flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

45th Year / 45e Année
  Décembre
2018 December
N° 484
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 588 69 73
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind



BULLETINS INFO-TÜRK IN TURKISH, DUTCH AND GERMAN TOO ON WEB

For 47 years since the 1971 military coup Info-Türk informs the world opinion with its periodical or non-periodical publications about the violations of human rights in Turkey and the immigration from this country.
Here is the link of our books and pamphlets:
https://www.info-turk.be/documents-pdf.htm
In addition to the monthly bulletins in English and French published for 42 years since 1976, Info-Türk has also put on web  its monthly bulletins in Turkish (1976-1980), Dutch (1979-1984) and German (1978-1981):
https://www.info-turk.be/bulletins.htm
Simply one can reach these bulletins by clicking any of the dates on the page.
For ongoing monthly information in English and French:
https://www.info-turk.be
Two more links for Info-Turk's daily informations and shares:
https://www.facebook.com/fondation.info.turk
https://twitter.com/info_turk



Titres des évènements du mois
Titles of this month's events


Droits de l'Homme / Human Rights


Un Britannique condamné en Turquie pour "terrorisme" a fui au Royaume-Uni

IHD-TIHV: "State of Emergency Made Permanent in Turkey"

Nouveau coup de filet en lien avec le putsch manqué
Gezi Investigation Against 600 People in Ankara

Pression sur les médias / Pressure on the Media

310 Social Media Accounts Investigated in 1 Week
CPJ: ‘Turkey Still World’s Worst Jailer of Journalists’
9 Academics Sentenced to 1 Year, 3 Months in Prison
Vienne exige la libération d'un journaliste autrichien arrêté en Turquie
Les derniers mots de Khashoggi selon CNN: "Je ne peux pas respirer"
Investigation Launched Against Signatories of Afrin Letter
Ryad refuse d'extrader en Turquie des suspects saoudiens

L'université turque, anti-chambre de la prison
La Turquie demande l'arrestation de deux proches du prince saoudien
Mandat d'arrêt contre le journaliste en exil Can Dündar
Turkish court upheld prison sentences for 5 journalists

Kurdish Question / Question kurde

Appel à la Belgique, à l'Union Européenne et à la communauté internationale

Maintien en détention provisoire de l'opposant kurde Demirtas
Erdogan annonce une offensive imminente contre les milices kurdes

L'opposant kurde Demirtas au tribunal dénonce un "procès politique"

Turkish judge admits to bias during Demirtaş hearing

Message from Demirtas to European Parliament after the debate
Speech by Mogherini on the case of Selahattin Demirtaş

Former HDP MP Sırrı Süreyya Önder in Prison
Demirtas : « Aujourd’hui, c’est mon tour de vous demander soutien et solidarité »
Kurdish conference in EP: Turkey is outside the law
La condamnation de l'opposant kurde Demirtas confirmée en appel

Rejet de la demande de libération de l'opposant kurde Demirtas

Minorités / Minorities

Taner Akçam launches digital archive on the Armenian Genocide


Politique intérieure/Interior Politics



Forces armées/Armed Forces

Nouvelle purge dans les rangs de l'armée
Un soldat turc tué à Afrine

Les jeunes Turcs cassent leur tirelire
L'achat des S-400 russes par Ankara se fera en devises locales

Affaires religieuses / Religious Affairs
 

Nouvelles vagues d'arrestations liées au prédicateur Gülen


Socio-économique / Socio-economic

9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara
Number of Children Sent to Prison Increases by 109 Percent in 2017
La Bulgarie construira un gazoduc pour s'arrimer à TurkStream

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations


La Roumanie refuse d'extrader un journaliste turc accusé de liens avec Gülen
"Gilets jaunes" : Erdogan dénonce la "violence" des autorités françaises
CE: 'Life in Turkey Becomes Impossible for Some People'

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Erdogan et Trump veulent mieux se coordonner den Syrie

Pentagone: Une offensive turque serait "inacceptable"

Informés par la CIA, des sénateurs américains accusent le prince saoudien
Ankara demande à Washington de renoncer aux postes d'observation en Syrie

Relations régionales / Regional Relations

Réchauffement climatique: la guerre de l’eau entre la Turquie et l'Irak

YPG: Une offensive turque affecterait la bataille contre l'EI

L'alliance arabo-kurde progresse dans l'ultime fief jihadiste de l'est
Venezuela : Erdogan exprime son soutien à Maduro
Poutine appelle Erdogan à des "mesures plus énergiques" pour la trêve à Idleb

Une force arabo-kurde annonce l'arrestation d'un chef jihadiste en Syrie

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece



Immigration / Migration

Deux conseillers turcs schaerbeekois quittent la majorité
Palmarès du 18ème Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles




Droits de l'Homme / Human Rights

Un Britannique condamné en Turquie pour "terrorisme" a fui au Royaume-Uni

Un ancien soldat britannique condamné en Turquie pour des liens avec une milice kurde considérée comme "terroriste" par Ankara a annoncé avoir fui au Royaume-Uni dans une interview à la BBC vendredi.

Joe Robinson, 25 ans, a déclaré à la radio qu'il avait "pris la décision difficile de prendre le sujet en main".

Le Britannique avait été arrêté en Turquie en juillet 2017, alors qu'il y passait des vacances. Il avait ensuite été placé en détention provisoire pour avoir publié des photos le montrant en tenue de camouflage avec des combattants des Unités de protection du peuple (YPG), milice kurde de Syrie considérée comme "terroriste" par Ankara mais alliée de Washington dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI).

En septembre, un tribunal d'Aydin, dans l'ouest de la Turquie, l'a condamné à sept ans et demi de prison pour "appartenance à une organisation terroriste", avait rapporté l'agence de presse DHA. M. Robinson n'avait pas assisté à son procès pour "raisons de santé", précisait DHA sans plus de détails. Il était en liberté dans l'attente de son jugement en appel.

"En Syrie, j'ai réussi à aider les civils et à sauver des vies. Ce n'est pas un acte terroriste", a-t-il déclaré à la BBC. Il avait expliqué auparavant s'être rendu en Syrie pour apporter une aide médicale.

La fiancée de Joe Robinson, de nationalité bulgare, qui avait été arrêtée avec lui et avait été condamnée à près de deux ans de prison en septembre pour "propagande terroriste", se trouve actuellement au Royaume-Uni, selon DHA.

Selon la presse britannique, Joe Robinson est un ancien soldat qui avait notamment servi en Afghanistan en 2012 et s'était rendu en Syrie en 2015 pour apporter une aide médicale aux YPG.
(AFP, 14 déc 2018)

IHD-TIHV: "State of Emergency Made Permanent in Turkey"

Human Rights Association (İHD) and Human Rights Foundation of Turkey (TİHV) released a joint statement on the occasion of Human Rights Day today (December 10).

The statement has emphasized that though it has been 70 years since the Universal Declaration of Human Rights was adopted by the United Nations (UN), "an international order based on the rights and freedoms indicated in the declaration has not been established yet."

The 22-page statement of the İHD and TİHV also has a chapter entitled "State of Emergency Which Has Become Permanent", where the developments that happened in Turkey during the State of Emergency and the laws adopted afterwards have been examined.

The statement has also listed the violations of right to life, prohibition of torture and ill treatment, freedom of expression and press, freedom of association, right to vote and stand for election as well as male violence, prison conditions, Kurdish question and violations faced by refugees.

"State of Emergency has become permanent"

In the section on post-State of Emergency period, it has been indicated,

"Though the State of Emergency was lifted on July 18, 2018, the Law no. 7145, which foresees that certain practices of the State of Emergency shall remain in effect for at least three years, was adopted on July 25, thereby making State of Emergency permanent with all of its consequences."

What happened during State of Emergency?

The statement has shared the following informations regarding the State of Emergency, which was in force from July 21, 2016 to July 18, 2018:

* The period of detention was increased to 30 days. As per the the Statutory Decree no. 668 adopted on July 27, the detained were banned from consulting their attorneys in the first five days of their detention.

* On January 23, 2017, the period of detention was reduced to 14 days. This period is currently 12 days at the most.

* 135 thousand 147 public officers were discharged by Statutory Decrees. 3, 833 of them have been reinstated in their previous positions.

* 4 thousand 395 judges and prosecutors in total were discharged from their posts, 170 of them have been reinstated afterwards.

* 2 thousand 281 private educational institutions (schools, courses, hostels, dormitories, etc.) were closed. 15 private universities were also closed. The activities of 19 trade unions and confederations were ended.

* 3, 041 permanent personnel of the closed universities were unemployed.

* A total of 201 media and broadcasting organizations were closed and only 25 of them could be reopened afterwards.

* 1,607 associations were closed and only 183 of them were allowed to be reopened. 168 foundations were closed, 23 of them were reopened.
(BIA, Dec 10, 2018)

Nouveau coup de filet en lien avec le putsch manqué

Les autorités turques ont arrêté vendredi plusieurs dizaines de militaires soupçonnés d'être liés au prédicateur Fethullah Gülen, bête noire d'Ankara qui l'accuse d'avoir orchestré une tentative de coup d'Etat en 2016.

Selon l'agence de presse étatique Anadolu, le parquet d'Ankara a émis des mandats d'arrêt visant 87 anciens sous-officiers rattachés au commandement de l'armée de l'Air, dont 41 ont été interpellés dans la matinée.

Par ailleurs, le procureur général d'Istanbul a émis des mandats d'arrêt contre 41 gendarmes, des officiers ou sous-officiers pour la plupart, a rapporté Anadolu.

Ces militaires sont soupçonnés d'être liés au mouvement du prédicateur Gülen, un ancien allié du président Recep Tayyip Erdogan qu'Ankara accuse d'avoir ourdi la tentative de putsch du 15 juillet 2016.

M. Gülen, qui réside aux Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, nie toute implication dans le coup de force.

Depuis le coup d'Etat manqué, les autorités turques ont lancé des purges d'une ampleur sans précédent. Plus de 55.000 personnes ont été arrêtées et 140.000 limogées ou suspendues.

Et ces arrestations ne semblent pas faiblir, avec de nouveaux coups de filet annoncés chaque semaine ou presque. Mardi, les autorités turques ont ainsi émis des mandats d'arrêt contre près de 300 personnes soupçonnées d'être des partisans de M. Gülen.

Au-delà des personnes liées, ou soupçonnées de l'être, au mouvement de ce prédicateur, les purges ont également visé des opposants prokurdes et des médias critiques, suscitant les critiques des pays européens et d'organisation de défense des droits de l'homme.
(AFP, 7 déc 2018)

Gezi Investigation Against 600 People in Ankara

Ankara Chief Public Prosecutor's Office has issued an indictment against 120 people as part of an investigation launched into Gezi Park protests.

Sending the indictment to the court, the Prosecutor's Office has charged the suspects with "opposition to the Law on Meetings and Demonstrations" and "resisting to prevent public officers from fulfilling their duties."

As reported by the state-run Anadolu Agency, Press Offences Investigation Bureau of the Ankara Chief Public Prosecutor's Office has started working to eliminate the deficiencies in the files of the investigations launched into the Gezi Park protests in the capital city of Ankara.

5 separate lawsuits against 120 people

The Public Prosecutor appointed to conduct the investigations into the protests has filed five separate lawsuits against 120 suspects on charges of "opposition to the Law on Meetings and Demonstrations" and "resisting to prevent public officers from fulfilling their duties."

Anadolu Agency has also reported that the investigation against 600 people has still been continuing and the ones who have not been summoned to depose yet will be invited to give their depositions.  (BIA, Dec 6, 2018)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

310 Social Media Accounts Investigated in 1 Week

Ministry of the Interior has announced that 310 social media accounts have been investigated and legal action has been taken against 238 people between December 3 and December 10.

The social media users have been investigated for these offenses: "Propagandizing for a terrorist organization, promoting these organizations, declaring affiliation with terrorist organizations, inciting people to enmity and hatred, insulting state officials, attempting against state's indivisible integrity, committing hate speech."

7 thousand people taken into custody

On December 11, Minister of Interior Süleyman Soylu said the following regarding the social media operations in 2018:

"We formed virtual patrols working 24/7 on the purpose of investigation of criminal content on the internet.

"Within this context, in 2018, 110 thousand social media accounts have been investigated, users of 45 thousand accounts have been identified, 7 thousand of them have been caught and sent to judicial authorities."

Investigations regarding 'Afrin' and 'Dollar'

General Directorate of Security announced on August 12, 2018 that an investigation was launched into 346 social media accounts which shared posts about the exchange rate of the US Dollar.

Ankara and İstanbul Chief Public Prosecutor's Offices launched investigation into "news items, printer and visual publication, social media accounts that serve in economic attacks" on the same day.

CLICK - Ministry of Interior: 845 People Detained Due to 'Olive Branch'

The Ministry announced on February 26 that 845 people who criticized the Afrin operation on social media and participated in critical activities had been taken into custody. (BIA, Dec 14, 2018)

CPJ: ‘Turkey Still World’s Worst Jailer of Journalists’


Releasing its annual report on December 13, the Committee to Protect Journalists (CPJ) has announced that 251 or more journalists are currently behind bars around the world. The most frequently cited reasons for the imprisonment of journalists are "terrorism" and "false news".

Stating that "China, Egypt and Saudi Arabia imprisoned more journalists than last year", the Committee has emphasized that "Turkey remained the world's worst jailer." According to the figures shared by the CPJ, at least 68 journalists have been behind bars in Turkey.

The report, which has shared information regarding the number of journalists behind bars as of December 1, 2018, does not include the journalists who were detained, arrested and released in the course of the year.

Turkey as "the world's worst jailer" for 3 years

The report has made the following remarks on Turkey:

"In its annual global survey, the CPJ found at least 251 journalists in jail in relation to their work, as Turkey--still the world's worst jailer of journalists--released a small number.

"The past three years have recorded the highest number of jailed journalists since CPJ began keeping track, with consecutive records set in 2016 and 2017. Turkey, China, and Egypt were responsible for more than half of those jailed around the world for the third year in a row.

"CPJ found at least 68 journalists jailed for their work in Turkey, which is slightly lower than previous years.

"Dozens more jailed and released in 2018"

"In the course of the year, dozens more have been jailed or released, as prosecutors continue to seek arrest warrants and apply new charges, and courts ordered some journalists released pending trial and acquitted others."

The report has also emphasized that "for the third consecutive year, every journalist imprisoned in Turkey is facing anti-state charges."

In the annual report of the Committee in 2016, it was announced that 81 journalists in total were behind bars in Turkey while the number which was announced by the CPJ in 2017 was 73.

According to the BİA Media Monitoring Report of bianet, 123 journalists entered October 2018 in jail.
(BIA, Dec 14, 2018)

9 Academics Sentenced to 1 Year, 3 Months in Prison

Trial of academics, who have been charged with "propagandizing for a terrorist organization" for having signed the declaration entitled "We will not be a party to this crime" prepared by the Academics for Peace, continued in İstanbul Çağlayan Courthouse yesterday (December 12).

26 academics had their hearings at four separate courts.

At the İstanbul 26th Heavy Penal Court: Güventürk Görgülü, Tuğçe Erçetin, Murat Paker, Orkun Doğan, Berrak Karahoda and Zeynep Altok from Bilgi University; Nermin Saybaşılı, Adil Emre Zeytinoğlu and Derya Fırat Şannan from Mimar Sinan University had their second hearings.

At the İstanbul 32nd Heavy Penal Court: Onur Buğra Kolcu from Arel University and E.D. from Işık University had their fifth hearings; Elif Çevik and Hazal Halavut from Boğaziçi University and Aytül Fırat from Kemerburgaz University had their fourth hearing; Ayşe Erzan from İstanbul Technical University, Nesrin Sungur Çakmak and Özdemir Aktan from Marmara University, Şahika Yüksel, Aslı Aydemir and Ayşe Rezan Tuncay from İstanbul University had their sixth hearings.

At the İstanbul 30th Heavy Penal Court: Öget Öktem Tanör from Bilim University had her second hearing; Mustafa Oğuz Sinemillioğlu from Dicle University and Hakan Altun from Mersin University had their first hearings.

At the İstanbul 37th Heavy Penal Court: Zeynep Verda İrtiş and Zeynep Savaşçın from Galatasaray University and Nuray Mert from İstanbul University had their third hearings.

Deferred prison sentence to 6 academics

The court board of the 37th Heavy Penal Court ruled that academics Zeynep Verda İrtiş, Zeynep Savaşçı and Nuray Mert shall be sentenced to 1 year and 3 months in prison on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article 7/2 of the Anti-Terror Law (TMK).

The court board of the 32nd Heavy Penal Court also ruled that Aslı Aydemir, Ayşe Rezan Tuncay and Şahika Yüksel shall be sentenced to 1 year and 3 months in prison on the same charge as per the Article 7/2 of the TMK.

The announcement of all six verdicts has been suspended.

3 academics did not accept suspension of verdict

At the 32nd Heavy Penal Court, academics Ayşe Erzan, Nesrin Sungur Çakmak and Özdemir Aktan stated that they did not accept that the pronouncement of the their verdicts be suspended.

The court board has ruled that academics Erzan, Sungur Çakmak and Aktan shall be sentenced to 1 year and 3 months in prison on charge of "propagandizing for a terrorist organization".

The announcement of the verdicts has not been deferred "on the ground that there has formed no conviction that the defendants will abstain from committing offence considering their personalities showing no remorse."
(BIA, Dec 13, 2018)

Vienne exige la libération d'un journaliste autrichien arrêté en Turquie

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a exigé mercredi la remise en liberté du journaliste autrichien Max Zirngast, proche de l'extrême gauche, arrêté en septembre en Turquie après avoir signé des articles jugés hostiles au président Recep Tayyip Erdogan.

"Nous souhaitons une procédure conforme à l'Etat de droit et cela signifie selon moi une libération immédiate", a déclaré M. Kurz à la presse à Vienne.

"Il y a en Turquie beaucoup trop de gens incarcérés à tort" et c'est "inacceptable", a souligné le chancelier, dont le pays assume jusqu'à la fin du mois la présidence tournante de l'Union européenne.

Etabli en Turquie depuis trois ans et collaborant à plusieurs publications internationales, dont la revue d'extrême gauche de langue allemande Re:volt magazine, Max Zirngast, 29 ans, a été arrêté le 11 septembre à Ankara.

Son avocat Murat Yilmaz a indiqué mardi à la radio publique autrichienne ORF que les chefs d'inculpation ne lui avaient toujours pas été notifiés à ce stade.

Dans une tribune publiée le mois dernier par le Washington Post, M. Zirngast avait indiqué avoir été interrogé principalement sur un article paru dans la revue américaine de gauche Jacobin, dans lequel il aurait selon les enquêteurs "insulté" M. Erdogan, un délit en Turquie.

Me Yilmaz a réfuté tout acte illégal de son client et estimé que les autorités turques n'avaient aucun élément concret à lui reprocher. "Sinon, cela ferait longtemps qu'ils les auraient communiqués à Vienne", a-t-il déclaré à l'ORF.

Plusieurs voix, dont celle du Club de la presse autrichien ÖJC, avaient accusé récemment le gouvernement de M. Kurz d'"inaction" dans ce dossier.

Selon des informations de presse autrichiennes non confirmées par le ministère des Affaires étrangères à Vienne, quatre autres ressortissants autrichiens sont actuellement en détention en Turquie.

Ce pays est régulièrement épinglé par des ONG pour ses atteintes à la liberté de la presse et ses arrestations jugées arbitraires, qui ont redoublé après la tentative de putsch de juillet 2016. La Turquie occupe la 157e place sur 180 au classement de Reporters sans frontières (RSF), qui a également appelé à la libération de M. Zirngast.
(AFP, 12 déc 2018)

Les derniers mots de Khashoggi selon CNN: "Je ne peux pas respirer"

Les derniers mots de Jamal Khashoggi, le Saoudien tué le 2 octobre à Istanbul, ont été "Je ne peux pas respirer", a affirmé dimanche CNN en citant une source qui dit avoir lu la transcription d'un enregistrement audio du meurtre.

Cette source, dont CNN ne précise pas l'identité, a déclaré à la chaîne américaine que la transcription montre que le meurtre du journaliste saoudien était prémédité et que plusieurs appels téléphoniques ont été faits pendant le meurtre pour décrire le déroulement de l'opération, effectuée au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul.

Selon CNN, des responsables turcs estiment que ces appels téléphoniques étaient adressés à de hauts responsables saoudiens à Ryad.

Jamal Khashoggi, un membre de l'élite saoudienne devenu critique envers le prince héritier Mohammed ben Salmane, s'était installé aux Etats-Unis et écrivait des articles d'opinion pour le Washington Post.

Il a été tué le 2 octobre peu après être entré au consulat saoudien.

Selon CNN, la transcription comporte des descriptions d'une lutte de Khashoggi contre ses meurtriers et fait état de sons enregistrés sur la bande alors que le corps du dissident "était démembré par une scie".

La transcription originale a été effectuée par les services de renseignement turcs. CNN indique que sa source a lu une version traduite de cette transcription et a été informée de l'enquête menée par les autorités turques sur la mort du journaliste.

Par ailleurs, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a annoncé dimanche que Ryad refuse d'extrader vers la Turquie des personnes suspectées d'être impliquées dans l'assassinat de Khashoggi.

La Turquie avait demandé mercredi l'arrestation de deux proches du prince héritier Mohammed ben Salmane dans le cadre de l'enquête sur ce meurtre.

"Nous n'extradons pas nos citoyens", a déclaré M. Jubeir lors d'une conférence de presse à Ryad.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé plusieurs fois l'Arabie saoudite à extrader les suspects dans cette affaire.

Selon la Turquie, une équipe de quinze Saoudiens a été envoyée à Istanbul pour tuer Khashoggi. Ryad déclare pour sa part qu'il s'agit d'une opération non décidée par les autorités et qui a mal tourné.
(AFP, 10 déc 2018)

Investigation Launched Against Signatories of Afrin Letter

An investigation has been launched against 170 people, who sent a petition to MPs, demanding a halt to the military operations by the Turkish Armed Forces (TSK) and Free Syrian Army (FSA) targeting Afrin, a predominantly Kurdish province that neighbors Turkey.

11 months after the letter was declared to the public, some signatories have been summoned to the Anti-Teror Department to depose. In the police interrogation, the signatories have been asked "What was their purpose of signing the petition, which was asking not to conduct the operation."

A news story by the pro-government TV channel A Haber entitled "Second Declaration Scandal with 170 Signatures" has also been added to the investigation file, diken.com.tr reported.

Erdoğan called the signatories "traitors"

The 170 signatories, including politicians, academics, artists, journalists and civil society representatives demanded dialog to solve problems and the letter was sent to all MPs at the Grand National Assembly of Turkey (TBMM) in January.

President and the Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan called the signatories "immoral, conscienceless traitors" and said, "You should know that our martyrs will be avenged. What these people do is hypocrisy, it is being human shield for terrorists." (BIA, Dec 10, 2018)


Ryad refuse d'extrader en Turquie des suspects saoudiens


Ryad refuse d'extrader en Turquie des personnes suspectées d'être impliquées dans l'assassinat à Istanbul du journaliste saoudien Khashoggi, a affirmé dimanche à Ryad le ministre des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, après une demande en ce sens d'Ankara.

La Turquie avait demandé mercredi l'arrestation de deux proches du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane en lien avec le meurtre de Jamal Khashoggi le 2 octobre dans le consulat de son pays.

"Nous n'extradons pas nos citoyens", a annoncé M. Jubeir lors d'une conférence de presse à Ryad.

D'après l'agence de presse étatique Anadolu, la justice turque a émis des mandats d'arrêt visant Ahmed al-Assiri et Saoud al-Qahtani, accédant à la requête du procureur général d'Istanbul, qui les soupçonne de "faire partie des planificateurs" du meurtre.

Les deux hommes ont été démis de leurs fonctions le 20 octobre alors qu'une tempête diplomatique s'abattait sur Ryad après le meurtre de Khashoggi, qui a considérablement terni l'image de la pétromonarchie, notamment celle de Mohammed ben Salmane.

Après avoir affirmé dans un premier temps que le journaliste avait quitté vivant le consulat, Ryad a fini par reconnaître, sous la pression internationale, qu'il avait été tué et démembré à l'intérieur de la représentation diplomatique.

Le mois dernier, le procureur général saoudien avait annoncé que 11 suspects détenus en lien avec l'enquête sur le meurtre avaient été inculpés, sans communiquer leur identité. M. Jubeir avait souligné pour sa part que Mohammed ben Salmane n'avait "rien à voir" avec cet assassinat.

La justice saoudienne s'est dite prête à coopérer avec les enquêteurs turcs qui mènent leurs propres investigations. Mais depuis le début de l'affaire, une extrême méfiance règne de part et d'autre.

"Selon nous, les autorités turques n'ont pas été aussi coopératives que ce qu'elles auraient dû être", a affirmé dimanche M. Jubeir.
 "Les informations que nous avons reçues de la Turquie sont des informations qui avaient déjà fuité dans les journaux. Nous avons demandé à nos amis en Turquie de nous fournir des preuves que nous pouvons utiliser en justice. Nous ne les avons pas reçues comme nous aurions dû les recevoir", a-t-il ajouté.

"Je crois que la Constitution turque interdit l'extradition de citoyens turcs. Je trouve donc intéressant qu'un pays qui ne nous fournit pas d'informations (...) émette des mandats d'arrêt" et demande l'extradition de suspects, a-t-il déclaré.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a plusieurs fois réclamé l'extradition des suspects arrêtés par Ryad mais ce dernier insiste pour que tout procès se déroule en Arabie saoudite.

Selon le récit des événements des autorités saoudiennes, le général al-Assiri, ancien chef-adjoint du renseignement saoudien, a ordonné à une équipe de 15 agents saoudiens de ramener "de gré ou de force" Khashoggi en Arabie saoudite. Une fois sur place, il aurait décidé de tuer le journaliste.

Quant à al-Qahtani, il fait partie des 17 responsables saoudiens visés par des sanctions annoncées mi-novembre par le Trésor américain, "pour son rôle dans la préparation et l'exécution de l'opération" contre le Khashoggi.
(AFP, 9 déc 2018)

L'université turque, anti-chambre de la prison

ANNE ANDLAUER
(Le Soir, 8 décembre 2018)

Le 25 mars 2018, vers 4 heures du matin, Yaren et sa famille se réveillent en sursaut. On tambourine à coups de poing sur la porte de l’appartement. Dix policiers des forces spéciales se précipitent à l’intérieur, jusqu’à la chambre de la jeune femme. « J’ai été frappée devant mon petit frère et plaquée au sol, une arme pointée sur la tête et une autre dans le dos », se souvient Yaren, 19 ans, en ajustant ses lunettes rondes cerclées de métal doré. Elle marque une pause dans son récit, puis ajoute : « Je n’y comprenais rien. Et mon frère de neuf ans, encore moins ! Pourtant, les policiers l’ont obligé à se mettre à terre, lui aussi, tout en maintenant sa tête. »
Six jours plus tôt, le 19 mars, cette étudiante en langue et littérature turques avait participé à une manifestation sur le campus de son école, la prestigieuse Université du Bosphore. Avec quelques dizaines de ses camarades, elle dénonçait d’autres étudiants qui distribuaient des pâtisseries en soutien aux militaires turcs engagés dans l’opération contre l’enclave kurde d’Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie. « Il ne peut y avoir de loukoums pour une occupation et un massacre, lisait-on sur leur affiche. Présentée à un juge, Yaren sera inculpée pour « propagande terroriste» et incarcérée le 3 avril à la prison pour femmes de Bakirköy, à Istanbul.

Suivi par des policiers en civil

Suat, 24 ans, en dernière année de sociologie et de sciences politiques, a lui aussi été arrêté à cause de ce rassemblement. C’était le 26 mars, à la sortie des cours, à l’issue d’un étrange manège que Suat relate d’un air mi-indigné, mi-amusé. «Ce jour-là, je me suis vite aperçu que des policiers en civil me suivaient partout sur le campus, raconte le jeune homme, qui arbore lui aussi de petites lunettes rondes. J’apparaissais sur une vidéo qu’ils avaient filmée pendant la manifestation. Une vidéo où je ne dis rien, où je n’applaudis même pas. » A peine a-t-il quitté l’établissement que Suat est conduit au commissariat, puis en prison une semaine plus tard.

En tout, une quinzaine d’étudiants de l’Université du Bosphore ont été incarcérés en mars. Chez eux, comme Yaren ; devant l’université, comme Suat, ou même à l’aube dans leur dortoir situé sur le campus. Deux mois plus tard, ils étaient tous libres. Le verdict de leur procès est attendu le 19 mars, un an jour pour jour après le rassemblement. «En général, c’est mauvais signe », s’inquiète Yaren. Ils risquent jusqu’à cinq ans de prison.

Leur cas est symbolique, mais il est loin d’être unique. De source officielle, 1.848 étudiants turcs étaient en prison mi-novembre, soit trois fois plus qu’en 2012. Sur la même période, leur nombre a augmenté deux fois plus vite que la population carcérale totale.

« L’enfermement n’est plus l’exception, mais la règle. C’est comme si on voulait punir cette jeunesse qui ose exprimer des revendications, observe le député Sezgin Tanrikulu. Cet élu du Parti républicain du peuple (CHP, opposition sociale-démocrate) fustige les « nouvelles méthodes» des autorités. «Avant, les recteurs empêchaient les policiers d’entrer sur les campus, rappelle-t-il. Mais ces dernières années, on trouve sur presque chaque campus un commissariat informel, avec des policiers en civil chargés de surveiller la moindre activité étudiante. La liberté d’expression et la liberté de réunion sont bannies. »

Les élèves de l’Université du Bosphore « auraient parfaitement pu être convoqués au commissariat, poursuit Sezgin Tanrikulu, qui préside la commission des droits de l’homme du Parlement turc. Mais on a choisi d’interpeller certains d’entre eux au saut du lit, dans leurs dortoirs, devant leurs camarades. C’est une façon de dire aux autres : tenez-vous à carreau où il vous arrivera la même chose. »

Au moment des arrestations, alors qu’aucun étudiant n’avait encore été présenté à un juge, le chef de l’Etat turc, Recep Tayyip Erdogan, s’était chargé du réquisitoire. « Ce sont des communistes, des traîtres à la patrie, de jeunes terroristes ! », avait-il dit de Yaren, Suat et leurs amis. « J’ai reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux, mes parents ont été insultés», déplore la jeune femme, qui assure pourtant «ne pas se sentir intimidée » par les diatribes du président. « Ça me fait presque rire, je m’y suis habituée», lance-t-elle derrière une épaisse frange de cheveux ondulés.

« C’est moi le chef »

Quelques mois plus tard, Recep Tayyip Erdogan s’en était aussi pris de manière virulente à des étudiants de l’Université technique du Moyen-Orient, autre établissement prestigieux de la capitale, Ankara. En pleine cérémonie de remise des diplômes, ils avaient eu l’impertinence de déployer une banderole représentant le dirigeant sous les traits d’animaux.

Quatre de ces étudiants ont fait un mois de prison pour « insulte au chef de l’Etat »... avant d’être invités, en octobre, à boire le thé et à s’excuser au palais présidentiel. Recep Tayyip Erdogan a retiré sa plainte mais le procès se poursuit. «C’est symptomatique du pouvoir actuel, estime le député Sezgin Tanrikulu, qui a œuvré à leur libération. Monsieur Erdogan avait utilisé politiquement ces étudiants lorsqu’il a décidé de les punir. Il les a aussi utilisés quand il a décidé de le faire libérer et de les convier au palais. Le message est clair : “C’est moi le chef. C’est moi qui emprisonne et c’est moi qui libère.” »

Il n’y a pas que les étudiants. La tentative de putsch de juillet 2016 et deux années d’état d’urgence ont permis aux autorités d’emprisonner des dizaines de milliers de personnes et de limoger près de 126.000 fonctionnaires, dont plus de 6.000 enseignants des universités. Autrefois choisis parmi leurs pairs, les recteurs sont désormais nommés par le chef de l’Etat, et lui seul. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, une chape de plomb s’est abattue sur les campus turcs, qui en ont pourtant vu d’autres.

Pire que lors de la dictature

« Après le coup d’Etat de 1980, les universités avaient été soumises à une tutelle militaire. Sous le pouvoir actuel, elles subissent une tutelle politique et même, ces dernières années, une tutelle religieuse. C’est bien pire qu’avant, aucun savoir ne peut être produit librement », affirme Tahsin Yesildere, président de l’Association des enseignants du supérieur.

Ce professeur à la retraite cite en exemple la question kurde – sa longue histoire, autant que son actualité brûlante. « Un collègue qui avait souhaité débattre de ce sujet avec ses étudiants s’est retrouvé convoqué chez un procureur, et des centaines d’enseignants ont été limogés et inculpés parce qu’ils avaient signé une pétition réclamant la fin des violences, souligne Tahsin Yesildere. Et alors que la Turquie a connu ces cinq dernières années un processus de paix puis une reprise des combats [avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, PKK], nos universités n’ont produit aucune recherche, aucune réflexion sur ce sujet. C’est triste pour nos établissements, c’est dramatique pour notre société. »

Recep Tayyip Erdogan n’avait pas seulement qualifié de « terroristes » les étudiants de l’Université du Bosphore qui dénonçaient l’opération militaire contre les forces kurdes de Syrie. « Nous ne leur donnerons pas le droit d’étudier à l’université», avait assené le président. Depuis leur libération, Yaren, Suat et leurs amis ont repris le chemin des cours. Mais avec du retard, dans la précarité.

Une solution : partir

«Je n’ai pas pu passer mes examens de fin d’études au printemps. C’était mon droit, mais comme nous étions sous état d’urgence [levé en juillet 2018], j’en ai été privé, soupire Suat. J’aurais dû être diplômé l’été dernier mais je ne le serai qu’en janvier. Et je n’ai pas pu m’inscrire en master. Pendant ce temps-là, j’ai perdu les bourses que je touchais grâce à mes bons résultats, ce qui m’oblige à demander de l’argent à ma famille. »

Ce jeune homme brillant préfèrerait rester en Turquie. Mais il ira sans doute ailleurs pour son master, si la justice le laisse libre. Comme lui, de plus en plus d’étudiants et d’enseignants – parmi les meilleurs du pays – choisissent de s’expatrier. A cause des risques ou, dans le cas de Suat, parce que la qualité de l’enseignement et leur liberté académique ne cessent de se dégrader.

Selon des données publiées en septembre par l’Institut turc des statistiques (TÜIK), 253.640 Turcs ont émigré l’an dernier pour des raisons liées à « l’économie, la politique, le social, la culture », soit une hausse de 42,5 % par rapport à 2016. Plus de 42 % d’entre eux avaient entre 20 et 34 ans, et 57 % étaient originaires des villes les plus peuplées du pays (Istanbul, Ankara, Izmir, Bursa). Ceux qui partent sont souvent de jeunes citadins dotés d’un bon niveau d’éducation.

Cette fuite des cerveaux ne semble pourtant pas inquiéter Recep Tayyip Erdogan. « Il faudrait leur offrir le billet [d’avion] », disait-il en mars dernier de ses concitoyens en quête d’une vie meilleure hors des frontières. Quelques mois plus tôt, en septembre 2017, le chef de l’Etat regrettait également que certains jeunes Turcs formés à l’étranger soient devenus des « agents zélés de de l’Occident ». ■

La Turquie demande l'arrestation de deux proches du prince saoudien

La Turquie a demandé mercredi l'arrestation de deux proches du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane en lien avec le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, accentuant la pression sur le dauphin saoudien, mis en cause mardi par d'influents sénateurs américains.

D'après l'agence de presse étatique Anadolu, la justice turque a émis des mandats d'arrêt visant Ahmed al-Assiri et Saoud al-Qahtani, accédant à la requête du procureur général d'Istanbul, qui les soupçonne "fortement" de "faire partie des planificateurs" du meurtre.

Le général al-Assiri, ancien chef-adjoint du renseignement saoudien, et al-Qahtani, ex-conseiller "médias" à la cour royale, sont deux membres de la garde rapprochée du prince héritier saoudien.

Ils ont été démis de leurs fonctions le 20 octobre alors qu'une tempête diplomatique s'abattait sur Ryad après le meurtre de Jamal Khashoggi, qui a considérablement terni l'image de la pétromonarchie, notamment celle de Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS".

M. Khashoggi, un éditorialiste saoudien critique de Ryad qui écrivait notamment pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre dans le consulat d'Arabie à Istanbul, où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives.

Si MBS nie vigoureusement tout lien avec le meurtre, la presse progouvernementale turque et des responsables, sous couvert d'anonymat, l'accusent d'être derrière le meurtre.

Et alors que le président américain Donald Trump s'est érigé en allié indéfectible du prince héritier, des sénateurs républicains ont affirmé mardi, après avoir été informés des conclusions de la CIA, n'avoir "aucun doute" sur le fait qu'il avait "ordonné" le meurtre de M. Khashoggi.

MBS "est fou, il est dangereux, et il a mis cette relation (avec les Etats-Unis) en danger" car il n'est pas "fiable", a lâché Lindsey Graham, poids lourd du Sénat et proche du président américain.

Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a cependant indiqué mercredi chercher encore des preuves pour désigner le responsable de ce crime.

"Si je dis quelque chose, j'ai besoin de preuves", a-t-il déclaré. "Je suis convaincu du fait que nous allons trouver d'autres preuves de ce qui s'est passé. Seulement je ne sais pas ce que cela sera, ni qui sera impliqué".

M. Graham "est un sénateur et il a droit à ses opinions", a également répondu M. Mattis.

- Appel à la "transparence" -

Après avoir affirmé dans un premier temps que Jamal Khashoggi avait quitté vivant son consulat à Istanbul, l'Arabie a fini par reconnaître, sous la pression internationale, que le journaliste avait été tué et démembré à l'intérieur de la représentation diplomatique.

La justice saoudienne a ouvert une enquête et s'est dite prête à coopérer avec les enquêteurs turcs qui mènent leurs propres investigations. Mais depuis le début de l'affaire, une extrême méfiance règne de part et d'autre.

"A ce jour, nous n'avons pu obtenir aucun élément de la part de l'Arabie saoudite concernant l'enquête", a déploré mercredi le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu. "Il faut qu'ils soient transparents, qu'ils partagent ce que révèle leur enquête".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a plusieurs fois réclamé l'extradition des suspects arrêtés par l'Arabie saoudite, mais sa demande est restée lettre morte à ce jour. Ryad insiste en effet pour que tout procès se déroule en Arabie saoudite.

Le mois dernier, le procureur général saoudien a annoncé que parmi les 21 suspects détenus en lien avec l'enquête sur le meurtre, 11 avaient été inculpés. Il a requis la peine de mort pour cinq d'entre eux.

Selon le récit des événements par les autorités saoudiennes, al-Assiri a ordonné à une équipe de 15 agents saoudiens de ramener "de gré ou de force" M. Khashoggi en Arabie saoudite. Une fois sur place, le chef du commando aurait décidé de tuer le journaliste.

Quant à al-Qahtani, il fait partie des 17 responsables saoudiens visés par des sanctions annoncées mi-novembre par le Trésor américain, "pour son rôle dans la préparation et l'exécution de l'opération" contre le journaliste.

- Sean Penn à Istanbul -

Pour un haut responsable proche de l'enquête turque, la requête du bureau du procureur d'Istanbul visant les deux suspects saoudiens illustre le fait que, dans l'esprit d'Ankara, "les autorités saoudiennes n'agiront pas formellement contre ces deux individus".

Dans un entretien avec la presse turque cette semaine, le président Erdogan a déploré que plusieurs questions restaient toujours sans réponse, à commencer par la localisation du corps de M. Khashoggi.

Les enquêteurs turcs ont fouillé le consulat et la résidence du consul saoudien à Istanbul, ainsi que deux villas dans le nord-ouest de la Turquie. En vain.

Signe de l'intérêt que cette affaire continue de susciter plus de deux mois après le meurtre, l'acteur américain Sean Penn se trouvait mercredi à Istanbul pour travailler sur un documentaire sur l'affaire Khashoggi.

D'après les images diffusées par les médias turcs, l'acteur deux fois oscarisé s'est notamment rendu devant le consulat saoudien avec son équipe de tournage.
(AFP, 5 déc 2018)

Mandat d'arrêt contre le journaliste en exil Can Dündar

La justice turque a émis mercredi un mandat d'arrêt à l'encontre du journaliste Can Dündar, qui s'est exilé en Allemagne, l'accusant d'avoir "joué un rôle" dans les manifestations antigouvernementales de 2013, selon l'agence de presse étatique Anadolu.

Ancien rédacteur en chef du quotidien d'opposition Cumhuriyet, Can Dündar est parti vivre en Allemagne après avoir été condamné en 2016 en raison de la publication d'un article et d'une vidéo sur la fourniture par les services secrets turcs d'armes à des groupes islamistes en Syrie.

Au cours d'une visite en Allemagne fin septembre, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait exigé l'extradition du journaliste, l'accusant d'être un "agent" ayant divulgué des "secrets d'Etat".

D'après Anadolu, M. Dündar est poursuivi dans le cadre de l'enquête qui vise Osman Kavala, une figure majeure de la société civile en Turquie, écroué depuis plus d'un an.

M. Kavala est soupçonné par les autorités d'avoir "financé" les manifestations de 2013, dites "de Gezi", et d'être lié au putsch manqué de 2016, ce qu'il nie farouchement.

Son placement en détention préventive en novembre 2017 et l'absence à ce jour d'acte d'accusation ont suscité de nombreuses critiques de la part des associations de défense des droits de l'Homme.

Réagissant au tweet d'Anadolu annonçant l'émission du mandat d'arrêt à son encontre, M. Dündar a simplement déclaré : "Nous sommes fiers", avec le mot-dièse "Nous étions tous à Gezi".

D'après Anadolu, le journaliste en exil est accusé d'avoir agi comme un "agent", d'avoir attisé les tensions, et d'avoir essayé de renforcer la résistance de membres d'une organisation "terroriste" face aux forces de l'ordre qui tentaient d'empêcher les manifestations.

Les autorités turques semblent avoir accru ces dernières semaines la pression sur l'entourage d'Osman Kavala et sur les personnes liées au mouvement de Gezi, notamment avec l'arrestation mi-novembre de plusieurs universitaires, dont la plupart ont ensuite été relâchés.

Un mandat d'arrêt a ainsi également été émis mercredi contre l'acteur turc Mehmet Ali Alabora, poursuivi dans le cadre de la même enquête visant MM. Dündar et Kavala.
(AFP, 5 déc 2018)

Turkish court upheld prison sentences for 5 journalists

The European and International Federations of Journalists (EFJ-IFJ) strongly condemn the confirmation of prison sentences for five journalists by the Third Penal Chamber of the İstanbul Regional Court of Justice in Turkey.

In the lawsuit filed against five journalists for participating in the Editors-in-Chief on Watch campaign that was launched in solidarity with Özgür Gündem, a Kurdish daily newspaper, which was subsequently banned per the Statutory Decree no. 675, the İstanbul 13th Heavy Penal Court gave its verdict for Ayşe Düzkan, Ragıp Duran, columnists of the newspaper Mehmet Ali Çelebi and Hüseyin Bektaş and its former Co-Editor-in-Chief Hüseyin Aykol on January 16, 2018.

In its verdict, the court ruled that the journalists shall be penalized on charge of “propagandizing for a terrorist organization” as per the Article no. 7/2 of the Anti-Terror Law (TMK). While the court sentenced Hüseyin Aykol to 3 years and 9 months in prison, it sentenced Hüseyin Bektaş, Mehmet Ali Çelebi, Ayşe Düzkan and Ragıp Duran to 1 year and 6 months in prison each.

Announcing its verdict today (November 29), the Third Penal Chamber of the İstanbul Regional Court of Justice, upheld the prison sentences given to the journalists by the İstanbul 13th Heavy Penal Court.

“Ayse Duzkan is a well-known Turkish female journalist and board member of DISK Basin Is, an affiliate of EFJ-IFJ and Ragip Duran is a respected columnists and a respected media observer and the other three are also respected colleagues. The campaign has nothing to do with propaganda for a terrorist organisation, it’s a unique act of solidarity from intellectuals towards a Kurdish daily newspaper under attack. The prison sentences against our colleagues are unacceptable, our colleagues must remain free”, said the EFJ-IFJ. (
EFJ-IFJ, Dec 3, 2018)

Kurdish Question / Question kurde

Appel à la Belgique, à l'Union Européenne et à la communauté internationale

CONDAMNEZ LA GUERRE D’ANNEXION DU REGIME TURC

Ne laissez pas les Kurdes syriens, qui ont battu l'Etat Islamique, se faire massacrer par la Turquie!

Le président turc Erdoğan a annoncé que dans quelques jours, il attaquerait de nouveau la région à prédominance kurde du nord de la Syrie. En 2016, il avait déjà annexé illégalement la zone située entre Jarabulus et Azaz, puis, au début de cette année, le canton d'Afrin; Erdoğan veut maintenant envahir la région à prédominance kurde à l'est de l'Euphrate.                     

Les gouvernements européens ne peuvent pas le laisser agir de manière tacite!

Les milices kurdes et leurs alliés arabes, assyriens, turkmènes des Forces Démocratiques Syriennes (SDF) se sont battus et ont sacrifié des milliers de vies dans la lutte contre l'État Islamique. Maintenant que l'EI est presque vaincu, l'armée turque les attaque à nouveau.      

Les occidentaux ne peuvent rester passifs en regardant leur meilleur allié dans la lutte contre l’EI et les organisations terroristes djihadistes associées être attaqué par le régime dictatorial turc.

La Turquie a conquis les zones à prédominance kurde avec l'aide de nombreuses milices extrémistes djihadistes. Ces djihadistes commettent de graves violations des droits humains contre la population d'Afrin, notamment des expropriations et des pillages. Erdoğan veut utiliser Afrin pour déplacer des réfugiés et ainsi changer la démographie de la région. Cela équivaut à un nettoyage ethnique de la population d'origine kurde.

La Turquie occupe déjà une grande partie du nord de la Syrie et il est clair, à cause de la turquification rapide, qu'elle n'a pas l'intention de restituer ces zones.                                    

Cette annexion turque du territoire syrien est évidemment une violation du droit international.

Contrairement à cela, les Kurdes et leurs alliés aspirent à une société base-démocratique dans laquelle la fraternité entre les peuples et les droits de la femme occupent une place centrale.

L'Occident doit se rendre compte que - maintenant que l'EI est presque battu - il serait non seulement injuste, mais également imprudent de voir ces forces porteuses d’espoir pour la région tout simplement massacrées par un dictateur et ses mercenaires djihadistes. Et ceci avec pour projet le nettoyage ethnique et l'expansionnisme turc néo-ottoman.

Nous exhortons nos politiciens à ne ménager aucun effort pour éviter cette nouvelle guerre d'annexion ainsi qu’à manifester leur objection à l'agression turque auprès de l'ambassade de Turquie.

Les Kurdes et leurs alliés ont sacrifié leur vie pour vaincre l'État islamique, nous ne pouvons pas les laisser tomber maintenant!

Nous demandons à la Belgique, à l'Union Européenne et à la communauté internationale de:

- condamner la guerre d'annexion du régime turc

- prendre d'urgence des mesures pour mettre fin à l'agression turque

- arrêter le commerce des armes avec la Turquie

- respecter l'intégrité territoriale de la Syrie et insister sur le retrait des troupes turques et des milices soutenues par la Turquie du nord de la Syrie

- lancer des initiatives diplomatiques qui aboutissent à un cessez-le-feu durable et à des négociations politiques de paix.


Koerdisch Instituut vzw
Vrede vzw
NavBel
Info-Türk
Les Ateliers du Soleil

Jan Béghin, ancien membre du Parlement et président du groupe de travail interparlementaire Les Kurdes (IPWK)

Hugo Van Rompaey, sénateur honoraire et maire honoraire, avec 17 ans d'expérience de recherche sur la question kurde et 11 publications scientifiques sur le sujet

Maintien en détention provisoire de l'opposant kurde Demirtas

Un tribunal turc a ordonné jeudi le maintien en détention de l'opposant kurde Selahattin Demirtas, malgré une décision de la Cour européenne des droits de l'homme exigeant sa libération, a annoncé l'un de ses avocats.

"La décision de maintenir en détention Selahattin Demirtas a été prise à la majorité", a affirmé sur Twitter Ramazan Demir, l'un des avocats du leader kurde. Le procès doit reprendre du 23 au 25 janvier, a-t-il ajouté.
 
a Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) avait pourtant sommé la Turquie le 20 novembre de mettre fin "dans les plus brefs délais" à la détention provisoire de M. Demirtas, figure de proue du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), dans le cadre de ce procès.

M. Demirtas est placé en détention provisoire depuis novembre 2016, accusé de diriger une "organisation terroriste", de "propagande terroriste" et "incitation à commettre des crimes".

Il risque jusqu'à 142 ans de prison s'il est reconnu coupable.

Au cours de l'audience, qui a démarré mercredi, M. Demirtas a dénoncé ce qu'il considère comme un "procès politique".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan accuse régulièrement le HDP d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux. Il avait affirmé que la décision de la CEDH n'était pas contraignante pour Ankara.

Or même si le tribunal avait décidé de remettre en liberté M. Demirtas dans le cadre de ce procès, il serait resté en prison car il a déjà été condamné en appel le 4 décembre à une peine de quatre ans et huit mois pour "propagande terroriste".

"Après la décision de remise en liberté prise par la CEDH, cette décision (de maintenir M. Demirtas en détention) est un scandale judiciaire", a dit pour sa part à l'AFP Me Demir. "Cela revient à défier la CEDH".
(AFP, 13 déc 2018)

Erdogan annonce une offensive imminente contre les milices kurdes

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi le lancement "dans les prochains jours" d'une nouvelle offensive en Syrie contre des milices kurdes, au risque de brouiller davantage ses relations avec leur parrain américain, pour qui une telle opération serait "inacceptable".

Ce serait la troisième offensive lancée par la Turquie en Syrie, où elle est déjà intervenue en 2016 et début 2018 pour repousser de sa frontière les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG).

Cette milice kurde, épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis dans la lutte contre l'EI, est considérée comme "terroriste" par la Turquie, qui craint plus que tout la création d'un "Etat kurde" à sa frontière.

La collaboration entre Washington et les YPG est l'une des principales pierres d'achoppement troublant les relations turco-américaines.

"Nous disons que notre opération pour sauver l'est de l'Euphrate de l'organisation terroriste séparatiste va commencer dans les prochains jours", a déclaré mercredi M. Erdogan, se référant à des zones contrôlées par les milices kurdes dans le nord de la Syrie.

"Notre objectif, ce ne sont pas les soldats américains, mais les membres de l'organisation terroriste active dans cette région", a-t-il souligné.

En réponse, un porte-parole du Pentagone, le capitaine Sean Robertson, a souligné qu'une "action militaire unilatérale (...) dans une zone où du personnel américain pourrait être présent, est très inquiétante".

"Nous considérerions une telle action comme inacceptable", a-t-il ajouté.

Ankara considère les YPG comme une extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984 et qui est classé "terroriste" par la Turquie, mais aussi les Etats-Unis et l'Union européenne.

- "Protéger les terroristes" -

Si M. Erdogan n'a donné aucun détail sur l'étendue exacte de l'opération prévue, Youssef Hammoud, porte-parole d'al-Jaich al-Watani (L'armée nationale), une coalition de groupes rebelles pro-Ankara, a indiqué que "toutes les régions sont concernées, de Minbej à Tal Abyad, sans exception", des deux côtés de l'Euphrate.

"Les factions du Jaich al-Watani ont été mises au courant il y a un moment", a-t-il ajouté, affirmant que des entraînements supervisés par des officiers turcs étaient en cours.

Les déclarations de M. Erdogan surviennent au lendemain de l'annonce par Washington de l'installation, en dépit de la ferme opposition d'Ankara, de postes d'observation censés empêcher toute altercation entre l'armée turque et les YPG.

"Il est évident que l'objectif des radars et des postes d'observations installés par les Etats-Unis n'est pas de protéger notre pays des terroristes, mais de protéger les terroristes de la Turquie", s'est emporté M. Erdogan.

Pour Elizabeth Teoman, analyste à l'Institute for study of war (ISW), ces menaces peuvent être une façon pour le président turc d'"imposer un changement de politique concernant les postes d'observation américains".

En octobre, la Turquie avait mené des attaques sporadiques contre les YPG dans le nord de la Syrie, conduisant la milice kurde à interrompre pendant dix jours ses opérations contre l'EI, et embarrassant fortement Washington.

Mercredi, les YPG ont prévenu qu'une nouvelle offensive affecterait la bataille contre les derniers réduits de l'EI dans la région de Hajine, près de la frontière irakienne.

"Sans aucun doute, toute attaque sur le nord syrien aura un impact direct sur la bataille de Hajine", a mis en garde le porte-parole des YPG, Nouri Mahmoud. En cas d'opération turque, les forces kurdes combattant à Hajine rentreront "pour défendre leur région et leur famille".

Parmi les principaux différends entre la Turquie et les Etats-Unis figure notamment la situation à Minbej, une région du nord de la Syrie contrôlée par les YPG et où des soldats américains sont aussi stationnés.

Une feuille de route avait été arrêtée en mai pour apaiser les tensions, prévoyant notamment le retrait des YPG de Minbej et la mise en place de patrouilles conjointes américano-turques, qui ont démarré en novembre.

Mais Ankara n'a de cesse de rappeler que le retrait prévu n'a toujours pas eu lieu, menaçant d'agir militairement à Minbej contre les YPG si Washington ne respectait pas ses engagements.
(AFP, 12 déc 2018)

L'opposant kurde Demirtas au tribunal dénonce un "procès politique"


L'opposant kurde Selahattin Demirtas s'est dit mercredi victime d'un "procès politique" lors de sa première apparition au tribunal depuis la décision de la Cour européenne des droits de l'homme demandant sa libération, restée lettre morte.

Le 20 novembre, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a sommé la Turquie de mettre fin "dans les plus brefs délais" à la détention provisoire de M. Demirtas, figure de proue du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), dans le cadre de ce procès.

M. Demirtas est en effet placé en détention provisoire depuis novembre 2016, accusé de diriger une "organisation terroriste", de "propagande terroriste" et "incitation à commettre des crimes".

Il risque jusqu'à 142 ans de prison s'il est reconnu coupable.

Au cours de l'audience, M. Demirtas a dénoncé, selon des propos diffusés sur Twitter par sa défense, ce qu'il considère comme un "procès politique".

"Même à 90 ans, et s'il ne me reste qu'une seule dent, je ne vous demanderai pas ma libération. Parce que ce n'est pas vous qui m'avez mis en détention, et ce n'est pas vous qui me libérerez. Je suis un otage politique et les otages politiques ne peuvent demander à être libérés", a-t-il notamment déclaré.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui accuse régulièrement le HDP d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux, avait rejeté la décision de la CEDH, assurant qu'elle n'était pas contraignante pour Ankara.

Comme souvent pour ces audiences, des diplomates étrangers dépêchés par les ambassades à Ankara ont été interdits d'entrée dans la salle d'audience du tribunal du complexe pénitentiaire de Sincan, près d'Ankara, a constaté sur place une journaliste de l'AFP, qui elle aussi n'a pas été autorisée à assister à l'audience.

Le 4 décembre, un tribunal d'Istanbul a confirmé en appel une peine de quatre ans et huit mois infligée à M. Demirtas en septembre pour "propagande terroriste". Cela permet à la Turquie de le maintenir en prison même si elle venait à faire volte-face et obtempérer à la décision de la CEDH, qui ne concernait que sa détention provisoire dans son principal procès.

"Même si une décision de remise en liberté sort d'ici, malheureusement il n'est pas question qu'il soit libéré avant les élections locales (de mars)", a regretté le député allemand Hakan Tas, venu suivre le procès mais interdit d'accès à l'audience.

"C'est une position qui va complètement à l'encontre du droit international", a ajouté cet élu du parti de gauche radicale Die Linke.

La séance s'est terminée en début de soirée et devait reprendre jeudi et vendredi.
(AFP, 12 déc 2018)

Turkish judge admits to bias during Demirtaş hearing

A Turkish judge admitted to bias on Wednesday during the trail of Kurdish politician Selahattin Demirtaş, who urged the judges to withdraw from the case, Duvar news site reported .

The European Court of Human Rights (ECHR) asked Turkey last month to release the former head of the the pro-Kurdish Peoples' Democratic Party (HDP), and ruled that Turkey sought to limit democratic freedoms and political debate by imprisoning Demirtaş, who was arrested in November 2016 on terrorism charges.

Last week, in a separate case, a Turkish appeals court upheld a four-year-and-eight-month prison sentence for Demirtaş for spreading terrorist propaganda, effectively preventing the implementation of the ECHR decision.

Demirtaş’s hearing began on Wednesday morning in the Turkish capital of Ankara. In his defense, Demirtaş criticised the court for ruling for the continuation of his detention, while asking the Ministry of Justice its opinion on the ECHR’s ruling.

“The Ministry of Justice represents the Turkish government in the ECHR, it means it is a side in the case,” he said. “You supported a particular side openly by asking for an opinion from an institution that is a side in my case.”

Demirtaş urged the judges to withdraw from the case, saying that the court had demonstrated that it would not continue the trial in a neutral way, Duvar news site reported.

“My lawyers and I do not demand my release, we want you to make the right decision by withdrawing from the case. We are the only power supporting democracy in this country. I don’t know whether you would like to support it too,” he said.

The head judge responded to Demirtaş. “Alright, I am biased,” he said, according to Duvar. Those words created tension in the courtroom and the judges called a ten-minute break, accusing an HDP deputy of disturbing the peace.

Meanwhile, a Turkish court accepted on Wednesday another indictment requesting up to 10-year sentence for terrorism propaganda charges for Demirtaş for a speech he made in 2016, Anadolu Agency reported .

During the speech delivered in the eastern province of Van, Demirtaş asked people to resist the mayors appointed by the Turkish government, which had dismissed the elected mayors of the HDP, Anadolu said.

The Kurdish politician penned a letter published by Le Monde on Saturday calling for international solidarity during his next hearing scheduled for Wednesday.

The European Parliament held a debate on the case of Demirtaş in Strasbourg on Tuesday, a day before his hearing.

“The fate of Selahattin Demirtaş is an issue that I believe lies close to the hearts of many of us,” the European Union’s top foreign policy chief Federica Mogherini said in the European Parliament. “He has been for long years an interlocutor for many, and a key figure in Turkey's democratic debate.” She added that they were not only discussing the fate of a human being, but the state of the Turkish democracy.

“The independence of Turkey's judiciary is being undermined,” said Mogherini. “Fundamental rights, such as the presumption of innocence, are often ignored and violated. On the one hand, the case of Demirtaş reflects these larger trends. On the other hand, this case is unique. Demirtaş is a Member of Parliament, a former presidential candidate, the co-chair of his party and a democratically elected leader. His case speaks about pluralism in Turkey, and the right of every individual to take part in their country's democratic life - freely.”

Despite the Turkish court’s decision last week changing the legal status of Demirtaş, Mogherini said Turkey should immediately follow the ECHR ruling.

“This is not just about Turkey's status as a candidate country – I would like to be very clear on this,” she said. “I believe this is about the kind of country the Turkish people want and deserve; a country with stronger institutions; a more inclusive country; a country where all the people of Turkey can find their place, and contribute to Turkish society's collective progress.” (Ahval, 12 December 2018)


Message from Demirtas to European Parliament after the debate

Following the debate in the European Parliament on “The ruling of the European Court of Human Rights on the case of Selahattin Demirtas”, he sent to the European Parliament the following declaration:

"Firstly, I would like to salute the honourable members of the European Parliament, my dear friends.

I thank you for the sincere solidarity that you have shown.

We have been struggling for a long time in order for Turkey to progress in its accession process by committing to the principles of democracy and human rights.

However, as you have also followed, the AKP government has not only disregarded democracy and human rights, but has also terminated the constitution. Erdogan, by successfully deploying the refugee card against Europe, has minimised criticism that would otherwise be directed at him.

Of course we will continue to criticise this stance of the European governments. But we are also aware of the hardships that the progressive democratic forces of Europe find themselves in. With this said, I believe that we will ensure democracy and human rights prevail in both Turkey and Europe.

Democracy is the antidote for the rising ultra-right in Europe and the institutionalisation of fascism in Turkey.

We, as the HDP members who have been taken as political hostages, will insist on peaceful politics and democratic resistance.

If the ECHR could make decisions more efficiently, this would be a significant contribution to us and democracy in Turkey.

At the end of the day, the implementation of the European Human Rights Convention is important for the furthering of human rights.

I hope that my new application to the ECHR that my lawyers will undertake within the next few days will be dealt with quickly and not span several years.

On behalf of all of my imprisoned friends, I once again send you my warmest regards and gratitude for your meaningful friendship and solidarity.

Selahattin Demirtas

December 11, 2018

Speech by Mogherini on the case of Selahattin Demirtaş

Speech by High Representative/Vice-President Federica Mogherini at the European Parliament Plenary session on the ruling of the European Court of Human Rights on the case of Selahattin Demirtaş
Check against delivery!

Thank you Madame Chair.

The fate of Selahattin Demirtaş is an issue that I believe lies close to the hearts of many of us. He has been for long years an interlocutor for many, and a key figure in Turkey's democratic debate. Today we discuss not just the fate of a human being, which is probably the most important thing a hemicycle can discuss, but also the state of Turkey's democracy; we discuss the individual and collective rights of all Turkish citizens.

In these two years, we have witnessed the detention of elected politicians, journalists and academics. We are well aware of the incredible challenge that Turkey faced back in July 2016, with the attempted coup d'état. But today the state of emergency is over, and this should be the time to strengthen Turkey's democracy.

The independence of Turkey's judiciary is being undermined. Fundamental rights, such as the presumption of innocence, are often ignored and violated.

On the one hand, the case of [Selahattin] Demirtaş reflects these larger trends. On the other hand, this case is unique. [Selahattin] Demirtaş is a Member of Parliament, a former presidential candidate, the co-chair of his party and a democratically elected leader. His case speaks about pluralism in Turkey, and the right of every individual to take part in their country's democratic life - freely.

Also for this reason, we have followed his case since his detention more than two years ago. On the day of his detention, Commissioner [for European Neighbourhood Policy and Enlargement Negotiations, Johannes] Hahn and myself described him as our "trusted and valued interlocutor". And I believe many in this hemicycle will share these views.

As you know, I raised his case again – in public and in private – during my last meeting with Foreign Minister Mevlüt Çavuşoğlu, at the High Level Political Dialogue in Ankara last month, that, by the way, was a very fruitful, open and constructive meeting of which I am very happy.

This was just two days after the ruling by the European Court of Human Rights that we discuss today. The Court has ruled that [Selahattin] Demirtaş' extended detention violated the European Convention of Human Rights. As Commissioner [Johannes] Hahn and I said in Ankara just a couple of weeks ago during the [High Level Political Dialogue] meeting: "We expect the Turkish authorities, including the Turkish judiciary, to follow-up, in an appropriate manner, on the recommendations by the Council of Europe and on the rulings by the European Court of Human Rights and we expect to see concrete progress in Turkey on the rule of law and fundamental freedoms, including those of Mr [Selahattin] Demirtaş."

The Court in this case has described his detention as an “unjustified interference” with the free expression of the Turkish people's opinion, and with his right to be elected and to sit in Parliament. The Court found, “beyond reasonable doubt”, that his time in prison had the purpose to suffocate pluralism and Turkey's democratic debate.

Let me remind everyone that the European Convention of Human Rights does not belong to the European Union nor to any of our Member States. It is the result of the work done in the 1950s by the Council of Europe, and Turkey is a proud founding member of the Council of Europe. The European Convention on Human Rights is embedded in Turkey's domestic law. So this is not a violation of a recommendation coming from the European Union, but of Turkey's own principles and values.

The legal status of [Selahattin] Demirtaş has changed now following a recent ruling in another case by a Turkish Court of Appeal. Nonetheless, I believe that it is not only Turkey's responsibility, but also Turkey's interest, to immediately follow up on rulings by the European Court of Human Rights.

This is not just about Turkey's status as a candidate country – I would like to be very clear on this. I believe this is about the kind of country the Turkish people want and deserve; a country with stronger institutions; a more inclusive country; a country where all the people of Turkey can find their place, and contribute to the Turkish society's collective progress.

What we would like to see as European Union is a strong, free, secure, prosperous, democratic Turkey as a key neighbour and partner in our region, not just as a candidate country. It is in our shared interest to contribute to this and all Turkish people should know that they can count on the European Union to be at their side for a secure, democratic, free and prosperous Turkey.

Thank you.       

Former HDP MP Sırrı Süreyya Önder in Prison

Former HDP MP Sırrı Süreyya Önder has submitted himself to prison in Kocaeli after the 42-month sentence, which was given to him because of a speech that he made on Newroz Day in 2013, has been upheld by the court of appeal.

People's Democratic Party (HDP) former Ankara MP Sırrı Süreyya Önder, whose 42-month prison sentence was upheld by the 2nd Penal Chamber of the İstanbul Regional Court of Justice on December 3, went to prison in the province of Kocaeli today (December 6).

Talking to the journalists before entering the Kandıra No 1 Type-F Prison, Önder said, "We stand behind whatever we said. Salute to all friends. Peace and democracy will win."

'Good days are coming soon'

Önder also made a written statement, which has been released by HDP:

"We are going through such days which are not surprising for those who are making efforts for peace and democracy. This well of war and vulgarity is not as deep as it is thought to be. Although what have been lived through seems gloomy, good days for whole country are coming soon.

"Our tradition have countless examples of making the most out of what we have. Every word we say, every effort we make are our honors. If necessary, paying price is, too... I salute all friends with feelings of peace and solidarity."

What happened?

In the case HDP's former Co-Chair Selahattin Demirtaş and former MP Önder were being tried for "propagandizing for a terror organization", the court announced its verdict on September 8. The two politicians were sentenced to 56 and 43 months in prison respectively, because of the speeches that they made on Newroz Day in 2013, at a time when the Turkish government was running a "resolution process" to the Kurdish question.

Attorneys of Demirtaş and Önder appealed against the ruling. The verdict reached to the 2nd Penal Chamber of the İstanbul Regional Court of Justice, which is operating as a court of appeal, on October 25.

After the European Court of Human Rights (ECtHR) announced on November 16 that it will pronounce its verdict on Demirtaş's appeal against his arrest on November 20, the court of appeal in İstanbul began preliminary evaluation on the case of Demirtaş and Önder on November 19.

On November 20, the ECtHR gave its verdict, stating Demirtaş should be immediately released. On December 4, the İstanbul court of appeal upheld the prison sentences given to Demirtaş and Önder. (BIA, Dec 6, 2018)

Demirtas : « Aujourd’hui, c’est mon tour de vous demander soutien et solidarité »

Dans une lettre au « Monde », Selahattin Demirtas, leader du Parti démocratique des peuples (HDP), incarcéré en Turquie, appelle à l’aide la communauté internationale pour obtenir justice en Turquie, où il a été condamné en septembre à quatre ans et huit mois de prison pour « propagande terroriste ».

 « Nous sommes les otages d’un enchaînement de pressions et de décisions politiques qui nous visent, parce que nous constituons un obstacle à l’édification du pouvoir autocratique instauré en Turquie. » Photo : partisans de  Selahattin Demirtas à Ankara (Turquie) le 19 juin 2018.

Je vous fais parvenir cette lettre par l’intermédiaire de mes avocats, depuis le centre pénitentiaire de haute sécurité d’Edirne, où que je suis détenu en toute illégalité depuis maintenant deux ans. Le 4 novembre 2016, douze députés et moi-même avons été arrêtés au mépris des lois. Tout ce que l’on nous reproche, ce sont les propos que nous avons tenus et publiés dans la presse. Nous sommes en réalité les otages d’un enchaînement de pressions et de décisions politiques qui nous visent, parce que nous constituons un obstacle à l’édification du pouvoir autocratique instauré en Turquie.

À ce jour, près de 5 000 personnes liées à mon parti, le Parti démocratique des peuples (HDP), ont été arrêtées pour les mêmes raisons. Nous sommes actuellement cinquante-huit maires et neuf députés à être incarcérés dans la même prison. Pas moins de cent vingt-deux enquêtes ont été ouvertes à mon encontre au cours des deux dernières années. Quarante-sept d’entre elles ont entraîné l’ouverture d’un procès.

Certains procès demeurent en suspens mais dix-neuf sont en cours. Je ne dois mon incarcération qu’à l’un d’eux, et les propos que j’ai tenus, alors, me font encourir une peine de cent cinquante années de prison. J’ai déjà été condamné, il y a peu, à une peine de quatre ans et huit mois de prison ferme, lors d’un procès motivé par un discours en faveur de la paix que j’avais prononcé cinq ans plus tôt dans le cadre du processus de paix avec les Kurdes.

Ce discours avait alors été salué par l’ensemble de la presse internationale comme un « grand message de paix ». Hélas, cinq ans plus tard, il s’est vu requalifier de « propagande terroriste ». Le jugement est actuellement pourvu en cassation.

Le 20 novembre, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a reconnu que mon emprisonnement était de nature politique et a ordonné ma libération immédiate, ce à quoi Recep Tayyip Erdoğan, président du Parti de la justice et du développement (AKP) et président de la République, a rétorqué qu’il ne prendrait aucune décision de cet ordre. Dans la même journée, une autre haute juridiction a lancé la procédure permettant de confirmer ma condamnation à quatre ans et huit mois de prison ferme.

Mon procès principal n’avance que très difficilement à cause des pressions politiques. De plus, diverses manœuvres en tous genres sont ourdies dans l’urgence afin d’empêcher ma libération. À l’époque, où j’étais moi-même avocat des droits de l’homme, j’ai reçu de nombreuses lettres appelant à un soutien tel que celui auquel j’appelle aujourd’hui. Dans mon travail pour Amnesty International et l’Association turque des droits de l’homme, j’ai fait tout mon possible pour venir en aide aux personnes qui avaient besoin de moi." (Le Monde, 6 décembre 2018)

Kurdish conference in EP: Turkey is outside the law

Human rights defenders spoke in the first session of the 15th Kurdish Conference in the European Parliament. IHD officials spoke about the rights violations and stated that Turkey has lost the characteristic of a state with the rule of law.

The first panel discussion in the two-day 5th Kurdish Conference in the European Parliament was held on Wednesday under the title, “Turkey as a state deprived of the rule of law”.

Human rights defender Akin Birdal, IHD Istanbul Chapter Co-chair Gulseren Yoleri, IHD Co-chair Ozturk Turkdogan, Öcalan’s lawyer Ibrahim Bilmez, European Association of Lawyers for Democracy & World Human Rights (ELDH) Secretary General Thomas Schmidt and Permanent People’s Court Secretary General Gianni Tognoni spoke in the first panel discussion.

AKIN BIRDAL: TURKEY HAS TURNED INTO A PRISON

Session moderator human rights defender Akin Birdal pointed to the state of human rights in Turkey and the world. On the level of the Kurdish issue, Birdal said: “The Kurdish issue was a problem that would be resolved locally, but the insolubility has turned it into a regional problem, which turned into an international issue. Its spread through time is making the healing more difficult.”

Birdal gave examples of rights violations and fascist governments throughout the world and said: “The world has lost its balance.” Birdal added that Turkey has turned into a prison and that there are a total of 264.000 arrestees and convicts in Turkish prisons.

YOLERI: EVERYBODY IS UNDER RISK FOR TORTURE

IHD Istanbul Chapter Co-chair Gulseren Yoleri spoke about the rights violations in Turkey and said, “There has always been torture in Turkey, but it has reached a new level in recent years. We have heard accounts that it looked like they kept the classic tools of torture from the ‘80s and they are now using them again.” Yoleri stated that everybody in Turkey is at risk for being subjected to torture and pointing out the femicides, added that there is a severe hike in the murder rates and that government policies play a role in this hike. Yoleri added that there are 2 million working children in Turkey, most of them illegally. Yoleri said 53% of these minors have no access to education while Turkey is at the bottom for child poverty in Europe.

"TURKEY IS OUTSIDE THE LAW"

Yoleri said there are many issues like child marriages, children in prisons and the refugee issue and mentioning the government’s reaction to the ECHR ruling on Demirtas, said: “There is a serious lack of constitutionalism in Turkey.” Yoleri said Turkey has stepped outside of the law and listed a series of issues like unlawful arrests, the ban against Saturday Mothers’ demonstrations, pressure against freedom of expression and freedom of press, arrested journalists and long detention times.

TURKDOGAN: 800.000 PEOPLE HAVE FREEDOMS RESTRICTED

The third speaker was IHD Co-chair Ozturk Turkdogan started his speech with, “Resisting tyranny is always a right,” and continued with the state of prisons in Turkey. Turkdogan said the prisons have a capacity of 211.000 and there are currently 260.000 people in prisons, which results in prisoners waiting their turn to sleep in several prisons. Turkdogan also pointed out the number of people on parole, who are under constant risk of going back to prison, and said there are a total of 800.000 people who have their freedoms restricted: “This shows that there is a serious authoritarian administration.”

THERE IS NO CONSTITUTION, HUMAN RIGHTS HAVE BEEN INSTRUMENTALIZED

Turkdogan also mentioned Öcalan’s situation and said the isolation in Imrali has spread throughout Turkey, but the practice against Öcalan goes beyond isolation. Turkdogan spoke about the Type F prisons: “Turkey doesn’t comply with its own laws. The courts just watch. The country is no longer under rule of law, this is what we mean by a lack of constitution. If a country doesn’t comply with its own laws, there is a serious arbitrary practice there. Human rights have been instrumentalized.”

ISSUES IN OTHER PRISONS WON’T BE RESOLVED UNTIL IMRALI IS RESOLVED

Turkdogan mentioned imprisoned HDP MP Leyla Guven’s hunger strike to protest the isolation imposed upon Kurdish People’s Leader Abdullah Öcalan and said: “There is really nothing to say when a member of parliament goes on a hunger strike because a country doesn’t comply with its own laws.”

Turkdogan questioned why the Committee for the Prevention of Torture isn’t visiting Imrali: “We must point out the most severe instance of the problem. I don’t believe the issue in other prisons can be resolved if the Imrali issue isn’t resolved first.

LAWYER BILMEZ: THERE IS ABSOLUTE ISOLATION IN IMRALI

Second moderator Lawyer Heike Geisweid gave the next speech to Öcalan’s lawyer Ibrahim Bilmez from the Asrin Law Office, who said everything has gotten worse in Imrali: “Turkey is no longer a state with the rule of law, it doesn’t even have laws anymore.” Bilmez said everything that has happened is connected to the approach towards Öcalan: “The unlawfulness in Imrali started with the conspiracy in ’99.” Bilmez added that Öcalan’s capture conditions and the court wasn’t just or lawful. Bilmez said everything has gotten worse in Imrali and added that Öcalan hasn’t been allowed to meet with anybody for years. Bilmez said there is an absolute isolation in Imrali and added that they have no channels for communication.

Lawyer Bilmez asked European institutions to be braver: “If there is to be criticism of Turkey, it must be timely criticism. Otherwise, after the AKP and its leader finish building the system they want to build, it won’t matter what words are said.”

European Association of Lawyers for Democracy & World Human Rights (ELDH) Secretary General Thomas Schmidt said they want to send a strong signal to Turkey and the European Union. Pointing out the European Court of Justice ruling on the PKK, Schmidt said: “Why doesn’t the EU take this ruling into account?” Schmidt spoke about legal violations in Turkey.

Permanent People’s Court Secretary General Gianni Tognoni spoke about how the PPC works. Tognoni called Erdogan a dictator and stressed that autonomy for Kurds must be recognized: “Turkey has become a geopolitical issue for Europe. But nobody is making an issue for what is happening here.”
(ANF, 5 Dec 2018)

La condamnation de l'opposant kurde Demirtas confirmée en appel

La justice turque a rejeté mardi l'appel du leader kurde Selahattin Demirtas contre sa condamnation à quatre ans et huit mois de prison pour "propagande terroriste", a indiqué son avocat.

Cette décision survient deux semaines après celle rendue le 20 novembre par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) sommant la Turquie de mettre fin "dans les plus brefs délais" à la détention provisoire de M. Demirtas dans le cadre d'un autre procès.

La confirmation de la peine de quatre ans et huit mois infligée à M. Demirtas en septembre pour "propagande terroriste" permet à la Turquie de le maintenir en prison même si elle venait à faire volte-face et obtempérer à la décision de la CEDH, qu'elle avait rejetée, concernant sa détention provisoire dans son principal procès.

"Ils le libéreront maintenant facilement dans le dossier pour lequel il est détenu, et diront +regardez, nous respectons la décision de la CEDH+. Mais Demirtas restera pris en otage en raison de la confirmation de sa condamnation à 4 ans et 8 mois (de prison)", a ainsi commenté sur Twitter Mahsuni Karaman, l'un des avocats du leader kurde.

M. Demirtas, ancien co-président du Parti démocratique des peuples (HDP), dont il reste l'une des principales figures de proue, avait déjà accusé il y a deux semaines le gouvernement turc d'accélérer la procédure en appel concernant cette condamnation.

En effet, la décision de la CEDH concernait uniquement son maintien en détention provisoire, depuis novembre 2016, dans le cadre d'un procès où il est notamment jugé pour direction d'une "organisation terroriste", "propagande terroriste" et "incitation à commettre des crimes".

Il risque jusqu'à 142 ans de prison s'il est reconnu coupable dans cette affaire.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui accuse régulièrement le HDP d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux, avait de toute façon rapidement balayé la décision de la CEDH, assurant qu'elle n'était pas contraignante pour Ankara.
(AFP, 4 déc 2018)

Rejet de la demande de libération de l'opposant kurde Demirtas

Un tribunal turc a rejeté vendredi la demande de libération du l'opposant kurde Selahattin Demirtas, malgré la décision de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) appelant à sa libération après deux ans de détention, selon une responsable de son parti.

"Un tribunal local a rejeté la demande de libération de Demirtas", a indiqué à l'AFP une responsable du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), dont M. Demirtas est l'une des figures de proue.

Détenu depuis novembre 2016, accusé d'activités "terroristes", M. Demirtas risque jusqu'à 142 ans de prison dans le principal procès à son encontre.

La demande de libération déposée par ses avocats et rejetée par le tribunal d'Ankara vendredi suit une décision de la CEDH, qui a sommé il y a dix jours la Turquie de mettre fin "dans les plus brefs délais" à la détention provisoire de M. Demirtas.

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui accuse régulièrement le HDP d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux, a rapidement balayé cette décision en estimant qu'elle n'était pas contraignante pour Ankara.

Dans un communiqué publié vendredi, le HDP a dénoncé une décision "politique", prise sous "la pression du président Erdogan".

"Il s'agit clairement d'une violation de la Constitution et de la Convention européenne des droits de l'homme", ajoute le texte, signé par les co-présidents du parti, Pervin Buldan et Sezai Temelli.

Poursuivi dans le cadre de nombreux autres procès, M. Demirtas a déjà été condamné en septembre dernier à 4 ans et 8 mois de prison pour "propagande terroriste". Il a fait appel de cette décision.

Dans un texte rédigé depuis la prison de haute sécurité d'Edirne (nord-ouest), publié la semaine dernière, M. Demirtas accuse le gouvernement turc d'avoir accéléré la procédure en appel concernant cette condamnation.

Ce faisant, elles pourraient en théorie maintenir M. Demirtas en prison pour qu'il y purge cette peine, tout en levant techniquement la mesure de détention provisoire qui le vise dans le cadre de son autre procès et qui elle seule est visée par l'arrêt de la CEDH.
(AFP, 30 nov 2018)

Minorités / Minorities

Taner Akçam launches digital archive on the Armenian Genocide

After the 1915 Armenian Genocide, Krikor Guerguerian, a priest and genocide survivor, traveled the world collecting evidence to document the atrocities. Taner Akçam, the Robert Aram and Marianne Kaloosdian and Stephen and Marian Mugar Professor in Armenian Genocide Studies at Clark University’s Strassler Center for Holocaust and Genocide Studies, recently collaborated with Turkish experts and graduate students on a digital repository that makes Guerguerian’s vast collection of incriminating documents available to scholars worldwide.

The newly launched Krikor Guerguerian Archive comprises thousands of original Ottoman documents and Guerguerian’s extensive, unpublished writings. It includes the long-missing handwritten memoirs of Naim Bey, an Ottoman bureaucrat stationed in Aleppo who actively participated in the deportation and massacres of Armenians; documents from the Jerusalem Armenian Patriarchate containing first-hand information about the Armenian genocide; and critical papers from the Istanbul perpetrator trials held from 1919 to 1922 that were long assumed vanished.

Among the most noteworthy materials are ciphered telegrams that the Ottoman Interior Minister Talat Pasha, army commanders, and the chief of the government’s paramilitary sent to governors throughout the Empire. Some of these telegrams, written on government letterhead stamped with the official Ottoman seal, clearly outline the Ottoman government’s planning and execution of the genocide. These “killing orders,” considered the “smoking gun” of the Armenian Genocide, formed the basis of Akcam’s groundbreaking book “Killing Orders: Talat Pasha’s Telegrams and the Armenian Genocide,” released earlier this year.

Professor Akçam was granted access to the unpublished collection in 2015 by Dr. Edmund Guerguerian, nephew of Fr. Guerguerian, and he has worked diligently to ensure that other scholars of the Armenian Genocide have access to these important documents. He engaged his doctoral candidates Ani Ohanian, Anna Aleksanyan, and Burçin Gerçek, and former students Ümit Kurt, Ph.D. ’16 and Emre Can Dağlıoğlu in an effort to create and launch the digital archive. The group collaborated with others in Paris and Istanbul to translate materials into English.

“Access to these materials has the potential to change scholarly and political discourse as well as to destroy Turkish denial,” wrote Professor Akçam. “It is my duty to make this evidence accessible for the world to see.”

Professor Akçam, whom the New York Times referred to as “The Sherlock Holmes of the Armenian Genocide,” was one of the first Turkish intellectuals to acknowledge and openly discuss the Armenian Genocide.  His book “The Young Turks’ Crime Against Humanity: The Armenian Genocide and Ethnic Cleansing in the Ottoman Empire,” was co-winner of the Middle East Studies Association’s Albert Hourani Book Award and one of ForeignAffairs.com’s “Best Books on the Middle East.”

Among his many honors, Akçam received the 2018 Outstanding Upstander Award from the World Without Genocide organization; the Hrant Dink Spirit of Freedom and Justice Medal from the Organization of Istanbul Armenians and the Hrant Dink Freedom Award from the Armenian Bar Association (both in 2015); and the Heroes of Justice and Truth award at the Armenian Genocide Centennial commemoration in May 2015.

Funding for the creation of the Krikor Guerguerian Archive was provided by the Calouste Gulbenkian Foundation, the Jirair Nishanian Foundation, the Armenian General Benevolent Union, the Knights & Daughters of Vartan, the National Association for Armenian Studies and Research (NAASR), and the Dadourian Foundation. Original materials included in the Guerguerian Archive were donated to NAASR in Belmont, Mass., where they will become part of NAASR’s Mardigian Library. Researchers will be able to access original materials included in the digital archive following the opening of the NAASR headquarters’ building in the fall of 2019. (Clark News & Media Relations, December 3, 2018)

Forces armées/Armed Forces

Nouvelle purge dans les rangs de l'armée

Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu, alors que les purges lancées après une tentative de coup d'Etat en 2016 se poursuivent à plein régime.

Le parquet antiterroriste d'Istanbul a émis des mandats d'arrêt contre 219 officiers et sous-officiers d'active, dont quatre colonels et cinq lieutenants-colonels, a détaillé Anadolu.

Ces militaires sont soupçonnés par les autorités d'être liés au mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, bête noire du président Recep Tayyip Erdogan qui l'accuse d'être derrière la tentative de putsch du 15 juillet 2016.

Par ailleurs, dans le cadre d'une autre enquête, des mandats d'arrêt ont été émis vendredi contre 48 personnes, pour la plupart employées dans l'industrie de l'armement, elles aussi soupçonnées d'être liées à M. Gülen, a indiqué à l'AFP le bureau du procureur général d'Ankara.

M. Gülen, qui vit en exil aux Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, nie toute implication dans la tentative de putsch.

Depuis le coup de force, les autorités turques ont lancé des purges d'une ampleur sans précédent. Plus de 55.000 personnes ont été arrêtées et 140.000 limogées ou suspendues.

Et ces arrestations ne semblent pas faiblir, avec de nouveaux coups de filet annoncés chaque semaine ou presque.

Au-delà des personnes liées, ou soupçonnées de l'être, au mouvement de ce prédicateur, les purges ont également visé des opposants prokurdes et des médias, suscitant les critiques des pays européens et d'organisations de défense des droits de l'homme.
(AFP, 14 déc 2018)

Un soldat turc tué à Afrine

Un soldat turc a été tué jeudi dans la région d'Afrine en Syrie par des tirs d'une milice kurde syrienne, a affirmé le ministère turc de la Défense.

Le militaire turc a été mortellement touché par des tirs de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) en provenance de la ville voisine de Tal Rifat, située à l'est d'Afrine, a précisé le ministère dans un communiqué.

L'armée turque a riposté avec des tirs nourris sur Tal Rifat, a ajouté le communiqué.

La ville d'Afrine avait été prise en mars par l'armée turque et ses supplétifs syriens qui en ont chassé les YPG, qu'Ankara considère comme un groupe terroriste émanant du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984.

Le ministère turc de la Défense annoncé plus tard dans la journée que des frappes aériennes avaient été lancées contre des cibles du PKK dans les régions du Sinjar et du mont Karacak, dans le nord de l'Irak, touchant des tunnels et des abris.

Cet incident survient après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé mercredi de lancer dans "les prochains jours" une nouvelle offensive en Syrie contre les YPG, au risque de brouiller davantage ses relations avec leur parrain américain.

Ce serait la troisième offensive lancée par la Turquie en Syrie, où elle est déjà intervenue en 2016 et début 2018 pour repousser de sa frontière les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les combattants kurdes des YPG.

Cette milice kurde est l'épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis dans la lutte contre l'EI.

La collaboration entre Washington et les YPG est l'une des principales pierres d'achoppement troublant les relations turco-américaines.

Réagissant aux propos de M. Erdogan, un porte-parole du Pentagone, le capitaine Sean Robertson, a souligné mercredi qu'une "action militaire unilatérale (...) dans une zone où du personnel américain pourrait être présent, est très inquiétante".

"Nous considérerions une telle action comme inacceptable", a-t-il ajouté.

Les menaces de M. Erdogan sont survenues au lendemain de l'annonce par Washington de l'installation, en dépit de la ferme opposition d'Ankara, de postes d'observation censés empêcher toute altercation entre l'armée turque et les YPG.
(AFP, 14 déc 2018)

Les jeunes Turcs cassent leur tirelire

Cette possibilité creuse encore les inégalités entre les jeunes.

Alp a une chance que bien d’autres jeunes Turcs n’ont pas : non seulement va-t-il pouvoir accomplir son service militaire en à peine trois semaines, mais le hasard a aussi voulu qu’il soit affecté à une caserne d’Istanbul - une bonne nouvelle pour ce Stambouliote qui n’aura pas à quitter sa ville le temps d’accomplir ses devoirs martiaux.

Le jeune homme fait partie des Turcs en âge d’être conscrits qui ont choisi d’opter pour le "bedelli askerlik", littéralement le "service militaire payant", qui permet de limiter à 21 jours un exercice qui doit notamment être accompli en six mois (pour les diplômés universitaires) ou en un an (pour les autres).

"C’est très simple : il suffit de payer 15 000 lires turques (environ 2 500 euros) à la banque, de fournir le reçu à sa caserne de rattachement… et dans l’année qui vient, on est convoqué pour accomplir ces trois semaines obligatoires", explique Alp. Une méthode appréciée de ceux qui veulent éviter le service militaire, mais une mesure discriminatoire pour les jeunes Turcs qui n’ont pas les moyens de débourser une telle somme…

C’est la sixième fois depuis 1987 que le pouvoir turc ouvre cette possibilC’est la sixième fois depuis 1987 que le pouvoir turc ouvre cette possibilité, pour une période limitée, de payer pour éviter le service militaire complet. Les jeunes hommes avaient jusqu’au 3 novembre pour verser la somme exigée, et les premières vagues massives de convocations sont arrivées ces derniers jours dans les boîtes aux lettres. "Dans notre pays, le service militaire, c’est essentiellement une façon de devenir adulte, moi visiblement je ne veux pas le devenir ! Plus sérieusement, six mois ou un an de service, c’est énorme dans la vie d’un homme. Pour moi, passer ce temps à l’armée, ça ne fait aucun sens. La famille de mon père n’était pas vraiment d’accord, mais ils ont vu à quel point je ne voulais pas y aller, du coup j’ai payé moi-même et ils n’ont rien dit."

"Chaque Turc naît soldat"

`Antimilitariste, Alp exprime un sentiment de plus en plus répandu dans un pays où l’armée, avec l’école, est pourtant l’un des piliers de la république depuis sa fondation par Mustafa Kemal Atatürk, et où "chaque Turc naît soldat", selon l’expression, toujours évoquée, de celui-ci. "La société turque a changé, il y a aujourd’hui de nombreux Turcs qui ne veulent plus faire le service militaire", selon le politologue Ismet Akça.

Forte d’environ 350 000 hommes, l’armée turque - la deuxième en importance dans l’Otan après celle des États-Unis - est aujourd’hui composée pour environ la moitié de soldats contractuels, et pour l’autre de jeunes conscrits. La professionnalisation complète de l’armée turque est un débat qui a parfois fait surface, mais semble bien difficile à mettre en place dans un pays où les forces armées forment une part constituante de la nation. La tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, lors de laquelle de nombreux jeunes conscrits ont été entraînés malgré eux par des supérieurs putschistes - et pour plusieurs d’entre eux, arrêtés et emprisonnés par la suite -, pourrait cependant peut-être remettre l’idée de la contractualisation à l’ordre du jour.

Pour l’heure, le service militaire reste un passage obligé et un rituel social fort dans la vie de nombreux jeunes Turcs, souvent marqué par une grande fête avec la famille et le voisinage le soir précédant le départ à l’armée. Rares sont ceux qui osent aujourd’hui s’objecter frontalement au service militaire.

"Mort civile"

C’est pourtant le cas de Burak Özgüner, militant écologiste, qui a organisé une conférence de presse pour annoncer son refus de porter les armes, une offense pénale passible de prison pour "tentative d’éloigner l’armée du peuple". "Pour l’instant, je n’ai reçu ‘que’ trois amendes administratives pour ne pas avoir répondu à la convocation de ma caserne, soit l’équivalent de 850 euros. En revanche mon dossier est toujours entre les mains de la Cour constitutionnelle, qui n’a toujours pas donné de réponse sur le fond.""Les autorités n’emprisonnent plus d’office les objecteurs de conscience comme dans les années 1990", explique Ismet Akça. Sous pression notamment de la Cour européenne des droits de l’homme, la Turquie "pratique désormais une stratégie plus ambiguë à leur égard", selon le politologue. Difficultés pour obtenir un travail légal, pour bénéficier de la sécurité sociale, voire pour obtenir un passeport… Une forme de "mort civile" qui n’est pas sans rappeler le sort des dizaines de milliers de fonctionnaires licenciés lors des purges qui ont suivi la tentative de putsch de l’été 2016. (La Libre Belgique, 7 déc 2018)


L'achat des S-400 russes par Ankara se fera en devises locales

Ankara et Moscou se sont mis d'accord pour que l'achat des systèmes de défense russes S-400 par la Turquie se fasse soit en roubles, soit en livres turques, a déclaré jeudi le président Recep Tayyip Erdogan.

"Il y a un accord entre nous pour que cela soit fait en roubles ou en livres turques", a déclaré le chef de l'Etat turc lors d'une conférence de presse tôt jeudi à Istanbul.

Cette annonce survient au lendemain de déclarations du président russe Vladimir Poutine présentant le détachement de la Russie du dollar, monnaie incontournable dans le commerce mondial, comme une nécessité pour l'économie russe.

M. Erdogan lui-même appelle régulièrement à ce que les échanges de la Turquie soient faits en livres turques, afin de soutenir la monnaie nationale, qui s'est nettement affaiblie cette année.

Mercredi encore, M. Erdogan a exhorté les membres de l'Organisation de la coopération islamique réunis à Istanbul à utiliser leurs monnaies nationales pour leurs échanges commerciaux.

"Nous n'avons pas d'autre issue que d'utiliser nos monnaies locales", a-t-il insisté. "Sinon, nous continuerons à être écrasés par les cours des devises".

L'annonce de l'achat par la Turquie des S-400, dernier-né des systèmes de défense antiaérienne et antimissile de Russie, a été très mal perçue par Washington, qui souligne leur incompatibilité avec les systèmes de défense de l'Otan.

M. Erdogan a indiqué jeudi que les S-400 devraient être livrés d'ici la fin de l'année prochaine.
(AFP, 29 nov 2018)

Affaires religieuses / Religious Affairs

Nouvelles vagues d'arrestations liées au prédicateur Gülen

Les autorités turques ont arrêté ou recherchaient mardi plus de 250 personnes soupçonnées d'être liées au prédicateur Fethullah Gülen, bête noire du président Recep Tayyip Erdogan qui l'accuse d'avoir orchestré une tentative de putsch en 2016.

Dans le cadre de sept enquêtes distinctes menées aux quatre coins de la Turquie, les autorités ont interpellé 137 personnes et émis des mandats d'arrêt contre 130 suspects, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

Les enquêteurs ont notamment arrêté 55 personnes liées au conglomérat Kaynak Holding à Istanbul, 35 personnes soupçonnées d'avoir téléchargé l'application de messagerie cryptée ByLock à Ankara ou encore 32 suspects dans le cadre d'une enquête pilotée par le parquet de Kayseri (centre).

Les profils des personnes interpellées sont très différents, avec des militaires, pour certains toujours en service, des ingénieurs ou encore des enseignants, d'après les détails publiés par Anadolu.

Depuis le coup d'Etat manqué du 15 au 16 juillet 2016, les autorités turques ont lancé des purges d'une ampleur sans précédent. Plus de 55.000 personnes ont été arrêtées et 140.000 limogées ou suspendues.

Le prédicateur Gülen, un septuagénaire qui réside aux Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, nie toute implication dans le putsch avorté.

Plus de deux ans après le coup de force, les arrestations se poursuivent avec de nouveaux coups de filet annoncés quasiment chaque jour.

Au-delà des personnes liées, ou soupçonnées de l'être, au mouvement de M. Gülen, les purges ont également visé des opposants prokurdes et des médias critiques, suscitant l'inquiétude des pays européens et d'organisation de défense des droits de l'Homme.

Mais Ankara balaie toute critique et assure que ces mesures sont nécessaires pour éliminer le risque d'une nouvelle tentative de putsch.
(AFP, 4 déc 2018)

Socio-économique / Socio-economic

9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara

Neuf personnes ont été tuées et près de 90 blessées jeudi dans une collision entre un train à grande vitesse et une locomotive en Turquie, où les accidents mortels sur le réseau ferroviaire se sont multipliés ces dernières années.

L'accident s'est produit près d'Ankara quand un train reliant la capitale turque à Konya (centre) a percuté une locomotive effectuant des repérages sur les rails, selon le gouverneur d'Ankara Vasip Sahin.

Le ministre turc des Transports Cahit Turhan a indiqué à la presse sur le lieu de l'accident que la collision avait fait neuf morts, dont 6 passagers et trois machinistes.
 Selon le bureau du gouverneur d'Ankara, le conducteur du train figure parmi les morts. Un responsable turc a indiqué qu'un ressortissant allemand avait également péri dans l'accident.

Le parquet a ensuite publié un communiqué, cité par le quotidien Hürriyet, selon lequel 86 personnes ont été blessées dans l'accident, alors qu'un premier bilan faisait état de 47 blessés.

Le ministre de la Santé, Fahrettin Koca, avait annoncé un peu plus tôt que 34 personnes étaient encore prises en charge à l'hôpital, dont deux blessés graves.

L'accident a eu lieu dans une petite gare du district de Yenimahalle, dans l'ouest de la capitale. Une passerelle s'est effondrée sur le train, dont au moins un wagon a été complètement écrasé, selon une correspondante de l'AFP sur place.

Trois employés de la compagnie des chemins de fer turque (TCDD) ont été arrêtés, a indiqué le président Recep Tayyip Erdogan, assurant que les responsables de cet accident rendraient des comptes.

Le train transportait plus de 200 passagers, selon les médias turcs.

Une femme qui se trouvait à bord a affirmé à la chaîne de télévision NTV que le train avançait encore à petite vitesse lorsque la collision est survenue.

Selon M. Turhan, le ministre des Transports, l'accident a en effet eu lieu seulement six minutes après le départ du train de la gare centrale d'Ankara, en route pour Konya, sur une ligne à haute vitesse lancée en 2011.

La correspondante de l'AFP a vu des équipes de secours s'affairant autour des wagons blanc et bleu couverts de débris, évacuant au moins sept corps. Une fine couche de neige recouvrait les rails.

Des secouristes du Croissant-Rouge turc distribuaient des couvertures et du thé aux rescapés, rassemblés sur un tronçon de route bloqué à la circulation près du lieu de l'accident.

- Accidents mortels -

La Turquie a entrepris ces dernières années de moderniser son réseau ferroviaire, construisant plusieurs lignes à grande vitesse pour ramener vers le rail des voyageurs préférant l'avion ou le transport par autocar.

Elle a ainsi inauguré en juillet 2014 son premier train à grande vitesse entre ses deux principales villes, Ankara et Istanbul, un projet mis en oeuvre par le président Erdogan dans le cadre de ses efforts pour moderniser son pays.

Cette ligne a ramené la durée du voyage entre ces deux villes à trois heures et demie contre plus de sept heures auparavant.

Mais plusieurs accidents mortels se sont produits sur le réseau ferré turc ces dernières années.

En juillet, vingt-quatre personnes ont été tuées lors du déraillement d'un train de passagers dans le nord-ouest de la Turquie.

Le train transportant 362 passagers provenait de Kapikule, dans la région de Tekirdag, à la frontière bulgare, et se rendait à Istanbul quand six de ses voitures ont déraillé.

L'accident le plus meurtrier avait eu lieu en juillet 2004, faisant 41 morts et 80 blessés dans le déraillement d'un train à grande vitesse dans la province de Sakarya, dans le nord-ouest du pays.

En janvier 2008, neuf personnes sont mortes dans un déraillement provoqué par des rails défectueux dans la région de Kutaha, au sud d'Istanbul.
(AFP, 13 déc 2018)

Number of Children Sent to Prison Increases by 109 Percent in 2017

Turkish Statistical Institute (TurkStat) has shared statistics on prisons in Turkey for 2017. According to these figures, as of December 31, 2017, there were 232 thousand 340 people in prisons across Turkey. The unofficial data have shown that this number has currently exceeded 250 thousand people.

The number of people in prisons increased by 15.7 percent in 2017 in comparison with 2016. The capacity of prisons in Turkey is 211 thousand.

95.7 percent of people in prisons are men

According to the report of the TurkStat, as of 2017, 95.7 percent of people in prisons of Turkey are men and 4.3 percent of them are women. Accordingly, 9 thousand 990 women and 222 thousand 350 men have been behind bars.

While 65.9 percent of these people have been convicts, 34.1 percent of them have been arrestees. In other words, there have been 153 thousand 112 convicts and around 80 thousand arrestees in prisons in Turkey.

The data have shown that 288 out of every hundred thousand people in Turkey have been behind bars.

Number of children in prison: 2 thousand and 56

According to the report of the institute, the number of convicts, who were children (in the age group of 12-17) when they went into prison, increased by 109.4 percent in 2017 and become 2 thousand and 56 children.

As for the number of convicts, who were children when they committed the offense, it has also increased by 28.3 percent and become 11 thousand 805.

Attending the "Alternatives to Imprisonment" conference, which was organized by the Civil Society in the Penal System - Turkey's Center for Prison Studies (CISST/TCPS) on November 24-25, Judge Fatih Güngör from the General Directorate of Prisons and Detention Houses stated that 3 thousand children have been currently behind bars in Turkey and 16 thousand children have been on probation.
(BIA, 5 Dec 2018)

La Bulgarie construira un gazoduc pour s'arrimer à TurkStream

La Bulgarie a annoncé vendredi un projet de nouveau gazoduc, qui traversera son territoire de la frontière turque à la Serbie, dans le but de bénéficier du transit du gaz russe via le futur gazoduc Turkish Stream.

Sofia milite de longue date pour être desservie par Turkish Stream qui acheminera du gaz russe en Turquie en passant sous la Mer Noire, contournant l'Ukraine.

Pour en persuader le géant gazier russe Gazprom, promoteur du futur gazoduc Turkish Stream, l'entreprise publique Bulgartransgaz a été chargée de lancer "avant fin 2018" la construction d'un nouveau tronçon reliant la Turquie à la Serbie sur une longueur de près de 500 km.

Ce projet d'une valeur estimée à 1,4 milliard d'euros fait partie du plan de stratégie énergétique adopté vendredi par le Pparlement bulgare.

Gazprom a salué l'annonce de la Bulgarie, déclarant dans un communiqué être "intéressé à la réalisation du projet" du futur gazoduc bulgare.

Annoncé en décembre 2014, le projet de gazoduc Turkish Stream devait compenser l'abandon surprise de South Stream, un précédent projet de gazoduc devant alimenter le sud de l'Europe. La Russie l'avait arrêté en raison du blocage de la Commission européenne.

Turkish Stream avait pris du retard en raison d'une crise diplomatique de plusieurs mois entre Ankara et Moscou mais il est aujourd'hui en voie d'achèvement. Il ne reste désormais plus que la partie terrestre située en Turquie à construire avant l'ouverture des vannes prévue pour fin 2019.

Important pays de transit de gaz russe, acheminé actuellement d'Ukraine, la Bulgarie souhaite conserver cette vocation après l'expiration en 2019 de l'accord de transit russo-ukrainien. Elle milite pour être directement desservie par la seconde conduite de Turkish Stream.

L'ambassadeur américain en Bulgarie, Eric Rubin, a cependant exprimé lundi sa désapprobation pour le projet d'une seconde conduite de Turkish Stream vers l'Europe qui "ne ferait rien pour diminuer la dépendance de l'Europe au gaz russe".

Entièrement dépendante actuellement des livraisons de gaz russe via l'Ukraine, la Bulgarie cherche à diversifier ses sources. Le gouvernement envisage de participer à la construction d'un terminal de gaz liquide à Alexandropoulis en Grèce et de recevoir du gaz de la Mer Caspienne par le futur Gazoduc transanatolien (Tanap).
(AFP, 30 nov 2018)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

La Roumanie refuse d'extrader un journaliste turc accusé de liens avec Gülen

La justice roumaine a refusé vendredi d'extrader un journaliste turc accusé par Ankara de liens avec le prédicateur Fethullah Gülen, bête noire du président Recep Tayyip Erdogan qui le tient pour responsable d'une tentative de putsch en 2016.

La Cour d'appel de Bucarest a estimé que "les conditions d'une extradition ne sont pas remplies", après que le procureur chargé du dossier eut souligné que "cette demande était fondée sur des raisons idéologiques ou politiques, ce qui contrevient à la convention internationale" en la matière, selon le site Ziare.com.


Kamil Demirkaya, 58 ans, qui travaille depuis deux ans à Bucarest pour l'édition roumaine du journal Zaman, avait été entendu début décembre par les procureurs roumains, qui ont renvoyé son dossier devant la Cour d'appel.

Cette affaire a suscité un vif émoi en Roumanie où plus de 7.000 personnes ont signé une pétition appelant Bucarest à ne pas livrer M. Demirkaya à la Turquie, estimant qu'il y risquait d'être "emprisonné uniquement pour avoir fait son devoir de journaliste".

Depuis le coup d'Etat manqué du 15 au 16 juillet 2016, les autorités turques ont lancé des purges d'une ampleur sans précédent, visant notamment les milieux soupçonnés d'être proches de M. Gülen. Plus de 55.000 personnes ont été arrêtées et 140.000 limogées ou suspendues.

Zaman-Roumanie est une émanation de l'ancien grand quotidien güleniste turc Zaman, interdit par Ankara à la suite de la tentative de coup d'Etat.

M. Gülen, qui réside aux Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, nie toute implication dans le coup de force de 2016.
(AFP, 14 déc 2018)

"Gilets jaunes" : Erdogan dénonce la "violence" des autorités françaises

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué samedi la "violence disproportionnée" selon lui des autorités françaises face aux manifestations de "gilets jaunes", ajoutant qu'il suivait la situation "avec préoccupation".

"Le désordre règne dans les rues de nombreux pays européens, à commencer par Paris. Les télévisions, les journaux regorgent d'images de voitures qui brûlent, de commerces pillés, de la riposte des plus violentes de la police contre les manifestants", a déclaré M. Erdogan.

La Turquie est "à la fois contre les scènes de chaos provoquées par les manifestants et contre la violence disproportionnée qui leur est opposée", a poursuivi le chef de l'Etat turc lors d'un discours à Istanbul, ajoutant qu'il suivait la situation "avec préoccupation".

Plusieurs dizaines de milliers de "gilets jaunes" manifestaient samedi à travers la France, notamment à Paris où des heurts ont éclaté avec la police. Plus de 700 personnes ont été interpellées, selon les autorités françaises.

Le mouvement des "gilets jaunes" a commencé le mois dernier en France avec des rassemblements de personnes dénonçant la hausse prévue de taxes sur le carburant, une mesure depuis remisée, avant de s'élargir.

Ces manifestations sont largement couvertes par les médias turcs, qui ont notamment diffusé en boucle ces derniers jours des images montrant des lycéens agenouillés et mains sur la tête après avoir été interpellés à Mantes-la-Jolie, près de Paris.

"Ah ! Voyez un peu ce que font les policiers de ceux qui critiquaient nos policiers", a raillé le président Erdogan, jugeant que l'Europe avait "échoué sur les plans de la démocratie, des droits de l'homme et des libertés".

La Turquie est régulièrement critiquée par les pays européens et les organisations de défense des droits de l'homme, qui dénoncent l'érosion de l'Etat de droit dans ce pays ces dernières années.

Les autorités turques ont notamment brutalement réprimé de grandes manifestations antigouvernementales au printemps 2013.
(AFP, 8 déc 2018)

CE: 'Life in Turkey Becomes Impossible for Some People'

Council of Europe Commissioner for Human Rights Dunja Mijatovic has given an interview to Kayhan Karaca from Deutsche Welle Türkçe and explained the reasons why she will get involved in the case of businessperson and rights advocate Osman Kavala.

Mijatovic previously released an opinion report, where she argued that the abuse of anti-terror laws has a negative impact on freedom of expression.

In her interview to Deutsche Welle Türkçe, Mijatovic has shared details about the Turkey section of her report. Mijatovic has said, "The document which shows that the abuse of anti-terror laws has a negative impact on freedom of expression is important for all countries of the Council of Europe. I am of the opinion that it is time to discuss this issue openly."

Emphasizing that "the struggle against terrorism is a legitimate right of every government", Mijatıvic has added, "This struggle cannot be waged at the expense of human rights and, especially, that of freedom of expression."

"The ones that they view as potential terrorists..."

Stating that Turkey has several laws on struggle against terrorism, Dunja Mijatovic has further commented, "I am closely following the issue. Some laws which have been adopted in Turkey for struggle against terrorism have made life impossible for some people in the country."

Mijatovic has also added, "There are some people who have been arrested or facing charges because they are viewed as potential terrorists or they have got involved in terrorist actions. I want to bring this issue into the agenda of the authorities in Turkey in my next visit to the country."

"Kavala case is causing fear in civil society"

Commissioner for Human Rights Dunja Mijatovic has stated that she decided to get involved in the case of Osman Kavala after 13 academics and civil society representatives were taken into custody on November 16, 2018.

Mijatovic has emphasized that "the case of Osman Kavala has been causing fear in the civil society." (BIA, Dec 6, 2018)


Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Erdogan et Trump veulent mieux se coordonner den Syrie

Les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et américain Donald Trump ont convenu vendredi de coopérer de manière "plus efficace" en Syrie, où Ankara menace de lancer une nouvelle offensive contre une milice kurde soutenue par Washington.

Lors d'un entretien téléphonique, MM. Erdogan et Trump "se sont mis d'accord pour assurer une coopération plus efficace au sujet de la Syrie", ont indiqué des sources à la présidence turque.

Cet entretien téléphonique intervient dans un contexte volatile après de nouvelles menaces de M. Erdogan de lancer une opération militaire dans le nord de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).

Washington appuie les YPG contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), mais Ankara considère cette milice comme une organisation "terroriste" liée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984.

Lors de son entretien avec M. Trump, M. Erdogan a d'ailleurs "communiqué les inquiétudes sécuritaires légitimes de la Turquie liées à la présence et aux activités" des YPG de l'autre côté de la frontière, selon les sources présidentielles turques.

M. Erdogan, dont le pays a déjà mené depuis 2016 deux offensives dans le nord de la Syrie, a annoncé mercredi qu'une nouvelle opération serait lancée "dans les prochains jour" et que celle-ci viserait les positions des YPG situées à l'est de l'Euphrate.

Une telle initiative serait potentiellement explosive en raison de la présence de militaires américains aux côtés des combattants kurdes.

La Turquie et les Etats-Unis sont deux alliés au sein de l'Otan, mais leurs relations se sont tendues ces dernières années, en raison notamment de la collaboration entre Washington et les YPG qui suscite la colère d'Ankara.

Vendredi, M. Erdogan est revenu à la charge en se disant "déterminé" à "pacifier et sécuriser les régions situées à l'est de l'Euphrate", tout en critiquant avec force le soutien apporté par Washington aux YPG.

- "Nettoyez, ou nous entrons" -

Après l'annonce mercredi par M. Erdogan d'une offensive imminente en Syrie, un porte-parole du Pentagone avait souligné qu'une "action militaire unilatérale (...) dans une zone où du personnel américain pourrait être présent, est très inquiétante".

Les tensions ont gagné en intensité ces dernières semaines après que les Etats-Unis ont installé des postes d'observation dans le nord de la Syrie près de la frontière turque afin d'empêcher une altercation entre forces turques et kurdes.

Mais cette mesure a suscité l'ire de la Turquie qui voit dans ce dispositif une tentative américaine de protéger les YPG.

Le discours martial de M. Erdogan survient alors que la Turquie entre dans une période électorale propice aux déclarations musclées, avec un scrutin municipal prévu en mars.

Les esprits se sont échauffés en Turquie jeudi avec l'annonce par Ankara qu'un soldat turc avait été tué dans la région d'Afrine, dans le nord de la Syrie, par des tirs des YPG.

Si M. Erdogan insiste sur les régions situées à l'est de l'Euphrate, l'un des principaux points de contentieux est la situation à Minbej, un ville située juste à l'ouest du fleuve contrôlée par les YPG et où des soldats américains sont aussi stationnés.

Une feuille de route avait été arrêtée en mai pour apaiser les tensions, prévoyant notamment le retrait des YPG de Minbej et la mise en place de patrouilles conjointes américano-turques, qui ont démarré en novembre.

Mais Ankara n'a de cesse de rappeler que le retrait prévu n'a toujours pas eu lieu, menaçant d'agir militairement à Minbej contre les YPG si Washington ne respectait pas ses engagements.

"Voici ce que nous disons: soit vous nettoyez la ville et faites sortir (les YPG), soit nous entrons également dans Minbej", a lancé M. Erdogan vendredi.
(AFP, 14 déc 2018)

Pentagone: Une offensive turque serait "inacceptable"

Le Pentagone a prévenu mercredi la Turquie qu'une nouvelle offensive turque contre les alliés kurdes de la coalition dans le nord de la Syrie serait "inacceptable".

"Une action militaire unilatérale de toute partie dans le nord-est de la Syrie, plus particulièrement dans une zone où du personnel américain pourrait être présent, est très inquiétante", a indiqué un porte-parole du ministère américain de la Défense, le capitaine Sean Robertson.

"Nous considérerions une telle action comme inacceptable", a-t-il ajouté.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi le lancement "dans les prochains jours" d'une offensive contre les territoires tenus par les forces kurdes dans le nord de la Syrie.

Ankara considère les Unités de protection du peuple kurde (YPG) comme un groupe "terroriste", mais la milice est surtout l'épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Cette alliance de combattants kurdes et arabes, soutenue par la coalition internationale antijihadiste emmenée par Washington, lutte dans l'est syrien pour chasser le groupe Etat islamique de son ultime bastion.
(AFP, 13 déc 2018)

Ankara demande à Washington de renoncer aux postes d'observation en Syrie

La Turquie a demandé vendredi aux Etats-Unis de renoncer aux postes d'observation dans le nord de la Syrie censés empêcher toute altercation entre l'armée turque et des combattants kurdes soutenus par Washington, selon le ministère turc de la Défense.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a formulé cette demande lors d'une rencontre à Ankara avec représentant spécial des Etats-Unis pour le conflit syrien, James Jeffrey, a indiqué le ministère dans un communiqué.
 M. Akar avait déjà vivement critiqué le 24 novembre la mise en place de ces postes d'observation annoncée quelques jours auparavant par Washington et qui visent à rassurer la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Or, si les YPG sont le fer de lance au sol de la coalition internationale luttant contre le groupe Etat islamique (EI), Ankara les considère comme un groupe "terroriste" et voit d'un très mauvais oeil leur coopération avec Washington.

L'armée turque, qui a déjà conduit deux incursions militaires en Syrie, a mené ces dernières semaines des bombardements sporadiques contre des positions du groupe kurde.

A la suite de ces attaques, les FDS avaient annoncé le 11 novembre la suspension de leurs opérations contre l'EI, suscitant l'embarras de Washington.

M. Akar a à nouveau appelé vendredi les Etats-Unis à mettre un terme à leur coopération avec les YPG et répété que la Turquie n'autoriserait pas la création d'un "corridor terroriste" à sa frontière.

M. Jeffrey était à Ankara vendredi pour la troisième réunion du groupe de travail turco-américain sur la Syrie, au cours de laquelle les deux alliés sont convenus d'accélérer "d'ici la fin de l'année" la mise en oeuvre de la feuille de route sur Minbej, une région du nord de la Syrie contrôlée par les YPG et où se trouvent des soldats américains.

Cette feuille de route, arrêtée en mai, prévoit notamment le retrait des YPG de Minbej et la mise en place de patrouilles conjointes qui ont démarré en novembre.

Le représentant américain s'est également entretenu avec le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, qui a discuté avec lui, d'après l'agence étatique Anadolu, d'une éventuelle coopération entre les deux pays sur le modèle de celle de Minbej dans d'autres zones à l'est de l'Euphrate, où la Turquie menace souvent de lancer une nouvelle offensive contre les YPG.
(AFP, 8 déc 2018)

Informés par la CIA, des sénateurs américains accusent le prince saoudien

Des sénateurs républicains américains ont affirmé mardi, après avoir été informés à huis clos des conclusions de la CIA, n'avoir "aucun doute" sur le fait que le prince héritier saoudien avait "ordonné" le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Cette position contredit directement le président américain Donald Trump, qui avait déclaré que le service de renseignement n'avait "rien trouvé d'absolument certain" et avait réaffirmé l'alliance "inébranlable" entre Washington et Ryad.

"Je n'ai aucun doute sur le fait que le prince héritier" saoudien Mohammed ben Salmane, surnommé MBS, "a ordonné le meurtre et a été maintenu au courant de la situation tout le long", a déclaré à des journalistes Bob Corker en sortant d'une réunion avec Gina Haspel, directrice de la CIA.

Ce sénateur, chef de la puissante commission des Affaires étrangères, a affirmé n'avoir pas entendu, au cours de cette réunion d'environ une heure, l'enregistrement audio de l'assassinat de Jamal Khashoggi au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, début octobre.

Lindsey Graham, pourtant un allié du président Trump au Sénat, a confirmé penser que MBS était "complice du meurtre de M. Khashoggi au plus haut niveau possible".

Plusieurs sénateurs démocrates ont abondé en ce sens.

Journaliste critique du pouvoir saoudien, M. Khashoggi vivait depuis 2017 aux Etats-Unis, où il collaborait pour le Washington Post.

MM. Corker et Graham ont reconnu l'importance de l'Arabie saoudite pour les Etats-Unis, notamment face à l'Iran. Mais aucun n'est prêt pour autant à fermer les yeux.

"L'Arabie saoudite est un allié stratégique et cette relation vaut la peine d'être sauvée, mais pas à tout prix", a martelé Lindsey Graham. "Notre position dans le monde et notre sécurité nationale seront plus affectées si nous ignorons MBS que si nous nous occupons de lui."

Mohammed ben Salmane "est fou, il est dangereux, et il a mis cette relation en danger" car il n'est pas "fiable", a-t-il également lancé.

L'ambassade d'Arabie saoudite à Washington a une nouvelle fois "rejeté catégoriquement toutes les accusations liant prétendument le prince héritier à cet horrible incident". "A aucun moment Son Altesse Royale le prince héritier n'a eu d'échanges avec un quelconque responsable saoudien visant à faire du mal à Jamal Khashoggi", a insisté sur Twitter sa porte-parole, Fatimah Baeshen.

- Vote incertain sur le Yémen -

Quelques sénateurs seulement avaient été conviés à cette rencontre avec Gina Haspel, parmi lesquels les chefs républicain et démocrate du Sénat, ainsi que les responsables des commissions liées aux questions de sécurité.

La réunion était très attendue par les parlementaires, qui s'étaient indignés la semaine dernière lorsque la directrice de la CIA n'avait pas répondu à leur invitation.

Les sénateurs avaient alors riposté avec un sévère coup de semonce en direction de Ryad, passant outre la position de la Maison Blanche. Une résolution pour cesser tout soutien militaire à l'Arabie saoudite dans la guerre au Yémen avait franchi avec une nette majorité, le 28 décembre, un premier vote au Sénat.

Mais son approbation définitive reste incertaine, et dépendra notamment des actions de l'administration Trump face aux dirigeants saoudiens.

Il serait plus simple que le gouvernement "s'exprime directement" que de trouver un texte de consensus, a souligné Bob Corker, qui réserve son vote sur la résolution. "La loi est un objet tranchant qu'il est beaucoup plus difficile d'équilibrer parfaitement, mais c'est ce que nous devons faire puisque l'administration n'a pas, jusqu'à maintenant, adressé la question de façon appropriée".

Comme lui, plusieurs élus préféreraient un texte se centrant uniquement sur le rôle de Ryad dans le meurtre de Jamal Khashoggi. Les sénateurs travaillent encore à l'élaboration d'un texte qui rassemblerait un plus grand consensus, a-t-il précisé. Plusieurs autres textes circulent, notamment la proposition d'un gel des ventes d'armes à Ryad.

Selon plusieurs médias américains, la CIA estime que l'assassinat a été commandité par le prince héritier. L'agence aurait comme preuve un échange de messages avec un proche conseiller supervisant l'opération, Saoud al-Qahtani, dans les heures précédant et suivant le meurtre.

Donald Trump n'a pas exclu que Mohammed ben Salmane ait été au courant du meurtre, mais il répète que "les Etats-Unis entendent rester un partenaire inébranlable de l'Arabie saoudite".

Après une rencontre avec les mêmes sénateurs américains, le 28 novembre, son secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, avait affirmé que le rapport de la CIA ne contenait "aucun élément direct liant le prince héritier à l'ordre de tuer Jamal Khashoggi".
(AFP, 4 déc 2018)

Relations régionales / Regional Relations

Réchauffement climatique: la guerre de l’eau entre la Turquie et l'Irak



En 2018, l’Irak a connu sa pire sécheresse depuis huit ans. Un phénomène climatique aggravé par la construction de barrages en Turquie, pays en amont qui contrôle les sources du Tigre et de l’Euphrate.

La Turquie a la clé du robinet de l’eau qui s’écoule vers la Syrie et l’Irak. Les Turcs contrôlent les sources du Tigre et l’Euphrate, les deux grands fleuves qui irriguent la Mésopotamie depuis la nuit des temps.

Dans une position géographique inconfortable de pays aval, l’Irak subit "l’hydropolitique hégémonique" d’Ankara, qui depuis une trentaine d’années construit d’innombrables barrages dans le cadre de son projet du GAP (Great Anatolian Project).

Pour Fadi Comair, ancien directeur de l’Office du fleuve Litani au Liban et membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, "les deux pays en aval, la Syrie et l’Irak, sont directement affectés par la gestion unilatérale de la Turquie."

Mettre à genou un pays, essayer d’étrangler ses citoyens, est une pratique qui va conduire à plus d’extrémisme politique.

L’Irak a connu des moments très difficiles en juin dernier à cause du remplissage du barrage d’Ilusu sur le Tigre dans l’est de la Turquie, situé à environ 70 km de la frontière irakienne. L’ouvrage doit permettre l’irrigation de 200 000 hectares agricoles.

Un arrangement avait été conclu entre Ankara et Bagdad pour que la mise en eau de l’ouvrage soit réalisée de manière progressive. Or, ce n’a pas été le cas. La Turquie a pris la décision de faire un remplissage de quatre milliards de mètres cubes plus rapide que prévu.
(Christian Chesnot@cchesnot, 14 décembre 2018)

La suite de l'article

YPG: Une offensive turque affecterait la bataille contre l'EI

La principale milice kurde de Syrie a réagi mercredi aux menaces d'Ankara de lancer une nouvelle offensive dans le pays en guerre en assurant que toute opération turque affecterait sa propre bataille contre le groupe Etat islamique (EI).

Les Unités de protection du peuple (YPG), principale milice kurde de Syrie et partenaires de Washington dans la lutte contre l'EI dans ce pays, ont aussi rappelé que les Etats-Unis avaient des "engagements" vis-à-vis des Kurdes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi le lancement "dans les prochains jours" d'une offensive contre les territoires tenus par les forces kurdes dans le nord de la Syrie.

Ankara considère les YPG comme un groupe "terroriste" mais la milice est surtout l'épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS). Cette alliance de combattants kurdes et arabes, soutenue par la coalition internationale antijihadistes emmenée par Washington, lutte dans l'est syrien pour chasser l'EI de son ultime bastion.

"Les menaces (turques) coïncident avec l'avancée de nos forces contre les terroristes, marquée par l'entrée dans la ville de Hajine", a indiqué mercredi à l'AFP le porte-parole des YPG, Nouri Mahmoud.

Hajine fait partie des derniers territoires tenus par l'EI dans l'est syrien, non loin de la frontière irakienne.

"Sans aucun doute, toute attaque sur le nord syrien aura un impact direct sur la bataille de Hajine", a mis en garde M. Mahmoud, en estimant qu'en cas d'opération turque, les forces kurdes combattant à Hajine rentreront "pour défendre leur région et leur famille".

Le porte-parole a rappelé que "les menaces turques ont déjà été responsables de l'arrêt de l'opération" il y a quelques semaines. Fin octobre, les FDS avaient en effet annoncé la suspension temporaire de leur offensive contre l'EI, en réaction à des bombardements turcs contre des positions militaires kurdes dans le nord syrien.

"En cas d'attaque, nous allons utiliser le droit de légitime défense pour nos régions et nous résisterons jusqu'au bout", a martelé M. Mahmoud, rappelant que "les Etats-Unis et les pays de la coalition ont des engagements vis-à-vis du nord syrien".

Les déclarations de M. Erdogan surviennent au lendemain de l'annonce par Washington de l'installation, en dépit de la ferme opposition d'Ankara, de postes d'observation censés empêcher toute altercation entre l'armée turque et les YPG dans le nord syrien.

"Les postes d'observations à la frontière (...) c'est pour prouver que la sécurité turque n'est pas menacée", a insisté le porte-parole des YPG.

La minorité kurde de Syrie, opprimée durant des décennies par le pouvoir de Damas, a profité du conflit qui ravage le pays depuis 2011 pour instaurer dans ses zones une administration semi-autonome.

La Turquie craint que cette autonomie de facto ne galvanise les velléités séparatistes sur son sol.

"Nous appelons la communauté internationale, les Nations unies en tête, ainsi que la coalition internationale (antijihadistes), à prendre position contre les projets agressifs d'Erdogan", a lancé dans un communiqué le conseil exécutif de l'administration semi-autonome.

"Nous appelons aussi le gouvernement syrien à prendre une position officielle contre ces menaces", a-t-il poursuivi.

Le conseil exécutif annonce aussi "la mobilisation générale", et appelle "tous les Syriens honnêtes à s'unir contre les politiques coloniales de l'Etat turc", sans plus de détails.
(AFP, 12 déc 2018)

L'alliance arabo-kurde progresse dans l'ultime fief jihadiste de l'est

Des responsables des forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis, ont affirmé jeudi avoir progressé dans la principale localité de l'ultime poche du groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

Les FDS et la coalition internationale anti-EI ont lancé le 10 septembre la dernière phase de l'opération amorcée en mai pour déloger les jihadistes de ce réduit situé à l'est du fleuve Euphrate, dans la province de Deir Ezzor (est) frontalière de l'Irak.

Mais, depuis plus de deux mois, l'EI résiste farouchement.

"De violents combats ont eu lieu à l'intérieur de la localité de Hajine après l'avancée de nos forces, qui contrôlent désormais quelques uns de ses quartiers", a indiqué à l'AFP un commandant des FDS, Redur Khalil, soulignant que la bataille se poursuivait "de manière acharnée".

Les FDS ont ouvert des "couloirs humanitaires et ont réussi à libérer plus de 1.000 civils, majoritairement des femmes et des enfants, au cours des derniers jours", a poursuivi M. Khalil.

Cette avancée en territoire jihadiste a eu lieu à l'issue d'une "offensive d'envergure menée il y a deux jours" par les FDS, a indiqué de son côté à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Les combats au sol ont été accompagnés de raids aériens et de tirs d'artillerie menés par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

"Il s'agit des bombardements les plus intenses depuis le début de (la dernière phase de) l'opération" en septembre, a précisé M. Abdel Rahmane. Il a confirmé que des dizaines de familles avaient pu fuir, par vagues successives, la localité contrôlée par les jihadistes.

Le mois dernier, l'EI a mené une série de contre-attaques meurtrières, à la faveur des mauvaises conditions climatiques, poussant les FDS à battre en retraite. L'une des contre-offensives s'était soldée par la mort de 92 combattants des FDS.

Depuis le 10 septembre, 827 jihadistes ont péri dans les combats, contre 481 membres des FDS et 308 civils, dont 107 enfants, selon l'OSDH.

"La libération de Hajine ne signifie pas la fin de l'EI", qui mute généralement en "cellules dormantes ici et là" après la perte d'un territoire, a averti M. Khalil.

"Sa traque se poursuivra longtemps encore", a-t-il insisté.
(AFP, 6 déc 2018)

Venezuela : Erdogan exprime son soutien à Maduro

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé lundi à Caracas son soutien à son homologue vénézuélien, Nicolas Maduro, dont le pays est frappé par des sanctions américaines et par une sévère crise économique.

"Les restrictions commerciales et les sanctions sont une chose fallacieuse" et ne font qu'aggraver "l'instabilité", a déclaré le chef de l'Etat turc, lors d'une réunion avec des milieux d'affaires, dans une allusion claire à Washington.

Recep Tayyip Erdogan est arrivé dimanche soir pour sa première visite officielle au Venezuela.

"On ne peut sanctionner un peuple entier pour résoudre des désaccords politiques", a ajouté M. Erdogan, dont les propos étaient traduits par un interprète.

Le président turc s'est engagé également à aider Nicolas Maduro à affronter la sévère crise économique du pays. "Nous allons couvrir la majorité des besoins du Venezuela, nous en avons la possibilité, je voudrais le souligner", a-t-il poursuivi, en appelant les entrepreneurs de son pays à augmenter leurs exportations vers le Venezuela.

Nicolas Maduro a invité pour sa part la Turquie à investir dans l'exploitation de vastes réserves minières connues comme l'Arche de l'Orénoque (sud), comprenant des gisements d'or, de diamants et de coltan, entre autres.

Les deux présidents doivent signer des accords de protection des investissements.

Nicolas Maduro s'était rendu le 8 juillet en Turquie pour assister à la prise de fonction du président turc. Il avait rencontré à cette occasion des investisseurs et entrepreneurs.

Réélu en mai dernier lors d'élections dont les résultats ne sont pas reconnus par une grande partie de la communauté internationale, M. Maduro doit débuter un second mandat le 10 janvier.

L'héritier de l'ancien président Hugo Chavez (1999-2013) est confronté à une forte pression des États-Unis qui l'ont qualifié de "dictateur".
(AFP, 3 déc 2018)

Poutine appelle Erdogan à des "mesures plus énergiques" pour la trêve à Idleb

Le président russe Vladimir Poutine a appelé samedi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à prendre des "mesures plus énergiques" afin de cimenter la trêve dans la province syrienne d'Idleb, a indiqué le Kremlin.

M. Poutine s'est entretenu avec M. Erdogan samedi en marge du sommet du G20 à Buenos Aires, cette rencontre étant venue remplacer celle qui devait avoir lieu entre le président russe et Donald Trump, annulée par le locataire de la Maison Blanche.

Lors de l'entretien avec Recep Tayyip Erdogan, Vladimir "Poutine a naturellement parlé de la nécessité de prendre des mesures plus énergiques visant à mettre en oeuvre l'accord russo-turc sur Idleb", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence de presse publique RIA Novosti.

Ces mesures sont nécessaires "pour empêcher des cas comme celui des tirs récents contre Alep (dans la province voisine, ndlr), y compris avec des obus toxiques", a-t-il expliqué.

La mise en place d'une "zone démilitarisée" à Idleb, ultime grand bastion insurgé et jihadiste en Syrie, avait fait l'objet d'un accord conclu le 17 septembre entre Moscou, allié du régime de Bachar al-Assad, et Ankara, soutien traditionnel des rebelles, pour éviter une offensive de grande ampleur du régime contre la région.

L'accord devait entrer en vigueur mi-octobre mais sa mise en oeuvre a buté sur le refus des jihadistes de déserter cette zone tampon. La région est depuis plusieurs semaines le théâtre de bombardements et d'affrontements sporadiques entre forces du régime et jihadistes.

Dominés par le groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), émanation de l'ex branche syrienne d'Al-Qaïda, les jihadistes contrôlent environ 70% de cette future "zone démilitarisée", selon l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l'homme).

Dimanche, la Russie a mené dans la région d'Idleb des frappes aériennes --les premières en plus de deux mois-- contre des positions "terroristes" en représailles à une attaque chimique présumée menée selon Damas à Alep, dans la province voisine.

Les médias syriens ont accusé des "groupes terroristes" --une terminologie habituelle du régime qui ne fait pas de distinction entre jihadistes et rebelles-- d'avoir mené samedi soir une attaque au "gaz toxique" dans trois quartiers d'Alep.
(AFP, 1 déc 2018)

Une force arabo-kurde annonce l'arrestation d'un chef jihadiste en Syrie

Une force syrienne arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis a annoncé vendredi la capture d'un responsable "dangereux" du groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie, mais une ONG a minimisé l'importance de cette arrestation.

L'alliance des Forces démocratiques syriennes (FDS) combat l'EI dans son dernier carré dans la province de Deir Ezzor, dans l'est du pays en guerre, avec le soutien principalement aérien de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

Dans un communiqué, elle a précisé que ses combattants avaient capturé le 22 novembre le jihadiste Oussama Oueid al-Saleh, présenté comme "l'un des plus dangereux terroristes de Daech", un acronyme en arabe de l'EI.

"C'est un responsable de la sécurité à Deir Ezzor qui a été directement impliqué dans la préparation et l'exécution de plus de 40 opérations terroristes" dans cette province frontalière de l'Irak, selon les FDS.

Néanmoins, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a minimisé l'importance de ce jihadiste.

"C'est un ancien responsable local de la sécurité dans l'un des secteurs de Deir Ezzor. Il est peut-être un des membres des cellules dormantes du groupe jihadiste", a-t-il dit.

Selon M. Abdel Rahmane, il a été arrêté chez lui dans son village de Tayana, dans l'est de la province, dans le cadre d'une campagne menée par les FDS en riposte aux attaques lancées depuis plusieurs semaines par l'EI contre leurs positions.

Depuis plus de deux mois, l'EI résiste farouchement à une offensive militaire des FDS visant à l'expulser de son ultime poche dans Deir Ezzor, située à l'est du fleuve Euphrate. Ces dernières semaines, les jihadistes ont profité des mauvaises conditions climatiques pour lancer des contre-attaques meurtrières.

Selon l'OSDH, plus de 450 combattants FDS ont été tués depuis septembre, contre plus de 730 jihadistes.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la proclamation d'un "califat" sur de vastes territoires en Syrie et en Irak voisin, l'EI s'est retrouvé acculé dans d'ultimes réduits désertiques, sous le coup d'offensives distinctes et concomitantes.

Déclenchée en 2011, la guerre complexe et aux multiples acteurs en Syrie a fait plus de 360.000 morts.
(AFP, 30 nov 2018)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece



Immigration / Migration

Deux conseillers turcs schaerbeekois quittent la majorité

Même pas une semaine après l’installation du Conseil communal de Schaerbeek, voilà déjà que deux conseillers communaux de la Liste du Bourgmestre tendance Défi ont annoncé qu’ils siègeraient comme indépendants. pas d’autre explication pour le moment.

Les deux élus : Emel Köse (504 voix de préférence) et Yusuf Yildiz (573 voix) sont considérés comme des proches de l’ancien échevin Saït Köse qui ne s’est pas représenté aux élections communales en raison de son inculpation pour une affaire d’ordre privé.

La majorité schaerbeekoise comptait 27 sièges sur 47. Avec ces départs elle se fragilise à 25.

Cela promet de l’ambiance au prochain Conseil communal du 17 décembre et pose aussi question quant à l’élection des membres du Conseil du CPAS suite à la décision des deux élus qui ont peut l’imaginer, n’ont pas dû être satisfaits dans la distribution de mandats dérivés.

Bernard Clerfayt commence donc en fanfare sa nouvelle majorité avec un Conseil communal où siègent de plus désormais 6 PTB. On a parfois bien plus de souci à gérer ses propres ouailles que ses partenaires politiques…

*

On a bien senti que le départ de Bernard Guillaume du Collège échevinal de Schaerbeek, n’était pas une décision issue d’un choix totalement voulu mais une « nécessité » au vu des attentes des libéraux schaerbeekois de renouveler leur cadre et de laisser monter au Collège Lorraine de Fierlant et Sophie Querton (CPAS). Aussi dans son discours d’aurevoir car il reste malgré tout conseiller communal et président de l’asbl Pater Baudry et doyen désormais du Conseil communal, Bernard Guillaume a laissé transparaître son émotion et ses regrets.

*

A noter que le cabinet historique de l’Etat civil-Population au rez-de-chaussée ne sera pas occupé par Sadik Koksal, nouvel échevin de l’Etat civil-Population mais par l’échevine Lorraine de Fierlant.

http://www.jeanpierrevangorp.info/site/?paged=2

Palmarès du 18ème Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles

La 18ème édition du Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles s’est clôturée ce vendredi 7 décembre à l’issue de la cérémonie de remise de prix.

Le festival, dont la mission est d'élargir notre vision du monde et aider à mieux comprendre les autres cultures, avait choisi cette année de mettre en avant les jeunes, espoirs de la Méditerranée, et la solidarité envers les migrants, souvent mise à rude épreuve en Europe.

Le Jury officiel était présidé par le réalisateur Sam Garbarski. À ses côtés, on retrouve les comédiennes belge et marocaine Lucie Debay et Nadia Kounda et les comédiens italien et franco-algérien Laurent Capelluto et Farid Bentoumi.

"Sibel" de Çağla Zencirci & Guillaume Giovanetti a remporté le Grand Prix du Jury de cette 18ème édition. Ce film met en scène Sibel (Damla Sönmez), jeune fille qui vit avec son père et sa sœur dans un village isolé des montagnes de la mer noire en Turquie. Muette, elle communique grâce à la langue sifflée ancestrale de la région. Rejetée par les autres habitants, elle traque sans relâche un loup qui rôderait dans les hauteurs de la forêt. C'est alors que sa route croise celle d'un fugitif...

Le Jury a tenu à récompenser ce film pour sa vraie force cinématographique, et la façon de raconter de manière irrésistible ce qui est souvent pénible à entendre avec des mots, mais aussi pour l'interprétation exceptionnelle de la comédienne principale, Damla Sönmez.



 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications