flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

45th Year / 45e Année
Juillet
 
2019 July
N° 491
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind


2 YENİ KİTABIMIZ
https://www.info-turk.be/documents-pdf.htm

600 sayfa


584 sayfa
Her iki kitabı da kapaklarının üzerinde tıklayarak
pdf üzerinden okuyabilirsiniz

*

Kitaplarımız sınırlı sayıda basılmıştır.
Satın almak isteyenler şu adrese yazılı olarak başvurabilirler:
editor@info-turk.be

Titres des évènements du mois
Titles of this month's events

Droits de l'Homme / Human Rights

Growing Number of Torture Incidents on Parliamentary Agenda
At Least 369 Official Curfews Declared in the Last 3.5 Years
Nouvelle vague d'arrestations en lien avec le coup d'Etat manqué

La police tire des gaz lacrymogènes lors de la Marche des fiertés d'Istanbul

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Le journaliste Doğan Özgüden visé par la SETA
Academic Sentenced to 1 Year, 3 Months in Prison
Journalist Hüseyin Aykol Arrested
Constitutional Court: Demolition of 'Monument of Humanity' a Right Violation
Journalist Ataman Under Arrest for 1,185 Days
Washington Post: Journalism is not a Crime, Support Erol Önderoğlu
SETA report escalates harassment of journalists
Journalism Organizations Denounce SETA Report on Journalists
Union takes legal action against blacklisting of journalists

La romancière turque Elif Safak parle...
Three Academics Sentenced to 1 Year, 3 Months in Prison
Osman Kavala's Statement of Defense: This Indictment is a Fantastic Fiction

Kurdish Question / Question kurde

La CEDH condamne la Turquie pour violation de la liberté d'expression de Demirtas

Le KNK condamne l’agression turque au Kurdistan irakien
HDP: Trump's Words on Kurds at G20 'Embarrassing' for AKP


Minorités / Minorities


Politique intérieure/Interior Politics

Après son triomphe, de nouveaux défis attendent le nouveau maire
Un ancien ministre d'Erdogan démissionne du parti au pouvoir


Forces armées/Armed Forces

Nouveau coup de filet en lien avec le putsch manqué


Affaires religieuses / Religious Affairs
 

Meurtre de Khashoggi: les touristes saoudiens boudent la Turquie

Peines de prison après l'incendie meurtrier d'un internat religieux pour filles
The Ones Massacred in Madımak 26 Years Ago Commemorated in Sivas

Socio-économique / Socio-economic

Erdogan limoge le gouverneur de la banque centrale

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Chypre et l'UE condamnent les nouveaux forages turcs au large de l'île
EU Delegation Statement on Human Rights in Turkey

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Première livraison de missiles russes à la Turquie, Washington s'offusque

L'Otan "préoccupée" par la livraison de missiles russes à la Turquie

Priver la Turquie des F-35 serait du "vol", selon Erdogan

Relations régionales / Regional Relations

Attentat à la voiture piégée près d'une église dans l'Est de Syrie
Erdogan rencontre Sarraj et exhorte Haftar à cesser son offensive
Erdogan prône une solution pour la situation des Ouïghours en Chine

La tension Haftar-Ankara risque d'exacerber une guerre régionale par procuration

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Ankara poursuivra les forages au large de Chypre en dépit des mises en garde
Le Caire et Washington "préoccupés" par les projets de forage turcs au large de Chypre
Un deuxième navire turc va entamer des forages au large de Chypre
Trois entreprises poursuivies à Chypre pour soutien aux prospections turques

Immigration / Migration

Des attaques contre des Syriens à Istanbul font craindre l'embrasement

L'explosion en Turquie a tué trois Syriens
Petition Against Hatred Towards Migrants

Droits de l'Homme / Human Rights

Growing Number of Torture Incidents on Parliamentary Agenda

Peoples' Democratic Party (HDP) Siirt MP Meral Danış Beştaş has submitted a Parliamentary inquiry into the increasing number of torture allegations.

In her inquiry, Danış Beştaş has requested that a Parliamentary commission be established "so that increasing incidents of torture be evaluated within the frame of legal legislature and the damages to be incurred by legitimization of torture through the policy of impunity be investigated."

She has also underlined that torture has become a routine in prisons and there is an increase in the number of torture incidents outside prison.

'Impunity and traditional codes of government'

In her inquiry, the MP has shared the following information:

"In contrast to the government's 'zero tolerance to torture' statements, torture has become widespread and, almost, legitimate. Behind this penetration of torture in all parts of society lie not only the effects of impunity policy, but also the existence of this method in the traditional codes of the government.

"In recent past, over 50 citizens were detained with their houses messed up by masked teams and being battered, they were subjected to heavy torture, women also suffered from sexual torture methods.
'Torture and maltreatment systematic in prisons'

"When it is the case outside, the letters sent by inmates, accounts of lawyers and victims' relatives reveal that the situation in prisons is far graver.

"Battery, beating, insults, curses, harassment, naked body search, surveillance cameras installed in private places and repeated disciplinary punishments in prisons have become systematic.

"It is difficult to say that the judiciary takes up a deterrent attitude towards these torture methods. Torture and ill treatment in prisons rarely become a subject of investigation and prosecution."

Within this context, Danış Beştaş has requested that a Parliamentary Investigation Commission be established to inquire about the issue.
(BIA, 11 July 2019)

At Least 369 Official Curfews Declared in the Last 3.5 Years

According to the data shared by the Human Rights Foundation of Turkey (TİHV) Documentation Center, at least 369 officially confirmed curfews have been declared in at least 11 provinces and 51 districts of Turkey since August 16, 2015, which marks the first day when indefinite curfews and/or round-the-clock curfews started to be declared.*
Highest number of curfews in Diyarbakır

The curfews have been declared in following provinces in the 3.5-year period between from August 16, 2015 and July 1, 2019:

Diyarbakır (214 times)
Mardin (54 times)
Hakkâri (23 times)
Şırnak (13 times)
Bitlis (26 times)
Muş (7 times)
Bingöl (7 times)
Dersim (6 times)
Batman (6 times)
Elazığ (2 times)
Siirt (11 times)

In the first six months of 2019, at least 18 official curfews have been declared in three eastern provinces, namely Bitlis, Siirt and Diyarbakır.
23 curfews with hour limitations

From August 11, 2017 to January 1, 2019, at least 23 round-the-clock curfews were also declared in some villages and hamlets in Şemdinli, Hakkari and in Hizan, Güroymak, Mutki, Tatvan and Center in Bitlis.

These curfews with hour limitations, namely the round-the-clock curfews, have not been included in the above count.
'At least 1 million, 809 thousand people affected'

As stated by the TİHV Documentation Center, according to the last population census conducted in Turkey in 2014, at least 1 million 809 thousand people were living in the related districts.

It is estimated that fundamental rights of these people such as the right to liberty and security; right to privacy, family, home or correspondence; freedom of assembly and association; freedom of religion; freedom to receive and impart information; right to reserve of property; right to education and right to life; right to health and prohibition of torture were violated.

"Yet, this data is not possible to be updated since the regions of curfews slid to the villages and flatlands in 2016, by the reason that their population census is whether not taken or not released to the public", the Foundation has indicated further in its report. (AS/SD)

* While indefinite curfews refer to the ones, ending dates of which are not announced beforehand, round-the-clock curfews are the ones that are expected to be in effect for 24 hours.
(BIA, 2 July 2019)

Nouvelle vague d'arrestations en lien avec le coup d'Etat manqué

Les autorités turques ont arrêté 63 personnes mardi et en recherchaient 89 autres dans le cadre d'enquêtes visant des partisans du mouvement guléniste, accusé d'avoir fomenté le putsch manqué de juillet 2016.

Les parquets d'Izmir (ouest) et de Konya (centre) ont émis des mandats d'arrêt à l'encontre respectivement de 42 et 40 membres des forces armées, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

Par ailleurs, le parquet d'Istanbul a annoncé dans un communiqué rechercher 40 militaires, dont certains avaient déjà été limogés, et celui d'Ankara a dit avoir fait arrêter 22 suspects et que huit autres étaient recherchés.

Tous sont soupçonnés d'être des partisans du mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, classé "groupe terroriste" par Ankara.

Au total, au moins 63 d'entre eux avaient déjà été arrêtés en début d'après-midi.

M. Gülen, installé aux États-Unis depuis une vingtaine d'années, est, affirment les autorités, à la tête d'un mouvement ayant infiltré les institutions turques dans le but de renverser le président Recep Tayyip Erdogan. Il est notamment accusé d'avoir été le cerveau de la tentative de coup d'État de juillet 2016, ce qu'il nie catégoriquement.

Depuis le putsch avorté, les autorités traquent sans relâche ses partisans et ont déclenché des purges d'une ampleur sans précédent dans l'histoire moderne de la Turquie.

Plus de 50.000 personnes ont été arrêtées et plus de 140.000 limogées ou suspendues de leurs fonctions.

Les vagues d'arrestations se poursuivent à un rythme soutenu, près de trois ans après le coup d'Etat manqué.
(AFP, 2 juillet 2019)

La police tire des gaz lacrymogènes lors de la Marche des fiertés d'Istanbul

La police turque a tiré dimanche des gaz lacrymogènes sur des militants LGBT ayant défié l'interdiction de défiler à Istanbul pour la Marche des fiertés, bannie de la capitale pour la cinquième année consécutive.

Des milliers de personnes se sont rassemblées près de l'avenue Istiklal et de la place Taksim, où les organisateurs avaient initialement prévu de défiler.

La Marche des fiertés a été interdite par le bureau du gouverneur d'Istanbul, mais la police avait autorisé un rassemblement dans une rue adjacente où une déclaration a été faite par les organisateurs de la marche, Istanbul LGBT+ Pride Week.

La police anti-émeute a ensuite tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule arc-en-ciel qui criait "Tous ensemble contre le fascisme" et "Nous ne nous tairons pas", a constaté un journaliste de l'AFP.

Vendredi, Amnesty International avait dénoncé l'interdiction de la Marche, justifiée par les autorités par leur volonté de maintenir l'ordre public.

 "C'est une vaine tentative d'effacer de l'espace public un groupe qui, aux yeux du gouvernorat, est considéré comme +socialement rebutant+", avait déclaré l'ONG dans un communiqué.

De nombreuses municipalités de district gérées par l'opposition, dont Kadikoy à Istanbul et Datca dans le sud-ouest de la Turquie, ont tweeté samedi en faveur des droits LGBT.

Les gouverneurs de la région égéenne d'Izmir et de la province méridionale d'Antalya ont également interdit tous les événements LGBT au début du mois, a indiqué Amnesty International.

La Marche des fiertés d'Istanbul, bien qu'interdite depuis cinq ans, se déroule chaque année depuis 2003.

Le dernier défilé autorisé, en 2014, avait attiré des dizaines de milliers de participants, faisant de lui l'un des plus grands événements LGBT.

L'homosexualité est légale en Turquie, mais la communauté LGBT est régulièrement victime de harcèlement et d'agressions.
(AFP, 1 juillet 2019)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Le journaliste Doğan Özgüden visé par la SETA


ANF, 15 juillet 2019

BRUXELLES – La fondation turque pour les Recherches politiques, économiques et sociales (SETA), liée au pouvoir turc, a commencé à ficher les Kurdes et les opposants à l’étranger.

Le journaliste turc vivant en exil à Bruxelles, Doğan Özgüden, agé de 83 ans, fait partie des personnes visées.

Dans le nouveau pseudo-rapport intitulé «Les structures du PKK en Europe», les organisations et les dirigeants kurdes à l’étranger ainsi que les associations de solidarité avec les Kurdes ont été fichés et leurs noms, photos et adresses ont été publiés.

Les activités professionnelles d’Özgüden sont qualifiées de « terrorisme » dans le rapport de 666 pages.

Özgüden a été à plusieurs reprises pris pour cible par l’Ambassadeur de Turquie et les médias et organisations turcs pendant le règne de l’AKP, et le gouvernement belge a dû le placer sous une protection rapprochée.

La SETA, associée à l’AKP, avait déjà publié un rapport intitulé « Extensions des médias internationaux en Turquie ».

Le rapport énumérait les antécédents professionnels et les publications sur les réseaux sociaux de journalistes travaillant pour BBC Turquie, Deutsche Welle Turquie, La Voix d’Amérique, Sputnik Turquie, Euronews Turquie, Independent Turquie et Radio Chine Internationale (CRI) Turquie.

Le rapport accusait ces médias de «réaliser un travail de perception».

Citant les publications sur les réseaux sociaux et les retweets des journalistes, la SETA a également fait référence aux journaux et aux sites d’informations BirGün, T24, Bianet, Evrensel, Cumhuriyet, Diken, DW Türkçe et Reporters sans frontières (RSF) avec leurs «nouvelles anti-gouvernement».

Academic Sentenced to 1 Year, 3 Months in Prison

Trial of academics, who have been charged with "propagandizing for a terrorist organization" for having signed the declaration entitled "We will not be a party to this crime" prepared by the Academics for Peace, continued in İstanbul Çağlayan Courthouse yesterday (July 11).

Research Assistant Sibel Bekiroğlu from the Middle East Technical University (METU) had her third hearing; Research Assistant Zeynep Arıkan and Dr. Lecturer Meltem Gürle from Boğaziçi University had their fourth hearings; Yıldırım Şentürk from Mimar Sinan Fine Arts University (MSGSÜ), Prof. Dr. Ümit Biçer from Kocaeli University and Research Assistant Eren Kırmızıaltın had their third hearings.
Deferred prison sentence for one academic

Having her final hearing at the İstanbul 27th Heavy Penal Court, Sibel Bekiroğlu hs been sentenced to 1 year, 3 months in prison on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article 7/2 of the Anti-Terror Law (TMK). The announcement of the verdict has been deferred.*

In the hearings at the İstanbul 36th and 37th Heavy Penal Courts, the court boards did not announce their verdict on academics Arıkan, Gürle and Kırmızıaltın and ruled that the Constitutional Court ruling on Academics for Peace shall be awaited till verdicts are given on them.

While the next hearings of Arıkan and Gürle will be held on December 17, 2019, the hearing of Kırmızıaltın has been adjourned to November 13.

What does the Article 7/2 of the TMK say?

Any person making propaganda for a terrorist organisation shall be punished with imprisonment from one to five years. If this crime is committed through means of mass media, the penalty shall be aggravated by one half. In addition, editors-in-chief who have not participated in the perpetration of the crime shall be punished with a judicial fine from one thousand to fifteen thousand days' rates. However, the upper limit of this sentence for editors-in-chief is five thousand days' rates. The following actions and behaviours shall also be punished according to the provisions of this paragraph:
About the Trials of Academics

On January 10, 2016, 1,128 academics published a declaration entitled "We will not be party to this crime" on behalf of the Academics for Peace initiative.

With the participation of further academics, the number of academics who have signed the declaration has reached 2,212.

With the indictment issued by the Prosecutor İsmet Bozkurt, lawsuits were filed against the academics on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article No. 7/2 of the Anti-Terror Law No. 3713.

As of July 9, 2019, 640 academics had stood trial since December 5, 2017, all the 203 academics whose cases were concluded have been sentenced to prison. 146 of these academics were sentenced to 1 year and 3 months in prison; 8 academics to 1 year and 6 months in prison; 16 academics to 1 year, 10 months and 15 days in prison; 17 academics to 2 years and 3 months in prison; seven academics have been sentenced to 2 years and 6 months in prison; five academics have been sentenced to 2 years and 1 month in prison; and one academic to 3 years in prison.

Non-deferred prison sentences for 35 people

Of these 203 people, the verdicts of conviction of 36 academics in total have not been deferred; while the verdicts of 29 people have not been deferred as their prison terms are over 2 years (as per the Article 286 of the Law on Criminal Courts, the verdicts of 7 academics have not been deferred as they did not accept the deferment of the announcement of their verdicts.

With her 15-month prison sentence upheld by the court of appeal, Academic for Peace Prof. Dr. Füsun Üstel has been arrested since May 8, 2019.

The academics given non-deferred prison sentences are as follows:

Ayşe Erzan, Özdemir Aktan, Nesrin Sungur Çakmak, Füsun Üstel, Büşra Ersanlı, Lütfiye Bozdağ, Şebnem Korur Fincancı, Özgür Müftüoğlu, Yonca Demir, Gençay Gürsoy, M.A., Alper Akyüz, Ahmet Bekmen, Nihan Aksakallı, Hülya Kirmanoğlu, İsmet Akça, Haydar Durak, İlkay Özküralpli, Öznur Yaşar Diner, Remzi Orkun Güner, Esra Kaliber, Eda Aslı Şeran, Aysuda Kölemen, İlkay Yılmaz, Zeynep Tül Süalp, L.N., S.A., Gevher Gökçe, Çare Olgun Çalışkan, Nevin Zeynep Yelçe, Ali Kerem Saysel, Koray Çalışkan, S.I. Süreyya Topaloğlu, Ayşe Gül Altınay, Noemi Levy Aksu.

You can reach all news on Trials of Academics here

On March 10, 2016, the Academics for Peace made a statement for press and shared with the public what they had been going through since the declaration "We will not be a party to this crime" was published. The academics Dr. Lecturer Esra Mungan, Dr. Lecturer Muzaffer Kaya, Assoc. Prof. Dr Kıvanç Ersoy (March 15, 2016) and Dr. Lecturer Meral Camcı (March 31, 2016), who read out the statement for press, were arrested on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article No. 7/2 of the Turkish Anti-Terror Law. They were released on April 2016. Upon the request of the Prosecutor's Office, the Ministry of Justice granted a permission of trial as per the Article No. 301 of the Turkish Penal Code No. 301 on charges of "insulting the Turkish Nation, the State of the Republic of Turkey and the institutions and organs of the government."
(BIA, 12 July 2019)

Journalist Hüseyin Aykol Arrested

Hüseyin Aykol, the Co-Editor-in-Chief of the Özgür Gündem newspaper, which was closed as per the Statutory Decree no. 675 in  October 2016 during the State of Emergency, was arrested yesterday (July 11).

Taken into custody at his house in Ankara earlier in the day, Aykol was previously sentenced to 3 years and 9 months in prison.

In his final hearing at the İstanbul 13th Heavy Penal Court on November 29, 2018, Aykol was sentenced to 3 years and 9 months in prison on charge of "propagandizing for a terrorist organization" for having participated in the Editors-in-Chief-on-Watch campaign together with Ayşe Düzkan, Mehmet Ali Çelebi, Hüseyin Bektaş and Ragıp Duran. His file was previously combined with the others as he also participated in the campaign.

With his prison sentence upheld by the court of appeal, Aykol has been sent to the Sincan Type F No 2 Prison in Ankara.

There are currently 63 lawsuits filed against Hüseyin Aykol and some of these lawsuits are still continuing at the court of appeal.

About Hüseyin Aykol

Born in 1952, Hüseyin Aykol studied at the Medical School of Ankara University for three years and at the Faculty of Political Science of the same university for four years. Before the military coup on September 12, 1980, he worked as a translator and editor for the Ser Publishing and became a member to the Writers Union of Turkey (TYS).

Published in around 40 countries, Socialism: Theory and Practice journal's Turkey edition was published by Hüseyin Aykol. Serving almost 10 years in prison in the post-coup period, he returned to journalism and publishing. In the last 20 years, he has worked for a series of newspapers, including Özgür Ülke, Özgür Gündem, Özgürlükçü Demokrasi and Yeni Yaşam.
(BIA, 12 July 2019)

Constitutional Court: Demolition of 'Monument of Humanity' a Right Violation

The Constitutional Court has ruled that the demolition of the "Monument of Humanity" violated sculptor Mehmet Aksoy's freedom of expression and arts and he shall be paid compensation. Six of the 14 members of the top court gave an opposing vote to the verdict.

Speaking to bianet after the verdict, Aksoy said, "People, relying on the political power, see themselves above the law. This verdict is an indication that the law is above individuals. This verdict is an indication of the freedoms of art and expression. My art, which was called a "freak," has been acquitted as the monument of humanity."

Aksoy added that he hopes the President reviews "his thoughts of fait accompli," after the verdict.

"Demolition of my statue harmed Turkey's image in the world public opinion. I believe in the power of my art and did not give up doing my art. I will put the Monument of Humanity in its place again. This time, I will build the statue, also recording what it lived," he said.

In a visit to the northeastern city of Kars on January 8, 2011, then Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan called the monument a "freak," wanted it to be demolished.

An administrative court gave a verdict of suspension of execution regarding the demolition of the building, but the regional administrative court overturned that decision.

The Mayor of Kars, Naif Alibeyoğlu, said at the time that the monument had been built as a gesture "in response to the Genocide Monument in Armenia".

The Municipality of Kars then opened a tender for the demolition of the monument. A company won the tender for 272 thousand Turkish liras and began the demolition on April 26, 2011.

Aksoy filed a lawsuit for compensation against Erdoğan for calling the monument a "freak." Erdoğan was sentenced to pay 10 thousand liras to Aksoy for non-pecuniary damages. But a local court overturned that verdict.
(BIA, 12 July 2019)

Washington Post: Journalism is not a Crime, Support Erol Önderoğlu

The US-based Washington Post newspaper ran a full-page advertisement from the Reporters Without Borders (RSF) to express support for its Representative to Turkey Erol Önderoğlu in its July 10 issue.

Printed in support for Önderoğlu, who is also the Freedom of Expression Rapporteur to bianet, the advertisement stated the following:

"Our colleague in Turkey, Erol Önderoğlu, could face years in prison for supporting a Kurdish newspaper. Journalism is not a crime. Protect our shared values. Defend press freedom."

Önderoğlu is facing 14 years in prison for having solidarized with the closed Özgür Gündem newspaper by working as its Editor-in-Chief on Watch.

The RSF has also posted a tweet regarding the issue and announced that the verdict against Önderoğlu is expected to be announced on July 17.

Önderoğlu, Nesin and Fincancı imprisoned for 10 days

RSF Representative to Turkey Erol Önderoğlu, Human Rights Foundation of Turkey (TİHV-HRFT) Chair Şebnem Korur Fincancı and writer Ahmet Nesin, who were the Editors-in-Chief on Watch of daily Özgür Güdndem, were arrested on June 20, 2016. While Önderoğlu and Fincancı were released 10 days later on June 30, Nesin was released on July 1, 2016.
(BIA, 11 July 2019)

Journalist Ataman Under Arrest for 1,185 Days

Ziya Ataman was an intern reporter of the Dicle News Agency (DİHA) which was shut down in 2016 due to a Statutory Decree. He was detained on April 10, 2016, and arrested a day later on the charge of "membership of a terrorist organization."

He had eight hearings in the 1,185 days he spent behind bars. The Constitutional Court rejected his application. The judges and prosecutors who tried him were discharged in an investigation against the Fethullahist Terrorist Organization (FETÖ, held responsible for the 2016 coup attempt).

The upper limit for his arrest, which is two years as it is a case examined by a heavy penal court, has long been exceeded. But he is still behind bars at the Van High-Security Closed Prison. He is waiting for his next case which will be held at the Şırnak 1sy Heavy Penal Court on September 24.

Barış Oflas, the attorney of Ataman, told bianet that he began journalism with distributing Azadiya Welat and Özgür Gündem newspapers in Beytüşşebap district in the mostly Kurdish-populated southeastern province of Şırnak.

"His only dream was to be a journalist. He was threatened by the police many times. They wanted him not to distribute these newspapers. When the threats did not stop, Ziya had to leave the district.

"After he worked for Özgür Gündem for six months, he was arrested on the excuse of an attack that was previously conducted in the district. The prosecutor's office did not present concrete evidence when he was arrested.

"Moreover, his relative K.A. was forced to testify through torture and pressure. K.A. later submitted a petition that says she/he made the statements under pressure but the investigation and the trial are still continuing with those statements. He is facing a life sentence. Although he is proven not guilty, he is experiencing great suffering.

"Ziya has been struggling with intestine diseases for many years. When he was outside, the disease was under control and he was being treated. After the entered prison, the disease began to grow under stress and prison conditions. He faces problems about going to the infirmary and the hospital."

"After our efforts, Ziya was sent to the hospital. He was prescribed drugs but was not sent to hospital again although he needs to receive treatment regularly. His disease has progressed. He needs continuous treatment.

"Although we have been making such requests for over two years, our petitions have been rejected by the prison administration without being considered.

"Another request of Ziya is to be sent to the ward of Nedim Türfent, who is also a journalist and sentenced to 8 years and 9 months in prison when he was a reporter for the DİHA." 
(BIA, 10 July 2019)

SETA report escalates harassment of journalists

Reporters Without Borders (RSF) and 20 other human rights and freedom of expression organisations condemn a Turkish pro-government think-tank’s report that accuses leading international media of being biased against the government and singles out their correspondents for attack. The organisations regard the report as a dangerous escalation in the harassment of journalists.

Published on 5 July by the Foundation for Political, Economic and Social Research (SETA), a think-tank created by İbrahim Kalın, who is nowadays an adviser to President Erdoğan, the report is billed as an academic study of the news coverage of the Turkish-language services of seven leading international media outlets, including the BBC, Deutsche Welle, Voice of America, Sputnik and Euronews.

In reality, it consists of a blistering attack on all of these media outlets except China Radio International, the only one not accused of anti-government bias on the basis of a comparison of their coverage of the July 2016 coup attempt, Turkey’s military intervention in Syria and other recent developments with the official Turkish version of these events.

The report names the correspondents of these media outlets, details their professional history and traces what they have said and done on social networks, in an attempt to establish their political affinities, question their journalistic ethics and even suggest links with terrorist organizations. Covering the trials of journalists and sharing the tweets of RSF and such media outlets as Cumhuriyet and Evrensel are cited as evidence of “anti-government positions.”

RSF and the other organisations listed below deplore the report’s malicious use of the political files that have been kept on the targeted journalists, using crude assumptions, with the sole aim of intimidating them. Such a witch-hunt is especially dangerous in the tension and political polarization that currently characterize Turkish society.

It is also hard not to see the report as an attempt to discredit these international media at a time when several of them are stepping up their Turkish-language reporting in order to compensate for the destruction of media pluralism that has been orchestrated by the Turkish authorities.

The Journalists Union of Turkey (TGS), Turkey’s Media and Law Studies Association (MLSA) and the journalist Fatih Polat announced on 8 July that they filed a legal complaint against SETA on several grounds including “inciting hatred and hostility” and "retaining personal data." In response to all the criticism of the report, SETA has insisted that it is “scientific.”

As the rule of law is steadily dismantled in Turkey, the situation of its media has become critical, especially since the 2016 coup attempt. Ranked 157th out of 180 countries in RSF’s 2019 World Press Freedom Index, Turkey now holds the world record for the number of journalists in prison.

    ARTICLE 19
    ARTICOLO 21
    Cartoonists Rights Network International (CRNI)
    Civic Space Studies Association
    Committee to Protect Journalists (CPJ)
    Danish PEN
    English PEN
    European Centre for Press and Media Freedom (ECPMF)
    European Federation of Journalists (EFJ)
    Global Editors Network (GEN)
    Index on Censorship
    International Press Institute (IPI)
    Norwegian PEN
    Osservatorio Balcani Caucaso Transeuropa (OBCT)
    P24
    PEN America
    PEN International
    Reporters Without Borders (RSF)
    SEEMO
    Swedish PEN
    WAN-IFRA

Journalism Organizations Denounce SETA Report on Journalists


Journalists' Association of Turkey (TGC), PEN Turkey Center, Journalists' Union of Turkey (TGS), Confederation of Progressive Trade Unions of Turkey (DİSK) Press Labor Union, Writers Union of Turkey (TYS), Turkish Publishers Association (TÜRKYAYBİR), News Union (HABER-SEN) and Contemporary Journalists Association (ÇGD) held a joint press conference to denounce the "International Media Outlets' Extensions in Turkey" report of the Foundation for Political, Economic and Social Research (SETA).

Coming together at the TGC facilities in Cağaloğlu, İstanbul today (July 9), professional journalism organizations raised their concerns over the report.

The conference started with the joint statement for the press read by TGC Secretary General Sibel Güneş. Behind the speakers of the conference was a banner that read, "SETA's blacklisting of journalists is a crime."

After the joint statement for the press was read out, TGC Chair Turgay Olcayto, PEN Turkey Chair Zeynep Oral, Can Uğur from the TGS, DİSK Labor Union Chair Faruk Eren, TYS Chair Adnan Özyalçıner, TÜRKYAYBİR Chair Kenan Kocatürk, HABER-SEN Central Executive Board member Ayşe Noyan Koluman and ÇGD Executive Board member Kenan Şener expressed their opinions regarding the issue.
Güneş: Journalists under pressure of censorship

Reading the joint statement for the press on behalf of professional journalism organizations, Sibel Güneş from the TGC indicated that the media in Turkey is under the pressure of government and people's right to demand information is being prevented.

Reminding the audience that Turkey has ranked 157th in the freedom of expression index, Güneş added, "Over 10 thousand journalists have been left without a job as hundreds of media outlets have been closed due to pressures. And the journalists who can still work are under the pressure of censorship and auto-censorship."

Referring to the SETA report, Güneş said, "It is yet another attempt to target journalists" and described the report as "a disgrace for the history of press." She added that the report "has put the life safety of journalist in danger."

"We are inviting all our blacklisted colleagues to stand up to this attack against their freedom of press and expression and personal freedoms and to use their legal rights," Güneş further indicated.
Olcayto: What they did is a crime

After Güneş read out the joint statement for the press, TGC Chair Turgay Olcayto took the floor. Underlining that the report was prepared by three people who do not have anything to do with journalism, Olcayto indicated that the sole objective of the report was to blacklist journalists.

Referring to the lawsuits filed against journalists, Olcayto stated that "journalists always have one foot at the courthouse" and added, "We will not let the SETA get away with what they did, because what they did is a crime."
Oral: A blow to freedom of thought and expression

Speaking after Olcayto, PEN Turkey Chair Zeynep Oral described the SETA report on journalists as "a blow to freedom of thought and expression."

Oral referred to the report as "a means of blacklisting, informing and threatening" and said that the report was prepared to intimidate journalists.

Concluding her remarks, Oral indicated the following:

"When the truth is disregarded, it does not disappear completely. On the contrary, it becomes all the more striking. This report threatens not only the mentioned newspapers, media or journalists, but all journalists who want to do their jobs and all independent media outlets. If anything happens to a single colleague of ours, the SETA is to blame for."
(BIA, 9 July 2019)

Union takes legal action against blacklisting of journalists

The Turkish Journalists’ Union (TGS), member of the International and European Federation of Journalists (IFJ and EFJ), is taking legal action against a think tank over the publication of a report which allegedly blacklisted journalists working for foreign news media.

The IFJ and EFJ condemned the targeting of journalists as the latest attempt by the authorities to silence independent journalism and fully support the actions taken by the TGS.

The Foundation for Political Economic and Social Research (SETA), a pro-government organisation, published a 202-page report containing information about journalists working for the Turkish language services of international media, including the BBC and Deutsche Welle.

The report details how international media covered the latest events in Turkey, such as the 2016 failed coup, adding the names and professional information of journalists like their postings on social media or previous employment.

TGS and the Media and Law Studies Association (MLSA) filed along with the blacklisted journalists a legal complaint against SETA at Istanbul's main court on Monday 8 June.
(BIA, 8 July 2019)

La romancière turque Elif Safak parle...

Anne Andlauer, Le Soir, 3 juillet 2019

Elif Shafak (Safak) est l’écrivaine la plus lue de Turquie. Au moment où elle publie un nouveau roman, elle est menacée, une fois de plus, de poursuites judiciaires.

Entretien

La romancière turque Elif Shafak, militante pour les droits des femmes et des minorités, salue la victoire de l’opposition à l’élection municipale d’Istanbul. Un « moment historique », selon elle, alors que beaucoup reste à faire au pays de Recep Tayyip Erdogan.

Q - Pour la première fois depuis 25 ans, l’opposition vient de remporter la mairie d’Istanbul face au parti du président Erdogan. Quelle est l’importance de cette victoire ?

R - C’est une très grande victoire. C’est même un moment historique, non seulement pour les démocrates d’Istanbul, mais aussi pour tous ceux qui, en Turquie, croient en la démocratie, la diversité et la coexistence.

Q - Le nouveau maire, Ekrem Imamoglu, a répété pendant sa campagne que le « partisanisme » et les politiques identitaires étaient les principaux ennemis de la démocratie. Êtes-vous d’accord ?

R - Absolument. En tant qu’écrivaine, en tant qu’auteure de fiction qui se préoccupe profondément des mots, je pense que chaque changement politique, culturel ou social commence par le langage. Depuis très longtemps en Turquie, la seule rhétorique audible – celle du gouvernement, celle du parti au pouvoir – est une rhétorique populiste, masculiniste, qui divise la société en camps – « nous » contre « eux ». Ekrem Imamoglu a fait l’inverse. Il a parlé de coexistence, de diversité, d’unir les gens autour de valeurs partagées. C’est extrêmement important.

Q - Cela tranche aussi avec le discours populiste en plein essor ailleurs dans le monde, notamment en Europe et aux Etats-Unis…

R - Je pense que la victoire d’Ekrem Imamoglu est un événement important pour les progressistes du monde entier, à l’heure où beaucoup de démocrates se demandent si nous ne devrions pas, pour l’emporter, être plus populistes que les populistes. Ekrem Imamoglu a prouvé que nous n’avions pas besoin d’entrer dans ce jeu. On peut employer un langage calme, démocratique et de paix et les gens comprendront car ils sont fatigués de n’entendre que de la colère. Par ailleurs, imaginez un pays dans lequel la plupart des médias sont contrôlés par une seule voix, où l’opposition est inaudible, où le leader d’un des principaux partis d’opposition [Selahattin Demirtas, ancien président du parti prokurde HDP, NDLR] est en prison. Pourtant, dans ce pays, un grand nombre de gens continuent de voter contre le gouvernement. Je pense que cela montre aussi la complexité de la Turquie.

Q - Dans son discours de victoire, le nouveau maire d’Istanbul a salué les Arméniens, les Grecs orthodoxes, les Juifs et les Syriaques de Turquie. Ce n’était pas arrivé depuis longtemps…

R - C’est tellement important ! Comme tous les pays, la Turquie abrite des citoyens d’origines ethniques et culturelles diverses. Or le gouvernement n’est pas seulement devenu plus autoritaire, il est aussi devenu plus islamiste et plus nationaliste. Quand le Parti de la justice et du développement (AKP) est arrivé au pouvoir, il y a 17 ans, son discours était très différent. A l’époque, ses dirigeants parlaient de pluralisme. Ils ont abandonné tout ça. Ils ont fait une coalition avec le parti ultranationaliste et cela a été un désastre car cela a exacerbé cette rhétorique islamiste et nationaliste. Pendant la campagne, ils ont même accusé Ekrem Imamoglu d’être grec, comme si c’était une insulte !

Q - Sa victoire a suscité un immense espoir. La déception pourrait l’être aussi…

R - C’est une lourde responsabilité. A court terme, nous ne pouvons pas nous attendre à de grands changements, mais je pense que sur le long terme, cela aura un impact important. Le plus important, pour l’instant, est que la psychologie sociale a changé. C’était très réconfortant de voir des hommes, des femmes, des Turcs, des Kurdes… danser tous ensemble dans les rues le soir de sa victoire. Ces scènes de joie, ce partage de l’espace public, hommes et femmes dansant côte à côte… cela nous avait manqué. Je suis consciente que nous avons un très long chemin à parcourir. Je dois aussi vous dire que je ne veux pas que mon pays s’éloigne de l’Europe. Je ne veux pas que la Turquie dérive vers la Russie ou la Chine ou devienne un Etat enclavé. Je veux qu’elle soit une démocratie pluraliste et qu’elle renoue ses liens avec l’Europe.

Q - Vous vous exprimez régulièrement sur des sujets politiques. Pourquoi ?

R - Si vous êtes un auteur issu d’un pays comme le Pakistan, la Turquie, le Nigeria, le Venezuela… où la démocratie est blessée, je pense que vous n’avez pas le luxe de dire « je vais fermer la porte et écrire mes histoires, je ne veux pas parler de ce qui se passe derrière ma fenêtre ». Vous devez vous en préoccuper. Et puis je suis une féministe. Et l’une des choses merveilleuses que le féminisme m’a enseignées est que la politique ne concerne pas seulement les partis ou le Parlement. Il y a de la politique dans nos vies quotidiennes. Parfois, quand vous écrivez sur la sexualité, c’est aussi de la politique. Si vous définissez la politique d’une façon aussi large, vous ne pouvez pas être apolitique. Ce que je trouve intéressant, c’est qu’après 2016 – après le Brexit, le vote Trump et la montée du nationalisme populiste en Europe –, beaucoup d’auteurs européens et américains se sont aussi mis à parler de politique et ont ressenti le besoin d’être plus engagés.

Q - Mais le risque n’est pas le même selon que vous parlez de politique dans une démocratie européenne ou dans un pays comme la Turquie…

R - Il n’y a pas de liberté d’expression en Turquie. Non seulement des interviews, mais aussi des œuvres de fiction, des romans peuvent être jugés. J’en ai fait l’expérience en 2006 quand mon roman La bâtarde d’Istanbul a été poursuivi en justice. J’ai été accusée d’insulter la « turcité » et mon avocat a dû défendre au tribunal les propos de mes personnages arméniens fictifs ! Au bout d’un an, j’ai été acquittée. Mais j’ai dû continuer de vivre pendant un an et demi avec un garde du corps. Actuellement, je suis visée par une autre enquête pour « crime d’obscénité » parce que j’écris sur des sujets tels que le harcèlement sexuel, le mariage de mineures, les violences de genre… Des policiers se sont rendus dans les bureaux de ma maison d’édition pour saisir mes romans dans le cadre de cette enquête. C’est un contexte difficile.

Q - Sur les réseaux sociaux, des internautes font circuler des extraits de vos romans en appelant les autorités à « agir »…

R - Il y a quelque chose de très triste dans tout cela car la Turquie est un pays qui a un sérieux problème de sexisme, de harcèlement sexuel, d’inégalités de genres, d’homophobie… C’est un pays où les cas de violences basées sur le genre ont augmenté de 1.400 % ces huit dernières années. Nous devons parler de ces sujets. Mais au lieu d’ouvrir des abris pour les femmes et enfants abusés, au lieu de changer les lois patriarcales, les autorités ciblent les auteurs de fiction qui osent écrire sur ces sujets.

Q - Vous liez l’augmentation de ces violences au fait que ces sujets restent largement tabous ?

R - Ce n’est pas tout. Il y avait en Turquie d’excellentes ONG de défense des droits des femmes et des enfants, qui travaillaient en particulier dans les zones rurales, où l’aide est la plus nécessaire. Mais beaucoup de ces ONG ont été fermées pendant les purges qui ont suivi la tentative de coup d’Etat [de juillet 2016]. Il est devenu très difficile de travailler sur le terrain pour les droits des femmes et des enfants. D’un autre côté, j’ai l’impression que quand les pays reculent – et la Turquie a reculé –, ce ne sont pas seulement le nationalisme ou la religiosité qui augmentent. Le patriarcalisme aussi progresse. Le sexisme progresse. Les discriminations progressent.

Q - Votre dernier roman, « 10 Minutes 38 Seconds in This Strange World » (Penguin Viking), aborde justement ces sujets…

R - Je me suis intéressée à un cimetière en dehors d’Istanbul qu’on appelle « le cimetière de ceux qui n’ont personne ». C’est là que sont enterrés les parias – c’était surtout le cas dans les années 1970-80-90. Il n’y a pas de noms sur les pierres tombales. C’est un endroit où des êtres humains sont transformés en numéros. Un endroit très étrange où un malade du sida ou un réfugié syrien peut être enterré à côté d’un travailleur du sexe turc ou un transgenre kurde ou un bébé abandonné. Pour moi, c’était très important de regarder ces parias : qui sont-ils ? Je voulais prendre un de ces numéros et lui donner un nom, une histoire, une individualité et renverser le processus. Mon personnage principal est une travailleuse du sexe. Nous savons dès le début du livre qu’elle est morte mais son cerveau fonctionne encore pendant quelques minutes, ainsi que des études l’ont montré. Tandis qu’elle se souvient de son passé, nous voyageons dans l’histoire de la Turquie et du Moyen-Orient à travers les yeux d’une paria.

Q - Vous vivez au Royaume-Uni et n’êtes pas revenue en Turquie depuis longtemps. Pourrez-vous le faire pour la promotion de ce nouveau livre ?

R - A cause de cette nouvelle enquête contre moi, je ne peux malheureusement pas revenir pour l’instant. C’est difficile. Émotionnellement, je me sens très attachée à ce pays, en particulier à Istanbul, à ses habitants, à sa culture… J’ai beaucoup de lecteurs là-bas. Mais je ne peux pas me sentir à l’aise quand tant d’universitaires, d’écrivains et de journalistes sont arrêtés.


Three Academics Sentenced to 1 Year, 3 Months in Prison

Trial of academics, who have been charged with "propagandizing for a terrorist organization" for having signed the declaration entitled "We will not be a party to this crime" prepared by the Academics for Peace, continued in İstanbul Çağlayan Courthouse today (July 1).

At the İstanbul 32nd Heavy Penal Court, Dr. Lecturer Umut Azak; Research Assistant Erdem Üngür from İstanbul Kültür University and lecturer Aslı Odman from Mimar Sinan Fine Arts University (MSGSÜ) had their fifth hearings; and lecturer E.D. from FMV Işık University had his ninth hearing.

While academic Aslı Odman presented her statement of defense in her fifth hearing, academics Azak, Üngür and E.D. have been sentenced to 1 year and 3 months in prison on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article 7/2 of the Anti-Terror Law (TMK). The announcement of the verdict has been deferred.*

What does the Article 7/2 of the TMK say?

Any person making propaganda for a terrorist organisation shall be punished with imprisonment from one to five years. If this crime is committed through means of mass media, the penalty shall be aggravated by one half. In addition, editors-in-chief who have not participated in the perpetration of the crime shall be punished with a judicial fine from one thousand to fifteen thousand days' rates. However, the upper limit of this sentence for editors-in-chief is five thousand days' rates. The following actions and behaviours shall also be punished according to the provisions of this paragraph:

About the Trials of Academics

On January 10, 2016, 1,128 academics published a declaration entitled "We will not be party to this crime" on behalf of the Academics for Peace initiative.

With the participation of further academics, the number of academics who have signed the declaration has reached 2,212.

With the indictment issued by the Prosecutor İsmet Bozkurt, lawsuits were filed against the academics on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article No. 7/2 of the Anti-Terror Law No. 3713.

As of June 28, 2019, 636 academics had stood trial since December 5, 2017, all the 200 academics whose cases were concluded have been sentenced to prison. 142 of these academics were sentenced to 1 year and 3 months in prison; 8 academics to 1 year and 6 months in prison; 16 academics to 1 year, 10 months and 15 days in prison; 17 academics to 2 years and 3 months in prison; seven academics have been sentenced to 2 years and 6 months in prison; five academics have been sentenced to 2 years and 1 month in prison; and one academic to 3 years in prison.

Non-deferred prison sentences for 35 people

Of these 200 people, the verdicts of conviction of 36 academics in total have not been deferred; while the verdicts of 29 people have not been deferred as their prison terms are over 2 years (as per the Article 286 of the Law on Criminal Courts, the verdicts of 7 academics have not been deferred as they did not accept the deferment of the announcement of their verdicts.

With her 15-month prison sentence upheld by the court of appeal, Academic for Peace Prof. Dr. Füsun Üstel has been arrested since May 8, 2019.

The academics given non-deferred prison sentences are as follows:

Ayşe Erzan, Özdemir Aktan, Nesrin Sungur Çakmak, Füsun Üstel, Büşra Ersanlı, Lütfiye Bozdağ, Şebnem Korur Fincancı, Özgür Müftüoğlu, Yonca Demir, Gençay Gürsoy, M.A., Alper Akyüz, Ahmet Bekmen, Nihan Aksakallı, Hülya Kirmanoğlu, İsmet Akça, Haydar Durak, İlkay Özküralpli, Öznur Yaşar Diner, Remzi Orkun Güner, Esra Kaliber, Eda Aslı Şeran, Aysuda Kölemen, İlkay Yılmaz, Zeynep Tül Süalp, L.N., S.A., Gevher Gökçe, Çare Olgun Çalışkan, Nevin Zeynep Yelçe, Ali Kerem Saysel, Koray Çalışkan, S.I. Süreyya Topaloğlu, Ayşe Gül Altınay, Noemi Levy Aksu.

You can reach all news on Trials of Academics here

On March 10, 2016, the Academics for Peace made a statement for press and shared with the public what they had been going through since the declaration "We will not be a party to this crime" was published. The academics Dr. Lecturer Esra Mungan, Dr. Lecturer Muzaffer Kaya, Assoc. Prof. Dr Kıvanç Ersoy (March 15, 2016) and Dr. Lecturer Meral Camcı (March 31, 2016), who read out the statement for press, were arrested on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article No. 7/2 of the Turkish Anti-Terror Law. They were released on April 2016. Upon the request of the Prosecutor's Office, the Ministry of Justice granted a permission of trial as per the Article No. 301 of the Turkish Penal Code No. 301 on charges of "insulting the Turkish Nation, the State of the Republic of Turkey and the institutions and organs of the government."
(BIA, 2 July 2019)

Osman Kavala's Statement of Defense: This Indictment is a Fantastic Fiction

Charged with "attempting to overthrow the government of the Republic of Turkey" and being behind bars since November 1, 2017, rights defender and businessperson Osman Kavala had his first hearing in the Gezi trial on June 24-25, 2019. We are publishing some excerpts from the English version of his statement of defense that he presented on June 24:

"The accusations brought against me, which constitute the grounds for my pre-trial detention over the past twenty months, are based on a number of factually unfounded allegations against logic as well as presumptions that are not corroborated by evidence. Factual events have been distorted and a fantastic fiction has been constructed.

The indictment establishes that the Gezi Events were plotted by George Soros as an insurrection aiming to overthrow the Government, that in accordance with this plot the Gezi Events were financed by Soros, that I took part in the preparation phase of this plot, that I channelled Soros funds to the Gezi Events, that I acted as the leader and organiser of the Gezi Events.

The indictment reads as follows: "It has been understood that the entity led and coordinated by Mehmet Osman Kavala in our country,...prepared the ground for illegal structures and armed terrorist organisations to act; aimed to force the Government of the Republic of Turkey to resign by exerting pressure through this atmosphere and foreign countries; contemplated use of weapons and kept secret weapons readily available for preparing the ground for civil war, in case all the previous attempts would fail". This is an extremely degrading and humiliating accusation.

As can be seen in the case of our neighbours Iraq and Syria, civil wars are the worst disasters that could happen to any country as different segments of societies see one another as enemies and horrible crimes against humanity are commissioned. I did bear witness to the events that took place in our country at the end of 70s, which resembled a civil war, and I always remember them. Likewise, it is not possible for me to forget the coup d'état of 12 September 1980 and the oppression, persecution and torture inflicted during military rule.

Throughout my entire life, I have never ever sympathized with the idea of change of power through methods other than free elections. Since the early 1980s, when I became actively engaged in business, I have tried to realize projects and investments that I believed were important, and strived to contribute to a culture of democracy and to the cultural life of our country."

"Before I joined the Executive Board of the Open Society Foundation and founded Anadolu Kültür, both mentioned in the indictment, I was one of the founding members of the Turkish-Greek Friendship Association; the Thessaloniki-based Centre for Democracy and Reconciliation in Southeast Europe striving to contribute to peace and cooperation among the peoples in South East Europe; and Helsinki Citizens' Assembly, which was founded in our country in pursuit of similar objectives. While serving in these organisations, I strived to support projects that promote peace, dialogue and reconciliation among different segments of society. I called for the full enforcement and application of the legal and democratic norms of the Council of Europe, which Turkey is a founding member. I advocated integration in the European Union. Along with a group of individuals from civil society and academia, with whom I shared similar concerns, I tried to perform my duty as a citizen by issuing various press statements that warned against negative developments obstructing these processes, in particular the problematic practices of the judiciary."

"As a businessperson active in civil society, I have always publicly shared my opinion about social and political affairs in a transparent manner. In all my public statements concerning the activities I have carried out for the last 40 years, I have always subscribed to the principle of telling the truth without distorting it. I have never pursued a secret plan or an activity. I have never had any secret relations whatsoever with any organisation or community structure.

As can also be seen in the indictment, in none of my speeches and activities, one can find an element of secrecy; I have uttered no single word, made no single statement that is covert, that alludes to or includes coded messages about a secret attempt or plot, that is hard-to-understand. All my calls were made from the same mobile phone, all my correspondences were made from the same e-mail account; there are no deleted files in my computer that would contain sensitive information. As you may appreciate, this behaviour pattern does not correspond to that of a person who secretly works on an insurrection plot and manages a clandestine network. It is impossible to comprehend which activities or thoughts of mine could have led the prosecution to conclude that I directed such a sinister plot to prepare the ground for a coup and, even worse, to trigger civil war.

Twenty months ago, during my interrogation at the police station, I was not asked questions about the allegations regarding transfer of funds and connections with organisations as mentioned in the indictment. Therefore, I was not given the opportunity to explain these. During my interrogation, the only finding that was related to the Gezi Events was the photography exhibition organised in Brussels three months after the Gezi Events. The prosecutor felt no need to question me before preparing the indictment. I believe that the presumption about me being a criminal became definite even before my detention, and subsequently turned into a fixed conviction, totally out of touch with material evidence and tangible facts."
(BIA, 1 July 2019)

Kurdish Question / Question kurde



La CEDH condamne la Turquie pour violation de la liberté d'expression de Demirtas

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a jugé mardi que la Turquie avait violé la liberté d'expression de l'opposant kurde Selahattin Demirtas en le condamnant pénalement pour avoir exprimé son point de vue lors d'une émission de télévision.

Après avoir examiné les déclarations faites en 2005 à la télévision par Selahattin Demirtas, leader prokurde actuellement emprisonné et dont la CEDH avait à l'automne réclamé en vain la libération, "la Cour estime que, prises dans leur ensemble, ces déclarations ne peuvent être regardées comme contenant un appel à l'usage de la violence, à la résistance armée ou au soulèvement, ni comme constituant un discours de haine".

Ancien dirigeant du Parti démocratique des peuples (HDP), Selahattin Demirtas est emprisonné depuis novembre 2016 et accusé de diriger une "organisation terroriste". Son procès doit reprendre mardi prochain en Turquie.

En novembre 2018, la CEDH avait sommé la Turquie de libérer Selahattin Demirtas "dans les plus brefs délais", estimant que sa détention prolongée poursuivait le "but inavoué (...) d'étouffer le pluralisme en Turquie".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui accuse le HDP d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation illégale armée, considérée comme "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux, avait rapidement balayé cette décision estimant qu'elle n'était pas contraignante.

La CEDH s'est penchée mardi sur une autre requête datant de 2010 concernant les déclarations faites par téléphone dans une émission de télévision par Selahattin Demirtas, en qualité à l'époque, "de président de l'Association des droits de l'Homme et de porte-parole de la plateforme démocratique de Diyarbakir".

Il y appelait "les autorités et l'opinion publique à prendre en compte le rôle que pourrait jouer M. Öcalan, le chef emprisonné du PKK, dans la détermination d'une solution pacifique au problème kurde ainsi qu'à améliorer ses conditions de détention", détaille la CEDH dans un communiqué.

A la suite de ces déclarations, M. Demirtas avait été inculpé de "propagande en faveur d'une organisation terroriste".

A l'unanimité, "la Cour estime que la procédure pénale engagée contre le requérant pour le chef de propagande en faveur d'une organisation terroriste, ne répondait pas à un besoin social impérieux, n'était pas proportionnée aux buts légitimes visés et qu'elle n'était, dès lors, pas nécessaire dans une société démocratique", a jugé la CEDH, bras juridique du Conseil de l'Europe installé à Strasbourg. Elle ne peut être saisie par un citoyen que quand tous les recours juridiques dans son pays ont été utilisés.

En conséquence, la Turquie est condamnée à verser 2.500 euros pour dommage moral à l'opposant kurde et 1.000 euros pour frais de justice.
(AFP, 9 juillet 2019)

Le KNK condamne l’agression turque au Kurdistan irakien

Le Congrès national du Kurdistan (KNK) a appelé la communauté internationale et les défenseurs des droits humains du monde entier à réagir pour mettre fin à l’agression turque contre le Sud-Kurdistan (Irak).

Selon le communiqué, “l’Etat turc a récemment intensifié son agression et son occupation du Sud-Kurdistan, en violation flagrante du droit international, des droits humains et du principe fondamental de souveraineté”.

“Au cours de l’année écoulée, l’armée turque a considérablement renforcé sa présence militaire à l’intérieur des frontières irakiennes, particulièrement dans le Sud-Kurdistan. Il y a un mois, l’armée turque a lancé sa dernière opération militaire transfrontalière, envahissant de nouveau le territoire irakien. Comme par le passé, elle a utilisé aveuglément une force meurtrière dans le Sud-Kurdistan. Jeudi 27 juin, des avions de combat turcs ont bombardé le mont Kortek, faisant trois morts et cinq blessés.”

“La campagne d’agression militaire accrue contre le Sud-Kurdistan, a déclaré le KNK, représente une continuation de la politique de longue date de l’Etat turc contre le peuple kurde. Le but ultime est d’occuper les terres kurdes, de changer leur structure démographique et de faire taire les expressions de l’identité kurde.

C’est le même objectif que poursuit l’Etat turc au Nord-Kurdistan (Turquie), par des détentions massives et des actes d’intimidation de responsables politiques et de militants élus démocratiquement qui revendiquent le respect des droits fondamentaux des citoyens kurdes. En Syrie aussi, l’armée turque travaille main dans la main avec des groupes djihadistes pour combattre les Forces démocratiques syriennes (FDS),”

Le KNK a conclu sa déclaration en condamnant “la brutale campagne de guerre et d’occupation menée par l’Etat turc dans le Sud-Kurdistan” et en appelant la communauté internationale et les défenseurs des droits humains partout dans le monde à faire pression sur la Turquie pour mettre fin à cette agression et permettre à la population du Kurdistan méridional, qui a été victime d’innombrables atrocités au cours des dernières décennies, de vivre en paix, à l’abri de l’occupation militaire turque et des attaques.
(ROJINFO, 2 juillet 2019)

HDP: Trump's Words on Kurds at G20 'Embarrassing' for AKP

Peoples' Democratic Party (HDP) Parliamentary Group Chair Saruhan Oluç has held a press conference at the parliament, touching on various issues such as relations with Libya, the S-400 row with the US and the G20 summit.

Oluç said that US President Trump's words on Syria's Kurds were "embarrassing" for the government.

"The translations of the meeting [between Erdoğan and Trump] was reported by the media. We read that. Some words Trump uttered are embarrassing for the government as they were recorded in history this way.

"Trump said, 'He has a big problem with the Kurds, as everyone knows," referring to Erdoğan. He said, 'He was going to wipe out the Kurds, who helped us with ISIS. And I called him and I asked him not to do it. They are, I guess, natural enemies of his or Turkey's. And he hasn't done it.'

"The government of Turkey being reflected on the memories and documents of the states and the international community is really embarrassing.

"We hope that those who govern Turkey feel the same embarrassment and make a positive change in their internal and external policies and policies towards the Kurdish people."
The S-400 row

Commenting on the S-400 row with the US, Oluç said, "We don't think this crisis is over. It is not just about what Trump said. It is also about the stance the House of Representatives in America will take. There is a critical stance not only by Democrats but also Trump's Republicans."

President Recep Tayyip Erdoğan said after his meeting with Trump at the G20 summit that they heard "no such thing as sanctions from Trump." The US President also defended Turkey's purchase of the S-400 missile systems from Russia, blaming the Obama administration for not selling the Patriot air defense systems to Turkey.

However, the Pentagon previously warned Turkey that it will not be able to acquire the F-35 fighter planes if it receives the S-400s.

Oluç said that procurement of both systems is wrong for Turkey, given the economic situation. "We said that before, while Turkey is going through such a heavy economic crisis, it does not have the luxury to spare its budget and resources for armament and arms investments."
Detentions in Libya

On six citizens of Turkey being detained in Libya, Oluç said, "If something happens to our citizens in Libya, this is directly related to the government's wrong policies. Turkey almost openly became a side and a part in the civil war in Libya. This government pulls trouble like a magnet."

Oluç added that arms delivery from Turkey to Libya was documented, citing a report submitted to the UN Security Council on September 5, 2018, by a committee for the arms embargo.

Six citizens of Turkey was detained by forces loyal to Khalifa Haftar's Libya National Army (LNA) yesterday (June 30). The Ministry of Foreign Affairs announced that they were released today.
(BIA, 1 July 2019)

Minorités / Minorities


Politique intérieure/Interior Politics

Après son triomphe, de nouveaux défis attendent le nouveau maire

Le principal parti d'opposition a porté un coup sérieux au président Recep Tayyip Erdogan en remportant la mairie d'Istanbul le mois dernier, mais le nouveau maire doit relever de nombreux défis dans un climat hostile pour réussir à la tête de la mégapole.

Avec M. Erdogan, en poste jusqu'en 2023 au moins, le nouveau maire CHP d'Istanbul, Ekrem Imamoglu, sait qu'il va devoir trouver un moyen de coexister avec lui.

Peu après sa victoire emphatique le 23 juin, il a ainsi promis de travailler "en harmonie" avec le Palais pour faire face aux problèmes urgents d'une ville de plus de 15 millions d'habitants.

Mais il est resté plutôt vague sur ses projets pour le moment.

Il a promis de sévir contre les dépenses extravagantes de la municipalité et de convoquer des auditeurs aux standards internationaux pour garantir la transparence, mettant en garde contre un risque de faillite faute d'action.

Il a également annoncé la création de ceintures vertes à Istanbul, et de planter des arbres et de l'herbe sur la fameuse place Taksim -- faisant ainsi écho aux demandes des manifestants qui y ont déclenché un
mouvement de protestation anti-gouvernemental en 2013.

Mais des urbanistes se montrent sceptiques.

"Le problème des espaces verts à Istanbul ne relève pas uniquement d'une hostilité contre la nature -- c'est aussi une question économique", explique Sedat Durel, de la Chambre des ingénieurs environnementaux d'Istanbul.

Pour lui, rien ne changera sans une évolution fondamentale des mentalités privilégiant actuellement le développement commercial de masse plutôt que les espaces verts.

Or pouvoir changer cet état d'esprit semble être tout sauf une évidence pour M. Imamoglu, qui a lui même fait carrière dans l'immobilier et la restauration au sein de l'entreprise familiale.

"Même si on peut espérer que cela ne continuera pas ainsi, nous n'avons encore rien entendu de concret", tempère M. Durel.

- "Manoeuvre politique" -

Le principal défi que devra relever M. Imamoglu sera probablement d'amadouer un conseil municipal dominé par le parti au pouvoir AKP et son allié nationaliste MHP, qui contrôlent 25 des 39 districts de la ville.

"Le gouvernement fera tout ce qu'il peut pour l'empêcher de travailler, pour faire apparaître l'AKP comme le seul parti capable de fournir des services de base, et que toutes les alternatives, y compris le CHP, sont incompétentes", estime Ege Seckin, analyste à IHS Markit, en qualifiant de "tâche ardue" la mission de M. Imamoglu.

Signe de possibles troubles à venir, le gouvernement a publié juste après l'élection et avant l'entrée en fonction de M. Imamoglu une circulaire transférant au conseil municipal l'autorité de nommer les dirigeants des entreprises municipales.

M. Imamoglu a dénoncé cette mesure comme une
"manoeuvre politique" visant à limiter son pouvoir.

Mais lors du premier conseil municipal présidé par M. Imamoglu le 8 juillet, diffusé en direct dans un souci de transparence, les élus de l'AKP se sont efforcés de faire bonne figure.

L'un d'eux, Tevfik Göksu, a ainsi assuré que le parti présidentiel n'envisageait pas d'adopter une attitude "négative" et qu'il soutiendrait tout projet favorable à Istanbul.

Mais le CHP reste dubitatif.

"Est-ce que je m'attends à des obstacles sérieux dans certains domaines ? Oui, vu leur pouvoir et la majorité au conseil", affirme à l'AFP un porte parole du CHP au sein du conseil municipal, Tarik Balyali.
 Mais il souligne que le public saura faire la part des choses si l'AKP essaie de saborder les efforts du nouveau maire et le tiendrait alors en partie responsable de tout échec.

De nombreux opposants espèrent que M. Imamoglu puisse se servir d'Istanbul comme tremplin pour obtenir une stature nationale -- tout comme l'avait fait le jeune M. Erdogan dans les années 1990 -- pour défier ce dernier lors de la présentielle prévue en 2023.

Toutefois, les perspectives de M. Imamoglu ne dépendent pas uniquement des résultats obtenus à la mairie, mais aussi de sa capacité à garder le soutien de groupes d'opposition allant des laïcs aux Kurdes, voire même certains dissidents de l'AKP, estime M. Seçkin.

"Cela était relativement facile pour une élection municipale, mais une compétition au niveau national risque d'être autrement plus vicieuse et les lignes de fracture entre les différents groupes risquent de peser beaucoup plus", prévient-il. 
(AFP, 13 juillet 2019)

Un ancien ministre d'Erdogan démissionne du parti au pouvoir

L'ancien vice-Premier ministre chargé de superviser l'économie turque Ali Babacan a annoncé lundi sa démission du parti du président Recep Tayyip Erdogan, évoquant de "profondes divergences" et le besoin d'une "nouvelle vision".

M. Babacan, auquel les observateurs prêtent l'intention de créer une nouvelle formation politique, a déclaré qu'il avait remis sa démission à la direction du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), dont il avait participé au lancement en 2001.

"Ces dernières années, de profondes divergences sont nées entre les mesures prises dans de nombreux domaines et les valeurs, idées et principes auxquels je crois. J'ai vécu une rupture d'esprit et de coeur", a déclaré M. Babacan dans un communiqué diffusé par voie de presse.

"Dans les conditions actuelles, la Turquie a besoin d'une vision neuve pour son avenir. Notre pays a besoin d'analyses justes dans tous les domaines, de stratégies, de plans et de programmes repensés", a-t-il ajouté.

Cette démission, un coup dur pour le président turc, survient moins d'un mois après la défaite de l'AKP aux élections municipales à Istanbul, le pire revers électoral essuyé par M. Erdogan depuis l'arrivée au pouvoir de son parti, en 2002.

L'annonce de M. Babacan, l'une des figures les plus respectées dans les milieux économiques en Turquie, intervient aussi au surlendemain du soudain limogeage du gouverneur de la banque centrale par décret présidentiel.

Selon la presse turque, M. Babacan, un ancien ministre de l'Economie, chef de la diplomatie, puis vice-Premier ministre jusqu'en 2015, se prépare à constituer à l'automne son propre parti en compagnie d'un ancien président, Abdullah Gül.

"Un nouvel effort est désormais incontournable pour assurer le présent et l'avenir de la Turquie. Moi-même, ainsi que de nombreux compagnons, ressentons une responsabilité historique en vue de mettre en oeuvre cet effort", a déclaré M. Babacan.

Un autre cadre historique de l'AKP, l'ex-Premier ministre Ahmet Davutoglu, envisage lui aussi, selon la presse, de créer sa propre formation, signe des dissensions au sein du parti présidentiel après 17 ans de règne sans partage de M. Erdogan.
(AFP, 8 juillet 2019)


Forces armées/Armed Forces

Nouveau coup de filet en lien avec le putsch manqué

Les autorités turques ont émis mardi des mandats d'arrêt contre près de 250 militaires soupçonnés de liens avec le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'avoir ourdi une tentative de coup d'Etat en 2016.

Le parquet d'Istanbul a annoncé dans un communiqué avoir émis des mandats d'arrêt contre 176 militaires en service actif, dont un colonel.

A Ankara, un procureur a demandé l'arrestation de 32 membres de l'armée de l'air, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu. Et les autorités étaient à la recherche de 52 militaires supplémentaires à Izmir (ouest) et Kocaeli (nord-ouest), selon la même source.

Tous sont soupçonnés d'être des partisans du mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'être le cerveau de la tentative de coup d'État de juillet 2016.

Installé aux États-Unis depuis une vingtaine d'années, M. Gülen nie catégoriquement tout lien avec la tentative de renversement.

Depuis le putsch avorté, les autorités traquent sans relâche ses partisans et ont déclenché des purges d'une ampleur sans précédent dans l'histoire moderne de la Turquie.

Plus de 50.000 personnes ont été arrêtées et plus de 140.000 limogées ou suspendues de leurs fonctions.

Les vagues d'arrestations se poursuivent à un rythme soutenu, près de trois ans après le coup d'Etat manqué, avec des coups de filet pratiquement chaque semaine.
(AFP, 9 juillet 2019)

Affaires religieuses / Religious Affairs

Meurtre de Khashoggi: les touristes saoudiens boudent la Turquie

Le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul, attribué à Ryad, n'a pas que des retombées politiques ou diplomatiques. Il semble ralentir le flot des vacanciers saoudiens en Turquie, à la suite d'appels au boycott d'une destination pourtant populaire dans le royaume.

La disparition choquante du journaliste critique du puissant prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, démembré par un commando venu de Ryad en octobre 2018 dans l'enceinte du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, n'a fait qu'envenimer des relations déjà tendues entre les deux puissances sunnites rivales.

Habituellement, des centaines de milliers de touristes saoudiens se rendent chaque année en Turquie, pour son climat tempéré, pour ses plages azurées, ou encore pour jouir de ce carrefour entre l'Orient et l'Occident.

Mais le scandale Khashoggi a déclenché dans le royaume une vague de réactions nationalistes et une campagne de boycott dans la presse sur le thème: "La Turquie n'est pas sûre".

Les médias martèlent les mises en garde de l'ambassade d'Arabie saoudite en Turquie contre les vols de passeports et la petite délinquance.

- Appels au boycott -

L'impact s'en ferait sentir puisque le ministère turc du Tourisme a fait état d'une chute de plus de 30% des arrivées de visiteurs saoudiens sur les cinq premiers mois de l'année comparé à la même période en 2018.

Une agence de voyage de Ryad a confirmé à l'AFP une baisse des réservations dans la même proportion. L'office du tourisme d'Arabie saoudite, sollicité, s'est refusé à tout commentaire.

"Ce qui me préoccupe, c'est la sécurité", avoue un jeune habitant de la capitale, pour expliquer qu'il n'ira probablement pas en Turquie.

Les Saoudiens, qui figurent parmi les premiers investisseurs et acquéreurs de biens en Turquie, y dépensent en moyenne 500 dollars (450 euros) quotidiennement en vacances, bien plus que les Européens, selon une étude saoudienne de 2018.

Les appels au boycott ne se limitent pas au tourisme, ils frappent aussi les produits de consommation.

"Puisque les dirigeants turcs et (le président Recep Tayyip) Erdogan poursuivent leur campagne hostile à l'encontre des autorités du royaume, nous appelons plus que jamais au boycott", a exhorté le mois dernier sur Twitter Ajlan al-Ajlan, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Ryad. "Dans tous les domaines: importations, main d'oeuvre, relations avec les compagnies turques."

- "D'une pierre deux coups" -

Cette campagne n'est pas sans rappeler les récentes querelles diplomatiques qui ont opposé le royaume au Canada, à l'Allemagne ou encore au Qatar, soumis à un blocus économique par l'Arabie saoudite.

Ankara continue de presser Ryad pour obtenir des informations sur le meurtre de Khashoggi. La justice saoudienne s'est dite prête à coopérer avec les enquêteurs turcs mais, depuis le début de l'affaire, une extrême méfiance règne de part et d'autre.

Le mois dernier, le prince héritier saoudien s'est élevé contre toute "exploitation" politique de l'affaire, dans une critique voilée adressée au président turc.

La dispute ne saurait tomber plus mal pour une économie turque qui sort à grand peine de la récession.
 "Le marché de l'immobilier turc souffre déjà et il pourrait pâtir encore d'une fuite massive des acheteurs saoudiens", souligne Hussein Ibish, chercheur à l'Arab Gulf States Institute de Washington.

"C'est une arme de destruction que Ryad n'a pas encore utilisée", observe-t-il, comme l'indique des statistiques qui montrent une légère progression des ventes de propriétés à des ressortissants saoudiens de janvier à mai (992 contre 977 en 2018).

En fait, l'Arabie saoudite, elle-même confrontée à un ralentissement en raison de la chute des prix du pétrole, veut jouer sur deux tableaux: punir la Turquie et relancer sa consommation intérieure.

"Elle fait d'une pierre deux coups, pour empêcher la Turquie de profiter des touristes saoudiens et convaincre sa population de dépenser son argent chez elle", explique Quentin de Pimodan, analyste du think tank Rieas (Research Institute for European and American Studies) à Athènes.

Tout le monde n'est pas convaincu. Abdullah, 39 ans, a bien l'intention d'emmener sa famille en Turquie cette année.

"Les Saoudiens adorent aller dans des restaurants turcs. Puis quand ils ont terminé leur repas, ils s'empressent d'écrire sur Twitter: "N'allez pas en Turquie", ironise ce professeur de Ryad qui ne souhaite pas être identifié.
(AFP, 11 juillet 2019)

Peines de prison après l'incendie meurtrier d'un internat religieux pour filles

Un tribunal turc a condamné jeudi 12 personnes jugées responsables de l'incendie meurtrier d'un pensionnat pour filles en 2016, un fait divers qui avait profondément ému la Turquie et poussé les autorités à revoir les dispositifs en cas de feu.

Au total, 12 personnes ont été condamnées à des peines de prison allant de sept mois à 12 ans de prison, a indiqué une avocate, Evren Isler. Le directeur et des responsables de l'internat ont reçu les plus lourdes peines, ayant été reconnus coupables d'"homicides par négligence".

Lors de cet incendie survenu en novembre 2016 dans un établissement pour filles à Aladag, dans le sud de la Turquie, 11 enfants et un employé avaient été tués. Plusieurs rescapés avaient sauté par les fenêtres pour échapper aux flammes.

L'enquête a mis au jour des dysfonctionnements et négligences qui ont suscité l'indignation en Turquie. Après l'incendie à Aladag, plusieurs corps carbonisés avaient été retrouvés devant l'issue de secours, visiblement bloquée.

Cet internat était géré par une influente communauté religieuse et l'opposition a accusé les autorités de ne pas contrôler assez strictement ce type d'établissements, qui se sont multipliés depuis l'arrivée au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan et de son parti en 2002.

De nombreux établissements scolaires et internats privés sont gérés par des fondations religieuses en Turquie, une situation dénoncée par des opposants et des syndicats d'enseignants, qui estiment qu'il est impossible de contrôler efficacement leur fonctionnement.
(AFP, 4 juillet 2019)

The Ones Massacred in Madımak 26 Years Ago Commemorated in Sivas

It has been 26 years since 35 people lost their lives in Sivas massacre. A ceremony has been held in Sivas to commemorate the deceased.

Organized by the Pir Sultan Abdal Cultural Association (PSAKD), the commemoration has also been attended by the Hacı Bektaşi Veli Association, Alevi Cultural Association (AKD), Alevi Bektashi Federation (ABF), Divriği Village Association, Sivas Democracy Platform as well as representatives from political parties, non-governmental organizations and the families of the ones who lost their lives in Madımak Hotel.

Attending the commemoration, Şenal Sarıhan, one of the lawyers of Sivas case, has shared the following information with bianet:
'Silent walk to Madımak Hotel'

"Gathering in front of the Sivas Branch of the PSAKD, the crowd started walking towards the Madımak Hotel, where the massacre took place.

"Walking mostly in silence, the group was lead by the families of the ones who lost their lives in Sivas massacre.
'We did not enter the museum'

"We reached the front side of Madımak Hotel, where the massacre took place and which is called a 'museum' today. But, we did not enter the hotel.

"Because the names of the attackers who died in the massacre are also cited in the museum. In other words, the names of the murderers and the victims are exhibited together.

"These two people were killed with police bullets. They did not burn to death. I wish that the police had caught and interrogated them without killing.

"However, families are reacting against the exhibition of their names side by side with our people who died in the fire.

"People come to the Madımak and lay carnations there not because it is a museum, but because people were massacred there."
'No statute of limitations for crimes against humanity'

Concluding his remarks, Sarıhan  has underlined, "The participating families, mass organizations, unionists, professional organizations, democratic mass organizations coming from different cities show that the people of Turkey do not want to forget this massacre by any means."

"The statements made there underlined that Sivas massacre is a crime against humanity and crimes against humanity are not within the scope of statute of limitations", Sarıhan has emphasized further and added, "The request for turning Madımak into a proper museum was repeated."
About Sivas Massacre and its judicial process

26 years ago on July 2, 37 people, including 33 artists and writers, 2 hotels workers and 2 attackers, lost their lives in the fire started at Madımak Hotel in Sivas. 33 intellectuals were in Sivas to attend the Pir Sultan Abdal festivities. 65 people, 14 of whom were police officers, got wounded in the fire.

124 people were arrested in relation with the fire. In the seven-year trial process, 33 people sentenced to death and 85 people were given prison sentences of 2 to 15 years. 37 defendants were acquitted. The death sentences of 33 people were converted to aggravated life sentences.

On March 13, 2012, the Ankara 11th Heavy Penal Court dropped the charges of the Sivas Massacre trial in line with the prosecutor's demand to apply the statute of limitations to the case.

As the 9th Penal Chamber of the Supreme Court of Appeals upheld the verdict on violation of statute of limitations, attorney Şenal Sarıhan took the case to the Constitutional Court in 2014. However, the court has not yet announced its judgement. In response, lawyer Sarıhan appealed to the Constitutional Court regarding the long judicial processes.
The ones who lost their lives in Sivas massacre

Muhibe Akarsu – (35 years old, guest), Muhlis Akarsu – (45 years old, artist), Gülender Akça – (25 years old, artist), Metin Altıok – (52 years old, poet and writer), Ahmet Alan – (22 years old, artist), Mehmet Atay – (25 years old, journalist), Sehergül Ateş – (30 years old, artist), Behçet Aysan – (44 years old, poet), Erdal Ayrancı – (35 years old, director), Asım Bezirci – (66 years old, researcher and writer), Belkıs Çakır - (18 years old, artist), Serpil Canik –(19 years old, artist), Muammer Çiçek – (26 years old, actor), Nesimi Çimen – (67 years old, poet and artist), Carina Cuanna – (23 years old, journalist from the Netherlands), Serkan Doğan – (19 years old, artist), Hasret Gültekin– (23 years old, poet and artist), Murat Gündüz - (22 years old, artist), Gülsüm Karababa –(22 years old, artist), Uğur Kaynar – (37 years old, poet), Asaf Koçak – (35 years old, cartoonist), Koray Kaya – (12 years old, child), Menekşe Kaya – (17 years old, artist), Handan Metin – (20 years old, artist), Sait Metin – (23 years old, artist), Huriye Özkan – (22 years old, artist), Yeşim Özkan – (20 years old, artist), Ahmet Öztürk – (21 years old, hotel employee), Ahmet Özyurt – (21 years old, artist), Nurcan Şahin – (18 years old, artist), Özlem Şahin – (17 years old, artist), Asuman Sivri – (16 years old, artist), Yasemin Sivri – (19 years old, artist), Edibe Sulari – (40 years old, artist), İnci Türk – (22 years old, artist), Kenan Yılmaz – (21 years old, hotel employee).
(BIA, 2 July 2019)

Socio-économique / Socio-economic

Erdogan limoge le gouverneur de la banque centrale

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a limogé le gouverneur de la Banque centrale, qu'il accusait de maintenir des taux trop élevés, une décision lourde de conséquences pour l'économie turque et qui fait de l'institution "l'otage du palais" présidentiel, selon ses détracteurs.

Le décret présidentiel est tombé samedi, comme un couperet : Murat Cetinkaya, dont le mandat courait jusqu'à 2020, est remplacé par Murat Uysal, son gouverneur adjoint.

Le décret ne précise pas la raison de cette mesure.

De récentes rumeurs dans les milieux économiques et politiques faisaient état de dissensions entre M. Cetinkaya, à la tête de l'institution depuis avril 2016, et le gouvernement sur l'opportunité d'une baisse du taux directeur.

Celui-ci, qui s'élève à 24%, avait atteint ce niveau inédit en septembre, quand le gouverneur avait décidé de le remonter de 625 points de base pour tenter d'enrayer la dégringolade de la livre.

Un taux "inacceptable" pour le président Erdogan, qui a critiqué à plusieurs reprises la politique monétaire de la banque centrale, qualifiant le haut niveau des taux de "mère de tous les maux".

"Je respecte l'indépendance de la banque centrale mais laissez-moi le dire clairement : je suis contre la politique monétaire et, par-dessus tout, les taux d'intérêt élevés", a-t-il encore dit le mois dernier.

Le président a cité en exemple son homologue américain Donald Trump, qui a encore accentué sa pression récemment sur la Fed pour qu'elle baisse ses taux (autour de 2,5%) afin de stimuler l'économie.

Le décret présidentiel turc intervient paradoxalement au moment où l'économie connaît un début de reprise, Ankara ayant enregistré une hausse de 1,3% de son PIB au premier trimestre, ce qui lui a permis de sortir de la récession.

Surtout, l'inflation a baissé en juin pour atteindre 15,72% en rythme annuel, après 18,71% en mai. Un recul plus marqué qu'attendu qui, selon Bloomberg, ouvre la voie à une baisse des taux lors de la prochaine réunion de l'institution monétaire le 25 juillet.

- "Otage du palais" -

Mais le récent échec électoral du parti présidentiel au pouvoir, l'AKP, pourrait avoir nourri la volonté de M. Erdogan de reprendre la main. En effet, l'AKP a bâti son succès depuis 2002 sur la croissance insolente de l'économie qui a permis une nette amélioration des conditions de vie - jusqu'à l'effondrement de la livre turque face au dollar en août 2018 qui a plongé le pays dans la récession pour la première fois depuis 2009.

D'autant qu'aux faiblesses structurelles de l'économie s'ajoute le spectre de sanctions américaines en lien avec l'achat par Ankara de missiles russes.

Quelle sera la politique du nouveau gouverneur ?

M. Uysal, en poste depuis juin 2016, a assuré qu'il continuerait à oeuvrer "de manière indépendante" et resterait focalisé sur son "objectif principal", qui est d'assurer "la stabilité des prix", a indiqué la banque centrale dans un communiqué. Elle a précisé que le nouveau gouverneur tiendrait une conférence de presse dans les prochains jours.

Le parti d'opposition CHP a accusé le président de miner la crédibilité du pays. "Ceux qui font ça ont perdu le droit de dire +ayez confiance en notre économie+. La banque centrale turque est l'otage du palais. Stop!", a posté sur Twitter Faik Oztrak, un porte-parole du parti kémaliste.

"Comme je l'avais prévu, Ankara est en train de s'engager sur un chemin aventureux depuis l'échec des élections", a réagi de son côté l'économiste Ugur Gurses sur le réseau social. "Le but de l'éviction du gouverneur de la banque centrale est clair : faire marcher la planche à billets et baisser les taux. Mais le gouverneur ne peut pas être limogé pour des raisons extérieures à la loi (régissant l'institution, ndlr). Or un décret présidentiel n'est pas au-dessus de la loi", a-t-il ajouté.
(AFP, 6 juillet 2019)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Chypre et l'UE condamnent les nouveaux forages turcs au large de l'île

Chypre a condamné lundi les nouveaux forages effectués par la Turquie pour explorer des gisements gaziers au large de l'île méditerranéenne, l'Union européenne exprimant sa "vive préoccupation" après avoir menacé Ankara de sanctions en juin.

"Le gouvernement chypriote condamne avec la plus grande fermeté le nouveau forage illégal dans l'est de Chypre", a indiqué la présidence de la République de Chypre, dénonçant une "escalade dans les violations continues de la part de la Turquie".

La découverte de gigantesques gisements gaziers dans la région a aiguisé les appétits et attisé les tensions entre Ankara et Nicosie ces dernières années.

Nicosie, membre de l'Union européenne (UE), n'exerce son autorité que sur les deux tiers sud de l'île. La partie nord est occupée par la Turquie depuis 1974, quand Ankara est intervenue militairement en réaction à une tentative de coup d'Etat menée par des Chypriotes-grecs voulant rattacher l'île à la Grèce.

Après avoir dépêché ces derniers mois un premier navire de forage, "Fatih", la Turquie a envoyé le 20 juin un deuxième, "Yavuz", pour explorer les gisements gaziers au large de la péninsule du Karpas (nord-est), dans le tiers nord de l'île contrôlé par la République turque de Chypre du Nord non reconnue par la communauté internationale.

Le ministre turc de l'Energie avait annoncé samedi que le navire Yavuz allait commencer à forer au large de Chypre cette semaine.

L'UE, qui avait menacé la Turquie de sanctions après l'annonce de l'envoi du "Yavuz", a exprimé lundi sa "vive préoccupation" concernant ces opérations de forage qui "violent la souveraineté de Chypre".

"L'Union européenne répondra de façon appropriée, en totale solidarité avec Chypre", a indiqué la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué.

La Turquie, qui estime que ces forages sont conformes au droit international, s'oppose à toute exploitation des ressources gazières au large de Chypre qui exclurait l'autoproclamée République turque de Chypre du Nord.

Les autorités chypriotes ont délivré des mandats d'arrêt pour l'équipage du Fatih.
(AFP, 8 juillet 2019)

EU Delegation Statement on Human Rights in Turkey

The Delegation of the European Union to the Council of Europe (EUDEL) released a statement on human rights in Turkey on July 3, 2019.

Published on the European External Action Service (EEAS) website, the statement has raised concerns over the Gezi trial and the current state of justice in Turkey and evaluated the EU-Turkey relations.

The EUDEL released the following statement on human rights in Turkey:

"The European Union is closely following the trial against 16 civil society representatives over their involvement in 2013 Gezi Park protests that started in Turkey recently.

"Among them are human rights defenders Osman Kavala and Yiğit Aksakoğlu, who have been kept in detention since November 2017 and November 2018 respectively, together with many civil society activists.

"The court's decision to release Yiğit Aksakoğlu pending trial is positive news. However, the EU calls for the release without delay also of Osman Kavala for the remaining period of his trial, and notes that use of prolonged pre-trial detention can undermine the principle of presumption of innocence and the right to a fair trial of the defendant.
Creating a climate of fear

"As the European Union has repeatedly said, the decision to indict peaceful participants of the 2013 Gezi Park protests and to seek life sentences is a source of concern.

"It also, together with the attempts to portray the protests as a foreign plot, contributes to creating a climate of fear and to discourage the right to peaceful assembly.

"Furthermore, the EU deplores that being a beneficiary of legitimate foreign civil society funding has been used as an incriminating factor in this case.

Promotion of civil society

"Support to civil society is at the heart of the EU's assistance to Turkey, and moreover the 129th session of the Committee of Ministers in Helsinki agreed a shared responsibility for democratic security in Europe and the need to strengthen the protection and promotion of civil society space.

"The European Union calls on the Turkish authorities, in line with international standards, that the legal and legitimate activities of independent civil society organizations take place without restrictions.

Judicial Reform Strategy

"Having attended the opening of the trial, the EU will continue to closely monitor this case as well as trials against journalists, members of parliament, human rights defenders, lawyers and academics with the highest level of scrutiny.

"Concrete and lasting improvements in the area of human rights and the rule of law, independent judiciary, including the respect of the principle of presumption of innocence and due legal process remain essential for the development of EU – Turkey relations.

"The European Union notes the adoption of the Justice Reform Strategy, which need to be followed up by determined and concrete steps by Turkey to implement its commitments and present clear and tangible results."
(BIA, July 4, 2019)

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Première livraison de missiles russes à la Turquie, Washington s'offusque

La Turquie a pris livraison vendredi d'une première cargaison de missiles russes S-400, faisant fi des avertissements de Washington où plusieurs membres du Congrès appellent à des sanctions alors que l'économie turque bat déjà de l'aile.

La livraison de ce système de défense antiaérienne sophistiqué marque un pic dans le réchauffement des relations entre la Russie et la Turquie, qui a pris ses distances avec le camp occidental depuis un coup d'Etat manqué en juillet 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan.

Ankara et Moscou avaient pourtant été au bord de la rupture en novembre 2015 lorsque des chasseurs turcs avaient abattu un bombardier russe au-dessus de la frontière syro-turque, avant de normaliser graduellement leurs relations pour coopérer notamment sur le dossier syrien.

"La livraison de la première cargaison d'équipements du système de défense antiaérienne S-400 a commencé le 12 juillet à la base aérienne Murted à Ankara", a indiqué le ministère turc de la Défense dans un communiqué.

Appelée Akinci avant d'être rebaptisée Murted, la base en question est considérée comme le QG des officiers putschistes qui avaient tenté de renverser M. Erdogan. Le troisième anniversaire de ce putsch manqué sera célébré lundi.

- Avertissements américains -

A Moscou, une porte-parole du Service fédéral pour la coopération militaire et technique, Maria Vorobieva, a confirmé à l'agence Interfax que "les systèmes S-400 ont commencé à être livrés à la Turquie".

Selon une source citée par l'agence publique TASS, un autre avion avec d'autres éléments des S-400 doit décoller "prochainement" et une troisième livraison de plus de 120 missiles de différents types sera envoyée "à la fin de l'été" par voie maritime.

Par ailleurs, une autre source a indiqué à TASS qu'une vingtaine de militaires turcs avaient été formés en mai et juin en Russie à l'utilisation des S-400, et 80 autres doivent l'être en juillet et en août.

La Turquie avait rejeté mercredi une énième mise en garde américaine concernant l'achat de ces missiles russes, appelant Washington à ne pas prendre de mesures susceptibles de "nuire aux relations" bilatérales.

Les Etats-Unis estiment en effet que les systèmes russes ne sont pas compatibles avec les dispositifs de l'Otan, dont Ankara est membre. Un haut responsable de l'Otan, parlant sous couvert d'anonymat, a d'ailleurs affirmé que l'organisation était "préoccupée".

Washington juge qu'il existe un risque que les opérateurs russes qui formeront les militaires turcs aux S-400 puissent dans le même temps percer les secrets technologiques du nouvel avion furtif américain F-35, dont la Turquie veut aussi se doter.

Plusieurs membres du Congrès américain, républicains comme démocrates, ont appelé à annuler les livraisons des F-35 à Ankara, et ont demandé des sanctions contre les responsables turques impliqués dans l'accord avec la Russie.

"On avait donné le choix au président Erdogan, il a clairement fait le mauvais", ont indiqué dans un communiqué commun Eliot Engel et Michael McFaul, principaux élus démocrate et républicain à la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants.

"Qu'un allié de l'Otan choisisse de s'allier avec la Russie et Vladimir Poutine au détriment de l'alliance atlantique et d'une coopération plus étroite avec les Etats-Unis est dur à comprendre", ont-ils poursuivi.

- "Puissance eurasienne" -

Le nouveau secrétaire à la Défense de Donald Trump, Mark Esper, a appelé son homologue turc Hulisi Akar vendredi. Ce dernier lui a affirmé qu'Ankara était "sérieusement menacé" et que l'achat des missiles S-400s n'était "pas un choix mais une obligation", selon un communiqué du ministère Turc de la Défense.

Selon M. Akar, Ankara est obligé de prendre des mesures contre "les attaques intensives" à sa frontière avec la Syrie et la Turquie est la seule force capable de créer une "zone sûre" dans le nord de la Syrie.

Une délégation américaine doit se rendre à Ankara la semaine prochaine afin de poursuivre les discussions.

M. Erdogan avait affirmé fin juin après avoir rencontré son homologue américain Donald Trump au Japon qu'il ne craignait pas d'exposer son pays à des sanctions en achetant les missiles S-400.

"Ce n'est pas un secret qu'Erdogan veut faire de la Turquie une puissance eurasienne, ce qui suppose trouver un équilibre entre les relations avec la Russie et la Chine d'un côté et les Etats-Unis de l'autre", a estimé Nick Heras, du Center for a New American Security. "Il n'est pas sûr que la Turquie restera pour toujours dans le camp américain".
(AFP, 12 juillet 2019)

L'Otan "préoccupée" par la livraison de missiles russes à la Turquie

L'Otan est "préoccupée" par la livraison à la Turquie, un poids lourd de l'Alliance atlantique, de missiles russes S-400, a affirmé vendredi à l'AFP un de ses responsables, sous couvert de l'anonymat.

"L'interopérabilité de nos forces armées est essentielle dans la conduite de nos opérations et nos missions", a-t-il justifié, invitant plutôt Ankara à poursuivre le développement de systèmes de défense antiaérienne avec des alliés de l'Otan.

La Turquie a pris livraison vendredi d'une première cargaison de missiles russes S-400, faisant fi des avertissements de Washington et prenant le risque de s'exposer à des sanctions américaines alors que son économie bat déjà de l'aile.

La livraison de ce système de défense antiaérienne sophistiqué marque un pic dans le réchauffement des relations entre la Russie et la Turquie, qui a pris ses distances avec le camp occidental depuis un coup d'Etat manqué en juillet 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan.

Pour l'Otan, certes les Alliés peuvent décider de leurs achats d'équipements militaires. Cependant, a fait valoir le responsable à l'AFP, "nous sommes préoccupés par les conséquences potentielles de la décision de la Turquie d'acquérir le système S-400".

"La livraison de la première cargaison d'équipements du système de défense antiaérienne S-400 a commencé le 12 juillet à la base aérienne Murted à Ankara", a indiqué le ministère turc de la Défense dans un communiqué.

L'information a été confirmée de source officielle à Moscou.

Selon une source citée par l'agence publique TASS, un autre avion avec d'autres éléments des S-400 doit décoller "prochainement" et une troisième livraison de plus de 120 missiles de différents types sera envoyée "à la fin de l'été" par voie maritime.
(AFP, 12 juillet 2019)

Priver la Turquie des F-35 serait du "vol", selon Erdogan

Le président turc Recep Tayyip a estimé que priver la Turquie de l'avion furtif américain F-35 en guise de sanction pour l'achat d'un système de défense antiaérienne russe serait du "vol", dans des propos rapportés par la presse jeudi.

"Si vous cherchez un client, qu'il y en a un, qu'il paie en temps et en heure, comment pouvez-vous ne pas lui donner son bien ? Cela serait du vol", a déclaré M. Erdogan, cité par le quotidien Hürriyet.

"Jusqu'à présent, nous avons payé 1,4 milliard de dollars" pour l'achat de 116 appareils F-35, a ajouté le président turc, parlant à des journalistes à l'issue de visites en Chine et au Japon.

Washington a donné jusqu'au 31 juillet à la Turquie pour qu'elle renonce à l'acquisition des batteries de missiles antiaériens S-400 russes, que les Etats-Unis considèrent comme incompatibles avec le F-35 car ils pourraient percer leurs secrets technologiques. Faute de quoi, Ankara sera sanctionné.

Mais après une rencontre avec le président américain Donald Trump en marge du G-20 au Japon la semaine dernière, M. Erdogan s'est dit convaincu qu'il n'y aurait pas de sanctions.

Selon lui les premiers S-400 doivent être livrés à la Turquie dans la première moitié de juillet.

Le porte-parole du président turc, Ibrahim Kalin, a indiqué jeudi que les S-400 seraient livrés "très prochainement", et a balayé l'hypothèse, régulièrement soulevée par des observateurs, selon laquelle Ankara recevrait les batteries russes mais ne les déploierait pas afin de ménager Washington.

"La Turquie va utiliser les S-400 de façon active", a déclaré M. Kalin lors d'une conférence de presse à Ankara, ajoutant que les responsables militaires n'avaient pas encore décidé du lieu où les systèmes russes seraient déployés.
(AFP, 5 juillet 2019)

Relations régionales / Regional Relations

Attentat à la voiture piégée près d'une église dans l'Est de Syrie

Une voiture piégée a explosé jeudi près d'une église dans la ville majoritairement kurde de Qamichli dans le nord-est de la Syrie, blessant une dizaine de personnes, selon un journaliste de l'AFP et un média d'Etat syrien.

L'explosion, qui n'a pas encore été revendiquée a endommagé la principale façade de l'église de la Sainte Vierge des Syriaques orthodoxes ainsi que des immeubles voisins, selon le journaliste.

La télévision d'Etat syrienne a fait état de onze blessés, tandis que l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté sept blessés, dont trois dans un état critique.

De son côté, la police locale rattachée aux autorités semi-autonomes kurdes, les Assayech, a indiqué que 8 personnes avaient été légèrement blessées dans l'explosion et transférées dans un hôpital.

Dans un communiqué, les Assayech ont accusé des "groupes terroristes" sans les identifier d'être à l'origine de l'attentat.

Les forces kurdes contrôlent la majorité de la ville de Qamichli, tandis que les forces du régime dominent l'aéroport et la plupart des quartiers arabes.

Tout au long du conflit qui déchire la Syrie depuis 2011, la ville a été le théâtre de plusieurs attentats meurtriers, dont certains revendiqués par le groupe Etat islamique (EI).

En juillet 2016, au moins 44 personnes ont été tuées dans une attaque suicide perpétrée par l'EI, tandis qu'en juin dernier, sept civils, dont un enfant, ont été blessés suite à l'explosion d'une voiture piégée conduite par un kamikaze.

Les forces Kurdes, fer de lance de la bataille anti-EI en Syrie qui a mis fin en mars au "califat" autoproclamé du groupe jihadiste, dominent le nord-est syrien, un territoire représentant près de 30% de la superficie du pays.

La région accueille plusieurs groupes ethniques, notamment, des arméniens, des arabes et des syriaques. Ces derniers représentent 15% des 1,2 million de chrétiens de Syrie.
(AFP, 11 juillet 2019)

Erdogan rencontre Sarraj et exhorte Haftar à cesser son offensive

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a demandé vendredi la fin des "attaques illégales" de Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, lors d'une rencontre le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, selon la présidence turque.

"Le président a renouvelé son soutien au gouvernement (de Fayez al-Sarraj) reconnu par la communauté internationale et a appelé à la fin des attaques illégales menées par les forces d'Haftar", a déclaré la présidence dans un communiqué.

M. Erdogan, qui avait rencontré Fayez al-Sarraj, le rival de M. Haftar, à Istanbul plus tôt dans la journée, lui a réaffirmé le soutien de la Turquie à son gouvernement pour assurer la paix et la stabilité dans le pays, selon la présidence turque.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé vendredi à un cessez-le-feu urgent en Libye, où un millier de personnes, dont des dizaines de migrants, ont été tuées en trois mois de combats entre camps rivaux près de Tripoli.

Le 4 avril, les troupes du maréchal Khalifa Haftar ont lancé une offensive pour s'emparer de Tripoli, où siège leur rival, le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par l'ONU.

Les combats au sol et les raids aériens dans la bataille de Tripoli ont poussé selon l'ONU plus de 100.00 personnes à la fuite, dans un pays miné depuis 2011 par des luttes de pouvoir et livré à des milices qui font la loi.

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), un millier de personnes ont été tuées et plus de 5.000 blessées dans les violences aux portes de Tripoli.

Depuis le début de l'offensive de Khalifa Haftar, les armes affluent dans les deux camps en violation parfois flagrante d'un embargo décrété pour la Libye en 2011.

Fayez al-Sarraj est notamment soutenu par la Turquie et le Qatar. L'Italie semble aussi en sa faveur. Khalifa Haftar bénéficie de son côté du soutien de l'Egypte et des Emirats arabes unis et d'un appui au moins politique notamment des Etats-Unis et de la Russie. La France a été accusée de le privilégier, ce dont elle se défend.
(AFP, 5 juillet 2019)

Erdogan prône une solution pour la situation des Ouïghours en Chine


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a prôné après une visite en Chine une solution à la situation des Ouïghours au Xinjiang "tenant compte des sensibilités" des deux parties, selon des propos rapportés par la presse jeudi.

"Je pense que l'on peut trouver une solution en tenant compte des sensibilités de chacun", a déclaré M. Erdogan dans une interview accordée à plusieurs journaux avant son retour en Turquie.

Depuis une série d'attentats sanglants au Xinjiang attribués à des membres de la minorité turcophone des Ouïghours, le gouvernement chinois impose des mesures de sécurité draconiennes dans cette vaste région, frontalière de l'Asie centrale et du Pakistan.

La Chine est soupçonnée d'avoir interné dans le territoire jusqu'à un million de personnes dans des camps de rééducation. Pékin dément ce chiffre et parle de "centres de formation professionnelle" destinés à lutter contre la radicalisation islamiste.

Jusqu'à présent, la Turquie est le seul pays musulman à avoir fermement dénoncé l'existence de ces structures, le ministère des Affaires étrangères qualifiant de "honte pour l'humanité" le traitement réservé aux Ouïghours.

L'agence officielle chinoise Chine nouvelle a affirmé que lors de sa visite à Pékin et sa rencontre mardi avec le président chinois Xi Jinping, M. Erdogan a déclaré que les gens vivaient "heureux" au Xinjiang, une apparente volte-face.
 Sans commenter les propos rapportés, le chef de l'Etat turc a toutefois déploré, selon l'interview publiée jeudi, l'approche "émotionnelle" de certains, qui affecte selon lui les relations bilatérales entre Ankara et Pékin et en fait "payer le prix" à la Turquie et à ses citoyens.

Lors de son déplacement en Chine, M. Erdogan a indiqué à ses interlocuteurs qu'Ankara souhaitait que "les Ouïghours puissent vivre dans la paix et la prospérité" en Chine et "transmis ses points de vue et attentes à ce sujet", a assuré mercredi le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun.
(AFP, 4 juillet 2019)

La tension Haftar-Ankara risque d'exacerber une guerre régionale par procuration

En provoquant Ankara, le maréchal libyen Khalifa Haftar tente de faire oublier le revers subi dans la bataille de Tripoli et de susciter un surcroît d'implication de ses soutiens, au risque d'exacerber la guerre par procuration entre puissances du Moyen-Orient, selon des experts.

L'homme fort de l'est libyen, qui mène depuis trois mois une offensive pour s'emparer de la capitale, a menacé vendredi de s'en prendre aux intérêts turcs dans le pays, accusant Ankara de soutenir militairement ses rivaux du Gouvernement d'union (GNA), reconnu par l'ONU.

Ses forces sont ensuite passées à l'action, en arrêtant six ressortissants turcs, finalement libérés lundi, au lendemain de menaces de représailles d'Ankara.

Les forces pro-Haftar ont également annoncé dimanche soir avoir détruit au cours d'une frappe un "drone turc" à l'aéroport de Mitiga, près de Tripoli.

Les menaces de Khalifa Haftar contre la Turquie, le 27 juin, sont intervenues au lendemain de l'annonce de la prise par les forces pro-GNA de Gharyan, ville située à une centaine de kilomètres de Tripoli dont le maréchal avait fait son centre opérationnel dans son offensive contre la capitale, à plus de 1.000 km de son bastion de Benghazi (est).

- Les "soucis" de Haftar -

En s'attaquant à Ankara, Haftar tente de détourner l'attention après ce sérieux revers, estiment des analystes.

"Il s'agit réellement de noyer le poisson", dit à l'AFP Jalel Harchaoui, chercheur à l'Institut Clingendael de La Haye.

Selon M. Harchaoui, Khalifa Haftar est à présent face à deux soucis majeurs.

La perte de Gharyan, d'abord, est un "vrai handicap pour une poursuite de l'offensive contre Tripoli". A cela s'ajoute la découverte de plusieurs missiles américains Javelin à Gharyan, vraisemblablement livrés par les Emirats arabes unis, un des soutiens régionaux du camp Haftar avec l'Egypte et l'Arabie saoudite.

Ces missiles, présentés à la presse à Tripoli, "prouvent que les Emirats ont violé leur engagement auprès de Washington de ne pas transmettre ces armes sophistiquées à une tierce entité", souligne M. Harchaoui.

"Cela vient créer un malaise entre Américains et Emiratis", ajoute-t-il.

En s'attaquant à la Turquie, le maréchal Haftar espère "une implication plus directe d'Ankara, ce qui obligerait ses propres parrains (Emirats et Egypte) à faire de même", dit Arnaud Delalande, spécialiste des questions de défense.

M. Harchaoui estime toutefois qu'Ankara n'a pas intérêt à tomber dans ce piège: la Turquie "a réussi sa mission en Tripolitaine (la région de l'ouest libyen, NDLR) pour l'instant, grâce aux drones armés livrés en mai" aux forces du GNA, et "n'a pas tellement besoin d'une escalade" à ce stade.

- "Autoritarisme strict" ou "populiste"? -

Selon M. Delalande, la Turquie a fourni au GNA "des véhicules, des drones armés ou non, un soutien technique (de la formation notamment), mais également une implication plus directe en particulier pour le pilotage des drones Bayraktar TB2, le temps que les (combattants) libyens soient opérationnels".

Cette "menace des drones turques est prise très au sérieux" par les pro-Haftar, qui en ont détruit deux au sol à l'aéroport de Mitiga le 8 juin et ont revendiqué la destruction d'un autre dimanche, dit-il.

Selon lui, Ankara a livré initialement quatre drones au GNA, qui en a commandé quatre autres après la perte des deux premiers, "certainement détruits par des appareils émiratis".

En juin, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait confirmé que son pays fournissait des armes au GNA, estimant que ces équipements avaient permis à Tripoli de "rééquilibrer" la situation face aux forces de Khalifa Haftar.

En aidant le gouvernement internationalement reconnu, Ankara "souhaite se projeter comme une puissance capable de venir sauver le pluralisme politique d'une agression menée par le Golfe et l'Égypte, lesquels préfèrent un autoritarisme strict à l'autoritarisme populiste d'Erdogan", juge M. Harchaoui.

Pour Jana Jabbour, spécialiste de la politique étrangère turque, le conflit libyen s'est transformé en "une guerre par procuration entre deux axes régionaux: d'une part l'axe turco-qatari, (...), et d'autre part l'axe saoudo-égypto-émirati, qui combat les forces islamistes en appuyant un retour des autoritarismes".

En s'engageant en Libye, la Turquie veut "peser sur l'équilibre des forces régionales et façonner un ordre qui sauvegarde ses intérêts face a l'affirmation croissante de l'Egypte, de l'Arabie et des Emirats", avance-t-elle.
(AFP, 2 juillet 2019)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Ankara poursuivra les forages au large de Chypre en dépit des mises en garde

La Turquie poursuivra les travaux de forage des gisements gaziers au large de Chypre, malgré les mises en garde d'Athènes et de l'Union européenne, a affirmé mercredi le ministère des Affaires étrangères.

Ankara "rejette" les critiques de responsables grecs et européens, a affirmé le ministère dans un communiqué, soulignant que l'un de ses navires a déjà commencé ses forages en mai et qu'un deuxième, qui se trouve au large de la péninsule chypriote de Karpas, s'apprête lui aussi à lancer ses travaux d'exploration.

Le communiqué ne donne pas de date pour le début de ces travaux, mais le ministre de l'Energie, Fatih Sönmez, avait annoncé samedi qu'ils commenceraient "d'ici une semaine".

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a annoncé lundi que l'Union européenne, qui avait menacé la Turquie de sanctions après l'annonce de l'envoi du navire de forage "Yavuz", répondrait "de façon appropriée, en totale solidarité avec Chypre".

Mais le ministère turc des Affaires étrangères a rejeté cette mise en garde, estimant que l'Union européenne ne pouvait endosser "un rôle de médiateur impartial" dans ce dossier.

Ces dernières années, la découverte de gigantesques gisements gaziers au large de Chypre a aiguisé les appétits. La République de Chypre a signé des contrats d'exploration avec des géants des hydrocarbures comme l'Italien ENI, le Français Total ou l'Américain ExxonMobil.

Mais la République de Chypre, reconnue internationalement, n'exerce son autorité que sur les deux tiers sud de l'île, la partie nord étant occupée par la Turquie depuis son invasion en 1974, en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher le pays à la Grèce.

Ankara, qui a accordé des contrats d'exploration à Turkish Petroleum en 2009 et 2012, s'oppose à toute exploration et exploitation de ces ressources gazières qui excluraient la République turque de Chypre du Nord (RTCN), autoproclamée et non reconnue par la communauté internationale.
(AFP, 11 juillet 2019)

Le Caire et Washington "préoccupés" par les projets de forage turcs au large de Chypre

L'Egypte et les Etats-Unis se sont dits mardi "préoccupés" par les nouveaux projets de forage turcs pour explorer au large de Chypre des gisements gaziers dont les récentes découvertes ont attisé les tensions en Méditerranée orientale.

"La détermination (de la Turquie) à poursuivre ses initiatives unilatérales augmente le degré de tension" dans la région, a estimé dans un communiqué le ministère égyptien des Affaires étrangères.

Le Caire appelle à éviter "l'escalade" et au "respect et à l'application" du droit international.

"Les Etats-Unis restent fortement préoccupés par les tentatives répétées de la Turquie de mener des opérations de forage au large de Chypre", a indiqué de son côté le département d'Etat américain dans un communiqué.

"Nous invitons les autorités turques à arrêter ces opérations et encourageons toutes les parties à agir avec retenue et à ne pas entreprendre d'actions renforçant les tensions dans la région", a-t-il ajouté.

Chypre avait condamné lundi ces nouveaux projets de forage par la Turquie. L'Union européenne, qui avait déjà menacé Ankara de sanctions en juin, a dénoncé de son côté une "violation de la souveraineté de Chypre".

Les découvertes récentes de gisements dans la région ont entraîné un rapprochement dans ce domaine de l'Egypte, de Chypre, de la Grèce et d'Israël.

Mais elles ont également suscité des tensions avec la Turquie, qui occupe la partie nord de Chypre depuis 1974 et qui entretient des relations tendues avec Nicosie et Le Caire.

Ces derniers mois, un premier navire de forage turc, "Fatih", puis un deuxième en juin, "Yavuz", ont été dépêchés par Ankara pour explorer les gisements gaziers au large de la péninsule du Karpas (nord-est), dans le tiers nord de l'île contrôlé par la République turque de Chypre du Nord, non reconnue par la communauté internationale.

Le ministre turc de l'Energie avait annoncé samedi que le navire "Yavuz" allait commencer à forer au large de Chypre cette semaine.
(AFP, 10 juillet 2019)

Un deuxième navire turc va entamer des forages au large de Chypre

Le deuxième navire turc affrété par Ankara va commencer à forer les gisements gaziers au large de Chypre la semaine prochaine, a déclaré samedi le ministre turc de l'Energie, faisant fi des critiques de l'Union européenne qui dénonce les "activités illégales" d'Ankara.

La Turquie avait envoyé le 20 juin un deuxième navire de forage pour explorer ces gisements, sources de tensions entre Ankara et la République de Chypre, membre de l'Union européenne.

"Si Dieu le veut, nous commencerons le premier forage d'ici une semaine", a déclaré Fatih Sönmez, cité par la télévision privée NTV.

Le navire "Yavuz" va explorer une zone située au large de la péninsule de Karpas, a précisé le ministre. Celle-ci est située dans le nord-est de l'île, soit dans la partie qui est sous le contrôle de la République turque de Chypre du Nord, non reconnue par la communauté internationale.

Un premier navire, "Fatih", dépêché il y a quelques mois, a déjà entamé des forages exploratoires dans cette zone sur laquelle Chypre revendique sa souveraineté.

Le 20 juin, après l'annonce de l'envoi du "Yavuz", l'Union européenne avait menacé la Turquie de sanctions. Les 28 dirigeants de l'UE, alors réunis en sommet à Bruxelles, avait condamné sans appel ses "activités illégales de forage".

Les autorités chypriotes ont même délivré des mandats d'arrêt pour l'équipage du Fatih. Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan multiplie les déclarations de fermeté. Selon Ankara, ces forages sont non seulement "légitimes" mais parfaitement conformes au droit international.
(AFP, 6 juillet 2019)

Trois entreprises poursuivies à Chypre pour soutien aux prospections turques

Chypre a lancé des poursuites judiciaires contre trois entreprises accusées de soutenir les prospections pétrolières et gazières que mène la Turquie dans les eaux de l'île, a déclaré mardi un responsable du ministère des Affaires étrangères.

"Nous avons déjà lancé les poursuites judiciaires contre des entreprises coopérant avec le (groupe pétrolier turc) TPAO", a ajouté ce responsable.

L'action en justice concerne trois compagnies et leurs cadres, a-t-il précisé, sans spécifier les noms ou adresses de ces entreprises ainsi que l'instance où la plainte a été déposée.

La République de Chypre, membre de l'Union européenne, n'exerce son autorité que sur les deux tiers sud de l'île. La partie nord est occupée par la Turquie depuis 1974, quand Ankara est intervenue militairement en réaction à une tentative de coup d'Etat menée par des Chypriotes-grecs voulant rattacher l'île à la Grèce.

Ces dernières années, la découverte de gigantesques gisements gaziers dans la région a aiguisé les appétits.

Chypre a signé des contrats d'exploration avec des géants des hydrocarbures comme l'italien ENI, le français Total ou l'américain ExxonMobil.
 
Mais Ankara s'oppose à toute exploration et exploitation de ces ressources gazières qui exclurait la République turque de Chypre du Nord (RTCN), autoproclamée dans le tiers nord de l'île et non reconnue par la communauté internationale.

Nicosie a par le passé émis des mandats d'arrêt à l'encontre de l'équipage d'un navire de forage, le Fatih, dépêché il y a quelques mois au large de Chypre après qu'Ankara eut manifesté son intention d'explorer des gisements dans la zone économique exclusive de l'île européenne.

Le responsable du ministère chypriote des Affaires étrangères a indiqué mardi que 10 à 20 individus, entreprises et cadres sont actuellement visés par des mandats d'arrêt ou une action en justice, y compris des personnes ou entités non-turques.

Ces actions sont toutes liées au déploiement du Fatih, a-t-il expliqué, prévenant que des démarches similaires seront entreprises en cas d'infraction de la part d'un deuxième navire de forage, Yavuz, dépêché le 20 juin par la Turquie, qui a accordé des contrats d'exploration à Turkish Petroleum en 2009 et 2012.

L'UE a menacé le 20 juin la Turquie de sanctions si Ankara refuse de cesser les forages d'exploration "illégaux" réalisés au large de Chypre.

Les Etats-Unis ont également appelé la Turquie à revenir sur ses projets de forage au large de Chypre.
(AFP, 2 juillet 2019)

Immigration / Migration


Des attaques contre des Syriens à Istanbul font craindre l'embrasement

Ahmad Yassine travaillait dans son salon de coiffure à Küçükçekmece, un district populaire d'Istanbul, lorsqu'une foule en colère s'est formée sous ses yeux: quelques dizaines, d'abord, puis des centaines, avant d'attaquer sa boutique et celles d'autres Syriens.

"Ils ont jeté des pierres, la vitre s'est complètement fracassée. On était trois à l'intérieur, on a eu peur. On n'a pas pu sortir avant minuit, une heure du matin", raconte à l'AFP ce jeune homme à l'allure soignée qui a fui Alep il y a six ans.

Dernière d'une série de violences contre les Syriens, l'émeute qui a secoué Küçükçekmece il y a une dizaine de jours fait craindre l'embrasement dans un climat volatile où la parole xénophobe s'est libérée, notamment durant la dernière campagne pour les élections municipales.

La Turquie accueille plus de Syriens déplacés par la guerre qu'aucun autre pays au monde: ils sont plus de 3,5 millions à y avoir trouvé refuge, dont 500.000 à Istanbul.

Mais alors que cet accueil, qui devait être provisoire, se prolonge et que la situation économique s'est fortement dégradée, l'hospitalité des hôtes est plus que jamais mise à l'épreuve.

D'après une étude publiée la semaine dernière par l'Université Kadir Has à Istanbul, la part des Turcs mécontents de la présence des Syriens est passée de 54,5% en 2017 à 67,7% en 2019.

A Istanbul, Turcs et Syriens cohabitent dans un équilibre souvent précaire. A Küçükçekmece, tout est parti d'une rumeur, démentie par les autorités, affirmant qu'un garçon syrien avait agressé verbalement une fillette turque.

Les séquelles de ces incidents sont encore visibles: des vitrines sont rafistolées avec du gros scotch et des enseignes pendent à leurs câbles.

Mohammad Amari, un Syrien âgé de 27 ans originaire de Damas, a trouvé la pâtisserie dans laquelle il travaille saccagée en y arrivant le lendemain. "Ils ont cassé la vitrine en utilisant des pierres et des bâtons", déplore-t-il.

- "Boucs émissaires" -

Les violences survenues à Küçükçekmece ne sont pas isolées, mais jamais les incidents n'avaient atteint une telle ampleur, selon les habitants. La police a dû utiliser des grenades lacrymogènes et un canon à eau pour disperser la foule.

Bien qu'il soit Turc, Esat Sevim a lui aussi vu son restaurant être vandalisé. Son tort ? Employer des Syriens.

"Si on trouve un chat mort dans la rue, il y aura quelqu'un pour dire que c'est un Syrien qui l'a tué. Il faut arrêter d'en faire des boucs émissaires", s'agace-t-il.

Mais alors que la situation économique s'est dégradée, avec une inflation et un chômage élevés, les Syriens sont souvent pointés du doigt.

S'il ne cautionne pas la violence, Murat, un ouvrier habitant à Küçükçekmece, veut ainsi que "les Syriens rentrent chez eux", car "nos jeunes ne trouvent plus de travail".

Des responsables politiques ont aussi été accusés d'avoir soufflé sur les braises pendant la campagne pour les municipales.

Le nouveau maire d'Istanbul, Ekrem Imamoglu, a été critiqué pour s'être ému du nombre d'enseignes en arabe dans certains quartiers. "Ici, c'est la Turquie, c'est Istanbul", a-t-il dit la semaine dernière.

Pendant la campagne, le discours hostile aux Syriens s'est déchaîné sur les réseaux sociaux, avec le mot-dièse #LesSyriensDehors.

- Chasse aux enseignes -

Accusé de laxisme, le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan, qui prônait l'accueil des Syriens au nom de la "solidarité musulmane", veut désormais montrer un visage de fermeté.

Le gouvernorat de la province d'Istanbul a indiqué la semaine dernière qu'il avait sommé plus de 700 commerçants syriens de turciser leurs enseignes en arabe.

Mais la plupart des Turcs interrogés à Küçükçekmece relativisent la portée des derniers incidents et appellent à faire preuve de solidarité.

Ahmet, un marchand de fruits et légumes du quartier où les boutiques ont été saccagées, s'est interposé pour protéger le magasin d'un Syrien en se faisant passer pour son propriétaire.

"S'ils ne veulent pas des Syriens, qu'ils lancent une pétition et aillent voir notre président. Mais cela ne sert à rien de détruire et vandaliser", dit-il.

Vu le climat actuel et depuis les derniers incidents, Ahmad redoute néanmoins que la situation ne s'aggrave.

"Cette fois, ils n'ont attaqué qu'avec des pierres", dit-il. "Mais qui sait si, un jour, ils ne vont pas m'attaquer avec des armes?"
(AFP, 10 juillet 2019)

L'explosion en Turquie a tué trois Syriens

L'explosion d'une voiture en Turquie près de la frontière avec la Syrie, qui a tué vendredi trois Syriens, est "sans doute un acte terroriste", a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Les premiers éléments laissent penser qu'il s'agit sans doute d'un acte teroriste", a-t-il dit aux journalistes à Istanbul. "Il est clair qu'il y avait une bombe dans la voiture", a-t-il ajouté.

"Nos collègues sont en train d'enquêter pour comprendre ce qu'il y avait derrière cela", a-t-il encore expliqué dans cette déclaration télévisée, ajoutant que le gouvernement transmettrait des informations supplémentaires dans les heures à venir.

L'explosion a eu lieu à moins d'un kilomètre des bureaux du gouverneur du district de Reyhanli vers 10h00 GMT, selon l'agence officielle Anadolu.

Les images retransmises par la télévision turque montraient des flammes et une fumée épaisse s'échappant de la voiture alors que les pompiers tentaient d'éteindre l'incendie.

En mai 2013, une double explosion à la voiture piégée dans ce même district de Reyhanli avait tué plus de 50 personnes, dans un des attentats les plus meurtriers de l'histoire moderne de la Turquie.

En 2015 et 2016, une série d'attentats attribués par le gouvernement à des groupes extrémistes et des militants kurdes avaient fait des centaines de morts.

Le dernier attentat important dans le pays est celui du Nouvel an 2017, lorsqu'un homme armé avait surgi dans un night-club d'Istanbul et tiré dans la foule, tuant 39 personnes.
(AFP, 5 juillet 2019)

Petition Against Hatred Towards Migrants

The campaign of "We are all Migrants - No to Racism" has launched an online petition in response to the recently escalating hatred and lynch attempts towards migrants in Turkey.

The petition has underlined that extreme right wing politics and authoritarianism have also led migrants to become targets across the world.

Hate speech spreads on social media

Around 190 people, including artists, politicians, lawyers and writers have supported the campaign so far. The petition has emphasized that hate speech towards the migrants has been spreading especially on social media and this hate speech, then, turns into physical assaults.

Referring to the incident that turned into a lynch attempt against the Syrians living in İkitelli, İstanbul, the petition has further highlighted, "As it is usually the case, racist hatred was again ignited with an allegation of harassment."

Campaign also defines racism

The petition has also offered its own definition of racism:

"Though the news igniting lynches usually prove to be wrong, attributing the action of a single individual to a whole group and holding all Syrians responsible for a crime allegedly committed by a single Syrian is racism."
Authorities called for duty

Emphasizing that the impunity in racist attacks encourages the assaulters to seek new targets, the petition has also raised concerns that migrants are held responsible for the death of Turkish soldiers in Syria, which has led to an increase in attacks against Syrian migrants in Turkey.

The petition ends with a call to the authorities to take the necessary precautions to ensure migrants' safety of life and to enact deterrent punishments of the ones who organize these attacks:

"The migrants who are employed under the worst conditions and struggling against poverty and racism are our brothers and sisters. Let us build solidarity and fraternity with them!"
(BIA, July 4, 2019)


 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications