flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

46th Year / 46e Année
Janvier
 
2020 January
N° 497
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 588 69 53
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind



Titres des évènements du mois
Titles of this month's events



Droits de l'Homme / Human Rights

‘Right to Life of 41 Thousand 694 People Violated in 17 Years’
Berkin Elvan Would be 21 Years Old If He Were Alive Today
48 Areas Declared Special Security Zones in Antep

Pression sur les médias / Pressure on the Media

La Turquie lève le blocage de Wikipédia après une décision de justice

Egypte: des employés d'un média turc accusés de "fausses nouvelles"
HRW Calls on Turkey to Release Jailed Critics, Respect Elections Results
Interior Minister Targets heater Play Adapted from Demirtaş's Book

Judicial Reform Package Brings Freedom to Neither News, Nor Journalists
Beethoven’s Opera in Bonn Tells the Story of Political Prisoners in Turkey
Beaten to Death 24 Years Ago, Journalist Göktepe Commemorated
Reporter Barış Polat Sentenced to 6 Years, 3 Months in Prison
Journalists: "We are Left Unemployed, Subjected to Violence, Imprisoned..."

TV and Radio Channels Fined 3.8 Million Lira in 2019
2019 Censorship Report by Susma Platform: Almost 300 Cases
Why is Wikipedia Blocked in Turkey Despite Constitutional Court?

Drawings That Could Escape Prison

Kurdish Question / Question kurde

Malade, une prisonnière politique kurde met fin à ses jours

Armed Attack Against HDP İstanbul Office

Demirtaş Awarded 'Human Rights, Democracy, Peace and Solidarity Prize'
HDP Former Co-Chair Yüksekdağ Given Judicial Fine

Demonstrations Banned in Hakkari for 15 Days

Minorités / Minorities

L'exclusion d'Emir Kir du Parti socialiste
UN COUP SEVERE AU NEGATIONNISME EN BELGIQUE
A L'ANNIVERSAIRE DE L'ASSASSINAT DE HRANT DINK

Dink Foundation Offers an Insight into Multicultural Fabric of İstanbul
Three Syriacs Detained for 'Aiding PKK' upon Tip by Anonymous Witness
Minorities Tell: There is a Single Rum Family Left in Ortaköy

A Istanbul, des Juifs se battent pour sauver leur langue ancestrale

Politique intérieure/Interior Politics

Le Parlement autorise Erdogan à déployer l'armée en Libye

Envoi au Parlement d'un texte autorisant un déploiement en Libye

Forces armées/Armed Forces

Le néo-impérialisme de la Turquie d'Erdogan

Haftar annonce la poursuite des opérations militaires
35 militaires turcs sur place, pas de participation aux combats

Les principales opérations de l'Armée turque à l'étranger

Affaires religieuses / Religious Affairs
 
Erdogan met en garde contre une résurgence du terrorisme islamiste
Somalie: les shebab revendiquent l'attentat de samedi à Mogadiscio
100 membres présumés de l'EI arrêtés avant le Nouvel An


Socio-économique / Socio-economic

Human Chain Against Canal İstanbul: 'It's Either Canal or İstanbul'
Erdogan veut des forages "dès que possible" dans une zone contestée en Méditerranée
Erdogan et le maire d'Istanbul s'affrontent sur un "projet fou" de canal
Las Tesis Protest of Women Prevented by Police in Antalya

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Libye: l'UE dénonce les ingérences de la Russie et de la Turquie

Le président du Conseil européen en Turquie pour parler Libye

L'UE dénonce "l'ingérence" de la Turquie dans le conflit en Libye
L'Autrichien Kurz veut que l'UE s'affirme "contre" Erdogan
Le chef de l'ONU met en garde la Turquie contre l'envoi de troupes en Libye

Inquiétude de l'UE après le feu vert à Erdogan sur un déploiement de l'armée en Libye

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO



Relations régionales / Regional Relations

En Syrie, des dizaines de morts après la reprise de l'assaut du régime à Idleb

Le Maroc va réviser son accord de libre-échange avec la Turquie
Libye: "trop tôt" pour parler d'échec du cessez-le-feu, estime Ankara
Erdogan promet "d'infliger une leçon" à Haftar s'il reprend ses attaques

Chypre, l'Egypte, la France et la Grèce contre Ankara-Tripoli
Erdogan et Poutine appellent à une trêve en Libye et une désescalade Iran/US
Ryad condamne la décision turque de déployer des soldats en Libye
Le Parlement libyen vote la rupture des relations avec la Turquie

En Turquie, douleur et colère des enfants ouïghours privés de parents par la Chine
Province syrienne d'Idleb: Ankara ne se retirera pas de ses postes

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Des hackers turcs s'attaquent à des sites officiels grecs
La Grèce, Chypre et Israël ont signé un accord sur le gazoduc Eastmed
Conférence sur la Libye: la Grèce veut avoir son "mot à dire"

Immigration / Migration

Entretien avec Dogan Özgüden sur le communautarisme en Belgique
Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir
Emin Ozkara démissionne: un élu de moins pour le PS au Parlement bruxellois
Emir Kir exclu du PS: "Une décision qui restaure l'honneur des socialistes"
Emir Kir, l'amnésique
Emir Kir est en contact avec un maire d'extrême droite depuis 2015

Emir Kir plonge le PS bruxellois dans l’embarras
Comment Emir Kir est-il vu au PS ?
Etablissements turcs ou "écoles Erdogan"? Polémique en Allemagne
Simone Susskind : " Qu'Emir Kir quitte le PS ! "
Vers un changement de la loi sur la répression du négationnisme en Belgique


Droits de l'Homme / Human Rights

‘Right to Life of 41 Thousand 694 People Violated in 17 Years’

Main opposition Republican People's Party (CHP) İstanbul MP Sezgin Tanrıkulu, who is also a member of the Parliamentary Commission on Human Rights, has prepared a report on violations of rights.

According to the report covering the period from 2002 to 2019 and entitled "The Wreckage of Human Rights in AKP Rule", the right to life of at least 41,694 people has been violated in 17 years.

The report has the following chapters on right violations: Extrajudicial execution, stop warnings, arbitrary firing of shots, unidentified murders, land mines, attack of illegal organizations, civilian conflicts, people killed by village security guards, deaths on migratory road - refugees, death in detention, hate crimes, feminicides (violation of women's right to life by male violence), violations of right to life in prisons, occupational homicides, violations of children's right to life.

'At least 6,432 women killed'

The report of Sezgin Tanrıkulu has shown that from 2002 to 2019, the right to life of at least 6,432 women has been violated.

The report has underlined that "violence against women and feminicides reaching the point of gendercide in Turkey increasingly continue because women are not regarded as 'equal citizens' and are not treated equally."
'Right to life of at least 4,104 children violated in 8 years'

According to the report of the MP, between the years of 2011 and 2019, the right to life of at least 4,104 children has been violated.

In explaining the reason for the seemingly low figures, Tanrıkulu has indicated that "it is not because the rights of children, especially their right to life, are respected or because they are protected more, but because Gündem Çocuk Association, the only organization collecting data about this issue, was closed by a Statutory Decree."

The report has also highlighted that from 2002 to 2019, at least 59 people lost their lives as a result of hate crimes.

While at least 23,980 workers have died "for preventable causes" between 2002 and 2019, at least 367 people have "suspiciously" died while doing their mandatory military service from 2008 to 2019.

It has been detected that since 2002, at least 23,959 people have been subjected to torture and ill treatment. From 2002 to 2019, at least 721 journalists have been arrested in Turkey.

'1 million 809 thousand people affected by curfews"

The report has shared the following information about curfews:

"381 curfews were declared in 51 districts and 11 provinces of Turkey between August 16, 2015, when the first curfew was declared in Turkey in recent history, and January 1, 2020.

By provinces, the number of curfews is as follows: 214 curfews in Diyarbakır, 60 curfews in Mardin, 23 curfews in Hakkari, 13 curfews in Şırnak, 29 curfews in Bitlis, 7 curfews in Muş, 7 curfews in Bingöl, 6 curfews in Dersim, 6 curfews in Batman, 2 curfews in Elazığ and 14 curfews in Siirt.

"Moreover, from August 11, 2017 to January 1, 2020, at least 23 round-the-clock curfews were declared in villages and hamlets of Şemdinli in Hakkari and the districts of Hizan, Güroymak, Mutki, Tatvan and center in Bitlis.

"According to the last population census conducted in Turkey in 2014, at least 1 million 809 thousand people were living in the related districts.

"It is estimated that fundamental rights of these people such as the right to liberty and security; right to privacy, family, home or correspondence; freedom of assembly and association; freedom of religion; freedom to receive and impart information; right to reserve of property; right to education and right to life; right to health and prohibition of torture were violated."
(BIA, 17 January 2020)

Berkin Elvan Would be 21 Years Old If He Were Alive Today

Yesterday (January 5) was the birthday of Berkin Elvan, who lost his life at the age of 15 after being shot in the head with a tear gas canister fired by a police officer during Gezi resistance in 2013. If Elvan were alive today, he would turn 21 years old yesterday.

Berkin Elvan was commemorated by his family and loved ones at his grave and at the point where he was shot in İstanbul. The commemoration ceremony was attended by Elvan's parents Gülsüm and Sami Elvan as well as several other people including his friends.

As reported by Mezopotamya Agency, while the point where Elvan was shot was blockaded by the police, several armed vehicles were also stationed in the points of entry and exit of the neighborhood.

* Photo: Mezopotamya Agency

Speaking at the commemoration ceremony, mother Gülsüm Elvan said, "If Berkin was alive today, he would be 21 years old. He did not die, he lives. Before the sky lanterns that we fly, I wish justice for Berkin and for all massacred children. Let this be hope for all children."

After the statements, sky lanterns were flown in memory of Berkin Elvan.
What happened?

On June 16, 2013, Berkin Elvan was hospitalized due to grave head injuries after the police intervention in the district of Okmeydanı in İstanbul. When he was admitted to the Okmeydanı Research Hospital, his heart had reportedly stopped already.

Suffering from a brain hemorrhage, Elvan went through at least five surgeries. On January 5, 2014, Elvan turned 15 in his comatose. He died on March 11, 269 days after being shot.

While the prosecutor investigating the incident was changed for six times, the investigation was completed on December 7, 2016. Prepared by the İstanbul Chief Public Prosecutor's Office, the indictment demanded that police officer F.D., who was referred to as the only defendant, be penalized on charge of "killing with eventual intent."

The 11-page indictment sent to the İstanbul 17th Heavy Penal Court has been accepted. A verdict of non-prosecution has been given for 42 police officers, who previously made their depositions as part of the investigation into the death of Elvan.

Speaking to bianet, Oya Aslan, one of the attorneys for the Elvan family, stated that a lawsuit was filed only against a single police officer who was on the scene of incident and added that since the lawsuit was filed for "killing with eventual intent", rather than for "wilful murder", it has reduced the foreseen prison sentence to 20 years.
(BIA, 6 January 2020)

48 Areas Declared Special Security Zones in Antep

The Governorship of Antep has announced that 48 areas near Turkey-Syria border have been declared special security zones for 15 days.

Releasing a written statement on its official website, the Governorship has declared 48 areas withind the borders of Türkyurdu, Karkamış, Köprübatı and Fuat Oğuzcan Border Posts special security zones "to support the state of security on the Syrian border and to prevent any threats and dangers that would target citizens' safety of life and property."

As per the Article 32/A of the Law no. 2565 on Prohibited Military Zones and Security Zones, the specified 48 areas will be special security zones from January 1 to January 15, 2020. Accordingly, the Provincial Gendarmerie Command and Provincial Directorate of Security will be authorized to control the entry and exit of vehicles and people in these areas, forbid it when necessary and take the necessary security measures.
(BIA,  31 December 2019)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

La Turquie lève le blocage de Wikipédia après une décision de justice

La Turquie a finalement obéi à une nouvelle décision de justice et levé mercredi soir le blocage de
l'encyclopédie en ligne Wikipédia, l'un des sites Internet les plus consultés au monde, inaccessible depuis près de trois ans.

Selon l'agence de presse étatique Anadolu, un juge à Ankara a ordonné la levée des restrictions imposées à Wikipédia, une décision conforme à un arrêt de la Cour constitutionnelle qui avait qualifié le mois dernier ce blocage de "violation" des libertés.

L'accès a été rétabli dans la soirée de mercredi.

La levée du blocage de Wikipédia intervient quelques heures après la publication au Journal officiel de l'arrêt détaillé de la Cour constitutionnelle critiquant cette mesure.

Les autorités turques avaient ordonné le blocage en avril 2017 de Wikipédia, une encyclopédie participative en ligne, en raison de deux articles dressant un lien entre Ankara et des organisations extrémistes.

Même si le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan est régulièrement accusé d'atteintes à la liberté d'expression, cette décision avait suscité un choc par la quantité inédite des contenus rendus inaccessibles.

Mais de nombreux internautes turcs ont rapidement trouvé le moyen de contourner l'interdiction, en utilisant notamment un site miroir, c'est-à-dire une copie accessible de l'encyclopédie, et des VPN.

Les autorités turques ont eu recours à plusieurs reprises ces dernières années au blocage provisoire de certains sites, comme Facebook et Twitter, généralement après des attentats.

En mai 2019, la fondation Wikimedia, qui héberge le site de Wikipédia, avait annoncé avoir porté plainte auprès de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) contre l'interdiction de son encyclopédie en ligne en Turquie.
(AFP, 15 janvier 2020)

Egypte: des employés d'un média turc accusés de "fausses nouvelles"

Les autorités égyptiennes ont accusé mercredi soir quatre employés de l'agence de presse turque Anadolu, arrêtés le même jour au Caire, d'avoir diffusé des "fausses nouvelles" sur l'Egypte.

Dans un communiqué diffusé mercredi soir, le ministère égyptien de l'Intérieur a estimé que le bureau de l'agence turque était une façade pour une "base de hackers (...) dont le but est de diffuser de fausses nouvelles".

Selon le ministère, les employés interpellés travaillaient "dans le but de déformer l'image" de l'Egypte.

Les quatre employés, trois Egyptiens et un Turc employés par le bureau de l'agence au Caire, ont été déférés au parquet, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ressortissant turc, Hilmi Balci, est le responsable financier et administratif du bureau d'Anadolu au Caire, selon l'agence.

De son côté, le ministère turc des Affaires étrangères a annoncé avoir convoqué mercredi le chargé d'affaires égyptien à Ankara pour demander des explications.

Et le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a fustigé un "acte hostile" qui montre "l'impuissance des autorités égyptiennes".

Depuis la destitution en 2013 du président issu des Frères musulmans Mohamed Morsi et l'arrivée au pouvoir en Egypte du président Abdel Fattah al-Sissi, les relations entre Le Caire et Ankara sont tendues et risquent de s'envenimer encore plus après ces arrestations.

Les Etats-Unis, allié des deux pays, ont indiqué mercredi que si les arrestations étaient confirmées, Washington appelle "le gouvernement égyptien à relâcher les journalistes arrêtés pour laisser la place à une presse libre et ouverte".

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé à New York, a estimé dans un communiqué que "les journalistes opérant en Egypte ne devraient pas avoir à travailler dans la peur d'être utilisés pour marquer des points dans un affrontement politique entre pays".

"Les autorités doivent relâcher immédiatement les employés d'Anadolu arrêtés", a ajouté la CPJ qui demande au Caire de "cesser d'utiliser de accusations de +fausses nouvelles+ en vue de harceler et faire taire les médias".

L'Egypte occupe le troisième rang dans le monde en termes de nombre de journalistes emprisonnés derrière la Chine et la Turquie, selon le CPJ.
(AFP, 16 janvier 2020)

HRW Calls on Turkey to Release Jailed Critics, Respect Elections Results

The prolonged and arbitrary detention of journalists, human rights defenders, and politicians blights Turkey's claims of being a country that respects human rights and the rule of law, Human Rights Watch said today (January 15) in its World Report 2020.

In the 652-page World Report 2020, its 30th edition, Human Rights Watch reviews human rights practices in nearly 100 countries.

"Keeping government critics locked up and cancelling the results of local elections won by opposition party candidates demonstrates the lengths to which the Erdoğan presidency will go to undermine human rights and democracy in Turkey," said Hugh Williamson, Europe and Central Asia director at Human Rights Watch.

"Turkey silences dissent and has once more denied its Kurdish voters their chosen local representatives," he further said.

Here are highlights from the report on Turkey:

Local elections

"Turkey's presidency forced a controversial rerun of the March 31, 2019 local election in İstanbul metropolitan municipality, which was won by opposition candidate Ekrem İmamoğlu. In southeastern Turkey, the authorities have removed 32 elected mayors from the pro-Kurdish Peoples' Democratic Party (HDP), and detained 23 of them, accusing them of terrorism links.

Dismissal of HDP mayors

"In August, the Interior Ministry removed from office the HDP mayors of Diyarbakır, Van and Mardin greater municipalities, newly elected by the majority of votes in the March 31 local elections, accusing them of links with terrorism on the basis of ongoing criminal investigations and prosecutions.

"In place of the voters' chosen mayors, the Interior Ministry appointed provincial governors as "trustees" to run the municipalities and dissolved the local council, thus suspending local democracy in each city. In the following months, the removal of other elected HDP mayors in districts in the region continued with 24 removed at the time of writing and 14, including Diyarbakir Mayor Adnan Selçuk Mızraklı, jailed pending investigation and trial."
Prosecution against rights defenders and politicians

"Among government critics held in prolonged and arbitrary detention are Osman Kavala, a human rights defender; Ahmet Altan, a writer; Adnan Selçuk Mızraklı, elected mayor of Diyarbakır; and Selahattin Demirtaş and Figen Yüksekdağ, former chairs of the People's Democratic Party.

"Thousands of government critics have been prosecuted on terrorism charges in unfair proceedings that lack compelling evidence, resulting in bogus convictions that demonstrate the presidency's intolerance of legitimate dissenting opinion and the right to political association in the country.

"Thousands of ordinary people labelled supporters of the Fethullah Gülen movement or accused of links to the armed Kurdistan Workers' Party (PKK) have been detained without compelling evidence of their involvement in criminal activities."

"Turkey remains host to the highest number of refugees in the world, with an estimated 3.7 million Syrian refugees in the country in addition to asylum seekers from other countries.

"In 2019, in a reversal of policy, Turkey's government increasingly signaled through deportations and political statements that Syrian refugees should be resettled in parts of northern Syria occupied by Turkish forces and their proxies, following a military incursion there in October.

"Turkish-backed militias that control territory in those areas have committed violations such as summary killings and enforced disappearances of Kurdish civilians, including political activists and emergency responders, as well as looting and unlawfully appropriating property, and arbitrarily denying the right of Kurdish Syrians to return to their homes and properties."
(BIA, 15 January 2020)

Interior Minister Targets heater Play Adapted from Demirtaş's Book

Minister of Interior Süleyman Soylu has targeted the people who watched the theater play adopted from the short story book of Selahattin Demirtaş, the imprisoned former co-chair of the Peoples' Democratic (HDP).

"You can't clean the blood on your hands with theater plays," Soylu said in a speech yesterday (January 12) he made at the opening of a ski center on Ilgaz Mountains in central Anatolia.

Adapted for the stage as a closet drama, "Devran," the second short story book of Demirtaş, made its debut in İstanbul on January 11. While the audience watched the play in applause, they called for "freedom to Demirtaş".

He also targeted Kadir İnanır, a renowned actor who watched the debut of the play.

"Mr. Kadir, you left it incomplete, those you went to that play, you left it incomplete. On one side of the theater hall, you should have put a picture of Yasin Börü, who was martyred, you should put the 39 slaughtered people," he said, referring to the people who died in protests that were held in October 2015 in the mostly Kurdish populated southeastern provinces.

"You can't clean the blood on your hands with theater plays. You can't fool this nation. You will not be able to divide this country," Soylu said, adding that "Turkey is not the old Turkey."
(BIA, 13 January 2020)

Judicial Reform Package Brings Freedom to Neither News, Nor Journalists

Put into effect by President and ruling Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan and his government, the "judicial reform package" has managed to convince neither the international human rights community, nor the ones struggling for democracy in Turkey.

Covering the period of October-November-December 2019, the BİA Media Monitoring Report shows that at least 251 journalists and media representatives faced the threat of nine aggravated life sentences, 2 thousand 389 years, 1 month in prison and 3 million 30 thousand Turkish Lira (TRY) in damages in total as per the Turkish Penal Code (TCK), Anti-Terror Law (TMK), Law on Capital Market (SPK) and Law on Banking.

In the last three months of 2019, 35 journalists have been sentenced to a total of 157 years, 4 months in prison and a total of 8 thousand 740 TRY in judicial fines as per the TCK and TMK.

At least 61 journalists were given prison sentences, deferred prison sentences or judicial fines in the lawsuits filed as per the Article no. 299 of the TCK, which has been implemented for publications and broadcasts about President and ruling AKP Chair Recep Tayyip Erdoğan since August 2014, when he was elected President. The Constitutional Court has not found this article unconstitutional and the Judicial Reform Package has only introduced a "right of appeal at the Court of Cassation". This article is hovering over freedom of expression as the "Sword of Damocles."
(Erol Önderoğlu,  BIA, 10 January 2020)
FULL TEXT

Beethoven’s Opera in Bonn Tells the Story of Political Prisoners in Turkey

The Bonn Theater in Germany has opened its new season with an adaptation of "Fidelio", telling the stories of political prisoners in Turkey.

Staged on the occasion of Ludwig van Beethoven's 250 birthday, his only opera "Fidelio" has been devoted to the political prisoners in Turkey.

The premiere of the play was held on January 1, 2020. During the final chorus of the performance, the cast held up posters, requesting the release of arrested people in Turkey, including journalist Ahmet Altan, Peoples' Democratic Party (HDP) former Co-Chair Selahattin Demirtaş, journalist Nedim Türfent and politician Gültan Kışanak. The postcards to be sent to Chancellor Angela Merkel were also distributed.

'Hope, freedom struggle, incarceration, torture, freedom...'

Beethoven's only opera "Fidelio" has been adapted on the occasion of his 250th birthday. Staged by Bonn Theater in his birthplace, the play starts with music and images from Turkey reflected on the big screen.

As reported by Deutsche Welle, in adapting "Fidelio", Director Volker Lösch "opted for a radical approach, dispensing with the spoken texts in the score and updating the work through texts read out by observers and sometimes direct victims of state persecution in Turkey."

"The texts complement and extend the issues in the plot: Hope, freedom struggle, incarceration, torture and freedom", he has explained further.

In the images reflected on the big screen, first, President and ruling Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan is depicted as a "Sultan". Then, the images continue with the Germany-made panzers entering northern Syria and street demonstrations.

As reported further by Deutsche Welle, while forty percent of the performance is dedicated to the spoken word, the contemporary witnesses are also incorporated into the performcance later on. As for the remaining sixty percent of the play, it is devoted to Beethoven's music.
(BIA, 8 January 2020)

Beaten to Death 24 Years Ago, Journalist Göktepe Commemorated

Journalist Metin Göktepe, who was battered and beaten to death by police, has been commemorated on the 24th anniversary of his death.

24 years ago today (January 8), Metin Göktepe, a reporter for daily Evrensel at the time, went to Alibeyköy to follow the funeral of Orhan Özen and Rıza Boybaş, two inmates who were killed in Ümraniye Type E Prison in İstanbul. Göktepe was taken into custody here and beaten to death by the police after being taken to the Eyüp Indoors Sports Hall.

A commemoration ceremony was held for Metin Göktepe at his grave in Kemer Graveyard in Esenler at 11 a.m. today.

Along with his mother Fadime Göktepe, the ceremony was also attended by Saturday Mothers/People, Labor Party (EMEP) Chair Selma Gürkan, Republican People's Party (CHP) İstanbul Chair Canan Kaftancıoğlu, Journalists' Union of Turkey (TGS) Chair Gökhan Durmuş, Confederation of Progressive Trade Unions of Turkey (DİSK) Press Union Chair Faruk Eren, Evrensel Editor-in-Chief Fatih Polat, Reporters Without Borders (RSF) Representative to Turkey Erol Önderoğlu, Chamber of Mechanical Engineers Chair Battal Kılıç, DİSK Glass Ceramics Union Chair Birol Sarıkaş, EMEP members, EMEP Youth, Divriği Cultural Association members, several journalists, Göktepe family and several people.

While the workers of Evrensel newspaper laid carnations on Metin Göktepe's grave, people carried the banners "Release arrested journalists", "Journalism is not a crime" and chanted the slogans "Evrensel writes, Metin lives" and "Metin Göktepe is immortal".

'Press is under siege today as well'

Speaking at the commemoration, Editor-in-Chief of Evrensel newspaper Fatih Polat referred to the killing of Göktepe and the ensuing judicial process.

Reminding the audience that in Metin Göktepe's case, it was the first time that a defendant was given a prison sentence and served time behind bars, Fatih Polat stated the following in brief:

"A serious legal struggle was waged in the judicial process. Turkey was toured around for almost one and a half times. Though we did not have our desired result in the end, it was still the first time that a defendant was convicted in a case filed into the death of a journalist.

"Each passing day, it is becoming more and more important to claim journalism. The press is under siege today as well, there are lawsuits of journalists everyday. There are journalists laying claim to the truth despite all this siege.

"When we look back, Metin Göktepe, Uğur Mumcu, Musa Anter, Hrant Dink and many of our colleagues that we have lost - once again - remind us of the importance of truth and laying claim to the people's right of information."
'He will always remind us of this struggle's reality'

Speaking at the ceremony, RSF Representative to Turkey Erol Önderoğlu underlined that not only the dark clouds in the history of journalism, but also the joint struggle for journalism should be called to minds:

"Neither Turkey nor the world is a safe place for journalists. Today, it is of great importance to recall the exemplary solidarity displayed against the murderers of Metin. He will always remind us of the reality of this struggle."
'They keep facing us with the truth'

Attending the commemoration ceremony, CHP İstanbul Provincial Organization Chair Canan Kaftancıoğlu stated the following in brief:

"Metin Göktepe was a journalist and there is journalism of Metin Göktepe. It was him who was doing the journalism 24 years ago; today, it is you who do it. Metin and many others like him were massacred because they tell the truths to the public. Telling the truths to the public had a price back then, it still has today. While we are once again commemorating Metin 24 years after he was massacred, the truths always shine from somewhere when you wage a struggle to tell them to the public. The journalists struggling in the person of Metin Göktepe keep facing us with the truth."

About Metin Göktepe

On January 8, 1996, Metin Göktepe went to Alibeyköy district, to follow the funerals of four inmates who were killed by soldiers in Ümraniye Prison.

He was not let in by the police on the ground that he did not have a press card. He was taken into custody with other hundreds of people and was brought to Eyüp Indoor Sports Hall. While he was being taken into custody, he screamed "I am Metin Göktepe, I am a journalist!" He was beaten to death by police officers while he was in custody.

In the beginning, charges against police officers were denied. The case was transferred to several courts in Turkey for "security reasons".

In 2000, an Afyon court found 5 police officers guilty for murder and hiding evidence of murder, sentencing them to 7 years and 6 months of prison. Another police officer was sentenced to 20 months in prison and 5 months of license suspension after a court of appeals overturned the court's verdict. After the Conditional Release and Postponement of Sentence Law came into power on December 19, 2000, the convicted police officers were released before completing their sentences.
(BIA, 8 January 2020)

Reporter Barış Polat Sentenced to 6 Years, 3 Months in Prison

Taken into custody and arrested while distributing Özgürlükçü Demokrasi newspaper closed by a Statutory Decree and charged with "being a member of a terrorist organization", Mezopotamya Agency reporter Barış Polat has been sentenced to 6 years, 3 months in prison.

While Polat did not attend his final hearing at the 7th Heavy Penal Court today (January 7), he presented his statement as to the accusations to the court in written form. In his defense, Polat indicated that he denied the accusations, the likes on his social media accounts did not constitute a crime in themselves and the word "Heval" that he used in his phone calls with his friends meant friend in Kurdish.

In his defense at court, his lawyer Mehmet Alagöz underlined that what his client did was journalistic activities and attribution of the flash drive in the file to Polat was unacceptable. Indicating that the flash drive in question was not examined enough, Alagöz requested the acquittal of Polat.

Announcing its ruling after the recess, the court has ruled by a majority of votes that Polat shall be sentenced to 6 years, 3 months in prison.
(BIA, 7 January 2020)

Journalists: "We are Left Unemployed, Subjected to Violence, Imprisoned..."

The Contemporary Journalists' Association (ÇGD) has issued its twentieth quarterly report on the state of media in Turkey.

Covering the last three months of last year, the report documents practices of censorship on the press, dismissal of journalists, court verdicts, threats and violence against journalists, gender inequality as legitimized by news, violations of principles and manipulations.

Shared with the public in a statement held by the ÇGD Administrative Board, the report has indicated that "as we have entered 2020, we cannot unfortunately note down the developments that promise a hope for democracy." Some highlights from the report are as follows:

'Principles of the profession disregarded'

"We had a year much worse, darker and more difficult than the previous years in terms of freedom of press and expression.

"While its primary cause was the pressures of the government, another equally effective reason was that the media in Turkey did not hesitate for a moment to violate - or even disregard - the principles of the profession in extraordinary periods, as we have experienced for several times before.

"The only difference that we saw in the past three months was that the number of pressures exerted on the press quantitatively increased. We were left unemployed more, our personal rights were restricted more and we were subjected to more physical violence, accused and faced prison sentences.

"Our 46 colleagues were dismissed in a single day from Hürriyet newspaper in a way that has left a black mark on the history of press. This staff, which was the backbone of the newspaper and had years and years of experience, was targeted because they were unionized.

Official bans on ads

"In this three-month period, Faruk Bildirici was dismissed from the Radio and Television Supreme Council (RTÜK) Supreme Board, Constitutional Court deprived us of our legal right to receive 5 percent more money if our overtime pay is delayed, daily Sözcü columnists and workers were unbelievably sentenced to prison on FETÖ-related charges, our colleagues were arrested and we faced endless incidents of detention.

"On the other side, the state institutions' policy of destroying journalism in a systematic manner continued and the Press Advertisement Institute arbitrarily imposed official ad bans on BirGün, Evrensel and Cumhuriyet.

Assaults on journalists

"Unfortunately, in this period, physical assaults against journalists increasingly continued. While no precautions were taken, the assaulters got away with what they did. After Odatv columnist Sabahattin Önkibar and Yeniçağ columnist Yavuz Selim Demirağ, Yeniçağ former Ankara Representative Ahmet Takan, KRT host Murat İde, Metin Işık in Iğdır, Hakkı Sağlam in Eskişehir and Hasan Dönmez in Konya were attacked and battered in the middle of the street.

"Committed mostly by the people sharing the political views of Nationalist Movement Party (MHP), these crimes were overlooked by the authorities.

"The outlook for 2020 is not optimistic, either. Even today, it is possible to foresee that war, barbarism and right violations will be on the rise. We have apparently entered a period when truths will face off against lies more.

"In this period, it is more important than ever before that the media does not become an instrument to any provocation and journalism is done to the benefit of the public amid conflicts of interest groups and big power groups.

"Today, a principled journalism requires that life is defended against death, environment is defended against the plunder of nature, future is defended against climate crisis and people's benefits are defended against interest groups. For a journalism passionately devoted to the essence of the profession and for a democratic state of press and country, we are calling on our colleagues to engage in an organized struggle in 2020 as well."
(BIA, 6 January 2020)

TV and Radio Channels Fined 3.8 Million Lira in 2019

The Radio and Television Supreme Council (RTÜK) has imposed 3 million 854 thousand 476 Turkish Lira (TRY)* fine on 12 TV channels, one radio channel and 23 broadcasts in total throughout 2019.

While the highest fine was imposed on FOX TV channel with 1 million 312 thousand 515 TRY, FOX Life channel faced the highest number of broadcast suspensions with eight times.

The highest fine imposed on a channel in a single time was given to FOX TV and SHOW TV with 1 million 11 thousand 234 TRY. Radio Sputnik (RS FM) was also fined 4 thousand 633 TRY and given a broadcast suspension for 5 times over criticisms about the government and İstanbul earthquake.
Sertel: Bildirici was unlawfully dismissed

Making a statement about the issue, main opposition Republican People's Party (CHP) İzmir MP Atilla Sertel has argued that the RTÜK protects the pro-government channels:

"Just like many other institutions, the RTÜK is also dancing to the pipe of government. Backed by the majority, it operates with a mindset that is far from being objective or impartial. Dancing to the pipe of government, the RTÜK is now in the position of the protector of pro-government [channels]. The chair of RTÜK, which is operating with a one-sided, favoring mindset, was also rewarded by the government with extra wages."

Referring to the dismissal of Faruk Bildirici from the RTÜK Supreme Board, Sertel has also underlined that Bildirici faced such treatment because he took a tough stance against the unlawful practices of the institution.

Sertel has also shared the following details about the fines and broadcast suspensions imposed by the RTÜK throughout 2019:

TELE 1 fined for airing HDP group meeting

"TELE 1 channel was fined 21 thousand 114 TRY and given a broadcast suspension for two times by the RTÜK because they live-streamed Peoples' Democratic Party (HDP) group meeting.

"FOX Life channel was given an administrative fine of 42 thousand 228 TRY and a broadcast suspension for eight times due to '9-1-1' series and its scene where homosexual people kiss.

"Akit TV was fined 38 thousand 179 TRY in two different times and given a broadcast suspension twice over its news 'Let's hang [CHP Chair] Kemal Kılıçdaroğlu and over its insults to Mustafa Kemal Atatürk and to the ones that waged the War of Independence.

"Known for its opposition to government, Halk TV was given an administrative fine of 21 thousand 114 TRY and a broadcast suspension twice by the supreme board. As for KRT TV, another opposition channel, it was given an administrative fine of 17 thousand 65 TRY and a broadcast suspension twice due to 'insults to President Erdoğan'.
(BIA, 31 December 2019)

2019 Censorship Report by Susma Platform: Almost 300 Cases

Susma (Don't stay silent) Platform, a platform against censorship and self-censorship, has published its "Censorship and Self-Censorship in Turkey: January 2019 - November 2019" report.

Listing the cases of censorship that took place in the fields of arts and media in Turkey in the first 11 months of 2019, the report is prepared "in an effort to build collective memory on violations of freedom of expression."

The report has been penned by Kültigin Kağan Akbulut, Özlem Altunok, Pelin Buzluk, Figen Albuga Çalıkuşu, Murat Şevki Çoban, Seçil Epik, Özkan Küçük, Melike Polat, Sumru Tamer and Onur Yıldırım.

Including almost 300 cases of censorship in media, social media, publishing industry, cinema,theater, music and visual arts, the report also focuses on three major provinces of Turkey, namely Diyarbakır, İzmir and Ankara.
'An intense and taxing period'

The foreword has introduced the report to the reader in following words:

"It is evident from the cases covered in the two substantial reports, which we prepared during the State of Emergency (OHAL) and subsequently in the period of "normalized OHAL" following the enactment of the Law No. 7145 (2016-2017 / 2017-2018), that we have been going through an intense and taxing period in terms of freedom of expression.

"Confiscating books, banning events, banning access to online news reports, censoring news, suspending broadcast of TV shows, public attacks, intimidation, arrests, criminal investigations, prosecution and imprisonment...
'Self-censorship hinders free speech like a brick wall'

"It seems that this intensity and volume of restrictions do more than just strengthen and extend the scope of censorship practices, which already became systematic at the hands of the state, through various mechanisms, actors and methods; they also normalize self-censorship that hinders free speech like a brick wall. The long and diverse list of cases presented in the report attests to this conclusion."

Most violations committed through judicial means

According to the report, most of the violations of freedom of expression are committed through judicial means:

"The 32-percent section indicating the frequency of the use of judicial measures such as criminal investigations, trials, arrests and detentions shows that the government still fights against freedom of expression through the harshest means. Banning events or demonstrations is another widely used method of violating freedom of expression (28 percent). Use of economic penalties, including layoffs and broadcast suspension and administrative fines meted out by RTÜK to television channels, as an instrument of censorship is also common (14 percent)."

Pressure resurfaced with trustee appointments

When considered on a monthly basis, the findings of the report have shown that censorship intensifies when political tensions rise:

"For instance, despite the municipal elections on 31 March and the rerun of Istanbul municipal election on 23 June, number of cases of censorship is at usual levels in these months.

"This may be due to the government using a softer strategy or the candidates' non-confrontational rhetoric in these elections. But we can see clearly that incidents of censorship increase right after the polls.

"Looking more closely at the cases of censorship, one can observe that the pressure that was quietly building up during the election era resurfaced soon after and trustee appointments got under way. Similarly, censorship incidents suddenly spike again in October, which is associated with the government's severe crackdown on criticism of the Operation Peace Spring."


Media accounts for the largest share

Including detentions and arrests of journalists, censorship of news and firings of journalists, the media accounts for the largest share with 37 percent:

"Social media comes second, where censorship targets freelance journalists and citizen journalists, in addition to members of the public from all walks of life. When we look at other areas including theater, cinema industry, music, visual arts and publishing sector one by one, we see that the figures are small. But collectively, they make up 23 percent of the areas where censorship occurs."

Grounds for censorship

Asking "What are the grounds for censorship", the platform has made the following comments and evaluations:

"Identifying the reasons for censorship and violations of freedom of expression has been one of the biggest challenges of this study. In most cases, there may not even be a given reason or the reason becomes so insignificant that it does not get reported in the media. In addition, although in some cases there is a stated ground, the real reason may be something else that is linked to political dynamics. Thus, cases of censorship involving bans on LGBTI+ events or protests against trustee appointments to municipalities or the Operation Peace Spring are also included in this graph.

"Propaganda for a terrorist organization or membership of a terrorist group have been the most frequently used grounds for freedom of expression violations over the years. Grounds such as public morality or public order are also quite common, especially when it comes to violations of freedom of expression in the forms of bans on public events or demonstrations and suspension of broadcasts."
(BIA,  31 December 2019)

Why is Wikipedia Blocked in Turkey Despite Constitutional Court?

Two law professors yesterday (December 30) applied to a court, requesting the immediate removal of the block on Wikipedia, which has been banned in Turkey since April 29, 2017.

The General Assembly of the Court on December 26 ruled by a vote of 10 to 6 that the full access block to Wikipedia is a violation of freedom of expression.

Prof. Dr. Yaman Akdeniz from the Internet Freedom Association and Assist. Prof. Kerem Altıparmak stated in their application to Ankara 1st Penal Court of Peace that Wikipedia has not been opened to access and that the local court does not have to wait for the top court ruling to be written.
'The delay aggravates the violation'

The delay aggravates the violation and "the only thing that needs to be done" is to remove the access block, Akdeniz told bianet.

Because the top court made the decision by a majority vote, it's writing has not yet been completed, he said, adding that the court usually writes reasoned decisions within 15 days or three weeks in some cases.

However, the situation does not necessitate the penal court of peace to examine the reasoned decision as the Constitutional Court published the judgment on the website, Akdeniz noted.

They applied to the penal court of peace "as a party to the application to the Constitutional Court," the professor added.

The top court had given a ruling in 20 days regarding the ban on Twitter in 45 days for the ban on Youtube and stated that all courts, including itself, must urgently give a ruling in similar cases on social media platforms.
Constitutional Court gave the ruling after ECtHR's move

"Because, in such cases, not only a past article but also lots of future content gets blocked.

"However, we made our application regarding Wikipedia to the Constitutional Court in April 2017. It has been almost three years. The Constitutional Court never took this application to examination as a priority."

The Constitutional Court began to examine the Wikipedia case only after the ECtHR put the application on its agenda, and declared this to the government in July, Akdeniz said.

"Our application was combined with the application of the Wikimedia Foundation. The opinion of the Ministry of Justice came in October. We replied that and as a result of this communication, the Constitutional Court made this decision.

"Had the ECtHR made a decision before the Constitutional Court, it would once again give a judgment that there is no effective domestic remedy in Turkey. Because the Constitutional Court and the government did not want to find themselves in such a situation, [the court] quickly gave a judgment.

If the access block to Wikipedia is removed, the ECtHR will "shelve" the application, Akdeniz said.

"It will give a ruling, but the period will be extended to two or three years because the urgency is removed. But if the access block continues, the ECtHR will make a decision within two to three months."
(BIA, 31 December 2019)

Drawings That Could Escape Prison

Ahmet Bilge has been behind bars for 26 years. He is currently held in Elbistan Type E Closed Prison in Turkey's southeastern province of Maraş.

It is not the first time that Bilge sent his drawings to bianet. This time, he tells us that there were, in fact, other drawings that he tried to send us by post, but they were not approved by the censorship committee:

"Unfortunately, I cannot send you my drawings that were found 'objectionable'. I previously mentioned that it was more difficult to make drawings behind bars than outside, but I did not talk about the existence of a censorship committee back then. When what we write and draw is found objectionable, we are prevented from sending them. But, the world of drawings is rich, one can always find a way to express oneself."
(BIA, 30 December 2019)

Kurdish Question / Question kurde

Malade, une prisonnière politique kurde met fin à ses jours

Détenue depuis 28 ans, la prisonnière politique kurde Nurcan Bakir s’est ôté la vie hier dans la prison de Burhaniye, dans la province de Balikesir, en Turquie. Malade, elle avait à plusieurs reprises demandé sa libération.

Au début de l’année 2019, elle avait, comme des milliers d’autres prisonniers politiques, rejoint le mouvement de grève de la faim pour demander la levée de l’isolement imposé au leader kurde Abdullah Öcalan. Après la fin du mouvement qui s’est terminé en mai 2019 à l’appel d’Öcalan, elle avait été transférée, contre sa volonté, dans une autre prison.

La femme de 47 ans avait encore deux ans à purger. Elle avait déposé une requête devant la Cour européenne des droits de l’homme afin d’être libérée en raison de ses problèmes de santé.

La veille de sa mort, elle avait parlé au téléphone avec des membres de sa famille, leur disant qu’elle ne garderait pas le silence sur les atrocités et ajoutant qu’elle n’arrêtait pas de voir des enfants assassinés en rêve.

Elle a été enterrée aujourd’hui dans son village natal, à Mardin. La cérémonie funéraire à laquelle participaient notamment des représentants locaux du Parti démocratique des Peuples (HDP) s’est déroulée sous haute surveillance policière et militaire. Les participants ont rapporté avoir été fouillés à plusieurs reprises et avoir subi des pressions.
(ROJINFO, 16 janvier 2020)

Armed Attack Against HDP İstanbul Office

An armed attack was launched against the İstanbul Provincial Office of the Peoples' Democratic Party (HDP) at around 3 p.m. today (January 15).

In a statement released by the HDP İstanbul Press Commission, it has been announced that an armed attack was carried out by unidentified person or persons. Indicating that seven shots were fired, the statement has read:

"While, fortunately, no one has got wounded in the attack, the crime scene investigation teams are making observations in our provincial building. We have been informed that the person who fired the shots escaped to the Beyoğlu Security Directorate and Sub-Governorship located on the same street with our building and that he is currently held there.

"Our party buildings were also subjected to similar attacks by gangs before. With this attack, they want to frighten and intimidate our party executives and members as well as our people.

"We will show our democratic reaction against these fascist and partisan attacks to the end. With this aim, we will make a statement for the press with the participation of our MPs, executives and people in front of our provincial building at 4.30 p.m. today."
Statement by İstanbul Governorship

Releasing a statement about the incident, the Governorship of İstanbul has indicated that "a suspect named M.S.H. fired shots in the air and he was caught and taken into custody by the teams of Beyoğlu Directorate of Security." A legal investigation has been launched into the attack.
(BIA, 15 January 2020)

Demirtaş Awarded 'Human Rights, Democracy, Peace and Solidarity Prize'

The Social Democracy Foundation (SODEV) has awarded the "Human Rights, Democracy, Peace and Solidarity Prize" to Selahattin Demirtaş, the imprisoned former co-chair of the Peoples' Democratic Party (HDP).

His wife Başak Demirtaş will receive the prize in a ceremony at Taksim Hill Hotel tomorrow (January 10).

The prize committee said it considered the imprisonment of Demirtaş a "political arrest," stating that he was detained on November 2, 2016 with the state of emergency declared after the July 15 coup attempt being taken advantage of.

"The Selection Committee concluded that the stance Demirtaş has taken in favor of human rights, democracy, peace and freedoms against the systematic violation of his fundamental constitutional rights strengthens the values that are mentioned in the name of the SODEV Prize," the committee stated.

Demirtaş's "responsible and timely messages" on the issues of Turkey made "exceptional and key contribution to democracy, peace and the spirit of solidarity between different sections of the society," according to the committee.

Recalling that the European Court of Human Rights (ECtHR) ruled for the release of Demirtaş on November 20, 2018, the reasons that were "made up" to keep Demirtaş in prison resulted in further violations of rights, it said.

"2019 was a year in which the violations of human rights that Demirtaş was subjected to and the devastation he suffered as a result grew. Nevertheless, Demirtaş has not only preserved its responsible attitude and tone in 2019, but also strengthened it."

Independent members of the prize committee: Arzu Çerkezoğlu, Can Atalay, Eren Keskin, İoanna Kuçuradi, Kadri Gürsel, Türkan Elçi, Zülfü Livaneli

Permanent members: SODEV Chair Ertan Aksoy, SODEV Honorary Chair Ercan Karakaş, SODEV former Chair Babür Atila, SODEV former Chair Erol Kızılelma, SODEV former Chair Aydın Cıngı.

The Progressive Alliance, a Germany-based political entity that includes more than 130 parties and organizations, gave the "2019 Award for Special Political Courage" to Demirtaş in October 2019. (
BIA, 9 January 2020)

HDP Former Co-Chair Yüksekdağ Given Judicial Fine

Peoples' Democratic Party (HDP) imprisoned former Co-Chair Figen Yüksekdağ had her final hearing in the lawsuit filed against her for "insulting the President" yesterday (January 7).

Attending her hearing at the Van 7th Penal Court of First Instance via the Audio and Visual Information System (SEGBİS), Yüksekdağ has been sentenced to pay a judicial fine of 1,740 Turkish Lira (TRY).*

In her last statement of defense presented to court via the SEGBİS system, Yüksekdağ stated the following in brief:
'As a politician, I might say things some do not like'

"I am a politician and sometimes I might make harsh statements or might be saying things that some people do not like, because it is my job. I can also make harsh criticisms as a politician. It should not be considered a crime.

"The lawsuit filed against me on the allegation that I insulted the President is not a trial, but a way of doing politics developed by the government against us to further prolong its time in power.

"It is a blow to the people's will. We are here because we warded off this blow. Our imprisonment means the punishment of an idea and thought.

"A truth, an idea cannot be punished by being imprisoned for years. This method has been tried for many times in history, but it has never succeeded.

'There is a power greater than Erdoğan: The people'

"Erdoğan is the president, but he is also the leader of a party. This party leader takes a hostile attitude towards us. I mean, no matter what we politicians say, anything that we say can be presented as insults to president. With these lawsuits, they tell us 'to hush' and 'to keep our voice down'. But we have never stayed silent and we will not do so.

"Today, Tayyip Erdoğan is using his full power against the oppressed people of this country. Shouldn't we say that? Should peoples of Turkey turn into an army of fear? Are we supposed to let this happen?

"It will never happen. We will resist. We will resist against a tyrant. If we do not resist, they will win. We and our people are resisting and they will lose. There is a power greater than Erdoğan in this country and it is the people.

"We will never be defeated. We will resist against the ones who tyrannize us with courage and perseverance. Our people should know this very well: We will win very big and they will be called to account before history."
(BIA, 8 January 2020)

Demonstrations Banned in Hakkari for 15 Days

The Governorship of Hakkari has banned all protest demonstrations, marches and the like in the province for a period of 15 days.

As reported by the state-run Anadolu Agency (AA), the following events and demonstrations will be banned in public places in Turkey's southeastern province of Hakkari as of today (December 30) till January 13: Rallies, open space meetings, protest marches, sit-in protests, protest demonstrations, hunger strikes, setting up tents, statements for the press, all types of stands, concerts, festivals, lighting torches and distribution of leaflets.

Two days ago (December 27), five areas in Hakkari's districts of Çukurca, Şemdinli, Yüksekova and Derecik were also declared "special security zones" for 15 days. The Governorship has banned unauthorized access to these areas.
(BIA, 30 December 2019)

Minorités / Minorities


L'exclusion d'Emir Kir du Parti socialiste

UN COUP SEVERE AU NEGATIONNISME EN BELGIQUE
A L'ANNIVERSAIRE DE L'ASSASSINAT DE HRANT DINK



Le 19 janvier, c’est le 13e anniversaire de l’assassinat du journaliste arménien Hrant Dink à Istanbul. Comme chaque année, non seulement sa famille, ses amis, ses collègues, la nation arménienne, mais tout le monde attaché aux valeurs de la démocratie et de la paix se réuniront autour de la mémoire de Hrant Dink.

L’année passée, un des proches amis de Hrant Dink, le grand mécène de la lutte démocratique Osman Kavala, l’avait salué avec un message envoyé de la prison de Silivri. Après un an, comme centaines d’intellectuels de notre pays, Kavala se trouve toujours derrière les barreaux de prison.

La commémoration de cette année est marquée par le message envoyé à Hrant Dink par une autre personnalité qui se trouve depuis plus de trois ans derrière les barreaux dans la prison d’Edirne.

Le président du parti démocratique des peuples (HDP) Selahattin Demirtas partage avec Hrant Dink une page de leur lutte commune d'il y a 18 ans… Comment la police a essayé d’empêcher la prise de parole de Hrant Dink lors d’une conférence sur les droits humains à Diyarbakır pour une simple raison: “Il est arménien!"

Le message de Demirtas se termine avec une salutation chaleureuse tout en rappelant parmi d’autres que les filles de ces deux défenseurs des droits humains, l’une arménienne et l’autre kurde, portent le même prénom: Delal…

La commémoration de l’assassinat de Hrant Dink en Belgique coïncide cette année avec une tournure surprenante dans la vie politique belge… Un des hommes politiques négationnistes d’origine turque vient d’être exclu du Parti socialiste pour rupture du cordon sanitaire contre l’extrême droite.

Le député fédéral et le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir a été sanctionné par la commission de vigilance du PS bruxellois pour avoir accueilli le 4 décembre dernier deux maires turcs appartenant au Parti d’action nationaliste (MHP).

Le président du Parti socialiste Paul Magnette a dit: "Cette sanction fait suite au non-respect du cordon sanitaire. Pour le PS, son respect s'impose vis-à-vis de tous les élus d'extrême droite, quels qu'ils soient et d'où qu'ils viennent."

En plus de non-respect du cordon sanitaire, le passé politique d'Emir Kir, en tant que ministre d'État, bourgmestre et député fédéral, est plein de nombreuses prises de position et de déclarations impardonnables, y compris nier le génocide arménien et qualifier le mouvement national kurde dans la même catégorie que l'Etat islamique.

Il y a exactement 13 ans, le 19 janvier 2007, les médias internationaux et belges diffusaient les informations à propos du meurtre de Hrant devant les locaux du journal Agos à Istanbul.

Le même jour à Bruxelles, Celalettin Cerrah, chef de la police d'Istanbul, et Ahmet Ilhan Güler, directeur de la branche des renseignements de la police, ont été accueillis dans son bureau par Emir Kir, alors ministre d'État d’origine turque du gouvernement régional de Bruxelles, et honorés par une plaque de Bruxelles. Cette rencontre était la fierté des nationalistes turcs et a été diffusée par les médias turcs.

Il n'était pas facile de comprendre qu'un ministre chargé de la propreté de la ville, des monuments et des sites, et non de la sécurité et de l'ordre public, puisse accueillir un chef de la police étrangère d’une telle manière.

Toutefois, les dirigeants du Parti socialiste belge de l'époque étaient présents aux réunions ou ruptures de jeûne organisées par des associations turco-islamiques afin d’obtenir les suffrages des électeurs d'origine turque. Personne n'a été dérangé par une telle visite, ni au niveau gouvernemental ni dans la direction du parti.

Encouragée par ce laisser faire, l'amitié chaleureuse entre Emir Kır avec Celalettin Cerrah se poursuivra sans relâche, et ce, même lorsque les médias remettent en question la responsabilité de Celalettin Cerrah dans le meurtre de Hrant.

Une dépêche de l'AFP d’Istanbul, datée du 6 février 2007, a indiqué que lors de l'enquête sur le meurtre de Dink, le directeur de la Branche des renseignements Ahmet İlhan Güler avait été licencié. Une enquête préliminaire a été ouverte à l’encontre du chef de la police d'Istanbul Celalettin Cerrah.

Cette nouvelle a également été relayée en détails dans les médias belges.

Néanmoins, Emir Kır, ministre d'État de Bruxelles, a participé à la célébration du 162e anniversaire de la création de la police d'Istanbul en avril de la même année en tant qu'invité d'honneur du chef de la police controversé Celalettin Cerrah.

L'exclusion d'Emir Kir du Parti socialiste au 13e anniversaire de l'assassinat de Hrant Dink constitue une petite consolation pour sa famille, ses amis et collegues ainsi que notamment pour le peuple arménien.

A cette occasion, nous partagerons prochainement un long article sur le négationnisme et le non-respect des droits du peuple kurde par Emir Kir qui est resté toujours fidèle au lobby du régime islamo-fasciste de Recep Tayyip Erdogan.


Dink Foundation Offers an Insight into Multicultural Fabric of İstanbul


Hrant Dink Foundation has designed a mobile application guiding people through the multicultural memory of İstanbul. Designed as a personal tour guide in Turkish and English, KarDes app offers an insight into the multicultural legacy and multilayered fabric of the city.

The app makes it possible to discover the locations and histories of nearly 900 multicultural buildings in İstanbul and see old photographs of various neighborhoods and sites in the city.

Aiming to make the unknown places of İstanbul visible and their stories heard, the app offers personal tours taking around 2 hours.

The app has been prepared as a result of an extensive research and consists of personal tours with 9 to 15 stops within walking distance.

The memory texts of the mobile application have been voluntarily voiced by Hayko Cepkin, Ece Dizdar, Ceylan Ertem, Mahir Günşıray, Nejat İşler, Ercan Kesal, Yekta Kopan, Lale Mansur, Songül Öden, Tülin Özen, Tilbe Saran and Serra Yılmaz.

'A comprehensive cultural inventory'

Hrant Dink Foundation has introduced the app in following words:

"KarDes, is a mobile application designed as a personal tour guide in Turkish and English languages for users who wish to discover the multicultural legacy and multilayered fabric of Istanbul.

"The KarDes app allows the user to discover the locations and histories of nearly 900 multicultural buildings in Istanbul, to take the memory tours to listen to the stories of people who have lived in various Istanbul districts as they walk through them, and to see old photographs of, or imagine, various neighborhoods and sites. Shedding light on Istanbul's communal memory, it helps to share Istanbul's pluralistic story.

"With KarDes, users can discover the cultural inventory of nearly nine hundred sites such as mosques, synagogues, schools and cemeteries. The users can walk through the memory tours by listening the stories of people who have lived in various districts of Istanbul."
About Hrant Dink Foundation

Hrant Dink Foundation was set up in 2007 to carry on Hrant's dreams, Hrant's struggle, Hrant's language and Hrant's heart.

The Foundation defines the development of a culture of dialogue, empathy and peace as the basis of all its activities, which concentrate on the following areas:
  •     working toward equal opportunity among children and young people, and supporting their creativity,
  •     ensuring that cultural diversity is recognised as a richness and differences are acknowledged as a right,
  •     developing cultural relations among the peoples of Turkey, Armenia and Europe,
  •     supporting Turkey's democratization process,
  •     supporting efforts to write histories devoid of nationalism and racism,
  •     gathering articles, photographs, and documents about Hrant Dink.
Hrant Dink Foundation will undertake multifaceted activities in these areas, such as publishing books, creating archives, organizing summer schools, organizing film, music, visual arts, dance and literature festivals, and giving awards in memory of Hrant Dink. (BIA, 10 January 2020)

Three Syriacs Detained for 'Aiding PKK' upon Tip by Anonymous Witness

Three Syriacs were detained yesterday (January 9) in Nusaybin district in Mardin, a southeastern province populated by Kurds, Arabs and Syriacs.

Mor Yakup Church priest Sefer (Aho) Bileçen, Üçköy village head Joseph Yar and a Syriac citizen named Musa from the same village were taken to Mardin Provincial Gendarmerie Command Anti-Terror Branch.

While there has not been an official statement on the reason for the detentions, Mor Gabriel Monastery Foundation Chair Kuryakos Ergün told bianet that they were detained upon a tip by an anonymous witness, who alleged that the three people "gave food to a Kurdistan Workers' Party (PKK) member."

"We are afraid, worried. We didn't expect this, we are confused," Ergün said, adding that the detained people gave statements at the gendarmerie command.
(BIA, 10 January 2020)

Minorities Tell: There is a Single Rum Family Left in Ortaköy

"There is a single Rum (Greek) family left in Ortaköy", says Ortaköy Rum Foundation Chair Strato Dolçinyadis. In fact, this sentence summarizes the situation of minorities in İstanbul. The Wealth Tax of the 1940s, the pogrom of September 6/7 in 1955, exiles in 1964, rights violations going hand in hand with violence, discrimination, "othering"... All of these factors have led and are still leading the minorities such as Jews, Rums and Armenians to leave the lands where they were born. As for the ones who have stayed, they are pushed to "live in a dovish disquiet", as previously put by late journalist Hrant Dink, who was massacred in 2007.

While they used to live in several districts of İstanbul, minorities mostly live in Kadıköy, Şişli, Bakırköy, Taksim and Beşiktaş now. We start walking along the streets of Beşiktaş, seeking after the places where Jewish, Armenian and Rum people meet today and after the memory of recent past...
Neighborliness that has disappeared with prejudices...

Passing along the Greek Orthodox Church of Panayia next to Balık Pazarı, we visit the Surp Asdvadzadzin Armenian Church on the upper street.

Greek Orthodox Church of Panayia next to Balık Pazarı

When we enter the garden of the church, we see the busts of Garabet and Sarkis Balyan from the Armenian family of Balyan, who were the architects of precious works such as the Dolmabahçe Palace of İstanbul. Our next stop is "Caffe Eden", a kosher restaurant in Ortaköy.

Opened four years ago, Caffe Eden has been offering food made of meat slaughtered according to the religious traditions of Jews. When we talk to Moris, who is there to inspect the restaurant on behalf of the community, we learn that the Jewish community of this street previously known as Jewish Bazaar has now moved to Ulus, Göktürk and İstinye. There is a single Jewish school in İstanbul: Ulus Private Jewish High School.

When we ask them how they observe their cultural and linguistic practices, they answer, "Children learn four languages at school. We do not speak Hebrew at home, but it is one of the languages taught at school."

Varujan Taşçıoğlu at Kosher Restaurant Caffe Eden in Ortaköy

Another guest of Caffe Eden is Varujan Taşçıoğlu, who used to be in jewelry business. He tells Moris jokingly, "I am now working as a driver in the Jewish community." Born and raised in Beşiktaş, Taşçıoğlu also frequents the tribunes of Beşiktaş football club. Taking a trip down the memory lane together, two friends have been yearning for their neighborhood relations that have now disappeared due to prejudices.

'They have gone to the US or France'

As for Talin Taşçıoğlu, who is one of the old Armenian residents of Ortaköy, Talin Taşçıoğlu says, "Almost all of my childhood friends have gone to the US or France." What about her? Even though she is subjected to sexist and discriminatory remarks both as a woman and minority, she has never thought of leaving. "This is my home", she says in a firm tone. But, when she remembers her childhood and the festivities of Medz Bahk (Great Fast) celebrated in February, a tone of longing is recognizable in her voice, just like a tone of sorrow as none of these is done anymore.

"This festival can be celebrated only in Samatya or Feriköy now, which are densely populated by Armenians", she says. She is contented that Tarkmanças Armenian School has been opened again.

Taşçıoğlu also went to Tarkmanças Armenian School, which remained closed for a long time due to declining population. The school has an important place in the education of Armenian children today.

The urgency of confronting the past...

Strato Dolçinyadis is examining the church clothes at Agios Fokas Greek Orthodox Church in Ortaköy

Then, we meet Ortaköy Rum Foundation Chair Strato Dolçinyadis. He tells us that the Rum population in Ortaköy has been decreasing and Arnavutköy is the biggest center now, after Taksim. "There is a single Rum family left in Ortaköy", says Dolçinyadis. Expropriated in the 1980s, the Rum school has been returned to them as a result of their struggle at the European Court of Human Rights (ECtHR). The revenue coming from the school is now used by the Rum Foundation to help the neighborhood residents in need regardless of their religious beliefs, says Dolçinyadis.
'Varujan was the big brother of us all'

The interior of Agios Dimitrios Greek Orthodox Church in Kuruçeşme. There is also a holy spring in the church believed to heal.

We go up to the holy spring in Agios Dimitrios Church in Kuruçeşme. We are told there that people come to the spring to find healing and religious ceremonies are conducted at church on Saturday. When we leave and start to walk down the street, we now see Holy Cross Armenian Church.

Holy Cross Armenian Church neighboring Agios Dimitrios Church

Varujan Erkan Astro Pitch just across the church gets our attention. Metin Görgün from Kuruçeşme Sports Club tribues says the following about Erkan: "Varujan Erkan was a neighbor of mine. He was the equipment provider of Kuruçeşme Football Club and the big brother of us all."

Metin Görgün from the tribunes of Kuruçeşme Sports Clubs in front of a small restaurant near Varujan Erkan Astro Pitch

The kilometers long way from Beşiktaş to Kuruçeşme is full of buildings that belong to the Rums, Armenians and Jews. However, to our dismay, these buildings are now empty as a result of policies put into action. It is not only the buildings that have turned into a ghost town, but also our cultural richness and our sense of co-existence... We now say farewell to Beşiktaş, understanding once again how urgent pluralist policies and confrontation with the past is for the future existence of minority groups.
(BIA, 7 January 2020)

A Istanbul, des Juifs se battent pour sauver leur langue ancestrale

'il est une chose que regrette Dora Beraha au soir de sa vie, c'est de n'avoir pas transmis à ses enfants la langue parlée depuis 500 ans par les Juifs d'Istanbul, le judéo-espagnol, aujourd'hui menacé d'extinction.

"Après nous, restera-t-il encore des gens qui parleront cette langue ?", s'inquiète cette discrète nonagénaire en tournant les pages d'un lourd album photo. "Sans doute très peu. Il est possible qu'elle disparaisse".

Pour tenter de sauver ce pilier de l'identité de la communauté juive de Turquie, la plus importante du monde musulman avec 15.000 membres, une poignée de résistants livrent, avec de maigres moyens, un combat qui semble perdu d'avance.

Mélange de castillan médiéval, d'hébreu et d'autres langues comme le turc, l'arabe et le grec, le judéo-espagnol est né après l'expulsion en 1492 des Juifs d'Espagne qui se dispersent majoritairement dans l'Empire ottoman.

La langue se transmet de génération en génération et connaît son apogée au 19e siècle, avant de décliner, progressivement supplantée par le français au sein de la communauté juive ottomane.

Après l'effondrement de l'empire, la politique d'assimilation des minorités menée par la République turque accélère le mouvement. "Citoyen, parle turc !", exhortent les autorités dans les années 1930.

Si Mme Beraha n'a pas enseigné le judéo-espagnol à ses enfants, c'est pour qu'ils se fondent dans la société. "Nous voulions qu'ils réussissent", dit-elle.

Le judéo-espagnol, aussi appelé judesmo ou spanyolit, est plus connu sous le nom de ladino, même si cette appellation est impropre car elle désigne à l'origine une langue écrite utilisée par des rabbins espagnols pour enseigner les textes sacrés hébreux.

Selon l'Unesco, 100.000 personnes le parlent encore dans le monde, la plupart en Israël où des Juifs des territoires de l'ancien Empire ottoman ont émigré par dizaines de milliers ces dernières décennies.

Le judéo-espagnol survit également sous différentes déclinaisons au sein de petites communautés juives des Balkans et du bassin méditerranéen, comme au Maroc, où il est appelé haketia.

- Sursaut -

Contrairement à d'autres importantes communautés séfarades de Méditerranée décimées par la Shoah, comme à Salonique, la langue a survécu à Istanbul. Mais la plupart de ceux qui la parlent sont aujourd'hui très âgés.

La perspective de voir le judéo-espagnol disparaître a provoqué un sursaut chez certains Juifs d'Istanbul, une communauté sous pression depuis que des attentats ont frappé en 2003 deux synagogues.

Karen Sarhon a consacré sa vie à la sauvegarde ce cette langue. A la tête du Centre de recherche sur la culture séfarade ottomane, cette femme énergique de 61 ans dirige également El Amaneser, un supplément mensuel entièrement en ladino du journal de la communauté juive de Turquie, Salom.

Elle note l'émergence ces dernières années d'"un très grand intérêt" pour le judéo-espagnol.

"Nous avons lancé El Amaneser en 2003 avec huit pages. Aujourd'hui, il fait 32 pages", relève Mme Sarhon, ajoutant que 8.000 personnes, en Turquie et à l'étranger, le lisent chaque mois.

Elle constate cependant que la transmission auprès des nouvelles générations s'est enrayée, au profit de langues jugées "plus utiles" dans un monde globalisé, comme l'anglais ou l'espagnol contemporain.

Dans l'espoir de toucher les plus jeunes, cette retraitée de l'enseignement poste régulièrement des tutoriels linguistiques sur les réseaux sociaux.

Can Evrensel Rodrik, petit-fils de Mme Beraha, fait partie des jeunes déterminés à reprendre le flambeau.

Tout petit, ce biologiste de 30 ans à la tignasse ondulée a "forcé" ses grands-parents à lui enseigner cette langue qu'aucun de ses cousins ne parle.

Pour "rendre cette langue attractive" auprès des jeunes, il imagine "lancer une station de radio, traduire un jeu vidéo ou enseigner le ladino dès la crèche".

- "Trop tard" ? -

De nombreux de Juifs de Turquie restent attachés au ladino car il est le dernier fil qui les relie à leurs lointains ancêtres chassés de la péninsule ibérique.

"Dès mon plus jeune âge, on m'a appris ceci : +Vinimos de la Espana en 1492+, nous sommes venus d'Espagne en 1492", explique M. Evrensel Rodrik.

"Une grande partie de ce que nous sommes, une grande culture et une grande langue vont disparaître si le judéo-espagnol disparaît", ajoute-t-il.

Pour d'autres, comme Denise Horada, une retraitée de 63 ans membre d'une chorale qui chante en judéo-espagnol, cette langue évoque le souvenir d'un passé moins lointain, mais plus heureux.

"Cela me rappelle ma grand-mère. J'ai toujours entendu ces chansons quand j'étais enfant", sourit-elle. "Quand je chante, c'est comme si elle était à mes côtés".

Admettant que sauver la langue sera difficile vu le faible nombre de locuteurs, Mme Sarhon, s'efforce aujourd'hui de constituer des archives pour qu'il en reste une trace.

"Avant qu'il ne soit trop tard", elle a ainsi mené des dizaines d'entretiens avec ceux, comme Mme Beraha, qui la parlent parfaitement et compte désormais les mettre en ligne.

De cette manière, explique-t-elle en tapotant le disque dur qui contient son trésor, "si les générations suivantes veulent savoir d'où elles viennent, comment parlaient leurs ancêtres, quel était leur sens de l'humour, elles auront tout à disposition".
(AFP, Gokan GUNES, 3 janvier 2020)

Politique intérieure/Interior Politics

Le Parlement autorise Erdogan à déployer l'armée en Libye

Les députés turcs ont voté jeudi une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des militaires en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli, une mesure qui risque d'aggraver le conflit fratricide déchirant ce pays.

Donald Trump a aussitôt mis en garde, dans une conversation téléphonique avec son homologue turc, contre toute "ingérence étrangère" susceptible de "compliquer" la situation en Libye. Israël, Chypre et la Grèce ont dénoncé une "menace dangereuse pour la stabilité régionale", de même que l'Egypte.

Washington avait appelé en novembre le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, à mettre fin à son offensive en vue de s'emparer de Tripoli, même si le président américain avait pu donner l'impression de le soutenir par le passé.

Au cours d'une session parlementaire extraordinaire, 325 députés ont voté pour et 184 contre la motion qui donne à l'armée turque un mandat, valable un an, pour intervenir en Libye, a déclaré le président de l'Assemblée nationale turque Mustafa Sentop.

Reste à savoir désormais si le président Erdogan, auquel il appartient de décider, va effectivement dépêcher des troupes dans ce pays ou si le soutien militaire prendra une autre forme, comme l'envoi de "conseillers".

Le gouvernement turc affirme agir en réponse à un appel à l'aide du Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, confronté à l'offensive du maréchal Haftar.

L'envoi de troupes turques en Libye risquerait d'aggraver les conflits qui déchirent ce pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 et sont alimentés par des puissances régionales.

La Libye est en effet devenue le théâtre d'une lutte d'influence entre deux camps: d'un côté, la Turquie et le Qatar, qui appuient le GNA, reconnu par l'ONU; de l'autre, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte, qui soutiennent le maréchal Haftar. Le Caire a d'ailleurs "fermement" condamné le vote du Parlement turc, considérant qu'une intervention d'Ankara "aurait un impact négatif sur la stabilité de la Méditerranée"

La décision turque "représente une menace dangereuse pour la stabilité régionale", ont affirmé dans une déclaration commune le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président chypriote Nicos Anastasiades et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, réunis à Athènes.

"(Fayez) el-Sarraj et ceux qui sont avec lui ont demandé une intervention étrangère en Libye, une demande que nous qualifions de haute trahison", a quant à lui dit à l'AFP Ehmayed Houma, le deuxième vice-président du Parlement libyen ayant son siège dans l'est, après l'adoption de la motion en Turquie.

"La démarche imprudente d'Erdogan, dans laquelle il a entraîné le parlement de son pays, aura de graves répercussions dans la région", a-t-il averti.

- Armée "prête" -

Le vote de jeudi des députés turcs "est une étape importante pour assurer la paix et la stabilité en Libye et défendre nos intérêts en Afrique du Nord et en Méditerranée", a au contraire commenté le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin.

Il s'inscrit dans le cadre d'un rapprochement entre Ankara et le GNA, illustré par un accord de coopération militaire et sécuritaire et un accord controversé de délimitation maritime conclus fin novembre entre MM. Erdogan et Sarraj.

Mercredi, le vice-président turc Fuat Oktay a affirmé que l'armée turque était "prête" mais a souligné que la nature et l'ampleur du déploiement seraient déterminées par l'évolution de la situation "au sol".

M. Oktay a ajouté qu'Ankara espérait que le vote du texte jeudi aurait un effet dissuasif. "Après le vote, si l'autre camp (favorable au maréchal Haftar) change d'attitude et dit +On se retire, on arrête l'offensive+, alors pourquoi y aller ?", a-t-il ainsi déclaré.

Les principaux partis de l'opposition ont voté contre le texte adopté jeudi, arguant qu'une intervention en Libye pourrait déstabiliser la région et entraîner la Turquie, qui a perdu plusieurs dizaines de soldats en Syrie, dans un nouveau bourbier.

Outre les difficultés propres au déploiement de troupes dans un pays qui n'est pas frontalier, contrairement à la Syrie où Ankara intervient actuellement, un déploiement en Libye s'accompagnerait d'un risque d'incidents avec la Russie.

Même si Moscou le dément, l'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, et le président Erdogan affirment que des mercenaires russes sont engagés aux côtés des forces du maréchal Haftar qui s'efforcent depuis avril de s'emparer de Tripoli.

Le président Vladimir Poutine doit se rendre mercredi en Turquie pour inaugurer un gazoduc avec son homologue turc, l'occasion pour les deux dirigeants de parler du dossier libyen.

Le soutien de la Turquie à M. Sarraj est une nouvelle étape de l'affirmation croissante de la présence d'Ankara en Méditerranée orientale, théâtre d'une course aux forages d'hydrocarbures avec la découverte d'importants gisements ces dernières années.
(AFP, 2 janvier 2020)

Envoi au Parlement d'un texte autorisant un déploiement en Libye

La présidence turque a transmis lundi au Parlement pour examen une motion autorisant le déploiement de militaires en Libye pour y soutenir le gouvernement de Tripoli, allié d'Ankara confronté à l'offensive d'un puissant rival.

Cette motion, signée par le chef de l'Etat Recep Tayyip Erdogan, a été envoyée à la présidence du Parlement, une première étape qui sera suivie jeudi d'une session extraordinaire à l'hémicycle pour un débat, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

Cette initiative s'inscrit dans le sillage d'un accord de coopération militaire et sécuritaire conclu fin novembre entre M. Erdogan et le chef du gouvernement d'union nationale libyen (GNA), Fayez al-Sarraj.

Cet accord permet aux deux parties d'envoyer dans l'un et l'autre pays du personnel militaire et policier pour des missions d'entraînement et d'éducation.

Vendredi, un porte-parole de M. Erdogan a affirmé que le GNA avait demandé l'aide militaire de la Turquie.

Mais pour obtenir l'autorisation de déployer des forces combattantes en Libye, le gouvernement turc doit faire approuver par le Parlement un mandat séparé, comme il le fait tous les ans pour envoyer des militaires en Irak et en Syrie. C'est le but de la motion envoyée lundi au Parlement.

Un déploiement de soldats turcs sur le terrain est susceptible d'aggraver le conflit fratricide, alimenté par des puissances régionales rivales, qui déchire la Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Reconnu par les Nations unies, le GNA de M. Sarraj fait en effet face à une offensive de l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Haftar, soutenu par plusieurs pays, dont l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte, trois rivaux régionaux d'Ankara.

Lors d'un entretien téléphonique lundi, les présidents français Emmanuel Macron et égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont évoqué "les risques d'une escalade militaire", appelant "l'ensemble des acteurs (...) à la plus grande retenue", selon la présidence française.
(AFP, 30 décembre 2019)

Forces armées/Armed Forces

Le néo-impérialisme de la Turquie d'Erdogan

L’implication – réussie – de la Turquie dans le dossier libyen traduit les nouvelles ambitions de Recep Tayyip Erdogan et illustre le retour d’Ankara sur la scène internationale, guidé par la nostalgie ottomane et ses intérêts économiques.

1. Retour aux sources d’un empire défunt

Convoqué en urgence par son leader et sultan, le Parlement turc a donné son feu vert, le 2 janvier, à l’envoi d’un corps expéditionnaire en Libye afin de soutenir le gouvernement d’accord national (GAN), dirigé par Fayez al-Sarraj. Ne régnant plus guère que sur Tripoli et quelques poches du territoire, celui-ci est menacé par une offensive du maréchal Khalifa Haftar, son rival dans la guerre civile qui ravage et divise le pays. Mille hommes, essentiellement des supplétifs arabes utilisés en Syrie contre les Kurdes, auraient déjà été dépêchés sur place. Encouragé par l’affaire syrienne, où il a réussi à se constituer un no man’s land, élargissant ainsi ses frontières initiales, Recep Tayyip Erdogan a les yeux qui brillent en se remémorant ce que fut l’Empire ottoman à l’époque de Soliman le Magnifique: au XVIe siècle, à son apogée, la Sublime Porte possédait comptoirs et régences en Libye, Tunisie et Algérie. Juste retour des choses donc, selon le n° 1 turc. Cette politique africaine n’est pas récente: voici dix ans qu’Ankara intervient en Somalie, au nom de la «solidarité musulmane», en entraînant les forces armées du régime et en contrôlant de facto le port de Mogadiscio, infrastructure stratégique dans un couloir maritime agité et convoité.

2. Une guerre par procuration

Si Erdogan quitte son étranger proche pour le lointain Machrek, c’est aussi pour contrer ses principaux ennemis au Moyen-Orient: l’Égypte et les EAU (Émirats arabes unis), soutiens d’Haftar dans sa lutte contre le GAN d’al-Sarraj. C’est en outre pour se positionner face à la Russie, qui appuie également Haftar, via les mercenaires du groupe Wagner (qui seraient environ 1500) et en lui fournissant des drones. Les deux pays ont des rapports complexes: en Libye comme en Syrie, ils ont choisi des camps opposés. Mais ils coopèrent militairement (achat de missiles russes S-400 par Ankara, au grand dam de l’OTAN, dont la Turquie fait partie) et économiquement (inauguration la semaine dernière du gazoduc TurkStream par Vladimir Poutine et Messire Erdogan). Si leurs objectifs sont différents, les deux chefs d’État s’entendent au moins sur deux points: damer le pion à l’UE (Union européenne) et retrouver leur splendeur passée. Chose à moitié faite en obtenant des belligérants libyens un cessez-le-feu le 12 janvier et en conviant les deux parties à négocier un armistice à Moscou le lendemain. Même si la manœuvre a échoué (l’ombrageux Haftar ayant refusé de signer), le tandem russo-turc joue désormais un rôle clé dans le conflit et fait de l’ombre à l’UE.

La Libye est un investissement rentable à long terme, pour celui qui aura misé sur le bon cheval3. Des arrière-pensées économiques

Choisir Tripoli pour faire ses dents en politique extérieure n’est pas une décision mue par la seule nostalgie ottomane. Disposant des premières réserves pétrolières du continent africain et des neuvièmes de la planète, la Libye est un investissement rentable à long terme, pour celui qui aura misé sur le bon cheval. Les Turcs et les Russes le savent. L’Italie, ex-puissance coloniale, présente en Libye avec la compagnie pétrolière ENI, ne cache d’ailleurs pas ses inquiétudes: les initiatives turques et russes menacent son pré carré. Poutine parie actuellement sur Haftar mais rien ne dit que ce choix soit définitif. D’où le pragmatisme dont il fait montre en invitant les frères ennemis à Moscou, en présence des émissaires turcs. Quant à l’intervention armée d’Erdogan, elle n’est pas désintéressée ; elle a été précédée d’un double traité, signé le 27 novembre 2019, entre Tripoli et Ankara: un premier accord de coopération militaire détaille les conditions d’une projection «au sol, sur mer et dans les airs» ; un second texte délimite les frontières maritimes en Méditerranée orientale et élargit la souveraineté de la Turquie sur des espaces riches en hydrocarbures, revendiqués par Chypre, la Grèce, l’Égypte et Israël. On n’a rien sans rien…
(Jean-Louis Tremblais, Le Figaro,17 janvier 2020)

Haftar annonce la poursuite des opérations militaires

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, a salué jeudi soir l'appel au cessez-le-feu lancé la veille par Ankara et Moscou, tout en annonçant la poursuite de ses opérations militaires contre les forces loyales au Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU.

Dans un communiqué lu par son porte-parole Ahmad al-Mesmari, le maréchal Haftar a estimé que la stabilité ou la relance du processus politique en Libye ne pouvaient être réalisées avant l'"éradication des groupes terroristes", la dissolution et le désarmement des milices qui contrôlent selon lui la capitale libyenne.

Khalifa Haftar, soutenu notamment par l'Egypte et les Emirats arabes unis, mène depuis début avril une offensive pour s'emparer de la capitale libyenne, siège du GNA de Fayez al-Sarraj.

Le GNA a de son côté salué mercredi soir l'appel à la trêve sans toutefois indiquer s'il allait s'y conformer.

Les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine ont appelé mercredi à Istanbul à un cessez-le-feu en Libye où leurs intérêts divergent pourtant.

La Russie est accusée de soutenir le maréchal Haftar, en lui envoyant notamment des centaines de mercenaires, tandis que la Turquie a annoncé l'envoi de troupes en Libye en soutien au GNA.

Dans son communiqué, le maréchal Haftar a "salué" quand même "l'initiative du président Vladimir Poutine", tout en annonçant la poursuite des "efforts des forces armées dans sa guerre contre les groupes terroristes".

Un conseiller du maréchal Haftar, a précisé à l'AFP qu'il ne s'agit pas d'un rejet de l'initiative mais plutôt de "conditions qui doivent être remplies", avant tout cessez-le-feu.

Le communiqué estime que les "groupes terroristes" se sont emparés de la capitale et reçoivent le soutien de certains pays et gouvernements qui leur livrent des équipements militaires, des munitions (...) et des drones".

"Ces pays envoient aussi de nombreux terroristes de partout dans le monde pour combattre les forces armées (pro-Haftar)", a-t-il ajouté.

M. Haftar fait vraisemblablement allusion à la Turquie qui soutient militairement les forces du GNA, et qu'il accuse d'envoyer des combattants syriens pro-turcs combattre en Libye.
(AFP, 9 janvier 2020)

35 militaires turcs sur place, pas de participation aux combats

La Turquie a envoyé 35 soldats en Libye en soutien au gouvernement de Tripoli, mais ces militaires ne sont pas appelés à participer aux combats, a rapporté mercredi un journal turc citant le président Recep Tayyip Erdogan.

"La Turquie endossera un rôle de coordination. Les soldats ne combattront pas", a déclaré M. Erdogan cité par le journal Hurriyet, répondant partiellement aux interrogations sur les formes que prendra le déploiement militaire turc en Libye.

La semaine dernière, les députés turcs ont approuvé une motion autorisant le gouvernement à envoyer des militaires en Libye pour soutenir le gouvernement d'union nationale (GNA), allié d'Ankara, face aux forces de l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar.

M. Erdogan avait indiqué dimanche que le déploiement de soldats turcs en Libye avait commencé à la suite du feu vert donné par le Parlement.

D'après les propos du président rapportés mercredi par Hurriyet, 35 soldats turcs ont été envoyés en Libye à ce jour.

"Les militaires qui seront envoyés par la suite ne seront pas amenés à prendre part aux combats", a insisté Erdogan, tandis que des responsables turcs ont évoqué à plusieurs reprises l'envoi de personnels amenés à "conseiller" et "former" les troupes du GNA.

Le maréchal Haftar est soutenu notamment par l'Egypte et les Emirats arabes unis qui lui fournissent un appui diplomatique et militaire. Ces deux pays sont des rivaux régionaux de la Turquie et d'un autre allié du GNA, le Qatar.

M. Erdogan affirme que "2.500 mercenaires du groupe Wagner", une société militaire privée russe, se battent aussi aux côtés des forces de Haftar, ce que Moscou dément.
(AFP, 8 janvier 2020)

Les principales opérations de l'Armée turque à l'étranger

Rappel de précédentes opérations de l'armée turque à l'étranger, après le vote jeudi par les députés turcs d'une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des militaires en Libye pour soutenir le Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU.

Ankara affirme agir en réponse à un appel à l'aide du GNA de Fayez al-Sarraj, confronté à une offensive de l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, qui s'efforce de prendre Tripoli.

Rappel de précédentes interventions de l'armée turque à l'étranger:

- Corée -

En juillet 1950, la Turquie participe à une force internationale d'intervention contre les troupes nord-coréennes, soutenues par la Chine communiste.

Quelque 4.500 soldats combattent sous le drapeau des Nations unies lors de la guerre de Corée (1950-1953).

Cette participation va ouvrir la voie à l'adhésion en 1952 de la Turquie à l'Otan, en tant qu'unique membre musulman.

- Chypre -

La Turquie est intervenue militairement en 1974 à Chypre en réaction à une tentative de coup d'Etat menée par des Chypriotes grecs voulant unir l'île à la Grèce contre la volonté des Chypriotes turcs.

Elle y maintient depuis dans la partie nord de l'île plus de 30.000 soldats, ce qui constitue une occupation, selon la communauté internationale. Une République turque de Chypre-Nord (RTCN) a été autoproclamée, mais n'est pas reconnue internationalement. Elle applique toutefois des lois distinctes de la Turquie.

La République de Chypre, membre de l'Union européenne depuis 2004, contrôle les deux tiers sud de l'île.

- Irak -

L'armée turque a lancé de nombreuses opérations d'envergure dans les zones montagneuses du Nord irakien contre des bases arrière des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une sanglante guérilla contre l'Etat turc depuis 1984.

En octobre 1992, elle entre pour la première fois dans cette région lors d'une vaste offensive aéro-terrestre lancée contre des bases du PKK, en collaboration avec le Parti démocratique du Kurdistan (PDK, irakien) de Massoud Barzani.

De mars à mai 1995, Ankara lance une opération aéro-terrestre dans une zone de 220 km le long de la frontière irakienne. 35.000 hommes y sont engagés.

En juillet 1999, quelque 10.000 militaires turcs franchissent la frontière irakienne pour tenter de déloger les séparatistes kurdes. Ils sont épaulés par un millier de combattants du PDK.

En octobre 2011, une opération d'envergure est lancée contre les camps des rebelles kurdes après la mort de soldats à la frontière turco-irakienne.

L'aviation turque bombarde régulièrement des bases du PKK dans les zones autonomes kurdes du Nord irakien.

- Syrie -

Depuis 2016, la Turquie a lancé trois opérations militaires dans le nord de la Syrie, où habitent de nombreux Kurdes, pour chasser notamment les combattants des Unités de protection du peuple (YPG), principale milice kurde en Syrie considérée par Ankara comme une émanation du PKK.

D'août 2016 à mars 2017, une première opération contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) et la milice des YPG lui permet d'établir un tampon entre les différents territoires contrôlés dans le Nord syrien par des groupes kurdes.

De janvier à mars 2018, les forces turques et leurs supplétifs syriens prennent aux YPG l'ensemble d'Afrine (nord-ouest), à l'issue d'une offensive terrestre et aérienne.

La dernière offensive, lancée en octobre 2019, a permis à la Turquie de prendre le contrôle à sa frontière d'une bande de territoire syrien de 120 km de longueur et d'une trentaine de kilomètres de profondeur.

- Autres missions -

La Turquie a aussi participé à une opération onusienne en Somalie, à une force d'interposition internationale en Bosnie et à la mission de maintien de la paix des Nations unies au Liban.

Elle a envoyé une force de maintien de la paix au Kosovo et participé à la Force internationale d'assistance à la sécurité en Afghanistan.
(AFP, 2 janvier 2020)

Affaires religieuses / Religious Affairs

Erdogan met en garde contre une résurgence du terrorisme islamiste

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde contre une résurgence du terrorisme islamiste si le gouvernement libyen siégeant à Tripoli, reconnu par l'ONU, venait à être renversé, dans un article paru samedi à la veille d'une conférence internationale à Berlin sur le conflit en Libye.

"L'Europe fera face à une nouvelle série de problèmes et de menaces en cas de chute du gouvernement légitime libyen", a écrit M. Erdogan sur le site internet Politico.

"Les organisations terroristes comme l'EI (le groupe jihadiste Etat islamique, ndlr) et Al-Qaïda, qui ont subi une défaite militaire en Syrie et en Irak, trouveront un terrain fertile pour reprendre pied", a-t-il poursuivi.

Le chef de l'Etat turc a ajouté que si l'Union européenne ne parvenait pas à soutenir de manière adéquate le Gouvernement d'union nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, ce serait "une trahison de ses propres valeurs fondamentales, y compris la démocratie et les droits de l'homme".

"Laisser la Libye à la merci d'un seigneur de guerre serait une erreur de portée historique", a-t-il ajouté, parlant du maréchal Khalifa Haftar qui a déclenché en avril 2019 une offensive pour s'emparer de la capitale Tripoli.

Après des mois de combats, qui ont fait plus de 2.000 morts, un cessez-le-feu orchestré par le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc est en vigueur depuis le 12 janvier. Mais il est fragile et les Européens craignent une internationalisation du conflit, avec notamment l'implication de la Turquie qui a annoncé l'envoi de soldats pour soutenir le GNA.

"L'UE doit montrer au monde qu'elle est un acteur pertinent dans l'arène internationale", a encore estimé dans son article M. Erdogan.

"La prochaine conférence de paix à Berlin est un pas très significatif vers cet objectif. Les dirigeants européens devraient toutefois un peu moins parler et se concentrer sur la prise de mesures concrètes", a-t-il martelé.

Plusieurs pays seront représentés dimanche à la conférence organisée dans la capitale allemande sous l'égide des Nations unies, dont la Russie, la Turquie, les Etats-Unis, la Chine, l'Italie et la France.
(AFP, 18 janvier 2020)

Somalie: les shebab revendiquent l'attentat de samedi à Mogadiscio

Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué lundi l'attentat à la voiture piégée samedi contre un poste de contrôle de Mogadiscio, qui a fait 81 morts dont deux ressortissants turcs.

"Samedi, les moujahidines ont mené une attaque (...) ciblant un convoi de mercenaires turcs et les miliciens apostats qui les escortaient", a déclaré leur porte-parole Ali Mohamud Rage, dans un message audio.

Pour la première fois, les shebab se sont excusés auprès des victimes civiles de cet attentat, tout en le justifiant par la nécessaire lutte contre l'État somalien et ses soutiens étrangers.

"Nous sommes vraiment désolés pour les pertes infligées à notre société musulmane somalienne et nous présentons nos condoléances aux musulmans qui ont perdu leur vie, ont été blessés ou ont vu leurs biens détruits", a ajouté le porte-parole.

Il a accusé la Turquie de chercher à "conquérir" la Somalie et d'avoir pris "le contrôle de toutes (ses) ressources économiques". "Les Turcs sont nos ennemis et, comme nous l'avons déjà dit, nous ne cesserons pas de nous battre jusqu'à ce qu'ils se retirent de notre pays", a-t-il prévenu.

La Turquie est l'un des principaux donateurs et investisseurs en Somalie, un pays avec lequel elle entretient des relations historiques. Elle un rôle très actif dans le pays, notamment dans le domaine humanitaire et de la reconstruction. Des entreprises turques gèrent également le port et l'aéroport de Mogadiscio.

En septembre 2017, la Turquie a inauguré le plus grand centre d'entraînement militaire étranger de Somalie. Cette présence lui a plusieurs fois valu de voir ses intérêts et ressortissants ciblés par les shebab.

M. Rage a expliqué que le véhicule piégé avait été bloqué par les services de sécurité au point de contrôle, au moment où il voulait viser ce convoi, et que c'était donc la "volonté de Dieu" si autant de civils avaient été tués.

Les shebab ne revendiquent généralement pas les attentats faisant trop de victimes parmi la population civile, de peur de perdre le soutien dont ils jouissent encore auprès de certains Somaliens.

Parmi les morts figurent au moins 16 étudiants de l'université privée de Banadir, dont le bus passait à ce carrefour au moment de l'explosion.

Le bilan s'est alourdit lundi à 81 morts, selon le ministère somalien de l'Information, deux victimes ayant succombé à leurs blessures.

Affiliés à Al-Qaïda, les shebab commettent régulièrement des attentats à la voiture piégée et des attaques d'autres types à Mogadiscio, dans le cadre d'une insurrection lancée contre le gouvernement soutenu par la communauté internationale.

Cet attentat est le plus meurtrier depuis celui commis en 2017 avec un camion piégé, qui avait tué plus de 500 personnes dans la capitale. Les shebab ne l'avaient pas revendiqué.

Depuis 2015, la Somalie a été frappée par 13 attentats ayant fait au moins 20 morts, dont 11 à Mogadiscio, selon un décompte de l'AFP. Mais les attaques au bilan moins élevé sont quasi-hebdomadaires.

Les shebab ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et les 20.000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Chassés de Mogadiscio en 2011, ils ont perdu l'essentiel de leurs bastions mais contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides. On estime qu'ils comptent entre 5 et 9.000 combattants.

Les États-Unis ont annoncé avoir tué dimanche quatre "terroristes" lors de trois frappes menées en Somalie contre les shebab.
(AFP, 30 décembre 2019)

100 membres présumés de l'EI arrêtés avant le Nouvel An

Istanbul, 30 déc 2019 (AFP) - Les autorités turques ont interpellé 100 personnes, dont des dizaines d'étrangers, soupçonnées d'appartenir au groupe Etat islamique (EI), lors d'opérations menées avant le réveillon du Nouvel An, a rapporté lundi l'agence de presse étatique Anadolu.

Plus de 40 Irakiens, une vingtaine de Syriens et un Marocain figurent parmi les suspects interpellés dans des coups de filet menés ces derniers jours dans six provinces turques, dont Ankara, Bursa (nord-ouest) et Batman (sud-est), a précisé Anadolu.

Des armes, des munitions et du matériel informatique ont été saisis aux domiciles perquisitionnés, a indiqué l'agence, ajoutant que la police recherchait au moins 17 autres suspects à Ankara.

La semaine dernière, la police turque avait déjà interpellé à Istanbul 20 personnes soupçonnées de liens avec l'EI.

Longtemps soupçonnée d'avoir laissé les jihadistes traverser sa frontière pour rejoindre la Syrie après le début du conflit qui déchire ce pays depuis 2011, la Turquie, frappée par plusieurs attentats commis par l'EI, a rejoint en 2015 la coalition internationale antijihadiste.

Dans la nuit du Nouvel An 2017, 39 personnes, dont de nombreux touristes étrangers, avaient été tuées dans une attaque contre une discothèque d'Istanbul, un attentat revendiqué par l'EI.
(AFP, 30 décembre 2019)

Socio-économique / Socio-economic

Erdogan veut des forages "dès que possible" dans une zone contestée en Méditerranée

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré jeudi que son pays allait commencer "dès que possible" à faire des forages dans une zone contestée de la Méditerranée orientale riche en hydrocarbures, au risque d'aggraver les tensions.

M. Erdogan a indiqué que ces forages seraient menés dans une zone couverte par un accord controversé de délimitation maritime, conclu fin novembre entre Ankara et Tripoli, qui étend le plateau continental de la Turquie.

"Nous allons commencer dès que possible les activités d'exploration et de forage (...) Dans un premier temps, notre navire Oruç Reis effectuera des travaux de recherche sismique", a déclaré M. Erdogan dans un discours à Ankara.

La Turquie multiplie depuis plusieurs mois les initiatives en Méditerranée orientale où la découverte ces dernières années d'importants gisements gaziers, notamment au large de Chypre, a creusé l'appétit des pays riverains.

Dans ce contexte, l'accord conclu fin novembre à Istanbul par M. Erdogan et le chef du gouvernement de Tripoli, Fayez al-Sarraj, a suscité les vives critiques de plusieurs pays, notamment la Grèce et Chypre.

Selon Ankara, cet accord permet à la Turquie d'avoir des revendications sur certains gisements et d'avoir son mot à dire sur le projet de gazoduc EastMed, qui vise à exporter en Europe centrale du gaz israélien et traverserait la zone revendiquée par les Turcs.

Avec cet accord, "il n'est plus possible, d'un point de vu légal, de faire des explorations, des forages ou de faire passer un gazoduc dans la zone située entre les plateaux continentaux de la Turquie et de la Libye sans leur aval", a dit M. Erdogan.

Plusieurs bateaux turcs sont déjà à la recherche de pétrole et de gaz au large de Chypre, sujet de tensions avec l'Union européenne dont Chypre est membre, la Turquie occupant la partie nord de l'île.

Début novembre, l'UE a franchi une nouvelle étape vers l'imposition de sanctions contre la Turquie pour ces forages illégaux, en adoptant formellement un cadre juridique pour cibler les personnes concernées.
(AFP, 16 janvier 2020)

Human Chain Against Canal İstanbul: 'It's Either Canal or İstanbul'

People held a human chain yesterday (January 12) in Avcılar and Küçükçekmece districts in the European side of İstanbul against the Canal (Kanal) İstanbul, which the government plans to build to connect the Black Sea and the Sea of Marmara.

Led by the "Either the Canal or İstanbul (Ya Kanal Ya İstanbul) Coordination, hundreds of people joined the demonstration, including main opposition Republican People's Party (CHP) MP Ali Şeker, Peoples' Democratic Party (HDP) MP Oya Ersoy and representatives from political parties and trade associations.

The government's intention to build the canal has led to a row with the opposition, with President and Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan insisting that they will build the canal no matter what the opposition says. The Ministry of Environment and Urbanization in December approved the Environmental Impact Assessment Report for the project.

The demonstrators carried placards that read, "No to the Canal", "Either the Canal or İstanbul", "We Won't Allow the Canal", "Budget for earthquake, not for the canal."

They pointed to the expected earthquake in the city, calling on the government to allocate resources for preparation to the earthquake rather than building the canal.

"Public resources should be used for the city's inhabitants who face the earthquake danger and our city should be prepared for the earthquake," said Turgay Halis Çelik, reading a statement in the name of the Avcılar City Council.

"If we did not have a Bosphorus naturally formed by the geodynamic forces of the earth, the canal project might be a need, just like Panama, Suez and Corinth strait. However, we have a natural Bosphorus and the canal project is also more dangerous for ship navigation as it is longer, narrower and shallower."

"In other words, there is no project in which we will survive the passings without an accident or trouble. Those who claim that money will be earned from the project are misguided. The rules laid down by both the Montreux Convention and the international maritime law are clear. Unless there is a situation that you put a toll booth at the entrance of the canal and force people to pay, no money will be made from navigations."

The construction of the canal will also "deepen the economic crisis for laborers," the statement further said and called on people to oppose the canal project.
(BIA, 15 January 2020)

Erdogan et le maire d'Istanbul s'affrontent sur un "projet fou" de canal

Le rêve du président Recep Tayyip Erdogan, creuser un canal à Istanbul concurrençant ceux de Suez et du Panama, se heurte à l'opposition farouche du nouveau maire de la mégalopole turque, qui s'affirme de plus en plus comme son principal rival.

Ekrem Imamoglu, membre du principal parti d'opposition et élu maire d'Istanbul en 2019, soutient que le projet chiffré à quelque 11 milliards d'euros serait un gaspillage, une catastrophe pour l'environnement et renforcerait le risque sismique.

"Le +Canal Istanbul+ est un projet criminel", a-t-il dénoncé en décembre en lançant une campagne intitulée "Soit le Canal, soit Istanbul" et en annonçant le retrait de la mairie du protocole de construction signé par son prédécesseur.

"Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher la réalisation de ce projet", a-t-il ajouté.

Mardi, il s'est rendu au gouvernorat d'Istanbul pour remettre une lettre demandant son annulation.

Annoncé en 2011 alors qu'il était Premier ministre, le "Canal Istanbul", qui relierait la mer Noire à la mer Méditerranée, fait partie de ces "projets fous" que M. Erdogan, désormais président, entend mettre en oeuvre.

M. Erdogan a déjà supervisé la construction à Istanbul d'un tunnel sous le Bosphore, d'un troisième pont l'enjambant et d'un nouvel aéroport colossal. Mais le projet de canal, qui serait long de 45 kilomètres, est autrement plus complexe.

Ses détracteurs fustigent une "lubie" qui endetterait davantage la Turquie et profiterait d'abord à des hommes d'affaires proches du président.

Face aux critiques du maire d'Istanbul, M. Erdogan reste ferme: "Nous construirons ce canal, qu'ils le veuillent ou non", a-t-il martelé lundi.

- "Erreur stratégique" -

Le projet de canal avait été mis de côté à partir de 2018, année marquée par des difficultés économiques.

Mais des experts estiment que les raisons ayant poussé Erdogan à remettre ce projet à l'agenda sont d'abord politiques.

"Il essaie de garder la main sur les sujets débattus en Turquie" et de "défier Ekrem Imamoglu, qui a grandement gagné en popularité depuis sa victoire fracassante aux dernières élections", analyse Berk Esen, de l'université Bilkent d'Ankara.

Mais l'universitaire estime qu'il pourrait s'agir d'une "énorme erreur stratégique".

"Je crois qu'il sera difficile pour le président turc de vendre ce projet, vu le contexte économique en Turquie", pronostique-t-il.

Selon lui, Imamoglu, souvent décrit par les observateurs comme un potentiel rival de M. Erdogan à la présidentielle de 2023, a "très intelligemment" accepté le défi et s'efforce de "politiser ce sujet pour rassembler des soutiens, à Istanbul et dans le reste du pays".

Le gouvernement argue que le canal permettrait de doter Istanbul d'un nouveau pôle d'attractivité en plus de soulager le Bosphore, l'un des détroits les plus congestionnés du monde.

Plus de 41.000 navires l'ont emprunté en 2018, selon les autorités turques, soit plus d'une centaine par jour.

"Il suffit d'observer le Bosphore à n'importe quelle heure de la journée pour se rendre compte qu'il ne peut pas supporter une telle circulation", a lancé le président turc la semaine dernière.

Celui-ci pointe également du doigt les 41 accidents survenus sur le détroit ces deux dernières années.

M. Imamoglu martèle lui que le gouvernement ne peut se contenter d'ignorer ses arguments. "Je suis le maire d'Istanbul. Le projet auquel je m'oppose ne se trouve pas en Californie".

- "Un massacre environnemental" -

Le gouvernement récuse les craintes concernant les possibles dégâts environnementaux et l'accroissement du risque de séisme en brandissant les conclusions de rapports sur le sujet, mais une partie de l'opinion publique continue de douter.

Le Parti Républicain du Peuple (CHP), principale formation d'opposition à laquelle appartient Imamoglu, s'est mobilisé pour convaincre.

Après la publication des conclusions de l'étude d'impact environnemental, favorables au canal, le CHP a invité les Stambouliotes à se rendre dans les mairies de district pour y déposer un formulaire d'opposition au projet.

Dans certains quartiers, de longues queues se sont formées malgré la pluie battante.

"On n'a pas besoin du Canal Istanbul", estime Gülseren Hayirligolu, venue déposer le formulaire. "Ce serait un massacre environnemental".

D'autres appellent à l'organisation d'un référendum.

"Erdogan doit soumettre cette question au peuple", réclame ainsi Suna Duranolgu, femme au foyer de 53 ans. "Il ne peut pas prendre cette décision tout seul".
(AFP, 1 janvier 2020)

Las Tesis Protest of Women Prevented by Police in Antalya

Attempting to protest male violence and sexual assaults in Antalya by performing the "Las Tesis" dance of Chilean women yesterday (December 29), the Antalya Women's Platform was prevented by the police.

Almost a hundred women came together in front of the Attalos statue on Kazım Özalp Avenue. Opening a banner that read "We want to live", the women wanted to dance in protest against male violence. However, the police did not allow the women to dance due to the lyrics of the song.

As reported by the Artı Gerçek news website, prevented by the police, the women observed a moment of silence for the women who have lost their lives. Afterwards, they read out a statement for the press.

Read out by Devrim Mol on behalf of the Antalya Women's Platform, the statement for the press indicated the following in brief:

"You cannot silence us, you cannot scare us. Because we want to live. We will struggle to lead a free, humanly and equal lie.

"We have gathered here today to do the Las Tesis dance, which started in Chile and spread to the whole world, filing city squares with women and their words. But, today, we are faced with something that is not the case in any part of the world, but prevails in other squares of Turkey as well.

"Let us explain: While this dance means freedom for women, it means disobedience for the state. They stand before us with their all means of pressure, namely with the police, anti-riot water cannon vehicles and bludgeons, with their detentions and penalties.

"While three women are killed everyday, countless women are subjected to harassment and rape on the streets, their labor is exploited at home, they cannot benefit from their right to health and are overwhelmed in the economic crisis and they are subjected to mobbing, they are once again trying to silence and intimidate us women who have revolted and found the solution in women's solidarity and organization.

"We are targeted by the masses feeding upon fascism such as the mainstream media, repressive governors, ministers, MPs, TGB [Youth Union of Turkey] and nationalists. But, they should know that: We have never bowed to pressure and we will not do so.

"You cannot silence us, you cannot scare us. Because we want to live and we will struggle to lead a free, humanly and equal life."

When women tried to protest male violence with a Las Tesis performance in Mersin last Sunday, they were similarly prevented by the police.
(BIA, 30 December 2019)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Libye: l'UE dénonce les ingérences de la Russie et de la Turquie

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a dénoncé mardi "l'engagement militaire" de la Russie et de la Turquie dans le conflit en Libye, dressant un parallèle avec la situation en Syrie.

"Les choses nous échappent en Libye", a-t-il déploré lors d'un débat très tardif au Parlement européen à Strasbourg.

"Nous disons qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit. Mais ce slogan, nous l'avons dit pour la guerre syrienne. Et à quoi avons-nous assisté en Syrie? A une solution militaire. La même situation risque de se reproduire en Libye", a-t-il averti.

"La Turquie et la Russie ont changé l'équilibre dans la partie orientale de la Méditerranée", a-t-il insisté, ajoutant: "Nous ne pouvons pas accepter que la même situation se reproduise en Libye".

M. Borrell a accusé Moscou et Ankara de s'être "engagés militairement" en Libye, "avec des flux d'armes et des mercenaires".

"Il y a de plus en plus d'armes et de mercenaires. Nous ne pouvons plus dire que la Libye est une guerre sans combattants", a-t-il souligné. "Selon les renseignements, il y a des Syriens et des combattants du Moyen-Orient venus combattre dans un camp ou dans l'autre", a-t-il indiqué.

Le gouvernement libyen dirigé par Fayez al-Sarraj est soutenu par la Turquie. Il affronte les forces du maréchal Khalifa Haftar soutenu par la Russie et l'Egypte.

Josep Borrell a appelé les Européens à "dépasser leurs divisions" et à s'impliquer davantage dans la recherche d'une solution pour mettre fin au conflit. "Si la situation se détériore, des centaines de milliers de personnes qui vivent et travaillent en Libye pourraient bouger vers l'Europe", a-t-il mis en garde.

Les efforts pour régler le conflit en Libye se sont intensifiés mardi avec l'annonce par Moscou d'une trêve prolongée de manière "indéfinie", intervenue lors de négociations dans la capitale russe en présence des deux chefs rivaux libyens.

Selon Moscou, le maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, a besoin de "deux jours" supplémentaires pour étudier le document et en discuter avec les tribus qui lui sont alliées.

Le chef de la diplomatie européenne espère qu'une solution pourra être trouvée lors de la conférence internationale prévue dimanche à Berlin. "Peut-être aurons-nous de bonnes nouvelles, mais peut-être pas", a-t-il conclu.
(AFP, 14 janvier 2020)

Le président du Conseil européen en Turquie pour parler Libye

Le président du Conseil européen Charles Michel s'est rendu samedi en Turquie pour parler avec Recep Tayyip Erdogan d'une réduction des tensions en Libye après l'annonce par Ankara de l'envoi de militaires dans ce pays ravagé par un conflit civil.

Sur Twitter, M. Michel a indiqué qu'il s'était entretenu avec M. Erdogan des façons pour l'"UE et la Turquie de travailler ensemble pour favoriser une désescalade au Proche-Orient et en Libye".

Plongée dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée entre deux autorités: le Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), reconnu par l'ONU et basé à Tripoli, et un pouvoir incarné par le maréchal Khalifa Haftar.

M. Erdogan a annoncé la semaine dernière que son pays avait commencé à envoyer des militaires pour soutenir le GNA, faisant craindre une escalade de la violence en Libye.

La Turquie et la Russie, qui jouent un rôle de plus en plus important en Libye, ont par ailleurs appelé mercredi les belligérants à déclarer un cessez-le-feu à partir de dimanche.

Après son déplacement à Istanbul, le président du Conseil européen devait se rendre en Egypte pour un entretien samedi soir avec le président Abdel Fattah al-Sissi, qui appuie de son côté le maréchal Haftar.

La visite de M. Michel en Turquie, sa première en tant que président du Conseil, intervient en outre dans un contexte de fortes tensions en Méditerranée orientale entre Ankara et des membres de l'UE, notamment Nicosie et Athènes, au sujet de gisements d'hydrocarbures découverts ces dernières années.

La Turquie a signé fin novembre avec le GNA un accord controversé de délimitation maritime qui élargit son plateau continental et lui permet de revendiquer l'exploitation de certains gisements, au grand dam d'autres pays méditerranéens.

Les relations entre la Turquie et l'Union européenne se sont fortement tendues depuis 2016 en raison notamment de la dégradation de la situation des droits humains depuis une tentative de putsch ratée contre le président Erdogan, suivie d'une implacable répression.

Ankara est toujours officiellement candidat à l'adhésion à l'UE, mais le processus est au point mort.
(AFP, 11 janvier 2020)

L'UE dénonce "l'ingérence" de la Turquie dans le conflit en Libye

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a condamné mardi "l'ingérence" de la Turquie dans le conflit en Libye, à l'issue d'une réunion à Bruxelles avec les ministres des Affaires étrangères de la France, de l'Allemagne, de l'Italie et du Royaume-Uni.

Interrogé par des journalistes sur un communiqué commun condamnant l'"ingérence étrangère" sans plus de précision, il a indiqué que "cela fait référence à la décision turque d'intervenir avec des troupes en Libye".

C'est "quelque chose que nous rejetons et qui accroît nos inquiétudes sur la situation" dans ce pays, a-t-il dit.

M. Borrell et quatre de ses homologues de pays membres de l'UE se sont retrouvés en urgence pour évoquer la situation en Libye où le maréchal Khalifa Haftar poursuit son offensive ciblant Tripoli.

Les forces de l'homme fort de l'Est du pays, soutenu notamment par l'Arabie saoudite, l'Egypte et les Emirats arabes unis, ont annoncé lundi s'être emparées de toute la ville de Syrte, jusque-là contrôlée par le gouvernement de Tripoli.

La Russie est de son côté soupçonnée d'avoir envoyé des mercenaires pour prêter main forte aux pro-Haftar, ce que Moscou dément.

Les Européens craignent que l'intervention militaire d'Ankara en soutien au gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU ne vienne envenimer la situation.

"L'UE est fermement convaincue qu'il n'y a pas de solution militaire à la crise libyenne", indique le communiqué conjoint, qui appelle à une "cessation immédiate des hostilités".

"La Libye est devenue un lieu où d'autres puissances se livrent une guerre par forces interposées, et nous ne voulons plus l'accepter", a déclaré le ministre allemand Heiko Maas, qui s'est entretenu avec ses homologues britannique Dominic Raab, français Jean-Yves Le Drian et italien Luigi Di Maio.

Cette prise de position européenne intervient à la veille d'une rencontre prévue en Turquie entre le président Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine.

"La Libye ne représente pas seulement un risque pour les phénomènes migratoires, elle est un risque (...) également pour le danger du terrorisme", a souligné pour sa part le ministre italien.

M. Di Maio est ensuite attendu en Turquie, puis au Caire, où le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry a aussi invité ses homologues français, grec et chypriote, pour une réunion mercredi sur la crise libyenne.

MM. Maas, Le Drian et Raab se sont entretenus à Bruxelles de l'autre dossier chaud du moment: les conséquences de l'assassinat vendredi du général iranien Qassem Soleimani, dans un raid américain à Bagdad.

Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne sont cosignataires de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, dont le président américain Donald Trump a décidé de se retirer en 2018 en réactivant un régime de sanctions, point de départ de la nouvelle crise entre Washington et Téhéran.

- Retrait "temporaire" -

Et désormais cet accord ne tient plus qu'à un fil, au grand dam des Européens.

Dès dimanche, Téhéran avait annoncé la levée de toute limite à son équipement en centrifugeuses, utilisées pour la production de combustible nucléaire.

Selon M. Le Drian, les Européens pourraient décider "dans les jours qui viennent" de déclencher un mécanisme prévu dans l'accord, susceptible de mener au rétablissement de sanctions de l'ONU contre l'Iran.

"Nous continuons de penser que c'est un accord important qui va empêcher l'Iran de se doter d'une bombe nucléaire", a affirmé Heiko Maas.
 Un diplomate européen a indiqué à l'AFP que les trois ministres réunis à Bruxelles partageaient la volonté "d'une approche étroitement coordonnée (...) afin de contribuer à une désescalade".

Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'Union a été convoquée pour vendredi.

Cette activité diplomatique se tient au lendemain d'un cafouillage sur un possible retrait des troupes américaines d'Irak. Les Etats-Unis ont dû démentir un tel retrait, d'abord annoncé dans une lettre transmise par erreur lundi.

Dimanche le Parlement irakien a exhorté par un vote le gouvernement à expulser les troupes étrangères d'Irak en réaction à la mort du général Soleimani.

Après cet assassinat par une frappe de drone américain, Téhéran a promis la vengeance. Et le Parlement iranien a adopté en urgence une loi classant toutes les forces armées américaines comme "terroristes".

De son côté, l'Otan a annoncé mardi le retrait temporaire d'une partie de son personnel d'Irak, après avoir déjà suspendu sa mission de formation des forces irakiennes, conséquence des tensions entre Washington et Téhéran.
(AFP, 7 janvier 2020)

L'Autrichien Kurz veut que l'UE s'affirme "contre" Erdogan

Le chef désigné du gouvernement autrichien, Sebastian Kurz, a plaidé dimanche pour que l'Union européenne adopte "une ligne claire contre" le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui "tente d'utiliser les êtres humains comme des armes" dans la gestion des migrations.

Interrogé par le quotidien autrichien Kurier sur la politique migratoire de la Turquie, le dirigeant conservateur a estimé que "Erdogan tente d'utiliser les êtres humains comme des armes".

"L'UE ne doit pas laisser passer ça", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il allait "activement s'engager pour une ligne claire contre Erdogan de la part de l'UE".

Le président turc "ne comprend pas d'autre langage", a estimé M. Kurz qui va être investi mardi à la tête du gouvernement autrichien pour un second mandat. Son parti conservateur gouvernera avec les écologistes après avoir formé une alliance avec le parti d'extrême droite FPÖ lors de son premier mandat de décembre 2017 à mai 2019.

M. Erdogan a menacé à plusieurs reprises de laisser partir vers l'Europe les millions de réfugiés, dont une majorité de Syriens, qui se trouvent en Turquie.

En échange d'engagements sur la lutte contre le réchauffement climatique ou la transparence de la vie politique, les Verts autrichiens ont accepté le maintien par M. Kurz d'une politique de fermeté sur les questions migratoires.

Dans une autre interview au tabloïd allemand Bild, le chancelier désigné s'est montré très sévère envers les navires de sauvetage humanitaires intervenant en Méditerranée.

"Au final, les actions des sauveteurs privés en mer ont fait plus de morts", a estimé Sebastian Kurz. Selon lui, ces opérations "poussent toujours plus de gens à prendre la route (maritime) et ils sont toujours plus nombreux à se noyer".

"Tous ceux qui croient agir pour le bien doivent admettre qu'il y a une augmentation prouvée des morts du fait de leurs initiatives", affirme le dirigeant de 33 ans qui s'est toujours montré critique envers ces sauvetages.

Il s'oppose aussi à tout projet de répartition des demandeurs d'asile dans les pays de l'UE.

"Nous sommes sur beaucoup de sujets plus proches du FPÖ" que des écologistes, a-t-il reconnu dans une autre interview au quotidien autrichien Die Presse.

Le contrat de la coalition, qui prêtera serment mardi, prévoit "un mécanisme de crise" en cas de désaccord entre les deux partenaires: les conservateurs, majoritaires au parlement, pourraient alors faire voter un texte controversé avec le soutien d'un autre parti que les Verts.

"C'est un scénario que je n'envisage pas à ce stade", a dit M. Kurz au Kurier.
(AFP, 5 janvier 2020)

Le chef de l'ONU met en garde la Turquie contre l'envoi de troupes en Libye

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a affirmé vendredi, sans mentionner explicitement la Turquie, que "tout soutien étranger aux parties en guerre" en Libye "ne fera qu'aggraver un conflit et compliquer les efforts pour une solution pacifique".

Visant clairement une éventuelle intervention militaire turque en Libye en soutien au gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli, Antonio Guterres souligne dans un communiqué que "les violations continues de l'embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité ne font qu'empirer les choses".

Dans un récent rapport, des experts de l'ONU chargés de contrôler l'application de cet embargo instauré en 2011, la Turquie, au profit du GNA, comme la Jordanie et les Emirats Arabes Unis, pour le compte du maréchal Khalifa Haftar qui cherche depuis avril à s'emparer de Tripoli, sont accusés de multiples violations.

"Un strict respect de l'embargo est essentiel pour créer un environnement favorable à la cessation des hostilités", insiste Antonio Guterres, en renouvelant "ses appels à un cessez-le-feu immédiat en Libye et au retour au dialogue politique par toutes les parties".

Les députés turcs ont approuvé jeudi une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des militaires en Libye pour soutenir le GNA, dont les troupes combattent les forces du maréchal Haftar.

Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie à des luttes d'influence. Deux autorités se disputent son contrôle: le GNA reconnu par l'ONU et un gouvernement et un Parlement dans l'est libyen acquis au maréchal Haftar.
(AFP, 4 janvier 2020)

Inquiétude de l'UE après le feu vert à Erdogan sur un déploiement de l'armée en Libye

L'Union européenne a exprimé vendredi sa "grave inquiétude" après l'autorisation donnée la veille par le parlement turc au président Recep Tayyip Erdogan d'un déploiement de l'armée en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli.

"L'UE réaffirme sa conviction ferme qu'il n'existe pas de solution militaire à la crise libyenne", selon un communiqué du porte-parole du Haut représentant des Affaires étrangères.

Les actions pour soutenir "ceux qui se battent dans ce conflit ne peuvent qu'entrainer une déstabilisation accrue du pays et de la région", a estimé le porte-parole.

L'UE appelle au "respect sans faille de l'embargo sur les armes de l'ONU" et à "soutenir les efforts" de l'émissaire des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, qui sont "la seule voie vers une Libye en paix, stable et sûre".

Les députés turcs ont voté jeudi une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des militaires en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli, une mesure qui risque d'aggraver le conflit fratricide déchirant ce pays.

Donald Trump a aussitôt mis en garde jeudi, dans une conversation téléphonique avec son homologue turc, contre toute "ingérence étrangère" susceptible de "compliquer" la situation en Libye.

Israël, Chypre et la Grèce ont aussi dénoncé une "menace dangereuse pour la stabilité régionale", de même que l'Egypte.
(AFP, 3 janvier 2020)

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO


Relations régionales / Regional Relations

En Syrie, des dizaines de morts après la reprise de l'assaut du régime à Idleb

Près de 20 civils et des dizaines de combattants ont péri ces dernières 24 heures dans la province d'Idleb en Syrie, où le régime a repris ses bombardements en vue de s'emparer d'une ville stratégique, a indiqué jeudi une ONG.

Mercredi, 19 civils dont trois enfants on été tués dans des frappes du régime sur la ville d'Idleb (nord-ouest) tandis que 29 combattants du régime et 26 jihadistes et rebelles sont morts dans des combats jeudi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A Damas, l'agence officielle syrienne Sana a fait état de six civils tués et 15 blessés dans la chute de roquettes sur un quartier de la ville d'Alep (nord) sous contrôle du régime de Bachar al-Assad.

L'escalade dans la province d'Idleb met en péril une trêve annoncée par la Russie, une alliée de M. Assad, et censée avoir débuté dimanche après sa confirmation par la Turquie qui soutient des groupes rebelles dans la province.

"Les combats ont éclaté au sud de la ville de Maaret al-Noomane, en même temps que de violents bombardements malgré la trêve", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, qui s'appuie sur un vaste réseau de sources dans le pays en guerre depuis 2011.

Le régime et ses alliés ont repris deux villages dans leur avancée vers Maaret al-Noomane et se trouvent désormais à sept km de cette ville clé, selon l'ONG qui a fait état de raids aériens du régime et de l'allié russe. Un des deux villages a ensuite été repris par les jihadistes et les rebelles, d'après l'OSDH.

La province d'Idleb et des secteurs des provinces voisines d'Alep et de Lattaquié échappent encore au contrôle du régime et sont dominés par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda). Des groupes rebelles y sont également présents.

Selon le Comité international de Secours, "quelque 650.000 personnes supplémentaires, dont une majorité de femmes et d'enfants, pourraient être forcées de fuir leur foyer si les violences persistent".

- "Nulle part où aller" -

Selon l'agence Sana, les opérations du régime contre "les terroristes sont une réponse aux tirs et au ciblage récurrent de civils" par les groupes jihadistes et rebelles.

Le quotidien prorégime Al-Watan a imputé "l'effondrement du cessez-le-feu" aux "organisations terroristes" qui ont "violé" la trêve en attaquant des sites militaires syriens.

Dans la ville d'Idleb, chef-lieu éponyme de la province, des journalistes de l'AFP ont constaté de vastes destructions. Au milieu des décombres, des Syriens s'activent pour retrouver d'éventuelles victimes.

Les bombardements ont pulvérisé immeubles, ateliers et garages. Des conducteurs, piégés dans leur véhicule, font partie des victimes.

Moustapha a survécu mais son atelier a été détruit et quatre de ses employés sont morts. "Ce n'est pas le quartier que j'ai laissé en m'absentant" pour aller chercher des pièces de rechange, dit-il, en larmes, à la vue du quartier dévasté.

Le nouveau cessez-le-feu s'ajoute aux nombreuses trêves mort-nées en Syrie.

Selon l'Union européenne, les opérations "du régime et de son allié russe ne font pas de distinction entre les cibles militaires et civiles".

Moscou a nié mener des "missions de combat depuis le début du cessez-le-feu" à Idleb.

"Il n'y a pas de trêve. Les gens ont peur", a dit Sari Bitar, un ingénieur de 32 ans vivant à Idleb. "Je ne peux pas rester dans une zone où vont avancer régime, forces russes et milices iraniennes (alliées de Damas). Le seul souci, c'est que nous n'avons nulle part où aller."

- Soldats turcs tués -

Le régime a mené une offensive d'envergure à Idleb entre avril et août 2019: un millier de civils ont été tués, selon l'OSDH, plus de 400.000 personnes déplacées d'après l'ONU.

Le pouvoir, qu contrôle désormais plus de 70% du territoire, s'est dit déterminé à reconquérir cette région abritant environ trois millions de personnes.

Sur un autre front de la guerre, dix personnes dont trois soldats turcs ont été tuées jeudi dans un attentat à la voiture piégée dans une zone du nord syrien contrôlée par les forces d'Ankara. Selon l'OSDH, l'attentat s'est produit dans la ville de Suluk, non loin de la frontière syro-turque.

Déclenché par la répression de manifestations pacifiques prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'intervention de plusieurs acteurs étrangers. Il a fait plus de 380.000 morts.
(AFP, 16 janvier 2020)

Le Maroc va réviser son accord de libre-échange avec la Turquie

Rabat et Ankara ont convenu mercredi de réviser l'accord de libre-échange liant les deux parties, marqué par un déficit commercial côté marocain, selon une déclaration conjointe diffusée par l'agence officielle MAP.

Depuis l'entrée en vigueur de cet accord en 2006, le commerce bilatéral a augmenté de 14% par an en moyenne, en faveur de la Turquie, a souligné le ministre marocain de l'Industrie et du commerce Moulay Hafid Elalamy, à l'issue d'une rencontre à Rabat avec son homologue turc Ruhsar Pekcan.

"Le Maroc et la Turquie conviennent de revoir les conditions de leur accord de libre-échange pour un commerce plus équilibré", selon une déclaration conjointe.

Les importations marocaines depuis la Turquie ont atteint 21,5 milliards de dirhams en 2018 (2 milliards d'euros), contre 5,54 milliards de dirhams (510 millions d'euros) pour les exportations marocaines, creusant le déficit commercial marocain à 16 milliards de dirhams (1,5 milliard d'euros).

L'industrie marocaine du textile est tout particulièrement touchée par la concurrence des produits turcs.

"C'est dans ce cadre que nous avons convenu de nous réunir dans les plus brefs délais pour identifier les moyens de réajuster la situation actuelle et faire en sorte que cet accord soit bénéfique pour les deux parties", a dit le ministre marocain, sans détailler les grandes lignes de ce réajustement.

Selon la presse locale, une nouvelle réunion entre les deux parties programmée fin janvier doit entériner la révision.

Le Maroc est lié à une cinquantaine de pays par des accords de libre-échange, avec pour la plupart une balance commerciale déficitaire pour le royaume.

Lundi au Parlement, Moulay Hafid Elalamy a fait savoir que les accords "posant problème" allaient être reconsidérés.
(AFP, 15 janvier 2020)

Libye: "trop tôt" pour parler d'échec du cessez-le-feu, estime Ankara

La Turquie a estimé mercredi qu'il était "trop tôt" pour parler d'un échec du cessez-le-feu en Libye, en dépit du refus de l'un des belligérants de signer un accord formel lors de négociations à Moscou lundi.

"Il est trop tôt pour dire cela", a déclaré le ministre turc de la Défense Hulusi Akar en réponse à une question lors d'une conférence de presse à Ankara. "Rien sur le terrain ne montre une telle chose", a-t-il ajouté.

Plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, la Libye est aujourd'hui déchirée par un conflit civil entre le gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU, et les forces du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen.

Une fragile trêve a été instaurée dimanche, aux termes d'un accord entre Ankara, qui soutient le GNA, et Moscou, qui est soupçonné d'appuyer Haftar malgré ses dénégations.

Des négociations visant à définir les modalités de cette trêve se sont tenues lundi à Moscou, mais le maréchal Haftar a provoqué un séisme en quittant la capitale russe sans signer le document.

Malgré ce revers, la Russie a affirmé mardi que la trêve était prolongée de manière "indéfinie".

Les espoirs se raccrochent désormais à une conférence internationale qui doit se tenir dimanche à Berlin.

"Nous ne sommes pas pessimistes, mais le fait est que Haftar ne veut pas la paix", a déclaré mercredi le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu. "Il ne veut pas un processus politique, mais une solution militaire".

La trêve parrainée par la Russie et la Turquie illustre le poids croissant de ces deux pays dans le dossier.

Ankara a commencé la semaine dernière à déployer des militaires en Libye pour appuyer le GNA, une initiative qui a suscité la crainte d'une escalade de la violence.

Mercredi, le ministre turc de la Défense a indiqué qu'un bureau de coopération militaire serait mis en place en Libye, ajoutant que sa taille évoluerait en fonction des besoins.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé mardi d'"infliger une leçon" aux forces du maréchal Haftar si elles reprenaient leur offensive contre le gouvernement de Tripoli.

Mercredi, M. Erdogan a eu un entretien téléphonique avec le président américain Donald Trump portant sur "les développements récents en Libye et dans la région", a indiqué la présidence turque.

Cet entretien survient au lendemain d'une rencontre à Istanbul entre le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, et l'ambassadeur américain en Turquie.
(AFP, 15 janvier 2020)

Erdogan promet "d'infliger une leçon" à Haftar s'il reprend ses attaques

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé mardi "d'infliger une leçon" à l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar s'il reprenait ses attaques contre le gouvernement de Tripoli après qu'il a quitté Moscou sans signer un accord de cessez-le-feu qui y était négocié.

"Nous n'hésiterons jamais à infliger au putschiste Haftar la leçon qu'il mérite s'il poursuit ses attaques contre l'administration légitime et contre nos frères en Libye", a déclaré M. Erdogan dans un discours devant les députés de son parti.

Le maréchal Haftar a quitté Moscou sans signer l'accord de cessez-le-feu accepté par son rival Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU (GNA).

En dépit de cet échec, M. Erdogan a affirmé qu'il maintenait sa participation à une conférence sur la paix en Libye prévue dimanche à Berlin.

"Nous allons discuter de cette question dimanche à la réunion de Berlin à laquelle participeront aux côtés de la Turquie, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Russie, l'Italie, l'Egypte, l'Algérie et les Emirats arabes unis", a-t-il dit.

M. Erdogan a en outre affirmé que le maréchal Haftar aurait pris le contrôle de tout le territoire libyen sans l'intervention de la Turquie, qui a commencé à déployer des troupes pour soutenir le GNA à la faveur d'un accord signé en novembre entre les deux parties.

"Pour dire les choses clairement, si la Turquie n'était pas intervenue, le putschiste Haftar se serait emparé du pays entier et tout le peuple libyen aurait été victime de ses persécutions", a-t-il dit.

Peu après les déclarations de M. Erdogan, M. Sarraj, le chef du GNA, est arrivé à Istanbul en provenance de Moscou, selon les médias turcs.

Il s'est entretenu dans la métropole turque avec l'ambassadeur des Etats-Unis en Turquie David Satterfield, selon le GNA.

Lors de l'entretien, M. Sarraj a souligné la nécessité "de reprendre le processus de règlement politique" en Libye par le biais de la conférence prévue à Berlin, a indiqué le GNA sur sa page Facebook.
(AFP, 14 janvier 2020)

Chypre, l'Egypte, la France et la Grèce contre Ankara-Tripoli

Chypre, l'Egypte, la France et la Grèce ont jugé mercredi "nuls et non avenus" les accords controversés signés en novembre entre Ankara et Tripoli, dont un permettant à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale.

Dans un communiqué publié à l'issue de leur réunion au Caire, les ministres des Affaires étrangères des quatre pays ont estimé que ces accords avaient "sapé davantage la stabilité régionale et sont tout deux considérés comme nuls et non avenus".

Leur homologue italien qui a pris part à la réunion, ne figure pas parmi les signataires du communiqué.

Les deux accords dénoncés par les quatre pays méditerranéens, dont un porte sur la coopération militaire, ont été signés le 27 novembre par le chef du Gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj et le président turc Recep Tayyip Erdogan, son principal soutien face à l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar.

Ankara soutient militairement le gouvernement de M. Sarraj reconnu par l'ONU et basé à Tripoli, et M. Erdogan a même annoncé l'envoi de troupes en Libye pour aider le GNA à repousser les assauts des forces du maréchal Haftar, qui bénéficie de l'appui des Emirats arabes unis et de l'Egypte, deux adversaires de la Turquie.

Mais c'est surtout l'accord de délimitation maritime qui a suscité une levée de boucliers, notamment en Grèce, en Egypte et à Chypre, car il permet à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale convoitées par ces trois pays.

Cet accord, "qui porte atteinte aux droits souverains des Etats tiers, n'est pas conforme au droit de la mer et ne peut en découler aucune conséquence juridique", ont souligné les quatre ministres dans leur communiqué.

Les ministres "ont souligné la nécessité du plein respect de la souveraineté (...) de tous les Etats dans leurs zones maritimes en Méditerranée".

Ils ont condamné à cet effet les forages réalisés par la Turquie au large de Chypre et pressé Ankara de "cesser immédiatement toutes les activités d'exploration illégales".

Les quatre pays ont exprimé par ailleurs leu soutien aux efforts de l'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé pour parvenir à une solution pacifique au conflit libyen.

"Nous soutenons unanimement la conférence de Berlin (...) qui sera peut-être la dernière occasion" de parvenir à un accord politique entre les différentes parties libyennes, a déclaré le chef de la diplomatie égyptienne, Sameh Choukry.

Cette conférence prévue en janvier vise selon M. Salamé à mettre fin aux interférences étrangères en Libye.

La solution à la crise libyenne ne "peut être atteinte que si l'on respecte les résolutions des Nations unies à la lettre" et "ne peut être que politique", a déclaré de son côté le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian lors d'une conférence de presse.

A Bruxelles, l'Union européenne a promis mercredi à Fayez al-Sarraj d'"intensifier ses efforts" pour une solution pacifique en Libye, le chef de la diplomatie allemande s'inquiétant que ce pays en proie au chaos puisse devenir "une seconde Syrie".

"L'Union européenne soutient pleinement le processus de Berlin et toutes les initiatives des Nations unies visant à trouver une solution politique globale à la crise en Libye", affirme un communiqué du Conseil européen (représentant les Etats membres) publié à l'issue de plusieurs réunions avec M. Sarraj.
(AFP, 9 janvier 2020)

Erdogan et Poutine appellent à une trêve en Libye et une désescalade Iran/US

Les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine ont appelé mercredi au cessez-le-feu en Libye, où leurs intérêts divergent pourtant, et ont exhorté les Etats-Unis et l'Iran à la "retenue" pour faire baisser les tensions au Proche-Orient.

A l'issue d'une rencontre à Istanbul à l'occasion de l'inauguration d'un gazoduc consacrant le rapprochement entre leurs deux pays, MM. Erdogan et Poutine ont appelé "tous les belligérants en Libye à cesser les hostilités à 00H00 le 12 janvier".

La Turquie a déployé des militaires en Libye pour défendre le gouvernement d'union nationale, son allié, face à l'offensive des forces de son rival, le maréchal Khalifa Haftar, notamment soutenues selon Ankara par des mercenaires russes, ce que dément Moscou.

Dans une déclaration commune, MM. Erdogan et Poutine expriment en outre leur soutien à une conférence internationale prévue en janvier à Berlin afin de trouver une solution pour retourner au processus politique sous l'égide des Nations unies.

Alors que leurs différends sur la Libye et la Syrie menaçaient d'éclipser l'inauguration du gazoduc Turkish Stream, aussi appelé TurkStream, les deux présidents ont mis en avant le spectaculaire rapprochement entre leurs pays, qui avaient connu une crise majeure en 2015.

L'entrée en service du gazoduc est un "événement historique pour les relations turco-russes et la carte énergétique régionale", s'est félicité M. Erdogan, en ouvrant symboliquement les vannes de TurkStream avec son homologue russe.

M. Poutine, qui peut désormais compter sur cette infrastructure pour alimenter l'Europe du sud sans passer par l'Ukraine, a lui noté un renforcement du "partenariat entre la Russie et la Turquie dans tous les domaines".

- Appel à la retenue -

L'autre dossier brûlant abordé lors de cette rencontre est la Syrie, où le régime soutenu par Moscou a multiplié ces dernières semaines les bombardements meurtriers sur Idleb (nord-ouest), ultime bastion des rebelles dont certains sont appuyés par Ankara, provoquant un afflux de populations vers la Turquie.

Dans leur déclaration commune, les deux dirigeants ont brièvement mentionné la situation en Syrie, sans appeler à une nouvelle trêve, comme le réclame Ankara.

Ils ont en revanche abordé l'escalade des tensions entre Téhéran et Washington après la mort du puissant général Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, dans une frappe américaine.

"Nous affirmons notre engagement à désamorcer les tensions dans la région et appelons toutes les parties à agir avec retenue et bon sens et à donner la priorité à la diplomatie", ont-ils déclaré, selon le communiqué conjoint.

L'opération qui a tué Soleimani "est un acte qui sape la sécurité et la stabilité de la région", ont-ils souligné.

La déclaration conjointe de MM. Erdogan et Poutine illustre leur volonté de mettre de côté leurs divergences pour se concentrer sur les intérêts communs.

Sur fond de tensions croissantes avec l'Occident, Ankara et Moscou ont notamment renforcé ces dernières années leur coopération dans le secteur de la défense, avec l'achat par la Turquie de systèmes antiaérien russes S-400, et celui de l'énergie, comme l'illustre le gazoduc TurkStream.

Avec cette nouvelle infrastructure, dont la construction a début en 2017, la Turquie sécurise l'alimentation de ses grandes villes énergivores de l'ouest et s'impose un peu plus comme un carrefour énergétique majeur.

Le gazoduc est formé de deux conduites parallèles longues de plus de 900 km qui relient Anapa en Russie à Kiyiköy en Turquie (nord-ouest). Au total, ces tuyaux pourront acheminer quelque 31,5 milliards de mètres cube de gaz russe chaque année.

TurkStream a déjà commencé la semaine dernière à alimenter la Bulgarie, frontalière de la Turquie, et est en train d'être prolongé en direction de la Serbie et de la Hongrie.

Des responsables de ces trois pays étaient d'ailleurs présents à l'inauguration mercredi.
(AFP, 8 janvier 2020)

Ryad condamne la décision turque de déployer des soldats en Libye

L'Arabie saoudite a condamné dimanche la décision du Parlement turc de déployer des militaires en Libye pour soutenir le gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, selon l'agence de presse officielle Spa.

Les députés turcs ont voté jeudi une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des militaires en Libye pour soutenir le GNA, basé à Tripoli, contre les forces de l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar soutenu par les Emirats arabes unis et l'Egypte, alliés des Saoudiens.

"L'Arabie saoudite exprime son rejet et sa condamnation" de la décision turque, a indiqué le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un communiqué cité par SPA.

Le ministère a estimé que cette décision constitue une "escalade (...) et une menace pour la sécurité et la stabilité en Libye et dans la région".

Il s'agit aussi, a souligné le ministère, d'"une ingérence dans les affaires intérieures d'un pays arabe en violation" du droit international.

La décision du parlement turc a suscité la "grave inquiétude" de l'Union européenne et conduit le président américain Donald Trump à mettre en garde Ankara contre toute "interférence étrangère" en Libye.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a également mis en garde, sans mentionner explicitement la Turquie, contre les dangers de "tout soutien étranger aux parties en guerre".

La Libye est plongée dans le chaos avec des luttes de pouvoir et des milices armées qui font la loi depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi après une révolte populaire dans le sillage du Printemps arabe.

Le pays est devenu le théâtre d'une lutte d'influence entre deux camps: d'un côté, la Turquie et le Qatar, qui appuient le GNA de Fayez al-Sarraj, et de l'autre l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte, qui soutiennent les forces du maréchal Haftar.

Au moins 28 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans un raid aérien samedi contre une école militaire à Tripoli, théâtre de violents combats depuis le 4 avril et le début de l'offensive du maréchal Haftar pour s'emparer de la capitale libyenne, siège du GNA.
(AFP, 5 janvier 2020)

Le Parlement libyen vote la rupture des relations avec la Turquie

Le Parlement libyen, qui ne reconnaît pas la légitimité du Gouvernement d'union nationale (GNA) établi à Tripoli, a voté samedi la rupture des relations avec la Turquie, après un récent accord militaire conclu entre Ankara et le GNA, selon un porte-parole.

Le Parlement a également demandé à ce que le chef du GNA --reconnu par la communauté internationale-- Fayez al-Sarraj soit jugé pour "haute trahison".

Elu en 2014, le Parlement est un allié du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen qui a lancé en avril une offensive contre le GNA.

Lors d'une session "urgente" à Benghazi (est), le Parlement "a voté à l'unanimité la rupture des relations avec la Turquie", a déclaré son porte-parole, Abdallah Bleheq.

Il a aussi approuvé "l'annulation des mémorandums de sécurité et de coopération militaire (...) entre le gouvernement" de Fayez al-Sarraj et Ankara, a-t-il ajouté.

Fin novembre, le GNA avait signé deux accords avec la Turquie.

L'un porte sur la coopération militaire et l'aide que la Turquie pourrait apporter au GNA dans sa lutte contre les troupes du maréchal Haftar.

Le second permet à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale riches en hydrocarbures, au grand dam de la Grèce, de l'Egypte, de Chypre et d'Israël.

Et le Parlement turc a voté jeudi une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des militaires en Libye pour soutenir le GNA.

"Le chef du GNA, ses ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur (...) doivent être jugés pour haute trahison et pour avoir ramené le colonialisme" en Libye, a dit le porte-parole.

M. Bleheq a indiqué que le Parlement avait aussi voté "l'abrogation" de l'accord de Skhirat (Maroc, en 2015), qui a donné naissance au GNA, et appelé les Etats et organisations internationales à "retirer leur reconnaissance au GNA".

Il était difficile de vérifier le nombre de députés présents lors de la session de samedi de source indépendante. Des médias pro-GNA ont estimé pour leur part que le quorum n'était pas atteint.

Le Parlement est aujourd'hui affaibli par des divisions après le départ d'une quarantaine de députés anti-Haftar pour Tripoli.

Le GNA et le maréchal Haftar se disputent le pouvoir depuis plusieurs années en Libye, pays qui s'est enfoncé dans le chaos après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
(AFP, 4 janvier 2020)

En Turquie, douleur et colère des enfants ouïghours privés de parents par la Chine

Dans une école de la périphérie d'Istanbul, des enfants de Ouïghours qui ont fui la Chine ont la rare opportunité d'étudier leur langue et leur culture. Mais parmi eux beaucoup ont un père ou une mère enfermé dans un camp là-bas.

La Turquie est une terre de refuge pour les Ouïghours qui ont fui les persécutions de l'Etat chinois dans le Xinjiang, région du nord-ouest du pays où vit la minorité musulmane. Quelque 50.000 essayent d'y refaire leur vie. Mais parfois ils prennent le risque de retourner en Chine pour voir leur famille ou pour les affaires et certains n'en reviennent pas.

Sur la centaine d'élèves de l'école, un quart ont un de leurs parents enfermé dans des camps, présentés par Pékin comme des centres de "rééducation", et sept ont perdu père et mère, selon le directeur Habibullah Kuseni.

Fatima, une petite fille ouïghoure de neuf ans, n'a que des bribes de souvenirs de son pays natal. Et de son père détenu là-bas.

Plus petite, elle avait l'habitude de regarder la télévision avec lui.

Elle se souvient qu'elle insistait toujours pour regarder des dessins animés. Mais lui préférait suivre les informations, notamment concernant le président turc Recep Tayyip Erdogan, l'un des rares leaders du monde musulman à avoir pris position en faveur de la cause ouïghoure, au risque de s'attirer les foudres de Pékin.

Depuis leur déménagement en Turquie, il arrivait au père de Fatima de rentrer en Chine pour le travail. "Et puis un jour, il a disparu", poursuit-elle, les yeux embués. "Je pensais qu'il reviendrait, mais il n'est jamais revenu."

Personne n'a plus de nouvelle de cet homme depuis maintenant trois ans.

Selon des activistes ouïghours en exil, le nombre de détenus de cette minorité ethnique serait "bien supérieur" au million généralement évoqué dans les médias, répartis dans près de 500 camps dont l'existence est documentée.

Lorsque les premiers indices ont commencé à fuiter, en 2017, Pékin a d'abord nié en bloc l'existence de ces camps, avant d'évoquer des "centres de formation professionnelle" pour "lutter contre l'extrémisme" basés sur le "volontariat".

Pourtant, des documents chinois révélés récemment par des médias internationaux montrent que ces établissements sont gérés comme des prisons, dont le but serait d'éradiquer la culture et la religion des Ouïghours et d'autres minorités, principalement musulmanes.

- "Pas d'inquiétudes" -

Depuis juillet 2017 Tursunay, une jeune fille de 15 ans, est sans nouvelles de ses parents qui ont tenté une visite en Chine.

Après la confiscation de leur passeport par Pékin, ils s'étaient voulus rassurants : "Ne t'inquiète pas pour nous", avaient-ils insisté au téléphone. Puis, silence.

Tursunay a elle aussi quelques souvenirs de sa vie là-bas. Elle se rappelle quand elle a demandé à son père pourquoi des caméras avaient été installées à l'entrée de leur appartement. "Parce que nous sommes musulmans", lui avait-il répondu, peu de temps avant de mettre le feu à toute sa collection de CDs religieux.

Maintenant, Tursunay n'a plus qu'un vieil ami de la famille rencontré en exil pour veiller sur elle et sa petite soeur.

La jeune ouïghoure souffre de l'absence de ses parents à tel point qu'elle doit résister à l'idée de leur en vouloir d'avoir disparu ainsi.

"J'essaie de rester optimiste et de me rappeler que ce n'est pas eux qui sont responsables de ça", explique-t-elle à l'AFP.

De nombreux enfants dans la région du Xinjiang vivraient sans parents, que ces derniers soient en exil ou internés dans les camps, selon Human Right Watch.

Selon l'ONG, les autorités chinoises ont placé un grand nombre de ces enfants dans des centres administrés par l'Etat, sans consentement des proches ni possibilité de visite.

- "Nos frères pleurent" -

De nombreux Turcs disent ressentir un lien historique avec les Ouïghours, parce qu'ils sont musulmans et parlent une langue de la famille turcique.

"Les pleurs de nos frères du Turkestan oriental ne sont-ils pas parvenus jusqu'à vous ?", s'écrie Musa Bayoglu lors de l'une récente manifestation pro-Ouïghours devant le consulat chinois à Istanbul, désignant la région du Xinjiang par le terme utilisé par les séparatistes ouïghours.

Au début de l'année 2019, le ministère turc des Affaires étrangères a qualifié la répression chinoise menée contre l'ethnie musulmane de "honte de l'humanité" mais la Turquie depuis évite le sujet.

Beaucoup craignent que le président turc n'ait cédé à des pressions économiques de la Chine, même si les Ouïghours en Turquie lui sont reconnaissants.

"(Les Turcs) permettent à 50.000 Ouïghours de vivre en paix", rappelle un militant ouïghour rencontré à Istanbul. "Aucun autre pays, ni musulman ni occidental ne peut en dire autant."

- "Nous le reprendrons" -

A l'école ouïghoure d'Istanbul, les récits sur les exactions chinoises ont fini par fatiguer certains enfants.

Rufine, 12 ans, explique se sentir mal à l'aise dès que le sujet est abordé. "Ca m'angoisse, ça me fait mal au ventre", dit la fillette. Sa mère s'est volatilisée il y a trois ans, alors qu'elle rendait visite à la grand-mère malade de Rufine.

Le directeur de l'école, Habibullah Kuseni, ne peut s'empêcher de rire quand on lui demande quel genre d'objets présents dans la classe seraient susceptibles d'être interdits en Chine.

"Le simple fait d'aller en vacances dans un pays musulman comme la Turquie suffit à vous envoyer dans un camp", assure-t-il.

"Alors, ce genre de choses...", dit-il en désignant le drapeau ouïghour accroché au mur, accompagné d'inscriptions en caractères arabes. Il mime un égorgement.

Selon Mahmut Utfi, un professeur de 39 ans, il y a une "politique d'extermination" à l'encontre de son peuple.
 "Nous risquons l'extinction", dit-il. "Notre culture, notre langue... Pour moi, c'est un devoir de les protéger."

Quant à Fatima, la répression a fait grandir en elle un sentiment de défiance.

"Attendez encore un peu. Vous croyez qu'on est faibles mais vous allez voir. Notre nation, notre patrie survivra, vous ne pourrez pas l'arrêter", lance-t-elle à l'attention des autorités chinoises, comme une promesse.
(AFP, 31 décembre 2019)

Province syrienne d'Idleb: Ankara ne se retirera pas de ses postes

La Turquie a annoncé dimanche qu'elle ne se retirerait pas de ses postes d'observation dans la région d'Idleb (nord-ouest de la Syrie) où les forces de Damas soutenues par l'aviation russe ont intensifié leurs bombardements depuis le 16 décembre.

L'armée turque est déployée dans douze postes d'observation dans la région d'Idleb, en vertu d'un accord conclu en septembre 2018 entre Moscou, allié du régime syrien, et Ankara, qui parraine les rebelles.

Cet accord était destiné à éviter une offensive du gouvernement de Damas contre la région, ultime grand bastion rebelle et jihadiste de Syrie dominé par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda) et où vivent trois millions de personnes.

Les forces de Damas ont encerclé le 23 décembre l'un de ces postes turcs, après avoir repris du terrain dans la région, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
 "Nous respectons l'accord conclu avec la Russie et nous nous attendons à ce que la Russie respecte cet accord", a déclaré le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, cité dimanche sur le compte Twitter du ministère.

"Nous n'évacuerons en aucune manière ces 12 postes d'observation, nous n'en partirons pas", ajoute le ministre qui s'exprimait lors d'une tournée d'inspection des forces turques, en compagnie de responsables de l'armée, dans la province de Hatay (sud) près de la frontière syrienne.

Inquiète d'un nouvel afflux de réfugiés syriens, la Turquie fait pression pour un nouvel accord de cessez-le-feu et a envoyé lundi dernier une délégation à Moscou.

Parallèlement, la Turquie s'est dit prête à répondre à une demande d'aide militaire formulée par le gouvernement d'union nationale (GNA) libyen reconnu par l'ONU.

Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé jeudi que le Parlement voterait le 8 ou le 9 janvier sur une motion autorisant l'envoi de soldats en Libye pour soutenir le GNA face aux forces de l'homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar, ouvrant ainsi la voie à une intervention militaire turque directe dans ce pays.

Ankara a signé le 27 novembre avec le GNA un accord de coopération militaire et sécuritaire lors d'une visite à Istanbul de son chef Fayez al-Sarraj, mais doit obtenir du Parlement un mandat séparé pour pouvoir déployer des forces combattantes en Libye, comme en Irak ou en Syrie.

Selon l'agence officielle Anadolu, citant des sources au sein du parti de M. Erdogan, le calendrier pourrait être avancé et une motion pour obtenir ce mandat présentée dès lundi au président du Parlement en vue d'une session extraordinaire pour la voter jeudi.
(AFP, 29 décembre 2019)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Des hackers turcs s'attaquent à des sites officiels grecs

Des sites officiels grecs, celui du parlement grec, des ministères des Affaires étrangères et de l'Economie ainsi que de la bourse, ont été indisponibles pendant plus d'une heure et demi vendredi soir après l'attaque de hackers turcs.

L'équipe de hackers turcs, "Anka Neferler", a revendiqué et justifié cette action dans un communiqué publié vendredi soir sur sa page Facebook: "la Grèce menace la Turquie en mer Egée et en Méditerranée orientale. Et maintenant, elle menace la conférence sur la Libye" prévue dimanche à Berlin.

Ce piratage informatique survient alors que le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, se trouve à Athènes depuis jeudi soir.

Ankara soutient militairement le gouvernement libyen de Fayez al-Sarraj et a annoncé l'envoi de troupes en Libye pour l'aider à repousser les assauts des forces du maréchal Haftar.

Le gouvernement grec n'a pas été invité à la conférence de Berlin qui vise à lancer un processus de paix en Libye sous l'égide de l'ONU. Mais deux jours avant la conférence, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a pu s'entretenir à Athènes avec le maréchal Haftar qu'il a appelé "à garder une posture constructive à Berlin".

Lors de cette visite, Athènes a à nouveau exhorté l'UE à annuler un accord turco-libyen signé le 27 novembre entre le gouvernement de Fayez al-Sarraj et par le président turc Recep Tayyip Erdogan, principal soutien de Tripoli face au maréchal Haftar.

Selon Athènes, l'accord viole sa souveraineté sur des zones maritimes proches de certaines îles grecques. Mais pour Ankara, cet accord est une réponse à l'alliance créée entre la Grèce, Chypre et Israël qui s'est concrétisée par la signature de l'accord sur le gazoduc EastMed le 2 janvier dernier.

Kyriakos Mitsotakis a prévenu vendredi que la Grèce mettrait son veto au sein de l'Union européenne à tout accord de paix en Libye si les accords Ankara-Tripoli ne sont pas annulés.

Au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel, M. Mitsotakis a exprimé son "mécontentement" de ne pas être invité à Berlin. Mme Merkel lui a répondu que la conférence "visait à installer la paix et la stabilité en Libye et ne porterait pas sur les questions de zones maritimes en Méditerranée orientale", selon une source gouvernementale grecque.
(AFP, 17 janvier 2020)

La Grèce, Chypre et Israël ont signé un accord sur le gazoduc Eastmed

La Grèce, Chypre et Israël ont signé jeudi à Athènes un accord sur le gazoduc EastMed, un projet "important" selon ces pays pour la Méditerranée orientale, où l'exploitation d'hydrocarbures ne cesse d'alimenter les tensions avec la Turquie.

L'objectif est de faire des trois pays un maillon important de la chaîne d'approvisionnement énergétique de l'Europe, mais aussi d'afficher leur détermination face aux revendications d'Ankara, qui convoite les gisements énergétiques de la région.

Après des entretiens entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président chypriote Nicos Anastasiades et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, les trois dirigeants ont assisté à la cérémonie de signature de cet accord à 18H30 (16H30 GMT) par leurs ministres de l'Energie.

Ce gazoduc a "une importance géostratégique" et "contribue à la paix" et à la coopération dans la région, s'est félicité Kyriakos Mitsotakis après la signature.

"Ce gazoduc n'est une menace pour personne. La coopération régionale est ouverte à toute le monde à condition que le droit international et les règles de bon voisinage soient respectés ", a-t-il ajouté, précisant que l'Italie devrait se joindre rapidement à ce projet.

Pour sa part Benjamin Netanyahu a déclaré que "c'était un jour historique pour Israël, qui devient un pays très solide au niveau énergétique".

La signature de cet accord montre que "la coopération développée ces dernières années ne se résume pas à des discussions théoriques", a aussi noté le président chypriote.

- Gaz israélien vers l'Europe -

Long de 1.872 kilomètres, l'EastMed doit permettre d'acheminer entre 9 et 11 milliards de m3 de gaz naturel par an à partir des réserves offshore au large de Chypre et d'Israël vers la Grèce, ainsi que vers l'Italie et l'Europe centrale grâce aux gazoducs Poseïdon et IGB.

"Quand Israël a réalisé qu'il n'y avait pas les conditions requises" pour une coopération avec la Turquie, "l'option logique" était de soutenir l'EastMed, a expliqué à l'AFP Avinoam Idan, un expert du centre israélien Chaikin de recherche géopolitique.

"Il ne s'agit pas d'une concurrence avec l'énergie russe" mais d'un gazoduc "supplémentaire (...) et par conséquent il n'y a pas raison de le voir comme un grand changement géopolitique sur le marché énergétique de l'Europe", a-t-il tempéré.

Grand acteur sur le marché gazier, Moscou s'est allié à Ankara, et le nouveau gazoduc TurkStream reliant ces deux pays via la mer Noire en contournant l'Ukraine doit être mis en service début janvier.

L'origine d'EastMed remonte à 2013. La Grèce avait alors bénéficié de fonds européens pour couvrir une partie des travaux préparatoires.

Le coût du gazoduc jusqu'en Italie est estimé à six milliards d'euros.

L'EastMed représente "une coopération en faveur de la paix et ne vise aucun pays (...) c'est un moyen de diversifier les ressources en gaz naturel de l'UE", a souligné jeudi le ministre grec de l'Environnement et de l'Energie Kostis Hadzidakis.

Athènes et Nicosie "ont accéléré" la signature de cet accord afin de contrer les tentatives de la Turquie visant à empêcher le projet, selon le quotidien grec Kathimerini.

- Pressions turques -

La découverte ces dernières années de gigantesques gisements gaziers en Méditerranée orientale attise l'appétit des pays de la zone.

Les réserves de gaz et de pétrole au large de Chypre sont à l'origine ces derniers mois d'une dispute avec la Turquie, dont l'armée occupe le tiers nord de ce pays, membre de l'UE.

Contestant le droit de Nicosie de mener toute exploration et exploitation des ressources énergétiques, Ankara s'est livrée à une démonstration de force en envoyant des navires de forage dans la Zone économique exclusive (ZEE) chypriote malgré des avertissements de Washington et de l'UE.

Pour mieux renforcer sa position dans la région, Ankara a signé fin novembre un accord maritime controversé avec le gouvernement libyen d'union (GNA) afin d'augmenter "au maximum le territoire sur lequel ce pays a autorité et mener des activités d'exploration conjointes", a déclaré début décembre le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Mais l'accord turco-libyen a été vivement condamné par plusieurs pays, dont Chypre et la Grèce, voisins de la Turquie.

La signature de l'EastMed est intervenue quelques heures après l'adoption par le Parlement turc d'une motion autorisant le déploiement des militaires turcs en Libye pour soutenir le GNA, allié d'Ankara en difficulté face au maréchal Kahlifa Haftar, homme fort de l'Est libyen.
(AFP, 2 janvier 2020)

Conférence sur la Libye: la Grèce veut avoir son "mot à dire"

La Grèce veut participer à la conférence sur la Libye prévue en janvier sous l'égide de l'ONU, déclare le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis dans un entretien publié dimanche au moment où la tension monte sur la question avec la Turquie voisine.

"Nous ne voulons pas de source d'instabilité dans notre voisinage. Nous avons donc notre mot à dire sur les développements en Libye", estime M. Mitsotakis dans un entretien à l'hebdomadaire grec To Vima. "Nous voulons faire partie de la solution en Libye car cela nous concerne également".

L'ONU prévoit une conférence internationale à Berlin en janvier pour mettre fin aux divisions internationales sur la Libye et ouvrir la voie à une solution politique au conflit qui déchire le pays.

"J'ai demandé, et je le ferai de nouveau en insistant davantage, que nous participions au processus de Berlin", assure M. Mitsotakis.

La Libye est devenu un nouveau sujet de contentieux diplomatique entre les deux rivaux traditionnels que sont la Grèce et la Turquie qui s'opposent sur les droits maritimes en Méditerranée ainsi que sur les parties en conflit dans ce pays nord-africain.

Ankara a signé en novembre deux accords controversés avec le gouvernement libyen d'union (GNA) basé à Tripoli et soutenu par l'ONU.

L'un d'eux porte sur la coopération militaire de la Turquie avec le GNA --qui en a demandé la "mise en oeuvre", ouvrant la voie à une intervention militaire turque directe-- pour lutter contre les forces du maréchal Khalifa Haftar, l'autre sur la délimitation maritime entre la Turquie et la Libye.

La Grèce a jugé ces deux accords "dénués de fondement" et contraires au droit international.

Athènes a condamné l'accord maritime au motif que la Turquie et la Libye ne partagent aucune frontière maritime commune. La Libye "est notre voisin maritime naturel, pas celui de la Turquie", insiste M. Mitsotakis.

L'accord signé entre Tripoli et Ankara permet à la Turquie d'étendre ses frontières maritimes dans une zone de Méditerranée orientale où d'importants gisements d'hydrocarbures ont été découverts ces dernières années autour de Chypre. Athènes a annoncé pour sa part qu'un accord sur le gazoduc EastMed serait signé avec Chypre et Israël le 2 janvier.
(AFP, 29 décembre 2019)

Immigration / Migration

Entretien avec Dogan Özgüden sur le communautarisme en Belgique


La Libre Belgique du 22 janvier 2020
Entretien: Thierry boutte


LE CONTEXTE : "Emir Kir , l’arbre qui cache la forêt communautariste". Lundi, sous un même titre, les éditos de La Libre Belgique et du Soir mettaient en garde contre des élus qui privilégient les intérêts de leur pays d’origine plutôt que les valeurs de notre démocratie. Le député-bourgmestre de Saint-Josse a été exclu du PS. Mais la question relative au lobby de l’État turc reste.

Oui, selon Dogan Özgüden, rédacteur en chef d’ Info-Türk

Q - Le cas Emir Kir évoque-t-il un des problèmes du communautarisme au sens où des élus belges défendent et cultivent les intérêts et les valeurs d’un autre pays comme la Turquie (voire d’un parti turc) pour flatter un électorat potentiel et se faire élire en Belgique ?

A - Comme vous le dites, le cas Emir Kir est un arbre qui cache la forêt communautariste, dans cette forêt se trouve toute espèce d’opportunisme. C’est la conséquence de l'absence d’une politique d’intégration conforme aux valeurs démocratiques européennes d’une part, et d’autre part, de la mainmise des régimes répressifs des pays d’origine sur les immigrés.

Dans les années 70, la reconnaissance des droits de vote et d'éligibilité aux immigrés était une des revendications des associations des immigrés et exilés politiques notamment venus des pays sous la dictature fasciste comme l'Espagne, la Grèce, la Turquie et le Portugal. Avec nos camarades anti-fascistes grecs, espagnols, portugais et marocains réunis dans le Comité de liaison des organisations des travailleurs immigrés (CLOTI), nous demandions que les ressortissants de ces pays soient bien encadrés par les partis politiques belges pour qu'ils prennent leur place dans la vie sociale, culturelle et politique comme citoyens attachés aux valeurs démocratiques européens.

Malheureusement, cette demande n'a jamais été prise au sérieux. Quand le droit de vote fut reconnu dans les années 90, les ressortissants espagnols, portugais et grecs étaient déjà devenu les citoyens européens suite à la chute des dictatures. Quant aux immigrés turcs et marocains, ils se trouvaient toujours sous contrôle des régimes répressifs de leurs pays d’origine par le biais des organisations et mosquées sous le contrôle des missions diplomatiques et militaires en Belgique.

Pour soutenir le lobby turc dans la capitale européenne, Ankara avait déjà incité les immigrés turcs à se naturaliser également en Belgique. Quand les élections belges se sont ouvertes à la participation des immigrés turcs, l’ambassade de Turquie et sa fondation islamique Diyanet obligeaient les candidats et élus d’origine turque à servir le lobby d’Ankara pour contrer la reconnaissance du génocide arménien et les revendications démocratiques du peuple kurde. Après la crise syrienne, s’est ajouté un nouveau "devoir national" : discréditer en Belgique par tous les moyens le mouvement national kurde en Syrie qui combattait l’État islamique.

Dans ce contexte, les partis politiques belges, pour obtenir la vote des électeurs d’origine turque, sont entrés dans le marchandage avec les organisations nationalistes ou islamistes turques dans la sélection des candidats turcs et ont accepté leurs exigences communautaristes.

La campagne électorale de ces candidats se déroule également en turc, avec des promesses caressant les sentiments nationalistes des électeurs turcs.

Q - Y a-t-il beaucoup d’élus belges qui sont sous influence, du gouvernement turc, du parti d’Erdogan l’AKP, voire du parti MHP ?

A - Évidement… Grace à la double nationalité, les électeurs d’origine turque votent également aux élections législatives ou présidentielles de la Turquie. Lors de trois dernières élections turques, les électeurs en Belgique ont voté à 70 % pour la présidence de Recep Tayyip Erdogan et pour les partis politiques qui le soutiennent. Parallèlement, les mêmes électeurs utilisent leur vote dans les élections belges pour les candidats turcs qui sont toujours favorables à la coalition AKP-MHP au pouvoir.

Q - Considérez-vous qu’il y ait eu de la part des partis politiques belges du laxisme par rapport à ces élus ?

A - Ce laxisme existe et favorise uniquement les politiciens d’origine turque proche du régime d’Ankara. Or, en dehors des immigrés turcs, il y a aussi les diasporas arménien, assyrien et kurde dont les associations ou commerces ont été plusieurs fois saccagés, et même incendiés à Saint-Josse par les groupes turco-islamistes, notamment par les Loups gris du MHP. Les partis politiques belges doivent se libérer de leur soumission au lobby turc et doivent tenir compte dans leurs actions également de la présence en Belgique des autres nationalités ainsi que des opposants turcs du régime actuel d’Ankara. Il faut rappeler qu'aux élections turques, quand même, la moitié des électeurs de nationalité turque étaient absents aux urnes en signe de protestation et 30 % des participants ont voté pour les partis d'opposition.

Q - Emir Kir se dit victime et a dénoncé précédemment du racisme à son égard. Vous partagez ?

A - Si l’on parle d’être victime du racisme, il faut parler d’abord des victimes du racisme de l’Etat turc vis-à-vis des Arméniens, Assyriens, Kurdes et des centaines de milliers d'opposants du régime d’Erdogan et, en tant qu’élus belges, il faut dénoncer cette répression… Il y a trois jours, nous avons commémoré l’assassinat du journaliste arménien Hrant Dink à Istanbul. Deux leaders du parti HDP, Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag, un mécène internationalement connu, Osman Kavala, se trouvent depuis des années dans les prisons d’Erdogan. Je n’ai jamais entendu un seul mot de ces élus belges d’origine turque contre cette répression honteuse dans ce pays membre du Conseil de l’Europe et candidat à l’Union européenne.

Q - À votre avis, se dirige-t-on vers la création d’un parti communautaire turc ?

A - Dans les pays voisins comme les Pays-Bas et l’Allemagne, il y a eu plusieurs tentatives de former un parti communautaire turc, mais ils n’ont jamais obtenu une grande popularité même dans la communauté turque. S’il y a une tentative pareille en Belgique, la plupart des élus actuels préféreront rester sous l’étiquette des partis belges pour ne pas perdre leurs chaises aux élections prochaines.
Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir

LE SOIR, Véronique Lamquin, 18 janvier 2020

Le bourgmestre est sanctionné pour rupture du cordon sanitaire. Un geste fort, qui ne sera pas simple à gérer pour les socialistes.

Emir Kir n’est plus membre du Parti socialiste. La commission de vigilance du PS bruxellois lui a infligé la plus lourde sanction, l’exclusion. Jugeant que le bourgmestre de Saint-Josse a bel et bien rompu le cordon sanitaire en recevant, le 4 décembre dernier, une délégation de maires turcs, parmi lesquels deux élus MHP (extrême droite).

Jusqu’au bout, celui qui est aussi député fédéral espérait sauver sa carte de parti, soutenu par une frange de la Fédération bruxelloise. Poussé dans le dos par ses soutiens (au premier rang desquels Rachid Madrane), il concède, mardi, un mea culpa qui n’en est pas un, omettant soigneusement de présenter ses excuses, évoquant tout au plus « un manque de vigilance ». Touché : la commission des sages le suit… mais le dribble aussitôt, assénant que cette attitude, qui relève (pourtant) « d’un mandataire expérimenté », a eu « des conséquences graves ».

Les valeurs devant l’arithmétique électorale

Cette sortie minimaliste a en réalité alourdi son dossier : celles et ceux qui hésitaient encore à l’exclure y ont vu la preuve qu’il se permettrait toujours des largesses avec le socialisme dès lors qu’il entrait en zone turque. En clair : qu’il était incontrôlable sur ce terrain-là. Quant aux ténors de la Fédération, ils ont encore affermi, en fin de semaine, leur détermination, celle de ne pas tolérer une seconde de plus cette violation flagrante de la ligne historique du parti. Au nom de leurs convictions : le cordon sanitaire ne se négocie pas, il s’applique. A tous les membres du Parti socialiste

Les valeurs ont donc primé sur l’arithmétique électorale. Un principe fondamental, qui n’a rien d’une évidence en politique, mais que la Fédération bruxelloise du PS vient de réaffirmer. En cela, elle en sort renforcée, singulièrement son nouveau patron, Ahmed Laaouej, confronté, trois mois très exactement après son élection, à un dossier particulièrement délicat. Certes, la commission de vigilance statue en toute indépendance, mais ses membres, militants non-mandataires, ne pouvaient ignorer les positions de celles et ceux qui comptent chez les rouges de la capitale. Clairement, Ahmed Laaouej et ses vice-présidents, soutenus (encouragés) par Caroline Désir, Philippe Close, Ridouane Chahid et Rudi Vervoort, étaient prêts à assumer l’exclusion. Un geste inédit, fort, qui assoit un peu mieux leur autorité sur une Fédération déchirée par l’affaire Kir comme elle le fut, ces derniers mois, par l’élection interne (face à Rachid Madrane, à nouveau perdant), les divergences sur la laïcité, le casting ministériel… Dans les prochains mois, la nouvelle équipe devra s’atteler à réconcilier les clans…

L’inconnue de Saint-Josse

Dans l’immédiat, elle devra surtout gérer les conséquences de l’exclusion d’Emir Kir. A la Chambre, le PS perd donc un siège, ce qui rend l’hypothétique arc-en-ciel impossible mais, chez les socialistes, on n’y croyait plus guère. Plus compliquée est la situation à Saint-Josse : les socialistes y ont décroché une majorité absolue au dernier scrutin. Or, la nouvelle loi communale ne permet pas de démettre un bourgmestre. Sauf s’il démissionne, Emir Kir restera donc à la tête d’un collège. Que fera le reste de sa section ? Jusqu’ici, elle a fait bloc derrière lui. Les 17 élus (sur 29) sont, depuis cette nuit, dans un conflit de loyauté, entre leur parti et leur chef. Schisme en vue ? Les prochains jours le diront, et détermineront l’avenir (compliqué) de la majorité, actuelle ou recomposée. A moins qu’Emir Kir n’introduise un recours (il a trente jours pour le faire) devant la commission de vigilance nationale, cette fois. Pas sûr, toutefois que le boulevard de l’Empereur inverse la décision bruxelloise, motivée par la rupture du cordon sanitaire...

A moyen terme, le PS bruxellois devra se passer d’un atout électoral dans les communautés turque et tennoodoise (18.000 voix à la Chambre en mai, 50 % des suffrages aux communales de 2018). Mais il a plus de quatre ans pour construire la relève. Surtout, il se libère d’un poids, lourd auprès des électeurs du sud-est de Bruxelles, de plus en plus nombreux à considérer le communautarisme d’Emir Kir comme rédhibitoire. Ahmed Laaouej peut désormais se concentrer sur son objectif de « reconquête », moyennant, quand même, la tenue préalable d’un débat interne sur la laïcité, pour éviter les clivages marqués de la dernière campagne. Il pourra alors lancer ces candidats qui parlent « à tous les Bruxellois(es) », condition élémentaire mais peut-être pas suffisante pour redresser l’esquif socialiste bien malmené dans les urnes, en mai dernier.

Emin Ozkara démissionne: un élu de moins pour le PS au Parlement bruxellois

Quinze heures après l’exclusion d’Emir Kir, Emin Ozkara, député socialiste au Parlement bruxellois a annoncé sur Facebook sa décision de siéger comme indépendant. Tant comme député régional que comme conseiller communal à Schaerbeek. Nous n’avons pas réussi à joindre Emin Ozkara pour qu’il motive sa décision.

Pour rappel, le député fait, lui aussi l’objet d’une plainte devant la commission de vigilance de son parti. En avril dernier, juste avant les élections, il s’était désolidarisé de la position de son groupe lors d’un vote sur les règles de transparence. Un acte de « rébellion » politique qui faisait suite à des incidents, plus graves, l’ayant opposé, ainsi que des représentants de Cumuleo et Transparencia à certains élus de son groupe. Le ton était nettement monté et s’était fait menaçant envers plusieurs élus et collaborateurs socialistes.

Quelle sera l’attitude des élus de la communauté turque ?

Les accusant à son tour d’intimidation à son égard, Emin Ozkara avait déposé plainte pour intrusion et vandalisme de son bureau, la police judiciaire était descendue sur place. La rupture avec le PS était, pensait-on, consommée… Sauf qu’il était trop tard pour biffer son nom d’une liste électorale à qui il a apporté 4.385 voix et donc un siège. Au lendemain du scrutin, Caroline Désir avait déposé plainte devant la commission de viligance du PS. Un dossier dépassé, dans les urgences, par celui d’Emir Kir…

Si Emin Ozkara siège bel et bien comme indépendant dès ce lundi, le PS ne disposera plus que de 16 sièges, un seul de plus qu’Ecolo… Et ce alors que, suite à l’affaire Kir, d’aucuns s’interrogent sur l’attitude des trois autres élus de la communauté turque au Parlement bruxellois.
(Le Soir, Véronique Lamquin, 18 janvier 2020)

Emir Kir exclu du PS: "Une décision qui restaure l'honneur des socialistes"

La commission de vigilance du PS bruxellois a décidé l'exclusion du député-bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir, a-t-on appris samedi à la Fédération du Parti Socialiste sur le coup d'une heure du matin. L'information a peu de temps après été confirmée par le président et les deux vice-présidents du Parti socialiste bruxellois dans un communiqué.

"Le PS bruxellois prend acte de la décision rendue par sa Commission de vigilance ce vendredi 17 janvier, d'exclure Emir Kir. Saisie d'une plainte introduite par un militant pour rupture du cordon sanitaire - accueil et rencontre avec deux maires du MHP, parti d'extrême droite - la Commission de vigilance a pris sa décision conformément aux statuts du Parti Socialiste", ont indiqué le président Ahmed Laaouej, et les vice-présidents Isabelle Emmery et Martin Casier. Selon ceux-ci, la Commission de vigilance du PS bruxellois a statué après avoir pris connaissance du rapport de deux rapporteurs chargés d'analyser le dossier, et après avoir procédé à plusieurs auditions des parties concernées par la procédure.

"En conclusion de ses travaux, la Commission de vigilance fédérale a conclu que la rupture du cordon sanitaire avec un parti d'extrême droite était incompatible avec la qualité de membre du PS. Elle juge qu'il y a eu rupture du cordon sanitaire et qu'il y a eu un manquement de vigilance aux conséquences graves, de la part de ce mandataire expérimenté, dans la connaissance et dans l'enquête préalable et préparatoire portant sur les appartenances politiques des membres de la délégation de l'Association des Villes et des Communes de Turquie (TBB) qu'il a reçue le 04 décembre 2019 alors qu'elle était présente à Bruxelles du 2 au 5 décembre", souligne le communiqué.

Il y est enfin précisé que conformément à l'article 79 § 2 des statuts du PS, la décision est susceptible d'appel dans un délai de 30 jours à dater de la notification, auprès de la Commission de vigilance nationale du PS. A défaut d'appel dans le délai prescrit, la décision devient définitive.

La commission de vigilance qui s'est réunie durant plusieurs heures avait à prendre position sur plainte de Jeremie Tojerow, un militant saint-gillois du parti au sujet de la rencontre du député-bourgmestre de Saint-Josse-Ten Noode avec deux maires turcs d'extrême droite, aux côtés de quatre autres maires turcs en marge d'une réunion à laquelle ceux-ci avaient pris part au niveau européen en décembre.

Jusqu'à présent, sans nier les avoir rencontrés, M. Kir a toujours démenti avoir invité ces bourgmestres d'extrême droite. Mardi dernier, après avoir été entendu par les rapporteurs de la commission de vigilance de la fédération bruxelloise du PS, il avait redit son "attachement aux valeurs du PS et rappelé avec force" sa "condamnation de l'extrême droite", reconnaissant "une erreur d'appréciation" de sa part.

"Une décision qui restaure l'honneur des socialistes"

Jeremie Tojerow, le militant socialiste à la base de la plainte à l'encontre d'Emir Kir, a tenu à saluer une "une décision difficile, mais qui restaure l'honneur des socialistes".

Sur son compte Facebook, il a estimé qu'"en prenant une sanction aussi ferme contre une personne qui occupe des fonctions politiques de premier plan, et a obtenu des scores électoraux importants", le PS bruxellois rappelait que "personne n'est au-dessus de ses principes et combats fondamentaux, simple militant ou mandataire important". "Elle rappelle aussi combien la logique "ethnico-nationaliste" est en contradiction avec les valeurs universelles du parti socialiste. L'extrême droite, le racisme, les libertés individuelles ne sont pas des concepts relatifs, à géométrie variable, ou de simples éléments de langage, mais bien les principes directeurs de notre action" a-t-il ajouté.

M. Tojerow a par ailleurs tenu à s'adresser aux militants ou citoyens à qui certains ont voulu, selon lui faire croire que sa démarche participait à un lynchage raciste ou turcophobe. "Chacun(e) a le droit fondamental, qui est au coeur des valeurs du PS et de mon engagement politique de toujours, d'être attaché(e) à ses identités multiples, sa culture d'origine, au pays de ses parents, de pratiquer un peu, beaucoup ou pas du tout la confession religieuse héritée de ses parents. C'est pour assurer et garantir ce droit que nous avons besoin de la force d'une organisation collective et de mandataires capables de rassembler travailleur(se)s et citoyen(ne)s de toutes origines autour de valeurs et principes universels. Plus que jamais dans le contexte actuel, nous ne pouvons pas nous permettre des dirigeants qui invoquent les libertés individuelles et le droit des minorités selon le contexte national ou les groupes de la population concernés: ils sont, au mieux, les alliés objectifs des forces d'extrême droite et anti-lumières, et ne servent pas du tout les intérêts des groupes qu'ils prétendent défendre et représenter. Ils rendent impossible la défense de ces principes et le rassemblement le plus large autour d'eux", a-t-il expliqué. (La Libre Belgique,
18 janvier 2020)

Emir Kir, l'amnésique

Bertand Henne, RTBF, 15 janvier 2020

Emir Kir, le bourgmestre PS de Saint-Josse (Bruxelles), regrette avoir rencontré des élus d’extrême droite turque. Ce mea-culpa pourrait suffire à lui éviter l’exclusion. Ce serait le signal attendu pour sortir par le haut de cette affaire. Il se dit que ces regrets pourraient au moins adoucir la sanction qui lui pendait au nez depuis la plainte déposée par un militant devant la commission de vigilance de la fédération bruxelloise du PS.

Que dit Emir Kir après 40 jours sans réaction sauf celle de se dire victime de turcophobie? Il “regrette formellement d’avoir accueilli cette délégation. Je ne le referais plus.” C’est la phrase clef de ce communiqué. Celle qui compte pour le PS Bruxellois. Celle qui pourrait le sauver.

Il y a de quoi sérieusement douter de la sincérité de ces regrets. Car il y a d’autres phrases, qui laissent planer beaucoup d’ombre. Jamais il n’y a “reconnaissance” du problème fondamental : la nature fasciste, raciste, ultranationaliste des élus du MHP. Cette absence de reconnaissance est un grand classique du genre. Les regrets de Theo Francken après sa rencontre avec le collaborateur Bob Maes en 2014 ont fonctionné de la même manière. Au Grand dam à l’époque du PS.

Le caractère minimal du mea-culpa est encore plus évident quand Emir Kir reporte la faute sur les institutions européennes qui ont accueilli aussi cette délégation de maires avant lui. “Toutes les vérifications préalables avaient été faites”. En disant cela Emir Kir dilue sa responsabilité en soulignant que d’autres institutions ont accueilli cette délégation de maires turcs. Pire, par cette phrase il feint d’ignorer ce qu’est le MHP.
Ignorance

Emir Kir est l’un des élus belges qui connaît le mieux la Turquie et son histoire. Il connaît donc très bien le MHP. Il n’a pas besoin que des institutions européennes "screene" des élus turcs pour lui. Emir Kir sait que le MHP est un parti d’extrême droite profondément raciste, nationaliste et violent.

Emir Kir sait très bien ce qui s’est passé le 19 décembre 1978 à Marach (Kahramanmaraş). Ce jour-là, les loups gris, les milices du parti MHP entrent dans ce village du sud-est de la Turquie. Les miliciens marquent d’une croix les portes des maisons des familles de la minorité Alévis, d’une croix aussi celles des familles communistes et progressistes.

C’est le début de plusieurs jours de massacres. Des scènes de haines. Des femmes enceintes éventrées. Des enfants décapités. Des viols en série. Le nombre total de victime est assez flou. Entre 500 et 1000 morts selon les estimations récentes. Il y a des zones d’ombre sur ce massacre. Mais il y a aussi des faits. Des faits qui démontrent la haine ethnique des milices du MHP.

Bien sûr les historiens soulignent qu’a l’époque la violence politique existait à l’extrême gauche aussi. Ce contexte de violence politique généralisée à souvent permis de diluer la responsabilité du MHP. Sauf que Marach n’est pas un fait isolé. Les loups gris, le bras armé du MHP a massacré avant et après. Le MHP, n’a jamais renié son idéologie suprémaciste turque et ses thèses ultranationalistes. Emir Kir le sait très bien. Pourtant, quand on lui pose la question dans la DH : "Est-ce que le MHP est d’extrême droite ?" Il répond : "Du point de l’opinion publique belge oui." Et il refuse d’aller plus loin. Tout le problème est là.

Question de point de vue

Il refuse d’aller plus loin alors qu’il sait. Il sait que le MHP est un parti d’extrême droite aussi du point de vue de nombreux Turcs. Il sait que ce parti est d’extrême droite du point de vue du socialisme. Il sait enfin que c’est le point de vue de tous les démocrates et des humanistes. Il sait. Mais il fait semblant. Ou il s’en fout.

Il sait parce qu’il a peut-être oublié qu’être démocrate en Belgique (francophone) c’est plutôt facile. Mais que c’est de plus en plus difficile et dangereux en Turquie. Il oublie que la démocratie ce n’est pas qu’une question de point de vue. C’est surtout une question de principe. Et que la défense des principes exige des choix courageux. Ça, il a oublié. On verra si son parti lui pardonne son amnésie.


Emir Kir est en contact avec un maire d'extrême droite depuis 2015


RésistanceS.be, MANUEL ABRAMOWICZ, 12 janvier 2020

Depuis la visite d'une délégation turque en Belgique, en décembre dernier, le bourgmestre PS de Saint-Josse est au coeur d'une polémique pour ses liens supposés avec des maires du MHP, le parti d'extrême droite en Turquie. Suite à une plainte interne déposée contre lui, ce lundi, il se rendra devant la commission de vigilance de son parti. L'enjeu est important : a-t-il oui ou non rompu le cordon sanitaire. Si oui, il pourrait être exclu du PS. Pour se défendre, Emir Kir dénonce une campagne « turcophobe » fomentée contre lui et affirme n'avoir aucun lien avec l'extrême droite. Dans son enquête exclusive, le journal RésistanceS démontre le contraire.

Après une visite au Parlement européen d'une délégation de l'Union des villes de Turquie, le mercredi 4 décembre dernier, cette dernière s'est rendue ensuite dans la commune bruxelloise de Saint-Josse. Elle a été officiellement reçue par son bourgmestre, le PS Emir Kir, par ailleurs député fédéral et ancien Secrétaire d'État sous le gouvernement régional bruxellois de Charles Picqué (PS). Parmi les maires turcs, deux appartiennent au Milliyetçi Hareket Partisi (MHP), en français « Parti d’action nationaliste », une formation d'extrême droite bien connue. C'est au sein du MHP que l'organisation para-militaire des Loups Gris, responsable d'actions terroristes contre ses opposants, a été fondée.

La révélation de cette visite à Saint-Josse va provoquer quelques réactions, en interne, au sein du Parti socialiste et dans les rangs de l'opposition communale à Saint-Josse, conduite par l'écologiste Zoé Genot. Le 5 décembre, le tout nouveau président de la Fédération bruxelloise du PS, Ahmed Laaouej, informe par communiqué de presse qu'il « ne cautionne pas la réception par Emir Kir de mandataires du MHP. La lutte contre l'extrême droite ne peut souffrir d'exception. Aucune forme de complaisance n'est acceptable ». Le 13 décembre, Jérémie Tojerow, un militant PS de Saint-Gilles décide de saisir la commission de vigilance de la Fédération bruxelloise du parti. Et précise dans son post publié à ce sujet sur Facebook : « Comme de nombreux militants, il me paraît impossible de réduire cette rencontre à un simple accident de parcours ou à une erreur de jugement. En effet, Emir Kir avait notamment déjà fait état d’une rencontre avec un maire d’extrême droite sur les réseaux sociaux en juillet 2018, évoquant ''une agréable rencontre''' ». Mercredi dernier, Simone Susskind accorde une interview au Vifdans laquelle elle tape du poing sur la table. Elle dit qu'Emir Kir « doit en finir avec son double discours ». La sénatrice socialiste répètera son propos lors d'une séquence du journal télévisé de la RTBF, vendredi passé.

Des liens avec le maire d'extrême droite, depuis 2015 !

L'enquête du journal RésistanceS constate que le bourgmestre PS de Saint-Josse se rend à Emirdağ chaque été. Ce qui n'est pas un crime, bien entendu. Mais, il n'y effectue pas qu'un séjour estival sur les terres d'origine de sa famille. Le député-bourgmestre belge y est reçu comme un véritable chef d'État par son désormais ami Ugur Serdar Kargin.

En juillet 2015, Emir Kir se trouve côte à côte avec lui, au premier rang, dans le carré des VIP, du onzièmeFestival International de la municipalité d'Emirdağ. Tout sourire, il y trône alors comme un invité de marque. L'année suivante, présent au moment de la tentative de coup d'État contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, soutenu par le MHP, Emir Kir est à nouveau en vacances chez Ugur Serdar Kargin. Après l'échec du putsch fomenté par une petite fraction de l'armée, le bourgmestre de Saint-Josse se rend une nouvelle fois dans son bureau à la mairie. Une occasion pour Kir de manifester son soutien au président turc. Lors de cette nouvelle visite, désormais annuelle, le socialiste belge dira notamment, selon un média turc :« Nous devons accomplir [à Emirdağ] un devoir de pèlerinage en raison de notre religion. C'est notre pèlerinage religieux, mais nous avons aussi un pèlerinage social à faire ici. Chaque [personne originaire de cette ville]doit visiter celle-ci [quand elle vient en Turquie pendant les vacances] ». Le bourgmestre belge profite encore de l'occasion pour encourager le maire MHP de poursuivre dans la modernisation de sa ville. Ensuite, ils défileront ensemble dans les rues d'Emirdağ pour serrer les mains de ses habitants présents sur leur passage.

En juillet 2018, Emir Kir est de retour dans « la petite Belgique ». Sur le mur de son profil Facebook, il publie une photo de lui dans le bureau d'Ugur Serdar Kargin. Il précise qu'il s'agit d'une simple rencontre anodine et uniquement liée à sa présence en vacances sur place. Pourtant, le grand quotidienHürriyetavait annoncé, le 18 juillet, quelques jours avant l'arrivée de Kir, son déplacement politique. Tout comme Belemtürk. Le 23 juillet, ce média turc écrit : « Le député fédéral et maire de Saint-Josse Emir Kir sera dans la région du 25 au 30 juillet afin d'établir divers contacts à Emirdağ et sa région. En plus des contacts officiels, le maire rencontrera également des expatriés qui sont venus passés leurs vacances dans leur ville natale. Emir Kir, le maire d'Emirdağ Uğur Serdar Kargın et le gouverneur d'Emirdağ Huseyin visiteront M. Bey, puis les districts de Saray, Yunak, Özburun, Adayazı, Karacalar, Hamzaacılı, Tez, Suvermez, Yüreğir, Çaykışla, Güveççi et des villages ».

Nous sommes bien loin d'activités classiques de simples vacances dans le pays d'origine de ses parents. Y compris en été, Kir semble poursuivre sa campagne permanente de séduction de son principal électorat, les Turques de Bruxelles. Comme en témoignage, force est de constater, ses pèlerinages annuelles chez Ugur Serdar Kargin, le maire
d'extrême droite d'Emirdağ.

Bras droit levé à la manière des Loups Gris

L'homologue turc d'Emir Kir, né en 1971, est un membre fort actif du Parti d'action nationaliste, et ce, depuis bien longtemps. Professionnellement actif dans le commerce du marbre, ce n'est pourtant qu'en 2014 qu'Ugur Serdar Kargin s'engage réellement au grand jour en politique. Après les élections locales du 30 mars 2014, il devient le maires d'Emirdağ. Cette cité deviendra ainsi l'une des 167 petites villes et communes tombées aux mains du MHP. Elle se transformera bien vite comme l'un de ses fiefs électoraux. Comme en témoigne l'activités politiques de la section locale du MHP. Au début du mois d'août 2014, quelques mois après la victoire d'Ugur Serdar Kargin, le secrétaire général du parti d'extrême droite (le deuxième de son histoire, débutée en 1969) se rend sur place pour une visite officielle. Devlet Bahçeli y est reçu en grande pompe. Il y a un an et demi, c'est Ugur Serdar Kargin qui se rendra en visite chez le chef suprême du MHP. Il exprime ainsi son allégeance indéfectible au parti, comme il le fait encore aujourd'hui pour son président-fondateur, Alparslan Türkeş (1917-1997), alias « Basburg » (le Meneur), un des conspirateurs d'un coup d’État militaire qui eut lieu en 1960.

Lors des meetings et de manifestations de rue de son parti, le maire d'Emirdağ n'hésite jamais à lever le bras droit pour faire le signe des Loups gris. Comme aurait pu, en quelques secondes, le constatez en personne le bourgmestre PS de Saint-Josse, ami avec lui sur Facebook où figurent de nombreuses photos d'Ugur Serdar Kargin ne laissant aucun doute sur son appartenance politique. D'ailleurs, dans le bureau de celui-ci, comme dans des cafés turques de Saint-Josse, se trouve au mur, bien placé, l'emblème de l'extrême droite anatolienne. Emir Kir lui-même sera pris en photo en-dessous de celui-ci, lors d'une de ses visites estivales à la mairie d'Emirdağ.


Emir Kir plonge le PS bruxellois dans l’embarras

Le Soir, Véronique Lamquin, 11 janv 2020

Agréable rencontre avec les bourgmestres turcs d’Adana, Kütahya, Nigde, Amasya, Sinark, Bilecik, en visite à Bruxelles avec la délégation de l’Union des Villes de Turquie ». Emir Kir joint aux mots (en turc et en français) une photo immortalisant l’événement… Sur le cliché pris le 4 décembre à la maison communale de Saint-Josse, deux représentants du MHP, parti ultranationaliste et xénophobe, proche des Loups gris, « clairement d’extrême droite », souligne Mazyar Khoojinian (ULB). Le bourgmestre tennoodois tente de se justifier : il « n’a pas lancé l’invitation, le bristol émane du Comité des Régions, il y avait là des élus de plusieurs formations politiques turques. »

Dix-huit mois plus tôt, c’est de sa propre initiative qu’Emir Kir, en campagne pour sa réélection à la tête de la plus petite commune du Royaume, se rend en Turquie, dans la ville d’Emirdag, dont sont originaires nombre de Tennoodois. Et l’on retrouve la formule consacrée, soulignée par un cliché tout sourire : « Très agréable rencontre avec le maire, Ugur Serdar Kagin ». Lui aussi membre du MHP, et connu pour ses positions radicales.

Si, à l’été 2018, la poignée de mains avec un ultra-nationaliste turc ne fait pas de vague, celles de décembre 2019 provoquent un tollé. Rupture du cordon sanitaire, pourtant si cher au PS, s’insurge-t-on, à l’interne comme à l’externe. Suivent les condamnations cinglantes des nouveaux présidents du PS et de la Fédération bruxelloise du PS et, surtout, le dépôt par Jérémie Tojerow, militant, d’une plainte devant les instances socialistes. Emir Kir se dit alors « serein », « prêt à expliquer ». Lorsque la polémique vire à la haine sur les réseaux sociaux, il confie l’affaire au parquet, pour « incitation à la violence et menace ». Et quand Simone Susskind appelle, dans le Vif, à son exclusion du parti, il sort de ses gonds, se disant, dans la Dernière Heure, victime « d’un lynchage raciste et turcophobe ».

La commission de vigilance du PS bruxellois statuera « en toute indépendance », nous jure-t-on dans toutes les nuances de rouge. Les cinq sages (des militants n’exerçant aucun mandat) qui la composent procèdent actuellement aux auditions des parties, leur décision est attendue avant la fin du mois. Leur pouvoir ? Infliger une sanction, de la plus symbolique (le rappel à l’ordre motivé) à la plus nette (l’exclusion du parti) en passant par les très concrètes suspension ou révocation de mandat et autre interdiction de se présenter sur une liste électorale socialiste. Car, cette fois, hormis les fidèles des communautés turque ou tennoodoise, le petit peuple de gauche est unanime : « on ne fraie pas avec l’extrême droite, il a commis une faute, une erreur. » « Et, à aucun moment, il n’a formulé d’excuses ni de regrets. »

Au-delà de cette condamnation sans équivoque des faits et de la demande quasi unanime d’un « geste clair » du parti, les avis des dizaines de mandataires et militants socialistes que nous avons interrogé(e)s divergent quant à la nature de la sanction (éventuelle). Un groupe, sans doute pas majoritaire, mais très déterminé, n’est pas loin de dire, en coulisses, « on arrive au point où c’est lui ou nous ». « Pendant la campagne électorale, dans les communes du sud de Bruxelles, on ne nous parlait que de Kir. Il nous fait peut-être gagner des voix mais qu’est-ce qu’il nous en fait perdre ! » L’argument tourne en boucle chez les candidat(e)s qui ont tenté, en vain, d’enrayer les fuites d’électeurs à Uccle, Woluwe ou Ixelles. Avec cette conclusion très pragmatique : « si on veut l’exclure, c’est maintenant qu’il faut le faire, on a, en principe quatre ans sans élections, on a le temps de reconstruire. » Sous-entendu : de trouver un successeur à Emir Kir dont la popularité électorale est la meilleure assurance-vie. Sa liste a raflé 48 % des voix aux communales d’octobre 2018 à Saint-Josse, un électeur sur quatre a voté sur son nom ; en mai 2019, avec ses 18.520 voix à la Chambre, il pesait à lui seul 20 % des suffrages exprimés à Bruxelles pour le PS – « oui mais on a quand même perdu deux sièges, on n’a jamais fait aussi peu », assène un ténor. Le calcul des pertes est vite fait, celui des gains impossible à effectuer. Qu’à cela ne tienne, certains, et non des moindres dans la hiérarchie, poussent « à régler enfin le problème Kir ». En (très) résumé : « il n’a pas sa place dans le parti », « il faut faire le ménage », « si on n’arrive pas à régler ça en interne chez nous, comment peut-on prétendre lutter contre le fascisme et l’extrême droite ? On n’est pas crédibles », « est-ce qu’on fait de la politique au nom de valeurs ou d’arithmétique électorale ? »

« Une loyauté sans faille à la Turquie »

Principal grief ? « Ses accointances avec la Turquie », pointent, unanimes tous nos interlocuteurs. « Son allégeance », corrigent certains. C’est d’ailleurs sur ce « seul » point que porte la plainte dont s’est saisie la commission de vigilance. Le sujet n’est pas neuf… En 2015, le bourgmestre de Saint-Josse brille par son absence pendant la minute de silence, à la Chambre, en mémoire du génocide arménien. Convocation au boulevard de l’Empereur : de son audition par le secrétaire général du parti sortira un communiqué – « Emir Kir connaît la position de son parti, qu’il n’a jamais remise en question ». Pas de sanction, pas d’excuses. Mais, quelques semaines plus tard, Emir Kir vote la résolution sur la commémoration du génocide. Entre-temps, Laurette Onkelinx a confié à Simone Susskind, sage du parti, une « mission de médiation ». « J’ai demandé à Emir Kir de pouvoir rencontrer beaucoup de gens dans la communauté turque, pour nourrir un travail d’accompagnement, raconte la “médiatrice”, cinglante. Il ne l’a jamais fait et m’a accusée de vouloir “éduquer” la communauté turque. Il n’en était rien et ma mission en est restée là. » En 2016, le bourgmestre de Saint-Josse dénonce l’organisation d’une manifestation kurde : « le PKK qui défile à Bruxelles, c’est comme si Daesh manifestait à Madrid » ; Elio Di Rupo lui passe un coup de fil « pour le rappeler à l’ordre ». Pendant la campagne électorale, il diffuse un tract, en turc, dénonçant le plan Canal qui « vise les musulmans sous prétexte de terrorisme » et défendant l’abattage rituel ; le président du PS laisse passer.

Des prises de position polémiques en Belgique, banales en Turquie. Et c’est précisément là que se situe le problème Kir, selon de nombreuses sources : « Il est Turc avant d’être socialiste ». « Sa loyauté à la Turquie ne sera jamais prise en défaut. » Elle se cultive dans un réseau extrêmement bien maillé, avec les milieux diplomatiques et consulaires – lesquels se seraient d’ailleurs émus, auprès de certains dignitaires socialistes, des « ennuis » que pourrait lui causer le PS – les sphères politiques (les partis turcs cultivent leurs antennes sur le sol européen) et religieuses. Mais elle ne s’entache pas de liens partisans : le bourgmestre de Saint-Josse reçoit le MHP, jumelle son kilomètre carré avec la ville d’Eskisehir gouvernée par un maire social-démocrate et intègre l’AKP dans son premier cercle – qui comprend d’ailleurs un attaché de presse travaillant exclusivement avec les médias turcs. « La maison communale, c’est comme la deuxième ambassade de Turquie à Bruxelles », résume ce Tennoodois. « Emir Kir a toujours entretenu cette relation forte avec son pays d’origine, raconte cet expert de la communauté turque en Belgique, qui préfère rester anonyme. Mais, il y a quinze ans, la Turquie espérait entrer dans l’Union européenne. Depuis, elle s’est considérablement radicalisée, dans toute la sphère politique. Ce n’est plus le même pays. Ainsi, la distance entre le PS et Erdogan est de plus en plus importante… Le grand écart devient inextricable pour le bourgmestre de Saint-Josse. »

Or, son réservoir de voix régional – considérable mais plafonné à 18.000 voix, son score en 2014 et 2019 – se situe dans les communautés turques (et tennoodoise). « Il est donc prisonnier de sa relation avec son pays d’origine. » Et des liens de ses électeurs avec leur patrie. « Très forts, et peu critiques, résume Corinne Torrekens, professeure de sciences politiques à l’ULB. La plupart d’entre eux entretiennent une forme de contradiction : ils seraient très critiques des positions prises par Erdogan si elles émanaient d’un Etat européen, notamment sur le plan des discriminations. Mais quand c’est l’Etat turc, on n’a qu’un silence assourdissant. » Autre élément de porte-à-faux pour Emir Kir : la popularité croissante d’Erdogan. « Il est vu comme le seul leader du monde musulman capable de tenir la dragée haute aux puissances occidentales et de redorer le blason de la communauté musulmane. Lors du dernier référendum, une majorité de Belgo-Turcs l’ont soutenu », analyse l’experte.

« Un gâchis dont il n’est pas seul responsable »

« C’est un problème que l’on connaît avec d’autres de nos élus d’origine turque », pointent plusieurs socialistes. Dans le viseur, les quatre députés du Parlement bruxellois (22 % des voix de la liste, dont plus de 6.000 pour Hasan Koyuncu, pourtant 25e). « Emir Kir met une pression sur les questions internationales qui est vraiment pénible, et les autres suivent ». « Il se prend pour le calife, il se sent intouchable vu son nombre de voix et du coup, il donne le ton pour les autres. » Dernière tension en date : l’intervention turque contre les kurdes en Syrie, en octobre, au sujet de laquelle « ils ont freiné des quatre fers pour éviter un positionnement public du PS condamnant l’action ». L’un d’entre eux, Sevket Temiz, nous a servi, mot pour mot, la ligne d’Emir Kir sur les maires AKP. « Je ne vois pas pourquoi Emir serait inquiété pour ça. Ils ont été invités par l’Union européenne. On ne peut pas lui reprocher de les avoir reçus. Cela va trop loin ce qu’on lui fait. Le MHP est un parti représenté au Parlement turc ! » Et d’extrême droite ? « Ce n’est pas à moi de considérer qui est d’extrême gauche ou d’extrême droite ! Et puis, dans la délégation, il y avait le CHP, parti frère du PS. Allez demander à l’Internationale socialiste ce qu’elle en pense ! »

« On a un travail pédagogique à faire avec nos élus de la communauté turque », soupire une mandataire. « Mais on peut et doit le faire. On ne peut pas ignorer la communauté turque qui, est une part de la population bruxelloise. On doit prendre le temps de parler avec elle, de comprendre sa situation. Et de se retrouver autour de nos valeurs », abonde cette autre. « Il faut être plus prudent dans l’orientation et le contrôle des élus turcs », suggère Dogan Ozguden, opposant de la première heure.

Le vœu semble pieux quand on se souvient qu’en 2006 déjà, la campagne de Laurette Onkelinx à Schaerbeek vire au communautarisme : un loup gris figure sur sa liste, l’un de ses colistiers avait rencontré… un représentant du MHP en Belgique. « Le PS a été le premier à s’ouvrir à la diversité bruxelloise, salue cet autre expert de la communauté turque. Mais il l’a parfois fait sans discernement. » Puis en occultant le nationalisme, « qui a une longue histoire dans la diaspora turque », confirme Corinne Torrekens. Et, enfin, « en fermant les yeux sur des comportements inacceptables. » Retour à Emir Kir. « Laurette et Elio l’ont laissé partir en vrille. Au lieu d’en faire une figure de la citoyenneté politique, on l’a laissé se marginaliser par rapport à la population belge. C’est un échec, un gâchis, dont il n’est pas seul responsable. Le parti et la Fédé auraient dû traiter ça bien avant. »

Ce qui fait dire à certains socialistes que l’exclusion serait un pas trop loin. « Ou alors il faut en exclure d’autres. » « C’est peut-être ce qu’il faudrait faire, sinon on va vivre d’autres épisodes pareils plus tard. » « Justement, c’est une figure emblématique, qui a une emprise sur les autres, il faut s’en séparer. » « Et on ne peut plus tolérer sa logique de mépris à l’égard du projet collectif, enfonce ce militant. Il se comporte comme un franchisé MacDonald : il a le label PS quand ça l’arrange mais pour le reste, il fait ce qu’il veut. » « Il dit que ses voix lui appartiennent ? Eh bien qu’il les prenne et qu’il s’en aille ! » « Ceci dit, si c’est le communautarisme que l’on vise, on va devoir se séparer d’une série de gens », ironise cette source interne.

Car, à la faveur du dossier Kir, les clivages apparus lors de la campagne autour de la laïcité ressortent. « Si on continue à céder sur les droits de l’homme, la laïcité on ne sera bientôt plus que quelques-uns à défendre les valeurs socialistes, c’est le syndrome de la cabine téléphonique », s’énerve ce mandataire. « Je ne peux pas me reconnaître dans un parti qui ferme les yeux sur tout. Sans compter que nos amis wallons ne comprennent pas à quoi on joue. » « On doit arrêter cette logique de candidats qui ont leur pré carré. On ne se sauvera que si on retrouve des candidats qui défendent nos valeurs auprès de tous les Bruxellois. » « Soit on ouvre le débat, et on trouve un équilibre sur ces thèmes-là, soit ça va péter et des gens vont quitter le parti. » Une tension exacerbée par le PTB, qui joue cette carte sans hésiter sur le terrain bruxellois.

« Un vrai bourgmestre de gauche »

En faveur (interne) d’Emir Kir : sa gestion de Saint-Josse. « Il a une grande fibre sociale, c’est un bourgmestre qui porte et applique nos valeurs », apprécie une mandataire au cœur bien à gauche. Et de citer les repas gratuits dans les écoles, la semaine de quatre jours pour les fonctionnaires, « des politiques sociales pour tout le monde pas simplement pour la communauté turque »… Une appréciation en décalage avec le procès que dresse, depuis de nombreuses années, l’opposition tennoodoise, Zoé Genot (Ecolo) en tête. Sans jamais arriver à coincer le bourgmestre autrement qu’en faisant annuler, par la tutelle, certaines décisions.

Principal reproche : le clientélisme, qui se traduit notamment par des engagements multiples dans l’administration communale. Lors d’un débat organisé par L e Soir en octobre 2018, la cheffe de file Ecolo avait dénoncé « 416 recrutements en une législature, la plupart sans appel à candidature, ce qui veut dire qu’on a engagé les amis, la famille… » Niant tout en bloc, Emir Kir était sorti de ses gonds. « Votre projet, c’est une coalition anti-Kir, c’est un message teinté de xénophobie, c’est dire “débarrassons-nous du métèque, de l’étranger. Vous chassez les voix des rascards (sic). »

« Emir Kir est charmant avec les gens qui le soutiennent. Par contre, dès qu’on émet une critique, on devient un opposant et alors c’est fini. Il est aussi très fort dans la victimisation », explique un anti. « Il a un côté autoritaire, omnipotent, voire arrogant, qui en irrite plus d’un, et depuis longtemps », abonde cette figure socialiste. La commune bruit de témoignages de gens qui se sont sentis intimidés lorsqu’ils se distanciaient du mayeur. « Mais il est très travailleur, très présent, il est là pour tout le monde », reconnaît cet opposant. Et il dirige ses troupes d’une main de fer. La preuve… Emir Kir est attaqué pour avoir reçu des maires MHP ? Luc Fremal, président de la section se fend d’un post de soutien. « Quand on est responsable politique, on reçoit des délégations internationales, même Juncker l’a fait. Je soutiens Emir. Et je ne suis pas le seul », nous lâche-t-il. Avant de nous confirmer qu’une exclusion « poserait un gros problème à Saint-Josse ».

Emir Kir n’a pas souhaité répondre à nos questions. La commission de vigilance l’entendra la semaine prochaine.

Comment Emir Kir est-il vu au PS ?


La Libre Belgique, Stéphane Tassin, 10 janvier 2020

La rencontre entre l’élu PS et des maires turcs du MHP est-elle l’affaire de trop ?

Il y a un mois, une nouvelle affaire Emir Kir déboulait dans l’actualité. Le bourgmestre de Saint-Josse (PS) était pointé du doigt pour avoir reçu dans son bureau une délégation de bourgmestres turcs. Le problème n’est évidemment pas là. Parmi ces six édiles locaux se trouvaient deux mandataires membres du parti turc MHP, considéré comme un parti d’extrême droite et proche du mouvement des Loups gris en Turquie. Cette organisation paramilitaire ultranationaliste néofasciste est souvent présentée comme la branche paramilitaire du MHP.

Emir Kir, bien entendu, s’est défendu. Il a d’abord précisé qu’il n’avait pas lui-même invité les six bourgmestres turcs dans sa commune mais qu’une demande de l’union des municipalités turques lui était parvenue. Cette délégation était en Belgique parce qu’elle participait, notamment, à la cérémonie du 25e anniversaire du Comité des régions de l’Union européenne (CdR). Le Comité des régions, présidé pour quelques semaines encore par le Belge Karl-Heinz Lambertz (PS), entretient des relations avec la plupart des associations municipalistes membres du Conseil de l’Europe. D’ailleurs, ce jour-là, la délégation turque s’est fait photographier en compagnie de M. Lambertz. Au cabinet du président, on précisait, vendredi dans Sudpresse, que ce jour-là beaucoup de photos avaient été prises et qu’il était compliqué d’exclure cette délégation malgré la présence des deux élus problématiques.

Un cordon sanitaire

Dans le programme de la délégation turque, la rencontre avec le bourgmestre de Saint-Josse était prévue avant leur départ. Ce n’est pas pour autant que l’on peut en déduire que c’est Emir Kir qui a lancé l’invitation. Même s’il ne les a pas invités lui-même, le fait est que M. Kir a rencontré les maires turcs dont deux, précisons-le à nouveau, posent un vrai problème aux démocrates en Belgique francophone. Parce qu’un cordon sanitaire politique et médiatique existe depuis de nombreuses années à l’égard de l’extrême droite quelle qu’elle soit et d’où qu’elle vienne. Précisons aussi que quelques jours après cette rencontre, l’un des deux maires turcs du MHP s’est rendu à la commémoration du 44e anniversaire de la mort de Hüseyin Nihâl Atsız, un écrivain-philosophe qui ne reniait pas les thèses nazies et qui a écrit sur la "supériorité de la race turque".

Au PS, certains ont réagi. Le président Magnette lui-même a condamné cette rencontre lors d’une émission de télévision. "Ce n’est pas lui qui les a invités, n’empêche il n’aurait pas dû", a dit le Carolo après avoir condamné fermement cette rencontre et rappelé l’importance du cordon sanitaire.

Même réaction chez le président du PS bruxellois : "La lutte contre l’extrême droite ne peut souffrir d’exception. Le PS bruxellois ne cautionne pas la réception par Emir Kir de mandataires du MHP. L’extrême droite ronge l’Europe et gagne du terrain, en ce compris chez nous", avait déclaré Ahmed Laaouej. "Les valeurs socialistes commandent une attitude claire et non équivoque : un cordon sanitaire à l’égard de tout parti ou toute formation d’extrême droite, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs."

Mais l’affaire n’en est pas restée là. Un militant socialiste de Saint-Gilles, Jérémie Tojerow, a décidé de porter l’affaire devant la commission de vigilance du PS bruxellois, qui entendra prochainement le bourgmestre de Saint-Josse. Ensuite, c’est l’ex-députée bruxelloise Simone Susskind (PS) qui, dans Le Vif, a déclaré qu’elle souhaitait qu’Emir Kir quitte le PS. Seul Bea Diallo lui a apporté son soutien, estimant qu’il s’agit d’un "règlement de compte interne".

Il y a deux jours, chez nos confrères de la DH, Emir Kir a défendu son point de vue. Il considère que l’attaque dont il fait l’objet est un "lynchage raciste et turcophobe". Quant au caractère extrémiste du MHP, il précise qu’"il est considéré comme tel dans l’opinion publique belge". Une réponse plutôt ambiguë.

Une machine à voix

Est-ce l’affaire de trop pour cette machine électorale qu’est Emir Kir ? Fort du deuxième score socialiste à Bruxelles lors du défunt scrutin fédéral et très populaire dans son fief, la personne d’Emir Kir compte chez les socialistes bruxellois. Et le PS ne lâchera pas si facilement un tel potentiel électoral. Par le passé, d’ailleurs, les polémiques autour de M. Kir irritaient déjà, mais la plupart des élus socialistes préféraient rester discrets.

C’est avec régularité que le nom d’Emir Kir revient dans l’actualité pour les relations qu’il entretient avec le régime d’Ankara, ou du moins avec certains de ses admirateurs, sur le sol belge et ailleurs.

Par rapport à la question de la reconnaissance du génocide arménien, la position d’Emir Kir est embarrassante pour les socialistes. Il n’a, par exemple, pas participé à la minute de silence organisée autour du génocide, à la Chambre, en 2015. Il refuse d’ailleurs systématiquement de s’exprimer là-dessus. Précisons quand même qu’il n’est pas le seul.

Avant le scrutin communal d’octobre 2018, une autre polémique était née autour de la liste que comptait déposer le bourgmestre Kir. En effet, un de ses colistiers, Safa Akyol, avait fait parler de lui en 2015 lorsqu’il souhaitait que l’on retire les monuments consacrés au "soi-disant génocide arménien".

Durant la même campagne pour les élections communales, Emir Kir avait rendu visite au home du CPAS de Saint-Josse en compagnie de la consule de Turquie. Un exemple parmi d’autres qui démontre que le bourgmestre mène des campagnes électorales très communautaires. Encore une fois, en région bruxelloise, il n’est pas non plus le seul élu à agir de la sorte.


Etablissements turcs ou "écoles Erdogan"? Polémique en Allemagne

L'ouverture possible d'écoles turques en Allemagne fait ressurgir les craintes de l'influence du président Erdogan sur l'importante diaspora turque du pays, déjà régulièrement dénoncée dans les mosquées.

"Nous ne voulons pas d'écoles-Erdogan en Allemagne", a protesté samedi un des dirigeants du parti conservateur CSU, membre de la même famille politique que celle de la chancelière allemande Angela Merkel, Markus Blume, dans le groupe de presse régional RND.

Ankara demande l'ouverture en Allemagne, où vivent plus de trois millions de personnes de nationalité ou d'origine turque - la plus grande communauté au monde hors de Turquie - de trois écoles: Berlin, Cologne et Francfort.

Pour Ankara il s'agit d'un pendant logique à la présence en Turquie de trois écoles allemandes, à Istanbul, dans la capitale du pays et à Izmir. Mais aussi à l'absence de cours de turc dans les écoles publiques allemandes, en dépit d'une forte demande dans la diaspora.

- Tensions -

"Depuis des décennies, les autorités scolaires allemandes n'ont pas fait ce qu'il fallait pour, aux côtés d'autres langues étrangères, proposer aussi le turc" dans les cursus, regrette le président de la communauté turque du pays, Gökay Sofuoglu, dans le quotidien Stuttgarter Zeitung.

Ces cours sont aujourd'hui dispensés le plus souvent par les consulats turcs en Allemagne dans des mosquées.
 Les discussions sur les écoles et sur un cadre juridique bilatéral dans ce domaine n'ont toutefois pas démarré sous les meilleurs auspices.

Elles interviennent dans un contexte de relations politiques tendues entre les deux pays, avec notamment l'arrestation de nombreux bi-nationaux germano-turcs ces dernières années par Ankara.

Berlin, tout en ayant fortement besoin de la Turquie pour freiner le flux de demandeurs d'asile venant du Moyen-Orient vers l'Europe, critique régulièrement ce qu'il perçoit comme les dérives autoritaires du chef de l'Etat Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier en retour accuse les autorités allemandes de laxisme contre ses opposants en Allemagne.

La demande scolaire d'Ankara est intervenue dans le sillage de la fermeture provisoire en 2018 de l'école allemande d'Izmir en Turquie, derrière laquelle les médias allemands soupçonnent un geste d'intimidation.

Le gouvernement allemand se montre ouvert à la discussion mais entend s'assurer que le contenu des cours restera sous son contrôle.

"Il est clair que ce qui est enseigné dans les écoles allemandes doit correspondre à nos valeurs fondamentales et nos lois", a prévenu la commissaire à l'intégration du gouvernement allemand, Annette Widmann-Mauz.

"Les éventuelles écoles étrangères turques devront se conformer à la législation scolaire locale, des privilèges ne sont pas prévus", lui a fait écho vendredi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Rainer Breuel.

- Mosquées -

Cette controverse vient s'ajouter à celle autour de l'influence que le gouvernement turc est accusé d'exercer en Allemagne via les mosquées où officient des imams payés et envoyés par Ankara.

Ces imams, au nombre d'environ un millier, relèvent de l'association turque Ditib, qui gère 850 mosquées et affirme représenter 800.000 fidèles, ce qui en fait la plus grande organisation musulmane du pays.

Elle est depuis des années sous le feu de la critique, soupçonnée par ses détracteurs d'être un relais du pouvoir turc en Allemagne. Ditib a notamment été accusée après la tentative avortée de putsch contre le président Erdogan en 2016 d'espionner ses opposants dans la diaspora allemande.

Sous la pression de Berlin, l'organisation vient d'annoncer qu'une partie des imams seraient désormais formés en Allemagne et non plus systématiquement envoyés de Turquie.

Le ministère allemand de l'Intérieur a parlé d'un "pas dans la bonne direction" pour réduire l'influence extérieure. "Un partie importante des responsables religieux correspondront davantage aux réalités de la vie allemande", s'est félicité cette semaine le secrétaire d'Etat Markus Kerber. Tout en ajoutant: "Il faudra encore d'autres initiatives et de temps pour retrouver la confiance perdue".
(AFP, 11 janvier 2020)

Simone Susskind : " Qu'Emir Kir quitte le PS ! "

Pour Simone Susskind (PS), le populaire bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir, doit en finir avec "son double discours". Et son parti, dit-elle, doit trancher un cas devenu "inacceptable" après la réception à Saint-Josse de bourgmestres turcs d'extrême droite.

Le 4 décembre dernier, Emir Kir, bourgmestre PS de Saint-Josse et député fédéral, invitait à la maison communale une délégation de maires turcs, parmi lesquels deux membres du MHP, parti d'extrême droite réputé proche des Loups Gris.

Saisie par un militant excédé, la commission de vigilance de la fédération bruxelloise du PS va, dans les jours qui viennent, recevoir Emir Kir. Elle pourrait lui infliger des sanctions allant du blâme à l'exclusion du parti. Simone Susskind, docteur honoris causa de l'ULB, députée bruxelloise jusqu'à mai dernier et toujours très active sur les questions internationales -elle organise chaque année des voyages mêlant plusieurs écoles bruxelloises très différentes en Israël et en Palestine-, avait déjà à l'été 2015, tenté, à la demande de la présidente d'alors de sa fédération, Laurette Onkelinx, d'infléchir la position d'Emir Kir, très fermé sur la question du génocide arménien. Il avait à la Chambre "brossé" une minute de silence en hommage à ses victimes. Il avait ensuite, sous la pression de la présidence du PS, voté une résolution de la même assemblée reconnaissant le génocide arménien, mais s'est toujours refusé à s'exprimer publiquement sur la question.

Selon vous, Emir Kir a cette fois dépassé les limites ?

Emir Kir a posé plusieurs actes précédemment. Il a été reçu par le maire MHP d'Emirdag à l'été 2018, disant avoir eu avec lui une excellente conversation. Et Emir Kir ne s'est jamais exprimé sur les atteintes aux droits de l'homme en Turquie depuis le coup d'Etat manqué du 15 juillet 2016. Au contraire, il entretient de bonnes relations avec le régime turc. Alors, c'est vrai que c'est compliqué, mais à un moment donné il faut clarifier. Donc je pense qu'on a atteint un point de non-retour, et je suis personnellement très heureuse qu'il soit appelé devant la commission de vigilance. Il ne peut pas continuer avec cette approche schizophrénique, être de gauche ici et pas là... 
(Le Vif, Nicolas De Decker, 8 janv 2020)

TEXTE COMPLET


Vers un changement de la loi sur la répression du négationnisme en Belgique

Lundi 9 décembre, à l’occasion du 71e anniversaire de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide signée par les Nations Unies, le Parlement fédéral belge accueillait une conférence organisée par le Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre le négationnisme, en partenariat avec l’Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB/AGBU Europe).

La conférence réunissait des juristes, des experts et des députés fédéraux pour faire le point sur la récente législation belge en matière de répression du négationnisme.

Animée par Guy Haarscher, Professeur émérite à l’Université Libre de Bruxelles, la conférence fit état, dans un premier temps, de la situation actuelle en matière de répression du négationnisme et du discours de haine en Belgique et en Europe, tant du point de vue juridique que du point de vue des acteurs de terrain.

Il fut rappelé que la loi adoptée le 25 avril dernier par la Chambre des représentants de Belgique, à la suite d’une décision-cadre de l’Union Européenne et d’une convention du Conseil de l’Europe, introduisit, pour la première fois en Belgique, le principe de la criminalisation du négationnisme de crimes autres que ceux commis par le régime Nazi de 1939 à 1945. Par contre, il a aussi été précisé que si elle étend la pénalisation à la négation des crimes de masse en général, la nouvelle loi propose également des restrictions importantes, excluant de son champ d’application les crimes n’ayant pas été reconnus par un tribunal international comme le génocide de 1915.

Dans son discours, Nathalie Drouin, juriste et chargée de cours à l’Université de Bourgogne, expliqua comment, de manière très maladroite, la décision-cadre de l’UE nous éloigne de l’objectif premier de la loi, qui est de combattre le racisme. En introduisant les critères de la reconnaissance judiciaire du crime, Drouin observe que « la ratio legis de l’infraction n’est plus la lutte contre le discours de haine, la discrimination ou le racisme, mais que la ratio legis est la protection de l’autorité judiciaire ». Au vu de ce paradoxe, Emmanuel Van Nuffel, avocat au barreau de Bruxelles, présenta le recours qu’il a introduit, au nom de la communauté arménienne de Belgique, devant la Cour constitutionnelle belge, contre la nouvelle loi adoptée en avril 2019.

Patrick Charlier, co-directeur de Unia, institut pour l’égalité des chances et contre la discrimination, dressa un bilan des plaintes et des dossiers judiciaires suivis par Unia depuis 2001. Parmi les plaintes pour négationnisme non liées à l’Holocauste que reçoit Unia, plus de 50% d’entre elles ont trait à la négation du génocide arménien.

Le second panel, composé de parlementaires de différents partis politiques (cdH, CD&V, Défi, Ecolo-Groen et MR), se concentra sur la loi votée en avril dernier et les différentes propositions soumises par Georges Dallemagne (cdH), Michel de Maegd (MR) et Sophie Rohonyi (Défi) visant à amender ou à remplacer la loi du mois d’avril. Jessika Soors, pour Ecolo-Groen a annoncé vouloir soumettre prochainement une nouvelle proposition de loi. Quant à Els Van Hoof (CD&V), elle envisage, avec son parti, de soutenir la proposition de M. de Maegd. G. Dallemagne a par ailleurs souligné la nécessité pour les députés de se concerter afin de faire aboutir la proposition de loi qui permettra effectivement de corriger les manquements de la loi votée en avril dernier.

Par ailleurs, M. de Maegd a également signalé une seconde proposition de loi qu’il a soumise récemment afin d’officialiser sur le plan national la journée du 9 décembre qui commémore les victimes de génocide dans le monde.

La conférence s’est conclue par l’intervention de Bernard Maingain, avocat au barreau de Bruxelles, venu alerter l’assistance parlementaire concernant la situation alarmante au Burundi, où l’on peut craindre qu’un processus génocidaire contre les Tutsis soit en cours. Il rappelait ainsi à l’assistance l’actualité du phénomène que sont les génocides et les persécutions de masse, et et les actions possibles aujourd’hui pour freiner le processus en marche au Burundi. (Céline Gulekjian, Revue Hay, Janvier 2020)




 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications