flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

45th Year / 45e Année
Mai
 
2021 May
N° 513
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 897 78 71
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind



Titres des évènements du mois
Titles of this month's events


Basın özgürlügü üzerine Hamburg'ta çevrimiçi konferans - 3-5-2021
Doğan Özgüden - İrfan Uçar - Aykan Sever - İrfan Cüre


Droits de l'Homme / Human Rights

La police d'Istanbul arrête des dizaines de manifestants du 1er mai

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Turkey ranks highest in world for attacks and threats against female journalists
Police ban journalists from recording police violence
La CEDH condamne de nouveau la Turquie pour violations de la liberté d'expression

Kurdish Question / Question kurde

Des dizaines de manifestants pro-PKK détenus au Kurdistan irakien

Kobanê Trial of 108 HDP leaders adjourned to May 3

Nouveau raid de l'armée turque dans le nord de l'Irak

Minorités / Minorities

Le parlement létton reconnaît le génocide arménien

Prof. Baskın Oran's book on minorities and minority rights in Turkey
L'ambassadeur turc essaie de censurer La Libre Belgique
La déclaration négationniste de l'Assemblée nationale turque
Dans la reconnaissance des génocides, Washington à géographie variable
MP Garo Paylan threatened by nationalist lawmaker over genocide remarks
Genocide investigation against Diyarbakır Bar Association
Les arméniens en Turquie font profil bas après la reconnaissance du génocide
Commémorations 2021 du Génocide des Arméniens à Bruxelles
Le président Joe Biden a reconnu le génocide arménien

Politique intérieure/Interior Politics

Enquête contre le maire d'Istanbul pour "irrespect" envers un sultan

"Canal Istanbul": Erdogan s'accroche à son projet "fou" malgré les critiques

Forces armées/Armed Forces



Affaires religieuses / Religious Affairs
 


Socio-économique / Socio-economic

L'aveu de l'échec de la stratégie de la lutte contre la Pandemie
L'UEFA maintient la finale à Istanbul, malgré un nouveau confinement en Turquie
Coronavirus: la Turquie se confine à partir de jeudi soir

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Loups gris: Une menace pour la démocratie en Europe
Le Sofagate complique la reprise de relations entre l'UE et la Turquie

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

US imposes 10-year trading ban on former Halkbank executive Hakan Atilla

Blinken dit espérer une sortie de crise avec la Turquie mais menace de sanctions

Relations régionales / Regional Relations

Libye: démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli

Erdogan veut "élargir" le processus de normalisation avec l'Egypte
L'Arabie saoudite va fermer huit écoles turques

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Erdogan s'en prend à Nicosie après l'échec des pourparlers
Constat d'échec de l'ONU après les discussions sur Chypre

Immigration / Migration



Droits de l'Homme / Human Rights

La police d'Istanbul arrête des dizaines de manifestants du 1er mai

La police turque a arrêté samedi plus de 200 personnes qui essayaient de défiler pour le 1er mai à Istanbul, malgré une interdiction de manifester édictée pour cause de pandémie de coronavirus.

Les manifestants ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de rejoindre la place Taksim, lieu habituel de contestation, ainsi que dans d'autres quartiers dont la populaire avenue Istiklal, ont constaté des correspondants de l'AFP.

Les services du gouverneur d'Islanbul ont indiqué que 212 personnes avaient été arrêtées.

Des policiers ont violemment repoussé un groupe avec leurs boucliers, tandis que d'autres traînaient des manifestants au sol, selon un correspondant de l'AFP.

La Turquie a mis en place un confinement strict depuis le 29 avril à cause d'une troisième vague épidémique qui tue un nombre record de malades chaque jour. Au moins 394 personnes sont mortes du Covid-19 vendredi, selon les autorités.

Les arrestations lors de la fête du travail du 1er mai sont monnaie courante en Turquie.

La place Taksim est un lieu de rassemblement le 1er mai, avec des affrontements fréquents, depuis que 34 personnes y avaient été tuées le 1er mai 1977, lors d'une période agitée de l'histoire moderne de la Turquie.

Au moins 11 personnes ont également été arrêtées à Ankara après avoir tenté de défiler samedi, ont rapporté les médias locaux.
(AFP, 1er mai 2021)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Turkey ranks highest in world for attacks and threats against female journalists


ANKARA: A new report from the Coalition for Women In Journalism (CFWIJ) states that Turkey is “the leading country for attacks and threats against women journalists” this year.

Between January and April, 114 female journalists were attacked or threatened in Turkey the New York-based media organization revealed — more than in any other country in the world.

The CFWIJ’s First Quarterly Report for 2021 coincidentally coincided with Izzet Ulvi Yonter, deputy leader of the Turkish government’s coalition partner Nationalist Movement Party (MHP), targeting female anchor Ebru Baki for her coverage of the MHP’s draft constitution proposal.

Yonter referred to the broadcaster as a “so-called journalist who distorts the facts and shows her intolerance against the MHP,” and said her attempts to “discredit” their draft proposal were “offensive and crude.”

Yonter’s criticism was followed on May 5 by the resignation of Bulent Aydemir, Haberturk TV’s chief editor and Baki’s co-anchor on the morning program.

The program was taken off air on Thursday, triggering a nationwide social media campaign using “I don’t watch Haberturk TV” as hashtag.

CFWIJ’s report said that, in Turkey, “Almost 50 women journalists appeared before the court to fight baseless charges; 20 suffered heavy workplace bullying at the newsrooms; 15 female journalists were subjected to police violence while covering the news, 14 were detained; three women journalists were sentenced to prison, and three were expelled. While one journalist was threatened with intimidation, another became the target of racist rhetoric” during the period covered.

Scott Griffen, deputy director at the International Press Institute (IPI), a global network of journalists and editors defending media freedom, told Arab News: “Women journalists face a double threat: They are attacked for their work and they are attacked for their gender — a reflection of … sexism in society. IPI’s own research has shown that online attacks on female journalists tend to be more vicious and the insults and threats are often of a sexual nature.”

According to Griffen, attacks on women journalists are part of a broader trend, which is an effort by those in power to smear and undermine critical journalism and diverse voices.

Referring to Yonter’s attack on Baki, he said: “This incident shows that a political party, in this case the MHP, is unable to accept criticism and simply does not — or does not want to — understand the role of journalism in society. Politicians are required to accept criticism, even harsh criticism. Ebru Baki was doing her job, and the attacks on her are unacceptable.”

Griffen thinks that one consequence of these attacks is the risk of a rise in self-censorship.

“Journalists who are faced with such vicious attacks may decide to reconsider their reporting to avoid such abuse in the future, or they may even decide to leave the profession. And this is a huge loss for the public,” he said. “It means that stories are not being told, and diverse voices are not being heard. And, of course, that is what the attackers want. They wish to push critical voices out of the public sphere.”

Male journalists in Turkey have also been the targets of verbal and physical attacks. Recently, dissident journalist Levent Gultekin was beaten by a mob in the middle of a street in Istanbul, shortly after he criticized the MHP and its former leader. Gultekin was verbally attacked by the MHP deputy leader just before the assault.

“The crackdown against critical and independent media in Turkey is worsening every single day with new attacks from political figures. And female journalists who are reporting on critical issues that are sensitive to the government or its political allies are not immune from the attacks,” Renan Akyavas, Turkey program coordinator of IPI, told Arab News.

IPI’s own recent research also confirms that female journalists are more likely targets of online harassment for their critical reporting and views, she added.

The trend of public figures targeting journalists to silence dissident voices has been on the rise, Akyavas said. “We especially see an increasing trend of attacks by the ultra-nationalist MHP’s leaders and representatives to intimidate journalists, even in response to mild criticism.

“The targeting of Ebru Baki and Haberturk TV is only the latest example of this attitude, which is simply unacceptable coming from a governing alliance party. The MHP leadership must … protect fundamental rights and the safety of journalists, instead of threatening them,” she continued.

Turkey’s withdrawal from the Istanbul Convention — and the protection it provided against domestic violence — in March triggered further threats and violence against women reporters, the CFWIJ report underlined.

Akyavas agrees. “The withdrawal from the Istanbul Convention had been a huge disappointment for women in Turkey fighting for their rights and gender equality. Impunity for crimes and violence against women has become a new norm for the country,” she said, adding that this trend will cease only if Turkish authorities show a genuine will to protect and implement women’s rights.

“Women journalists in Turkey must continue their courageous reporting, as their fundamental rights and freedom of expression were guaranteed and fully protected by the Turkish constitution. At IPI, we will continue our solidarity with them and our support for critical and independent journalism to provide the public with factual, objective news,” Akyavas continued.

The Turkish Journalists’ Association, TGC, released a statement on Thursday criticizing the way women journalists have been targeted by the MHP just because they smiled on air. “Such an attitude targets our colleagues’ safety and security. We call on the government and its partners to respect the law,” it noted.
(Arab News, May 6, 2021)

Police ban journalists from recording police violence

Several journalists were prevented by police from following May Day demonstrations and five were detained while working in the last two weeks, according to bianet's Media Monitoring Database.

Also, courts blocked access to two news portals and the Radio and Television Supreme Council (RTÜK) imposed administrative penalties on two TV channels over political criticism.

A journalist and a columnist were acquitted of charges in two cases, a lawsuit was filed against a journalist and an investigation was opened against another one in two weeks.

Here is a summary of the legal interferences with the news media between April 19 and May 2:
Police ban filming police

On April 30, the Progressive Lawyers' Association (ÇHD) revealed that the Directorate General of Security issued a circular banning recording voices and images of police officers during demonstrations, which it says "violates officers' privacy."

The circular instructs police to prevent people who capture images or voices of police officers during demonstrations and to take legal action against the related people.

Despite objections by lawyers, journalists and opposition politicians, the first application of the instructions came on May Day.

While Yol TV reporter Özge Uyanık was following the May Day demonstrations in the capital city of Ankara, police officers blocked her, threw her phone on the ground and stepped on it.

The moments when police officers blocked Uyanık and threw her phone on the ground:

In İstanbul, Artı TV reporter Sultan Eylem Keleş was prevented by officers while she was filming the violent police response against the people trying to take to Taksim Square.

Police told both journalists that they were acting upon the new circular. Uyanık later filed a complaint against the officers, accusing them of "threat", damaging property" and "misconduct in office."

A total of 40 provincial bar associations across the country have filed cases for the annulment of the circular, citing concerns that it would lead to violation of fundamental rights.

In the last two weeks, five journalists were taken into custody while following two separate events.

On April 19, workers dismissed from the Sinbo home electronics company attempted to hold a press statement in front of the company's factory in Avcılar, İstanbul. Police prevented them and took them into custody. Three journalists were among the detained: Taylan Özgür Öztaş, a reporter for Özgür Gelecek, Serpil Ünal, a reporter for Mücadele Birliği, and Kardelen Yoğungan, a reporter for Kızıl Bayrak.

Öztaş and Yoğungan were released after they gave their statements at the police station. Ünal was released a day later, on April 20, after spending one night at the detention center because of a detention warrant against her over a missing statement as part of an investigation against her due to her social media posts.

On April 26, Artı TV camera operator Bilal Meyveci and Mesopotamia Agency (MA) reporter Enes Sezgin were taken into custody while following the press statement held by the Peoples' Democratic Party (HDP) about the "Kobanî trial," where 108 members of the party are facing an aggravated life sentence.

With their equipment damaged, Meyveci and Sezgin were released a few hours later. 

RTÜK penalties

The RTÜK imposed administrative fines on three TV channels in two weeks.

Main opposition Republican People's Party (CHP) Parliamentary Group Chair Engin Altay appeared as a guest on a discussion program on KRT TV on April 20.

The RTÜK imposed a fine on the broadcaster after concluding that some of Altay's remarks against President Recep Tayyip Erdoğan, his Justice and Development Party (AKP), and judicial institutions were beyond criticism they were humiliating and defaming.

The RTÜK also fined TELE1 TV for a politician's remarks against the ruling party. It stated that Right Party Chair Rifat Serdaroğlu's remarks about the AKP were uttered in a manner of speaking about a terrorist organization, thereby undermining the party's prestige in the eyes of the public.

It said that the related remarks could not be considered within freedom of expression.

The RTÜK also fined Kanal D TV on the grounds that some scenes in the "Camdaki Kız" (Girl at the Window) series were against gender equality and abusive for women.

Access blocks

Judgeships blocked the websites of Mesopotamia Agency (MA) and JinNews. The outlets were blocked for the 31st time and 19th time, respectively.

News portals use different web addresses, usually adding numbers to their names, in order to bypass court bans. After "mezopotamyaajansi31.com" was blocked, MA switched to "mezopotamyaajansi32.com" while JinNews continued on "jinnews20.xyz."

New cases and investigations

Journalist Mustafa Hoş announced that he was summoned to give a statement due to the information that he had given about the murder of Mehmet Mert Bayraktar committed in the 1990s in his book titled Neo Türkiye'nin Panzehiri Hafızadır (The Antidote of the Neo Turkey is Memory).

Eren Tutel, the sports editor of BirGün newspaper, faced a lawsuit for "insulting a public official" as per article 125 of the Turkish Penal Code due to a news report about alleged irregularities in the Turkish Wushu Federation (TWF).

Accepted by the İstanbul 2nd Penal Court of First Instance upon the complaint of TWF Deputy Chair Abdurrahman Akyüz and his daughter Elif Akyüz, the case will begin with the first hearing on September 30, 2021.

Acquittals

A lawsuit was filed against Yeni Yaşam newspaper Editor-in-Chief İnci Aydın on the charge of "propagandizing for a terrorist organization" due to a news report titled "Is a new attack imminent?" published on July 17, 2020.

At the final hearing on April 20, the court board handed down its ruling following the defense statements of the attorneys and ruled for the acquittal of Aydın on the grounds that "the element of the crime did not arise."

An appeals court on April 30 reversed the prison sentence of food engineer Asst. Prof. Bülent Şık, a columnist for bianet, for sharing the results of the Health Ministry's cancer research with the public. His 15-month prison sentence was overturned and Şık was acquitted. Prosecutors later appealed his acquittal.
(BIA,  6 May 2021)

La CEDH condamne la Turquie pour violations de la liberté d'expression

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné mardi la Turquie, pour deux affaires différentes, pour avoir violé la liberté d'expression d'une journaliste et d'une députée.

A l'unanimité dans la première affaire, à la majorité dans la seconde, les juges de l'institution judiciaire du Conseil de l'Europe ont considéré que la Turquie avait violé l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme qui protège la liberté d'expression.

La première requête déposée par Banu Güven, une journaliste connue en Turquie, concerne une injonction provisoire "interdisant la diffusion et la publication (par tous moyens de communication) d'informations relatives à une enquête parlementaire qui portait sur des allégations de corruption dirigées contre quatre anciens ministres" en 2013.

La Cour a considéré que cette injonction "a eu des répercussions importantes dans l'exercice par l'intéressée de son droit à la liberté d'expression sur un sujet d'actualité".

La Turquie a été condamnée à verser 1.500 euros "pour frais et dépens" à la journaliste, qui n'avait pas présenté de demande de dédommagement. Fin 2013, Banu Güven était commentatrice politique et présentatrice du journal télévisé sur la chaîne de télévision nationale IMC-TV. A l'automne 2016, cette chaîne, qui défendait les droits de la minorité kurde, avait été fermée en direct, dans le cadre de l'état d'urgence instauré après le putsch manqué de juillet 2016.

Dans la seconde affaire, la Turquie a été condamnée à verser 5.000 euros pour dommage moral et 4.000 euros pour frais et dépens à la députée du parti prokurde HDP Filiz Kerestecioglu Demir, dont l'immunité parlementaire a été levée en 2016 dans le cadre d'une réforme constitutionnelle. Celle-ci fait toujours l'objet de poursuites pénales en Turquie pour sa participation en février 2016 à une réunion politique, où auraient été scandés des slogans jugés "provocateurs" par la police.

Cette réforme de la constitution "avait pour but de limiter le discours politique des parlementaires" dans un contexte "de lutte contre le terrorisme", explique la CEDH dans un communiqué.

La Turquie est régulièrement condamnée par la CEDH pour des violations des droits humains, commises notamment après la tentative de coup d'Etat de juillet 2016, qui a été suivie d'importantes purges dans l'armée, la justice, les médias et les ONG.
(AFP, 4 mai 2021)

Kurdish Question / Question kurde

Des dizaines de manifestants pro-PKK détenus au Kurdistan irakien

Plusieurs dizaines de manifestants irakiens pro-Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sont détenus depuis dimanche pour avoir manifesté contre une nouvelle incursion anti-PKK de l'armée turque au Kurdistan d'Irak, a indiqué mercredi à l'AFP un responsable.

Dimanche, "54 manifestants ont été arrêtés lors de ce rassemblement à Souleimaniyeh", dans le sud du Kurdistan irakien, organisé au lendemain d'intenses bombardements aériens et d'une incursion d'Ankara contre le PKK, qu'elle considère comme une organisation "terroriste", dans le nord kurde frontalier de la Turquie, a rapporté Mohammed Abdallah.

L'homme, chef du Mouvement pour la liberté de la société du Kurdistan, un parti proche du PKK, a affirmé que parmi les personnes interpellées par la police locale --dont "un journaliste et neuf femmes"--, certaines avaient subi "des violences, des coups et des insultes de la part des forces de l'ordre".

Le journaliste, Rebaz Hassan, de l'agence d'information pro-PKK Firat, a été relâché, ainsi que 15 autres manifestants, "les autres sont toujours en détention", a-t-il ajouté.

Le Kurdistan irakien est régulièrement pointé du doigt par les défenseurs des droits humains qui dénonce arrestations arbitraires, violations de la liberté de manifestation et atteintes régulières à la liberté de la presse.

A Souleimaniyeh, l'an dernier, des manifestations contre la vie chère et les autorités qui n'ont pas payé leurs fonctionnaires depuis des mois ont mené à la mort de huit protestataires, parfois des adolescents dont les familles attendent encore justice, et des dizaines d'arrestations.

Le PKK, qui refuse de reconnaître le gouvernement kurde irakien et milite pour un Kurdistan unifié à cheval sur la Syrie, la Turquie, l'Irak et l'Iran, est autant l'ennemi d'Ankara que d'Erbil.

La Turquie, qui a de facto installé une dizaine de bases militaires depuis 25 ans au Kurdistan irakien, bombarde régulièrement dans les zones montagneuses du nord de l'Irak des bases arrières du PKK, qui livre depuis 1984 une sanglante guérilla sur le sol turc ayant fait plus de 40.000 morts.

Régulièrement, Bagdad proteste, mais Ankara répète qu'elle entend "s'occuper" du PKK dans ces régions si Bagdad n'est "pas en mesure de le faire".
(AFP, 28 avril 2021)

Kobanê Trial of 108 HDP leaders adjourned to May 3

The start of the trial against leading politicians of the HDP in Ankara has been postponed for a week following fierce protests by the defendants and lawyers. The indictment was read out in the absence of the defense.

The first day of the hearing in the "Kobanê trial" against leading politicians of the Peoples' Democratic Party (HDP) in Ankara was accompanied by fierce protests by the defendants and the defense. A summary of the 3530-page indictment was read out in the absence of the defense. Requests for recusation were rejected, and the trial was adjourned until May 3.

108 defendants, 28 in custody, stand trial in the Kobane Case, the first hearing of which was held at the Sincan Prison Complex today. Some of the defendants were present in the hearing room, while other prominent politicians, such as former HDP co-chairs Fiğen Yüksekdağ and Selahattin Demirtaş, attended via video conferencing system SEGBİS.

Already at the beginning of the hearing there were tumultuous scenes because some of the lawyers were not allowed into the courtroom. The protests continued during the reading of the indictment. The defendants, who attended the hearing via SEGBİS, held up slips of paper to the camera to say that their sound had been cut off. When the defense demanded speaking rights for the defendants and the request was rejected, the lawyers left the hearing room in protest.

Kurdish politician Sebahat Tuncel, who has been imprisoned since 2016, demanded recusation because the indictment was unlawfully read out in the absence of the defense. Fiğen Yüksekdağ and Selahattin Demirtaş also requested recusation with their own reasons. Demirtaş demanded respect for the HDP as the third largest party in Turkey and stated that he was not participating in the trial as a defendant, but to accuse.

Since it was not possible to continue the trial with the scheduled defense of the defendants, the session was closed and adjourned until May 3 at 9:30 a.m.

Background: Accused for solidarity with Kobanê

Accused in the trial are 108 figures from politics, civil society and the Kurdish liberation movement who are accused of terror crimes and murder in dozens of cases in connection with the protests during the IS attack on Kobanê in October 2014. For former HDP co-chair Selahattin Demirtaş alone, the Chief Public Prosecutor’s Office is demanding up to 15,000 utopian years in prison. 28 of the defendants are imprisoned.

The Kobanê trial was triggered by a post by the HDP Executive Council on Twitter, which was written during an emergency meeting and, in addition to showing solidarity with the Kobanê city in West Kurdistan encircled by the IS, also called for an open-ended protest against the Turkish government for not ending its support for IS. The Twitter post in question read: "Urgent call to our peoples [...]! The situation in Kobanê is extremely critical. We call on our peoples to take to the streets and support those who are already on the streets to protest against the attacks of IS and against the embargo of the AKP government."

Dozens dead, hundreds injured

In the course of the uprising, street battles broke out in many cities between security forces and paramilitary units such as village guards and supporters of the radical Islamist Hezbollah and the demonstrators. The number of people killed, most of whom were participants in the uprising, varies between 46 (IHD) and 53. The government speaks of only 37 dead. Many of them were killed by shots fired by security forces. According to a report by the Human Rights Association (IHD), 682 people were injured during the protests. At least 323 people were arrested. In the course of the uprising, there were also arson attacks on stores as well as public facilities. The government holds the HDP responsible for the incidents.

ECtHR considers call as political speech

The Chief Public Prosecutor’s Office in Ankara interprets the HDP headquarters' Twitter post as a call to violence. According to the Grand Chamber of the European Court of Human Rights (ECtHR), there is no evidence to support this assumption. In December, the Court found that the post was "within the bounds of political speech." To that extent, the tweet could not be construed as a call to violence, the chamber ruled, calling for the immediate release of the former HDP co-chairman.

ANF articles as prosecution evidence

Among other things, ANF articles about the political activities of the defendants as well as their statements and interviews are used as evidence in the 3530-page indictment. A total of 413 pages have been devoted to ANF reporting. Another 62 pages deal with the "structures of PKK/KCK," on whose instructions Selahattin Demirtaş is alleged by the chief public prosecutor to have made several statements, including after a visit to Kobanê on September 30, 2014.

The defendants in the Kobanê trial

The 108 defendants standing trial in Kobanê Case are: Figen Yüksekdağ, Sebahat Tuncel, Selahattin Demirtaş, Selma Irmak, Sırrı Süreyya Önder, Gülfer Akkaya, Gülser Yıldırım, Gültan Kışanak, Ahmet Türk, Ali Ürküt, Alp Altınörs, Altan Tan, Ayhan Bilgen, Nazmi Gür, Ayla Akat Ata, Aysel Tuğluk, Ibrahim Binici, Ayşe Yağcı, Nezir Çakan, Pervin Oduncu, Meryem Adıbelli, Mesut Bağcık, Bircan Yorulmaz, Bülent Barmaksız, Can Memiş, Cihan Erdal, Berfin Özgü Köse, Günay Kubilay, Dilek Yağlı, Emine Ayna, Emine Beyza Üstün, Mehmet Hatip Dicle, Ertuğrul Kürkçü, Yurdusev Özsökmenler, Arife Köse, Ayfer Kordu (Besê Erzincan), Aynur Aşan, Ayşe Tonğuç, Azime Yılmaz, Bayram Yılmaz, Bergüzar Dumlu, Cemil Bayık, Ceylan Bağrıyanık, Cihan Ekin, Demir Çelik, Duran Kalkan, Elif Yıldırım, Emine Tekas, Emine Temel, Emrullah Cin, Engin Karaaslan, Enver Güngör, Ercan Arslan, Fatma Şenpınar, Fehman Huseyn (Bahoz Erdal), Ferhat Aksu, Filis Arslan, Filiz Duman, Gönül Tepe, Gülseren Törün, Gülten Alataş, Gülüşan Eksen, Gülüzar Tural, Güzel Imecik, Hacire Ateş, Hatice Altınışık, Hülya Oran (Besê Hozat), Ismail Özden (Zekî Şengalî, on 15. August 2018 in Şengal in a targeted attack by the Turkish Air Force), Ismail Şengül, Kamuran Yüksek, Layika Gültekin, Leyla Söğüt Aydeniz, Mahmut Dora, Mazhar Öztürk, Mazlum Tekdağ (killed in a Turkish airstrike in Medya Defense Zones on 1 October 2019), Abdulselam Demirkıran, Mehmet Taş, Mehmet Tören, Menafi Bayazit, Mizgin Arı, Murat Karayılan, Mustafa Karasu, Muzaffer Ayata, Nazlı Taşpınar (Emine Erciyes), Neşe Baltaş, Nihal Ay, Nuriye Kesbir (Sozdar Avesta), Remzi Kartal, Rıza Altun, Ruken Karagöz, Sabiha Onar, Sabri Ok, Salih Akdoğan, Salih Muslim, Salman Kurtulan, Sara Aktaş, Sibel Akdeniz, Şenay Oruç, Ünal Ahmet Çelen, Yahya Figan, Yasemin Becerekli, Yusuf Koyuncu, Yüksel Baran, Zeki Çelik, Zeynep Karaman, Zeynep Ölbeci and Zübeyir Aydar.
(ANF, 26 Apr 2021)


Nouveau raid de l'armée turque dans le nord de l'Irak

L'armée turque a effectué une nouvelle opération terrestre et aérienne contre des bases de séparatistes kurdes du PKK dans le nord de l'Irak, ont annoncé samedi des responsables officiels et des chaînes de télévision.

D'après des médias turcs, des commandos sont arrivés à bord d'hélicoptères dans la région de Metina pendant que des avions bombardaient des cibles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation considérée comme terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux.

"Des commandos héroïques des forces armées turques héroïques sont dans le nord de l'Irak", a de son côté déclaré dans un tweet le ministère turc de la Défense, sans préciser le nombre des militaires impliqués dans ce raid.

La télévision turque a montré des parachutistes en train de sauter d'hélicoptères et des soldats en tenue de camouflage tirant au fusil.

Dans une allocution télévisée, le ministre de la Défense, Hulusi Akar, a précisé que cette attaque avait commencé vendredi après-midi et que les commandos étaient appuyés par des drones et des hélicoptères de combat.

Le président Recep Tayyip Erdogan, qui s'exprimait dans une liaison vidéo avec le centre de commandement de cette opération, a quant à lui souligné que l'objectif était de "complètement mettre fin à la présence de la menace terroriste (...) le long des frontières méridionales" de la Turquie.

"Il n'y a aucune place pour un groupe terroriste séparatiste dans l'avenir de la Turquie, de l'Irak ou de la Syrie", a-t-il ajouté.

"Nous continuerons à combattre jusqu'à ce que nous ayons éradiqué ces bandes de meurtriers, qui ne provoquent que des larmes et des destructions", a encore dit le chef de l'Etat turc.

La Turquie procède régulièrement à des attaques dans les zones montagneuses du nord de l'Irak contre les bases arrière du PKK, qui livre depuis 1984 une sanglante guérilla sur le sol turc ayant fait plus de 40.000 morts.

Ces raids suscitent des tensions avec le gouvernement irakien, mais M. Erdogan répète que son pays entend "s'occuper" du PKK dans ces régions si Bagdad n'est "pas en mesure de le faire".

L'armée turque avait également déclenché le 10 février une opération contre cette organisation dans le nord de l'Irak.
(AFP, 24 avril 2021)


Minorités / Minorities

Le parlement létton reconnaît le génocide arménien

Tigran Mkrtchyan, ambassadeur d’Arménie en Lettonie, annonce sur sa page Facebook que le parlement de ce pays, la Saeima, a voté la reconnaissance du génocide avec les voix de 58 députés sur 100 inscrits.

« Ce qui était difficile à imaginer il y a des années est devenu une réalité aujourd’hui. C’est le résultat du travail acharné de ces dernières années, où l’utilisation de la quasi-totalité de l’arsenal de la diplomatie joué un rôle essentielle : contacts politiques intensifs, diplomatie parlementaire, diplomatie culturelle (c’était le plus visible, c’était aussi très important), implication communautaire de l’Église apostolique arménienne (qui était la plus longue). և postmoderne). « Tout cela, ainsi que les changements dans certains des aspects de notre travail ces dernières années, ont conduit à ce résultat », a écrit l’ambassadeur.

Il rappelle que le 24 avril 2020, deux forces du Parlement letton, membres de la coalition au pouvoir, les partis « Nouveaux conservateurs » et « Oui au développement », avaient déjà fait des déclarations condamnant le génocide arménien. « A l’initiative de la plupart des représentants de ces forces, ainsi que du parti » Accord « , le processus de reconnaissance du génocide arménien a commencé en février 2021, à la suite de quoi une résolution-déclaration a été soumise le 23 avril. Le 29 avril, le projet de résolution a été reporté d’une semaine avec des objections. La version amendée de la résolution a été proposée par le Comité permanent des relations extérieures, qui a également fait l’objet de discussions approfondies, qui a également mené des travaux parallèles dans ce sens au cours des deux derniers mois », a déclaré Tigran Mkrtchyan, remerciant les parlementaires lettons qui y ont contribué.

« Je m’incline devant tous les » députés « de toutes les forces politiques du parlement letton qui ont voté en faveur de la résolution de cette question cruciale pour le peuple arménien en Lettonie », a écrit le diplomate. (armenews.com, 6 mai 2021)


Prof. Baskın Oran's book on minorities and minority rights in Turkey


Prof. Baskın Oran's book titled Minorities and Minority Rights in Turkey has been published by Lynne Rienner Publisher in the United States.

It is a revised and updated version of "Etnik ve Dinsel Azınlıklar: Tarih, Teori, Hukuk, Türkiye",  published by Literatür in 2018 in Turkey.

Baskın Oran is professor emeritus of international relations at Ankara University. An outspoken activist, his challenges to the ideology and practices of Turkish state institutions have led to numerous reprisals, but he continues to advocate for human rights.
The collapse of the multiethnic, multireligious, and multilingual Ottoman Empire after World War I led to the establishment of several nation-states, with enormous repercussions for the empire’s minority populations.

Baskın Oran focuses on religious and ethnic minorities in the Republic of Turkey—home for centuries to Alevites, Armenians, Greeks, Jews, Kurds, Syriacs, and more—to provide a comprehensive analysis encompassing the Ottoman era to the present.

CONTENTS:

• Ethnic and Religious Minorities: A Conceptual Framework.
• Minorities in the Ottoman Empire.
• Minorities in the Republic of Turkey.
• Turkey’s Obligations Under International Law.
• Minorities in Turkey’s Laws and Legal Structures.
• Legislative Reforms, Resistance, and Reversals.
• The Ideological Foundations of Repression and Discrimination.
• The Implications of Persistent Rights Violations

L'ambassadeur turc essaie de censurer La Libre Belgique

A l'occasion du 106e anniversaire du génocide des Arméniens de 1915, La Libre Belgique avait publié le 24 avril 2021 un article de Nicolas Tavitian, président du Comité des Arméniens de Belgique: La complaisance de l’Europe envers Erdogan est suicidaire.

Le 26 avril 2021, M. Dorian de Meeûs, rédacteur en chef de La Libre Belgique, a publié un édito intitulé "Le génocide arménien en a inspiré un autre. Dites-le à vos enfants..." qui fait l'appel suivant:

"Ce génocide a existé. Resté impuni, il en a inspiré un autre. Dites-le à vos enfants… car nos écoles ne l’évoquent pas. La négation de ce génocide n’est même pas condamnable dans notre pays. Le Parlement belge ne l’a pas jugé nécessaire. Et pourtant."

Selon les médias turcs en Belgique, l'Ambassadeur de l'Etat turc Hasan Ulusoy a envoyé à La Libre Belgique un long message d'indignation contre les articles de Nicolas Tavitian et Dorian de Meeûs.

Qui est plus, après avoir utilisé tous les arguments négationnistes de l'Etat turc, comme il est une de pratiques quotidiennes du régime d'Ankara, l'ambassadeur turc essaie de censurer le contenu de La Libre Belgique en ces termes : "Au vu de ce qui précède, nous demandons à votre journal de ne plus autoriser de telles publications au service de la propagande et sur la base de récits historiques biaisés."

L'ÉDITO DU RÉDACTEUR EN CHEF DE LA LIBRE BELGIQUE

Le génocide arménien en a inspiré un autre. Dites-le à vos enfants...

Dorian de Meeûs, 26 avril 2021

"Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. Ne pas nommer les choses, c’est nier notre humanité." Cette expression sonne tellement juste lorsqu’on évoque le génocide arménien et la souffrance inconsolable de tout un peuple. Joe Biden est le premier président des États-Unis à qualifier de "génocide" la mort entre 1915 et 1917 d’un million et demi d’Arméniens massacrés par l’Empire ottoman. Le Congrès américain l’avait déjà fait, mais Donald Trump ignora ce vote afin de préserver ses bonnes relations avec Ankara.

Le génocide arménien est pourtant reconnu comme un fait historique incontestable par de très nombreux historiens et une trentaine de pays, dont la Belgique, mais il reste vigoureusement démenti par la Turquie. Celle-ci, issue du démantèlement de l’empire en 1920, admet des massacres, mais récuse le terme de "génocide", évoquant une guerre civile et une grande famine en Anatolie. Pourtant, la campagne d’extermination de chrétiens, qui représentaient 20 % de la population de l’empire en 1915, était aussi atroce que systématique : rafles, déportations par convois ferroviaires, camps de concentration, marches de la mort, famines, massacres de masse… Le tout, sans trop émouvoir des pays occidentaux focalisés sur la Première Guerre mondiale. Vu le lourd bilan de ce génocide, sa recette a inspiré l’Allemagne nazie dans l’élaboration de sa Solution finale contre les Juifs. Si le devoir de mémoire avait eu lieu, le régime d’Hitler aurait sans doute eu plus de mal à utiliser les mêmes infrastructures 25 ans plus tard.

Ce passé reste un tabou en Turquie. Personne ne reprochera pourtant au gouvernement d’Erdogan ou à la population turque la moindre responsabilité dans les crimes perpétrés à l’époque par les Jeunes-Turcs. Ce déni permanent démontre une incapacité à remettre en cause le passé, alors que l’Allemagne est parvenue à le faire dans la dignité.

Ce génocide a existé. Resté impuni, il en a inspiré un autre. Dites-le à vos enfants… car nos écoles ne l’évoquent pas. La négation de ce génocide n’est même pas condamnable dans notre pays. Le Parlement belge ne l’a pas jugé nécessaire. Et pourtant.

La déclaration négationniste de l'Assemblée nationale turque

Une déclaration préparée par le président de la Grande assemblée nationale de Turquie, Mustafa Şentop, contre les déclarations du président américain Biden reconnaissant le génocide arménien a été adoptée à la séance plénière avec les votes de quatre partis politiques, AKP, MHP, CHP et IYIP .

Cette décision négationniste a été rejetée par le HDP .

Ainsi, quatre partis principaux dirigés par Erdogan, Bahçeli, Kılıçdaroğlu et Akşener, qui ont soutenu les opérations d'invasion de l'armée turque dans le nord de la Syrie et dans le Haut-Karabakh, ont une fois de plus démontré à quel point ils sont réunis dans la négation du génocide arménien. (Info-Türk, 28 avril 2021)

Dans la reconnaissance des génocides, Washington à géographie variable

Lorsqu'en 1994 près de 800.000 personnes, principalement des Tutsis, ont été massacrées au Rwanda sur une période de 100 jours, les Etats-Unis avaient hésité à qualifier l'événement de génocide, lui préférant le terme plus édulcoré d'"actes de génocide".

Cette année, en l'espace de quelques mois, Washington a utilisé cette qualification à deux reprises. Les Etats-Unis ont ainsi d'abord accusé Pékin de génocide contre les Ouïghours et d'autres populations principalement turcophones musulmanes, puis la semaine dernière, ont également reconnu comme un génocide le massacre d'Arméniens par l'Empire ottoman entre 1915 et 1917. La Turquie rejette cette qualification et faisait pression depuis plusieurs années sur les Etats-Unis pour empêcher cette reconnaissance.

Les deux décisions se sont attiré les faveurs de plusieurs groupes de défense des droits humains, mais des experts doutent de la future constance de Washington sur la question des génocides à travers le monde, ou que ces déclarations se traduisent par de l'action.

"C'est un pas en avant dans la dénonciation des atrocités pour ce qu'elles sont", affirme James Waller, directeur des programmes académiques à l'Institut d'Auschwitz pour la prévention des génocides et des atrocités de masse.

"Je ne sais pas, en revanche, si elles constituent le signal d'un changement, vers une volonté plus universelle de prendre position sur des événements qui pourraient être interprétés comme génocidaires", nuance celui qui est également professeur au Keene State College du New Hampshire, dans le nord-est des Etats-Unis.

"Je pense toujours que cela va se faire sur la base du cas-par-cas, et que cela sera dicté en fonction de décisions politiques", ajoute-t-il.

- Termes alternatifs -

Les Etats-Unis n'ont ainsi pas utilisé le terme de génocide pour la situation des Rohingyas, une population principalement musulmane en Birmanie, où près de 750.000 d'entre eux se sont exilés vers le Bangladesh voisin, expliquant fuir les destructions de villages, les tueries et les viols de masse.

Pour James Waller, cette réticence de Washington s'explique par les attentes placées dans le dialogue avec le gouvernement démocratique qui prenait corps en Birmanie, jusqu'au putsch de février.

Les Etats-Unis ont préféré le terme de "nettoyage ethnique" en Birmanie, de même que plus récemment dans la région éthiopienne du Tigré.

Selon Ernesto Verdeja, un expert sur la question des génocides à l'université américaine de Notre Dame, l'idée générale autour de la notion de génocide reste fermement liée aux spécificités de l'Holocauste, même si sa définition légale est plus universelle.

"Il existe toujours une tendance à voir un génocide comme un plan parfaitement conçu de destruction intentionnelle", et quand la violence ne rentre pas dans le cadre pré-conçu, beaucoup "balaient cela d'un revers de la main: +ce n'est pas un génocide, c'est quelque chose d'autre+".

"Pour le Rwanda, ils ont parlé de +haine tribale+. Pour la Bosnie, ils ont parlé de +haines ethniques anciennes+", soutient-il.

Il dénonce ainsi les "connotations racistes" et les "présomptions coloniales" d'un tel mode de pensée.

- "Une obligation" -

Pour Ernesto Verdeja, si en tant qu'Etat vous qualifiez une situation de génocide, "vraisemblablement vous avez une obligation de faire quelque chose à ce propos".

Aux Etats-Unis, plusieurs campagnes de pression ont permis d'aboutir à de telles qualifications.

L'ancien président George W. Bush avait décrit la campagne de terre brûlée opérée par le Soudan au Darfour comme un génocide. Et Barack Obama avait affirmé que le groupe Etat islamique perpétrait également un génocide contre les chrétiens, les Yazidis, et les musulmans chiites.

Pour le Xinjiang, la décision de Washington est intervenue après une campagne venant d'élus des deux partis. Ils ont mis en avant certains rapports affirmant que Pékin limitait les naissances au sein de la minorité ouïghoure, l'une des composantes de la définition comprise dans la Convention sur le génocide de 1948.

Pour certains détracteurs de la décision, celle-ci reflète une politisation de la situation, en raison de l'absence de preuves de l'existence de tueries de masse.

"Bien que les Chinois répriment sévèrement les Ouïghours, le niveau d'atrocités est loin d'atteindre ce que le terme de génocide représente en matière d'histoire, d'idées, et de bon sens", affirme Michael O'Hanlon un chercheur à la Brookings Institution, qui considère en revanche que la décision de reconnaissance du génocide arménien est bien-fondée.

Pour James Waller, qui, à l'instar d'Ernesto Verdeja, considère qu'un génocide se déroule au Xinjiang, le problème principal n'est pas de définir un génocide mais de l'empêcher.

"Je pense vraiment que le gouvernement américain se tourne de nouveau vers la reconnaissance du rôle que nous pouvons jouer en aidant à construire des sociétés fortes, qui seraient résistantes au génocide, plutôt que de simplement faire face au feu une fois qu'il a été allumé", considère-t-il.
(AFP, 28 avril 2021)

MP Garo Paylan threatened by nationalist lawmaker over genocide remarks

Independent MP Ümit Özdağ has threatened Peoples' Democratic Party (HDP) deputy Garo Paylan over his remarks about the Armenian Genocide.

On April 24 Genocide Remembrance Day, Paylan complained that there are still streets and schools that are named after Talat Pasha, who was the Ottoman Empire's minister of interior during the genocide.

"After 106 years, we walk on streets named after Talat Pasha, the architect of the Genocide. We educate our children at schools named after Talat Pasha," he wrote on Twitter. He likened the situation to naming schools and streets after Hitler in Germany.

Quoting his tweet, Özdağ wrote, "Impudent provocateur man. If you are not content, go to hell. Talat Pasha didn't expel patriotic Armenians but those who stabbed us in the back like you. When the time comes, you'll also have a Talat Pasha experience and you should have it." (BIA, 27 April 2021)

Genocide investigation against Diyarbakır Bar Association

An investigation has been launched against the Diyarbakır Bar Association over its statement "We share the grief for the Great Calamity".

Released on April 24 Armenian Genocide Remembrance Day, the statement is now facing an investigation by the Diyarbakır Chief Public Prosecutor's Office. Accordingly, the Bar Association Chair and the members of its executive board are charged with "degrading the Turkish Nation, the State of the Republic of Turkey, the institutions and bodies of the state."

Diyarbakır Bar Association Chair Nahit Eren has made a brief statement about the investigation on his social media account.

"Defending the freedom of expression of everyone to the end, the Diyarbakır Bar Association will not restrict its own freedom of expression due to pressures and investigations," Eren has said, adding:

"We will keep on defending our statements befitting our values in a manner befitting the same historical values."

'We share the grief for Great Calamity'

In its statement facing an investigation, the Diyarbakır Bar Association shared brief information about what happened on April 24, 1915 and its aftermath, reminding the public that "since then, this dark day has been called 'Medz Yeghern' or 'Great Calamity' by the Armenian community."

Further in its statement, the Diyarbakır Bar said that "the State, Government and bureaucracy of Turkey, on every April 24, disregard the darkness of 'Great Calamity', while keeping a tally of who defines this calamity in what words and having a fight with the truth."

Reminding the public about the investigations and prosecutions faced by the Bar itself over its previous statements on April 24, the statement has read, "In fact, no matter how we call this calamity and sorrow, they do not change depending on what we call them."

The Diyarbakır Bar Association noted that the incident is called "Medz Yeghern" by the victims, "Fermana Fılla" by the older generations or "genocide", a word coined by lawyer Raphael Lemkin from Poland, who was "inspired by what was done to the Armenian people."

Against this backdrop, the Bar made a call to start a process "to reveal the truth" so that "the crime committed against the Armenian people and denied could be faced and the souls of the Armenian neighbors scattered all across the world could find peace."

Concluding its statement, the Diyarbakır Bar "remembered the victims of Medz Yeghern, Fermana Fılla and Great Calamity with respect and shared the sorrow of Armenian people one more time."

Bar prosecuted for the same reason before

The Diyarbakır Bar Association held a press statement in front of the Tahir Elçi Conference Hall on April 5 Lawyers' Day and shared its report regarding the judicial pressures on lawyers with the public.

According to the data shared in the report, "taken together with the Bar Association Chair and Executive Board members on duty in the 2016-2020 period, at least 69 lawyers from the Bar faced at least 78 investigations due to their institutional and professional activities in 2020."

Some of these legal proceedings were launched into the Diyarbakır Bar Association's statements about April 24:

"An investigation was launched against Ahmet Özmen, who was the chair of the bar association in the period of 2016 and 2018, and the then Executive Board Members on the grounds of the statement titled 'We Share the Unrelieved Sorrow of the Armenian People' dated April 24, 2018; upon the permission of investigation given by the Justice Ministry, a lawsuit was filed on charges of 'publicly provoking the public to hatred and hostility' and 'degrading the Grand National Assembly of Turkey and the Turkish Nation'. While these two lawsuits were merged later on; the lawsuit is still ongoing.

"The Diyarbakır Bar, on April 24, 2020, released a written statement on '1915 Armenian Deportation' on its website and social media accounts. Over the statement published on the website of the Diyarbakır Bar on April 24, 2020 regarding the genocide committed against the Armenian People, an investigation was launched against the Diyarbakır Bar Chair and Executive Board Members by the Diyarbakır Chief Public Prosecutor's Office." (BIA, 27 April 2021)

Les arméniens en Turquie font profil bas après la reconnaissance du génocide

Chauffée à blanc par les médias progouvernementaux, l'opinion publique en Turquie est très remontée contre les Etats-Unis depuis la reconnaissance, samedi, du génocide arménien par Joe Biden. Craignant de devenir la cible de cette colère, la petite communauté arménienne fait profil bas.

Pour les Arméniens, la reconnaissance comme génocide par la première puissance mondiale de la mort d'un million et demi de leurs ancêtres massacrés par l'Empire ottoman en 1915 représente un moment historique, mais, pour Ankara, M. Biden travestit l'Histoire sous l'influence de lobbies pro-arméniens hostiles à la Turquie.

La Turquie, issue du démantèlement de l'Empire ottoman en 1920, reconnaît des massacres, mais récuse le terme de génocide, évoquant une guerre civile en Anatolie, doublée d'une famine, dans laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

Dans un pays où le sentiment nationaliste est exacerbé et où le terme "génocide" est rejeté à la fois par le pouvoir et les principaux partis d'opposition, peu osent aller à l'encontre de la version officielle.

"La discrétion fait partie de notre mode de vie", confie un jeune Turc arménien qui, comme d'autres membres de cette communauté interrogés par l'AFP, préfère rester anonyme pour ne pas mettre ses affaires en péril.

Ce commerçant affirme que les Arméniens de Turquie, quelque 60.000 au total, se retrouvent livrés à la vindicte populaire à chaque fois que la question du génocide revient dans le débat.

- "Climat de tension" -

Ils s'étaient déjà retrouvés sous pression l'année dernière pendant le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au Nagorny Karabakh lors duquel la Turquie avait pris fait et cause pour Bakou et lui avait apporté un soutien militaire qui lui avait permis de mettre en déroute les forces arméniennes.

"On est élevé, quand on est enfants, dans l'idée qu'il ne faut pas parler arménien dans la rue. On nous a appris à appeler nos mères avec le terme turc +anne+ et ne pas dire +mama+", explique le jeune homme d'affaires.

"En Turquie, il y a des divergences sur tout, mais lorsqu'il s'agit de la question arménienne, tout le monde est uni", ajoute-t-il.

Selon Yetvart Danzikyan, rédacteur en chef d'Agos, l'hebdomadaire de la communauté arménienne de Turquie, "le climat de tension" est palpable tous les ans à l'approche du 24 avril, jour de la commémoration des massacres de 1915.

"Ce climat est nourri par la dureté de la position (de la Turquie) qui va jusqu'à faire porter aux Arméniens la responsabilité de ce qui s'est passé", dit-il à l'AFP.

Réagissant aux déclarations de M. Biden, le chef du service de communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a affirmé mardi sur Twitter que "travestir l'Histoire encourage l'extrémisme arménien", rappelant l'assassinat dans les années 1970 et 1980 de diplomates turcs par des activistes de la cause arménienne.

- "Vivre ma culture" -

Pour M. Danzikyan, ce genre de remarques s'apparente à une sorte de campagne de pression destinée à faire taire les voix arméniennes. "Comment une communauté qui a vécu sous pression pendant des décennies peut-elle prendre la parole"?, interroge-t-il.

La préoccupation des Arméniens de Turquie a redoublé depuis l'assassinat, en 2007 à Istanbul, de Hrant Dink, charismatique rédacteur en chef d'Agos.

Le journaliste oeuvrait à la réconciliation entre Turcs et Arméniens, mais les nationalistes turcs lui reprochaient de parler ouvertement du génocide arménien.

En gardant un profil bas, la communauté arménienne de Turquie cherche à se protéger, en pensant à son avenir dans un pays où "le discours de haine est glorifié", estime l'ancienne députée turque arménienne Selina Dogan.

Les Arméniens s'effacent "pour maintenir leur présence dans le pays", dit Mme Dogan, aujourd'hui membre du conseil municipal d'un district de la rive européenne d'Istanbul où vivent de nombreux Arméniens.

D'après elle, cette communauté est peu représentée sur la scène politique "en raison de la discrimination dont nous sommes victimes depuis des décennies".

Paramaz Mercan, un Turc arménien qui habite dans la ville à majorité kurde de Diyarbakir, dans le sud-est du pays, dit avoir essayé d'expliquer les sentiments de sa communauté dans la presse, mais en vain.

"Parfois, je parle aux médias. Une fois, j'ai même exprimé le désir de vivre ma propre culture. Cela a suscité des commentaires appelant à ma déportation", regrette le quinquagénaire.
(AFP, 27 avril 2021)

Commémorations 2021 du Génocide des Arméniens à Bruxelles

Les mesures sanitaires actuellement en place ne permettant pas les gros rassemblements cette année encore, la commémoration du 106ième anniversaire du Génocide des Arméniens a eu lieu le 24 avril 2021 devant le monument au square Henri Michaux avec la participation de plusieurs personnalités politiques belge.

D'ailleurs, une action silencieuse au quartier européen a dénoncé le silence assourdissant de l'Union Européenne et exige la libération des prisonniers de guerre arméniens toujours illégalement détenus par les autorités azerbaïdjanaise.

Le 24 avril, Dogan Özgüden a envoyé au Comité des Arméniens de Belgique le message suivant:

"Malheureusement, je n'ai pu participer à la commémoration de ce jour.

"Ma pensée et mon cœur sont toujours avec vous.

"A cette occasion, je partage la campagne contre le régime d’Aliyev et le formidable article "La complaisance de l’Europe envers Erdogan est suicidaire", écrit par Nicolas Tavitian et publié hier par La Libre Belgique.

"Je salue la détermination exemplaire de mes ami(e)s arménien(ne)s de poursuivre la lutte juste contre le négationnisme de l’Etat turc et ses alliés, non seulement en Azerbaïdjan, mais malheureusement dans certains milieux européens."


Le président Joe Biden a reconnu le génocide arménien

Joe Biden a reconnu samedi le génocide arménien, devenant le premier président des Etats-Unis à qualifier ainsi la mort d'un million et demi d'Arméniens massacrés par l'Empire ottoman en 1915.

Son homologue turc Recep Tayyip Erdogan a immédiatement réagi en dénonçant "la politisation par des tiers" de ce débat, dans un message adressé au patriarche arménien à Istanbul. La Turquie n'a "de leçons à recevoir de personne sur son histoire", a surenchéri son ministre des Affaires étrangères.

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a de son côté salué une "mesure très forte envers la justice et la vérité historique" dans un message sur Facebook.

Le génocide arménien est reconnu par plus de vingt pays et par de nombreux historiens mais il est vigoureusement contesté par la Turquie.

"Les Américains honorent tous les Arméniens ayant péri dans le génocide qui a commencé il y a 106 ans aujourd'hui", a écrit Joe Biden dans un communiqué.

"Nous affirmons l'histoire. Nous ne faisons pas cela pour accabler quiconque mais pour nous assurer que ce qui s'est passé ne se répètera jamais", a-t-il ajouté.

Le président démocrate, qui avait promis pendant sa campagne électorale de prendre l'initiative sur ce dossier, a informé vendredi de sa décision son homologue turc dans une conversation téléphonique.

Les deux dirigeants ont convenu de se rencontrer en juin en marge du sommet de l'Otan à Bruxelles.

Au téléphone avec le chef de l'Etat turc, le locataire de la Maison Blanche a exprimé sa volonté de bâtir une "relation bilatérale constructive", selon le bref compte-rendu américain qui évoque la nécessité d'une "gestion efficace des désaccords".

- "Honorer les victimes" -

Il s'agit d'"honorer les victimes, pas d'accabler qui que ce soit", a insisté une responsable américaine, sous couvert de l'anonymat. "Nous continuons de considérer la Turquie comme un allié crucial au sein de l'Otan", a-t-elle ajouté.

Sans citer explicitement les Etats-Unis, le président turc avait dès jeudi adressé une mise en garde à peine voilée à Washington.

Au cours d'une réunion avec des conseillers, il a prévenu qu'il continuerait à "défendre la vérité contre ceux qui soutiennent le mensonge du soi-disant +génocide arménien+ (...) à des fins politiques".

Malgré des années de pressions de la communauté arménienne aux Etats-Unis, aucun président américain ne s'était jusqu'ici risqué à fâcher Ankara.

Le Congrès américain a reconnu le génocide arménien en décembre 2019 à l'occasion d'un vote symbolique, mais Donald Trump, qui entretenait d'assez bonnes relations avec Recep Tayyip Erdogan, avait refusé d'utiliser ce mot, parlant seulement d'"une des pires atrocités de masse du XXe siècle".

Les Arméniens estiment qu'un million et demi des leurs ont été tués de manière systématique pendant la Première Guerre mondiale par les troupes de l'Empire ottoman, alors allié à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie. Ils commémorent ce génocide chaque année le 24 avril.

La Turquie, issue du démantèlement de l'empire en 1920, reconnaît des massacres mais récuse le terme de génocide, évoquant une guerre civile en Anatolie, doublée d'une famine, dans laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

"La Turquie ne va jamais reconnaître le génocide. Cela n'arrivera jamais", a confié à l'AFP Aram Bowen, 33 ans, au cours d'un rassemblement de plusieurs centaines de membres de la communauté arménienne à New York.

L'annonce de Joe Biden est "ce qui se rapproche le plus d'une reconnaissance mondiale", a-t-il poursuivi.

Aussi présent au rassemblement new-yorkais, Samuel Armen, 32 ans, qui est né en Arménie, a de son côté jugé que ce geste était "étape positive", mais pas encore "suffisante".

"Cela fait des années qu'on attend cela, on voulait cela avant Biden. On a eu beaucoup de promesses avec Trump et avant, on a attendu", a quant à elle dit à l'AFP Taline Nourian, croisée à Erevan.

"Je pense que la Turquie aura peur maintenant car tous les pays vont commencer à reconnaître (le génocide) cette année ou celle d'après, tout le monde va en parler", a affirmé cette Arménienne de 41 ans.

L'annonce de M. Biden n'aura pas de portée légale, mais elle ne peut qu'aggraver les tensions avec une Turquie que le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a qualifiée de "soi-disant partenaire stratégique" qui "par de nombreux aspects ne se comporte pas comme un allié".

Le président démocrate assure vouloir mettre la défense des droits humains au coeur de sa politique étrangère. Son gouvernement a confirmé l'accusation de "génocide" portée dans les derniers jours de la présidence de Donald Trump contre la Chine pour la répression des musulmans ouïghours.
(AFP, 24 avril 2021)

Politique intérieure/Interior Politics

Enquête contre le maire d'Istanbul pour "irrespect" envers un sultan

Les autorités turques ont ouvert une enquête contre le maire d'Istanbul, l'un des principaux rivaux du président Recep Tayyip Erdogan, qu'elles accusent d'avoir eu une attitude "irrespectueuse" en se tenant les mains dans le dos pendant la visite du mausolée d'un sultan.

Le ministère de l'Intérieur a rapporté mardi l'ouverture d'une enquête contre Ekrem Imamoglu portant sur "les allégations concernant un manque de respect" dont l'édile se serait rendu coupable lors d'une visite l'an dernier au mausolée du sultan Mehmet II, sans toutefois fournir de précisions.

Selon le quotidien d'opposition Cumhuriyet, qui a révélé l'affaire, les autorités reprochent à M. Imamoglu de s'être tenu devant la tombe de Mehmet II avec les mains dans le dos, une attitude qu'elles jugent insultante pour la mémoire de ce sultan qui a conquis Istanbul en 1453.

Dénonçant une procédure "insensée", le porte-parole de la municipalité d'Istanbul, Murat Ongün, a déclaré que M. Imamoglu avait été convoqué pour faire une déposition.

L'enquête porte par ailleurs sur des visites de M. Imamoglu à des maires du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde) lors desquelles il est accusé d'avoir tenu des propos "faisant l'éloge de criminels", a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Le pouvoir turc accuse le HDP d'être la "vitrine politique" du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qualifié de "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

Le HDP rejette cette accusation et se dit victime de répression en raison de sa farouche opposition au président turc.

Issu du principal parti d'opposition, le CHP (social-démocrate), M. Imamoglu est considéré comme l'un des opposants les plus en vue du président Erdogan.

Souvent décrit par les observateurs comme un potentiel rival de M. Erdogan à la présidentielle de 2023, M. Imamoglu a infligé une humiliante défaite au chef de l'Etat lors des élections municipales de 2019, en mettant fin à 25 ans de règne des islamo-conservateurs à la tête de la plus grande ville de Turquie.
(AFP, 4 mai 2021)

"Canal Istanbul": Erdogan s'accroche à son projet "fou" malgré les critiques

Il avait lui-même qualifié ce projet de "fou". Le président Recep Tayyip Erdogan est déterminé à bâtir un gigantesque canal parallèle au détroit du Bosphore à Istanbul, une initiative décriée par l'opposition, les défenseurs de l'environnement et même la Russie.

Ses détracteurs accusent M. Erdogan, qui règne sans partage sur la Turquie depuis 2003, de s'accrocher à un projet qui conduira la Turquie à une catastrophe écologique et un endettement aussi massif qu'inutile.

La construction d'une telle infrastructure, baptisée "Canal Istanbul", serait également un bouleversement géopolitique, la Russie redoutant qu'elle permette aux pays de l'Otan de déployer plus facilement des navires de guerre en mer Noire, son pré carré historique.

Mais M. Erdogan, que ses partisans adulent pour avoir bâti de nombreuses infrastructures depuis son arrivée au pouvoir, fait fi des critiques: "Que cela vous plaise ou non, nous allons commencer à construire ce canal", a-t-il déclaré plus tôt en avril.

Si le dirigeant turc défend son canal avec autant d'acharnement face aux critiques, c'est parce qu'il le considère comme "le joyau de la couronne" de ses "projets fous" d'infrastructures, estime Anthony Skinner, du cabinet de consultants Verisk Maplecroft.

La construction du canal "représenterait le point d'orgue" de sa carrière politique, en faisant de lui "un président qui a remodelé Istanbul, le coeur battant de la Turquie", ajoute-t-il.

- "Une raison: l'argent" -

Mais le rêve d'Erdogan n'est pas donné.

Une étude menée en 2019 estimait le coût de ce canal long de 45 km à 75 milliards de livres turques (environ 12 milliards d'euros au taux de change de l'époque).

Sur les plans, cette voie d'eau artificielle passerait à l'ouest d'Istanbul en joignant, du nord au sud, la mer Noire et la mer de Marmara.

Mais le financement de ce projet, dont la construction doit officiellement démarrer en juin, reste encore flou.

L'un des principaux détracteurs de ce canal n'est autre que le maire d'Istanbul, Ekrem Imamoglu, l'un des opposants les plus en vue de M. Erdogan.

Lors d'une rencontre avec la presse étrangère mi-avril, M. Imamoglu a affirmé que les terrains bordant le futur canal avaient été cédés à des soutiens de M. Erdogan dans les milieux de la construction et de l'immobilier.

"Il s'agit d'un projet de BTP et d'immobilier", a déclaré M. Imamoglu. "La principale raison qui motive Erdogan, c'est l'argent, l'argent et encore l'argent."

- Amadouer Washington -

A l'étranger, les critiques viennent principalement de Moscou, pays qui redoute de voir l'accès de la mer Noire, un espace considéré comme stratégique surtout depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, facilité pour les navires de ses adversaires de l'Otan.

Aux termes de la Convention de Montreux, qui régit la navigation sur le détroit du Bosphore, unique voie d'accès naturelle à la mer Noire, les pays non-riverains doivent signaler à l'avance le passage de leurs navires qui ne peuvent rester que pour une durée très limitée.

Début avril, un groupe d'amiraux turcs hostiles à l'Otan s'est attiré les foudres de M. Erdogan en l'appelant à appliquer la Convention de Montreux au futur canal.

"Le Canal Istanbul, qui n'a rien à voir avec la Convention de Montreux, apportera plus de prospérité et de paix à la Turquie", a rétorqué le président turc.

Pour Atilla Yesilada, économiste au centre de réflexion GlobalSource Partners, M. Erdogan pourrait voir dans ce canal un moyen d'amadouer Washington, après des années de tensions diplomatiques coûteuses pour Ankara.

"Il est possible qu'Erdogan envisage de troquer un libre passage des navires de l'Otan en mer Noire contre (la levée des) sanctions" imposées par Washington contre Ankara pour l'achat de missiles russes, indique M. Yesilada à l'AFP.

- Taxer les navires? -

Tenir le canal hors de la Convention de Montreux pourrait aussi permettre à la Turquie de faire payer les navires commerciaux pour un passage accéléré, alors que ces derniers sont parfois contraints d'attendre plusieurs semaines à l'entrée du Bosphore en raison des embouteillages.

La Turquie pourrait même "avoir recours à des tactiques pour allonger les délais (dans le Bosphore), comme des contrôles, pour rediriger les navires vers le canal", relève M. Yesilada.

Mais MM. Yesilada et Skinner estiment qu'utiliser le canal comme moyen de négociation pourrait provoquer des tensions avec la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine a "souligné l'importance" de préserver la Convention de Montreux lors d'un entretien avec M. Erdogan plus tôt en avril, selon le Kremlin.

"Au final, je ne vois pas ce que la Turquie pourrait y gagner, hormis plus de problèmes", estime M. Yesilada.
(AFP, 30 avril 2021)

Forces armées/Armed Forces


Affaires religieuses / Religious Affairs


Socio-économique / Socio-economic

L'aveu de l'échec de la stratégie de la lutte contre la Pandemie

Ragip Duran, Chronique Turquie RD, 3 mai 2021      

Le Président turc M.Erdogan a annoncé le 27 avril dernier ‘’couvre feu complet du 29 avril au 17 mai sur l’ensemble du territoire du pays.’’.

Les données publiées quotidiennement par le Ministère turc de la santé montrent la gravité de la situation: le 29 avril, sur 278.108 test realisés 37.674 cas positifs avec 339 morts.

Les scientifiques et l’opposition et une grande partie de l’opinion publique ont des doutes profondes sur la véracité de ces chiffres. Le ministère a du réduire récemment le nombre de test pour obtenir moins de cas positifs. Des dizaines d’internautes informent le public sur la perte de ses proches à cause du Covid mais le nom de cette maladie n’est pas la plupart du temps mentionné sur le rapport officiel médical.

Selon ces chiffres officiels, il y a eu jusqu’à maintenant 46.996.712 test dont 4.788.700 cas positifs et dont 39.737 morts.

La Turquie est devenu deuxième pays européen après la France et 6ème pays mondial dans la liste de Worldmeter du point de vue de nombre de cas par rapport à la population.

Pourtant le Président Erdogan, avait déjà annoncé que ‘’la Turquie, Dieu Merci, était le meilleur pays dans la lutte contre la pandémie’’. Et maintenant il decrète un couvre feu complet de 394 heures. Donc il est désormais obligé d’avouer l’inefficacité voire la défaite de sa stratégie qui consistait à privilégier le travail, la production et l’exportation par rapport à la santé publique, c’est à dire la vie des citoyens.

Jusqu’au 17 mai, seul les commerces de produits alimentaires seront ouverts de 10h00 du matin jusqu’à 17h00. Les restaurants,cafés et patisseries seronts ouverts uniquement pour les livraisons de paquet. Selon la déclaration du Président ‘’Ceux qui travaillent dans les secteurs de la production, de la manufacture, de l’approvisionnement, de la logistique, de la santé et de l’agriculture auront des autorisations spéciales pour poursuivre leurs travaux’’. Donc il ne s’agit pas d’un couvre-feu complet. Car l’économie turque déjà au seuil de la faillite ne peut pas supporter un couvre feu complet. Ces mesures à la turque ne peuvent pas selon plusieurs experts freiner la divulgation du virus.

L’opposition critique ces mesures car l’Etat ne donne même pas un centime aux gens qui seront enfermés chez eux pendant 18 jours. Comme les écoles et les crèches seront également fermés et comme les grandes mères ou les grands pères ne peuvent pas aller chez leurs petits enfants, les mères qui sont obligés de travailler auront des difficultés pour la garde de leurs enfants.

Faut-il également préciser que le pouvoir au départ a illégalement et illégitimement interdit la vente des boissons  alcolisées pendant le couvre feu. Alors qu’il n’y a aucune relation entre la Covid et la consommation d’alcool, le pouvoir avait désiré imposer son mode de vie islamique/islamiste à l’ensemble de la population. De plus aucune loi, aucun décret loi ne permet cette interdiction.Les partis de l’opposition,à l’exception du HDP, par peur d’être accusé d’anti-islamisme, n’ont pas réagi comme il faut contre cette interdiction. L’association des kiosks qui vendent des boissons alcolisées a publié un communique dans lequel ils défendent leurs interêts et critiquent la politique du pouvoir. Et ce fut encore cette association qui a annoncé vendredi la levée de l’interdiction, grâce aux multiples réactions et protestations. Il ne faut pas oublier par ailleurs que la vente des boissons alcoolisées est une des sources de revenu de l’Etat, vu que la taxe sur ces boissons sont tres elevées.

Par ailleurs, des milliers de citoyens ont quitté jeudi les grandes villes pour se réfugier dans leurs résidence secondaires et ou bien dans leurs villages natals en Anatolie, en campagne. Les autoroutes et routes principales ont été bloquées.

La stratégie de la lutte contre le Covid 19 du pouvoir a été dès le départ erronnée et mal gérée. Les organisations professionnelles des médecins et des scientifiques étaient exclues des mécanismes de decision et ce fut Erdogan tout seul qui a tracé cette mauvaise ligne.

Par ailleurs, la stratégie de vaccination en Turquie est également mal geree. İl y a jusqu’aujourd’hui  seulement 22.132.803 personnes en tout qui ont eu accès au vaccin, ce qui correspond au 13.3 pc. de la population. Le critère de priorité pour être vacciné en Turquie ne fut ni l’âge ni la profession mais la proximité au parti gouvernemental. Erdogan, pour des raisons politiques a opté pour Sinovac, le vaccin produit en Chine, mais Pékin n’a pas pu respecter ses engagements en quantité, alors Ankara a du acheter du Biontech et désire recevoir Sputnik V. Mais les caisses de l’Etat sont vides, il n’y a pas d’ailleurs assez de vaccin au niveau mondial pour l’ensemble des pays.

Erdogan désire profiter du couvre feu pour interdire le 1er mai, et si le couvre feu sera prolongé il interdira également le 19 mai, Fête nationale de la Jeunesse et du Sport, héritage et souvenir de la période Kemaliste.

Erdogan a déjà perdu la bataille diplomatique, il est toujours en conflit avec Washington, Bruxelles et Moscou. Il a subi des défaites en Syrie, en Libye, au Caucases et en Méditerannée Orientale. L’économie turque n’a pas d’avenir à court et à moyen terme. Les sondages d’opinion montrent toujours et encore l’affaiblissement du pouvoir. Et enfin, la crise sanitaire a atteint son apogée. (FIN/RD)

L'UEFA maintient la finale à Istanbul, malgré un nouveau confinement

L'UEFA a confirmé vendredi auprès de l'AFP qu'elle comptait maintenir l'organisation de la finale de la Ligue des champions le 29 mai à Istanbul, malgré le regain de l'épidémie de Covid-19 en Turquie où un troisième confinement est entré vigueur jeudi.

Selon le diffuseur français de la compétition RMC Sport, ainsi que le journal britannique The Daily Mail, l'instance réfléchirait pourtant à délocaliser la rencontre pour raisons sanitaires.

"La finale aura lieu à Istanbul le 29 mai avec un nombre limité de spectateurs. Nous avons l'assurance que le confinement temporaire en place jusqu'au 17 mai n'aura aucun impact sur le match", a démenti l'UEFA.

"L'UEFA va continuer à travailler en collaboration avec la fédération turque de footballl, les autorités locales et nationales, pour organiser le match en toute sécurité", a poursuivi l'instance basée à Nyon (Suisse).

"Plus d'informations au sujet de la capacité d'accueil du stade et de la billetterie seront communiquées prochainement", a-t-elle ajouté.

Avec le taux d'infection le plus élevé d'Europe, la Turquie a entamé jeudi soir un nouveau confinement total, avec la fermeture de toutes les entreprises non-essentielles et la restriction des déplacements entre les régions.

Le pays a enregistré lundi plus de 37.000 nouveaux cas de Covid-19 et 353 décès après avoir atteint des pics à plus de 60.000 contaminations par jour depuis début avril.

La finale de la C1, prévue au stade Atatürk, devait déjà se jouer l'an dernier à Istanbul mais, face à l'épidémie, l'UEFA a revu ses plans, en organisant un "Final 8" à Lisbonne en août.

L'affiche doit opposer le vainqueur de la demi-finale entre le Real Madrid et Chelsea (aller: 1-1) à celui du choc entre le Paris SG et Manchester City (1-2).
(AFP, 30 avril 2021)

Coronavirus: la Turquie se confine à partir de jeudi soir

Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé lundi un confinement de 17 jours à partir de jeudi soir en Turquie pour endiguer la propagation de l'épidémie de coronavirus après une explosion du nombre des cas quotidiens.

Ce débutera le 29 avril au soir et restera en vigueur jusqu'au 17 mai au matin.

"Nous devons réduire rapidement le nombre des cas à moins de 5.000 par jour pour ne pas être en retard par rapport à l'Europe qui entame une période de réouverture", a affirmé le chef de l'Etat turc.

La Turquie a enregistré lundi plus de 37.000 nouveaux cas de Covid-19 et 353 décès, après avoir atteint des pics à plus de 60.000 contaminations par jour depuis début avril.

Tous les commerces et entreprises considérés comme non-essentiels seront fermés pendant la période de confinement qui couvre la fête musulmane de trois jours marquant la fin du mois de jeûne du ramadan.

Sauf cas de force majeure, les déplacements entre provinces seront interdits. Les supermarchés, d'habitude ouverts pendant le weekend en dépit d'un couvre-feu déjà en vigueur pendant les deux jours de repos hebdomadaires, seront fermés le dimanche pendant le confinement.

La Turquie avait déjà renforcé les restrictions visant à endiguer la propagation du virus le 13 avril, le premier jour du ramadan, un mois d'habitude propice aux rassemblements familiaux ou entre amis pour le repas de rupture du jeûne le soir.

Le pays a ainsi réussi à partiellement freiner la hausse des contaminations, mais le nombre est quand même resté loin de l'objectif annoncé de 5.000 cas quotidiens.

La Turquie, qui compte 83 millions d'habitants, a lancé en janvier une campagne de vaccination nationale avec le vaccin chinois CoronaVac. A ce jour 13,3 millions de personnes ont reçu la première dose du vaccin et 8,1 millions les deux doses.

Le pays a aussi reçu 2,8 millions de doses du vaccin BioNTech-Pfizer et a commencé à les utiliser.
(AFP, 26 avril 2021)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Loups gris: Une menace pour la démocratie en Europe

Vif/L'Express, 6 mai 2021

Index et auriculaire tendus vers le ciel, le pouce, le majeur et l'annulaire serrés, formant comme un museau pointu... Le signe de ralliement des Loups gris est arboré en Allemagne pendant certaines manifestations, comme en juillet 2017, lorsque les supporters de Recep Tayyip Erdogan se sont regroupés en signe de soutien devant l'ambassade de Turquie à Berlin, un an après le putsch raté de l'été 2016 ; ou encore à l'été 2020, lors de parades en voiture dans les grandes villes d'Allemagne, pour célébrer le retour d'une partie du plateau du Haut-Karabakh dans le giron de l'Azerbaïdjan.

Les Loups gris, mouvement d'extrême droite turc interdit depuis novembre 2020 en France, et dont les insignes sont prohibés en Autriche, connaît un engouement certain auprès d'une partie de la jeunesse turque d'Allemagne. Prônant l'idéologie d'une race turque "supérieure", ils rêvent du "Turan", un empire turc qui s'étendrait des Balkans à la Chine et regrouperait toutes les minorités turcophones de ces régions. "Prenez la nationalité allemande mais restez turcs" était l'un des mots d'ordre de l'un des idéologues du mouvement, Alparslan Türkes, le fondateur du parti d'extrême droite MHP, aujourd'hui allié à Erdogan, dans les années 1990.

Attrait croissant des jeunes

2,8 millions de Turcs ou d'Allemands d'origine turque vivent en Allemagne. C'est la plus grosse diaspora au monde originaire des deux rives du Bosphore. Parmi eux, 18 000 membres des Loups gris. Ceux-ci menacent les Juifs, les Kurdes, les Arméniens, les Alévis (adeptes d'un islam libéral représentant 15% de la population de la Turquie), les membres du mouvement LGBT et les opposants au président Erdogan, en Turquie comme à l'étranger. Plusieurs d'entre eux, comme le député Vert Cem Özdemir, vivent en Allemagne sous protection policière. "Il s'agit de l'un des plus gros groupes d'extrême droite en Allemagne, précise le bureau berlinois du Comité juif américain AJC dans une étude qu'il vient de publier à ce sujet. Pourtant, on n'observe jusqu'à présent aucune prise de conscience en Allemagne des dangers émanant de ce mouvement, malgré les caractéristiques de son idéologie: l'antisémitisme, le racisme et la haine des minorités." A titre de comparaison, le parti d'extrême droite NPD (considéré comme proche de l'idéologie du NSDAP d'Adolf Hitler par les services de renseignement allemands) compte 3 600 membres ; l'aile la plus radicale du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), observée de près par ces mêmes services, en recèle quelque 7 000.

"De plus en plus de jeunes issus des troisième ou quatrième générations de l'immigration sont attirés par les idées des Loups gris, explique Kemal Bozay, chercheur à l'université internationale de Cologne et auteur de l'étude du AJC. Ces jeunes sont en quête de racines et les Loups gris savent comment s'adresser à eux." Notamment par leur présence sur les réseaux sociaux ou par le biais de la musique rap. "Kurde, crève, espèce d'ordure..." ou "Tu veux insulter mon pays, je te donne le coup de grâce" sont quelques-uns des textes qu'on peut entendre sur YouTube, attribués à des gangsta rappeurs proches du mouvement...

"Les Loups gris sont un mouvement à deux visages", précise le politologue d'Essen, spécialiste de la Turquie, Burak Copur. D'un côté, le visage "respectable", incarné par trois fédérations (ADÜTDF, 7 000 membres, Atib, 1 200 membres et ATB) et quelques 200 associations à caractère "culturel" ou folklorique, leur permet de participer à la vie politique, présentant à l'occasion des candidats aux élections locales ou régionales. "Ce qui est incompréhensible, c'est qu'ils peuvent même discuter indirectement avec le gouvernement allemand", s'indigne Burak Copur. Atib est en effet membre du Conseil central des musulmans d'Allemagne, une fédération (représentant 1% des musulmans du pays) régulièrement invitée à participer au Dialogue interculturel entre l'Etat fédéral et des représentants des communautés musulmanes. Ce dialogue avait été mis en place en 2006 par l'ancien ministre de l'Intérieur Wolfgang Schäuble.

Vers une interdiction?

Le second aspect du mouvement occupe enquêteurs et services de renseignement depuis des années. Les Loups gris sont en effet réputés proches de la mafia et des bikers turcs. Plusieurs agressions sont mises à leur compte, comme l'assassinat, en mai 2020, d'un Kurde de Dortmund, l'incendie d'un véhicule devant l'ambassade d'Arménie en juillet 2020 ou des menaces à l'encontre de l'évêque d'Arménie en Allemagne, signées "les Loups gris vous auront".

L'influence grandissante du nationalisme proturc sur la communauté d'Allemagne, au-delà du mouvement des Loups gris, inquiète jusqu'au sein du gouvernement allemand. Lors des dernières élections turques en 2018, 64,8% des Turcs d'Allemagne ont voté pour l'AKP du président Erdogan, avec un taux de participation record de 46%. "Soyons honnêtes, commentait alors sur Twitter Cem Özdemir, les supporters d'Erdogan qui fêtent leur victoire dans les rues d'Allemagne ne se réjouissent pas que de la victoire de leur dictateur. Ils expriment ainsi aussi leur rejet de notre démocratie libérale."

Convaincues de la dangerosité des Loups gris, de nombreuses voix réclament l'interdiction du mouvement en Allemagne. La CDU a préparé un projet d'interdiction des associations qui lui sont affiliées, examiné en ce moment même par le ministère de l'Intérieur. Il est soutenu par la plupart des partis du Bundestag. L'issue semble cependant incertaine, du fait de l'éclatement du mouvement. "Il serait plus efficace d'interdire leurs associations, ou leurs symboles, comme c'est le cas en Autriche", estime pour sa part Burak Copur. Vienne a fait interdire en 2019 le salut des Loups gris, ainsi que l'emblème aux trois croissants de lune, signe de ralliement au mouvement.

Le Sofagate complique la reprise de relations entre l'UE et la Turquie

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a demandé lundi aux dirigeants européens d'exiger de la Turquie le respect des droits des femmes comme "préalable à la reprise des relations" avec Ankara, après l'incident protocolaire dont elle a été victime.

"Je suis la première femme présidente de la Commission européenne et je souhaite être traitée comme présidente de la Commission. A Ankara, cela n'a pas été le cas et c'est arrivé parce que je suis une femme", a-t-elle soutenu lors d'un débat au Parlement européen sur l'incident protocolaire lors de la réunion avec le président turc Recep Tayyip Erdogan le 6 avril.

"Je me suis sentie blessée et je me suis sentie seule en tant que femme et en tant qu'Européenne", a-t-elle lancé à l'adresse du président du Conseil Européen Charles Michel, accusé de ne pas avoir réagi.

La présidente de la Commission avait été placée sur un divan, tandis que Charles Michel, représentant des Etats membres de l'UE, et le président Erdogan prenaient place dans les deux seuls fauteuils disponibles.

Ursula von der Leyen a lié cet incident avec la décision du président Erdogan de retirer la Turquie de la Convention d'Istanbul, qualifiée de "signal terrible".

La présidente de la Commission européenne a appelé à cette occasion les Etats membres de l'UE à ratifier cette convention, car "les violences faites aux femmes et aux enfants sont un crime et il doit être puni".

"Le respect des droits des femmes doit être un préalable à la reprise du dialogue avec la Turquie, mais il est loin d'être le seul préalable", a-t-elle affirmé.

Les dirigeants de l'UE doivent décider lors d'un sommet en juin les suites à donner à la relation avec la Turquie.

Le président du Conseil a rappelé que la reprise des relations avec Ankara sera progressive et réversible. "La coopération sera difficile à envisager si les mesures négatives doivent se poursuivre dans ces domaines", a-t-il averti.

Le comportement de Charles Michel à Ankara a été sévèrement jugé lors du débat. Mais les élus ont également manifesté leur préoccupation devant l'antagonisme entre les présidents de deux institutions.

"La mission à Ankara devait être un message de force. Elle a été celui de la faiblesse", a déploré l'Allemand Manfred Weber, le chef du groupe du Parti Populaire européen (droite pro-européenne).

"La préséance ne m'intéresse pas", a pour sa part lancé l'eurodéputée libérale française Nathalie Loiseau (Renew), dénonçant les violations des droits humains commises en Turquie et les actions "inamicales" d'Ankara vis-à-vis des membre de l'UE.

"L'Europe ne doit pas se demander où elle doit s'asseoir, mais comment se tenir debout", a-t-elle affirmé.
(AFP, 26 avril 2021)

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

US imposes 10-year trading ban on former Halkbank executive Hakan Atilla


The US Department of Commerce's Industry and Security Bureau has issued an "Order Denying Export Privileges" for former Borsa İstanbul Director General and former state-run Halkbank Deputy General Manager Hakan Atilla on the grounds that he was convicted of "circumventing the sanctions on Iran." The ban will remain in effect for 10 years.

The decision of the US Industry and Security Bureau has briefly read, "From the date of this Order until May 16, 2028, Mehmet Hakan Atilla when acting for or on his behalf, his successors, assigns, employees, agents or representatives, may not, directly or indirectly, participate in any way in any transaction involving any commodity, software or technology exported or to be exported from the United States that is subject to the Regulations," the Industry and Security Bureau said in a notice."

As reported by the BBC Türkçe, the Bureau has further indicated that "in accordance with Part 756 of the Regulations, Atilla may file an appeal of this Order with the Under Secretary of Commerce for Industry and Security. The appeal must be filed within 45 days from the date of this Order and must comply with the provisions of Part 756 of the Regulations."
What happened?

Reza Zarrab, a businessperson with dual citizenship of Iran and Turkey, was detained at Miami Airport on March 19, 2016. He was arrested on March 21. He was charged with violating sanctions on Iran, money laundering, "conspiracy against the US," and defrauding US banks.

During Zarrab's trial, Turkey sent a diplomatic note to the US embassy, requesting information about the businessperson as it was not able to hear from Zarrab and was concerned about his life safety.

As part of the same investigation, Hakan Atilla, the then deputy general manager of Halkbank, was detained at New York JFK Airport on March 29, 2017. He was also remanded in custody shortly after.

The court combined the cases of Hakan Atilla and Reza Zarrab in April 2017. In his first hearing on April 27, Zarrab, facing up to 95 years of imprisonment, denied the accusations of conspiring to evade US sanctions against Iran, money laundering and bank fraud.

Facing a prison sentence of up to 90 years and a 50 million US dollars fine, Reza Zarrab became a confessor in October 2017. He admitted that he used Halkbank to trade gold for natural gas. After Zarrab's confession, Attila remained the sole defendant in the trial.

In September 2017, then Minister of Economy Zafer Çağlayan, former Halkbank General Director Süleyman Aslan, Halkbank Deputy General Director in Charge of International Operations Levent Balkan and Zarrab's worker Abdullah Happani were added as defendants.

On October 26, Reza Zarrab pleaded guilty and admitted that he had bribed the then Minister of Economy Zafer Çağlayan and explained the business traffic that he had followed to evade sanctions.

On January 3, 2018, jury members found Atilla guilty of five of six charges. He was sentenced to 32 months in prison on May 16, 2018. After completing his sentence, Attila returned to Turkey on July 24, 2019.

On October 15, 2019, US prosecutors charged Halkbank with six offenses: defrauding the US, conspiracy to violate the International Emergency Economic Powers Act, bank fraud, conspiracy to commit bank fraud, money laundering and conspiracy to commit money laundering.

In October 2019, he was appointed as the director-general of Borsa İstanbul stock exchange. He resigned on March 8, 2021.
(BIA,  7 May 2021)

Blinken dit espérer une sortie de crise avec la Turquie mais menace de sanctions

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a dit mercredi espérer une amélioration des relations avec la Turquie en dépit de la reconnaissance américaine du génocide arménien, évoquant toutefois de nouveau la possibilité de sanctions si Ankara s'obstine à utiliser un système russe de défense aérienne.

Joe Biden a reconnu samedi le génocide arménien, devenant le premier président des Etats-Unis à qualifier ainsi la mort d'un million et demi d'Arméniens massacrés par l'Empire ottoman en 1915, suscitant la colère de la Turquie, qui a convoqué l'ambassadeur américain en signe de protestation.

Le génocide arménien est reconnu par plus d'une vingtaine de pays et de nombreux historiens mais il est vigoureusement contesté par la Turquie.

Antony Blinken a souligné que Joe Biden avait signalé par téléphone son intention à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan afin d'éviter toute "surprise", et avait accepté de le rencontrer en juin en marge d'une réunion de l'Otan.

"Nous devons faire preuve de respect envers la Turquie en exprimant nos désaccords clairement, directement, honnêtement, et nous attendons la même chose de la part de la Turquie", a dit le chef de la diplomatie américaine, répondant à la question d'un journaliste turc lors d'une table ronde sur la liberté de la presse dans le monde.

"J'espère vraiment que nous pourrons trouver une issue positive", a-t-il ajouté, appelant à ce que les deux pays "travaillent ensemble et approfondissent (leur) coopération".

Les relations de la nouvelle administration Biden avec la Turquie avaient d'emblée été tendues, le démocrate ayant par le passé qualifié M. Erdogan d'"autocrate", et Washington reprochant à Ankara, membre de l'Otan, l'achat du système de défense aérienne S-400 à la Russie, le principal adversaire de l'alliance.

Les Etats-Unis n'ont eu de cesse de réclamer à la Turquie d'abandonner les S-400. Le Congrès américain a même adopté une loi en ce sens en 2017, imposant de prendre des sanctions contre les nations achetant des quantités "importantes" d'armes russes.

"Nous sommes tenus" par cette loi, a rappelé mercredi Antony Blinken, "et nous allons la respecter à l'avenir".

Il a précisé que les éventuelles sanctions s'ajouteraient aux mesures très ciblées imposées par l'ancien président Donald Trump en décembre contre l'agence gouvernementale turque chargée des achats d'armements.

M. Blinken a estimé que le système russe de défense aérienne fournissait à Moscou "des revenus, un accès et une influence".

"Acheter le S-400 représente un danger pour la sécurité de la technologie et du personnel militaires des Etats-Unis et de leurs alliés, et cela affaiblit la cohésion de l'alliance", a-t-il dit.
(AFP, 28 avril 2021)

Erdogan déplore "l'impact destructeur" de la reconnaissance américaine

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde lundi contre "l'impact destructeur" sur les relations turco-américaines de la reconnaissance par son homologue américain Joe Biden du génocide arménien, qu'il a jugée "sans fondement".

"Le président américain a eu des propos sans fondement, injustes et contraires à la réalité", en reconnaissant le génocide arménien samedi, a déclaré M. Erdogan à la presse après avoir présidé une réunion de son gouvernement à Ankara.

Joe Biden a écrit, dans un communiqué, que "les Américains honorent tous les Arméniens ayant péri dans le génocide qui a commencé il y a 106 ans aujourd'hui".

"Nous pensons que ces propos ont été inclus dans la déclaration à la suite des pressions de groupes radicaux arméniens et des milieux antiturcs. Mais cela ne change rien à l'impact destructeur de ces propos pour les relations entre les deux pays", a ajouté M. Erdogan.

M. Biden est devenu le premier président des Etats-Unis à qualifier de "génocide" la mort d'un million et demi d'Arméniens massacrés par l'Empire ottoman en 1915, suscitant la colère de la Turquie.

Le génocide arménien est reconnu par plus de vingt pays et par de nombreux historiens mais il est vigoureusement contesté par la Turquie

Les Arméniens estiment qu'un million et demi des leurs ont été tués de manière systématique pendant la Première Guerre mondiale par les troupes de l'Empire ottoman, alors allié à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie. Ils commémorent ce génocide chaque année le 24 avril.

La Turquie, issue du démantèlement de l'empire en 1920, reconnaît des massacres mais récuse le terme de génocide, évoquant une guerre civile en Anatolie, doublée d'une famine, dans laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

"Si vous parlez de génocide, vous devez vous regarder dans un miroir. Je n'ai même pas besoin de mentionner les Amérindiens. On le sait déjà. Quand tout cela est connu, vous ne pouvez pas accuser la nation turque de génocide", a encore lancé M. Erdogan à l'adresse de son homologue américain.

"Les accusations de génocide sont tellement sensibles qu'elles ne peuvent être utilisées à des fins politiques", a-t-il ajouté.

En dépit de ses critiques, M. Erdogan s'est toutefois dit "convaincu"
que sa rencontre prévue en juin avec M. Biden en marge du sommet de l'Otan à Bruxelles leur offrirait une opportunité pour apaiser les tensions entre les deux pays.

Le ministère turc des Affaires étrangères avait convoqué samedi l'ambassadeur américain pour protester contre la position américaine, a rapporté l'agence de presse d'Etat Anadolu.

La Turquie n'a "de leçons à recevoir de personne sur son histoire", avait auparavant déclaré le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu.
(AFP, 26 avril 2021)


Relations régionales / Regional Relations

Libye: démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli

Des hommes armés ont fait une démonstration de force dans la nuit de vendredi à samedi devant un hôtel à Tripoli qui sert de QG au Conseil présidentiel libyen, au moment où de profondes divisions refont surface dans le pays après une embellie politique.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des dizaines d'hommes armés regroupés devant l'entrée de l'hôtel Corinthia, présentés comme des milices par des médias locaux.

La porte-parole du Conseil présidentiel Najwa Wheba, citée par l'agence libyenne de presse Lana, a confirmé cette descente menée dans "un des quartiers généraux où se réunit le Conseil".

"Aujourd'hui est un jour de repos hebdomadaire", a-t-elle toutefois indiqué, signifiant par là que le Conseil présidentiel n'était pas là sur les lieux.

Ce qui s'apparente à une démonstration de force des milices de Tripoli vise, selon la presse locale, à protester contre l'appel fait récemment par la ministre des Affaires étrangères Najla al-Mangoush au retrait des mercenaires et combattants étrangers stationnés dans le pays, y compris des troupes turques.

Proche des cercles de pouvoir dans l'Ouest, Ankara avait permis de mettre en échec, en juin 2020, une offensive de Khalifa Haftar, homme fort de l'Est, lancée en avril 2019 pour tenter de s'emparer de Tripoli.

Le pays d'Afrique du Nord, plongé dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, était alors divisé entre deux pouvoirs rivaux en Tripolitaine (Ouest) et Cyrénaïque (Est).

La Turquie avait envoyé drones, instructeurs et conseillers militaires, qui forment désormais des cadets libyens dans le cadre d'une intense coopération entre les deux camps.

Khalifa Haftar avait bénéficié du soutien de la Russie et des Emirats arabes unis notamment.

Un cessez-le-feu a été signé en octobre et un gouvernement unifié, dirigé par Abdelhamid Dbeibah, a été porté au pouvoir au terme d'un processus politique parrainé par l'ONU, validé en mars par un vote du Parlement.

Selon la feuille de route de l'ONU qui a permis la désignation de M. Dbeibah et d'un Conseil présidentiel de trois membres, le nouvel exécutif devra unifier les institutions pour sortir le pays d'un conflit internationalisé et mener la transition d'ici des élections en décembre.

En appelant, début mai, la Turquie à "coopérer pour mettre fin à la présence de toutes les forces étrangères", la cheffe de la diplomatie libyenne, originaire de Benghazi (Est), s'est attirée une avalanche de critiques à Tripoli et d'innombrables appels à sa démission.

Malgré la fin des combats et l'installation d'un pouvoir unifié, de profondes divisions subsistent entre l'Ouest et l'Est, ce dernier étant de facto toujours contrôlé par Haftar, alors qu'on dénombre quelque 20.000 mercenaires et combattants étrangers de différentes nationalités toujours présents en Libye.
(AFP, 8 mai 2021)

Erdogan veut "élargir" le processus de normalisation avec l'Egypte

La Turquie va renforcer le dialogue avec l'Egypte afin de normaliser les relations après plusieurs années de froid, a déclaré vendredi le président Recep Tayyip Erdogan, insistant sur les liens "historiques" entre leurs "peuples".

"Un nouveau processus a débuté. D'abord, nos services de renseignement respectifs ont eu des discussions, puis nos ministères des Affaires étrangères. Nous allons poursuivre et élargir (ce processus)", a déclaré M. Erdogan à la presse à Istanbul.

Signe de la tentative de normalisation des relations entre la Turquie et l'Egypte, une délégation turque emmenée par le vice-ministre des Affaires étrangères Sedat Onal s'est rendue mercredi et jeudi au Caire pour des discussions qui ont été "franches", selon les deux pays.

Il s'agit des contacts officiels au plus haut niveau entre les deux pays depuis la quasi-rupture de leurs relations en 2013, dans la foulée du renversement du premier président égyptien démocratiquement élu, Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans et soutenu par Ankara.

Vendredi, M. Erdogan a pris soin de faire la distinction entre les autorités égyptiennes et le peuple égyptien, estimant que ce dernier et le peuple turc avaient toujours été proches.

"Notre attitude envers le peuple égyptien a toujours été très, très positive. Le peuple turc et le peuple égyptien ont des liens historiques. Nous nous efforçons de retrouver ces liens historiques", a dit M. Erdogan.

Affirmant que les discussions du Caire s'étaient déroulées dans un "climat positif", le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu s'est dit vendredi prêt à rencontrer son homologue égyptien Sameh Choukri en vue de faire avancer le processus de normalisation.

"Une rencontre pourrait se tenir entre moi et M. Choukri. On s'est déjà rencontrés par le passé en marge de réunions internationales", a-t-il dit à la presse.

Le chemin vers une réconciliation devrait toutefois être difficile, tant la liste des dossiers qui empoisonnent leurs relations est longue.

Outre le fait que M. Erdogan a plusieurs fois qualifié l'actuel président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de "putschiste", la Turquie est devenue une base arrière pour les Frères musulmans ayant fui l'Egypte. Ankara et Le Caire s'opposent par ailleurs dans le conflit en Libye.

Les gestes d'ouverture de la Turquie interviennent alors qu'elle cherche à sortir de son isolement diplomatique en Méditerranée orientale, où la découverte d'importants gisements de gaz naturel ces dernières années a donné lieu à un partage entre les pays riverains dont Ankara se sent exclu.

Cette amorce de dégel entre Ankara et Le Caire coïncide aussi avec un apaisement en cours entre l'Egypte et le Qatar, principal allié de la Turquie dans la région.
(AFP, 7 mai 2021)

L'Arabie saoudite va fermer huit écoles turques

L'Arabie saoudite va fermer huit écoles turques à la fin de l'année, a rapporté mercredi l'agence de presse étatique turque Anadolu, une décision qui risque de susciter la colère d'Ankara qui cherchait à apaiser ses relations avec Ryad.

Selon Anadolu, le ministère turc de l'Education a été informé par les autorités saoudiennes que ces huit établissements devraient fermer définitivement leurs portes à la fin de l'année scolaire en cours.

Au total, 2.256 enfants y sont scolarisés, d'après l'agence.

Sollicités par l'AFP, les ministères turcs des Affaires étrangères et de l'Education n'ont pas répondu dans l'immédiat.

Le mois dernier, le ministère de l'Education avait indiqué que 26 écoles turques étaient en activité en Arabie saoudite.

La fermeture de huit d'entre elles risque de susciter un regain de tensions entre la Turquie et l'Arabie saoudite.

Les relations entre ces deux poids lourds du monde musulman se sont fortement dégradées ces dernières années, en particulier depuis l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul en 2018.

Après plusieurs années de bras de fer, la Turquie a toutefois mis ses critiques envers Ryad en sourdine et multiplié les déclarations d'apaisement en direction du royaume saoudien et de ses principaux alliés régionaux, les Emirats arabes unis et l'Egypte.
(AFP, 28 avril 2021)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Erdogan s'en prend à Nicosie après l'échec des pourparlers

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a fait porter vendredi aux responsables chypriotes-grecs la responsabilité de l'échec du dernier round de discussions sur l'avenir de l'île divisée, les accusant d'être des "menteurs".

"Je ne fais pas confiance à Chypre du sud. Je ne crois pas qu'on puisse obtenir un résultat (lors du prochain round des pourparlers, ndlr) car ils ne sont pas honnêtes. (...) Ce sont des menteurs", a déclaré à des journalistes le chef de l'Etat turc en se référant à la république de Chypre qui exerce son autorité dans la partie sud de l'île à majorité chypriote-grecque.

Le dernier round des discussions menées sous l'égide de l'ONU sur Chypre, qui a eu lieu à Genève, a échoué jeudi à cause des positions "très éloignées" des Chypriotes-grecs et des Chypriotes-turcs pour entamer les négociations formelles, selon l'ONU.

Ersin Tatar, le leader des Chypriotes turcs et un protégé d'Ankara avait de son côté jugé jeudi inutile de négocier sans reconnaissance du "statut égal" du Nord de l'île.

Malgré le scepticisme du chef de l'Etat turc quant à une éventuelle issue positive des négociations, son ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu avait affirmé jeudi le soutien d'Ankara aux "efforts de l'ONU" visant à "trouver une base commune" pour la reprise des pourparlers.

M. Tatar, président de l'autoproclamée République turque de Chypre du Nord (RTCN), soutenu en cela par Ankara, souhaite la reconnaissance de deux Etats indépendants et égaux sur l'île méditerranéenne divisée entre communautés turque et grecque.

Cette position est rejetée par les Chypriotes grecs qui souhaitent la réunification de l'île sous forme d'Etat fédéral.

Chypre est divisée depuis l'invasion en 1974 du tiers nord par l'armée turque, en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher l'île à la Grèce. La RTCN est reconnue uniquement par Ankara.
(AFP, 30 avril 2021)

Constat d'échec de l'ONU après les discussions sur Chypre

Les discussions sur Chypre ont échoué, de l'aveu même jeudi du chef de l'ONU qui a cependant appelé à ne pas baisser les bras, tandis que le leader des Chypriotes turcs a jugé inutile de négocier sans reconnaissance du "statut égal" du Nord de l'île.

Chypre est divisée depuis l'invasion en 1974 du tiers nord par l'armée turque, en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher l'île à la Grèce. La "République turque de Chypre du Nord" (RTCN) est reconnue uniquement par Ankara.

Au fil des décennies, plusieurs cycles de pourparlers visant à la réunification et parrainés par l'ONU se sont effondrés.

"La vérité c'est qu'au terme de nos efforts, nous n'avons pas encore trouvé assez de points communs pour permettre la reprise de négociations formelles en relation avec le règlement du problème chypriote", a déclaré Antonio Guterres, lors d'une brève conférence de presse, après trois jours de réunions en Suisse.

"Je n'abandonne pas", a cependant ajouté le secrétaire général de l'ONU, qui a lui-même conduit les pourparlers informels entamés mardi à Genève et espère reprendre des discussions informelles d'ici deux ou trois mois.

"S'il est impossible de résoudre la quadrature du cercle en géométrie, en politique c'est très courant", a-t-il assuré.

L'équation semble toutefois bien difficile à résoudre tant les positions des parties sont éloignées.

Si les Chypriotes-grecs continuent de soutenir la solution d'une réunification de l'île sous forme d'Etat fédéral, le président de la République turque de Chypre du Nord (RTCN) a proposé mercredi que le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaisse deux Etats indépendants et égaux sur l'île méditerranéenne divisée entre communautés turque et grecque.

Les Chypriotes-turcs ne vont pas "abandonner" leur position, a déclaré à Genève, Ersin Tatar, président de la RTCN, assurant à l'issue de la réunion qu'il était inutile de mener les négociations sans la reconnaissance du "statut égal et souverain" du Nord de l'île.

De son côté, le président chypriote Nikos Anastasiades, qui s'est également exprimé devant la presse, s'est félicité de ce que "les objectifs fixés par la Turquie n'aient pas été atteints" pendant la réunion. Et a assuré que ni l'ONU, ni l'UE, dont Chypre est membre, ne pouvaient accepter la solution à deux Etats.

- Succès au prochain rendez-vous? -

"Bien sûr, il y aura des consultations avant la prochaine réunion. Notre intention est d'essayer de créer autant que possible les conditions permettant à la prochaine réunion d'être un succès", a souligné le chef de l'ONU.

Quatre ans après l'échec des discussions à Crans-Montana, une célèbre station de ski suisse, il y avait peu d'espoir qu'un accord entre Chypriotes-grecs et Chypriotes-turcs soit trouvé cette semaine à Genève, même si l'ONU avait invité les parties "à faire preuve de créativité".

Les trois "garants" de la sécurité de l'île depuis son indépendance en 1960 - à savoir la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni, ex-puissance coloniale - ont également participé aux discussions à Genève, représentés par leurs ministres des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, Nikos Dendias et Dominic Raab.

Dans un tweet, le chef de la diplomatie britannique a laconiquement reconnu qu'"aucun terrain d'entente n'a encore été trouvé pour commencer des négociations formelles", mais assuré que Londres continuerait à soutenir les efforts de recherche d'un "règlement équitable et durable" de la question chypriote.

Présente à Chypre dès 1964 en raison des violences intercommunautaires, l'ONU a hérité dix ans plus tard de la surveillance d'une zone tampon, après la partition.

Selon les autorités chypriotes-grecques, le conflit a fait quelque 3.000 morts, 1.400 disparus et des dizaines de milliers de déplacés.

Sous son égide, les dernières négociations en Suisse en juillet 2017 se sont déroulées sur le principe d'une réunification sous la forme d'un Etat fédéral.

Elles ont surtout achoppé sur le retrait des dizaines de milliers de soldats turcs du nord de l'île et le maintien d'un droit d'intervention de la Turquie.

Après l'échec de 2017, plusieurs facteurs sont venus s'ajouter aux traditionnels sujets de discussion: les garanties de sécurité, l'égalité politique, les ajustements territoriaux et les droits de propriété des déplacés.
(AFP, 29 avril 2021)


Immigration / Migration





 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications