flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

45th Year / 45e Année
Décembre
 
2019 December
N° 496
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 588 69 53
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind



Titres des évènements du mois
Titles of this month's events



Droits de l'Homme / Human Rights

'The Dark Report': 2,618 Children Subjected to Rights Violations in 2018
Prison Population Increases by 14 Percent in One Year
Initiative for Freedom of Expression Releases October 2019 Report

Soldiers Acquitted in 'Operation Return to Life' Ümraniye Prison Case
780 Children are Behind Bars with Their Mothers
Lawyers' Organizations Call on EU to End Judicial Cooperation with Turkey
AI: Rights Defenders Should be Acquitted in Büyükada Trial


Pression sur les médias / Pressure on the Media

Lawsuit Against Journalists from Cumhuriyet and BirGün
Three Journalists Arrested in a Week
Meurtre de Khashoggi: sa fiancée dénonce l'inaction de la communauté internationale
Le leader kurde détenu Demirtas subit des tests médicaux

Commissioner publishes observations on internet blocking in Turkey

Kurdish Question / Question kurde

Turkish occupation continues Turkification policy in occupied areas
HDP’s District Co-Mayors in Van Detained
Liberté pour Figen Yüksekdag et les autres élu(e)s
Des Kurdes de Syrie accusent les alliés d'Ankara de "crimes"
La CEDH condamne la Turquie pour la saisie de données d'avocats d'Ocalan
Three More HDP Mayors Arrested,  24 Municipalities Taken Over

Minorités / Minorities

Patriarch Election:”We Don't Want an Appointed Patriarch”

Politique intérieure/Interior Politics

Del Ponte: Erdoğan should be prosecuted over Syria incursion

Forces armées/Armed Forces

Raids du régime, bombardements turcs, 30 civils tués à travers le pays

Affaires religieuses / Religious Affairs
 
Un Canadien expulsé de Turquie inculpé pour terrorisme
La Turquie a expulsé cinq jihadistes présumés allemands

Deux soeurs jihadistes expulsées de Turquie vers la Belgique
House of An Alevi Family Marked

Socio-économique / Socio-economic

Condamnations pour le meurtre d'une étudiante qui a secoué la Turquie
Chine, UE, Turquie: La Russie lance trois gazoducs majeurs


Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Macron ne voit "pas de consensus possible" avec la Turquie
Macron: La Turquie travaille parfois "avec des intermédiaires de l'EI"
Deux commissaires européens à Athènes puis Ankara

L'ambassadeur turc va être convoqué après les "insultes" d'Erdogan

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

NATO Summit did not submit to Erdogan’s blackmail
Les 70 ans de l'Otan assombris par les dissensions et la colère de Trump
Trump a rencontré Erdogan en tête à tête au sommet de l'Otan

Otan: trois agents perturbateurs menacent le sommet du 70e anniversaire
Otan: Erdogan s'en prend à Macron qu'il juge "en état de mort cérébrale"

Relations régionales / Regional Relations

En mer Noire, un navire français joue au chat et la souris avec les Russes
Flottille vers Gaza: la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

 Accord militaire turco-libyen: la Grèce préoccupée, demande des "informations"

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Athènes expulse l'ambassadeur libyen
La Grèce maintient des relations délicates avec La Turquie


Immigration / Migration

Rencontre d’Emir Kir avec deux maires issus d’un parti turc d’extrême-droite
Bosnie : un enseignant turc arrêté, son avocat dénonce la main d'Erdogan


Droits de l'Homme / Human Rights

The Dark Report': 2,618 Children Subjected to Rights Violations in 2018

The Migration and Humanitarian Aid Foundation has released the 2018 Monitoring Report for Children's Rights Violations.

2,618 children, including those from Syria, Afghanistan and Iraq, were subjected to rights violations in the last year, according to what the foundation called the "dark report."

661 cases of rights violations resulted in death and 822 cases resulted in injury, the report said. There were 266 cases where a child was subjected to sexual abuse and exploitation.

The report was written within the framework of the UN Convention of the Rights of the Child and the data in the report was compiled from news reports, the foundation stated.

Turkey falls short of implementing the convention and official statistics "hide" violations of children's rights, the report said.

"No reliable official statistics"

"It is not possible to reach reliable statistics on children in Turkey.

"For instance, no public institution currently has clear data on early and forced marriages of children and child suicide. In other words, state institutions do not have data on how many children committed suicide or how many children were forced into marriage.

"During the reporting period, 661 children lost their lives and 822 children were injured in violations against the 'right to life' due to the negligence of the society, families and the state to take the necessary measures.

"These figures reflect the data we were able to reach through media retrieval. There are no published official data on child mortality in 2018. It is a fact that real numbers are far above the numbers that can be reported. Considering that all rights violations are not / cannot be reflected in the press, the magnitude of the figures is worrying.

"During the reporting period, 82 children were detained, 25 children were remanded in custody and courts sentenced children to imprisonment." (BIA, 6 December 2019)

Prison Population Increases by 14 Percent in One Year

The Turkish Statistical Institute (TurkStat) released the Prison Statistics for 2018 today (December 5). Accordingly, on December 31, 2018, the prison population of Turkey was 264 thousand 842, which marks a 14-percent increase in comparison with the previous year.

Out of prison population on December, 31, 78.9 percent was at the status of convicts and 21.1 percent at the status of arrested. 96.1 percent of the prison population were men and 3.9 percent of them were women.

Other highlights from the statistics are as follows: 323 out of every 100 thousand people behind bars

As of 31 December, 2018, while 188 out of every 100 thousand people were in prison in Turkey in 2013, this figure reached 288 in 2017 and 323 in 2018, marking a gradual increase every year. In 2018, this figure was 401 per 100 thousand people at and over the age of 12.

When every entrance record of a convict who entered prison more than once within the same year was considered different, the number of entrance records of convicts between the specified dates was 266 thousand 889.

When every discharge record of a convict discharged from prison more than once within the same year was considered different, the number of discharge record of convicts was 215 thousand 170. 96.2 percent of convicts received and 96.1 percent of convicts discharged were men.
2 thousand 95 juveniles entered prison in 2018

According to the age when they were received into prison, the number of juveniles (12-17 age group) who entered prison in 2018 was 2 thousand 95, marking an increase of 1.9 percent compared to the previous year.

According to the age when the offence was committed, this figure was 14 thousand 502, marking a 22.8-percent increase when compared with 2017.

Theft was the most committed crime for convicts

In the case of convicts who have been received into prison for committing more than one crime, one of the crimes that has resulted in major punishment was taken as main crime.

In this context, 17 percent of convicts received into prison between January 1 and December 31, 2018, committed theft, 12.4 percent of them committed assault, 6.7 percent of them committed production and trade of drugs, 5.8 percent of them committed opposition to the Bankruptcy and Enforcement Law and 3.5 percent of them committed homicide.

* Flow population received into and discharged from prison, January 1- December 31, 2012-2018
36.8 percent were primary education graduates

When convicts received into prison between January 1 and December 31, 2018 were examined by the committed crime, 47.3 percent of convicts who committed theft were graduates from primary education, 15.1 percent from junior high school and vocational school at junior high school level, 13.5 percent of them from primary school.

37.5 percent of convicts graduated from primary education, 23.4 percent of them graduated from high school and vocational school at high school level and 17 percent of them graduated from primary school.

36.9 percent of convicts who committed production and trade of drugs were graduates of primary education, 19 percent were of high school and vocational school at high school level and 18.8 percent of primary school.

29.9 percent of convicts who committed homicide graduated from primary education, 27.6 percent graduated from high school and vocational school at high school level, 17.2 percent of them from primary school.

37.7 percent of convicts who committed sexual crimes graduated from primary education, 20.6 percent of them from high school and vocational school at high school level and 17.2 percent of them from primary school.

Most committed crime for higher education was assault

When convicts received into prison between January 1 and December 31, 2018 were examined by education and the sequence of committed crimes; theft was the first order crime for 30.1 percent of those who were literate but not graduated from a school, 25.6 percent of those who were illiterate, 21.9 percent of those who were primary education graduates, 18.6 percent of junior high school and vocational school graduates and 13.9 percent of those who were primary school graduates.

Assault was the first order for the high school and vocational high school graduates with 13.3 percent and for the higher education graduates with 10.5 percent.
(BIA, 5 December 2019)

Initiative for Freedom of Expression Releases October 2019 Report

The Initiative for Freedom of Expression (Düşünce Suçu(!?)na Karşı Girişim) has shared the results of its October 2019 report with the public.

Entitled "What's goin' on?", it covers the violations of freedom of expression, free assembly and peaceful demonstrations in Turkey in October 2019.

Prepared in cooperation with the Human Rights Association (İHD) and with the help of Human Rights Foundation of Turkey (TİHV) documentation, the report was publicized as a video conference of four reporters from Ankara, Diyarbakır, İstanbul and İzmir on November 27, 2019.

"Monthly, we will publicize the violations of the last month as a video conference and transmit via Internet as well as in written form", the Initiative has announced in its introduction to the report.

The Initiative has shared the following report with the public:
Reports form the Regions

İstanbul (Eren Keskin - Co-Chair of the İHD)

"This month, Turkey started a military action in Northern Syria, and a great oppression on the 'anti-war', - in better words - the 'anti-occupation' dissidents.

"The first attack was on the 'Saturday Mothers', which is the most accepted civil disobedience action since 1995. For a long time, the traditional area 'Galatasaray Square' is banned, the mothers meet in a narrow street, in front of the İHD Branch in İstanbul.

"On October 12, police imposed a new ban, not the use the words 'War', 'Intervention' etc. People resisted and police attacked, 9 were taken into custody, handcuffed, not given water for long hours, forbidden to go to the toilet; while trying to use their freedom of expression they have been victims of torture.

"On this event, MP Sezgin Tanrıkulu said 'This is a war against Kurds'. A large lynch campaign started on social media. I have also faced the same attacks on the media, due to a tweet of mine, and after journalist Nedim Şener's provocation targeting me, police raided my apartment on October 23. I am accused of terrorist organization's propaganda.

"One day ago, journalist Emre Oman was taken into custody due to his tweets. Lawyer Nurcan Kaya was detained at Istanbul Airport -due to her tweet - on October 27. On October 17, in İstanbul-Esenyurt, police attacked the press statement of the HDP, many were taken to custody, handcuffed, tortured.

"This information and figures depend on the applications made to the İHD only.

"In addition to all, our 'Commission Against Racism' has filed two criminal complaints. One for an attack on an old person in Çanakkale, and the other about a poster placed at bus stops in Konya, targeting Jews."

Ankara (Osman İşçi - Secretary General of the İHD)

"In Ankara, 'assembly and demonstrations' is a problem for a long time.

"On November 9, 2019, Nuriye Gülmen started a protest action and others followed. At Yüksel Street, in front of the Human Rights Monument, twice every day.

"Due to yesterday, for 1107 days. With no exception, each day the police intervened. Custodies, arrests... Also ill treatment, as a usual practice.

"Protesters faced fine sentences, as well as criminal cases that might cause imprisonment. A large group was aiming to have the firing decisions - due to the statutory decrees at State of Emergency period - abolished.

"October 23, 2019, the 17th hearing of the case against 72 KESK (Public Workers Union) members was held. Accusation: Being members of a terrorist organization. But the questions were about daily and usual activities of the union. The case which was opened in 2012. The duration of the case - nearly 7 years - commits a violation of the right of fair trial.

"On the anniversary of Ankara Massacre (October 10, 2015) police intervened in the peaceful demonstration, many wounded, many custodies; but surely no investigation for committers, impunity.

"How about the other provinces in the region? All the same.

"In Eskişehir, 500 workers of ESPARK Mall started a tent action, because their wages were not paid. Police intervened on the 10th day. Not only violation of the right to assembly and demonstration, but also the freedom of association.

"The meeting entitled 'The Great Gathering of Statutory Decree Victims' to be held in Ankara on October 5 and 6 was banned by the Governor, only one day before the date. Police intervened against the audience, including MP Ömer Faruk Gergerlioğlu.

"The conference entitled 'Kayseri and Environment: Social, Cultural and Economic History', organized by Hrant Dink Foundation on October 18 and 19 was banned. The foundation turned the action to Mantı (Turkish Ravioli) Day and realized the following week.

"In Ankara, as well as other provinces in the region, the old habit of 'Preventing all sorts of public meetings' continues, mainly as arbitrary practice everywhere."

İzmir (Ahmet Çiçek - Representative of the İHD)

"In our region, İzmir, Balıkesir, Antalya, etc., we had an intensive oppression on declarations on websites, as well as social media, and tweets, many investigations, arrests.

"6 custodies in Aydın, on October 10 and 11 custodies in İzmir, 2 custodies in Denizli. The next day, 18 custodies due to declarations against the 'Peace Spring' (Military operation to Syria), one in Balıkesir, the next day, the same reason, another 55 custodies, in Antalya the following day,

"On October 17, again for the same reason, 8 custodies in Denizli, on October 22, 4 custodies, 1 arrest in Aydın, 3 custodies and 1 arrest in Kuşadası and 1 custody in Denizli, for insulting the President.

"Totally, 55 custodies, 4 arrests in October 2019.

"In addition, İzmir branch of the HDP was not allowed to make an open air meeting entitled 'We Gather for Democracy'. They wanted to do it in front of the branch building, but it was also banned by the Governership, based on the demonstration ban of the Governorship itself.

"On the same day, women organizations tried to make a demonstration entitled 'Women Want Peace'. It was also banned, they had to make it indoors. In total: 62 violations of 'right of assembly and demonstration' were recorded in October 2019.

"What we simply call 'Oppression on Social Media' is more than that. In practice, each of them means a police raid at home, late at night, terrorizing all, using extreme power."

Diyarbakır (Ezgi Sıla İpek – Representative of the İHD)

"The cultural event organized by Cizre (Şırnak) Municipality titled 'Mem û Zîn Festival of Youth, Culture and Arts' was banned, based on the demonstration ban for 15 days, by the Governorship.

"In Yenişehir district, police banned the press declaration and signature campaign by the Municipality, to protest the 'Trustee' practice in the region.

"Also, in Hakkari, all sort of demonstrations were banned by the Governorship, for 30 days. The excuse: '... to protect the identities of the republic, the indivisible unity of the State with its nation and territory, national security and prevent any provocation... etc.'

"We are forced to make press declarations only in front of the Association building, and in a limited part of the pavement at the entrance.
(BIA, 5 December 2019)

Soldiers Acquitted in 'Operation Return to Life' Ümraniye Prison Case

The verdict was announced yesterday (December 3) in the lawsuit filed against 267 soldiers regarding the Operation Return to Life on December 19, 2000, at Ümraniye Prison in İstanbul.

İstanbul Anadolu 8th Heavy Penal Court's changed board, which took over the file yesterday (December 3), announced the decision after rejecting all the requests of the lawyers involved.

The court decided to drop the case against five defendants who died. The lawsuit was filed 15 years ago.

It was decided to drop the case against some of the 262 defendants for "intentional injury" and "torture" due to the statute of limitations.

Defendants were also acquitted of the charge of "deliberate killing in such a way that makes the perpetrator unidentifiable" on the ground of the lack of evidence that is "sufficient, not doubtful in any way, conclusive and convincing."

Who killed the five people?

In another case regarding the deaths in the prison, the defendants, who were inmates at the time, were also acquitted in 2016.

İstanbul 5th Heavy Penal Court acquitted 399 defendants because "it was proven that they did not commit the offense of murder."

The reasoned decision stated that Gendarmerie Specialist Sergeant Nurettin Kurt was certainly killed by the soldiers who carried out the operation.

The perpetrators of the killings remained unidentified with yesterday's acquittals.

Statements were not taken from plaintiffs

In yesterday's hearing, Güçlü Sevimli, the attorney of intervener Ümit İlter, said that the court did not accept their request for extra time regarding the opinion of the Prosecutor's Office as to the accusations and stressed that the court board changed before the hearing.

"Some of the plaintiffs are still remanded in custody. We request their statements be taken at least via SEGBİS [Audio and Video Information System] connection.

"For the examination of the statements we prepared by your board and because it is not possible for defense attorneys to give a statement, a ruling should not be given in this hearing."

The prosecutor requested the rejection of Sevimli's request. The court rejected the request and announced its verdict.

Prosecutor: Soldiers acted in self-defense

The Prosecutor's Office, stating its opinion as to the accusations in the hearing on October 18, said that the reason for the operation was "the prison administration having lost the authority on the arrested and convicted."

It also stated that the soldiers "acted in self-defense" and requested their acquittal of the charge of "intentional killing."

What happened?

During the week of December 19-26, 2000, around 10 thousand soldiers occupied 48 prisons to end two months of hunger strikes and "death fasts" by hundreds of political prisoners. The hunger strikers were protesting the state's plan to transfer its prisoners from large wards to the US-style "F-type" cells holding one to three inmates

Operation "Return to Life" -- which left at least 31 prisoners and two soldiers dead -- lasted a few hours in most prisons and up to three days at one prison. Eight prisoners were reportedly "disappeared", and at least 426 prisoners were wounded.

The first lawsuit regarding the "Return to Life Operation" conducted in Bayrampaşa Prison was filed in 2010, ten years after the incident.

The indictment against 37 private soldiers and two non-commissioned officers was filed by Eyüp Public Prosecutor's Office and the ensuing court case has been continuing at the Bakırköy 13th Heavy Penal Court.

After the official document entitled "The Deluge (Tufan) Operation Order", according to which the operation was conducted in Bayrampaşa Prison, was submitted to the court, the second court case was filed against 157 members of the gendarmerie for "homicide" and "homicidal attempt" in March 2015. (BIA, 4 December 2019)

780 Children are Behind Bars with Their Mothers

The Right Initiative (Hak İnisiyatifi) Association has released a statement about children who are between the ages of 0-6 and behind bars. The Association has indicated that while the number of children who were behind bars was 743 in 2018, it has increased to 780 as of November 2019.

According to the figures announced by the Association, 543 of 743 children behind bars in 2018 were between the ages of 0 and 3 and 200 children were between the ages of 4 and 6.

Other highlights from the statement are as follows:

"Of 543 babies between the ages of 0-3, 37 babies are younger than six months. In addition to this, there are 35 pregnant women. The mothers of 519 children are convicted and those of 224 children are arrested.
'It doesn't comply with international standards'

"According to unofficial figures, as of November 2019, the number of children in prison has become 780. The Article 16/4 of the Law no. 5275 on the Execution of Sentences and Security Measures says the following: The execution of a prison sentence shall be suspended if the woman is pregnant or less than 6 months have passed since she gave birth.

"The conditions of children between the ages of 0-6 behind bars with their mothers are not adequate and do not comply with international standards. The United Nations (UN) Bangkok Rules (the Articles 48-52 of which include regulations on pregnant and nursing women and the ones who are with their children in prison) contain detailed regulations regarding the prison conditions of arrested and convicted women.
'Children should in now way be treated as prisoners'

"According to these documents, the women who are pregnant, have just given birth, are in breast feeding period and have their children with them should be provided with humane conditions, approaching them in accordance with their needs, and children should be monitored by specialists, children should in no way be treated as prisoners."

Concluding the statement, the Right Initiative has called on the authorities to urgently end the arbitrariness in enforcing the articles pertaining to the stay of execution. As a permanent solution, the Association has recommended that the stay of execution of pregnant women and mothers with children between the ages of 0 and 6 be legalized immediately.
(BIA, 2 December 2019)

Lawyers' Organizations Call on EU to End Judicial Cooperation with Turkey

Seven lawyers' organizations, including the Progressive Lawyers Association (ÇHD) from Turkey, have released a statement, calling on the European Union (EU) countries to end police and judicial cooperation with Turkey.

They also demanded the end of the refugee agreement between Brussels and Ankara that has been in effect since 2016. "The Turkish state can neither be a partner in refugee policy nor an object of protection under criminal law," they said.

Here is the full text of the statement:
Turkey's recent history has been marked by the destruction of internal standards of the rule of law and external aggression and war crimes contrary to international law.

Neither the bombing of its own civilian population in 2015 and 2016 nor the transformation of the Turkish state into a presidential authoritarian regime in subsequent years resulted in a decisive reaction from our governments.

Neither the dismissal of more than one hundred thousand civil servants, the imprisonment of hundreds of journalists and lawyers, the draconian persecution and punishment of those who exercised their democratic rights, election manipulations, nor the non-recognition of election results Erdoğan did not like, as well as the attack on the Syrian-Kurdish region Afrin, which violated international law, were grounds for our Governments to question the cooperation with the Erdoğan regime.

An unspeakable reason for this silence is the alliance formed with Erdoğan to prevent the further migration of refugees to core Europe. In view of the current events in Northern Syria, we demand from our Governments to finally draw the long overdue consequences given the violations of human rights and international law by the Turkish authoritarian regime.

Athens-based lawyer Yiota Massouridou of AED-EDL explains: "The Turkish state has openly justified its aggression against the North-Syrian Kurds, which is contrary to international law, with the aim of exchanging the current population.

A state which propagates ethnic cleansing‹, in which fundamental civil and human rights do not apply, in which arbitrariness prevails and which commits crimes against international law must not be treated as a partner by any European government."

We demand:

- the immediate cessation of police and judicial cooperation with Turkey,

- the termination of the so-called refugee deal and

- the revocation of any powers of prosecution in State security proceedings relating to Turkey. The Turkish state in its current constitution can neither be a partner in refugee policy nor an object of protection under criminal law.

In view of the political persecution of any opposition, the violent oppression of the Kurdish minority and the obvious cooperation of the Turkish state with terrorist organizations such as the Islamic State, police and judicial cooperation with the Republic of Turkey bears the real danger of the involvement of European authorities in oppression, torture and state terrorism.

Frankfurt/Main-based Lawyer Stephan Kuhn of the Organisationsbüro der Deutschen Strafverteidigervereinigungen clarifies: "Only by strictly refraining from judicial and police cooperation with Turkish authorities, it can be ruled out that repressive measures, torture and unjust judgments are carried out in Turkey through information provided by any European authority. Conversely, courts and authorities in EU member states may not use any information suspected of having been obtained by methods contrary to the rule of law. The EU Governments must not support such a regime."

Avocats Européen Démocrates / European Democratic Lawyers (AED/EDL)
Çağdaş Hukukçular Derneği | Progressive Lawyers Association (ÇHD)
European Association of Lawyers for Democracy & World Human Rights (ELDH)
Komitee für Grundrechte und Demokratie e.V.
Organisationsbüro der Strafverteidigervereinigungen
Republikanischer Anwältinnen- und Anwälteverein e.V. (RAV)
Vereinigung Demokratischer Juristinnen und Juristen e.V. (VDJ)

(BIA, 29 November 2019)

AI: Rights Defenders Should be Acquitted in Büyükada Trial

More than two years after they were first detained, the honorary chair, the former director of Amnesty International and nine other human rights defenders must be acquitted of the absurd charges they still face, Amnesty International has said ahead of their next hearing which will be held tomorrow (November 27) in Istanbul.

Taner Kılıç, Amnesty Turkey's Honorary Chair, is being tried alongside İdil Eser, the organization's former Turkey director and nine other human rights defenders, known as the "İstanbul 10", on baseless allegations of "membership of a terrorist organisation".

"After months in jail and years before the courts, the prosecution has failed to present any credible evidence to substantiate the absurd charges made against Taner and the Istanbul 10," said Kumi Naidoo, Amnesty International's Secretary General.

"Instead, baseless accusations against them have been comprehensively demolished over the course of nine hearings. And yet the threat of conviction still hangs over them."

Taner Kılıç spent more than 14 months in prison before his release on bail in August 2018. Eight of the Istanbul 10 spent almost four months each behind bars before they were bailed in October 2017.

"The egregious injustice that our colleagues and friends have experienced for more than two years is common to hundreds of human rights defenders in Turkey who spend their days either languishing in jail or living in constant fear of prosecution," said Kumi Naidoo from Amnesty International.

"The İstanbul 10 and Taner must be acquitted, and all those jailed merely for defending human rights must be immediately and unconditionally released."

The hearing will begin at 07.00am GMT, on 27 November, 10.00am local time, at Istanbul Heavy Penal Court, No 35.

An international delegation of senior Amnesty International representatives from around the world will attend the hearing in including Kerry Moscogiuri, Campaigns Director of AI UK, John Peder Egenaes, Director of AI Norway, and Gaberiele Stein, the chairperson of Amnesty International Germany.

The prosecution has failed to produce any evidence of criminal wrongdoing, let alone 'terrorism', during more than two years of this prosecution.

Three of the human rights defenders on trial who are lawyers (Taner Kılıç Nalan Erkem and Şeyhmus Özbekli) could also lose their license to practice law after a conviction for a terrorist offence.
What happened?

On July 5, 10 rights advocates from various rights organizations were taken into custody during a training workshop with the topic "Protection and digital security of human rights advocates" in Büyükada, one of the Prince Islands in İstanbul. Nothing was heard from detained rights defenders for 30 hours.

On July 18, Idil Eser (Amnesty International Turkey Director), Özlem Dalkıran (Citizens' Assembly / formerly called Helsinki Citizens Association), Günal Kurşun (Human Rights Agenda Association), Veli Acu (Human Rights Agenda Association),  Ali Garawi (citizen of Sweden / human rights trainer), and Peter Steudtner (citizen of Germany / human rights trainer) were arrested on charges of "committing crimes on behalf of the terrorist organization without being a member" (Article 220/6 of Turkish Penal Code/TCK ) and "being a member of an armed terrorist organization" (Articles 314/2 and 314/3 of TCK).

On July 23, İlknur Üstün (Women's Coalition) and Nalan Erkem (Citizens' Assembly / formerly called Helsinki Citizens Association), who were released on probation earlier with an international travel ban, were arrested later upon the prosecutor’s objection to their release.

Amnesty International Turkey Executive Board Chair Taner Kılıç who had been in pre-trial detention since June 2017 in another case, was included to the indictment of Büyükada lawsuit later as a suspect.

According to the bill of indictment prepared by Public Prosecutor Can Tuncay, the rights defenders are claimed to be members of the Fethullahist Terrorist Organization/Parallel State Organization (FETÖ/PDY), Kurdistan Workers' Party/Kurdistan Communities Union (PKK/KCK) and The Revolutionary People's Liberation Party/Front (DHKP/C).

On October 25, the court ruled that Günal Kurşun, İlknur Üstün, İdil Eser, Nalan Erkem, Peter Steudtner, Özlem Dalkıran, Ali Garawi and Veli Acu be released. In addition, an international travel ban was imposed on Özlem Dalkıran and Veli Acu, and the probation order for Şeyhmus Özbekli and Nejat Taştan that was issued on July 25, was revoked.

The file of Taner Kılıç, who was standing trial in a separate case held before İzmir 16 Assize Court on charge of "financing terrorism and spying" and was later included in the indictment of Büyükada lawsuit as a suspect, was combined with the main Büyükada Case.
(AFP, 26 novembre 2019)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Lawsuit Against Journalists from Cumhuriyet and BirGün

A lawsuit has been filed against journalists Canan Coşkun, Ali Açar and Can Uğur, who reported on the investigation launched into the death of Berkin Elvan, who lost his life at the age of 15 after being shot with a tear gas canister during Gezi Park protests in İstanbul in 2013.

Can Uğur from daily BirGün, Canan Coşkun and Ali Açar have been charged with "targeting a public officer who served in counter-terrorism" as per the Article 6* of the Anti-Terror Law (TMK).

The indictment filed against the journalists has alleged that, by disclosing the identity of one of the suspect police officers in Berkin Elvan investigation, they have caused the officer to become a target for leftist organizations.

The trial will begin at the İstanbul 34th Heavy Penal Court on April 9, 2020.

Açar: The news don't belong to me, Uğur: Freedom of thought and obtaining information

The news in dispute was published by Cumhuriyet newspaper with the title "Police Officer Allegedly Shot Berkin Elvan Didn't Remember His Place of Duty" and by BirGün newspaper with the title "The Reason for Confidentiality Order on Berkin Investigation: Lest His Reputation Be Damaged".

The İstanbul Chief Public Prosecutor's Office launched an investigation against both news articles dated March 11, 2016.

In her defense to the prosecutor's office, journalist Canan Coşkun has stated that she did not publish the surname of the police officer in her news and they published his picture in such a way that he was not recognizable in the photo. Coşkun has rejected the accusations.

As for Ali Açar, he has said that he did not make the news in question and that he only wrote the press statement of Elvan family's attorneys, adding that apart from this part, the rest of the news and content do not belong to him. He has also stated that he did not include any information or document about the content of the investigation in his news.

In his defense, Can Uğur has indicated that what he did was to report on the issues with public interest as required by the nature of journalism, that he published his news without adding any comments and that his news article falls within freedom of thought and freedom of obtaining information.

'Identity of suspect police officer disclosed'

The indictment filed against the journalists has also referred to prosecutor Mehmet Selim Kiraz, who was killed in İstanbul Courthouse in Çağlayan. According to the indictment, the DHKP/C** statement on Şafak Yayla and Bahtiyar Doğruyol, who killed Kiraz, the name of the suspect police officer was also revealed and he was threatened with death.

Alleging that "the death of Elvan is exploited by certain terrorist organizations", the prosecutor's office has claimed that these news have also caused the officer in question to become a target for leftist organizations. (BIA, 5 December 2019)

Three Journalists Arrested in a Week

Taken into custody in Kahta in Turkey's eastern province of Adıyaman on November 27, journalist Hacı Yusuf Topaloğlu has been arrested on charge of "membership of a terrorist organization".

Topaloğlu was brought to Adıyaman Courthouse earlier today (December 5) after his formalities at the police department were completed.

Topaloğlu, a reporter for the Dicle News Agency (DİHA), which was closed by a Statutory Decree, was taken into custody as part of an investigation against him. As reported by Mezopotamya Agency (MA), after Topaloğlu deposed to the prosecutor's office, the office referred him to the Penal Judgeship of Peace and requested his arrest.

The judgeship has ruled that journalist Hacı Yusuf Topaloğlu shall be arrested on charge of "membership of a terrorist organization" based on the statements of an anonymous witness.

What happened?

On November 27, the police raided several homes in the provinces of Ankara, Antep, Urfa, Diyarbakır, Batman, Ağrı and Adıyaman.

Several people were taken into custody in the raids, including former MPs and executives of the Peoples' Democratic Party (HDP) as well as executives and members of the Human Rights Association (İHD) and Health and Social Service Laborers Union (SES). DİHA reporter Hacı Yusuf Topaloğlu was also detained as part of these operations.

2 journalists were also arrested in İstanbul

Taken into custody shortly after they left the Mezopotamya Agency (MA) office in Beyoğlu, İstanbul on November 29, journalists Sadiye Eser and Sadık Topaloğlu were also arrested on December 3.

As reported by the MA, the prosecutor's office referred the journalists to the İstanbul 3rd Penal Judgeship of Peace without taking their depositions.

After the defendants and the attorney made their defense, the court has ruled that Eser and Topaloğlu shall be arrested on charge of "being members of a terrorist organization." (BIA, 5 December 2019)

Meurtre de Khashoggi: sa fiancée dénonce l'inaction de la communauté internationale

La fiancée de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, et la rapporteure spéciale des Nations unies sur les exécutions sommaires, Agnès Callamard, ont dénoncé mardi à Bruxelles l'inaction de la communauté internationale vis-à-vis de l'Arabie saoudite, y compris celle de l'UE, 14 mois après le meurtre du journaliste à Istanbul.

Depuis la présentation en juin par Mme Callamard d'un rapport accablant pour le régime saoudien devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève sur ce meurtre, "il n'y a eu aucune action significative de la part de la communauté internationale", a déploré Hatice Cengiz, dont les propos en turc étaient traduits en anglais, lors d'une conférence de presse.

L'experte de l'ONU avait conclu qu'il existait des preuves suffisantes pour justifier l'ouverture d'une enquête internationale sur les responsabilités de hauts dirigeants saoudiens dans ce crime, y compris le prince héritier Mohammed ben Salmane.

M. Khashoggi, journaliste critique du pouvoir saoudien, a été tué et démembré dans le consulat de son pays à Istanbul par un commando saoudien, le 2 octobre 2018.

"Nous demandons l'ouverture d'une enquête internationale et je travaille à cette fin", a poursuivi Mme Hatice. "Ce n'est pas un dossier qui peut être refermé comme ça. Pour moi, le meurtre de Jamal Khashoggi est le plus inhumain de l'ère moderne".

"Je veux que cela continue à déranger les gens. Il faut que certains en perdent le sommeil", a-t-elle dit.

A ses côtés, Mme Callamard a "dénoncé (...) la passivité de la communauté internationale pour demander des comptes à l'Arabie saoudite", épinglant la volonté des Etats "de revenir au +business as usual+".

"L'Union européenne a été, comme le reste de la communauté internationale, extrêmement décevante dans ses réactions à l'égard de l'Arabie saoudite", a poursuivi Mme Callamard, venue à Bruxelles pour rencontrer des responsables de l'UE.

"La communauté internationale envoie le message que les Etats dotés de suffisamment de pouvoir peuvent s'en sortir en toute impunité après le meurtre d'un journaliste", a-t-elle fustigé.

Elle a appelé à un moratoire sur les exportations de matériel de surveillance et à des sanctions ciblant les plus hauts responsables soupçonnés d'implication dans le meutre, y compris le prince héritier, estimant que les sanctions individuelles actuelles visaient des individus subalternes.

Mme Callamard a aussi de nouveau critiqué la tenue du prochain G20 en Arabie saoudite, une "erreur", et demandé aux pays y participant de mettre la liberté de la presse et la protection des droits de l'homme à l'agenda. Elle a par ailleurs appelé à la tenue d'un procès en Turquie sur ce meurtre.
(AFP, 3 décembre 2019)

Commissioner publishes observations on internet blocking in Turkey

Today the Commissioner published her written observations submitted to the European Court of Human Rights concerning the case of Wikimedia Foundation, INC. v. Turkey, which relates to the blocking of a free, multi-lingual, collaborative online encyclopedia hosted by the applicant, a non-profit organisation.

The Commissioner sees the ongoing blocking of access to Wikipedia as forming part of a broader pattern of undue restrictions on the right to receive and impart information on the internet, and more generally as an illustration of the disproportionately heavy-handed approach currently prevailing in Turkey to any content or information the Turkish authorities consider offensive.

Commissioner Mijatovic concludes that the way Turkish administrative authorities and courts routinely have recourse to internet blocking is unacceptable in a democratic society and not compatible with Article 10 of the European Convention on Human Rights which protects freedom of expression. “The systemic nature of the problem requires far-reaching measures, including the complete overhaul of the relevant Turkish legislation,” writes the Commissioner.

Read the Commissioner's written observations submitted to the European Court of Human Rights concerning the case of Wikimedia Foundation, INC. v. Turkey.
(BIA, 25 November 2019)

Kurdish Question / Question kurde

Turkish occupation continues Turkification policy in occupied areas

Turkish occupation's violations are still continued against Afrin canton's people, in the framework of Turkification policy and division of Syria and the imposition of Turkey's culture and language on a neighboring country, and the transformation of its schools to military headquarters and education centers in Turkish language, in addition to the opening of universities and institutes in Turkish under the supervision of elements of ISIS mercenaries and the University of Gaziantep in the Turkish territories occupied.

In the context of the division of Syria and the separation of the areas occupied by Turkey from the rest of the Syrian regions, the Turkish occupation seeks in various ways to annex the areas occupied by it and to repeat the scenario of the Iskenderun and the revival of the former Ottoman Empire and what is known as the Milli Charter.

Recently, by a decision of the Turkish Ministry of Education, universities and institutes were opened in the areas it occupies, with Turkish curricula in Afrin, Azaz and al-Bab, within the framework of the Turkification policy and the division of Syria.

Under the supervision of the Ministry of Education and the University of Gaziantep, universities were opened in the areas occupied by the Faculty of Sharia in Azaz, the Faculty of Economics in the city of Bab and the Faculty of Education in Afrin. It is coordinating with doctor (Ghassan Jamous) who pledged allegiance to ISIS in 2015 and moved to the city of al-Raqqa to treat the wounded ISIS elements.

It is noteworthy that the doctor of orthopedic mercenary (Ghassan Jamous) from the town of Taibet al-Imam in the Syrian province of Hama, has pledged allegiance to ISIS mercenaries in the occupied canton of Afrin. The mercenary (Ghassan Jamous) works in the Qanbar Hospital, known to the mercenaries (Afrin Central Hospital) and also has a clinic in Afrin next to the "Sharia High School", has been appointed by the Turkish occupation to oversee the universities opened by Turkey in the areas occupied by

The Turkish occupation sought to force the parents to learn in the Turkish language and raise the Turkish flag in schools and institutions in the areas occupied by the Turkish regions, in addition to the imposition of Turkish school uniforms on students.

The Turkish occupation and its mercenaries turned schools to military headquarters and places of torture of civilians, under the pretext of belonging to Women and People protection Units ( YPG, YPJ) in order to impose royalties on them.

This is not confined solely to education, but there is widespread chaos in the areas it occupies, as well as fighting between mercenary factions on a daily basis to share and loot civilians' properties.

With the beginning of the attack of the Turkish occupation and its mercenaries on January 20, 2018 on the canton of Afrin, the Turkish occupation changed the names of Syrian villages and towns to the Turkish language in the context of changing the demography of the region, and forcing civilians to carry the Turkish ID.

The practices of the Turkish occupation and its mercenaries have increased in the areas it occupies from kidnapping, killing and torture from Jarablus, through al-Bab and Azaz to Afrin, and it has become uninhabitable areas.

The Turkish occupation has settled tens of thousands of Turkmen families on the border and provided them with assistance to ensure their survival and justification before international organizations that the villages of Afrin and areas occupied by Turkish territory.

Afrin students displaced to al-Shahba district are taught in semi-destructive schools, and the prisons and places of torture used by Turkey's mercenaries before liberation are transferred to newly renovated schools by the Education Committee of the Afrin Democratic Community in order for students to receive their education after a lapse of months during the Turkish aggression.

The students of Afrin suffer difficult conditions in the canton of al-Shahba lack of supplies and lack of school seats, besides the Syrian regime imposed siege on the people in al-Shahba, and consider the people of Afrin are not Syrian people.

Our agency ANHA met with the Democracy Training Society of Afrin canton, Hamid Rustom, and a number of displaced Afrin students.

Hamid Rustom, an administrator in the training committee of the canton of Afrin, confirmed that with the beginning of the Turkish occupation and its mercenaries to the canton of Afrin, more than 70 schools in Afrin, where students were receiving their education, were destroyed, and the rest of the schools were changed into military headquarters and prisons to torture people. (ANHA, 7 December 2019)

HDP’s District Co-Mayors in Van Detained

District Co-Mayors of Muradiye, Özalp and Başkale from the Peoples' Democratic Party (HDP) were taken into custody in the early morning hours today (December 6) on the ground that there are ongoing investigations against them conducted by the Van Chief Public Prosecutor's Office.

Muradiye Co-Mayors Yılmaz Şalan and Leyla Balkan, Özalp Co-Mayors Yakup Almaç and Dilan Örenci and Başkale Co-Mayors Erkan Acar and Şengül Polat have been brought to the Provincial Directorate of Security in Van after their houses were searched by the security forces.

Blockading the municipality buildings, police officers do not allow people to enter or leave the municipalities.

One municipal council member detained in Diyarbakır

In Turkey's southeastern province of Diyarbakır, HDP's Bağlar Municipal Council member Naşide Buluttekin Can has also been taken into custody. After searching her house, the police took Buluttekin Can to the Anti-Terror Branch of the Diyarbakır Directorate of Security.

She was removed from office with HDP's five other municipal council members on October 22 and a trustee was appointed. (BIA, 6 December 2019)

Liberté pour Figen Yüksekdag et les autres élu(e)s

Communiqué par atilimkadin@hotmail.com

Le 4 Novembre 2016, à 1h du matin -heure locale à Ankara- Figen YÜKSEKDAĞ, laquelle à cette époque était la co-Présidente du Parti Démocratique des Peuples (HDP) en Turquie, a été arrêtée de force sous les insultes et la torture, après que la porte de son domicile ait été brisée.

Lors des élections du 1° Novembre 2015, le HDP avait obtenu près de 5 millions de votes. Suite à cette victoire, le HDP a envoyé 59 député.e.s au parlement de Turquie pour représenter le Mouvement des peuples, des femmes, des LGTBI, des travailleur.euse.s et des écologistes.

Depuis le 4 Novembre 2016 jusqu'à ce jour, la co-Présidente du Parti : Figen YÜKSEKDAĞ qui a obtenu les voix de millions d'électeur.trice.s a été mise dans la prison Type F de très Haute Sécurité à Kandira, en qualité d'otage de l'État Turc.

Figen YÜKSEKDAĞ est déjà comparue dans les audiences de plus d'une dizaine de procès judiciaires ouverts à son encontre visant à l'incarcérer pour une durée supérieure à 83 années de prison... Figen YÜKSEKDAĞ, a ainsi été condamnée à 17 ans et demie de prison au total, suite aux 9 procès judiciaires pour lesquels elle a été entendue dont 2 d'entre eux ont débouché sur un acquittement.

Le 4 Novembre 2016, après avoir été entendue : Figen YÜKSEKDAĞ a été qualifiée de principale responsable par la 16° Cour Pénale du Tribunal d'Ankara traitant des hautes peines. Celui-ci s'est appuyée sur une accusation à charge de 165 pages et sur d'autres documents réunis dans 30 volumineux dossiers, sans compter les appendices : tous basés sur un registre relevant du crime.

Parmi les documents réunis en tant que preuves dans ces dossiers d'accusations judiciaires : l'on trouve les déclarations publiques réalisées par la Camarade Figen YÜKSEKDAĞ. À chaque audience judiciaire, elle n'a jamais cessé de déclarer encore et encore qu'elle maintient ses déclarations. Et elle demande des comptes à ceux qui la jugent sur la base de ses mots.

Le 24 Décembre prochain, elle comparaîtra de nouveau devant la Cour du Tribunal où elle continuera à juger l'État et à démontrer le fascisme et l'injustice de celui-ci.

Nous appelons toutes les forces démocratiques à se lever et à exiger la liberation immédiate de Figen Yüksekdağ et de tou(te)s les député(e)s mis en prison !

Des Kurdes de Syrie accusent les alliés d'Ankara de "crimes"

Pour Shara Sido, une déplacée kurde syrienne, la nouvelle, glaçante, est tombée sur son téléphone portable: un message "Venez chercher votre fils", assorti d'une photo montrant un cadavre ensanglanté.

Cette femme de 65 ans impute le meurtre de son fils aux groupes armés syriens soutenus par la Turquie, accusés par des ONG d'exécutions, d'expropriations et de "crimes de guerre potentiels" dans les régions conquises en octobre dans le nord de la Syrie.

"Ils ont tué mon fils de sang-froid", lance la sexagénaire, en montrant à l'AFP, sur son téléphone, la photo du "monstre" qui, selon elle, a dit avoir tué "par erreur" son fils.

Mais Shara Sido ne croit pas à une méprise. "Ils viennent tuer les Kurdes", accuse-t-elle.

Cette mère de cinq enfants vivait à Ras al-Aïn, une ville frontalière majoritairement kurde, passée sous le contrôle des troupes pro-Ankara, à l'issue d'une vaste offensive en octobre.

Craignant pour sa famille, elle s'est réfugiée dans la ville de Qamichli, plus à l'est, capitale de facto de la minorité ethnique, emportant à la hâte quelques affaires.

Mais quand son fils, Rezan, 38 ans, est retourné à Ras al-Aïn pour récupérer des papiers administratifs et des vêtements, il a été tué avec quatre autres personnes venues avec lui s'enquérir du sort de leur maison.

"Je vais dénoncer leurs crimes au monde", s'exclame la sexagénaire.

- Changement démographique -

Depuis 2016, la Turquie a lancé trois opérations militaires dans le nord de la Syrie, où habitent de nombreux Kurdes, pour chasser notamment les combattants des Unités de protection du peuple (YPG), principale milice kurde en Syrie qu'Ankara qualifie de "terroriste".

La Turquie craint l'émergence d'un noyau d'Etat kurde à sa frontière, qui galvaniserait les velléités indépendantistes de la minorité ethnique sur son territoire.

Ankara affirme vouloir renvoyer une partie des 3,5 millions de syriens réfugiés sur son sol dans une "zone de sécurité" dans le nord syrien, un secteur de 120 km de long, aujourd'hui sous son contrôle.

Vendredi, quelque 70 Syriens qui s'étaient réfugiés en Turquie ont traversé la frontière pour se rendre dans cette zone tampon, selon les médias turcs.

Pour les Kurdes, Ankara cherche surtout à remplacer la population de cette région, en grande partie kurde, par des Syriens arabes.

- "Tout pillé" -

Si des dizaines de milliers de personnes déplacées par les violences dans cette région commencent à revenir chez elles selon l'ONU, la plupart d'entre elles sont des Arabes, non des Kurdes, estime l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a récemment indiqué dans un rapport que les rebelles alliés d'Ankara empêchaient le retour de familles kurdes, pillant et occupant leurs propriétés.

L'Armée nationale syrienne (ANS), une alliance de groupes rebelles soutenus par la Turquie, a démenti les accusations de HRW dans un communiqué publié samedi, dénonçant un rapport "biaisé".

Le Kurde Moustafa al-Zaim, lui, fait partie de ceux qui craignent de rentrer chez eux.

Ce commerçant kurde de 44 ans s'est réfugié à Qamichli après avoir fui Ras al-Aïn.

"La région n'est plus sûre et nous n'envisageons pas de rentrer sans garanties internationales", dit-il.

Sa maison, ainsi qu'un supermarché et des boutiques qu'il possède à Ras al-Aïn, ont tous été saisis, selon ses dires.

"Ils ont tout volé et pillé", affirme-t-il.

Pour la directrice de HRW au Moyen-Orient, Sarah Leah Whitson, "la Turquie ferme les yeux sur le comportement répréhensible des factions qu'elle arme".

"Tant que la Turquie contrôlera ces zones, il lui incombe d'enquêter sur ces violations et d'y mettre fin", écrit-elle dans le rapport.

"L'occupation elle-même est la plus grande violation", lance de son côté Teymour Afdaki.

Ce réalisateur de 42 ans originaire de Ras al-Aïn affirme que les rebelles ont brûlé sa maison dans laquelle il avait conservé quelques 500 livres.

"Ces livres, c'était une expression de notre identité kurde", dit-il, amer, ses deux filles assises sur ses genoux.

Mais, pour lui, cet incident n'aura pas raison de sa détermination. "Nous allons bientôt retourner dans notre ville", assure-t-il.
(AFP, Delil SOULEIMAN, 5 décembre 2019)

La CEDH condamne la Turquie pour la saisie de données d'avocats d'Ocalan

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné mardi la Turquie pour avoir saisi des données électroniques d'avocats protégées par le secret professionnel, en marge d'une enquête sur Abdullah Öcalan, le chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

"La Cour juge que la saisie des données électroniques des requérants, protégées par le secret professionnel avocat-client, et le refus de les restituer ou de les détruire ne répondaient pas à un besoin social impérieux", a déclaré l'institution judiciaire du Conseil de l'Europe dans un communiqué.

Cela n'était "pas nécessaire dans une société démocratique", poursuit la juridiction européenne qui siège à Strasbourg, considérant que la Turquie avait violé l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme portant sur le droit au respect de la vie privée, familiale et de la correspondance.

Trois avocats turcs, travaillant dans le même cabinet, avaient saisi la CEDH en 2012, protestant contre la saisie de leurs données en même temps que celles d'un confrère partageant leur bureau et arrêté à son domicile dans le cadre d'une enquête engagée par le parquet d'Istanbul.

Cette enquête visait à "détecter et révéler les voies de communication secrètes établies entre Abdullah Öcalan et son ex-organisation (le PKK - Parti des Travailleurs du Kurdistan, une organisation illégale armée - et le KCK)", considéré comme la branche politique du PKK, résume la CEDH.

Malgré leurs demandes, la justice turque n'a jamais voulu restituer les données ou détruire les copies.

La Cour a condamné la Turquie à verser à chacun des trois requérants la somme de 3.500 euros pour dommage moral.
(AFP, 3 décembre 2019)

Le leader kurde détenu Demirtas subit des tests médicaux

Le leader Kurde emprisonné Selahattin Demirtas a été transféré à l'hôpital lundi pour subir des examens complémentaires après avoir été victime d'un malaise dans sa cellule la semaine dernière, selon les autorités turques.

La soeur du détenu, Aygül Demirtas, a révélé en début d'après-midi sur Twitter que M. Demirtas avait été retrouvé inconscient dans sa cellule mardi 26 novembre "à la suite de difficultés respiratoires et des douleurs à la poitrine". Selon elle, les autorités turques avaient d'abord refusé de le transférer vers un hôpital.

Le procureur d'Edirne, la région dans laquelle M. Demirtas est détenu, a indiqué lundi dans un communiqué que ce dernier avait reçu les soins nécessaires sur place le 26 novembre et qu'il avait été transféré lundi à l'hôpital pour des examens supplémentaires "bien qu'aucun problème de santé n'ait été détecté".

Selahattin Demirtas, ancien dirigeant emblématique du Parti démocratique des peuples (HDP), est détenu depuis novembre 2016 pour des accusations en lien avec le "terrorisme". Il risque jusqu'à 142 ans de prison.

Le président Recep Tayyip Erdogan accuse régulièrement le HDP d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe classé terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux. Plusieurs élus de ce parti ont été placés en détention ces dernières semaines, accusés eux aussi de liens avec une organisation terroriste.
(AFP, 2 décembre 2019)

Three More HDP Mayors Arrested,  24 Municipalities Taken Over

Three district mayors in the southeastern Mardin province, who were previously replaced with trustees by the Ministry of Interior, have been arrested.

Savur Co-Mayor Gülistan Öncü, Mazıdağı Co-Mayor Nalan Özaydın and Derik Co-Mayor Mülkiye Esmez have been put behind bars after their questioning at the prosecutor's office. Proceedings at the security directorate took 12 days as they were taken into custody on November 15.

The prosecutor asked the politicians about the incidents during the "period of curfews" in 2015 and 2016, the Mezopotamya Agency reported. A period of conflict started in the mostly Kurdish-populated southeastern provinces after the general elections in June 2015.

Gülistan Öncü was also asked about the hunger strikes against the "isolation" on Abdullah Öcalan, the jailed leader of the Kurdistan Workers' Party (PKK).
18 mayors are remanded in custody

Eighteen mayors from the HDP has been arrested since the local elections on March 31. Here are the names and voting rates of the mayors:

    Diyarbakır Metropolitan Mayor Selçuk Mızraklı (62.9%)
    Hakkari Co-Mayor Cihan Kahraman (%59,97)
    Savur Co-Mayor Gülistan Öncü (%48,02)
    Mazıdağı Co-Mayor Nalan Özaydın (%56,40)
    Derik Co-Mayor Mülkiye Esmez (%69,34)
    Yüksekova Co-Mayors Remziye Yaşar-İrfan Sarı (%66,18)
    Suruç Co-Mayor Hatice Çevik (%59,36)
    Nusaybin Co-Mayors Semire Nergis-Ferhat Kurt (%77,42)
    Kulp Co-Mayors Mehmet Fatih Taş-Fatma Ay (%49,97)
    İpekyolu Co-Mayors Azim Yağcan-Şehzade Kurt (%54,47)
    Kayapınar Co-Mayor Keziban Yılmaz (%66,39)
    Erciş Co-Mayor Yıldız Çetin (%49,71)
    Kocaköy Co-Mayor Rojda Nazlıer (%61,67)
    Karayazı Co-Mayor Melike Göksu (%61,83)

The municipalities

The Ministry of Interior has replaced the mayors of 24 municipalities with trustees since the elections. The ministry removed the mayors on the ground of the "terrorism-related" investigations against them.

    Diyarbakır: %62,93
    Van: %53,83
    Mardin: %56,24
    Hakkari: %59,97
    Yüksekova: %66,18
    Kulp:%49,97
    Kayapınar: %66,35
    Bismil: %71,43
    Kocaköy:%61,67
    Karayazı: %61,83
    Nusaybin:%77,42
    Erciş: %49,71
    Cizre: %76,99
    Saray: %61,38
    Kızıltepe: %70,45
    Derik % 69,34
    Suruç % 59,36
    Savur %48,02
    Mazıdağı %56,40
    Akpazar % 35,90
    İdil % 73,84
    Yenişehir %62,32
    Hazro %52,61
    Ipekyolu %54,47

(BIA, 27 November 2019)

Minorités / Minorities

Patriarch Election:”We Don't Want an Appointed Patriarch”

Nor Zartonk, a group founded by Armenians of Turkey, has released a statement on the election of the Armenian Patriarch, which has been in a deadlock for a decade.

The official election process began in March after the death of Patriarch Mesrop Mutayfan, who had been critically ill since 2010.

The Ministry of Interior, in a controversial order in September, laid down the condition of "affiliation with the class of bishops of the Armenian Patriarchate of İstanbul" to participate in the election of the Armenian Patriarch of Turkey.

Nor Zartonk said the order preventing the participation of candidates from abroad violates the Constitution and international conventions, citing a decision by the Constitutional Court dated May 22, 2019.

"The state, as in the past 12 years, is unlawfully interfering with the process again," it said.

"The Patriarch Governor also stated that the election could not be fair in these circumstances. Despite the intense reactions from different sections of the public and the decision of the Constitutional Court, Patriarch Governor Mashalyan, the Enterprising Council and foundation managers could not display a clear and honorable stance and could not perform their duties," referring to their decision to not appeal the ministry order.

Bureaucrats and politicians suggested that they would not ever allow the election of a patriarch again, Nor Zartonk said, which lead the elections to become "null" and paved the way for the appointment of a trustee by the government as patriarch.

For these reasons, the group called the two candidates to withdraw from elections and the people to boycott the election.

What happened?

Former Patriarch Mesrop Mutafyan had been suffering health problems since 2008. The government replaced him with Aram Ateshian in 2010 because Mutafyan was unconscious in the hospital and could not perform his duties.

While the patriarch's severe health problems remained stable for more than 9 years, an election decision was made in October 2016 at the request of the Armenian community. In March 2017, the Karekin Bekchiyan was elected the Governor of the Patriarchate to take the Patriarchate to the elections.

The Ministry of Interior did not respond to a petition for the elections that were sent in August 2017. Meanwhile, Atashian did not resign despite the beginning of the election process.

The Governorship of İstanbul announced that proceedings regarding the election of Bekchiyan are invalid and all the decisions taken by Bekchiyan will be declared invalid. It called Bekchiyan the "so-called governor of the Patriarchate.

İstanbul Governorship then canceled the election of the Patriarch. Karekin Bekchiyan, who received the approval of the majority of the Armenian community, said, "The dark campaigns have reached a very ugly extent. I am afraid that this attitude will further deteriorate and even corrupt our society." After the decision, Bekchiyan left Turkey.

Following the death of Patriarch Mesrob Mutafyan on March 8, the process began to elect the new Patriarch. (BIA, 6 December 2019)

Politique intérieure/Interior Politics

Del Ponte: Erdoğan should be prosecuted over Syria incursion

Former prosecutor and UN investigator Carla del Ponte on Saturday said Turkish President Recep Tayyip Erdoğan should be investigated and indicted for war crimes over his country’s military operation in northeast Syria targeting Kurdish forces.

Turkey’s intervention in Syria is a violation of international law, which had reignited the conflict in the war-torn country, Reuters quoted del Ponte, a former member of the UN Commission of Inquiry on Syria, as saying.

Turkey launched its cross-border offensive into neighbouring Syria on October 9, aiming to clear the region of the Syrian Kurdish People's Protection Units (YPG), a group Ankara sees as a threat due to its links to Kurdish separatists on its soil.

Turkey is also looking to repatriate millions of Syrian refugees in the safe zone to be created in the region.

“For Erdoğan to be able to invade Syrian territory to destroy the Kurds is unbelievable,” del Ponte, a former Swiss attorney general who prosecuted war crimes in Rwanda and former Yugoslavia, said.

“An investigation should be opened into him and he should be charged with war crimes. He should not be allowed to get away with this scot free,” Reuters quoted del Ponte as telling Swiss newspaper Schweiz am Wochenende in an interview.

Turkey last week halted the military operation under a U.S.-brokered ceasefire, a move that was followed by a negotiation with Moscow for Syrian border guards and Russian military police to clear the YPG from within 30 km (19 miles) of the Syrian-Turkish frontier.

Turkish and Russian forces on Tuesday will start to patrol a narrower, 10-km strip of land in northeast Syria, where U.S. troops had been deployed for years alongside Kurdish forces fighting the Islamic State (ISIS).

Ankara has come under criticism from NATO allies over its offensive citing the operation’s damage on the fight against ISIS.

European nations have been reluctant to confront Turkey over its actions after Erdoğan threatened to “open the gates” for refugees to head to Europe, del Ponte said.

“Erdoğan has the refugees as a bargaining chip,” the former UN investigator said.

The Turkish president has repeatedly threatened to release millions of immigrants into Europe if the EU does not support his plans for a safe zone in Syria.
(ahval, Oct 26 2019)


Forces armées/Armed Forces

Raids du régime, bombardements turcs, 30 civils tués à travers le pays

Près de 20 civils sont morts lundi dans des bombardements à Idleb, dont 13 lors de frappes du régime sur un marché de cette région syrienne, secouée par les plus violents combats avec les rebelles et jihadistes en trois mois de trêve.

Ailleurs dans le pays, au moins 11 civils, dont huit enfants de moins de 15 ans, ont été tués dans des bombardements turcs sur une ville du nord sous contrôle kurde, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces drames séparés illustrent la complexité de la guerre en Syrie qui implique une multitude de groupes armés et de puissances étrangères et a fait plus de 370.000 morts et déplacé des millions de personnes depuis 2011.

Dans le nord-ouest, 19 civils ont été tués dans des raids du régime ou de son allié russe sur la province d'Idleb, dominée par les jihadistes, selon l'OSDH.

Les frappes ont notamment visé un marché de Maaret al-Noomane, faisant 13 morts, d'après l'Observatoire.

Devant les rideaux de fer tordus et déchiquetés des boutiques, des corps ont été extirpés des décombres et transportés dans des ambulances, selon un correspondant de l'AFP. Celui d'une femme a été sorti d'une camionnette, avant d'être mis à terre et recouvert de couvertures.

- "Nos voisins sont morts" -

"On s'est réfugiés dans nos boutiques, on s'est jetés à terre", raconte Maher Mohamed, un vendeur de 35 ans. "L'aviation a bombardé la moitié du souk, nos voisins sont morts, sept ou huit d'entre eux."

Ailleurs dans la province, quatre civils ont été tués dans des raids russes, selon l'Observatoire, dont une femme et ses deux enfants qui rendaient visite à un proche dans une prison touchée par un bombardement, qui a aussi entraîné des évasions.

La province d'Idleb est dominée par les jihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. Cette région, et des secteurs adjacents des provinces d'Alep, Hama et Lattaquié, échappe toujours dans sa vaste majorité au régime.

Depuis samedi, des combats féroces opposent les forces du régime aux factions rebelles et jihadistes dans le sud-est d'Idleb, d'après l'Observatoire.

Ces dernières 48 heures, 54 membres des forces du régime et 47 combattants du camp adverse ont été tués, selon l'OSDH. Ces affrontements sont les plus violents depuis l'entrée en vigueur fin août d'un fragile cessez-le-feu dévoilé par Moscou, d'après l'OSDH.

Entre fin avril et fin août, Idleb avait été pilonnée sans répit. L'offensive a tué près d'un millier de civils, selon l'Observatoire, et déplacé plus de 400.000 personnes, d'après l'ONU.

Depuis le début de la trêve, plus de 180 civils, dont 47 enfants, sont morts dans les bombardements, selon l'OSDH.

- Bombardements turcs -

Dans la province voisine d'Alep, à Tal Rifaat --ville sous contrôle kurde--, au moins 11 civils, dont huit enfants âgés de moins de 15 ans, ont été tués dans des tirs d'artillerie turcs au moment où ils sortaient d'une école, selon l'OSDH.

Une vidéo de l'agence de presse kurde Anha montre des enfants, certains en pleurs, recevoir des soins dans un hôpital. Au sol, les morts sont enveloppés dans une couverture grise.
 La ville accueille des forces du régime et des militaires russes, selon l'Observatoire.

Dans un communiqué, le Conseil démocratique syrien, branche politique des forces kurdes, a condamné l'attaque affirmant que "l'objectif est d'intimider et de terroriser les habitants en vue de les déplacer (...) et de poursuivre le processus de changement démographique" dans la région.

La Turquie avait lancé le 9 octobre une offensive majeure en Syrie pour éloigner de sa frontière les combattants kurdes. Pour se protéger, les Kurdes --qui contrôlaient plus du quart du territoire syrien avant l'offensive-- ont amorcé un rapprochement avec le régime et la Russie.

Moscou a négocié un cessez-le-feu en contrepartie de patrouilles conjointes et du retrait des forces kurdes de la frontière. Mais les affrontements sporadiques se poursuivent.

Dans un incident séparé, trois soldats russes ont été blessés lundi par un engin explosif au cours d'une patrouille le long de la frontière près de Kobané, a annoncé Moscou.

Par ailleurs, les troupes russes se sont déployées lundi dans la ville d'Amouda et ses environs, selon l'OSDH. Ce déploiement est prévu par un accord entre kurdes et russes, qui concerne également les villes de Tal Tamr et Ain Issa, avait indiqué dimanche le chef des forces kurdes, Mazloum Abdi.

Des soldats syriens sont déjà déployés dans ces secteurs depuis octobre.

 Lundi, le président Bachar al-Assad a reçu l'envoyé spécial russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev. Ils ont estimé que la "stabilité" et la "sécurité" des régions sous contrôle kurde passaient par "un retour du contrôle de l'Etat" dans ce secteur, selon un communiqué de la présidence syrienne.
(AFP, 2 décembre 2019)

Affaires religieuses / Religious Affairs

Un Canadien expulsé de Turquie inculpé pour terrorisme

Un Canadien récemment expulsé de Turquie près de la fontière syrienne, où il avait été arrêté en possession de vidéos de propagande du groupe Etat islamique selon un média, a été inculpé vendredi pour terrorisme, a annoncé la police canadienne.

Ikar Mao, originaire de Guelph, à l'ouest de Toronto, et son épouse avaient été expulsés vers le Canada en octobre après trois mois de détention en Turquie.

Le jeune homme de 22 ans est inculpé de deux chefs d'accusation pour avoir participé aux activités d'un groupe terroriste et pour avoir quitté le Canada dans ce but. Chaque chef est passible de dix ans de prison.

Après son arrestation en juillet en compagnie de son épouse, Ikar Mao a été accusé devant un tribunal turc d'avoir été en possession de vidéos de propagande du groupe Etat islamique (EI). Les époux avaient également laissé à leurs familles une lettre indiquant leur volonté de rejoindre l'EI, selon la chaîne de télévision canadienne CBC.

Les jeunes mariés ont nié avoir voulu rejoindre le groupe jihadiste, arguant qu'ils voulaient seulement vivre dans un pays à majorité musulmane.

Depuis son expulsion vers le Canada, M. Mao a dû respecter un couvre-feu et ses communications électroniques, ainsi que son accès à internet, ont été strictement contrôlés par la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale).

Ces nouvelles accusations de terrorisme font suite à une enquête de la GRC. Selon les données officielles, quatre autres personnes ont été jugées coupables d'avoir quitté le Canada pour rejoindre un groupe terroriste, sur 60 personnes revenues au Canada.

Environ 190 autres Canadiens font partie d'un groupe extrémiste à l'étranger, dont la moitié en Syrie, en Turquie ou en Irak, selon un rapport de 2018.

Jusqu'ici, Ottawa a refusé de rapatrier les Canadiens détenus en Syrie.

"Le gouvernement est au courant de la détention de certains citoyens en Syrie, mais il n'y a aucune obligation légale pour faciliter leur retour", a déclaré à l'AFP Scott Bardsley, porte-parole du ministère de la Sécurité publique.

"Nous n'exposerons pas nos agents consulaires à des risques excessifs dans cette partie dangereuse du monde", a-t-il poursuivi.
(AFP, 6 décembre 2019)

La Turquie a expulsé cinq jihadistes présumés allemands

La Turquie a expulsé mardi vers l'Allemagne cinq membres présumés de l'organisation Etat islamique (EI) de nationalité allemande, qu'elle détenait, a annoncé le ministère de l'Intérieur cité par l'agence officielle Anadolu.

"Cinq combattants terroristes étrangers de nationalité allemande ont été expulsés vers leur pays d'origine aujourd'hui (mardi)", a précisé le ministère en faisant référence aux jihadistes de l'EI.

Ankara exhorte régulièrement les pays occidentaux à rapatrier
leurs ressortissants qui ont intégré les rangs de l'EI en Syrie et en Irak, mais ceux-ci sont peu enclins à les récupérer, notamment pour des raisons sécuritaires et d'impopularité d'une telle mesure.

Le mois dernier, le président Recep Tayyip Erdogan avait affirmé que quelque 1.200 membres de l'EI étaient actuellement incarcérés dans des prisons turques.

Il avait précisé que la Turquie avait capturé 287 jihadistes de l'EI qui s'étaient évadés de prison après le déclenchement d'une offensive d'Ankara début octobre contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), fer de lance du combat contre l'EI, dans le nord de la Syrie.
(AFP, 3 décembre 2019)

Deux soeurs jihadistes expulsées de Turquie vers la Belgique

Deux soeurs jihadistes de 24 et 31 ans ont été expulsées vendredi de Turquie vers la Belgique, où elles ont atterri en début de soirée, a indiqué le parquet fédéral belge dans un communiqué.

Toutes deux condamnées par défaut à cinq ans de prison en Belgique pour "participation aux activités d'un groupe terroriste", elles ont été "transférées vers une prison" pour y "purger leurs peines respectives", a précisé le parquet.

Elles disposent de 14 jours pour "former opposition contre leur jugement" et décider d'être ou non rejugées, a précisé Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral.

La plus jeune, Fatima Benmezian, s'était évadée du camp sous contrôle kurde d'Aïn Issa, au nord de la Syrie, le mois dernier, à la faveur du chaos provoqué par l'offensive militaire turque dans cette région.

Elle avait été arrêtée début novembre à Kilis, en Turquie, près de la frontière avec la Syrie, qu'elle venait de franchir avec l'aide de passeurs, selon les journaux De Morgen et Het Laatste Nieuws.

Fatima Benmezian avait été condamnée à Anvers (nord) le 18 mai 2015 à cinq ans d'emprisonnement pour participation aux activités d'un groupe terroriste.

Sa soeur Rahma Benmezian, 31 ans, s'était également échappée d'un camp, selon une source proche du dossier. Elle avait elle aussi été condamnée à Anvers à cinq ans de prison, le 27 juin 2019.

Les deux femmes "sont arrivées à l'aéroport de Bruxelles" par "un vol régulier", "accompagnées par des policiers", a souligné le parquet.

"Le transfert n'a pas eu lieu dans le cadre d'une extradition judiciaire", a-t-il précisé.

Actuellement, des milliers de jihadistes du groupe Etat islamique sont détenus par les forces kurdes en Syrie, parmi lesquels une cinquantaine de Belges d'après les chiffres officiels communiqués à Bruxelles.

Outre ces prisons, les forces kurdes administrent aussi des camps où sont retenus les proches des jihadistes, femmes et enfants notamment, de multiples nationalités.

Environ 800 personnes se sont évadées du camp d'Aïn Issa dans le sillage de l'offensive turque déclenchée le 9 octobre.

Malgré un accord russo-turc conclu le 22 octobre qui a mis fin à cette opération, les inquiétudes persistent sur l'avenir des jihadistes dans cette région.
(AFP, 29 novembre 2019)

House of An Alevi Family Marked

Unknown perpetrators wrote "Go away Alevi" with a cross mark on the wall of an Alevi family's house in Gaziemir district in the western İzmir province.

The incident happened on Tuesday (November 26) and Bayram Şenal, the owner of the house, filed a complaint at the police department the next day.

The police told the family that it was probably done by "drunkards or children," Şenal told the Pir News Agency (PİRHA). He said they don't believe that and "will pursue the incident."

Governor of İzmir Erol Ayyıldız said that the incident "was not caused by sectarian reasons but occurred after a fight," citing the Security Directorate. Administrative and judicial investigations continue, he added.

Minister of Interior Süleyman Soylu also spoke about the incident, saying, "I regard the marking on that house as it was on my own house."

"Our colleagues will find that person. This person will be found and pay for [what he/she did]. Very few of such incidents occurred during the period of my ministry, but none remained unsolved. Nobody has the right to disrupt the peace of the nation," Soylu said.

The incident drew reactions on social media, with many people tweeting under the hashtag, "Aleviyim" (I'm an Alevi).
(BIA, 29 November 2019)

Socio-économique / Socio-economic

Condamnations pour le meurtre d'une étudiante qui a secoué la Turquie

Un tribunal turc a condamné mercredi à de lourdes peines de prison deux hommes reconnus coupables d'avoir tué et violé une étudiante, Sule Cet, dont le meurtre a ébranlé un pays miné par les violences contre les femmes.

Cagatay Aksu, un homme d'affaires qui avait employé la jeune femme comme assistante avant de la limoger, a été condamné à la prison à vie pour "homicide volontaire" et "viol" par un tribunal d'Ankara, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

L'autre accusé, Berk Akand, a été condamné à plus de 18 ans de prison pour l'avoir aidé, d'après Anadolu.

En mai 2018, le corps de Sule Cet, une étudiante de 23 ans, avait été retrouvé au pied d'un immeuble dans un quartier huppé d'Ankara, après être tombé du 20ème étage où se trouvait le bureau de M. Aksu. Les deux accusés affirment que la jeune femme s'est suicidée.

Les autorités turques ont elles aussi dans un premier temps qualifié la mort de Sule Cet de suicide. Mais, sous la pression de ses proches et d'organisations de défense des droits des femmes, une enquête pour meurtre a été ouverte.

Selon les médias turcs, le rapport d'autopsie indique que la jeune femme a subi une agression sexuelle avant sa mort et que des traces d'ADN appartenant à l'un des deux hommes ont été relevés sous ses ongles.

En outre, selon la presse, Sule Cet a envoyé quelques heures avant sa mort un SMS à une amie dans lequel elle disait être retenue contre son gré.

L'affaire Sule Cet a suscité une vive émotion, mais aussi des controverses : lors d'une audience en février, l'un des avocats de la défense a ainsi évoqué le fait que la jeune femme n'était pas vierge, provoquant l'indignation.

En Turquie, la presse rapporte quasi quotidiennement le meurtre d'une femme par un homme, souvent son conjoint ou ex-conjoint.

Un total de 390 femmes ont été tuées en Turquie depuis le début de l'année, selon le groupe de défense des droits des femmes "Nous ferons cesser le féminicide".

Des associations accusent régulièrement les autorités de prendre des mesures insuffisantes pour empêcher ces meurtres.
(AFP, 4 décembre 2019)

Chine, UE, Turquie: La Russie lance trois gazoducs majeurs

La Russie, premier exportateur de gaz naturel du monde, et son géant Gazprom inaugurent coup sur coup ces prochaines semaines trois gazoducs majeurs ralliant la Chine, l'Allemagne et la Turquie.

- Power of Siberia

A travers plus de 2.000 kilomètres de forêts de pins et de sols gelés, le premier tronçon de ce gazoduc titanesque - inauguré le 2 décembre -, relie les champs gaziers de Sibérie orientale à la frontière chinoise, dans la région de l'Amour.

La portion chinoise devrait être achevée en 2022-2023 et amener 38 milliards de m3 de gaz par an jusqu'à la ville de Shanghai, pour rassasier l'inépuisable appétit énergétique du géant chinois, premier importateur mondial d'hydrocarbures.

Le tube s'accompagne d'un énorme contrat d'approvisionnement, estimé à plus de 400 milliards de dollars sur 30 ans, et signé en 2014 après une décennie de négociations.

Power of Siberia ("Force de Sibérie"), construit dans des conditions extrêmes, illustre la main tendue de Vladimir Poutine à l'Asie, alors que les relations avec ses traditionnels partenaires occidentaux se sont considérablement tendues depuis le début du conflit ukrainien.

- Nord Stream 2

L'Europe reste encore la priorité du géant gazier russe, malgré les tensions des dernières années.

Le controversé Nord Stream 2, arrivant en Allemagne, doit approvisionner l'Europe du Nord et de l'Ouest via la Baltique, en contournant l'Ukraine. Il est d'une capacité de 55 milliards de m3 par an, autant que son frère aîné, Nord Stream 1.

Ce projet est dénoncé par l'Ukraine, la Pologne, les pays baltes, mais aussi les Etats-Unis qui y voient un cadeau fait à l'adversaire qu'est le Kremlin. Washington a même menacé le projet de sanctions.

Le tube, qui a coûté 9,5 milliards d'euros, est financé à moitié par Gazprom, à moitié par les Européens: les alemands Wintershall et Uniper, l'anglo-néerlandais Shell, le français Engie et l'Autrichien OMV.

Le gazoduc, construit à plus de 80%, devait être initialement lancé avant la fin 2019, mais l'autorisation du Danemark de traverser ses eaux n'ayant été délivrée que fin octobre, la nouvelle date de mise en service n'est pas encore connue.

Gazprom espère un lancement prochain, mais l'achèvement du tube dépendra de la météo en mer en plein hiver.

Sa mise en service presse, le contrat liant la Russie et l'Ukraine pour le transit gazier vers l'Europe prenant fin en 2019. Et l'Europe occidentale n'a pas envie de revivre les coupures d'approvisionnements hivernales des années 2000 causées par les différends russo-ukrainiens.

- TurkStream

Le sud de l'Europe et la Turquie ne sont pas en reste: le gazoduc TurkStream, contournant également l'Ukraine, doit être inauguré en janvier par Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan.

D'une capacité de 31,5 milliards de m3 par an, il travers sur 930 km la mer Noire, comme son prédécesseur Blue Stream. Un des deux tuyaux de TurkStream est destiné à la Turquie et l'autre au sud et sud-est de l'Europe. Sa construction bénéficie d'une météo plus clémente que ses frères nordique et oriental.

L'accord d'intention pour sa réalisation entre Gazprom et Botas a été signé en 2014, avant que les relations russo-turques ne se détériorent brusquement après le crash d'un bombardier russe abattu par la Turquie fin 2015.

Poutine et Erdogan scellent néanmoins le contrat fin 2016. Le projet symbolise aujourd'hui le rapprochement de la Russie et de la Turquie. D'autant qu'Ankara entretient des relations compliquées avec l'UE et l'Otan.
(AFP, 2 décembre 2019)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Macron ne voit "pas de consensus possible" avec la Turquie

Le président français Emmanuel Macron a estimé mercredi qu'il n'y avait "pas de consensus possible" avec la Turquie sur la définition du terrorisme, lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Watford, près de Londres.

"Je ne vois pas de consensus possible", a-t-il dit, alors que la Turquie a lancé une offensive en Syrie contre les groupes kurdes présents dans une zone frontalière, qu'elle considère comme terroristes. Ces derniers avaient soutenu la coalition internationale dans sa lutte contre le groupe Etat islamique et d'autres organisations jihadistes.

"Il est clair que nous ne sommes pas d'accord pour classer comme groupe terroriste YPG (Unités de protection du peuple) et PYD (parti de l'union démocratique) et je crois que là-dessus il y a un consensus", a-t-il dit en évoquant ses pairs de l'Otan hors la Turquie.

"Nous combattons le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et tous ceux qui mènent des activités terroristes contre la Turquie, de manière très claire mais nous ne faisons pas ce raccourci ou cette agrégation que la Turquie souhaite entre ces différents groupes politiques et ou militaires, donc là il y a un désaccord, il n'est pas levé", a-t-il souligné.

Le PKK, organisation séparatiste kurde en lutte armée depuis des décennies contre le pouvoir central turc, est classé comme une organisation terroriste par la Turquie mais aussi par de nombreux pays dont la France et les Etats-Unis.
 Les relations entre Paris et Ankara se sont tendues après le lancement de l'offensive turque dans le nord de la Syrie contre la milice kurde des YPG, un allié clé dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI).

La Turquie est exaspérée par le soutien de la France aux Forces démocratiques syriennes (FDS), qui incluent les YPG, considérées par Ankara comme une extension du PKK.

Une rencontre mardi soir entre Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président turc Recep Tayyip Erdogan, dans le cadre de la réunion de l'Otan, n'avait pas permis de lever "toutes les ambiguïtés", selon le président français.
(AFP, 4 décembre 2019)

Macron: La Turquie travaille parfois "avec des intermédiaires de l'EI"

Le président français Emmanuel Macron a dit mardi que la Turquie travaillait "parfois avec des intermédiaires de l'EI", l'organisation Etat islamique, lui reprochant de combattre à présent les Kurdes alliés de la coalition internationale en Syrie contre les islamistes.

"Quand je regarde la Turquie, ils se battent à présent contre ceux qui ont combattu à nos côtés. Et parfois ils travaillent avec des intermédiaires de l'EI", a-t-il déclaré devant la presse peu avant l'ouverture d'un sommet de l'Otan à Londres, précédé par de vifs échanges avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.
(AFP, 3 décembre 2019)

Deux commissaires européens à Athènes puis Ankara

Les deux nouveaux commissaires européens en charge des migrations entament cette semaine, à Athènes puis Ankara, une tournée des capitales afin de préparer une réforme de la politique migratoire et de l'asile dans l'UE, ont-ils annoncé lundi.

"Avec Ylva Johansson (commissaire aux Affaires intérieures), nous allons commencer une tournée des capitales jeudi à Athènes et nous irons vendredi en Turquie à Ankara", a déclaré Margaritis Schinas, vice-président de la Commission en charge de coordonner les questions de migration et de sécurité.

Il s'exprimait à l'issue d'une réunion des ministres de l'Intérieur de l'UE à Bruxelles.

La nouvelle Commission dirigée par Ursula von der Leyen, entrée en fonction dimanche, a promis un nouveau pacte pour les migrations et l'asile et doit dévoiler ses propositions à la fin du 1er trimestre 2020 ou au début du 2e trimestre.

M. Schinas a insisté sur la nécessaire "solidarité" entre Etats dans ce dossier: "il est totalement injuste que seuls les Etats membres situés en première ligne de l'UE assument la charge disproportionnée du traitement de la demande d'asile comme le prévoit l'actuelle législation de Dublin", a-t-il dit.

Quatre ans après le pic de la crise migratoire en 2015, la Grèce est redevenue cette année la principale porte d'entrée des demandeurs d'asile en Europe.

Les commissaires européens se rendront ensuite en Turquie, pays avec lequel l'UE a signé un accord controversé destiné à faire chuter le nombre d'arrivées de migrants.

Le président Recep Tayyip Erdogan menace régulièrement d'"ouvrir les portes" de l'Europe aux réfugiés syriens si son pays ne reçoit pas davantage d'aide financière.

Ylva Johansson, qui prévoit des rencontres bilatérales avec tous les Etats membres, parfois accompagnées de M. Schinas, a estimé qu'il y avait un "élan" pour une réforme. Elle a jugé que les pistes de discussion proposées, notamment par l'Allemagne, montraient que "les Etats membres étaient prêts à aller de l'avant pour débloquer la situation sur la migration".

La réforme du système de Dublin a échoué jusqu'à présent en raison notamment du refus des pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie), d'accueillir des migrants.

Les Allemands prônent une "répartition équitable" des demandeurs d'asile entre les États membres en fonction de leur poids démographique et économique.

La France insiste sur la responsabilité des pays d'entrée et propose une plus grande solidarité pour les aider dans le contrôle des frontières et les reconduites. Elle est favorable à des "relocalisations" des demandeurs d'asile en cas de pics migratoires mais non de façon automatique.
(AFP, 2 décembre 2019)

L'ambassadeur turc va être convoqué après les "insultes" d'Erdogan

L'ambassadeur de Turquie en France va être convoqué au ministère des Affaires étrangères pour s'expliquer sur les déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a jugé qu'Emmanuel Macron était en "état de mort cérébrale", a indiqué l'Elysée vendredi.

"Soyons clairs, ce n'est pas une déclaration, ce sont des insultes", a réagi la présidence française au sujet de ce qu'elle a qualifié de "dernier excès" en date de M. Erdogan. "L'ambassadeur sera convoqué au ministère pour s'en expliquer", a-t-elle souligné.

Recep Tayyip Erdogan s'en est violemment pris vendredi lors d'un discours à Istanbul à son homologue français Emmanuel Macron, qu'il a jugé en "état de mort cérébrale", accentuant les tensions à quelques jours d'un sommet crucial de l'Otan.

Reprenant les déclarations de M. Macron qui avait jugé l'Alliance atlantique en état de "mort cérébrale" dans une interview à l'hebdomadaire The Economist, M. Erdogan a déclaré: "Je m'adresse depuis la Turquie au président français Emmanuel Macron, et je le redirai à l'Otan. Fais d'abord examiner ta propre mort cérébrale".

Ces propos véhéments interviennent après des critiques émises jeudi par M. Macron envers l'offensive lancée le mois dernier par la Turquie en Syrie contre une milice kurde appuyée par les pays occidentaux.

L'Elysée a estimé qu'il n'y avait "pas de commentaire à faire sur les insultes". Avec son interview à The Economist, "le président de la République a posé les termes d'un débat qui nécessite des réponses de chacun des alliés, mais peut-être plus particulièrement de la Turquie", a ajouté la présidence, indiquant que M. Macron attendait de la part d'Ankara "des réponses claires".

"Il y a cette question de l'opération turque en Syrie et de ses conséquences, la résurgence possible de Daech (...) mais il y en a d'autres encore sur lesquelles ce sont des réponses turques sur le fond qu'il nous faut", a souligné la présidence.

Les remarques de M. Erdogan renforcent les tensions entre la Turquie et l'Otan, dont Ankara est membre, avant un sommet crucial de l'Alliance à Londres la semaine prochaine.

MM. Erdogan et Macron, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique Boris Johnson doivent en outre se réunir en marge de ce sommet pour discuter de la Syrie.
(AFP, 29 novembre 2019)

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

NATO Summit did not submit to Erdogan’s blackmail

In the wake of the North Atlantic Treaty Organization (NATO) Leaders Summit held in the UK on December 3-4, the final declaration of the summit, the London Declaration, was released today (December 4).

Putting an emphasis on unity, the declaration issued by the Heads of State and Government participating in the summit has underlined that "terrorism in all its forms and manifestations remains a persistent threat to us all."

Holding a press conference, NATO Secretary General Jens Stoltenberg has stated that there have been differences of opinion since the organization was established and added, "World is changing, so will the NATO."

Before the summit started, President of France Emmanuel Macron referred to NATO as "brain dead", which caused controversy during the summit.

The third article of the London declaration has also addressed Russia:

"We, as an Alliance, are facing distinct threats and challenges emanating from all strategic directions. Russia's aggressive actions constitute a threat to Euro-Atlantic security; terrorism in all its forms and manifestations remains a persistent threat to us all.

"State and non-state actors challenge the rules-based international order. Instability beyond our borders is also contributing to irregular migration. We face cyber and hybrid threats."

NATO Secretary General Jens Stoltenberg, on the other hand, has stated, "It has been agreed that communication channels to Russia will remain open. We have decided to continue with our effective disarmament efforts."

NATO's defense budget will be increased

The London Declaration has also indicated, "We recognise that China's growing influence and international policies present both opportunities and challenges that we need to address together as an Alliance."

"Non-US defence expenditure has grown for five consecutive years; over 130 billion US dollars more is being invested in defence."

US President Donald Trump has long been criticizing European countries, especially Germany, regarding the budget of the organization.

While the US meets 22 percent of the NATO's central budget, the US and Germany are expected to cover 16 percent as of 2021.

Kremlin: NATO's spending plans confirm our fears

Kremlin Spokesperson Dmitry Peskov also made a statement about the defense budget plans of the NATO earlier today.

As reported by Reuters, Peskov said that NATO's plans to increase its defense spending showed Moscow was right to be concerned over "the military alliance's eastward expansion and policy of trying to contain Russia."

'We agree to ensure security of communication'

Stoltenberg has also stated, "Today, leaders committed to ensuring the security of our telecommunications infrastructure - including 5G. We agreed to rely only on secure and resilient systems. Allies further recognised the unprecedented progress we are making to achieve fairer burden-sharing.

"In fact, European Allies and Canada have added 130 billion US dollars. And by the end of 2024, that figure will rise to 400 billion US dollars.

"Leaders also took a range of other decisions on other important issues for our Alliance; to enhance the protection of our energy infrastructure, on how to ensure our technological edge in the face of emerging and disruptive technologies and to step up our response to hybrid threats."

Meeting on Syria before the summit

Before the summit began on December 3, a joint meeting on Syria was held by the leaders of France, Germany, the UK and Turkey.

While Turkey was represented in the meeting by President and ruling Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan, it was reported that in addition to Syria, the developments in the region, especially in Libya, were discussed by the leaders.

In the wake of the North Atlantic Treaty Organization (NATO) Leaders Summit held in the UK on December 3-4, the final declaration of the summit, the London Declaration, was released today (December 4).

Putting an emphasis on unity, the declaration issued by the Heads of State and Government participating in the summit has underlined that "terrorism in all its forms and manifestations remains a persistent threat to us all."

Holding a press conference, NATO Secretary General Jens Stoltenberg has stated that there have been differences of opinion since the organization was established and added, "World is changing, so will the NATO."

Before the summit started, President of France Emmanuel Macron referred to NATO as "brain dead", which caused controversy during the summit. (BIA, 4 December 2019)

Les 70 ans de l'Otan assombris par les dissensions et la colère de Trump

Entre des dissensions exposées au grand jour et un Trump vexé par un Trudeau "hypocrite", le 70e anniversaire de l'Otan mercredi a ressemblé à un rendez-vous manqué malgré la volonté de cohésion de ses membres face aux défis émergeant trois décennies après la fin de la Guerre froide.

Défis posés par le terrorisme, la Chine et la Russie, intervention turque en Syrie lancée sans concertation avec les alliés, insistance américaine à faire payer davantage les autres alliés: les sujets difficiles ne manquaient pas pour la réunion organisée sur un golf de luxe à Watford, dans la banlieue de Londres.

Au final, c'est une vidéo dans laquelle le Premier ministre canadien Justin Trudeau semble se moquer avec Emmanuel Macron de Donald Trump lors de la réception donnée mardi soir à Buckingham Palace qui a déclenché l'ire américaine.

- L'"hypocrite" Trudeau -

"Il est hypocrite", a lâché le milliardaire républicain, qui avait déjà eu des échanges difficiles avec M. Trudeau après le G7 de 2018.

Contrarié, il a annulé sa conférence de presse finale, mais il a tenté de faire bonne figure. Il s'est ainsi dit très content de sa saillie. "C'était drôle quand j'ai dit que ce type était hypocrite", a-t-il lancé. Et il a lâché une pique contre Emmanuel Macron dont le jugement sur l'Otan en état de "mort cérébrale" a fâché tout le monde à l'Otan.

Le président Macron "s'est beaucoup rétracté au cours de notre tête à tête" mardi à Londres, a-t-il assuré à l'issue de son entretien avec l'Italien Giuseppe Conte.

Donald Trump avait ouvert les hostilités dès sa première intervention mardi en qualifiant de "très insultants" les propos d'Emmanuel Macron.

Arrivant à Watford mardi matin, le président français a répété les "assumer totalement". "Ils ont permis de soulever un débat qui était indispensable", a-t-il insisté.

L'Organisation née en 1949 se trouve confrontée à des défis considérables 30 ans après la chute du mur de Berlin.

Dans sa déclaration finale adoptée mercredi, l'Alliance reconnaît pour la première fois "l'influence croissante et les politiques internationales de la Chine comme des opportunités et des défis, auxquels nous devons répondre ensemble en tant qu'Alliance".

Elle dénonce par ailleurs les actions agressives de la Russie et avertit qu'elle restera "une alliance nucléaire aussi longtemps qu'il y aura des armes nucléaires".

Angela Merkel a jugé la réunion "très constructive" malgré les dissensions: "Nous avons convenu aujourd'hui que le terrorisme est le principal ennemi".

- Affrontement sur le terrorisme -

Le sujet a été un des points durs du sommet. Sa définition a opposé durement Emmanuel Macron et le président turc Recep Tayyip Erdogan qui demandait à l'Alliance de considérer comme des terroristes les combattants kurdes alliés à la coalition internationale constituée pour combattre le groupe Etat islamique en Syrie.

Emmanuel Macron a affirmé ne "pas voir de consensus possible" avec la Turquie sur la définition du terrorisme.

"Il est clair que nous ne sommes pas d'accord pour classer comme groupe terroriste les forces des Unités de protection du peuple (YPG). Nous combattons le PKK et tous ceux qui mènent des activités terroristes contre la Turquie, mais nous ne faisons pas ce raccourci ou cette agrégation que la Turquie souhaite entre ces différents groupes politiques et ou militaires. Il y a un désaccord et il n'est pas levé", a expliqué le président français au cours de sa conférence de presse.

Mais les deux dirigeants ont approuvé la déclaration finale. Le texte condamne le terrorisme "sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations" et le considère comme "une menace persistante pour nous tous", a expliqué le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

Le président Erdogan a également levé son opposition à l'adoption des nouveaux plans de défense pour les Etats Baltes et la Pologne.

Jens Stoltenberg a reconnu que des désaccords se sont exprimés au cours du sommet. "Cela serait très étrange autrement", a-t-il souligné.

"Mais nous avons toujours réussi à les surmonter et à nous unir autour de notre objectif clé qui est de nous défendre les uns les autres", a-t-il assuré.

"Les désaccords attireront toujours plus l'attention que lorsque nous sommes d'accord", a-t-il conclu.

Jens Stoltenberg s'est vu confier une mission de réflexion sur les missions de l'Otan à l'issue de la réunion et il devra rendre son rapport pour le prochain sommet en 2021. Une petite victoire contre les Français qui préconisaient de confier cette réflexion à "un groupe de personnalités politiques indépendantes" .
(AFP, 4 décembre 2019)

Trump a rencontré Erdogan en tête à tête au sommet de l'Otan

Donald Trump a rencontré son homologue turc Recep Tayyip Erdogan en tête à tête mercredi en marge du sommet du 70e anniversaire de l'Otan pour évoquer les vives tensions provoquées au sein de l'Alliance par l'intervention turque au nord de la Syrie.

Non annoncée, la rencontre intervient trois semaines après une visite du président turc à Washington pendant laquelle le milliardaire républicain s'était dit "un grand fan" de M. Erdogan.

Elle a été "très productive", a précisé le porte-parole de la présidence turque sur Twitter.

La Maison Blanche a confirmé l'entretien, pendant lequel a été évoquée notamment "l'importance que la Turquie remplisse ses engagements vis-à-vis de l'alliance".

Déjà dans le collimateur pour avoir acheté des systèmes de défense antimissile russe S-400, la Turquie a été critiquée au sein de l'Otan pour avoir lancé sans concertation une intervention contre les forces kurdes du nord de la Syrie.

Les tensions sont montées au point de tourner à l'incident diplomatique la semaine dernière quand M. Erdogan a jugé Emmanuel Macron en "mort cérébrale".

Avant le sommet de l'Otan, le président français est revenu à la charge, accusant Ankara de "parfois travailler avec des intermédiaires" du groupe jihadiste Etat islamique et estimé que les deux pays n'avaient "pas la même définition" du terrorisme.

Une rencontre mardi entre les présidents français et turc avec Angela Merkel et Boris Johnson n'avait pas permis de lever "toutes les ambiguïtés" ni d'obtenir les "clarifications" souhaitées", avait estimé le chef de l'Etat français.

Face à ces critiques, la Turquie avait menacé de bloquer l'adoption des nouveaux plans de défense pour les Etats Baltes et la Pologne, voire de la déclaration commune, finalement approuvée.
(AFP, 4 décembre 2019)

Otan: trois agents perturbateurs menacent le sommet du 70e anniversaire

Tout a été mis en oeuvre pour faire du sommet du 70e anniversaire de l'Otan mercredi à Londres un grand moment d'unité entre les Alliés, mais trois fauteurs de troubles, Donald Trump, Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan pourraient gâcher la fête.

"Le sommet devrait être assez consensuel, et se conclure avec l'adoption d'une déclaration brève, mais avec de la substance. Cela dit, trois facteurs vont peser sur son déroulement: le comportement de Trump, celui de Macron et celui d'Erdogan", avertit le représentant d'un Etat membre.

"Il y a maintenant trois perturbateurs au sein de l'Otan", renchérit Tomas Valasek, ancien ambassadeur de Slovaquie à l'Otan et membre du Carnegie Europe, un centre de réflexion stratégique.

Les organisateurs ont choisi le Grove, un hôtel de luxe sur un des plus prestigieux golfs du Royaume-Uni à Watford, à 45 minutes du centre de Londres, pour héberger les dirigeants et le sommet. Une soirée aura été organisée la veille à Buckingham Palace pour donner un peu de solennité à l'événement.

Mais l'ambiance est à l'orage depuis la charge du président français. Emmanuel Macron a jugé l'Otan en état de "mort cérébrale" après l'offensive lancée par le président turc dans le nord-est de la Syrie sans aucune concertation avec les alliés, mais avec l'assentiment du président américain.

Le président turc n'a pas apprécié la critique et a retourné le compliment à Emmanuel Macron qu'il a jugé vendredi en état de "mort cérébrale". La réunion sur la Syrie prévue mardi à Londres entre les deux dirigeants avec Angela Merkel et le Premier britannique Boris Johnson pour médiateurs s'annonce tendue.

- Macron assume -

Le président français "assume totalement" sa critique. Il l'a dit au secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg jeudi à Paris. Emmanuel Macron a en outre déploré que les deux derniers sommets aient été "uniquement consacrés à savoir comment on pouvait alléger le coût financier pour les États-Unis".

Pendant ce temps, "des questions stratégiques sur la paix en Europe, la relation avec la Russie, le sujet de la Turquie ou qui est l'ennemi? (de l'Otan) n'ont pas été résolues", a-t-il lancé.

La France a demandé une réflexion sur ces sujets et un mandat pourrait être confié à Jens Stoltenberg.

Allié ombrageux, la France refuse toute leçon sur la solidarité car "elle contribue à la sécurité transatlantique par son budget de défense, sa dissuasion nucléaire et ses opérations", a insisté son ministre des Affaire étrangères Jean-Yves le Drian.

Ses militaires sont engagés sur plusieurs théâtres et treize d'entre-eux viennent de trouver la mort dans une action de combat contre un groupe de jihadistes au Mali.

"Mais avec Trump, on ne sait jamais", a averti un diplomate allié.

Le président américain a fait du partage du fardeau des dépenses de défense son unique sujet de discussion lorsqu'il se rend à l'Otan, une alliance qu'il a jugée obsolète. Il avait publiquement pris à partie la chancelière Angela Merkel en 2018 en lui reprochant de ne pas payer assez pour la défense collective et de contribuer à l'effort de réarmement de la Russie avec ses achats de gaz.

Jens Stoltenberg a cherché à déminer la réunion. Il va insister auprès de Donald Trump sur le fait que les Européens et le Canada ont dépensé 130 milliards de dollars depuis son arrivée à la Maison Blanche en 2016 et ne cessent d'augmenter leurs budgets militaires.

Un accord a par ailleurs été trouvé pour réduire la contribution américaine au budget de fonctionnement de l'Alliance et la firme Boeing vient de se voir attribuer un contrat d'1 milliard de dollars pour moderniser la flotte d'AWACS de l'Otan.

Toutes ces annonces sont censées satisfaire le président américain.
(AFP, 29 novembre 2019)

Otan: Erdogan s'en prend à Macron qu'il juge "en état de mort cérébrale"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'en est violemment pris vendredi à son homologue français Emmanuel Macron qu'il a jugé en "état de mort cérébrale", accentuant les tensions à une semaine d'un sommet crucial de l'Otan.

Reprenant les déclarations de M. Macron qui avait jugé l'Otan en état de "mort cérébrale", M. Erdogan a déclaré: "Je m'adresse depuis la Turquie au président français Emmanuel Macron, et je le redirai à l'Otan. Fais d'abord examiner ta propre mort cérébrale".

"Ces déclarations ne siéent qu'à ceux dans ton genre qui sont en état de mort cérébrale", a insisté le président turc lors d'un discours à Istanbul.

Ces propos véhéments interviennent après des critiques émises jeudi par M. Macron au sujet de l'offensive lancée le mois dernier par la Turquie en Syrie contre une milice kurde appuyée par les pays occidentaux.

Les remarques de M. Erdogan renforcent les tensions entre la Turquie et l'Otan, dont Ankara est membre, avant un sommet crucial de l'Alliance à Londres la semaine prochaine.

MM. Erdogan et Macron, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique Boris Johnson doivent en outre se réunir en marge de ce sommet pour discuter de la Syrie.

Le mois dernier, Ankara a lancé une incursion dans le nord-est de ce pays visant la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), qualifiée par la Turquie de "terroriste".

Mais les pays occidentaux ont critiqué cette opération et M. Macron a déclaré dans un entretien à l'hebdomadaire The Economist début novembre que cette offensive unilatérale faisait partie des symptômes indiquant que l'Otan était en état de "mort cérébrale".

Les critiques particulièrement vives de la France ont suscité l'ire des dirigeants turcs, qui accusent Paris d'ignorer les préoccupations sécuritaires de la Turquie liées à la Syrie frontalière.

"Qu'as-tu à faire en Syrie, toi ? Moi, j'ai le droit d'y entrer pour lutter contre le terrorisme. Mais toi, qu'as-tu à y faire ?", a lancé M. Erdogan.

"Personne ne fait attention à toi. Tu as encore un côté amateur, commence par remédier à cela", a lancé M. Erdogan à l'endroit de M. Macron. "Lorsqu'il s'agit de fanfaronner, tu sais très bien le faire. Mais lorsqu'il s'agit de verser à l'Otan l'argent que tu lui dois, c'est autre chose".

"Il est tellement inexpérimenté ! Il ne sait pas ce qu'est la lutte antiterroriste, c'est pour cela que les gilets jaunes ont envahi la France", a-t-il encore dit.

Après que M. Macron eut estimé jeudi que l'offensive turque mettait "en péril l'action de la coalition contre Daech", le chef de la diplomatie turque avait accusé le président français de "parrainer les terroristes" en Syrie.
(AFP, 29 novembre 2019)

Relations régionales / Regional Relations

En mer Noire, un navire français joue au chat et la souris avec les Russes

"Alerte menace air sur tribord": à l'horizon, un avion de surveillance russe s'approche à basse altitude du petit navire de guerre français Commandant Birot au large du détroit de Kertch, en mer Noire, théâtre de compétition entre la Russie et l'Otan.

"Il est radial, il arrive droit sur nous", lance l'enseigne de vaisseau Hugo, les mains en visière pour se protéger du soleil voilé de cette fin novembre.

Le gros avion ventru, un hydravion Beriev BE12, passe, repasse, s'approche à quelques centaines de mètres du bâtiment. Sur la passerelle supérieure, des marins accourent, équipés d'appareils à téléobjectifs pour le photographier. Depuis la carlingue, un militaire russe fait probablement de même.

L'aviso Commandant Birot "patrouille en mer Noire et regarde ce qu'il s'y passe" explique le capitaine de corvette Maxime Leroy, commandant du bâtiment sur lequel l'AFP a pu embarquer la semaine dernière, entre les escales de Batoumi (Géorgie) et Odessa (Ukraine), quelques jours avant le sommet de l'Otan mardi et mercredi près de Londres.

La France affirme vouloir défendre la liberté de navigation dans ces eaux internationales où la Russie est omniprésente.
 
La mer Noire, dont les seules échappatoires sont le Bosphore à l'Ouest, tenu par les Turcs, et le détroit de Kertch au Nord, tenu de facto par les Russes, est un carrefour géopolitique où s'entrecroisent l'influence russe et celle de l'Otan, sur fond de rapprochement Ankara-Moscou et de tensions russo-ukrainiennes autour de la Crimée.

- Russes "très à l'aise" -

Pour la Russie, "la mer Noire a vocation à être un bastion maritime", explique Igor Delanoë, directeur adjoint de l'observatoire franco-russe à Moscou. C'est un "espace de compétition politique" entre Moscou et l'Otan, fait-il valoir: sur les six pays riverains, trois sont membres de l'Alliance (Turquie, Roumanie, Bulgarie), et deux autres veulent le devenir (Ukraine et Géorgie).

Mais "la Russie a clairement repris la main" dans la région, particulièrement depuis l'annexion de la Crimée en 2014, souligne l'expert.

Cette péninsule "est devenue un porte-avions d'où les Russes peuvent rayonner dans toute la zone", analyse une source diplomatique régionale, en référence à la militarisation des environs de Sébastopol (que les Russes possèdent depuis le 18e siècle): batteries côtières, système de missiles anti-navires, avions...

"Les Russes sont très à l'aise en mer Noire", abonde M. Delanoë, ce d'autant que le Bosphore est la porte de sortie vers le reste du monde, notamment le théâtre syrien.

Quelques heures après le passage du Beriev, un Soukhoï Su-33, avion de chasse et de lutte anti-navire, vient tourner autour du Commandant Birot et ses 95 hommes, haut dans le ciel.

"Un de ses radars a été intercepté par le centre opérationnel", une salle bourrée de matériel de détection dans les entrailles du patrouilleur, observe le second maître Jérémy. C'est l'un des objectifs de la mission: appâter les Russes pour collecter le maximum d'informations sur leurs équipements, leur immatriculation, leur signature radar.

"Un jeu du chat et la souris", sourit le pacha. Avant l'escale de Batoumi, les Russes étaient déjà venus deux fois, avec un Su-24 et un Su-30M.

Tous les paramètres récupérés sont envoyés à Paris vers une base de données en vue d'analyser les réactions russes. "On constate des comportements plus agressifs. Il y a une volonté de montrer les muscles", note un amiral français sous couvert d'anonymat.

"Dès qu'il y a un navire Otan, ils sont là pour surveiller par tous les moyens", assure la source diplomatique.

- Manoeuvres Otan -

En plus de "collecter du +rens+" (renseignement), comme le dit le second du navire, le lieutenant de vaisseau Gauthier, le Birot est un outil de diplomatie militaire. "La présence régulière d'un bâtiment de la Marine nationale sur ce théâtre permet d'entretenir en mer Noire des relations étroites et régulières avec les marines alliées", selon le ministère. Comprendre: celles de l'Otan et des pays qui aspirent à intégrer l'Alliance. De quoi agacer Moscou.

A Batoumi, le Birot, un des doyens de la flotte française, a reçu la visite de la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili et manoeuvré avec un bâtiment des garde-côtes. "Ils ont une vraie volonté de se mettre au standard Otan et c'est réussi", explique le capitaine Leroy.

Des exercices similaires étaient prévus avec la marine ukrainienne après l'escale à Odessa, et roumaine à celle de Constanza.

- Hélicoptère turc -

Outre la rivalité Otan-Russie et le conflit Russie-Ukraine, la région est aussi marquée par le rapprochement entre la Russie et la Turquie, pourtant membre de l'Otan.

"Le rapprochement s'est considérablement accéléré" depuis 2016, relève M. Delanoë, rappelant qu'Ankara et Moscou collaborent sur certains dossiers stratégiques, comme la guerre en Syrie, même s'ils restent concurrents dans d'autres, comme en Libye. Sans compter leurs relations économiques étroites.

Pour l'aviso Birot, "au point de vue opérationnel, tout se passe bien" avec les Turcs, assure le pacha. Ce glissement turc vers la Russie n'est pas perceptible, pas plus que les tensions diplomatiques entre Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan.

Selon l'Elysée, la Turquie refuse "une intervention de l'Otan en mer Noire" sur la crise ukrainienne.

"Gel de l'exercice!" Les visages des marins présents sur la passerelle supérieure qui s'entraînaient au tir à la mitrailleuse et au canon de 20mm se tournent vers le ciel où se détache la silhouette floue d'un hélicoptère en approche.

"Présumé turc", lâche le second maître Pierre en faisant défiler les photos sur l'écran de son boîtier. Confirmation par le centre opérationnel du bateau: l'appareil a décollé d'une frégate pour venir renifler le bâtiment français. Et montrer aussi qu'ils sont bien là en mer Noire.
(AFP, 3 décembre 2019)

Flottille vers Gaza: la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu'il n'y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.

La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.

"Il n'y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document officiel de 44 pages.

La procureure y réaffirme sa position selon laquelle elle ne dispose pas de "base raisonnable" pour conclure à un niveau de "gravité suffisant pour être recevable devant le tribunal", et appelle à "clore" ce dossier.

La procureure avait décidé en 2014 de ne pas poursuivre Israël, puis confirmé sa décision en 2017 après que la CPI lui avait ordonné une première fois de réexaminer le dossier.

En 2010, la flottille affrétée par l'ONG turque IHH, considérée comme proche de l'actuel gouvernement islamo-conservateur au pouvoir à Ankara, avait été arraisonnée dans les eaux internationales par un commando israélien tandis qu'elle tentait de rallier Gaza, sous blocus israélien.

Neuf Turcs qui se trouvaient à bord du Mavi Marmara avaient été tués dans l'assaut. Un dixième était mort plus tard de ses blessures.

Cette flottille était composée de huit navires, avec à leur bord 70 passagers originaires d'une quarantaine de pays. Son objectif déclaré était d'apporter de l'aide à Gaza et d'attirer l'attention de la communauté internationale sur les conséquences du blocus.
(AFP, 2 décembre 2019)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Athènes expulse l'ambassadeur libyen

La Grèce a annoncé vendredi l'expulsion de l'ambassadeur libyen à Athènes, Tripoli n'ayant pas révélé comme le gouvernement grec l'exigeait le contenu d'un accord controversé avec la Turquie de délimitation maritime, signé la semaine dernière.

"L'ambassadeur libyen a été convoqué au ministère ce matin et a été informé de son expulsion", a déclaré "avec regret" aux médias le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias.

Un délai de 72 heures lui a été donné pour quitter la Grèce, a-t-il précisé, ajoutant que "son expulsion ne signifiait pas l'interruption des relations diplomatiques avec la Libye".

"La décision de la Grèce d'expulser notre ambassadeur est inacceptable", a réagi vendredi le ministre des Affaires étrangères libyen, Mohamed Ali Siala interrogé par la chaîne de télévision Libya al-Ahrar.

"La Grèce n'a pas de représentation diplomatique en Libye sinon nous aurions expulsé leur ambassadeur en application du principe de réciprocité", a-t-il ajouté.

L'accord a été signé le 27 novembre à Istanbul par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et Fayez al-Sarraj, chef du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU.

Athènes "condamne vivement cet accord" qui "tente de délimiter des zones maritimes entre la Turquie et la Libye, ce qui constitue une violation du droit maritime international et des droits souverains de la Grèce et d'autres pays", a fustigé Nikos Dendias.

"Il n'y a pas de frontières entre la Turquie et la Libye", a expliqué le porte-parole du ministère, Alexandros Gennimatas, soulignant qu'on ne pouvait fonder le droit "sur l'illégalité".

A l'occasion d'un débat au Parlement, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a indiqué que cet accord "supprime de la carte certaines îles grecques" et "a déjà entraîné l'isolement diplomatique de la Turquie".

L'accord a été "dénoncé par les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Egypte et Israël", a-t-il ajouté soulignant que la question serait abordée lors du sommet européen la semaine prochaine à Bruxelles.

De son côté, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déploré l'expulsion de l'ambassadeur libyen, la qualifiant "d'erreur".

Cette expulsion "ne convient pas à la courtoisie diplomatique. Est-il juste de menacer un pays?", a-t-il déclaré depuis Rome à une télévision turque.

Qualifié de memorandum par Tripoli, cet accord a suscité de vives réactions de pays riverains de la Méditerranée. Outre la Grèce, Chypre et l'Egypte avaient déploré sa signature.

La découverte de réserves de gaz et de pétrole au large de Chypre, dans le sud-est de la Méditerranée, a déclenché ces dernières années une dispute entre Nicosie, appuyée par la Grèce et l'Union européenne, et Ankara, qui occupe la partie nord de l'île.

Selon la presse turque, une fois l'accord ratifié par le Parlement turc, Ankara communiquera aux Nations unies (ONU) les coordonnées de sa nouvelle "zone économique exclusive (ZEE)" en Méditerranée orientale.

Mais le Premier ministre grec a estimé qu'en raison de la situation compliquée en Libye, cet accord n'avait pas de valeur juridique car il ne pourrait pas être signé par l'actuel gouvernement à Tripoli.

"Cet accord va s'effondrer dès sa naissance", a-t-il dit.

Mercredi prochain, Aguila Salah Issa, président contesté du parlement libyen qui s'est déclaré "contre cet accord", selon Athènes, effectuera une visite dans la capitale grecque.

Porte d'entrée de milliers de demandeurs d'asile, la Grèce, membre de l'Otan comme la Turquie, maintient des relations délicates avec sa voisine. L'un des principaux différends bilatéraux est la délimitation du plateau continental des îles grecques en mer Egée qui sépare la Grèce de la Turquie.
(AFP, 6 décembre 2019)

La Grèce maintient des relations délicates avec La Turquie

Antigone Kouteri remonte sa combinaison de plongée, arrange le tuba puis le masque, avant de se jeter dans les eaux du port de Zakynthos, à la recherche de plastiques qui jonchent les fonds marins de ce coin de Grèce.

Elle fait partie d'une dizaine de plongeurs bénévoles de l'association Aegean Rebreath, qui sillonne îles et côtes grecques pour préserver la biodiversité en ramassant les déchets, surtout plastiques.

Située en mer Ionienne, l'île de Zakynthos (ou Zante) est réputée pour ses eaux bleues et son "parc marin" où se reproduisent les tortues de mer Caretta caretta.

"La visibilité est nulle, on est dans le noir, je me suis cognée le bras contre un objet", dit Antigone, 40 ans, en sortant la tête de l'eau.
 
"C'est un pneu", répond Efthymis, plongeur professionnel, qui fait surface en tenant une bouteille de bière vide. "Santé", plaisante-t-il.

Plus loin, deux plongeurs ont extrait des filets de pêche emmêlés à quatre mètres de profondeur, puis une poubelle métallique.

Trois heures plus tard, sur le quai s'entassent quatre pneus, des dizaines de bouteilles plastiques, des boîtes métalliques, des sacs plastiques, un réverbère, deux caddies, des kilomètres de filets de pêche ou de tuyaux.

Avec un littoral de 14.000 km, l'un de plus longs de la Méditerranée, la Grèce attire des dizaines de millions de touristes chaque année.

Mais la Méditerranée a déjà atteint un "niveau record de pollution avec 570.000 tonnes de plastique déversés chaque année", selon un récent rapport du Fonds mondial pour la nature (WWF).

- "Un dépotoir" -

La Grèce produit 700.000 tonnes de déchets plastiques par an, soit 68 kg par habitant. Et 11.500 tonnes échouent en mer, selon l'ONG.

"Sous les eaux bleues, il y a un dépotoir", s'indigne Violetta Walczyk, 44 ans, une avocate gréco-polonaise, militante de l'Aegean Rebreath, adepte aussi du mouvement "zero waste" (zero gaspillage).

Pendant ses deux ans d'action, l'association a recensé 9.000 bouteilles d'eau, 3,6 tonnes de filets de pêche, 289 pneus jonchant les fonds et les côtes du pays.

"Plus de 70% des déchets marins sont des plastiques en Grèce et si des mesures ne sont pas prises, la situation va empirer", prévient Katerina Tsagari, chercheuse à l'Institut océanographique grec (HCMR), qui analyse le pourcentage de microplasiques dans les entrailles des poissons et des tortues de mer.

"Nous avons découvert des déchets plastiques ingérés dans 20 à 45% des poissons et moules testés", précise-t-elle.

Les gros objets plastiques changent la morphologie des fonds et dressent des pièges pour poissons, coquillages ou tortues.

"Trente-neuf tonnes de déchets plastiques par jour échouent en mer", admet le gouvernement, qui a récemment lancé une campagne contre l'usage des produits plastiques à usage unique, comme les gobelets plastiques et les pailles qui sont monnaie courante dans le pays du café "frappé".

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a indiqué lors d'un entretien à l'AFP début octobre, que la protection de la mer était "une priorité dans un pays dont l'économie dépend du tourisme".

- Recyclage défaillant -

Mais pour les experts, l'origine du problème réside dans l'inefficacité du recyclage des déchets.

En 2011, l'effondrement d'une décharge illégale sur l'île cycladique d'Andros a fait scandale.

Le pays continue à payer des amendes infligées par la Commission européenne pour ses dépotoirs non autorisés, rappelle Achilleas Plitharas, un responsable de la section grecque de la WWF.

"Le recyclage en Grèce est une blague", ironise George Sarelakos, co-fondateur de l'Aegean Rebreath. "Chaque mairie suit sa propre politique sans stratégie commune à travers le pays", estime-t-il.

A la traîne en Europe en la matière, la Grèce n'a adopté la directive sur les sacs plastiques de caisse payants qu'en 2018.

"Il faut développer une politique favorable à la réutilisation des déchets dans le cadre de l'économie circulaire et pour cela il faut aussi la volonté politique", souligne George Triantafyllou, directeur des recherches au HCMR.

Depuis 2017, le HCMR est le coordinateur du projet européen CLAIM, dont l'objectif est le nettoyage des mers d'Europe, en appliquant des méthodes innovatrices pour réduire ou éliminer les microplastiques.

"Changer les habitudes, utiliser moins de plastique au quotidien: les initiatives européennes existent, on n'a qu'à les suivre", préconise George Triantaphyllidis, hydrobiologiste.
(AFP, 1 décembre 2019)

Accord militaire turco-libyen: la Grèce préoccupée, demande des "informations"

Le ministère grec des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur de la Libye à Athènes pour lui demander des "informations sur le contenu" du mémorandum militaire signé entre Ankara et le gouvernement libyen d'union nationale (GNA), a-t-on appris samedi de source diplomatique grecque.

Athènes a exprimé "son mécontentement" concernant ce mémorandum et demandé à l'ambassadeur de la Libye de fournir des informations" d'ici le 5 décembre, "sinon il sera expulsé", a indiqué à l'AFP une source diplomatique grecque.

Jeudi, Athènes avait également demandé à l'ambassadeur de la Turquie en Grèce de fournir des informations sur ce sujet, selon la même source.

Le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, se rendra dimanche au Caire où il doit s'entretenir avec son homologue égyptien Sameh Choukry "des évolutions récentes à l'est de la Méditerranée sur fond du mémorandum turco-libyen", selon un communiqué ministériel.

Signé mercredi lors d'une rencontre à Istanbul entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le chef du GNA Fayez al-Sarraj, ce protocole "de coopération militaire et sécuritaire" renforce "l'accord-cadre de coopération militaire existant" et "les liens entre les armées" de deux pays, selon Ankara.

Mais à Athènes, certains médias ont évoqué le risque de violations des "zones maritimes" grecques sur fond de cet accord.

"La signature de ce mémorandum ne peut pas violer les droits souverains des pays tiers" car "ce serait une violation flagrante du droit international de la mer", a répondu jeudi Alexandros Yennimatas, porte-parole du ministère grec des Affaires étrangères.

Le mémorandum turco-libyen survient en dépit d'un appel lancé en octobre par la Ligue arabe à ses membres à ne plus coopérer avec Ankara et à réduire leur représentation diplomatique en Turquie à la suite de l'offensive militaire lancée par cette dernière contre les forces kurdes en Syrie.

Fayez al-Sarraj est notamment soutenu par la Turquie et le Qatar. L'Italie, ancienne puissance coloniale en Libye, semble aussi en sa faveur.

Son rival Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen dont les forces ont lancé en avril une offensive contre la capitale Tripoli, bénéficie de son côté du soutien de l'Egypte et des Emirats arabes unis et d'un appui au moins politique notamment des Etats-Unis et de la Russie. La France a été accusée de le privilégier, ce dont elle se défend.

Situé dans le sud-est de la Méditerranée, la Grèce, pays traditionnellement pro-arabe, maintient des relations délicates avec la Turquie voisine, porte d'entrée de milliers de demandeurs d'asile sur les îles grecques.
(AFP, 30 novembre 2019)

Immigration / Migration




Rencontre d’Emir Kir avec deux maires issus d’un parti turc d’extrême-droite

La fédération bruxelloise du PS « ne cautionne pas » la réception par le député-bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir, de deux maires issus d’un parti turc d’extrême-droite, a fait savoir jeudi le président de la fédération, Ahmed Laaouej.

« La lutte contre l’extrême-droite ne peut souffrir d’exception. Le PS bruxellois ne cautionne pas la réception par Emir Kir de mandataires du MHP. L’extrême-droite ronge l’Europe et gagne du terrain, en ce compris chez nous », a déclaré M. Laaouej à l’Agence Belga. « Quel que soit le cadre institutionnel, en ce compris des échanges qui seraient organisés par l’Europe, aucune forme de complaisance n’est acceptable. Les valeurs socialistes commandent une attitude claire et non équivoque : un cordon sanitaire à l’égard de tout parti ou toute formation d’extrême-droite, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs », a-t-il ajouté.

La Libre a révélé mercredi soir que M. Kir avait reçu plus tôt dans la journée une délégation de maires turcs, dont deux sont issus du MHP, un parti nationaliste considéré comme étant d’extrême-droite et proche de l’organisation des Loups Gris. La conseillère communale Zoé Genot (Ecolo) a exprimé son indignation.

La porte-parole de M. Kir, citée par La Libre, a fait valoir que les six maires reçus étaient également invités par les institutions européennes, et c’est dans ce contexte qu’ils ont également été invités à Saint-Josse.
(Le Soir, 5 décembre 2019)

Bosnie : un enseignant turc arrêté, son avocat dénonce la main d'Erdogan

Les autorités bosniennes ont arrêté le directeur turc d'un collège international, une décision dénoncée jeudi par son avocat et plusieurs partis politiques qui y voient la main du président turc.

Fatih Keskin a été arrêté mardi et placé dans un centre de rétention près de Sarajevo "parce que, prétendument, il représente une menace pour la sécurité nationale et l'ordre public en Bosnie", a déclaré à l'AFP son avocat Nedim Ademovic.

M. Keskin, qui habite et travaille en Bosnie depuis quinze ans, selon son avocat, est le directeur d'un collège à Bihac, dans le nord-ouest de la Bosnie. L'établissement appartient au réseau "Richmond Park Schools" dirigé par une société britannique, qui regroupe en Bosnie une douzaine de sites d'enseignement primaire et secondaire ainsi qu'une université à Sarajevo.

Le Service chargé des étrangers n'était pas joignable dans l'immédiat mais son directeur Slobodan Ujic a confirmé au portail d'information Klix que Fatih Keskin avait été placé en rétention.

"Nous disposons d'éléments de preuves (...) que nous allons vérifier. D'autres agences de sécurité sont impliquées aussi. Ce n'est pas simple", a déclaré M. Ujic à Klix.

Selon l'avocat Ademovic, le titre de séjour de M. Keskin a été annulé et il s'est vu proposer de quitter le pays, ce qu'il refuse.

L'avocat conteste que son client représente la moindre menace et a lancé une procédure en justice pour faire annuler le retrait de son titre de séjour.

"Je pense que ça fait partie des persécutions politiques", accuse Me Ademovic, en faisant référence à plusieurs dossiers similaires ouverts depuis une visite du président turc Recep Tayyip Erdogan en juillet à Sarajevo.

A l'époque, Milorad Dodik, le membre serbe de la présidence collégiale bosnienne, avait révélé que M. Erdogan avait demandé aux autorités bosniennes d'extrader vers la Turquie un certain nombre de ressortissants turcs, soupçonnés d'avoir partie liée avec le coup d'Etat manqué de 2016 en Turquie.

Depuis, selon Me Ademovic, les autorités bosniennes ont annulé le titre de séjour de sept autres ressortissants turcs, tous enseignants, soupçonnés par Ankara de liens avec le prédicateur Fethullah Gülen, devenu l'ennemi juré du président turc.

L'arrestation de Fatih Keskin a été dénoncée par "Nasa Stranka" ("Notre parti"), une formation de gauche qui affirme que cette décision est "politique" et qu'elle a été "ordonnée par le président turc".

Selon le Parti social-démocrate (SDP, opposition au gouvernement central), "l'enlèvement du professeur Keskin est un acte de terreur (...) commandité de l'étranger".
(AFP, 5 décembre 2019)



 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications