu'il soutenait les réformes économiques d'Ankara et sa collaboration avec le Fonds monétaire international, a indiqué la Maison Blanche.

Lors d'une conversation téléphonique, "les deux hommes ont réaffirmé les fortes relations entre les Etats-Unis et la Turquie, des amis et alliés de longue date", a déclaré le porte-parole présidentiel Ari Fleischer.

"Le président Bush a exprimé ses remerciements à la Turquie qui permet l'approvisionnement des troupes américaines dans le nord de l'Irak et il a salué le désir de la Turquie de travailler étroitement avec les Etats-Unis pour soutenir la sécurité, la stabilité et la reconstruction de l'Irak", a déclaré M. Fleischer.

"Le président a aussi salué les réformes économiques en cours de la Turquie et la coopération de la Turquie avec le Fonds monétaire international", a-t-il ajouté.

La Turquie s'est engagée à lutter contre la corruption dans le cadre d'un  programme de réformes économiques en échange de l'obtention d'un prêt de plusieurs milliards de dollars du FMI. (AFP, 23 avril 2003)
 

Pas de décision sur l'octroi d'une aide américaine à la Turquie

Les Etats-Unis sont satisfaits de la coopération de la Turquie à leur intervention militaire en Irak mais ne se sont pas encore prononcés sur l'attribution d'une aide d'un milliard de dollars à Ankara, a indiqué mardi le secrétaire d'Etat américain Colin Powell.

"Je n'ai pas encore pris de décision à ce sujet", a déclaré M. Powell lors d'une conférence de presse. "Ce n'est pas uniquement une question de coopération, mais aussi de ce que seront les besoins à ce moment-là", a ajouté le chef de la diplomatie américaine.

Le Congrès américain, à majorité républicaine, a voté le week-end dernier une enveloppe budgétaire supplémentaire d'un montant d'environ 80 milliards de dollars destinée à couvrir les frais de la guerre, qui inclut notamment une aide d'un milliard de dollars à la Turquie.

Mais, irrités par le refus du parlement turc d'autoriser le déploiement de troupes américaines sur son territoire, les parlementaires américains ont subordonné l'octroi de cette aide au "feu vert" formel de M. Powell.

La "déception (provoquée par cette décision) est réelle mais nous la considérons désormais comme de l'histoire ancienne et je pense que la relation que nous entretenons avec la Turquie est forte et solide", a estimé Colin Powell.

"Le niveau de coopération observé ces deux dernières semaines a été satisfaisant et je prendrai certainement ça en compte", a-t-il ajouté. (AFP, 15 avril 2003)
 

La Turquie veut récupérer à Londres des faïences peut être volées à Istanbul

Le gouvernement turc va tenter de récupérer des faïences anciennes de la fameuse école d'Iznik, mises en vente par Christie's à Londres et qui auraient été volées dans une mosquée d'Istanbul, rapporte mardi l'agence Anatolie.

"Nous avons entamé une procédure auprès du ministère (britannique) des Affaires étrangères pour entrer en contact avec la salle des ventes et arrêter la vente", a déclaré le ministre de la Culture, Erkan Mumcu, cité par Anatolie.

"Je pense que nous empêcherons la vente", a dit M. Mumcu, pour qui les faïences "très certainement pourront être récupérées".

La presse s'émouvait mardi de l'annonce de la vente aux enchères le 29 avril à Londres de carreaux de faïence qui pourraient provenir de la mosquée Yeni Cami d'Istanbul.

"Leur situation actuelle est connue, leur provenance aussi, les rapports de police l'attestent (...), je pense que n'importe où dans le monde le droit sera respecté", a encore dit M. Mumcu.

Le journal Hurriyet rapporte que trois de ces carreaux "d'une valeur inestimable", arrachés d'un mur de la mosquée Yeni Cami contruite entre 1597 et 1663, seront mis en vente pour 1.500 à 2.000 livres sterling dans le lot n° 160 du catalogue Chritie's.

"Ce genre de faïences n'a jamais été fabriqué pour la vente ou la décoration, mais uniquement pour les mosquées et les palais", commente dans Hurriyet un expert turc basé à Londres, Nabi Ozbek.

"Elles ont forcément été exportées clandestinement" de Turquie, ajoute-t-il.

Les vols et pillages de monuments historiques sont fréquents en Turquie, faute de moyens de protection suffisant, selon les media turcs. (AFP, 15 avril 2003)
 

"Le gouvernement  déterminée à poursuivre sa démocratisation pour adhérer à l'UE"

La Turquie est déterminée à poursuivre sa démocratisation interne pour pouvoir entamer des négociations d'adhésion avec l'Union européenne en 2004, a affirmé mardi à Luxembourg le ministre des Affaires étrangères turc Abdullah Gul.

""Nous savons que la mise en oeuvre des critères politiques est essentielle et nous souhaitons accélérer ce processus pour commencer des négociations d'adhésion en 2004 sans délai", a déclaré M. Gul lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec la présidence grecque de l'UE et la Commission européenne.

Les Quinze ont formellement entériné lundi un "partenariat d'adhésion révisé" avec Ankara proposé par la Commission, en vertu duquel l'aide de pré-adhésion pour la Turquie va être portée à 1,050 milliard d'euros entre 2004 et 2006, soit le double du montant prévu initialement.

Ce partenariat exige de nombreuses réformes politiques car "il y a encore beaucoup d'efforts à faire sur le plan des droits de l'homme", a jugé mardi le ministre grec adjoint des Affaires étrangères Tassos Giannitsis.

La Turquie doit ainsi renforcer l'indépendance et l'efficacité de son système judiciaire, assurer le respect effectif des droits de l'Homme et des minorités et promouvoir la lutte contre la torture.

Conformément à l'accord conclu entre les dirigeants des Quinze en décembre 2002 au sommet européen de Copenhague, la Commission fournira en novembre une évaluation des réformes turques et présentera fin 2004 un rapport sur la base duquel les 25 membres de l'UE élargie décideront ou non d'ouvrir les négociations d'adhésion avec Ankara.

Ces négociations dépendront fortement de l'évolution de la situation à Chypre. Les relations entre l'UE et la Turquie ont souffert de l'échec des pourparlers sur la réunification de l'île, constaté début mars.

"Le plan de réunification proposé par l'Onu reste sur la table et peut être la base de nouvelles négociations", a estimé mardi le commissaire européen à l'Elargissement, Guenter Verheugen. "Si la situation ne bouge pas avant la fin de l'année prochaine, alors cela va compliquer les choses", a-t-il cependant répété. (AFP, 15 avril 2003)
 

US State Department's Report 2002 on Turkey

On March 31, US State Secretary Powell held a special briefing to announce the release of the 2002 Human Rights Reports. The report entitled "Country Reports on Human Rights Practices" was submitted to the Congress.

In this detailed report, the situation of Turkey in 2002 is presented as follows:

"Turkey is a constitutional republic with a multiparty Parliament, the Turkish Grand National Assembly, which elects the President. In the November parliamentary elections, Recep Tayyip Erdogan's Justice and Development (AK) Party won the majority of seats and formed a one-party government. Abdullah Gul was named Prime Minister; Erdogan was ineligible to serve in Parliament due to a past conviction for illegal speech but remained influential as party chairman. In May 2000, the Parliament elected Ahmet Necdet Sezer as President for a 7-year term. The military exercised indirect influence over government policy and actions in the belief that it is the constitutional protector of the state. The Constitution provides for an independent judiciary; however, various officials acknowledged the need for constitutional and legislative changes to ensure the judiciary's independence in practice.

"The Government declared a state of emergency in the southeast in 1987 due to an ongoing conflict with the terrorist Kurdistan Workers Party (PKK), which changed its name to the Kurdistan Freedom and Democracy Congress (KADEK). At the beginning of the year, four provinces remained under a state of emergency; but the Government completed the phased lifting of the regime on November 30 and closed the State of Emergency Regional Governor's Office, which exercised authority over the governors of the emergency provinces, as well as the adjacent provinces. The Regional Governor held certain quasi-martial law powers, including the authority to impose restrictions on the press, remove from the area persons whose activities were deemed detrimental to public order, and order village evacuations. The Government continued to maintain a heavy security presence in the region, including numerous roadway checkpoints. The level of violence has decreased substantially since 1999.

"The Turkish National Police (TNP) had primary responsibility for security in urban areas, while the Jandarma (paramilitary forces under joint Interior Ministry and military control) carried out this function in the countryside. The military no longer directly carried out operations against the PKK inside the country and has ended its internal security function. However, Jandarma troops continued to carry out such operations and were under operational control of the military when performing these functions. Although civilian and military authorities remained publicly committed to the rule of law and respect for human rights, members of the security forces committed serious human rights abuses.

"The country had a market economy, though the state retained a dominant stake in some industries. Its population was approximately 67.8 million. During the year, the country began to recover from a steep economic decline, while implementing wide-ranging structural reforms. The economy grew by an estimated 6.5 percent, and inflation fell to 31 percent. Per capita income reached $2,300. Job losses for the year amounted to nearly 500,000, with unemployment rising to 10 percent, according to official statistics. Wages and benefits did not keep pace with inflation. Income inequality has increased since the onset of the economic crisis in 2000-2001.

"The Government generally respected the human rights of its citizens; although there were improvements in a number of areas, several serious problems remained. Security forces continued to commit unlawful killings, including deaths due to excessive use of force and torture. Torture, beatings, and other abuses by security forces remained widespread, although the number of reported cases declined. There were reports that police and Jandarma often employed torture and abused detainees during incommunicado detention and interrogation. The lack of universal and immediate access to an attorney, long detention periods for those held for political crimes, and a culture of impunity were major factors in the commission of torture by police and security forces. The rarity of convictions and the light sentences imposed on police and other security officials for killings and torture continued to foster a climate of impunity. Prison conditions remained poor, despite some improvements. According to the Human Rights Association (HRA), 26 persons died during the year as a result of the continuing hunger strikes to protest new small-cell prisons. Police and Jandarma continued to use arbitrary arrest and detention, although the number of such incidents declined slightly. Prolonged pretrial detention and lengthy trials continued to be problems. Prosecutions brought by the Government in State Security Courts (SSCs) reflected a legal structure that protects state interests over individual rights.

"The Government infringed on citizens' privacy rights. Limits on freedom of speech and of the press remained a serious problem. Journalists continued to practice self-censorship. At times the Government restricted freedom of assembly and association. The police beat, abused, detained, and harassed some demonstrators. The Government continued to impose some restrictions on religious minorities and on some forms of religious expression. At times the Government restricted freedom of movement. The Government restricted the activities of some political parties and leaders. The Government continued to harass the pro-Kurdish People's Democracy Party (HADEP), as well as the closely related Democratic People's Party (DEHAP), through various methods including police raids and detentions, although there were fewer instances than in previous years. The Government continued to harass, indict, and imprison human rights monitors, journalists, and lawyers for ideas that were expressed in public forums. Branches of several nongovernmental organizations (NGOs) were closed, temporarily or indefinitely, particularly in the southeast. The Government exerted disproportionate pressure on Kurdish NGOs in the southeast. Violence against women and children remained serious problems, and discrimination against women persisted. There were restrictions on workers' rights. Child labor remained a problem. Trafficking in persons, particularly women and girls, remained a problem. Turkey was invited by the Community of Democracies' (CD) Convening Group to attend the November 2002 second CD Ministerial Meeting in Seoul, Republic of Korea, as a participant."

After this introduction, the report gives the details of the violations of human rights in Turkey.
 

Relations régionales / Regional Relations

Damas et Ankara pour un gouvernement irakien représentatif

Damas et Ankara veulent que l'intégrité de l'Irak soit préservée et qu'un gouvernement irakien représente tout le peuple d'Irak, ont indiqué mardi les chefs de diplomatie syrienne et turque.

"L'établissement d'un gouvernement élu (représentant) toutes les catégories du peuple irakien est une revendication essentielle de ce peuple, mais il est difficile de réaliser cet objectif en présence des forces d'occupation" américano-britanniques en Irak, a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères Farouk al-Chareh dans une conférence de presse avec son homologue turc Abdullah Gul.

La formation d'une administration intérimaire en Irak est "normale aujourd'hui". Mais l'important, a poursuivi M. Chareh, "c'est la sauvegarde de l'unité du peuple irakien et de son territoire et que ce peuple puisse choisir librement son gouvernement".

M. Gul a souhaité de son côté la formation en Irak d'un "gouvernement civil qui incluerait toutes les catégories et communautés irakiennes, y compris les Turcomans, les Kurdes, les Arabes".

"Les Kurdes doivent oeuvrer à travers un tel gouvernement", a ajouté M. Gul, jugeant "inacceptable la présence de milices arméés" dans le nord de l'Irak, zone contrôlée depuis 1991 par les Kurdes.

La Syrie et la Turquie, ayant tous deux des minorités kurdes installées sur leur territoire, verraient d'un mauvais oeil l'émergence d'un Etat kurde indépendant à leurs portes.

Pour MM. Gul et Chareh, les forces américano-britanniques doivent "assurer la sécurité et la stabilité en Irak" avant leur retrait de ce pays.

Les Etats-Unis ne sont pas opposés au développement des relations entre la Turquie, la Syrie et l'Iran. "Au contraire, ces relations contribueront à résoudre nombre de problèmes" au Proche-Orient, a dit le ministre turc.

M. Gul, qui a effectué mardi une visite de travail d'une journée à Damas portant sur l'après-guerre en Irak, a été reçu par le président Bachar al-Assad, puis par le Premier ministre Mohammad Moustapha Miro.

MM. Gul et Chareh ont annoncé que le président syrien effectuera avant la fin de 2003 "une visite historique" en Turquie, pour promouvoir les relations bilatérales dans tous les domaines.

M. Chareh a par ailleurs répété la position de "la Syrie favorable à une paix juste et globale" au Proche-Orient "qui restituerait les territoires arabes occupés et garantirait la sécurité à tous" les pays. (AFP, 29 avril 2003)
 

Quinze Turcs arrêtés après s'être illégalement introduits en Israël

Quinze ressortissants turcs ont été arrêtés samedi par une patrouille israélienne, après avoir franchi illégalement la frontière égyptienne, a annoncé un porte-parole militaire.

Les quinze personnes, dont plusieurs femmes, ont été capturés dans le désert du Neguev, dans le sud d'Israël, au nord de la ville d'Eilat sur la mer Rouge. Ils ont déclaré être venus chercher du travail en Israël, selon la même source.

Une femme et son fils ont été renvoyés par le premier avion en Turquie, pour éviter une détention à l'enfant, tandis que les treize autres clandestins ont été placés en détention provisoire, en attendant leur expulsion.

La police égyptienne arrête régulièrement des individus de différentes nationalités qui tentent d'entrer clandestinement en Israël, en passant par la péninsule égyptienne du Sinaï.

Elle avait ainsi annoncé le 13 février avoir arrêté neuf personnes, sept jeunes filles ouzbèkes et deux moldaves, alors qu'elles tentaient de passer clandestinement en Israël pour y pratiquer la prostitution.

Les autorités israéliennes ont remis pour leur part en mars à l'Egypte une Russe, trois Moldaves et un Egyptien qui avaient franchi illégalement la frontière. (AFP, 26 avril 2003)
 

Ankara coopérera avec l'Iran et la Syrie (chef de la diplomatie turque)

La Turquie coopérera avec l'Iran et la Syrie, deux pays sous le feu de la critique des Etats-Unis, pour promouvoir la stabilité dans la région du Golfe, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gul vendredi à l'hebdomadaire grec Eleftherotypia.

Le ministre, à qui le magazine demandait de commenter l'éventualité d'un conflit impliquant les Etats-Unis, la Syrie et l'Iran, a indiqué que la Turquie "souhaiterait que la question de l'Irak ne prenne pas d'autres dimensions".

"La Syrie et l'Iran sont nos voisins. C'est dans leur intérêt et dans le nôtre de maintenir des relations stables et de développer des relations de bon voisinage et de coopération (...) de bonnes relations avec des pays voisins ouvrent de nouvelles perspectives pour promouvoir la paix et la stabilité dans la région", a déclaré M. Gul.

"Les pays de la région doivent faire tout leur possible pour contribuer à la reconstruction de l'Irak", a-t-il ajouté.

Les relations entre Ankara et Washington sont tendues depuis que le parlement turc a refusé d'autoriser le déploiement de soldats américains en Turquie pour attaquer l'Irak, et a seulement ouvert l'espace aérien du pays aux avions américains. (AFP, 25 avril 2003)
 

Livraison d'électricité: Sofia veut une rencontre urgente avec Ankara

Le gouvernement bulgare a insisté mardi pour obtenir une rencontre "avant la fin de la semaine" avec les autorités turques pour résoudre le problème de la livraison d'électricité bulgare que la Turquie a interrompu dans la nuit de lundi à mardi.

"Les institutions bulgares insistent pour qu'une rencontre ait lieu dans les délais les plus brefs, voire avant la fin de la semaine", selon un communiqué du porte-parole du gouvernement bulgare, Dimitar Tzonev.

Le ministère bulgare de l'Energie s'est dit "surpris et déçu de cet acte unilatéral".

Mardi, la Compagnie turque d'électricité TEDAS a demandé pour la deuxième fois en une semaine l'arrêt des livraisons d'électricité depuis la Bulgarie. La première demande dans ce sens a été faite le 15 avril, mais le jour suivant les autorités bulgares avaient annoncé la solution du problème "par voie diplomatique" et la poursuite des livraisons.

La Turquie a interrompu dans la nuit de lundi à mardi ses importations d'électricité bulgare, estimant que Sofia n'avait pas respecté ses obligations inscrites dans l'accord sur l'énergie conclu entre les deux pays en 1998, a indiqué mardi un responsable du ministère turc de l'Energie.

En novembre 1998, Sofia et Ankara ont signé un contrat de fourniture d'électricité de quatre milliards de kilowatts d'électricité par an jusqu'en 2008. En contrepartie, la Bulgarie a obtenu que des sociétés turques deviennent des partenaires d'entreprises mixtes pour la construction de l'infrastructure en Bulgarie.
 Le projet "Gorna Arda", dans le sud de la Bulgarie, de construction par la partie turque d'une série de trois centrales hydrauliques d'une valeur de 220 millions de dollars (200 M EUR) faisait notamment partie de cet accord. Le constructeur retenu, la société turque Ceylan Holdings, étant en faillite, le projet a été gelé.

Ceylan refuse cependant de vendre ses actions à Gorna Arda, alors que le gouvernement bulgare a invité une compagnie italienne, Enel, qui effectue actuellement une étude de faisabilité du projet, pour le reprendre à la place du groupe turc. Ce désaccord semble être à l'origine de l'arrêt de l'importation d'énergie bulgare par la partoie turque.  (AFP, 22 avril 2003)
 

Immigration/Migration

Couple accusé de terrorisme anti-américain: le principal témoin se rétracte

Le principal témoin à charge dans le procès d'un couple turco-américain accusé d'avoir préparé un attentat contre des bases militaires américaines en Allemagne s'est rétracté mardi, lors d'une audience à Heidelberg (ouest de l'Allemagne).

En conséquence, le tribunal de la ville a remis en liberté l'accusée, Astrid Eycaguirre, une Américaine de 23 ans placée en détention provisoire depuis septembre 2002.

Astrid Eycaguirre n'a jamais dit que son ami Osman Petmezci, un Turc de 25 ans, préparait concrètement des attentats contre la base américaine de Heidelberg ou contre des objectifs américains dans le centre-ville, a affirmé le témoin, une amie de l'accusée, contredisant ainsi de premières dépositions, sur lesquelles reposent l'accusation.

Elle "n'a jamais dit qu'il y avait des cibles visées en particulier", a fini par dire Cristi Allen, une Américaine de 21 ans, après s'être contredite à plusieurs reprises lors du long interrogatoire mené par le président du tribunal.

Le couple, dont le procès s'est ouvert le 11 avril, est accusé d'avoir planifié "la déflagration de matériel explosif" et "un crime à l'explosif". Les deux prévenus risquent plus de onze ans d'emprisonnement.

Les deux jeunes gens avaient été arrêtés le 6 septembre 2002 à Walldorf (sud-ouest), à la suite d'une dénonciation au FBI de la jeune femme entendue mardi par le tribunal. Ils étaient en possession de produits chimiques et de matériel pouvant servir à la fabrication d'explosifs et d'une photo du terroriste islamiste Oussama Ben Laden.

Dans leur appartement, la police a trouvé un portrait d'Oussama ben Laden, le chef du réseau terroriste Al-Qaïda, et saisi 395 grammes d'un mélange de poudre à munition et de salpêtre, ainsi que des tubes de métal et des produits chimiques pouvant reconstituer 113 litres de salpêtre.

Le jeune Turc a avoué avoir dérobé les produits chimiques dans une usine dans laquelle il avait travaillé mais a affirmé qu'il entendait construire des fusées de feu d'artifice. Quant au portrait de ben Laden, il voulait en faire une affiche dotée de la mention "Wanted", a-t-il dit.

Le couple est par ailleurs accusé d'avoir cultivé et possédé illégalement de la marijuana.

Le jugement est attendu le 6 mai. (AFP, 29 avril 2003)
 

Début du procès d'un couple turco-américain soupçonné de terrorisme

Le procès d'un jeune couple turco-américain soupçonné d'avoir préparé un attentat contre des installations militaires américaines en Allemagne et arrêté en septembre dernier s'est ouvert vendredi devant le tribunal de Heidelberg (sud-ouest).

Osman P., un Turc de 25 ans, et Astrid E., son amie américaine de 23 ans, sont accusés d'avoir planifié en commun "la déflagration de matériel explosif" et "un crime à l'explosif". Les deux prévenus risquent plus de 11 ans d'emprisonnement.

Les deux jeunes gens avaient été arrêtés le 6 septembre 2002 à Walldorf (sud-ouest) en possession de 130 kg de produits chimiques, avec lesquels peuvent être fabriqués des explosifs, et d'une photo du terroriste islamiste Oussama ben Laden.

Pour les enquêteurs, les cibles visées par le couple, arrêté quelques jours avant le premier anniversaire des attentats commis le 11 septembre aux Etats-Unis, étaient probablement des bâtiments militaires américains ou le centre-ville de Heidelberg.

Le couple nie ces accusations et prétend avoir voulu construire des fusées de feu d'artifice. L'homme avait ajouté qu'il avait subtilisé chez son employeur le matériel retrouvé à son domicile. Les deux prévenus sont par ailleurs accusés d'avoir cultivé et possédé illégalement de la marijuana.

Le tribunal de Heidelberg a prévu six semaines d'audiences. (AFP, 11 avril 2003)
 

Nouvelle évacuation de Kurdes d'une place de Bordeaux

La police a embarqué vendredi matin une quarantaine de Kurdes de Turquie parmi la centaine qui occupaient illégalement depuis mardi soir une place dans le centre de Bordeaux (sud-ouest), a constaté l'AFP.

"Seuls les Kurdes qui se trouvaient en situation irrégulière ont été embarqués lors de cette opération", selon le comité de soutien à ces illégaux. Les autres, en situation régulière, ont été laissés sur place.

Cette opération d'évacuation est la seconde du même groupe en moins d'une semaine. Mardi matin, la police avait évacué une autre place du centre de Bordeaux, que ces Kurdes occupaient depuis trois jours.

Une moitié du groupe, en situation régulière, avait été laissée en liberté. Les 41 autres, qui demandaient leur régularisation, avaient été conduits au commissariat central pour de plus amples vérifications d'identité et pour faire un point sur leur situation vis-à-vis de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA), qui traite les demandes d'asile politique.

Ils en étaient repartis quelques heures plus tard.

Mardi soir, l'ensemble de ces Kurdes de Turquie avaient à nouveau investi une nouvelle place du centre-ville de Bordeaux.

Au mois d'octobre déjà, un groupe de Kurdes sans papiers avait exigé sa régularisation collective et trouvé refuge à Bordeaux dans une salle paroissiale.

26 avaient finalement engagé une grève de la faim et, après 37 jours de jeûne, avaient été régularisés par l'OFPRA. Ils avaient tous obtenu le statut de réfugié politique. (AFP, 4 avril 2003)
 

Evacuation de Kurdes qui occupaient une place de Bordeaux

Les forces de l'ordre ont procédé mardi matin à l'évacuation d'un groupe de Kurdes de Turquie, qui occupaient depuis samedi une place dans le centre de Bordeaux (sud-ouest), a constaté l'AFP.

Les Kurdes, dont plusieurs dizaines étaient en situation irrégulière, campaient devant le Palais de justice de Bordeaux, afin d'obtenir leur régularisation.

Sur 82 personnes qui dormaient sur la place, sous une tente, 41 se sont révélées être en situation irrégulière après les premiers contrôles d'identité, a indiqué le préfet de Gironde, Christian Frémont. Elles ont été conduites au commissariat de police pour de plus amples vérifications.

Les 41 autres Kurdes ont été laissés en liberté. Leur tente a été démontée par les forces de l'ordre qui ont en outre emporté matelas et couvertures.

Au mois d'octobre déjà, un groupe de Kurdes sans papiers avait exigé sa régularisation collective et trouvé refuge à Bordeaux dans une salle paroissiale.

Vingt-six avaient finalement engagé une grève de la faim, et, après 37 jours de jeûne, avaient été régularisés par l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA). Ils avaient tous obtenu le statut de réfugié politique. (AFP, 1 avril 2003)
 

Court overturns extradition of Erdal from Belgium

A Belgian court on Tuesday cancelled the Interior Ministry's earlier decision to extradite Fehriye Erdal, one of the suspects of the Ozdemir Sabanci murder, dashing hopes that she will face justice in Turkey for the crimes she committed in the country.

Erdal, one of the suspects in the January 1996 murder of Sabanci Holding Automotive group chairman Ozdemir Sabanci, Toyoto-Sa manager Haluk Gorgun and secretary Nilgun Hasefe, was captured in Belgium on September 26, 1999, with a false passport. Belgium rejected Turkey's demand for extradition on the grounds that the death penalty existed in Turkish law, and rejected Erdal's political asylum demand as well.

After serving one year in jail, Erdal was placed under house arrest after being on a hunger strike for 34 days. She is expected to be tried in Belgium for illegally possessing arms and being engaged in activities of illegal crime organizations in Belgium.

The Belgian Interior Ministry, two years ago, sought the extradition of Erdal on grounds that she posed a threat to the security of the country. Erdal's attorney had applied to the court for the suspension of this decision.

The Belgian Council of State on Tuesday announced that the allegation that Erdal posed a threat to public security in the country was not proved.

The decision of the Council of State will pave Erdal's way to seek political asylum.

Sources claimed that Belgium's Interior Minister Antoine Duquesne will may make a new request for the extradition of Erdal to Turkey. (Turkish Daily News, April 2, 2003)
 


Pour les dernières informations suivantes sur Flash Info-Türk
For the following latest informations on Flash Info-Türk


 


For all the news since February 1998
Pour toutes les informations depuis février 1998