flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

46th Year / 46e Année
Février
 
2020 February
N° 498
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 588 69 53
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind


Titres des évènements du mois
Titles of this month's events


L'arrière-plan de l'affaire Emir Kir
Doğan Özgüden


Droits de l'Homme / Human Rights


Nouveau coup de filet contre le mouvement du prédicateur Gülen

A peine acquitté, le mécène Osman Kavala de nouveau arrêté
Statement by 1,376 Citizens: We Were All at Gezi
TİHV: Demonstrations Banned in 21 Provinces for 147 Times in One Year
Eight Lawyers from ÇHD Begin Hunger Strike
While There are 1,334 Ill Prisoners, Why Only the Convict of Sivas Massacre?
Man serving life imprisonment for massacre of 37 set free by Erdogan

Turkey Criticized  by UN Universal Periodic Review

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Erdogan s'en prend au mécène Osman Kavala, de nouveau arrêté

La romancière Asli Erdogan, acquittée, exclut de rentrer en Turquie

La romancière Asli Erdogan acquittée dans un procès pour "terrorisme"
Death Fasting Grup Yorum Member İbrahim Gökçek Not Released

Le parquet requiert la prison à vie pour le mécène Kavala
Asli Erdogan: La Turquie a lancé une guerre totale contre les Droits Humains

Kurdish Question / Question kurde

Racist massacre in Hanau, five of the victims are of Kurdish origin

Kurds in Hanau call on peoples to oppose fascism
Former MP Mahmut Alınak Behind Bars for the 10th Time

Plusieurs milliers de Kurdes réclament la libération d'Öcalan à Strasbourg
HDP: At Least 99 People Detained

Final Resolution of the 16th EUTCC Conference in EP
Signature Campaign for Diyarbakır Metropolitan Mayor Mızraklı
Le long chemin de la gauche kurde

“Le verdict concernant le PKK devrait constituer un précédent dans l’UE”

Minorités / Minorities

Damas reconnaît le "génocide arménien", Ankara dénonce un "acte hypocrite"

Christians in northeast Syria living in fear as Turkish forces
Syriac Couple in Şırnak Missing for 24 Days

Politique intérieure/Interior Politics

Erdogan rêve d'un nouvel Empire ottoman - Par Guillaume Perrier

Forces armées/Armed Forces

Un hélicoptère de l'armée abattu par les rebelles pro-Ankara
Ankara met en garde Damas, un hélicoptère du régime abattu
Cinq soldats turcs tués par Damas dans le nord-ouest, l'exode de civils continue

La Turquie menace de représailles si Assad s'en prend à ses avant-postes syriens
Turkey deploys extremists to Libya, local militias say
Syrie: Combats d'une violence inédite entre soldats turcs et syriens

Erdogan menace de recourir à la "force militaire" en Syrie

Affaires religieuses / Religious Affairs
 

Arrestation d'un ancien bourreau de l'EI qui s'était "reconverti"

ISIS took advantage of Turkish invasion of northeast Syria
Erdogan dénonce la "trahison" de certains pays arabes

Socio-économique / Socio-economic

Trois morts dans l'accident d'un avion à Istanbul

Près de 40 morts dans deux avalanches dans l'est de la Turquie


Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Il y a 48 ans, une rencontre avec Jean Daniel

Forages illégaux en Méditerranée: l'UE va sanctionner deux ressortissants turcs
Libye, Méditerranée: Paris multiplie les charges contre Ankara

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Tensions russo-turques: Ankara doit-elle se rapprocher de l'Occident?

Relations régionales / Regional Relations

Erdogan confirme la présence de combattants syriens pro-Ankara en Libye
Si les pourparlers libyens échouent, Haftar s'opposera à "l'envahisseur turc"
Moscou appelle Ankara à cesser de "soutenir les terroristes" en Syrie
Erdogan menace le régime d'une offensive, Moscou met en garde

Erdoğan wants partitioned Libya dependent on Turkey
Pour Ankara, les divergences "ne doivent pas affecter" les relations avec Moscou

Le Kremlin accuse Ankara de ne pas "neutraliser les terroristes" à Idleb

Tensions russo-turques: Ankara doit-elle se rapprocher de l'Occident?

En Syrie, le régime va reprendre Idleb "par étapes"
Un demi-million de déplacés en deux mois de violences à Idleb


Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Ankara s'en prend au dirigeant de Chypre-Nord qui redoute une "annexion"
Northern Cyprus President Targeted by AKP, MHP
La Grèce renforce sa présence en Méditerranée pour contrer la Turquie
Face à la Turquie, Chypre s'équipe de missiles anti-aériens et antinavires

Immigration / Migration

Quelques remarques à propos de la réponse du ministre de la Justice
Une page de Wikipédia sur Emir Kir
Une page bien documentée sur les Loups Gris en Belgique
La réponse du président du MR à notre message relatif à l'affaire Emir Kir
 A qui revient la prérogative de formation des imams en Belgique?
L'arrière-plan de l'affaire Emir Kir


Droits de l'Homme / Human Rights

Nouveau coup de filet contre le mouvement du prédicateur Gülen

Les autorités turques ont émis mardi des mandats d'arrêt contre près de 700 personnes soupçonnées de liens avec le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'avoir ourdi une tentative de coup d'Etat en 2016.

Selon l'agence de presse étatique Anadolu, les enquêteurs sont à la recherche de 695 personnes, dont des militaires, des policiers et des employés du ministère de la Justice. Au moins 159 d'entre elles avaient été arrêtées mardi matin.

Ces mandats d'arrêt ont été émis dans le cadre de plusieurs enquêtes à travers la Turquie.

A Ankara, le parquet a demandé l'arrestation de 467 personnes soupçonnées d'avoir organisé des tricheries lors d'un concours de la police en 2009 pour favoriser l'accession de sympathisants de M. Gülen à des postes à responsabilités, selon Anadolu.

Toutes les personnes visées par les mandats d'arrêt émis mardi sont soupçonnées d'être des partisans du mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'être le cerveau de la tentative de coup d'État de juillet 2016.

Installé aux États-Unis depuis une vingtaine d'années, M. Gülen nie catégoriquement tout lien avec la tentative de renversement.

Depuis le putsch avorté, les autorités traquent sans relâche ses partisans et ont déclenché des purges d'une ampleur sans précédent dans l'histoire moderne de la Turquie. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été arrêtées et plus de 140.000 limogées ou suspendues de leurs fonctions.

Les vagues d'arrestations se poursuivent à un rythme soutenu, près de trois ans après le coup d'Etat manqué, avec des coups de filet pratiquement chaque semaine.
(AFP, 18 février 2020)

A peine acquitté, le mécène Osman Kavala de nouveau arrêté

Une joie de courte durée. Le mécène Osman Kavala, figure majeure de la société civile turque, a été arrêté mardi peu après son acquittement dans une autre affaire, une décision controversée qui risque de renforcer l'inquiétude au sujet de l'Etat de droit en Turquie.

Dans l'après-midi, un tribunal de Silivri, près d'Istanbul, avait acquitté neuf personnes, dont M. Kavala, accusées de "tentative de renversement du gouvernement" pour avoir soutenu des manifestations antigouvernementales en 2013, connues sous le nom de mouvement de Gezi.


Le tribunal avait en outre ordonné la libération du mécène emprisonné depuis plus de deux ans, une incarcération qui en a fait le symbole des pressions croissantes contre la société civile en Turquie.

Mais avant sa libération, le bureau du procureur général d'Istanbul a émis un mandat d'arrêt contre M. Kavala dans le cadre d'une enquête séparée, liée à une tentative de putsch visant le président Recep Tayyip Erdogan en 2016.

Selon l'agence de presse étatique Anadolu, M. Kavala était attendu à sa sortie de prison par des enquêteurs qui l'ont emmené au siège de la police antiterroriste à Istanbul dans la soirée pour le placer en garde à vue.

Alors que l'acquittement de M. Kavala avait été salué par les ONG et plusieurs pays étrangers, sa nouvelle arrestation risque de susciter une avalanche de critiques et de renforcer le sentiment d'un acharnement contre le mécène, plusieurs fois pris à partie par M. Erdogan.

La Turquie est régulièrement accusée de porter atteinte aux libertés, en particulier depuis la tentative de coup d'Etat visant le président Erdogan en 2016, suivie d'une implacable répression contre les voix critiques.
"Cynique et cruelle"

Dans un communiqué, Amnesty International a appelé à "libérer immédiatement" M. Kavala, qualifiant la décision de l'arrêter après son acquittement de "cynique et cruelle".

"Cette initiative, illégitime et motivée par un désir de vengeance, montre encore une fois que la justice turque est étroitement contrôlée par le pouvoir politique", a déclaré à l'AFP la représentante en Turquie de Human Righs Watch, Emma Sinclair-Webb.

Le procès à l'issue duquel M. Kavala avait été acquitté mardi était considéré comme l'emblème des pressions contre la société civile sous M. Erdogan.

Pour nombre d'ONG, ce procès, qui reposait sur peu d'éléments concrets, visait à envoyer un message d'intimidation pour dissuader toute nouvelle manifestation d'envergure contre M. Erdogan, qui dirige depuis 2003 la Turquie d'une main de plus en plus ferme.

En décembre, la Cour européenne des droits de l'Homme avait réclamé la libération immédiate de M. Kavala, soulignant l'absence de "faits, informations et preuves" dans l'acte d'accusation.

A l'issue de la sixième audience du procès Gezi, le tribunal avait prononcé un acquittement en soulignant l'"absence de preuves suffisantes".

Signe que l'affaire était suivie de près à l'étranger, le Conseil de l'Europe, dont Ankara est membre, ainsi que les Etats-Unis et l'Allemagne ont salué la décision de justice.

M. Kavala, homme d'affaires et philanthrope de 63 ans connu des cercles intellectuels en Europe, était notamment accusé d'avoir financé le mouvement de Gezi. Il risquait la prison à vie.

Depuis le début de l'affaire Kavala, des ONG dénonçaient un "simulacre de procès" reposant sur des accusations "absurdes".

Le mouvement de Gezi a commencé avec un sit-in de militants écologistes pour défendre le parc de Gezi, l'un des rares espaces verts au coeur d'Istanbul. Après une répression brutale, il s'est transformé en mouvement plus global contre M. Erdogan.

Le président Erdogan décrit régulièrement le mouvement de Gezi comme une "tentative de coup d'Etat" préfigurant une tentative de renversement, bien réelle celle-là, en juillet 2016.

Il a en outre plusieurs fois attaqué nommément M. Kavala, l'accusant de "financer les terroristes" et d'être "le représentant en Turquie" du milliardaire américain d'origine hongroise George Soros, bête noire de plusieurs dirigeants autoritaires dans le monde.

Mercredi, un autre procès emblématique doit reprendre, celui de plusieurs défenseurs des droits humains, dont le président honoraire d'Amnesty International en Turquie, jugés pour "terrorisme": (AFP, 18 février 2020)


Statement by 1,376 Citizens: We Were All at Gezi

Ahead of the sixth hearing of Gezi trial to be held on February 18, 1,376 citizens have signed a joint statement entitled "I too was there".

The statement has emphasized that "the aspirations voiced and requested at Gezi cannot be subject of any judiciary procedure."

1,376 people have signed the following statement:

"I too was there because trees, rivers and mountains were my family

"I too was at Gezi so that I could express my opinions freely

"I too was there so I could experience the beauty of solidarity and joint action

"I too was at Gezi so that no one would be concerned with how many children I should have or whether I could laugh or not

"I too was there so that the city I live in did not become a concrete jungle

"I too was at Gezi because I wish a peaceful life

"We were all there. The aspirations that were voiced and requested at Gezi cannot be the subject of any judiciary procedure."


Info-Türk editors Dogan Özgüden and Inci Tugsavul too signed the statement. (BIA, 16 February 2020)


TİHV: Demonstrations Banned in 21 Provinces for 147 Times in One Year

The Human Rights Foundation of Turkey (TİHV) has released a report on bans on demonstrations and events between January 1, 2019 and January 31, 2020.

In this period, governorships and sub-governorships issued bans 147 times in 21 cities and one district. The bans affected a total of 25,183,911 people. Durations of the bans varied from two days to 395 days.

"The right to / freedom of assembly and demonstration is an indispensable condition and an inseparable part of democracies. Talking about democracy is not possible in a country where this right/freedom is not guaranteed," the report said.

If further stated that such practices violate Article 34 of the Constitution, which says, "Everyone has the right to hold unarmed and peaceful meetings and demonstration marches without prior permission."

"In the period of bans, the situation of Van province comes to the fore. With back to back orders, the Governorship of Van has been uninterruptedly implementing the ban on demonstrations and events since November 21, 2016", the report said, noting that events have been banned in Van for 1,174 days.

The reasons cited in ban orders were also "arbitrary, abstract and discriminatory" and were not in compliance with international documents on human rights, according to the report.
(BIA, 13 February 2020)

Eight Lawyers from ÇHD Begin Hunger Strike

Eight lawyers from the Progressive Lawyers Association (ÇHD) have begun a hunger strike in prisons where they are remanded.

Along with Selçuk Kozağaçlı, the chairperson of the association, lawyers Aycan Çiçek, Aytaç Ünsal, Barkın Timtik, Ebru Timtik, Engin Gökoğlu, Ayşegül Çağatay and Oya Aslan have begun the strike, the ÇHD said in a statement.

"Mustafa Koçak and the revolutionary music band Yorum's members İbrahim Gökçek and Helin Bölek are on a death fast aiming to defend acquired rights. We are on a hunger strike to say, 'Our clients' rightful demands are our demands, they should be accepted!'"

Grup Yorum's İbrahim Gökçek began a hunger strike 233 days ago. On the 199th day of his strike, de declared that he was on a death fast. Helin Bölek began a hunger strike 230 days ago and announced that she began a death fast on the 213th day. Both musicians are behind bars.

"We want an act of judging where principles that were gained as a result of struggles to be implemented, the requirements of the right to defense and fair trial are fulfilled, the 'crime' is proved based on concrete and scientific evidence," the ÇHD stated.

Saying that trials are not fair "even in appearance", the lawyers called for an end to the practices of the involvement of anonymous witnesses and confessors in trials.

"We are on a hunger strike to say, 'All rights of political prisoners who have been sentenced with these 'so-called' trials, should have their rights returned, and the trials should be abolished with all their consequences!

"We are on a hunger strike to defend human dignity against confinement and torture on ill prisoners."

Eighteen lawyers from the ÇHD were sentenced to a total of 159 years in prison in March 2019. An appeal court upheld the sentences without examining the case files, a bianet report revealed in January. The case is currently at the Court of Cassation.
(BIA, 5 February 2020)

While There are 1,334 Ill Prisoners, Why Only the Convict of Sivas Massacre?

Social Memory Platform has released a written statement about the pardon granted to the convict of Sivas Massacre by President Erdoğan. “No matter who forgives murderers, we will not forgive them”, the Platform has said.
Social Memory Platform has issued a statement about the pardon granted by President and ruling Justice and Development Party (AKP) Chair Recep Tayyip Erdoğan to Ahmet Turan Kılıç, one of the convicts of Sivas Massacre, which claimed the lives of 35 people in Madımak Hotel in 1993.

The Platform has made the following statement:

"Yesterday, the aggravated life sentence of Ahmet Turan Kılıç, one of the defendants of Sivas Massacre, was removed by the special decree of the President. The 27-year lawsuit filed into a massacre was time barred, its murderers were and are still being rewarded with impunity. In fact, Sivas Massacre is a crime against humanity and statutory limitations are not applicable to crimes against humanity.

"The mindset that committed Sivas Massacre and the perpetrators who planned it have never been investigated. Only some of those captured by cameras were taken to court. These convicted murderers were regarded as victims by the political Islam supporters of the time and are regarded as such by the current government. The leaders and key figures of the massacre have been blessed by the government.

"Moreover, different figures that were not questioned before the law have been whitewashed by the so-called 'intellectuals' and 'journalists'. The history will, of course, not forgive all that has happened. Considering that there are several ill and old convicts in need of care in prisons, what is the reason for this special treatment, which is not the case for them?

"According to the data of Human Rights Association (İHD), there are 1,334 ill prisoners and 557 of them are critically ill. When it is the case, will prioritizing a single person not pave the way for an unequal understanding? And we, of course, have a few words for the ones who made him hit the headlines as a 'grandfather': 'No matter who forgives murderers, we will not forgive them."

About Sivas Massacre and its judicial process

26 years ago on July 2, 37 people, including 33 artists and writers, 2 hotels workers and 2 attackers, lost their lives in the fire started at Madımak Hotel in Sivas. 33 intellectuals were in Sivas to attend the Pir Sultan Abdal festivities. 65 people, 14 of whom were police officers, got wounded in the fire.

124 people were arrested in relation with the fire. In the seven-year trial process, 33 people sentenced to death and 85 people were given prison sentences of 2 to 15 years. 37 defendants were acquitted. The death sentences of 33 people were converted to aggravated life sentences.

On March 13, 2012, the Ankara 11th Heavy Penal Court dropped the charges of the Sivas Massacre trial in line with the prosecutor's demand to apply the statute of limitations to the case.

As the 9th Penal Chamber of the Supreme Court of Appeals upheld the verdict on violation of statute of limitations, attorney Şenal Sarıhan took the case to the Constitutional Court in 2014. However, the court has not yet announced its judgement. In response, lawyer Sarıhan appealed to the Constitutional Court regarding the long judicial processes.

(BIA , 3 February 2020)

Man serving life imprisonment for massacre of 37 set free by Erdogan

A convict, who was serving an aggravated life sentence for his involvement in the deaths of 37 people, has been set free following the intervention of Turkey’s President Recep Tayyip Erdogan, the Bianet news portal reported on Friday.

Ahmet Turan Kilic, 86, was convicted of killing 37, most of whom were Alevi, during the 1993 Madimak Hotel Massacre in the central Anatolian province of Sivas, where the victims were participating in a cultural festival.

Erdogan’s decree setting him free came after Turkey’s Council of Forensic Medicine (ATK) issued a report on Kilic’s health problems.

The convict was released following the publication of the decree in the Official Gazette on Friday.

“Unfortunately, I am not surprised,” said Huseyin Mat, the chair of the Federation of Alevi Unions in Germany (AABF), referring to the allegedly continuing backing by the ruling Justice and Development Party (AKP) government to the convicts.

Fadime Topac, a lawmaker for Germany’s Green Party, also condemned Erdogan’s act, saying, “This is a slap in the face of the [Turkish] public.”

“The [Turkish] state, which has not taken any step in the interest of justice [in the massacre case], is now taking up saving [releasing] the convicts,” said Zeynep Altiok, a daughter of Metin Altiok, one of the victims.

Speaking to Bianet, the daughter pointed to the fact that there were hundreds of sick inmates waiting for their release based on the ATK reports, referring to Kilic’s sympathy to the AKP government.

Pro-government media outlets have long been campaigning for Kilic’s release, Altiok claimed.

“I am wondering how such a personal relationship [between Erdogan and the released convicts is available] that led to their releases. Can Erdogan perform such an act [commutation] for all the ill prisoners?” asked Altiok.

Altiok went on to say that Kilic was not the only convict who has been released so far.

Previously, when she was a lawmaker from the main opposition Republican People’s Party (CHP), Altiok had lodged parliamentary inquiries directed to the judicial authorities, questioning the number of the massacre convicts in the prisons and the release.

However, her attempts were left unanswered by the parliamentary speaker’s office, which said that my questions were “long and personal.”

“Because there is a list of convicts that they [the AKP government] keep secret. We [still] do not know and cannot reach information on how many people [convicts] have been released and still imprisoned,” said the former MP.

Altiok also alleged that the ATK doctors, who had previously not issued sick reports for Kilic, were subjected to investigations by the AKP government.

“I think the President has thrown his personal weight around [the issue], as no results could be obtained from the ATK [until this time],” Altiok argued.

Thirty-three intellectuals and two hotel workers lost their lives in the Madimak Hotel on July 2, 1993, when it was set alight by a mob of extremists — two of whom also died in the arson attack that targeted Aziz Nesin, a Turkish writer.

That was because of his translation work on a novel called “The Satanic Verses” by Salman Rushdie, a British-Indian novelist known for his anti-Islamic stance.

The victims, together with some others, mostly Alevis, were in Sivas at the time to attend a festival for Pir Sultan Abdal, a Turkish Alevi poet.

A total of 124 people were arrested concerning the incident. After a seven-year trial period, 33 people were sentenced to death, penalties which were later converted to life imprisonment due to changes in the law. Another 91 were handed varying prison sentences.

On 13 March 2012, the Ankara 11th Heavy Penal Court decreed that the Madımak Trials had lapsed due to time and declared a statute of limitations.

“May this bring good fortune,” the then Prime Minister Erdogan said on the same day.

After the 9th Penal Chamber of the Supreme Court of Appeals upheld the ruling by the lower court, Senal Sarihan, an attorney, took the case to the Turkish Constitutional Court (AYM) in 2014.

The AYM is yet to announce its judgment since then.

The Alevis, the country’s largest religious minority, have long been victims of discrimination in many areas of life, including education, social and religious life, according to many analysts.
(IPANews, Feb 1, 2020)

Turkey Criticized  by UN Universal Periodic Review

The 35th session of the Universal Periodic Review (UPR), where the situation of human rights in 193 United Nations (UN) member countries are reviewed every five years, has been completed at the UN Human Rights Council in Geneva.

Making a presentation in the name of Turkey's delegation, Ambassador Faruk Kaymakçı, the Deputy Minister of Foreign Affairs and the Director of European Union Affairs, summarized the "difficult period regarding the coup attempt on July 15, 2016, and the struggle against numerous illegal organizations."

Kaymakçı stated that Turkey adheres to the values of the Council of Europe, the First Judicial Reform Package has been put into effect to improve freedom of expression and the press, and Turkey's efforts regarding basic freedoms will continue with the Human Rights Action Plan, which is expected to be run until 2023.
The 'government side' of the medallion

Kaynakçı said that with the First Judiciary Package, which was put into effect in late October, many cases regarding freedom of thought can be brought to the Court of Cassation and a maximum remand period was determined both for the phases of investigation and prosecution. As for criticisms about legal pressure on journalists, he told the council that "the laws do not grant the privilege of committing an offense to anyone, including journalists."

The national report Turkey submitted to the UN prior to the UPR also stated that "Freedom of expression and the media are safeguarded by the Constitution and other relevant legislation. There is an active and pluralistic media community enjoying international standards of freedom of expression and media in Turkey." https://undocs.org/en/A/HRC/WG.6/35/TUR/1
'Law and freedom of expression'

However, the pressure on media representatives and rights defenders were mentioned in the recommendations by more than 50 countries, including Germany, Canada, France, Sweden, Norway, Iceland, Bulgaria, Denmark, Estonia, Finland, Morocco. They made criticism and recommendations about the separation of powers, independence of the judiciary, rights of journalists becoming effective in accordance with the European Convention on Human Rights.

At least 20 countries conveyed messages that were directly about freedom of the press, such as the arbitrary arrest of journalists, attacks on media representatives and impunity, online and offline censorship.

Numerous countries, including the US and Sweden, asked Turkey to not use Article 7 of the Anti-Terror Law as an instrument of oppression. Uruguay and Armenia asked for the abolishment of Article 301 of the Turkish Penal Code, which makes it illegal to "insult the state institutions and the Turkish nation," which Turkey keeps in effect despite a European Court of Human Rights (ECtHR) judgment on historian Taner Akçam.

Slovenia mentioned Article 299 of the Turkish Penal Code on "insulting the President" and Sweden brought up Article 125 of the Turkish Penal Code, which envisages prison sentence for "insult."

According to the BİA Media Monitoring Reports, at least 61 journalists have been given prison sentences, deferred prison sentences or judicial fines in the lawsuits filed as per Article 299 of the Turkish Penal Code since August 2014, when Recep Tayyip Erdoğan was elected President. The Constitutional Court ruled last year that Article 299 being included in the legislation does not violate the Constitution.

Criticism from Mexico about freedom of the press

One of the most interesting moments of the event was that Mexico, the country where the highest number of journalists were killed and where drug traffickers and mafia targets journalists, drew attention to violations of media freedom in Turkey.

Eight journalism and freedom of expression organizations (RSF, Article 19, PEN International, PEN Norway, IPI, Pen Britain, Freemuse, European Centre for Press and Media Freedom [ECPMF] and IFEX) submitted a report to the UN regarding the UPR of Turkey.
(BIA, 30 January 2020)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Erdogan s'en prend au mécène Osman Kavala, de nouveau arrêté

Le président Recep Tayyip Erdogan s'en est pris mercredi à l'homme d'affaires et mécène Osman Kavala, une figure majeure de la société civile en Turquie, qui a été de nouveau arrêté mardi juste après son acquittement dans un autre dossier.

Un tribunal a acquitté mardi M. Kavala et huit autres personnes qui étaient accusés d'avoir "tenté de renverser le gouvernement" pour avoir soutenu des manifestations antigouvernementales en 2013 connues sous le nom de mouvement de Gezi.

Mais avant même de pouvoir quitter la prison où il était incarcéré depuis plus de deux ans, M. Kavala a été placé en garde à vue dans le cadre d'une autre enquête, portant celle-là sur une tentative de coup d'Etat qui a visé M. Erdogan en juillet 2016.

Dans un discours devant les députés de son parti à Ankara mercredi, M. Erdogan a qualifié le mouvement de Gezi de "lâche attaque contre notre Etat et notre nation", le comparant à des "attaques terroristes" et au putsch manqué de 2016.

Sans le nommer, M. Erdogan a comparé M. Kavala au milliardaire américain d'origine hongroise George Soros, bête noire de plusieurs dirigeants autoritaires dans le monde.

"Des individus comme Soros s'activent en coulisses pour semer le désordre en provoquant des révoltes dans certains pays. Leur bras en Turquie était emprisonné, mais ils ont osé l'acquitter hier (mardi) en ayant recours à des manoeuvres", a déclaré le président turc.

"Que notre nation soit rassurée : nous allons suivre cette affaire de près", a-t-il ajouté.

Ces déclarations de M. Erdogan interviennent tandis que la garde à vue de M. Kavala est en cours à Istanbul. Au terme de celle-ci, le procureur chargé de l'enquête peut demander le placement en détention provisoire de ce dernier.

Les ONG déplorent régulièrement les pressions du chef de l'Etat sur les tribunaux, estimant que le pouvoir judiciaire est largement contrôlé par le pouvoir politique.

D'après la presse turque, le Conseil des juges et des procureurs, un organisme qui nomme les magistrats, a donné son feu vert mercredi à une enquête sur les trois juges qui ont prononcé l'acquittement de M. Kavala la veille.

Un enquêteur va être nommé pour examiner la procédure ayant conduit à l'acquittement, a écrit le quotidien progouvernemental Hürriyet.

Le putsch manqué de 2016 a été suivi de l'implacable répression de toute voix critique.

M. Kavala, un homme d'affaires et philanthrope de 63 ans né à Paris, est connu des cercles intellectuels en Europe.

M. Erdogan a plusieurs fois attaqué M. Kavala ces dernières années, l'accusant par exemple de "financer des terroristes".

L'Union européenne a vivement critiqué mercredi la nouvelle interpellation du philanthrope, une décision qui, a-t-elle estimé, "sape un peu plus la crédibilité de la justice en Turquie".
(AFP, 19 février 2020)

La romancière Asli Erdogan, acquittée, exclut de rentrer en Turquie

La romancière turque Asli Erdogan, acquittée vendredi à l'issue d'un procès controversé pour "activités terroristes", a déclaré dimanche à l'AFP qu'elle excluait de rentrer dans son pays car "une autre arrestation signifierait la mort" pour elle.

"Dans les circonstances actuelles, je ne peux pas rentrer étant donné les risques d'emprisonnement", a-t-elle affirmé dans un entretien téléphonique avec une journaliste de l'AFP, expliquant que ce qu'elle dirait dans une interview ou ailleurs pourrait servir de prétexte à une nouvelle bataille juridique. "Une autre arrestation signifierait la mort pour moi".

Les autorités turques ont arrêté des dizaines de milliers de personnes, dont des universitaires et des journalistes, depuis le coup d'Etat manqué de juillet 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan.

Un tribunal d'Istanbul a acquitté la romancière des accusations de "tentative de porter atteinte à l'intégrité de l'Etat" et d'"appartenance à un groupe terroriste", et ordonné l'abandon des poursuites pour "propagande terroriste".

"Pour être honnête, j'étais très surprise. Presque tout le monde partait du principe que je serais condamnée", a confié l'auteure, qui a choisi de vivre en exil en Allemagne.

"Je n'arrive pas encore à y croire, mais si ce n'est pas celle-là, il y aura une autre affaire", a expliqué l'écrivaine, qui n'a aucun lien de parenté avec le président Erdogan.

Auteur de plusieurs romans traduits à l'étranger, lauréate 2018 du prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes, Asli Erdogan était jugée pour avoir collaboré au journal prokurde Ozgür Gündem, fermé par décret en 2016.

Les autorités turques accusaient Asli Erdogan d'avoir, en collaborant à Ozgür Gündem, aidé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe armé qui mène une sanglante guérilla en Turquie et est qualifié de "terroriste" par Ankara.

La romancière de 52 ans, qui n'était pas présente à l'audience vendredi, a décrit le système politique actuel comme "du fascisme, du néo-fascime", affirmant que les procès contre l'auteur emprisonné Ahmet Altan et l'homme d'affaires et philanthrope Osman Kavala démontraient que la situation allait "bien au-delà d'une dictature".

"Je ne sais pas vraiment ce qui se passe à huis clos, mais de telles affaires au caractère irrationnel n'ont pas d'autres explications. Je les considère comme faisant partie d'une stratégie", a-t-elle souligné.
(AFP, 16 février 2020)

La romancière Asli Erdogan acquittée dans un procès pour "terrorisme"

Un tribunal d'Istanbul a acquitté vendredi la romancière turque Asli Erdogan à l'issue d'un procès controversé pour "activités terroristes", une affaire qui a suscité l'inquiétude de la communauté internationale.

Le tribunal a acquitté la romancière des accusations de "tentative de porter atteinte à l'intégrité de l'Etat" et d'"appartenance à un groupe terroriste", et ordonné l'abandon des poursuites pour "propagande terroriste", selon une correspondante de l'AFP.

Ce procès était très suivi par les ONG et les observateurs étrangers qui y voyaient un symbole de la dérive autoritaire du pouvoir turc après une tentative de coup d'Etat visant le président Recep Tayyip Erdogan en juillet 2016.

Auteure de plusieurs romans traduits à l'étranger, lauréate 2018 du prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes, Asli Erdogan était jugée pour avoir collaboré au journal prokurde Ozgür Gündem, fermé par décret en 2016.

Les autorités turques accusaient Asli Erdogan d'avoir, en collaborant à Ozgür Gündem, aidé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe armé qui mène une sanglante guérilla en Turquie et est qualifié de "terroriste" par Ankara.

La romancière âgée de 52 ans, qui ne réside plus en Turquie mais en Allemagne, n'était pas présente à l'audience vendredi.

Sa mère, Mine Aydostlu, a fait part de sa surprise après l'énoncé du verdict. "Croyez-moi, je suis très heureuse. C'est ce que je voulais, mais j'ai eu du mal à y croire. J'ai dû demander plusieurs fois si elle avait réellement été acquittée", a-t-elle dit à l'AFP.

"J'ai fini par l'accepter après avoir entendu le mot +acquittée+ neuf ou dix fois!", a-t-elle ajouté avec un large sourire.

Selon son avocat, la romancière suit un traitement médical en Allemagne et pourrait rentrer en Turquie une fois que celui-ci sera achevé.

"Elle est malade et ne peut pas trop se déplacer. Elle ne rentrera pas aujourd'hui en Turquie, mais elle rentrera, bien sûr, c'est son pays, sa patrie", a déclaré Me Erdal Dogan.

- "Textes littéraires" -

Dans un texte lu par son avocat lors de l'audience vendredi, Asli Erdogan a estimé que l'accuser sur la base "de textes littéraires est une chose que la raison peut difficilement accepter au 21e siècle" et que cela revient à "piétiner les valeurs sur lesquelles reposent le droit et la littérature".

Elle a en outre souligné que le caractère politique de ses écrits pour Ozgür Gündem "se limitait à (la dénonciation des) violations des droits humains" et réclamé son acquittement.

L'arrestation et la détention pendant plus de 130 jours en 2016 d'Asli Erdogan ont suscité une vague d'indignation à travers le monde.

Libérée en décembre 2016, elle avait dû attendre septembre 2017 pour récupérer son passeport et pouvoir quitter la Turquie.

Pour les ONG, son procès était emblématique des atteintes croissantes à la liberté d'expression en Turquie, en particulier depuis la tentative de coup d'Etat du 15 juillet 2016.

Après le putsch manqué, le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan a mené une répression implacable qui n'a pas épargné les intellectuels et les médias, comme le quotidien d'opposition Cumhuriyet dont plusieurs journalistes ont été condamnés pour "terrorisme".

Dans un entretien avec l'AFP en 2018, Asli Erdogan faisait part de son inquiétude au sujet de la situation dans son pays, qualifiant de "fasciste" le gouvernement actuel.

Asli Erdogan n'a aucun lien de parenté avec le président Erdogan.

Outre la romancière, le tribunal a acquitté deux autres personnes, dont la linguiste Necmiye Alpay, jugées avec elle dans le procès Ozgür Gündem.
(AFP, 14 février 2020)

Death Fasting Grup Yorum Member İbrahim Gökçek Not Released

"Today is February 14. We don't celebrate Valentine's Day, but today is our marriage anniversary. I was standing trial with my wife, they have separated the files. She has not come here today, I cannot see her. If we were outside, maybe we could have the opportunity to drink pickle juice as poor children of the people, but we are deprived of that too. Four years of our five-year marriage have passed in prisons, damn this system."

Six people, including the arrested member of Grup Yorum music band İbrahim Gökçek, stood trial at the İstanbul 37th Heavy Penal Court in Çağlayan Courthouse for the first time today (February 14).

Announcing its interim judgement, the court has only released Barış Yüksel on the condition that he gives signature at the police department once a week. The court board has ruled that the detention of all defendants, including İbrahim Gökçek, shall continue.

The court has also ruled that Gökçek be examined at the Forensic Medical Institute to receive a report as to "whether he can stay in prison or not."

The trial has been moved to the court at Silivri Penal Institution in İstanbul. The next hearing of the case will be held on March 26-27, 2020.

He could make his defense while sitting

İbrahim Gökçek, the guitarist of Grup Yorum music band, has been on a hunger strike in prison for 241 days and musician Helin Bölek has been on a hunger strike for 238 days. They demand their right to a fair trial and an end to constant police raids against their cultural center.

As İbrahim Gökçek's request for being taken to court in an ambulance was rejected, he was brought to courthouse in a separate vehicle. As he was having difficulties in standing, a chair was brought to the court hall so that he could make his defense while sitting.

Among the ones who followed the hearing today were also Peoples' Democratic Party (HDP) MP Musa Piroğlu and Republican People's Party (CHP) MP Ali Şeker as well as writers Temel Demirer and Murat Menteş and artists Pınar Aydınlar and Orhan Aydın.

Request for recusation rejected

Attorney Yaprak Türkmen raised a request for recusation: "What your court did in the trial of Progressive Lawyers Association (ÇHD) lawyers has cast a suspicion on your impartiality, we do not think that you are impartial. As the board of the İstanbul 37th Heavy Penal Court, you have been assigned after the lawyers were arrested again following a verdict of release.

"A scandalous verdict of this court was the one on Atilla Taş, another was the verdict of arrest for Selahattin Demirtaş and Sırrı Süreyya Önder. Similarly, several academics were penalized by the court chaired by Akın Gürlek."

Evaluating the request of the attorney in a few minutes, Presiding Judge Akın Gürlek rejected the request "on the ground that the request was ill-intentioned and aimed to prolong the trial."
Gökçek: I don't accept to be silenced

A chair was brought to court hall so that İbrahim Gökçek could make his defense. He could present his statement while sitting:

"I want to live as an artist of the people, I want all obstacles standing in the way of Grup Yorum to be removed.

"The case file was delivered to us on Tuesday. The file had over 1,000 pages and we did not have the opportunity to examine it. I want time to make my actual defense. I have come here today. But, I do not know whether I can come to this court hall ever again or the audience can see me again. I might die, I might be disabled or lose my memory. Anything can happen. I wanted to say what I had to say for that reason.

"Why has this process come here? I want to talk about this. I thank everyone, the artists, families, my attorneys. I know that you stand by me.

"Who am I? Halil İbrahim Gökçek. I am a laborer of Grup Yorum for the past 15 years. We tried to do whatever Mahsuni Şerif and Pir Sultan did to do arts. We were not court jesters. I composed songs, I played bass guitar. I gave concerts to hundreds of thousands of people in dozens of concerts. It was the case until the State of Emergency in 2016.

'What did we do for this hostility?'

"A massive political lynch was launched against Grup Yorum in 2017. Taking the coup of the FETÖ as an opportunity, the AKP has started to attack the entire opposition in the country. İdil Cultural Center, which I am a taxpayer of, has been raided for 12 times, the notes of pianos were destroyed one by one, our guitars were broken. What did we do for this hostility? We went through all these because we kept on singing our folk songs. I do not accept the silencing of our folk songs and bans on our concerts.

"A pages-long indictment was written based on the statements of witnesses who try to save themselves. Believe me, when this process is over, you will be the first ones to be stood up.

"I want justice. I want our cultural center not to be raided and want Grup Yorum members to be released. We are the sources of pride of this country. We did not bootlick the ruling party's municipalities or pocket millions of liras like others. We receive 10 or 15 thousand liras for our concerts the most. We do not get more than that.

"They put such a group to trial. They torture it, they curse it...

"We are in the 21st century and concerts are being banned. We have been added to lists. What did we do? Did we take guns in our hands? Did we kill people? Did we give an order of killing? We taught children music, we formed an orchestra. Is it a crime?"

While İbrahim Gökçek was presenting his statement of defense to the court, Presiding Judge Akın Gürlek interrupted him for a few times and wanted him to cut his defense short, indicating that he asked Gökçek's statement regarding his request for release.

Gökçek answered, "Why are you interrupting me? What is the reason for that hostility? We are here because we did what I talked about.

'I want to live and play guitar, don't be our murderers'

Gökçek continued his remarks as follows:

"I looked at the indictment partially, but these are not written about us there: It is not written there that we abused children at the cultural center, it is not written that we did drug dealing or made present of tenders. Those who do such things are roaming free outside.

"As for Grup Yorum, it gives free concerts. The equipments such as cranes and barriers that we legally requested from municipalities for these concerts have been added to the indictment, defining it as illegal. 'Terrorist' is the one who spreads fear among the public, we are not terrorists.

"Attacks against Grup Yorum should end. I was 5 years old when the group was established and it still continues. Governments have come and gone, but it still continues. Grup Yorum cannot be silenced like that. It does not keep silent so long as there are people risking death for their art. There is Helin Bölek and I. We have risked death to perform our art in today's Turkey.

"I want to live, I want to play guitar, I want to give concerts, I want to see the people I love. But the conditions for this should be established. Do not stand before our art with heavy weapons and sentences."

Addressing the court, İbrahim Gökçek said, "Don't be our murderers. We resist even for you so that you will not experience the unjust acts that the ones before you went through. We are such people."

The hearing continued with the statements of other defendants and lawyers.
What does the indictment say?

The 159-page indictment against İbrahim Gökçek starts from Kızıldere on March 30, 1972. The Counter-Terrorism (TEM) records kept about him since 2005, the statements of nine separate witnesses and the alleged "[terrorist] organizational attitude" displayed by him while serving time in prison are the only evidence cited in the indictment.

The records of İstanbul Security Directorate's Counter-Terrorism Branch go as far back as the years of 2004 and 2005. As for the records of profiling, they start from the year 2005.

In the first archive records, a witness testifying about Gökçek said, "I have learned his name and open identity from you. He is a member of the music band named Grup Yorum, which is a legal institution of the Revolutionary People's Liberation Party-Front (DHKP-C)."

Among the alleged criminal evidence cited against İbrahim Gökçek is also a chapter entitled 'His organizational attitude during detention procedures." His refusal to eat the served meal is also listed as evidence under this chapter:

"It has been understood that during the time when he was in custody, suspect İbrahim Gökçek showed resistance to the officers, chanted slogans, threatened the commissioned personnel, refused to eat the served meal and went on a hunger strike, he did not put his signature on the minutes of attorney visitation and went on a hunger strike by rejecting the served meal."
(BIA, 14 February 2020)

Le parquet requiert la prison à vie pour le mécène Kavala

Un procureur turc a requis une peine de prison à vie contre l'homme d'affaires et philanthrope Osman Kavala, incarcéré depuis plus de deux ans, selon des documents transmis au tribunal et rendus publics par le parquet jeudi.

M. Kavala, une figure connue des cercles intellectuels en Europe, est accusé avec 15 autres personnes de "tentative de renversement du gouvernement" pour avoir soutenu un mouvement de contestation antigouvernementale en 2013 connu sous le nom de "mouvement de Gezi".

Dans le réquisitoire transmis au tribunal en vue de la prochaine audience qui doit se tenir le 18 février à Silivri, en lisière d'Istanbul, le procureur réclame la peine de prison à vie pour M. Kavala et deux de ses co-accusés.

Au mois de décembre, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a ordonné la libération immédiate de M. Kavala, mais le tribunal turc avait fait fi de ce jugement et l'avait maintenu en détention provisoire.

La détention et le procès de l'homme d'affaires, accusé d'avoir financé les manifestations de 2013 contre l'actuel président turc Recep Tayyip Erdogan suscitent l'inquiétude des défenseurs des droits humains en Turquie et en Europe.

Son incarcération depuis plus de deux ans a fait de lui le symbole de la répression orchestrée contre la société civile en Turquie, en particulier depuis une tentative de putsch en 2016 suivie de purges massives.
(AFP, 6 février 2020)

Asli Erdogan: La Turquie a lancé une guerre totale contre les Droits Humains

Le procès d’Asli Erdogan reprend le 14 février prochain. L’écrivaine, éprouvée par une récente campagne de lynchage médiatique et des menaces de mort, a dû bénéficier encore il y a seulement quelques jours d’une importante protection policière, alors qu’elle se trouvait à Genève. En effet le Grand Théâtre de Genève a chargé Luk Perceval, metteur en scène belge, de revisiter « l’Enlèvement au sérail ». Il a fait appel à Asli Erdogan pour remplacer un livret désuet par des textes contemporains, des extraits de son livre « le Mandarin miraculeux ».

« Quelle belle réponse aux orientalistes que de me donner ainsi la parole ! », me disait-elle tout à l’heure au téléphone. Pourtant rien n’est facile pour elle, ni devoir vivre sous la menace, ni attendre un procès, dont elle ressent profondément qu’il est une attaque directe contre son œuvre d’écrivaine, comme elle l’explique ci-dessous. Je traduis avec son accord le courriel adressé ce jour à plusieurs amis et collègues.

Cécile Oumhani.

Chers amis, chers collègues,

Comme vous vous en souvenez peut-être, j’ai été arrêtée le 16 août 2016, au prétexte que j’étais membre du symbolique comité consultatif de « Özgür Gündem », un journal pro-Kurde, tout à fait légal, en même temps que les deux rédacteurs en chef. Bien que nous ayons été six à faire partie du comité consultatif, seule Necmiye Alpay, linguiste et critique littéraire, a été arrêtée deux semaines après moi. Les chefs d’accusation qui pesaient contre moi étaient « atteinte à l’unité de l’Etat » (réclusion à perpétuité aggravée) et « propagande et appartenance à une organisation terroriste » (jusqu’à quinze ans d’emprisonnement). Au bout de quatre mois et demi, j’ai été libérée mais l’affaire se poursuivait.

On l’a laissée traîner pendant trois ans, le procureur reportant continuellement le procès. Le mois dernier, un nouveau procureur a soudain pris une décision. Il a demandé que les rédacteurs en chef, ainsi qu’Eren Keskin, Président de l’Association des Droits Humains et ancien rédacteur en chef soient jugés pour avoir été membres du PKK (jusqu’à 15 ans d’emprisonnement). Il a aussi demandé une peine de prison de 2 à 9 ans pour moi, pour quatre articles que j’ai écrits, disant qu’il s’agissait de propagande.

Le plus absurde est que ces articles ont été publiés en 2016 et qu’ils n’ont alors suscité ni procès ni même une enquête. En fait aucun de mes articles dans toute ma carrière n’a jamais entraîné de procès. L’un d’eux est un monologue intérieur, un texte en prose intitulé : « Journal du fascisme : aujourd’hui ». Il n’y a presque rien de politique dans ce texte, il est tout à fait abstrait et ne fait référence ni à un lieu ni à une époque. Il s’agit d’une description littéraire de la destruction intérieure d’un individu sous un régime autoritaire ainsi que du lourd poids qu’implique d’être témoin. En fait cet article a été inclus dans « Le silence même n’est plus à toi » et a été publié par plusieurs éditeurs dont Actes Sud, Penguin Knaus, Gyldendal, Ramus et Potamos notamment. Le livre a été récompensé par plusieurs prix littéraires.

Maintenant les éditeurs de plus de douze maisons d’édition, ainsi que plusieurs membres appartenant à des jurys littéraires sont indirectement tenus responsables de propagande terroriste. Le procureur affirme que j’ai fait des commentaires sur des « civils assassinés », alors qu’aucun « civil » n’a jamais été assassiné et que donc j’essaie de représenter les membres du PKK assassinés comme des « civils », en conséquence de quoi je fais de la propagande, etc. Je suis certaine que ces éditeurs ne savent même pas pour quelle organisation ils sont censés avoir fait de la propagande !

Mais l’attaque contre mon œuvre littéraire ne s’arrête pas là. L’un des articles qui figure dans mon dossier s’intitule « Le plus cruel des mois : avril », en référence à T.S Eliot. Il décrit la mort d’un chien errant dans une ville entièrement en ruines. Étrangement, aucun des articles où je décris comment des civils ont été effectivement massacrés ne figure dans le dossier.

Le procès est pour très bientôt, avant qu’aucune vraie solidarité ou réaction forte n’ait le temps de s’organiser : le 14 février, jour de la Saint-Valentin.

J’en appelle instamment à vous pour que vous protestiez contre ce qui attaque très gravement la liberté d’opinion, d’expression et bien plus… La Turquie a lancé une guerre totale contre les Droits Humains, la littérature et pire encore, la CONSCIENCE, par son insistance à me poursuivre.

Mes salutations,

Asli Erdogan

(nouvelobs.com,
Texte traduit par Cécile Oumhani, membre du PEN français et du Parlement des Écrivaines Francophones, 29 janvier 2020)


Kurdish Question / Question kurde

Racist massacre in Hanau, five of the victims are of Kurdish origin

The nine people were gunned down by a racist attack in two shisha bars in the German town of Hanau. The victims aged between 21 and 44 were from immigrant backgrounds and some were German citizens.

Five of the victims were of Kurdish origin, according to Mehmet Tanriverdi, the deputy chair of the Confederation of the Communities of Kurdistan in Germany. It was not clear if they were the Turkish citizens.

According to unconfirmed reports in Turkish and German media, the victims also included a Bosnian and a Pole.

The dead included a waiter at Midnight, the first shisha bar to be attacked. He was named in Turkish media as Gökhan Gültekin. One Turkish media organisation, TRT, said Gültekin had been engaged to be married.

Iskender Muhammed, a Turkish man who had gone to Midnight for supper with a group of friends, said Gültekin and three diners were killed next to him. Muhammed spoke to Turkey’s A Haber TV from a hospital bed where he was being treated for a bullet wound to his right shoulder.

The Frankfurt-based Kurdish daily newspaper Yeni Özgür Politika reported that another victim at Midnight was 22-year-old Ferhat Ünvar, the son of one of its journalists.

At Arena, the second bar to be targeted, two employees are believed to have been among the dead, according to the son of the owner.

German media reported that one of the victims was a 35-year-old pregnant mother of two.

Shisha bars are found in towns across Germany and are popular places for people with links to the Middle East or south Asia to spend their free time sharing flavoured tobacco from a hookah or water pipe and drinking tea.

It is likely the gunman deliberately sought out the shisha bars knowing he would find them full of people from immigrant backgrounds. Although some require visitors to ring a bell before being allowed in for security reasons, the shisha bars have a reputation for being open, accessible and friendly.
(guardian.com, 21 Feb 2020)

Kurds in Hanau call on peoples to oppose fascism

The local Kurdish community centre has spoken out following the racist attack in Hanau on Wednesday evening. The members made a statement in front of the association building holding the photos of the two Kurdish victims Ferhat Ünvar and Gökhan Gültekin in their hands.

Emin Deniz, co-chairman of the Kurdish association Kawa, explained that the bloody attack was not the first attack on people with a migration background. He said that the Kurds in Hanau were angry and sad and called on everyone to oppose fascism and stop racist attacks. Deniz also demanded a complete clarification of the crime; "So far the authorities did not inform us about the dead and injured. We demand this", he said.

Meanwhile, it came out that Ferhat Ünvar is the son of Serpil Temiz, an employee of the daily newspaper Yeni Özgür Politika. The newspaper said: "We are deeply shocked by the brutal racist crime in Hanau. Among the victims is Ferhat Ünvar, the son of our volunteer supporter Serpil Temiz. Our sincere condolences and deepest sympathy go to the families of the victims."
(ANF, 20 Feb 2020)

Former MP Mahmut Alınak Behind Bars for the 10th Time

Taken into custody from his house in Turkey's eastern province of Kars on February 13, writer and politician Mahmut Alınak has been arrested. In a statement released by his family following his detention, it was said, "Mahmut Alınak is 68 years old and in prison for the 10th time!"

After he deposed at the prosecutor's office, Alınak was referred to the judgeship of peace on charge of "membership of an organization." As reported by Mezopotamya Agency, Mahmut Alınak has been arrested and sent to Kars Prison on the offense charged.

As the reason for the arrest of former People's Labor Party (HEP) MP, the court has indicated that he donated the revenue of his book Bêkes to the family of Cizre People's Assembly Co-Chair Mehmet Tunç and it has also referred to his conversations with his relatives, his articles critical of the government, his proposal to mediate between two conflicting families and his attempts to raise public awareness by collecting garbage with workers.

About Mahmut Alınak, lawyer, politician, MP and writer.

Nominated by the Social Democratic People's Party (SHP), Alınak was elected as an MP in the parliamentary elections in 1987 and 1991. He also served as Democratic Society Party (DTP) provincial chairperson in Kars.

He was remanded in custody during the investigation against the Kurdistan Communities Union (KCK) in December 2011. He was released in July 2012. He was sentenced to 14 months and 7 days in prison for his statements on torture. Although he was released on probation, he was put in prison in September 2014 for violating the probation conditions. He wrote 10 books.
(BIA, 17 February 2020)

Plusieurs milliers de Kurdes réclament la libération d'Öcalan à Strasbourg

Plusieurs milliers de Kurdes ont défilé samedi à Strasbourg, comme chaque année, pour réclamer la libération de leur chef historique Abdullah Öcalan, arrêté il y a 21 ans et condamné à la prison à vie en Turquie.

Partis en fin de matinée des alentours de la gare de Strasbourg, les manifestants ont été estimés à environ 12.000 par les organisateurs et 4.200 selon la police. Un meeting politique est prévu en début d'après-midi dans le sud de la ville.

"Depuis 21 ans, il (Abdullah Öcalan) est en prison et depuis 21 ans, des millions de personnes le soutiennent toujours", a souligné Agit Polat, porte-parole du Conseil démocratique kurde en France, espérant une "pression" internationale pour la libération du chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et que soit mis un terme à "la politique de guerre" du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Déambulant derrière une banderole tenue uniquement par des femmes et sur laquelle était inscrit "Liberté pour Öcalan, statut politique pour le Kurdistan", les manifestants agitaient de nombreux drapeaux avec la photo d'Abdullah Öcalan et scandaient notamment "Vive notre leader".

Avec un foulard aux couleurs kurdes (jaune, rouge et vert) autour du cou, Yasar, 36 ans, est venu presque tous les ans participer à cette marche annuelle depuis 1999. "C'est important de montrer que nous sommes derrière notre président et que la liberté doit être pour tous au Kurdistan", explique cet habitant de la région allemande de Sachsen-Anhalt, toutefois peu optimiste sur les perspectives à venir pour son peuple.

Ce grand rassemblement kurde se tient à Strasbourg, ville du Conseil de l'Europe -dont la Turquie est membre- et de la Cour européenne des droits de l'Homme, chaque année depuis l'arrestation le 15 février 1999 d'Abdullah Öcalan.

Le chef de la rébellion kurde du PKK est détenu sur l'île-prison d'Imrali, située au large d'Istanbul, dans un isolement quasi-total.

"En prenant en otage M. Öcalan, c'est tout un peuple qui est pris en otage. (...) On refuse de vivre sans notre leader, notre langue, notre culture, nos valeurs", a déclaré Hélène Erin, porte-parole des organisateurs de la manifestation, critiquant que "l'Europe laisse faire".

Cette manifestation annuelle kurde avait rassemblé l'année passée 7.000 personnes, selon la police et 17.000 selon les organisateurs.
(AFP, 15 février 2020)

HDP: At Least 99 People Detained

Ayşe Acar Başaran, the Spokesperson for the Peoples' Democratic Party (HDP) Law and Human Rights Commission, has made a statement about the operations targeting HDP members in several provinces.

Başaran has announced that though the exact number is not yet certain, at least 99 people have been detained in the provinces of Diyarbakır, Ankara, Dersim, Mardin, Van, Mersin, Kocaeli, Muş, Ağrı and İstanbul.

In a written statement released by Acar Başaran, it has been indicated that seven people in total have been detained in Turkey's southeastern province of Diyarbakır, including HDP Diyarbakır Provincial executive İrfan Söner, Bağlar District Co-Chair Mehmet Atlıhan, Yenişehir District Co-Chair Sadrettin Kaya, Bağlar District executive Abdullah Dengiz and Bağlar Municipality former municipal council member Rıfat Turfan.

According to the statement of the MP, while 10 people, the majority of whom are university students, have been detained in Dersim, six people have been detained in the capital city of Ankara. Moreover, 14 people, including four children, have been taken into custody in Mersin and Mezopotamya Agency reporter Yunus Duman has been detained in Van.

In his weekly press briefing held in HDP Central Office earlier today (February 14), HDP Spokesperson Günay Kubilay also said:

"We have learnt that our several friends have been taken into custody in Dersim, Kocaeli, Diyarbakır, Ankara, Muş and Ağrı. Among the detained are predominantly our provincial and district executives as well as journalists and university students. We fiercely condemn these arbitrary and unlawful detentions. We are making this call to the government: Take your violent hands off the HDP and release our friends immediately."
(BIA, 14 February 2020)

Final Resolution of the 16th EUTCC Conference in EP

The Annual International Conference on the EU, Turkey, the Middle East and the Kurds was hosted by the EU Turkey Civic Commission (EUTCC) in cooperation with the GUE/NGL Group, the Greens-European Free Alliance (GREENS/EFA) and the Groups of the Free Alliance of Socialists and Democrats (S&D). The conference was successfully held on 5th and 6th of February 2020 in the European Parliament in Brussels.

After his first visit to the country, the Turkey Rapporteur for the European Parliament said, new narratives are needed for the relationship between Turkey and the EU. From the perspective of the conference, new narratives are also needed, not only for relations with Turkey, but also for the whole Middle East. The Kurds are a major influential factor here in terms of stability, peace building, democracy, ecology and gender equality. Together with their regional allies and due to their global perspectives, they provide a basis for new narratives in a region marked by wars and crises. Strengthening cooperation with these democratic forces should therefore be a top priority.

Based on this the conference calls upon the EU member states, the European institutions and the United Nations to:

- Treat Turkey’s occupation of North Syria / Rojava as a clear violation of international law, condemn its policy of ethnic cleansing in the occupied territory, and call for an immediate withdrawal of Turkish troops.

- Recognise the North-East Syria’s Autonomous Administration as an important step towards a political solution to the Syrian conflict and to integrate their representatives in the commission for the establishment of a new constitution for Syria. The best way for a solution is to include all ethnic and religious entities in a democratic process leading to a decentralized self-administration with equal rights for women and men.

- Urge Turkey to stop airstrikes and its occupationist endeavors in the Kurdistan Region of Iraq which is a clear violation of international law.

- Urge Turkey to release all elected officials and members of the HDP, to respect the decision of the electorates, and to reinstitute the mayors replaced by the government appointed trustees.

- Not to sacrifice the EU’s democratic values by caving in to Turkey’s blackmailing on the issues of refugee crisis and the jihadist threat.

- Take diplomatic, political and legal measures to compel Turkey to comply with international law concerning the ongoing isolation of Abdullah Ocalan, and urge the Turkish government to immediately release him and to return to dialogue for a political solution to the Kurdish question.

- Contribute to a political solution by lifting all restrictions on Kurdish parties and individuals, in light of the decisions of the European Court of Justice and the Belgian Court of Cassation, which insist that the PKK is not a terrorist organization but a party to an internal armed conflict.
(ANF, 7 Feb 2020)

Signature Campaign for Diyarbakır Metropolitan Mayor Mızraklı

Starting from the obscure “double coup” process beginning from 15 July 2016 until the local elections of 31 March 2019, 95 HDP Mayors have been suspended from office and replaced by trustees (kayyım); following the March 31 elections, the election certificates of 6 mayors, 8 co-mayors and 47 municipal assembly members have been seized through YSK (High Election Council); and in the aftermath of the March 31 elections, 32 Mayors, 70 municipal assembly members and scores of mukhtars have been suspended from office, replaced by trustees, and most of these elected figures have been arrested .

This unlawful political purge campaign, conducted under the guise of legal concepts such as "appointment", "suspension from office" and "trustee", is above all a kind of political coup targeting the right to elect and be elected and is a type of political coup constituting a constitutional offense.

The suspension from office of two Mayors elected in two successive election terms, their arrest through the use of irregular or fake evidence, the handing over of municipalities to the political government by use of state force, as well as threats levelled by government spokespersons in the run-up to the elections, such as "We will again appoint trustees!" demonstrate that this coup had been planned in advance.

In both election terms the Metropolitan Municipality of Diyarbakır was targeted first and foremost, and previous Mayor Gülten Kışanak was arrested and replaced by a trustee. Mayor Dr. Adnan Selçuk Mızraklı, who in March 31 elections replaced the trustee who had been appointed was also arrested and replaced by an administrative – political civil servant. As such, these incidents constitute constitutional offenses that demonstrate the insistence of the government on this political coup.

The arrest warrants issued along with the appointment of trustees and for which fake evidence were used, are politically motivated acts of hostage-taking in addition to being unlawful. Judges and prosecutors were made to write and undersign such actions carried out by using concepts such as "arrest", "investigation" and "indictment", which amount to nothing but an effort to create a legal cover to offenses, as has been the case in all coups.

The fact that "investigation" and "arrests" followed one another and occurred in the same time span, and their targets were the same, all demonstrate that such unlawfulness generated from a single centre. The 19 January statement of President Erdoğan perfectly attests to this disappointing reality:

"This has indeed been a highly upsetting step for our judicial community. What is interesting is that; of course we gave instructions for all that, … Imagine, how can a court dare to immediately acquit or release a person who had been sentenced to life imprisonment? This is not comprehensible. Thankfully, our Justice Ministry and Prosecution Office also took steps at this point. And carried out the apprehension in an operation they conducted together with the Ministry of Interior.”

Now this statement is a clear announcement that the judiciary is and should continue to receive instructions from the President.

***

The investigation against Diyarbakır Metropolitan Mayor Dr. Adnan Selçuk Mızraklı is in the forefront of these major operations launched upon an instruction. Confessor H.B.A., who was arrested in 2016 and who benefitted from the “repentance law” three years ago, was made to sign an “identification record” 11 days before the elections --a documentwhich was soon proven to be fake. As a matter of fact, the said confessor had completed his confessions 2 years before that, and got arrested. In these confessions Dr. Adnan Selçuk Mızraklı’s name is not even mentioned. How come that this confessor, who is in prison for two years, all of a sudden recalls an incident, which was not a part of his confessions, after an elapse of 2 years, and 11 days before the elections?

The accusations in the indictment are not based on any evidence at all. This confessor has evidently created a scenario by listening to a surgery case described by another witness years after the latter was arrested, reading the social media messages of Mızraklı, observing the professional meetings that he had attended, and public events organized by his party.

That the names of the prosecutor, 2 gendarmerie privates, and a record keeper undersigning this doctored identification record, where identification procedures have explicitly been violated, have not been indicated and kept confidential points to a sort of repletion of the duty-offence they had committed.

One of the targets of the ”coup of trustees” is the economic resources of the local administration. The public opinion has been shown with documents how these resources were carelessly thrown in the air by the trustees, includingfurnishing luxurious offices and bathrooms for themselves. So the AKP, which lost the elections at all localities where a trustee has been appointed, is left with no option other than forcefully seizing local administrations to cover up the corruption and other offenses.

Such an open trampling over of even the most basic values of figurative democracy; throwing into the dust bin of the unwanted results coming from the ballot box formerlyidolized by themselves, show that democracy, which cannot be defended in the streets and public squares cannot be protected at the ballot box.

We are aware of it and we will not remain silent.

Until the elected are restored in their posts, we will continue our struggle against the trustees and arrests.

Abdullah Demirbaş, Adil Okay, Ahmet Dindar, Akın Birdal, Attila Tuygan, Aydın Engin, Ayşe Erzan, Ayşe Hür, Ayşe Öncü, Ayşe Sevin Kırıkoğlu, Ayşegül Devecioğlu, Bahadır Altan, Baskın Oran, Cengiz Arin, Doğan Özgüden, Emine Uşaklıgil, Ercan Kanar, Erdoğan Aydın, Esra Koç, Esra Mungan, Eşber Yağmurdereli, Ferhat Tunç, Fikret Başkaya, Gençay Gürsoy, Gönül Dinçer, Gürhan Ertür, Hacer Ansal, Hüsnü Öndül, İnci Tuğsavul, İsmail Beşikçi, İsmail Cem Özkan, Kadir Cangızbay, Kazım Bayraktar, Kuvvet Lordoğlu, Mehveş Evin, Mebuse Tekay, Meryem Koray, Mustafa Peköz, Nazar Büyüm, Nesrin Nas, Nesteren Davutoğlu, Nevzat Onaran, Nilay Etiler, Nurten Ertuğrul, Onur Hamzaoğlu, Orhan Alkaya, Orhan Silier, Oya Baydar, Ömer Faruk Gergerlioğlu, Özlem Özkan,
Ragıp Zarakolu, Ramazan Gezgin, Recep Maraşlı, Rıza Türmen, Sait Çetinoğlu, Semra Somersan, Şanar Yurdatapan,Tuna Altınel, Viktorya Çiprut, Ümit Biçer, Yasemin Bektaş, Yücel Demirer, Zehra Arat, Nilay Etiler, Kuvvet Lordoğlu


Le long chemin de la gauche kurde

Le Monde diplomatique, Jean-Michel Morel , 2 février 2020

Au cours des dernières décennies, les partis prokurdes favorables à une participation au jeu politique en Turquie ont régulièrement été confrontés à la répression des autorités, qui les accusaient de complicité avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Cette démarche légaliste a toutefois mené à des succès, comme l’ont montré les multiples gains électoraux du Parti démocratique des peuples (HDP).

Fondé en 2013, le Parti démocratique des peuples (HDP) a fait sien le point de vue de M. Abdullah Öcalan, leader et cofondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), pour qui la reconnaissance de l’identité millénaire kurde n’implique pas l’indépendance. Coprésidé par M. Selahattin Demirtaş, incarcéré depuis novembre 2016 par le pouvoir turc (lire son article « “L’homme qui se prend pour un sultan” »), le HDP se veut d’abord un parti fédérateur rassemblant des Kurdes, des Turcs, des Arméniens, des Assyro-Chaldéens, des Turkmènes, etc. Cette formation se revendique aussi de gauche, féministe, écologique, portant les revendications de toutes les minorités sexuelles. L’histoire du HDP se confond ainsi avec celle des luttes sociales de l’ensemble du peuple turc. Comme le raconte M. Doğan Özgüden, rédacteur en chef de l’agence de presse Info-Türk, basée à Bruxelles : « Après sa création en 1961 (…), le Parti ouvrier de Turquie (TIP) a grandi grâce au soutien massif des camarades kurdes. (…) Le TIP a été interdit après le coup d’État de 1971 parce qu’il avait déclaré que “le peuple kurde a le droit d’exercer ses droits politiques en Turquie”. »

Reprenant ce mot d’ordre, les Kurdes se sont employés à poser les bases d’une activité politique le plus autonome possible. À l’occasion des élections législatives d’octobre 1991, pour la première fois, des candidats kurdes se sont présentés sous l’étiquette favorable à leur cause : le Parti du travail du peuple (HEP), rejoignant les listes du Parti social-démocrate (SHP). Ils ont ainsi obtenu vingt-deux sièges. Mais, quand la députée Leyla Zana a prêté serment en déclarant en kurde : « Vive la fraternité entre les peuples turc et kurde », elle et ses compagnons ont été évincés de l’Assemblée nationale et condamnés à quinze ans de prison.

Au fil du temps, pour pouvoir résister aux multiples interdictions dont il a été l’objet, le parti prokurde a dû régulièrement changer d’identité. En quelque vingt-trois ans, le futur HDP (...)

“Le verdict concernant le PKK devrait constituer un précédent dans l’UE”

Le PKK n’est pas une organisation terroriste, a déclaré mardi la Cour de cassation belge. Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, les personnes ayant bénéficié d’un non-lieu dans ce procès ainsi que des responsables politiques ont appelé à une nouvelle approche de l’UE vis-à-vis de la question kurde.

Suite à la confirmation par la Cour de cassation belge d’une décision rendue par la chambre des mises en accusation jugeant que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ne pouvait être considéré comme une organisation terroriste, une conférence de presse s’est tenue jeudi à Bruxelles, avec la participation des avocats de la défense, de députés européens et des responsables politiques kurdes Remzi Kartal et Zübeyir Aydar. Selon les intervenants, la décision de la Cour a ouvert une brèche dans la politique de criminalisation du mouvement kurde.

La décision confirmée mardi par la Cour de cassation de Bruxelles est un arrêt rendu en appel par la Chambre des mises en accusation en mars 2019, qui avait considéré que le PKK n’était pas une “organisation terroriste”, mais une partie dans un conflit armé.

Le terme « terrorisme » légitime la répression de l’opposition en Turquie

La conférence au Club européen de la presse a été ouverte par les députés européens Andreas Schieder (socialiste), Nikolaj Villiumsen (GUE) et François Alfonsi (Verts).  M. Villiumsen a déclaré que la décision judiciaire devrait avoir des conséquences positives, évoquant la répression en Turquie de l’opposition, en particulier du HDP, par le régime de l’AKP, sur la base d’accusations de terrorisme.

L’argument du « terrorisme » a également été utilisé pour justifier l’invasion de la Syrie par la Turquie. Cependant, le problème ne peut être résolu par la force, a estimé M. Villiumsen, appelant le gouvernement turc et le PKK à négocier une solution politique.

Andreas Schieder a, quant à lui, souligné que le problème n’était pas le terrorisme, mais les droits d’une partie de la population. Il a ajouté que la lutte pour les droits culturels, politiques et économiques était légitime.

La liste des organisations terroristes empêche une solution politique

Reprenant la parole, Nikolaj Villiumsen a déclaré que l’inscription du PKK sur la liste des organisations terroristes était une erreur de l’UE qui empêchait une solution à la question kurde. Il a fait remarquer que la décision belge pourrait aider à lancer un processus politique.

Interrogé par l’agence de presse kurde Firat News (ANF) sur la déclaration du ministre belge des affaires étrangères, Philippe Goffin, concernant la décision de la Cour de cassation, M. Villiumsen a qualifié ladite déclaration de « très regrettable ». Le ministre belge avait déclaré mercredi que la décision de justice ne changeait rien à la position du gouvernement belge qui continuait à considérer le PKK comme une organisation terroriste.

Le député européen des Verts François Alfonsi a qualifié à son tour la décision de la cour de Bruxelles d’ « étape positive contre la criminalisation du mouvement kurde ». Il a ajouté que les autres pays européens devraient s’inspirer de cette décision.

Ingérence du gouvernement belge dans la justice

Les avocats de la défense, Jan Fermon, Joke Callewaert, Paul Bekaert et Luc Walleyn, ont expliqué le processus juridique.

“La question, a déclaré Paul Bekaert, est maintenant de savoir si le gouvernement belge respectera la décision de la cour. Le système judiciaire belge a rendu une décision claire qui devrait également avoir un impact sur la liste des organisations terroristes de l’UE”.

Jan Fermon a expliqué le déroulement de la procédure et évoqué les documents de Wikileaks qui ont révélé  les pressions exercées par l’ambassade américaine pour multiplier les poursuites pénales contre les Kurdes en Belgique. L’inscription du PKK sur la liste des organisations terroristes de l’UE est également une décision politique qui doit être révisée, selon M. Fermon qui a qualifié la déclaration du ministre belge des affaires étrangères d’ « ingérence dans la justice ».

Prêts pour une solution politique

Remzi Kartal, co-président du Kongra Gel, et Zübeyir Aydar, représentant du Conseil exécutif du KNK (Congrès national du Kurdistan) sont intervenus à la suite des avocats. Les deux hommes politiques kurdes figurent parmi les personnes ayant bénéficié du non-lieu.

M. Kartal a exprimé le souhait que ce verdict change la politique de criminalisation menée en Europe à l’encontre des Kurdes : “Le problème n’est pas le PKK. Le PKK est utilisé comme prétexte pour attaquer le peuple kurde”. Il a appelé l’UE à considérer la décision du tribunal belge comme un précédent et à adopter une nouvelle approche de la question kurde.

Zübeyir Aydar a, quant à lui, souligné que la liste des organisations terroristes de l’UE légitimait les arrestations, la torture et les meurtres commis par l’État turc : “Personne ne doit continuer à se rendre complice d’Erdoğan. En Europe, des dizaines de milliers de personnes ont été criminalisées du fait de la définition du PKK en tant qu’organisation terroriste. Nous sommes une partie dans cette guerre, dans cette lutte et nous défendons la liberté de notre peuple. Nous sommes prêts à résoudre le problème pacifiquement par le dialogue. J’appelle le gouvernement belge et l’UE à se conformer à la décision de justice et à retirer le PKK de la liste des organisations terroristes”.
(ROJINFO, 31 janvier 2020)

Minorités / Minorities

Damas reconnaît le "génocide arménien", Ankara dénonce un "acte hypocrite"

Le Parlement syrien a officiellement reconnu jeudi comme "génocide" le massacre d'environ 1,5 million d'Arméniens entre 1915 et 1917, sur fond de vives tensions avec la Turquie après des affrontements meurtriers dans le nord-ouest de la Syrie.

"Le Parlement (...) condamne et reconnaît le génocide commis contre les Arméniens par l'Etat ottoman au début du XXe siècle", a-t-il indiqué dans un communiqué.

L'actuel territoire syrien est considéré comme un des principaux théâtres du massacre des Arméniens qui, selon les historiens, furent contraints par les autorités ottomanes à des marches forcées à travers le désert, avant que les survivants ne soient placés dans des camps de concentration.

A Deir-Ezzor (est), un mémorial du génocide arménien avait été érigé, avant d'être détruit par le groupe Etat islamique (EI).

Cette reconnaissance intervient dans un contexte de fortes tensions entre Damas et Ankara, des combats entre les deux camps ayant eu lieu ces derniers jours dans le nord-ouest de la Syrie, où sont déployés des soldats turcs.

Le ministère turc des Affaires étrangères a qualifié dans un communiqué le vote du Parlement syrien d'"acte hypocrite de la part d'un régime qui pendant des années a commis toutes sortes de massacres contre son propre peuple".

"Nous vivons actuellement une agression turque qui repose sur la même pensée ottomane haineuse", a déclaré pour sa part le chef du Parlement syrien, Hammouda Sabbagh.

Cette "agression" rappelle "les crimes commis par les ancêtres" du président turc Recep Tayyip Erdogan contre le peuple arménien, a-t-il assuré.

- Tensions inédites -

Mercredi, M. Erdogan a menacé de frapper "partout" le régime syrien en cas d'attaque contre les forces turques en Syrie, après la mort de plusieurs de ses soldats.

La Turquie, qui soutient des rebelles syriens, a lancé depuis 2015 trois opérations militaires en Syrie contre l'EI et les combattants kurdes qu'Ankara qualifie de "terroristes".

A l'issue de la dernière offensive --stoppée après deux accords conclus séparément avec Washington et Moscou--, les forces turques se sont emparées d'une bande frontalière de 120 kilomètres à l'intérieur du territoire syrien le long de sa frontière sud.

Depuis le début de l'offensive lancée en décembre par Damas et Moscou contre la région d'Idleb, dernier bastion jihadiste et rebelle en Syrie, la Turquie tente de freiner l'avancée des forces du régime, qui contrôlent désormais près de la moitié de la province d'Idleb.

M. Erdogan a posé un ultimatum au régime de Damas, le sommant de se retirer de certaines positions dans d'ici fin février, et menaçant de l'y contraindre en faisant "tout ce qui est nécessaire".

La Turquie a déployé des renforts massifs dans cette région du nord-ouest syrien. Depuis début février, 14 soldats turcs ont été tués et 45 blessés lors d'attaques menées par Damas dans la région d'Idleb.

Mardi, un hélicoptère du régime syrien a été abattu par des tirs de roquettes dans la région, une attaque ayant tué trois pilotes selon le quotidien prorégime al-Watan, et imputée par les médias turcs aux rebelles pro-Ankara.

- Près de 30 pays -

Selon les estimations, entre 1,2 million et 1,5 million d'Arméniens ont été tués pendant la Première Guerre mondiale par les troupes de l'Empire ottoman, alors allié à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie.

Les Arméniens cherchent à faire reconnaître par la communauté internationale l'existence d'un génocide.

La Turquie, issue du démantèlement de l'Empire en 1920, reconnaît des massacres mais récuse le terme de génocide, évoquant une guerre civile en Anatolie doublée d'une famine, dans laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont péri.

Selon Ankara, ces personnes n'ont pas été victimes d'une campagne d'extermination mais du chaos des dernières années de l'Empire ottoman.

La Turquie affirme aussi que des dizaines de milliers de Turcs ont été massacrés par les nationalistes arméniens qui se sont alliés à l'ennemi russe lors de la Première guerre mondiale, avant la décision du gouvernement ottoman de déporter les Arméniens vers la Syrie.

De nombreux historiens et universitaires ont toutefois conclu que la déportation et le massacre des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale répondait à la définition juridique du génocide.

Près de 30 pays ont déjà adopté des lois, des résolutions ou des motions reconnaissant le génocide.
(AFP, 13 février 2020)

Christians in northeast Syria living in fear as Turkish forces

Chris HUBY | Matthieu DELMAS,
www.france24.com, 7 février 2020

In northeastern Syria, the Christian community is more threatened than ever. Last October, it found itself caught in the middle of the battle between Turkish and Kurdish forces. Meanwhile, Islamic State group sleeper cells are active in the region and the Christian minority is one of their targets. Our reporters Chris Huby and Matthieu Delmas went to meet a community living in fear of kidnappings and attacks.
Advertising

In northeastern Syria, the Christian minority is caught in the crossfire. When Turkey launched Operation "Peace Spring" against Kurdish YPG fighters on the Turkish-Syrian border last October 9, Christians found themselves surrounded by fighting. Turkish forces and their allies took control of a handful of predominantly Christian villages in the Khabur Valley.

Meanwhile, Islamic State (IS) group sleeper cells have been reactivated, targeting the Christian minority – whose members they consider heretics – and forcing US troops to take up positions in the villages in late January 2020.

The consequences have been disastrous. While international observers had hoped for the return of Christians to the region, the exact opposite occurred. In a new exodus of the Christian minority, many have fled to Europe, the United States or Australia, even if that meant leaving all their possessions behind.

Among those who have chosen to stay in Syria despite the danger and the economic crisis, some have taken up arms to ensure their own security. More than 2,000 Christians have organised themselves into militias. They fully intend to defend themselves against the enemy, whether it’s Turkish or jihadist.

Syriac Couple in Şırnak Missing for 24 Days

Hurmuz and Şimoni Diril, a Syriac couple from Mehre (Kovankaya) village in the Beytüşşebap district of the southeastern Şırnak Province, have been missing since January 11.

They are the parents of Remzi Diril, the priest of the İstanbul Chaldean Church. Diril told bianet that the search is continuing.

Conducting an investigation into the incident, the prosecutor's office imposed a confidentiality order on the case on January 16.

"Three or four days after the incident, their neighbors said the family [the couple] were kidnapped. Why didn't they state this in the first place but now? According to their statement, 'Three people, including a woman, took the couple.' A technical search was carried out based on this statement but there was no result," Peoples' Democratic Party (HDP) MP Tuma Çelik told bianet.

"Besides, the prosecutor's office imposing a confidentiality order on the file is also raising many questions. According to the information I received from the district governorship, a technical search is being carried out.

"If this state cannot find the couple who have been missing for 24 days in an area like this, this means it is incapable. I don't think Turkey is so incapable, which means there is not a sufficient search. I don't believe the state is doing the necessary search and rescue work with all its organs."
What happened?

Remzi Diril had announced that he has not been able to reach his parents as of January 11.

Informing bianet that the couple resided in both their village and İstanbul, Çelik had said, "Apart from the Diril couple who has got missing, there is only one person living in the village. This other person is a relative of theirs.

"The village is in mountainous terrain, it is a military zone and usually forbidden. Due to winter conditions, we as well as their family members have difficulties in reaching the village. The family members are deeply worried, they cannot reach the region, either."

Syriacs are a Christian minority who mostly live in the southeastern parts of the country.
(BIA, February 3, 2020)

Politique intérieure/Interior Politics

Erdoğan wants partitioned Libya dependent on Turkey

Turkey’s foreign policy in Libya is a calculated strategy to gain another foothold in the Eastern Mediterranean, similar to the breakaway northern Cyprus, columnist Nervana Mahmoud wrote for Arabic news outlet Al Hurra.

Part of Turkish President Recep Tayyip Erdoğan’s plans for Libya is “a separate entity in Western Libya that is fully dependent on Turkey for its survival,” Mahmoud’s article said, similar to the northern third of Cyprus under Turkish control.

The Mediterranean island, split between the internationally recognised Republic of Cyprus and the breakaway Turkish Republic of Northern Cyprus following Turkey’s military intervention in 1974, faces political and military paralysis, and is in a permanent state of “no war/no peace,” according to the article.

Unlike in Cyprus, Erdoğan is popular with Islamists and Libyans of Turkish descent, and there is a “growing, misplaced nostalgia towards the bygone era of Ottoman-controlled Libya,” that the pro-Erdoğan groups in the country “aggressively encourage,” it said.

But for a similar scenario to play out in the north African country, Western and Arab parties would need to fail to prevent the emergence and survival of a pro-Turkish entity in Western Libya, it added.

In a strategic move to outmanoeuvre a consortium of countries seeking to stake their own claims to Mediterranean hydrocarbon deposits, last year Turkey made two deals with the Tripoli-based, U.N.-recognised Government of National Accord (GNA), redefining Turkey’s maritime borders and providing Turkish military support for the GNA’s fight against the Libyan National Army (LNA).

Erdoğan also wants to stop the LNA’s advance towards Tripoli and “is determined to block any political agreement that aims to disarm his loyal militias in Western Libya or return them back to Syria,” the article said.

Turkey, as part of its efforts to support the GNA, has sent more than 4,000 Syrian fighters, many involved with jihadist and extremist groups.

“No rational country will commit to sending UN peacekeeping forces that have a mandate to disarm hard-core Islamist militants embedded in Libya,” it said, and a ceasefire without a political settlement will lead to the inevitable partition of Libya, giving Erdoğan’s policy “a good chance of succeeding.”
    (Ahval, Feb 7, 2020)

Erdogan rêve d'un nouvel Empire ottoman

Par Guillaume Perrier
Challenges.fr, le 2 février 2020

Moins de trois mois après une opération militaire contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, la Turquie se lance dans une nouvelle mission à haut risque. La deuxième armée de l'Otan se projette cette fois en Libye, un ancien territoire ottoman, où elle nourrit de solides ambitions économiques et stratégiques. Début janvier, le président Recep Tayyip Erdogan a validé, par un vote des députés, l'envoi de troupes pour soutenir les forces du gouvernement d'Entente nationale libyen (GNA) de Fayez al-Sarraj menacées par l'avancée des milices du maréchal Khalifa Haftar depuis la Cyrénaïque, à l'est du pays. Environ 200 formateurs sont arrivés en renfort, ainsi que des centaines de mercenaires syriens, en attendant un déploiement plus spectaculaire. Suffisant, pour le moment, pour affirmer ses ambitions, figer les positions et imposer, avec la Russie, un cessez-le-feu précaire.

Si le président turc vole ainsi au secours du gouvernement de Tripoli, c’est parce qu’il a plus d’une carte à jouer dans cette manœuvre. Les très convoités gisements de gaz des profondeurs de la Méditerranée sont au premier rang des priorités turques. Face à une alliance énergétique rivale qui se dessine entre Israël, Chypre, la Grèce et l’Egypte, Ankara a décidé de passer à l’offensive.
Accords de prospection

Le 5 décembre dernier, Erdogan a signé avec le gouvernement libyen un accord pour s’octroyer de vastes zones économiques exclusives en haute mer dans le but d’y mener des missions de prospection. Pour lui, il s’agit aussi de reprendre pied en Libye, un terrain qui lui est familier, après une parenthèse de neuf ans. Avant la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011, les entrepreneurs turcs disposaient d’un quasi-monopole sur tous les contrats d’infrastructures. Routes, ponts, stades, universités, ports, aéroports… Avec la guerre, ce sont près de 20 milliards de dollars de contrats qui ont été abandonnés. Tripoli a accepté le 14 janvier des compensations financières, à hauteur de 2,7 milliards de dollars. Mais les compagnies turques en manque de débouchés veulent revenir en force sur le marché libyen. "Ankara veut se positionner pour la reconstruction du pays, c’est un objectif de premier plan pour ses entreprises", note Marc Pierini, ancien ambassadeur de l’Union européenne dans les deux pays. La Libye est aussi un formidable terrain d’expérimentation pour une industrie militaire turque en pleine expansion. A Tripoli, les véhicules blindés de BMC et les drones armés fabriqués par Bayraktar, deux compagnies intimement liées à l’entourage du président turc, ont été propulsés à l’avant du conflit.

Mais la motivation d’une telle escalade, estime Marc Pierini, "est une pure question de politique intérieure". Confronté à des difficultés économiques et malmené dans les sondages depuis qu’il a perdu, dans les urnes, la mairie d’Istanbul, au profit de son adversaire, Ekrem Imamoglu, en juin dernier, Erdogan cherche à reconquérir les cœurs. "En dix-sept ans de pouvoir, le président turc n’a jamais été en aussi mauvaise posture, c’est donc une façon pour lui de reprendre la main, de flatter la fibre nationaliste, de défendre l’indépendance du pays pour faire diversion, poursuit Pierini. Cela n’a que des avantages, jusqu’à ce qu’il fasse le pas de trop." Le parti d’extrême droite, le MHP, est le seul à le soutenir, tandis que l’opposition kémaliste, plus prudente, s’est élevée contre une "aventure désastreuse". Son propre parti est divisé.
Jeu diplomatique

Par cette politique expansionniste qui rappelle les heures glorieuses de l’empire ottoman, le président turc entend s’imposer par le rapport de force dans le jeu diplomatique régional. "Toute solution sans la Turquie n’en serait pas une", répète régulièrement Erdogan. Dans le conflit libyen, il est, avec le Qatar, le parrain du gouvernement, proche comme lui des Frères musulmans, tandis que l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l’Egypte ont pris fait et cause pour Haftar. La rivalité entre les deux camps se retrouve dans d’autres pays de la région, comme au Soudan.

Les ambitions militaires de la Turquie vont d’ailleurs bien au-delà de la Méditerranée. Une base militaire accueille 5 000 de ses soldats au Qatar depuis qu’un embargo a été décrété par l’Arabie saoudite voisine. Ankara en possède une autre en Somalie, un pays dans lequel Erdogan s’est personnellement investi depuis 2011 et qui pourrait être sa prochaine conquête. Le pétrole au large des côtes somaliennes est un "objectif très important" n’a pas caché Erdogan le 20 janvier au retour de sa conférence sur la Libye. La Somalie, a-t-il annoncé, a invité la Turquie à venir y prospecter.
Ankara a déjà envoyé 3 000 mercenaires en Libye

Depuis décembre, ils débarquent par centaines, acheminés de nuit par avion. Plus de 3 000 combattants supplétifs syriens sous les ordres d’Ankara seraient déjà arrivés en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli au côté des militaires turcs. Des milliers d’autres sont recrutés par les services secrets, le MIT, et entraînés en Turquie en vue d’être transférés dans l’ancien territoire ottoman. Ces « chiens de guerre » appartiennent à des factions syriennes passées sous bannière turque depuis 2016 et utilisées dans les récentes opérations contre les Kurdes. Cette fois, c’est à 3 000 kilomètres du territoire syrien qu’ils sont parachutés. La solde promise, environ 2 000 euros par mois (25 fois plus que ce qu’ils touchaient auparavant), est leur principale motivation. Au moins une dizaine de ces mercenaires syriens auraient été tués sur la ligne de front de Tripoli, face aux forces de Khalifa Haftar qui tiennent l’est du pays et qui sont, elles, soutenues par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.


Forces armées/Armed Forces

Un hélicoptère de l'armée abattu par les rebelles pro-Ankara

Un hélicoptère de l'armée syrienne a été abattu vendredi dans le nord-ouest de la Syrie et son équipage tué, deuxième crash du genre cette semaine sur fond de tensions entre Ankara et Damas, qui poursuit sa progression meurtrière face aux jihadistes et rebelles.

Depuis décembre, le pouvoir de Bachar al-Assad, appuyé par son allié russe, a repris son offensive dans le nord-ouest syrien contre l'ultime grand bastion des jihadistes et des rebelles, malgré les avertissements du voisin turc.

Cette progression sur le terrain s'accompagne de violents bombardements qui, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), ont tué vendredi huit civils, dont trois enfants. Cinq des victimes sont mortes lors de frappes russes sur le village de Maarata, près de la ville d'Atareb, dans la province d'Alep.

La Turquie et ses supplétifs syriens, déployés dans le nord-ouest, tentent d'entraver l'avancée du régime, qui contrôle désormais près de la moitié de la province d'Idleb.

Un hélicoptère de l'armée a ainsi été touché vendredi "par un missile ennemi près d'Orum al-Kobra", secteur "où sont déployés des groupes terroristes armés soutenus par la Turquie", selon une source militaire citée par l'agence officielle syrienne Sana.

Le tir ayant causé le crash a été revendiqué par une alliance de groupes rebelles pro-Ankara, le Front national de la libération (FNL).

La source de l'agence Sana n'a pas donné de bilan précis, indiquant seulement que l'équipage de l'hélicoptère avait été tué. L'OSDH a pour sa part fait état de deux pilotes tués et imputé le crash à un missile des forces turques.

Les autorités turques n'ont pas commenté.

Ankara, qui soutient des groupes rebelles, maintient des troupes dans le nord-ouest syrien et y a envoyé des renforts ces derniers jours pour entraver l'avancée des forces gouvernementales.

Mardi déjà, un autre hélicoptère de l'armée syrienne avait été abattu par un tir également imputé par l'OSDH aux forces turques dans la province d'Idleb, voisine de celle d'Alep.

Les médias turcs avaient imputé le crash aux groupes rebelles syriens pro-Ankara.

- Base militaire reconquise -

Illustrant les tensions entre Damas et Ankara, des affrontements d'une violence inédite ont opposé début février les soldats turcs aux forces syriennes dans le nord-ouest.

Damas martèle son intention de reprendre l'intégralité de la province d'Idleb, sa dernière grande bataille stratégique à l'heure où le pouvoir contrôle plus de 70% du pays.

Les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda) dominent plus de la moitié de la province d'Idleb ainsi que des secteurs attenants dans celles d'Alep, de Hama et de Lattaquié.

Des groupes rebelles et d'autres factions jihadistes moins influents sont également présents dans ces zones.

Vendredi, les forces du régime ont repris la localité d'Orum al-Kobra dans l'ouest d'Alep après avoir reconquis la base 46, située à 12 kilomètres à l'ouest de la ville d'Alep, au terme de "violents combats" contre les jihadistes et des rebelles, selon l'OSDH.

D'après l'Observatoire, les combats ont fait dans ces secteurs au moins 14 morts dans les rangs des forces du rgime, contre 19 dans le camp adverse.

Des forces turques s'étaient retirées jeudi de cette base, selon la même source.

Avant de tomber en novembre 2012 aux mains des rebelles, elle était l'une des dernières places fortes du régime dans le nord-ouest. L'AFP avait vu des insurgés s'y installer après de violents combats pendant lesquels quelque 150 soldats avaient été tués ou exécutés.
(AFP, 15 février 2020)

Ankara met en garde Damas, un hélicoptère du régime abattu

Ankara a adressé mardi une sévère mise en garde à Damas après la mort de cinq de ses soldats dans le nord-ouest de la Syrie, où deux pilotes du régime ont été tués dans le crash de leur hélicoptère après un tir attribué aux forces turques.

Les menaces de la Turquie, qui soutient des groupes rebelles et dispose de positions militaires dans cette région, interviennent alors que les forces syriennes loyalistes ont poursuivi leur progression, reprenant le contrôle du dernier tronçon d'une autoroute clé reliant Damas à Alep.

Dans ce contexte de vive tension, marqué par une crise humanitaire majeure selon l'ONU, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est montré intransigeant mardi, assurant que le régime syrien paierait "très cher" toute nouvelle attaque contre les forces d'Ankara.

Dans la matinée, un hélicoptère de l'armée syrienne a été abattu par un tir de roquettes des forces turques au sud-est de la ville d'Idleb près du village de Qaminas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui a précisé que les deux pilotes étaient décédés. Ankara a évoqué un "crash", sans en revendiquer la responsabilité.

L'agence officielle syrienne Sana, citant une source militaire, a indiqué que "l'avion a été visé par un missile hostile dans la région d'Al-Nayrab, dans le sud d'Idleb, entrainant la chute de l'appareil et la mort de son équipage".

Sur le site où l'appareil s'est écrasé, un correspondant de l'AFP a vu les dépouilles des deux pilotes ainsi que des débris de l'appareil.

Les forces du régime ont par la suite bombardé des zones près d'un poste d'observation turc dans le même village, ont indiqué l'OSDH et le correspondant de l'AFP.

Au moins trois personnes ont péri dans ces bombardements, d'après l'Observatoire qui n'était pas en mesure de préciser dans l'immédiat s'il s'agissait de soldats turcs ou de combattants rebelles alliés.

Sur le plan humanitaire, près de 700.000 personnes ont fui l'offensive militaire lancée en décembre par le régime et son allié russe dans la région d'Idleb.

"C'est, selon notre analyse, le plus grand nombre de personnes déplacées sur une même période depuis le début de la crise en Syrie il y a bientôt neuf ans", a souligné mardi le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha).
(AFP, 11 février 2020)

Cinq soldats turcs tués par Damas dans le nord-ouest, l'exode de civils continue

Cinq soldats turcs ont été tués lundi en Syrie par des tirs d'artillerie du régime, nouvelle poussée de fièvre dans le nord-ouest du pays en guerre, où une offensive du pouvoir de Damas et son allié russe a fait près de 700.000 déplacés.

Ces affrontements entre les forces d'Ankara et de Damas interviennent dans un contexte de tensions inédites entre les deux voisins, une semaine jour pour jour après des combats dans le nord-ouest syrien ayant fait une vingtaine de morts dans les deux camps.

Une délégation russe se trouve d'ailleurs à Ankara pour des pourparlers sur la situation dans la province d'Idleb, où le régime de Bachar al-Assad a enchaîné les reconquêtes face aux jihadistes et rebelles ces deux derniers mois, ignorant les avertissements de la Turquie.

Lundi, cinq soldats turcs ont été tués par des tirs d'artillerie du régime, a annoncé le ministère turc de la Défense.

Cinq soldats turcs ont aussi été blessés dans ces tirs qui ont visé des positions turques dans la province d'Idleb, a indiqué le ministère dans un communiqué, ajoutant que les forces d'Ankara avaient riposté.

De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté des tirs de roquettes du régime sur l'aéroport militaire de Taftanaz, dans la province d'Idleb, évoquant "des morts et des blessés" parmi les troupes turques qui y sont stationnées.

Il n'a pas fait état de victimes parmi les troupes du régime après la riposte d'Ankara.

La Turquie, qui soutient des rebelles et dont les troupes stationnent dans le nord-ouest syrien, y a dépêché ces derniers jours des renforts et des blindés pour les déployer sur de nouvelles positions militaires.

Lundi, un correspondant de l'AFP a pu voir des soldats turcs dans le secteur de Qaminas, au sud de la grande ville d'Idleb.
(AFP, 8 février 2020)

Turkey deploys extremists to Libya, local militias say

Syrian militants affiliated with groups such as al-Qaida and the Islamic State group are currently being sent by Turkey to fight on behalf of the U.N.-supported government in Libya, according to two Libyan militia leaders and a Syrian war monitor.

Both sides in Libya’s civil war receive equipment and backing from foreign countries. But Turkey, which has long trained and funded opposition fighters in Syria and relaxed its borders so foreign fighters joined IS, has in recent months been airlifting hundreds of them over to a new theater of war in Libya.

The U.N.-supported government controls only a shrinking area of western Libya, including the capital, Tripoli. It’s facing a months-long offensive by forces loyal to Gen. Khalifa Hifter who is allied with a rival government based in Libya’s east. The United Nations recognizes the government in Tripoli, led by Prime Minister Fayez Sarraj, as Libya’s legitimate government because it was born out of U.N.-mediated talks in 2015.

Sarraj is backed by Turkey, and to a lesser degree, Qatar and Italy. Hifter receives backing from the United Arab Emirates and Egypt, as well as France and Russia. Libya has the ninth largest known oil reserves in the world, and many of these countries are apparently jockeying for influence in order to control Libya’s resources.

Libyan militia leaders in Tripoli told The Associated Press that Turkey has brought more than 4,000 foreign fighters into Tripoli, and that “dozens” of them are extremist-affiliated. The two commanders spoke on condition of anonymity because they were not authorized to discuss the matter with the media.

The commanders also highlighted differing opinions within the Libyan militias about accepting Syrian extremists into their ranks. One said the fighters’ backgrounds aren’t important, as long as they’ve come to help defend the capital. The other said some commanders fear the fighters will “tarnish” the image of the Tripoli-based government.

Turkey-backed militias in northern Syria have been known to include fighters that previously fought with al-Qaida, IS and other militant groups, and have committed atrocities against Syrian Kurdish groups and civilians.

The U.N. has repeatedly condemned the flow of weapons and foreign fighters into Libya. But the organization has not directly responded to reports and accusations by Hifter’s side that Sarraj’s government and Turkey are apparently using IS- and al-Qaida-linked extremists as mercenaries.

Turkey has not confirmed or denied reports of Syrian fighters being sent to Libya to support Sarraj, and the Turkish military did not respond to requests for comment.

However, in a televised interview last month, Turkish President Recep Tayyip Erdogan said: “As a combat force, we will have a different team there. They won’t be from within our soldiers. Those different teams and the combat forces will work together. But our high-ranking soldiers will coordinate.” He did not elaborate.

Rumors of Turkey-backed Syrian fighters in Libya have swirled for weeks. Foreign leaders and commentators have pointed to videos circulated online that appear to show Syrians in Tripoli. In one video, a man with a Syrian accent films the dormitories where he and other fighters are living, saying “Thank God, we arrived safely in Libya.” Another clip shows a plane full of fighters, some wearing fatigues and speaking with Syrian accents.

Turkey’s Libyan allies and Syrian opposition leaders have denied any organized efforts to send combatants to Libya. But in January, Sarraj told the BBC that his government “would not hesitate to cooperate with any party to defeat this aggression” by Hifter’s forces.

Rami Abdurrahman, the director of the Britain-based Syrian Observatory for Human Rights, told the AP that his war-monitoring network has determined there are at least 130 former Islamic State or al-Qaida fighters among the approximately 4,700 Turkey-backed Syrian mercenaries sent to fight for Sarraj.

He said the IS militants had joined the so-called Syrian National Army, a patchwork alliance formed by Turkey from different factions who battled the government of Syrian President Bashar Assad. Most of the groups are loyal to Turkey, and the SNA was used as shock troops last year in Turkey’s offensive against U.S.-allied Kurdish forces in northern Syria.

In theory, a cease-fire brokered by Russia and Turkey remains in place around Tripoli but Libya’s warring sides have traded accusations of violations, and the shaky truce is threatened by clashes. Representatives from Sarraj and Hifter began meetings in Geneva on Tuesday to work toward a more permanent cease-fire.

The Observatory also quoted a Syrian fighter from Idlib province who applied to go to Libya as saying he was motivated by the financial benefits offered by Turkey.

Elizabeth Tsurkov, a fellow at the U.S.-based Foreign Policy Research Institute who closely follows Syria’s armed groups, said the promise of payment, Turkish citizenship or the prospect of fleeing to Europe were the main motives of Syrian fighters sent to Libya.

“None of them are committed to the fight in Libya due to personal conviction or ideology,” she said.

A Libyan official at the prime minister’s office said Syrian fighters have been in Libya since early August. At first, he said they were only facilitating the work of Turkish military experts. But as the fighting escalated in mid-December, the number of Syrian fighters arriving in Libya increased. These fighters now immediately deploy to the front lines, said the official, speaking on condition of anonymity because he wasn’t authorized to talk to reporters on the subject.

The Tripoli authorities and U.S. officials have also accused Hifter of relying on hundreds of Russian mercenaries. Sudanese armed groups from the Darfur region recently joined the fighting on both sides, according to a report by U.N. experts.

The influx of Syrian, Russian and Sudanese mercenaries has threatened to prolong the war and cripple international efforts to establish a long-term cease-fire. Last month, a summit in Berlin brought together the major international stakeholders in Libya, but with few concrete results.

Nicholas Heras, a Syria expert at the Washington-based Institute for the Study of War, said Turkey is focusing on Libya to establish a sphere of influence in the Mediterranean.

“However, the Turks do not want to risk significant casualties to their own forces when the Turkish military has built a proxy force of Syrian fighters that can reinforce the Libyan fighters,” he said.
(AP, February 5, 2020)

Syrie: Combats d'une violence inédite entre soldats turcs et syriens

Des combats d'une violence inédite ont opposé lundi soldats turcs et syriens dans le nord-ouest de la Syrie, faisant plus de 20 morts, l'une des plus graves confrontations entre les deux camps dans le pays en guerre.

Cette escalade a fait monter la tension entre la Turquie, qui soutient des groupes rebelles en Syrie, et la Russie, principal soutien du régime syrien de Bachar al-Assad dans sa guerre contre les insurgés et les jihadistes.

Les hostilités qui ont duré plusieurs heures sont les plus graves depuis l'intervention de la Turquie dans le conflit syrien en 2016 pour combattre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) et éloigner les forces kurdes syriennes de sa frontière.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les affrontements ont éclaté avant l'aube après l'arrivée d'un convoi turc de 240 camions et blindés près de la localité de Saraqeb dans la province d'Idleb, que le régime syrien veut reprendre.

Ils ont été déclenchés par des tirs du régime sur des positions turques, a précisé l'OSDH, ajoutant que les
soldats turcs ont riposté en tirant à l'artillerie sur des positions syriennes dans les provinces d'Idleb et dans celles voisines de Hama et Lattaquié.

L'armée turque a indiqué avoir "détruit plusieurs cibles". Selon Ankara, cinq militaires et trois membres du personnel civil turcs ont été tués, et neuf soldats blessés.

"Nous avons dit +Ce n'est plus possible+, et nous avons apporté la riposte appropriée", a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan, en commentant les représailles turques. "Que ce soit par des bombardements aériens ou d'artillerie, nous leur faisons payer le prix".

- "Assumer ses obligations" -

Côté syrien, au moins 13 soldats ont été tués et vingt blessés, selon l'OSDH. Mais l'agence officielle syrienne Sana a démenti tout décès dans les rangs de l'armée.

Selon Ankara, les militaires turcs visés ont été envoyés à Idleb pour renforcer les quelque 12 postes d'observation turcs dans la région.

La Russie a affirmé ne pas avoir été prévenue de ces renforts. Mais Ankara a assuré avoir averti les Russes "un jour avant". Ces deux pays jouent un rôle incontournable dans le conflit.

Les confrontations directes meurtrières entre la Turquie et les prorégime ont été très rares depuis le début de la guerre en mars 2011.

M. Erdogan a de nouveau appelé Moscou à "assumer ses obligations" à Idleb, alors que les deux pays avaient parrainé une trêve censée entrer en vigueur mi-janvier dans la province d'Idleb, dernier grand bastion dominé par les jihadistes et accueillant des rebelles en Syrie.

Mais cette trêve est restée lettre morte et le régime Assad, épaulé par l'allié russe, a poursuivi son offensive dans la province ainsi que dans des secteurs adjacents des provinces de Hama, Lattaquié et d'Alep.

Grâce à son aviation et aux bombardements quasi-quotidiens, le régime Assad a gagné du terrain dans ces zones dominées par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, ex-branche d'Al-Qaïda.

- Enfants tués -

Lundi encore, 14 civils dont six enfants ont été tués et 20 blessés dans de nouveaux raids russes visant l'ouest de la province d'Alep, selon l'OSDH.

"Les avions ont visé une voiture qui transportait des déplacés", a dit à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Un correspondant de l'AFP dans la localité d'Urum al-Kubra a pu voir les corps de neuf de ces victimes, dont des enfants au visage ensanglanté, enveloppés dans des couvertures.

Face à l'offensive, l'Organisation mondiale de la Santé a rapporté la fermeture en janvier d'au moins 53 établissements médicaux dans la région.

Dans la province d'Idleb, les forces du régime ont à présent pour cible la ville de Saraqeb, située sur une autoroute clé reliant la métropole d'Alep à la province de Lattaquié.

Ces forces ont pris un tronçon de l'autoroute ainsi que le village d'Al-Nerab, selon l'Observatoire. Elles se trouvent à 8 km de la ville d'Idleb, chef-lieu éponyme de la province.

Le front d'Idleb représente la dernière grande bataille stratégique pour le régime Assad, qui contrôle désormais plus de 70% du territoire après avoir multiplié les victoires face aux jihadistes et rebelles.

Les forces syriennes sont déployées dans le nord-est du pays, tenu par les Kurdes, mais cette minorité continue d'y jouir d'une grande autonomie. Certaines zones échappent dans le nord et sont tenues par les forces turques et leurs supplétifs syriens.

Déclenché par la répression de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 380.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.
(AFP, 3 février 2020)

Erdogan menace de recourir à la "force militaire" en Syrie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé vendredi la "cruauté" du régime syrien envers son peuple, menaçant de recourir de nouveau "à la force militaire" en Syrie où les forces loyalistes progressent dans le dernier bastion rebelle d'Idleb.

"Nous ne tolérerons pas la cruauté du régime envers son propre peuple et ses attaques qui provoquent des bains de sang et menaçant notre pays d'une nouvelle vague de migrants", a déclaré M. Erdogan dans un discours devant des responsables de son parti à Ankara.

"Nous, la Turquie, voulons sincèrement la stabilité de la Syrie et la sécurité pour son peuple et nous n'hésiterons pas à faire ce qu'il faut, y compris recourir à la force militaire", a-t-il ajouté.

Les forces gouvernementales syriennes ont reconquis mercredi la ville stratégique de Maaret al-Noomane, la deuxième plus grande de la province d'Idleb (nord-ouest), et progressaient pour récupérer la région, dominée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. Leur prochain objectif est la localité de Saraqeb, d'importance stratégique car située à la jonction de deux grands axes routiers.

La Turquie a averti mardi qu'elle riposterait à toute attaque contre ses postes d'observation dans la province d'Idleb.

L'armée turque est déployée dans douze postes d'observation dans la région d'Idleb, en vertu d'un accord conclu en septembre 2018 entre Moscou, allié du régime syrien, et Ankara, qui parraine les rebelles.

Selon l'agence de presse étatique Anadolu, l'armée turque a déployé mercredi des renforts à Reyhanli, ville turque frontalière de la Syrie et située non loin d'Idleb.

Mercredi, M. Erdogan avait accusé Moscou, allié du régime syrien, de ne pas respecter les accords conclus avec Ankara au sujet du nord-ouest de la Syrie, où les aviations syrienne et russe ont multiplié les bombardements.

M. Erdogan a récemment averti l'Europe que son pays, qui héberge environ cinq millions de réfugiés dont quelque 3,7 millions de Syriens, ne pouvait faire face à lui seul à un nouvel afflux de Syriens fuyant l'intensification des bombardements à Idleb.
(AFP, 31 janvier 2020)

Affaires religieuses / Religious Affairs

Arrestation d'un ancien bourreau de l'EI qui s'était "reconverti"

La police antiterroriste turque a arrêté un ancien bourreau du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie qui, après son retour dans le civil, s'était reconverti en réparateur d'installations gazières en Turquie, ont rapporté les médias mardi.

Ce ressortissant syrien âgé de 50 ans, identifié par son ancien nom de guerre "Abu Taki al-Chami", a été arrêté lundi sur un chantier dans la région de Bursa, dans le nord-ouest de la Turquie, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

Les médias turcs ont diffusé une vidéo montrant le suspect rasé de près, vêtu d'un pantalon de travail blanchi par le plâtre et d'un discret bonnet noir, en train d'être fermement emmené par deux policiers en uniforme d'assaut.

Anadolu décrit l'individu comme un ancien bourreau et un ex-haut dirigeant de l'EI dans la région de Deir Ezzor (est de la Syrie).

Une vidéo diffusée il y a plusieurs années sur les réseaux sociaux le montre notamment en train d'exécuter un civil d'une balle dans la nuque. Il portait alors une barbe fournie.

L'arrestation de cet individu a mené à l'interpellation mardi à Bursa de trois autres personnes soupçonnées d'avoir combattu au sein de l'EI, a rapporté Anadolu.

Le groupe jihadiste EI a régné pendant plusieurs années sur de vastes pans de la Syrie et de l'Irak, jusqu'à sa défaite militaire l'an dernier.

La Turquie a longtemps été accusée par ses alliés de ne pas lutter suffisamment contre les jihadistes voulant se rendre en Syrie en traversant son territoire.

Après avoir été frappée par plusieurs attentats en 2015, la Turquie a cependant multiplié les arrestations et démantèlements de cellules jihadistes.

Ankara renvoie par ailleurs régulièrement vers leur pays d'origine les candidats étrangers au jihad arrêtés sur le sol turc.
(AFP, 18 février 2020)

ISIS took advantage of Turkish invasion of northeast Syria

Islamic State (ISIS) increased the number of its attacks by nearly 20 percent following Turkey's October offensive into northeast Syria, the Military Times said on Tuesday, citing a report by the U.S. Defense Intelligence Agency (DIA).

Attacks by ISIS rose from a monthly average of 55, to 66 after Turkey's Syria incursion, according to the DIA report.

“This suggests ISIS continues to view the security environment in northeast Syria as more conducive to its operations,” the Military Times quoted the report as saying.

But officials from the U.S.-led coalition fighting ISIS said the report was based on online ISIS propaganda and that Turkish military operations had not led to ISIS making a comeback.

Turkey launched Operation Peace Spring on Oct. 9 after President Donald Trump announced he was pulling U.S. forces from the border area. But the advance of Turkish forces and their Syrian rebel allies provoked international outrage as Kurdish-led groups that had fought in the front lines against Islamic State were shelled and withdrew.
(ahvalnews,Feb 05 2020)

Erdogan dénonce la "trahison" de certains pays arabes

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé vendredi certains pays arabes de commettre une "trahison" en restant "silencieux" face au plan "scandaleux" des Etats-Unis censé, selon le président américain Donald Trump, régler le conflit israélo-palestinien.

"Les pays arabes qui soutiennent un tel plan commettent une trahison envers Jérusalem, ainsi que leur propre peuple et, plus important, toute l'humanité", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours devant des responsables de son parti, l'AKP, à Ankara.

"L'Arabie saoudite est silencieuse. Quand vas-tu faire entendre ta voix ? Oman, Bahreïn, pareil. Le gouvernement d'Abou Dhabi applaudit. Honte à vous ! Honte à vous !", a lancé M. Erdogan.
 M. Erdogan, ardent défenseur de la cause palestinienne, avait jugé mercredi que ce plan, qui présente notamment Jérusalem comme la "capitale indivisible d'Israël", était "absolument inacceptable".

Le plan présenté par M. Trump permet également l'annexion par Israël de territoires occupés en dépit du droit international. Les dirigeants palestiniens ont immédiatement refusé de négocier sur cette base.

"La Turquie ne reconnaît pas et n'accepte pas ce plan qui anéantit la Palestine et fait main basse sur Jérusalem", a déclaré M. Erdogan vendredi, qualifiant de "scandaleuses" les propositions américaines.

"Jérusalem est notre ligne rouge", a-t-il souligné. "Abandonner la totalité de Jérusalem aux griffes ensanglantées d'Israël reviendrait à commettre un grand tort envers l'humanité", a ajouté le président turc.

L'importance de Jérusalem pour les musulmans est notamment due à la présence de la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l'islam.

"Si nous ne parvenons pas à protéger la mosquée al-Aqsa, demain les mauvais regards se tourneront vers la Kaaba", sanctuaire le plus saint de l'islam situé à La Mecque, en Arabie saoudite, a mis en garde M. Erdogan.

Le chef de l'Etat turc a également exhorté "les chrétiens, qui eux aussi ont des droits sur Jérusalem, à protéger" cette ville considérée comme sacrée par les trois grandes religions monothéistes.

Jérusalem est un point de friction dans les relations entre la Turquie et les Etats-Unis, déjà très tendues sur de nombreux dossiers internationaux.

Les dirigeants turcs avaient critiqué avec virulence l'initiative du président Trump qui avait reconnu en 2017 Jérusalem comme la capitale de l'Etat d'Israël, et y avait déplacé l'ambassade américaine.

La presse turque proche du pouvoir s'en prend régulièrement à certains pays arabes, notamment l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, qu'elle accuse de s'être rapprochés d'Israël sur fond d'hostilité commune envers l'Iran.

Les relations de la Turquie avec ces deux pays se sont dégradées après l'assassinat, à Istanbul en 2018, de l'éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi. En dépit des tensions, M. Erdogan s'en prend rarement frontalement à Ryad.
(AFP, 31 janvier 2020)

Socio-économique / Socio-economic

Trois morts dans l'accident d'un avion à Istanbul

Un avion de ligne turc avec plus de 180 personnes à bord s'est disloqué après être sorti de piste en atterrissant à Istanbul mercredi, un accident spectaculaire qui a fait trois morts et des dizaines de blessés.

Le fuselage de l'appareil, un Boeing 737 de la compagnie privée turque Pegasus, s'est brisé en trois et a pris feu après une sortie de la piste à l'aéroport international Sabiha Gökçen, situé sur la rive asiatique d'Istanbul, selon les images diffusées par la chaîne CNN-Türk.

L'avion, en provenance de la ville d'Izmir, dans l'ouest de la Turquie, a eu cet accident en raison des mauvaises conditions météorologiques, selon le gouverneur d'Istanbul Ali Yerlikaya.

Trois ressortissants turcs ont été tués et 179 personnes ont été blessées, a indiqué le ministre de la Santé Fahrettin Koca dans une déclaration à la presse.

L'appareil transportait 177 passagers et six membres d'équipage, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu, et non 177 personnes au total comme l'avaient affirmé précédemment les autorités turques.

Selon une correspondante de l'AFP sur place, il s'est brisé en deux endroits après la sortie de piste.

La partie avant du fuselage, comprenant la cabine de pilotage et les premiers rangs, s'est dissociée du reste et s'est retournée. Une seconde fracture était visible au niveau du tiers arrière de l'avion, comprenant les 10 derniers rangs et la queue de l'aéronef.

- Chute de 40 mètres -

M. Yerlikaya, le gouverneur d'Istanbul, a indiqué que l'avion avait "glissé sur une soixantaine de mètres" après être sorti de piste, avant de "chuter d'une hauteur de 30 à 40 mètres" d'un talus.

"L'accident aurait pu avoir des conséquences plus graves" encore, a-t-il souligné.

Selon les médias turcs, plusieurs ressortissants étrangers se trouvaient à bord de l'avion, mais leurs nationalités n'étaient pas connues dans la nuit.

Ni la compagnie Pegasus, ni les autorités aéroportuaires n'étaient joignables dans l'immédiat.

Plusieurs dizaines de secouristes s'affairaient autour de l'appareil sous une forte pluie, tandis que d'autres se déplaçaient à l'intérieur de la carlingue qu'ils éclairaient avec des lampes, selon la correspondante de l'AFP.

Des ambulances attendaient non loin de l'appareil.

L'incendie qui s'était déclenché après l'accident a été maîtrisé par les pompiers, a rapporté Anadolu.

Un procureur d'Istanbul a ouvert une enquête pour déterminer les causes de l'accident, a rapporté l'agence.

L'aéroport Sabiha Gökçen a été fermé aux vols et tous les avions redirigés vers l'aéroport international Istanbul, sur la rive européenne de la capitale économique de la Turquie.

Située à l'intersection de l'Europe, de l'Asie, du Proche-Orient et de l'Afrique, Istanbul est une plaque tournante majeure du transport aérien.

Le président Recep Tayyip Erdogan entend faire de la ville la première destination aérienne mondiale, à l'aide notamment du méga-aéroport d'Istanbul inauguré en 2018.

Mais la métropole de plus de 15 millions d'habitants est régulièrement balayée par des vents puissants et des pluies battantes qui compliquent la tâche des pilotes.

Les conditions climatiques, qui peuvent être extrêmes en hiver, contraignent régulièrement les autorités aéroportuaires à annuler des vols.

Des incidents mineurs, comme des sorties de piste ou des collision avec des oiseaux, se produisent parfois dans les deux aéroports internationaux de la ville.

Début janvier, un autre appareil de la compagnie Pegasus avait effectué une sortie de piste à l'aéroport Sabiha Gökçen. Personne n'avait été blessé dans l'incident.

En 2018, un avion de la compagnie Pegasus avait fait une spectaculaire sortie de piste à Trabzon, dans le nord-est de la Turquie, terminant sa course suspendu à flanc de falaise. Personne n'avait été blessé dans cet accident.
(AFP, 5 février 2020)

Près de 40 morts dans deux avalanches dans l'est de la Turquie

Au moins 33 personnes ont été tuées mercredi lorsqu'une avalanche s'est abattue sur plusieurs dizaines de secouristes, déployés après une première coulée de neige qui avait fait cinq morts la veille au même endroit dans l'est de la Turquie.

Mardi soir, une première avalanche s'est produite à Bahçesaray, dans la province de Van, emportant un minibus qui transportait une quinzaine de passagers. Bilan: cinq morts, huit blessés et deux personnes portées disparues, selon les autorités locales.

Après la catastrophe, quelque 300 secouristes et villageois étaient arrivés sur les lieux pour tenter de retrouver des survivants. La deuxième avalanche a frappé mercredi vers midi au même endroit, alors que les opérations de recherche étaient en cours.

Selon l'agence gouvernementale des situations de catastrophe (AFAD), 33 personnes, dont de nombreux secouristes, ont été tuées et 53 blessées dans la deuxième avalanche. Le bilan provisoire des deux catastrophes était donc de 38 morts et 61 blessés.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui aussi indiqué que 33 personnes avaient péri, exprimant ses condoléances aux proches des victimes lors d'un discours à Kirikkale (centre du pays).

Des images diffusées par les médias turcs montraient des véhicules équipés de grosses roues tout-terrain retournés par la force de la coulée de neige.

Plusieurs dizaines de secouristes creusaient frénétiquement avec des pelles à la recherche de survivants, pendant qu'un blizzard s'abattait sur la région, réduisant la visibilité et compliquant l'accès.

Des équipes de l'AFAD, des gendarmes et des pompiers, épaulés par des habitants des villages de la région, participaient aux recherches, selon les médias turcs.

Des rescapés étaient évacués des lieux sur des brancards traînés sur la neige, selon les images des télévisions.

Le ministère de la Défense a indiqué qu'un avion militaire avait décollé d'Ankara dans l'après-midi à destination de Van, avec des véhicules spécialisés et 85 secouristes et gendarmes à son bord pour prêter main forte aux opérations en cours.

- Accès difficile -

Le ministre turc de la Santé Fahrettin Koca a prévenu que le bilan pourrait encore s'alourdir. Le nombre de personnes encore bloquées sous la neige n'était pas connu dans l'immédiat.

La région où se sont produites les deux avalanches est une zone montagneuse située aux confins orientaux de la Turquie, difficile d'accès et où les conditions climatiques sont rudes en hiver.

La première avalanche mardi avait également emporté un engin de chantier, dont le conducteur est parvenu à s'extraire avant de donner l'alerte.

Les opérations de recherches avaient été interrompues mardi soir en raison de la mauvaise météo, avant de reprendre mercredi matin, selon le ministère de l'Intérieur.

Surtout connues pour ses plages de sable fin, la Turquie est également un pays très montagneux. Chaque hiver, des villages dans l'est et le nord-est sont coupés du reste du monde en raison des abondantes chutes de neige.

De nombreux touristes visitent chaque année la région de Van, attirés par son patrimoine historique, son lac et ses célèbres chats blancs aux yeux vairons.

Dans un message publié sur Twitter, l'ambassade des Etats-Unis en Turquie a présenté ses condoléances aux proches des victimes.

L'ambassadeur de l'Union européenne à Ankara, Christian Berger, a lui aussi présenté ses condoléances et adressé un message de soutien aux secouristes, dans un communiqué.

Ces avalanches meurtrières surviennent dix jours après un puissant séisme qui avait fait 41 morts dans la province d'Elazig, également dans l'est de la Turquie.
(AFP, 5 février 2020)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Il y a 48 ans, une rencontre avec Jean Daniel

Le grand journaliste Jean Daniel, fondateur, directeur et éditorialiste du Nouvel Observateur, s’est éteint dans la soirée du mercredi 19 février, à l’âge de 99 ans. Il est considéré comme le dernier grand témoin et un acteur des grandes mutations du XXe siècle. Sous son ère, L’Obs était devenu le porte-étendard et le vivier intellectuel de ce qu’il appelait "la deuxième gauche”. "Une conscience de ce monde", écrit, en hommage à son fondateur, le site internet de L’Obs. (Le Soir, 21 février 2020)

Au début de notre exil, quand nous, Inci et moi, étions à Paris en 1972, nous avons eu un entretien avec Jean Daniel dans les locaux de la rédaction du Nouvel Observateur au sujet de la répression de la junte militaire en Turquie.

En raison d'une visite du Premier ministre turc Nihat Erim à Paris, la presse française parlait un peu plus de la Turquie, mais les violations croissantes des droits de l’homme n’étaient guère évoquées.

Je n’ai jamais oublié deux des journaux, le Canard enchaîné et le Nouvel Observateur, auxquels nous nous sommes adressés par l’intermédiaire de notre ami Louis Rigaudias, une des figures historiques de la résistance française contre l'occupation allemande dans les années 40. Sous le nom de Rigal, il a milité dans la Résistance, et a été arrêté par les fascistes...

D’abord le célèbre Canard enchaîné qui avait fait trembler tant de gouvernements, dont il dénonçait les turpitudes... Claude Angeli, une des figures du journalisme militant, venait d’être nommé rédacteur en chef.

Après avoir attentivement écouté ce que nous lui expliquions au sujet de la répression étatique en Turquie, il posa cette question :

- Il y a une autre importante question qui m’intéresse… l’hégémonie des militaires sur l’économie en Turquie et les relations entre la France et la Turquie en matière d’armement.

- Enfin, m’écriai-je. C’est un des sujets de notre lutte depuis des années en Turquie. Et c’est à cause des menaces des militaires que nous avons été forcés à l’exil.

Sur ce, je donnai à Angeli des informations approfondies sur le militarisme et l’armement en Turquie.

L’autre média était Le Nouvel Observateur... Jean Daniel, fondateur de la revue, nous a posé d’emblée une question :

- Etes-vous des terroristes ?

- Qu’est-ce que cela veut dire ? Nous sommes des journalistes, comme vous, et nous sommes ici pour vous parler des violations des droits de l’homme en Turquie.

- Veuillez m’excuser, mais le bon grain peut se mélanger à l’ivraie dans un pays où le Consul général d’Israël est enlevé et abattu. On raconte que le groupe qui a enlevé Elrom a une antenne à Paris…

Il ajouta :

- Je vais vous présenter à une jeune consœur, c’est elle qui fera le reportage avec vous.

La jeune stagiaire qui nous fut présentée était Kenize Mourad. Elle allait devenir célèbre d'abord en Turquie, puis dans le monde entier, avec son roman "De la part de la princesse morte" dans les années ’80.

Elle venait de commencer au Nouvel Observateur après avoir été hôtesse de l’air durant quelques années.

- J’ai aussi un lien indirect avec la Turquie, nous indique-t-elle. Je suis la petite-fille du sultan ottoman Mourad V. J’ai toujours vécu en exil avec ma mère, Hatidjé Sultane, dans des conditions difficiles. Mais je souhaite toujours connaître, et même voir, la Turquie.

(Extraits de Journaliste “Apatride” par Dogan Özgüden, Academic and Scientific Publications (ASP), Bruxelles 2014)

Forages illégaux en Méditerranée: l'UE va sanctionner deux ressortissants turcs

L'Union européenne va sanctionner deux ressortissants turcs, impliqués dans des forages illégaux d'hydrocarbures en Méditerranée, ont indiqué mercredi plusieurs diplomates à l'AFP.

Ces deux personnes, dont les identités et les fonctions ne sont pas précisées, seront interdites d'entrée dans l'Union et leurs avoirs gelés, selon les mêmes sources. Ces sanctions devraient être approuvées lors d'un prochain conseil des ministres de l'UE dans les semaines qui viennent.

L'UE avait lancé en janvier une mise en garde à la Turquie à propos de ces forages, notamment dans les eaux de Chypre, membre de l'UE, alors qu'Ankara venait d'annoncer l'arrivée d'un bateau de forage près de l'île.

Elle avait alors dit être en mesure de prendre des sanctions ciblées contre "les personnes ou les entités qui sont responsables d'activités de forage non autorisées d'hydrocarbures en Méditerranée orientale ou qui sont impliquées dans ces activités".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait rejeté les "ultimatums" de l'Union européenne, avertissant que la Turquie abritait quelque quatre millions de réfugiés, en majorité syriens, et qu'elle pourrait leur ouvrir les portes vers l'Europe.
(AFP, 5 février 2020)

Libye, Méditerranée: Paris multiplie les charges contre Ankara

La France est montée en première ligne en Europe face aux ambitions régionales de la Turquie, affichant dans la foulée ses moyens militaires en Méditerranée orientale, potentiel foyer de fortes tensions entre de nombreux pays de la région.

Recevant mercredi le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, le président Emmanuel Macron a dénoncé "les intrusions et provocations" d'Ankara en Méditerranée orientale, où les gisements d'hydrocarbures attisent les rivalités entre les deux pays mais électrisent aussi Israël, le Liban, l'Egypte et Chypre.

M. Macron a annoncé un prochain renforcement de la présence navale française dans la zone afin d'"assurer la pleine sécurité d'une région stratégique pour l'Europe".

Anticipant ce renforcement, le porte-avions français Charles de Gaulle est arrivé jeudi en Méditerranée orientale, officiellement pour appuyer les opérations antjihadistes en Syrie et en Irak. La veille, le bâtiment français repérait une frégate turque qui escortait un cargo chargé de blindés de transport de troupes à destination de Tripoli.

Au même moment, Emmanuel Macron dénonçait une nouvelle fois l'ingérence turque dans le conflit libyen en "contravention explicite" avec les engagements pris par Ankara à la conférence sur la Libye de Berlin le 19 janvier.

La France avait déjà haussé le ton contre Ankara lors de l'offensive turque en octobre contre la milice kurde des YPG, alliée des Occidentaux dans la lutte antiterroriste en Syrie, et au sommet de l'Otan, dont la Turquie est membre, à Londres en décembre.

- "Réaction plus qu'action" -

"Il faut à un moment donné, face à un régime qui ne voit plus de limites à son action, dire stop", estime Marc Pierini, ancien ambassadeur de l'Union européenne en Turquie et chercheur au cercle de réflexion Carnegie Europe à Bruxelles.

"C'est facile à faire politiquement, c'est ce qui vient d'être fait à Paris. Evidemment, sur le terrain, c'est infiniment plus compliqué (..) Mais seul le langage de force est compris à Ankara", analyse-t-il.

La France, engagée sur de multiples fronts et contrainte budgétairement, est "à la limite de ses capacités d'action maritime", prévenait en novembre le chef d'état-major français, le général François Lecointre, lors d'une audition parlementaire.

Pour Jean-Sylvestre Mongrenier, chercheur associé à l'Institut européen Thomas More, Paris est "plus dans la réaction que l'action face à la poussée turque et russe" en Libye.

Ces derniers mois, Ankara et Moscou ont pris l'ascendant dans la crise libyenne par mercenaires interposés, entre Russes de la force Wagner d'un côté et rebelles syriens pro-Turcs de l'autre.

La Russie soutient l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, au côté des Emirats arabes unis, de l'Egypte et de l'Arabie saoudite.

Dans un parfait miroir des rivalités régionales, la Turquie a volé au secours du gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj à Tripoli, reconnu par l'ONU, en difficulté face à l'offensive du maréchal sur la capitale.

- Quid de l'unité européenne? -

Entre ces deux fronts, les Européens apparaissent divisés, la France restant soupçonnée, malgré ses dénégations, de soutenir le maréchal Haftar. Une suspicion renforcée par sa charge contre la seule Turquie, sans un mot sur le camp d'en face tout autant soupçonné de violer l'embargo sur les armes.

 "Là il y a le porte-avions qui passe, c'est l'occasion de faire une démonstration de force, de puissance. Mais y aura-t-il une véritable politique d'ensemble qui ne se réduise pas à des coups de menton, des prises de parole?", s'interroge Jean-Sylvestre Mongrenier.

"Ce qui compte c'est l'unité de l'Europe. Et pour l'heure, nous avons deux approches différentes, ce n'est pas bon", déplore Marc Pierini. Il pointe une chancelière allemande Angela Merkel qui "fait ami ami avec le président turc" Recep Tayyip Erdogan, afin de contenir le flux de réfugiés vers l'Europe, et un président français qui "fait le contraire".

 Les tensions en Méditerranée orientale se sont accentuées avec la conclusion fin novembre d'un accord controversé entre Ankara et le GNA qui permet à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones maritimes riches en hydrocarbures au grand dam de la Grèce, de l'Egypte, de Chypre et d'Israël.

Avec ces multiples ingérences, "la crise libyenne s'étend sur l'ensemble de la Méditerranée", constate François Heisbourg, de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) à Paris.

"La France prend parti entre deux membres de l'Otan pour la Grèce, qui menace d'utiliser son véto si l'UE adopte des mesures hostiles à Haftar et favorables à Tripoli. Ce n'est pas une petite affaire", souligne l'expert.
(AFP, 31 janvier 2020)

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Tensions russo-turques: Ankara doit-elle se rapprocher de l'Occident?

Les tensions entre la Turquie et la Russie au sujet de la Syrie doivent inciter Ankara à se rapprocher de l'Occident, en particulier de Washington, a estimé vendredi un haut responsable du département d'Etat américain.

En dépit d'un accord de désescalade entre Ankara et Moscou, le régime syrien mène une offensive avec l'appui de l'aviation russe dans la province d'Idleb contrôlée par des groupes rebelles et des jihadistes.

L'intensification des bombardements à Idleb a donné lieu ces derniers jours à des échanges acrimonieux entre Ankara, qui soutient des groupes rebelles, et Moscou, allié du président syrien Bachar al-Assad.

Ces désaccords compromettent le rapprochement que les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine ont scellé après une grave crise diplomatique en 2015 et qui a culminé avec une étroite coopération sur le dossier syrien en dépit d'intérêts divergents.

"Nous aimerions certainement voir la Turquie s'aligner plus directement et clairement avec l'Otan (dont Ankara est membre), avec les Etats-Unis, et avec l'Occident en réaction au rôle destructeur de la Russie dans la région, en particulier en Syrie actuellement", a déclaré le responsable qui a requis l'anonymat à un groupe de journalistes à Istanbul.

"Je crois que ce que nous voyons en Syrie et en Libye, en particulier, montre à quel point les intérêts de la Turquie et de la Russie ne se recoupent pas et j'espère que nos partenaires turcs vont en tirer la même conclusion", a-t-il ajouté.

Comme en Syrie, la Turquie et la Russie soutiennent des camps opposés en Libye où Ankara s'est allié avec le gouvernement de Tripoli reconnu par l'ONU alors que Moscou est accusé d'appuyer l'homme fort de l'Est, Khalifa Haftar. Les forces de ce dernier bénéficient du soutien de la compagnie de sécurité russe Wagner, décrite par le haut responsable américain comme "un instrument du Kremlin".
 
"Le vrai facteur d'instabilité n'est pas la Turquie, mais la Russie qui joue en Libye un rôle particulièrement pernicieux", a-t-il dit.

Concernant la Syrie, le responsable américain a estimé que la Russie "croit en une solution militaire du conflit", mais il a souligné qu'une telle issue "irait à l'encontre des intérêts de la Turquie à Idleb et en Syrie plus généralement".

"Les intérêts de la Turquie et des Etats-Unis se recoupent beaucoup plus que ceux de la Turquie et de la Russie. Le partenaire de la Turquie, son allié, ce sont les Etats-Unis et non pas la Russie", a-t-il insisté.

Mais en dépit des récentes tensions la Turquie n'a pas donné d'indication à ce stade d'une quelconque volonté de revoir à la baisse sa coopération avec Moscou, a affirmé le responsable américain, citant notamment le refus catégorique d'Ankara de renoncer à s'approvisionner en systèmes de défense anti-aérienne S-400 russes.
(AFP, 14 février 2020)

Relations régionales / Regional Relations

Erdogan confirme la présence de combattants syriens pro-Ankara en Libye

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a confirmé vendredi pour la première fois la présence de combattants syriens supplétifs d'Ankara en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli face aux forces de l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar.

"Il y a des éléments de l'Armée nationale syrienne (ANS) sur place. Ils (Haftar et ses soutiens) veulent qu'ils partent. Or la compagnie de sécurité russe Wagner dispose de 2.500 hommes (en Libye), pourquoi on n'en parle pas?", a déclaré M. Erdogan à la presse à Istanbul.
 L'ANS est une coalition de groupe armés syriens entraînés et financés par Ankara.

C'est sous la bannière de l'ANS, une structure qui a remplacé l'Armée syrienne libre et relevant officiellement du "gouvernement" en exil de l'opposition syrienne basée en Turquie, que des combattants syriens ont participé à la dernière offensive menée en octobre par la Turquie pour déloger les milices kurdes des YPG d'une vaste bande de territoire dans le nord-est de la Syrie.

Plusieurs responsables étrangers ont affirmé que la Turquie avait envoyé des combattants syriens auprès du gouvernement de Tripoli de Fayez al-Sarraj, reconnu par l'ONU, après avoir signé avec lui un accord de coopération militaire en novembre, mais Ankara n'avait à ce jour jamais confirmé ces informations.

Outre la compagnie Wagner, considérée par des experts comme un outil aux mains du Kremlin, le général Haftar bénéficie du soutien des Emirats arabes unis, de l'Arabie saoudite et de l'Egypte, des rivaux régionaux de la Turquie.

En visite à Moscou, Haftar a assuré vendredi qu'il s'opposerait militairement "aux envahisseurs turcs" si les pourparlers inter-libyens visant à établir un cessez-le-feu durable échouent.

"Si les négociations à Genève ne débouchent pas sur la paix et la sécurité dans notre pays, que les mercenaires ne repartent pas d'où ils viennent, alors les forces armées (de Khalifa Haftar) rempliront leur devoir constitutionnel (...) de défense face aux envahisseurs turco-ottomans", a-t-il dit à l'agence de presse russe Ria Novosti.

Le maréchal était en visite à Moscou selon l'agence, la Russie étant largement considérée, malgré ses dénégations, comme l'un des principaux soutiens de M. Haftar dans son conflit armé avec les troupes du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj.

M. Haftar a accusé MM. Erdogan et Sarraj, qui se sont rencontrés jeudi à Istanbul, de ne pas respecter les engagements issus d'une conférence internationale tenue en début d'année à Berlin, lors de laquelle la communauté internationale s'est engagée à ne pas s'ingérer dans le conflit libyen.

"Notre patience atteint ses limites", a-t-il dit.

Pour lui, les pourparlers de Genève ne pourront aboutir qu'en cas de "retrait des mercenaires syriens et turcs, la fin des livraisons d'armes de la Turquie à Tripoli, et la liquidation des groupes terroristes".

L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé a jugé que la mise en place d'un cessez-le-feu durable était une mission "très difficile" mais "pas impossible".
(AFP, 21 février 2020)

Si les pourparlers libyens échouent, Haftar s'opposera à "l'envahisseur turc"

L'homme fort de l'Est de la Libye, le maréchal Haftar, a assuré vendredi qu'il s'opposerait militairement "aux envahisseurs turcs", Ankara soutenant le gouvernement de Tripoli, si les pourparlers inter-libyens visant à établir un cessez-le-feu durable échouent.

"Si les négociations à Genève ne débouchent pas sur la paix et la sécurité dans notre pays, que les mercenaires ne repartent pas d'où ils viennent, alors les forces armées (de Khalifa Haftar) rempliront leur devoir constitutionnel (...) de défense face aux envahisseurs turco-ottomans", a-t-il dit à l'agence de presse russe Ria Novosti.

Le maréchal était en visite à Moscou selon l'agence, la Russie étant largement considérée, malgré ses dénégations, comme l'un des principaux soutiens de M. Haftar dans son conflit armé avec les troupes du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj.

La Turquie du président Recep Tayyip Erdogan soutient, elle, M. Sarraj, avec lequel elle a signé en novembre 2019 des accords de coopération militaire, sécuritaire et maritime. Les deux hommes se sont vus à Istanbul jeudi.

M. Haftar a accusé les deux hommes de ne pas respecter les engagements issus d'une conférence internationale en début d'année à Berlin, lors de laquelle la communauté internationale s'est engagée à ne pas s'ingérer dans le conflit libyen.

"Notre patience atteint ses limites", a-t-il dit.

Pour lui, les pourparlers de Genève ne pourront aboutir qu'en cas de "retrait des mercenaires syriens et turcs, la fin des livraisons d'armes de la Turquie à Tripoli, et la liquidation des groupes terroristes".

L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé a jugé que la mise en place d'un cessez-le-feu durable était une mission "très difficile" mais "pas impossible".
(AFP, 21 février 2020)

Moscou appelle Ankara à cesser de "soutenir les terroristes" en Syrie

La Turquie doit cesser son soutien aux "groupes terroristes" de la région syrienne d'Idleb, a déclaré jeudi le ministère russe de la Défense, ajoutant avoir mené des frappes contre les groupes armés soutenus par Ankara.

Dénonçant des frappes venues des positions turques qui ont blessé quatre soldats syriens, l'armée russe appelle dans son communiqué "la partie turque à cesser de soutenir les actions des groupes terroristes et de leur donner des armes".

Selon le communiqué, les "formations terroristes ont mené plusieurs attaques massives" contre les positions syriennes dans les régions d'Al-Nayrab et Qaminas, au sud d'Idleb.

Le communiqué précise que des bombardiers Su-24 ont frappé "des formations terroristes" et permis à l'armée syrienne de repousser leur attaque, détruisant "un tank, six véhicules blindés et cinq véhicules tout-terrain lourdement armés".

La diplomatie russe a plus tard réagi par la voix de sa porte-parole Maria Zakharova, qui s'est dite "très préoccupée par le soutien des forces armées turques aux combattants".

"Un tel incident viole les accords russo-turcs (...) et risque de provoquer une nouvelle escalade du conflit dans cette partie du territoire national syrien", a-t-elle ajouté, citée par l'agence de presse Ria Novosti.

L'armée turque a de son côté annoncé que deux de ses militaires avaient été tués et cinq blessés par une frappe aérienne dans la province d'Idleb, attribuant ces frappes à l'armée syrienne.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un vaste réseau de sources, les combats de jeudi dans la province d'Idleb, en plus des deux soldats turcs, ont coûté la vie à 11 combattants pro-régime et 14 rebelles pro-turcs.

Ces événements surviennent dans un contexte de fortes tensions dans cette région entre les forces turques et les troupes syriennes. Mercredi, le Kremlin avait déjà accusé Ankara de ne pas respecter le cessez-le-feu en Syrie et de ne rien faire pour "neutraliser les terroristes" dans la région rebelle d'Idleb.

La région fait théoriquement l'objet d'un accord de "désescalade" entre Ankara et Moscou mais la Turquie y a considérablement renforcé sa présence militaire. Le régime et la Russie, de leurs côtés, ont enregistré des gains face aux groupes rebelles et jihadistes ces dernières semaines.
(AFP, 20 février 2020)

Erdogan menace le régime d'une offensive, Moscou met en garde


Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est attiré mercredi une sévère mise en garde de Moscou après avoir menacé de lancer bientôt une offensive militaire en Syrie contre les forces du régime de Bachar al-Assad dans la région d'Idleb (nord-ouest).

Face à cette situation rendue plus volatile par la dernière altercation verbale entre Ankara et Moscou, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a mis en garde mercredi contre "le péril imminent d'escalade" à Idleb.

Cet échange musclé intervient alors que la situation humanitaire a atteint un point critique dans cette région, dernier bastion rebelle et jihadiste en Syrie, où près d'un million de personnes ont fui une offensive du régime appuyée par l'aviation russe.

Signe de la tension extrême dans la zone, M. Erdogan a réitéré son ultimatum au régime syrien pour qu'il se retire d'ici fin février à l'est d'une autoroute clé et des abords de postes d'observation turcs à Idleb.

"Il s'agit de nos dernières mises en garde (...) Nous pourrons surgir une nuit sans crier gare. Pour le dire d'une manière plus explicite, une opération à Idleb est imminente", a menacé le chef de l'Etat turc dans un discours à Ankara.

La Russie, parrain du régime syrien, a immédiatement réagi. Une telle opération serait "la pire des options", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Cette passe d'armes intervient alors que des discussions entre Ankara et Moscou, dont le dernier round s'est achevé mardi dans la capitale russe, ont échoué jusqu'à présent à réduire les tensions à Idleb.

L'offensive de Damas a provoqué une crise ouverte avec Ankara, qui appuie certains groupes rebelles, lorsque plusieurs soldats turcs déployés à Idleb ont été tués par des bombardements syriens, début février.

Signe de la volatilité de la situation, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a affirmé mercredi qu'il était "hors de question" pour la Turquie d'abandonner ses postes d'observation à Idleb, dont certains sont encerclés par le régime.

"S'ils sont attaqués de quelque manière que ce soit, nous riposterons", a-t-il prévenu.

- "Conditions atroces" -

Ces tensions ont aussi suscité des frictions entre Ankara et Moscou, qui coopèrent étroitement en Syrie depuis 2016, en dépit de leurs intérêts divergents.

Ankara voit d'un mauvais oeil l'avancée du régime à Idleb, région frontalière de la Turquie, redoutant un nouvel afflux de déplacés sur son sol. Quelque 3,7 millions de Syriens y ont déjà trouvé refuge depuis 2011.

Après plusieurs semaines d'offensive, la situation humanitaire est catastrophique.

Selon l'ONU, environ 900.000 personnes, en vaste majorité des femmes et des enfants, ont fui les violences depuis le début en décembre de l'offensive dans la région d'Idleb et ses environs.

Jamais le pays, en guerre depuis 2011, n'a connu un tel exode sur une période de temps aussi courte. Au total, le conflit syrien a poussé à l'exil des millions de civils et tué plus de 380.000 personnes.

"Les gens fuient dans des conditions atroces", a déploré mercredi M. Pedersen, l'émissaire de l'ONU.

Lors d'une conférence de presse à Istanbul mercredi, une coalition d'ONG syriennes a exhorté "le monde à se réveiller et à stopper le carnage" à Idleb, dressant un état des lieux alarmiste de la situation humanitaire dans cette province.

"Des centaines de milliers de personnes sont en train de mourir, pas seulement à cause des bombardements, mais aussi à cause du froid (...) On dirait la fin du monde", a déclaré à l'AFP Razan Saffour, de l'Association médicale des expatriés syriens.

- Camps surpeuplés -

Ces ONG estiment qu'une aide d'urgence de 310 millions d'euros est nécessaire pour faire face aux besoins essentiels de ces déplacés qui ont trouvé refuge à proximité de la frontière turque, s'entassant par dizaines de milliers dans des camps de fortune.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG qui s'appuie sur un important réseau de sources en Syrie, plus de 400 civils, dont 112 enfants, ont péri depuis que le régime a lancé son offensive dans le nord-ouest.

Damas et Moscou affirment lutter contre le "terrorisme", mais sont accusés de cibler régulièrement des populations et infrastructures civiles.

Sur les 550 structures sanitaires de la région, seule la moitié est encore opérationnelle, a déploré mardi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Selon l'agence de l'ONU pour l'enfance (Unicef), les deux derniers hôpitaux opérationnels dans l'ouest de la province d'Alep, voisine d'Idleb, dont une maternité, ont été touchés par des frappes.

En dépit des mises en garde répétées d'Ankara, les forces gouvernementales poursuivent leur offensive et concentrent actuellement leurs opérations dans l'ouest de la province d'Alep, a indiqué l'OSDH.

Les prorégime tentent de progresser "en direction de la montagne Cheikh Barakat", qui surplombe de vastes régions dans l'ouest d'Alep et le nord d'Idleb, près de la frontière turque, d'après l'OSDH.
(AFP, 19 février 2020)

Pour Ankara, les divergences "ne doivent pas affecter" les relations avec Moscou

La Turquie a estimé samedi que ses divergences avec la Russie sur la Syrie ne devaient "pas affecter" les relations turco-russes, notamment les livraisons par Moscou de systèmes de défense antiaérienne que dénonce Washington.

Dans une conversation téléphonique, le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue américain Donald Trump ont parlé des "moyens de mettre fin à la crise à Idleb dans les plus brefs délais", a par ailleurs annoncé la présidence turque. Ce dernier grand bastion des rebelles et des jihadistes sur le territoire syrien est la cible depuis plusieurs mois d'une offensive du régime de Damas, avec l'appui de l'aviation russe.

Les deux chefs d'Etat ont estimé que "les dernières attaques" des forces gouvernementales dans cette région du nord-ouest de la Syrie étaient "inacceptables", a ajouté la présidence.

Dans le même temps, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a eu samedi des entretiens avec son homologue russe Sergueï Lavrov en marge de la conférence sur la sécurité se déroulant à Munich, en Allemagne.

Qualifiant dans un tweet de "positive" cette rencontre, M. Cavusoglu a souligné qu'une délégation de son pays irait lundi à Moscou, après la visite d'envoyés russes, dont des responsables militaires et des services de renseignement, il y a une semaine à Ankara, sans que d'ailleurs cela aboutisse à un accord concret.

"Les différences d'opinion en Syrie ne doivent pas affecter les relations turco-russes. La situation à Idleb n'affectera pas l'accord sur les S-400", les systèmes russes de défense antiaérienne achetés par Ankara malgré l'opposition des Etats-Unis qui les jugent incompatibles avec l'armement de l'Otan, a rapporté la chaîne de télévision turque NTV, reproduisant des propos du ministre après ses discussions avec son homologue russe.

Sergueï Lavrov a quant à lui assuré samedi à la conférence de Munich que la victoire du président Bachar al-Assad "sur le terrorisme" était "inévitable" dans la province d'Idleb.

"Les Etats-Unis ont proclamé avoir éliminé le groupe Etat islamique (EI) mais l'hydre est de retour", a-t-il encore dit.

La Turquie et la Russie ont travaillé de manière étroite sur le dossier syrien, même si Ankara soutient des rebelles syriens alors que Moscou est un allié du régime de Damas.

En vertu d'un accord conclu en 2018 entre ces deux pays, la Turquie dispose de 12 postes d'observation dans la province d'Idleb.

Des combats entre forces turques et syriennes dans cette région ont récemment provoqué la mort de 14 soldats turcs.
(AFP, 15 février 2020)

Le Kremlin accuse Ankara de ne pas "neutraliser les terroristes" à Idleb

Ankara ne respecte pas les accords russo-turcs pour un cessez-le-feu en Syrie et ne fait rien pour "neutraliser les terroristes" dans la région rebelle d'Idleb, a accusé mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Evoquant les accords de Sotchi conclus entre les deux pays, il a expliqué que la Turquie avait "l'obligation de neutraliser les groupes terroristes" mais que "tous ces groupes bombardent les troupes syriennes et mènent des actions agressives contre les installations militaires russes".

"Ceci est inacceptable et va à l'encontre des accords de Sotchi", a poursuivi le porte-parole de Vladimir Poutine. Il a dans le même temps dédouané les forces syriennes, qui frappent selon lui "les terroristes, et non les civils".

Le ton est monté mercredi entre Ankara et Moscou, après plusieurs jours marqués par des combats meurtriers entre forces turques et syriennes dans la province rebelle d'Idleb (nord-ouest) qui ont provoqué la mort de 14 soldats turcs dans des bombardements des forces de Bachar al-Assad, soutenues par la Russie.

La région fait théoriquement l'objet d'un accord de "désescalade" entre Ankara et Moscou mais la Turquie y a considérablement renforcé sa présence militaire. Le régime et la Russie, de leurs côtés, ont enregistré des gains face aux groupes rebelles et jihadistes ces dernières semaines.

Adressant une rare critique à l'égard de la Russie, M. Erdogan l'a accusée mercredi de "massacres" et dénoncé pendant un discours "les promesses qui ne sont pas respectées".

Un accord conclu entre Ankara et Moscou dans la station balnéaire russe de Sotchi prévoyait la cessation des hostilités à Idleb, mais il a été violé de manière répétée jusqu'à son effondrement complet.

Sur le plan humanitaire, près de 700.000 personnes ont fui l'offensive militaire lancée en décembre par le régime et son allié russe dans la région d'Idleb. Le conflit en Syrie a lui fait plus de 380.000 morts et des millions de réfugiés depuis son déclenchement en 2011.
(AFP, 12 février 2020)

En Syrie, le régime va reprendre Idleb "par étapes"

Le régime syrien à l'heure actuelle n'a ni les hommes ni les ressources nécessaires pour reprendre l'intégralité de la province d'Idleb. Cette reconquête pourrait se faire par étapes, ne laissant aux jihadistes et rebelles du secteur qu'une marge de manoeuvre limitée, jugent des experts.

Sur le long terme, le pouvoir de Bachar al-Assad affirme sa détermination à reconquérir toute la province ainsi que certains secteurs limitrophes dans le nord-ouest du pays en guerre. Ce front constitue la dernière grande bataille stratégique pour le pouvoir qui contrôle désormais plus de 70% du territoire.

Depuis décembre 2019, les forces du régime aidées de l'allié russe ont repris leur assaut contre cet ultime grand bastion des jihadistes et des rebelles en Syrie.

Malgré les avertissements de la Turquie voisine, qui a des troupes déployées dans la zone et soutient certains insurgés, les prorégime progressent, reprenant de nombreux secteurs.

"Le régime n'a ni les effectifs, ni les ressources pour reprendre tout Idleb, en une seule opération", assure Nicholas Heras, chercheur à l'Institute for the Study of War (ISW).

Il penche pour "une offensive par phases" qui nécessite surtout le soutien aérien russe.

Une stratégie déjà adoptée par le régime qui a grignoté depuis 2017 des territoires dans la région de trois millions d'habitants, située à la frontière turque.

La province avait même bénéficié de quelques mois de répit, après un accord signé à Sotchi par Ankara et Moscou en 2018 prévoyant une "zone démilitarisée" pour séparer zones prorégime de celles des jihadistes et rebelles et la réouverture de deux autoroutes traversant Idleb, reliant la métropole d'Alep à la capitale et à la province de Lattaquié.

Toutefois cette trêve a volé en éclats et le régime a repris ses opérations avec les autoroutes dans son viseur.

- "Coût élevé" -

Malgré l'avancée du régime, plus de la moitié de la province d'Idleb et des secteurs attenants dans les régions d'Alep, de Hama et de Lattaquié, restent dominés par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, HTS, l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.

La région compte environ 30.000 rebelles et plus de 20.000 jihadistes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui évoque la présence de milliers d'étrangers.

Difficile de voir le régime poursuivre son offensive au nord des deux autoroutes, juge M. Heras. Le "coût des combats" serait "bien plus élevé" que ce que Moscou ou Damas sont disposés à payer.

Et c'est sans compter avec la Turquie, qui accueille déjà plus de trois millions de réfugiés syriens et craint un nouvel afflux.

Début décembre, plus d'un demi-million de personnes ont été déplacées dans la région, selon l'ONU. La moitié des habitants d'Idleb sont déjà des Syriens déplacés ces dernières années par d'autres offensives du régime ailleurs en Syrie.

Ankara qui maintient sa frontière fermée, a sommé le régime de stopper son assaut, dépêchant des renforts dans le nord d'Idleb.

Le 3 février, des combats d'une violence inédite entre soldats syriens et turcs ont fait une vingtaine de morts, selon l'OSDH.

Pour Samuel Ramani, doctorant à l'Université d'Oxford, toute nouvelle progression du régime dépendra de la réaction des forces turques. "Assad pourrait vouloir geler le conflit temporairement. Avant de lancer une nouvelle escalade, une fois que cette crise des relations turco-syriennes sera passée".

- "A la merci d'Assad" -

L'équilibre des forces et les traditionnelles négociations entre Moscou et Ankara pourraient offrir un nouveau répit temporaire à Idleb.

"L'option la plus probable" serait une "zone tampon" où seraient confinés rebelles, jihadistes et les civils refusant de vivre sous contrôle du régime, juge M. Ramani.

Cela dépendra toutefois de la volonté de la Turquie de pousser pour un tel objectif, dit-il.

Le rédacteur en chef du quotidien Al-Watan proche du pouvoir syrien, Waddah Abd Rabbo, affirme que la reconquête se fera "par étapes, selon des accords internationaux comme celui de Sotchi". Toutefois, "il est impératif de progresser et libérer toute la province, que la Turquie le veuille ou non".

En attendant, les combattants auront la possibilité de "se rendre". Les étrangers "n'auront d'autre choix que de se rendre, d'être jugés devant la justice syrienne, ou fuir" en Turquie, assure M. Abd Rabbo.

En octobre, M. Assad avait estimé que "la bataille d'Idleb" était "le socle pour mettre fin au désordre et au terrorisme" en Syrie, dévastée par neuf ans de guerre qui a fait plus de 380.000 morts.

Pour M. Ramani, le sort des rebelles dépend "de la ligne de conduite d'Ankara". Avec le soutien turc ils pourront persévérer mais s'ils sont abandonnés, ils seront "à la merci des forces d'Assad".

Pour éviter cela, certains n'auront d'autres choix que d'accepter le rôle de "mercenaires" au service d'Ankara à l'étranger, notamment en Libye, dit M. Ramani.
(AFP, 8 février 2020)

Un demi-million de déplacés en deux mois de violences à Idleb

Un demi-million de personnes ont été déplacées en deux mois de violences dans le nord-ouest de la Syrie, où le régime mène avec le soutien de Moscou une offensive dans la région d'Idleb pour reconquérir l'ultime grand bastion dominé par jihadistes et rebelles.

L'offensive du régime a aussi provoqué une montée des tensions entre Damas et Ankara, qui soutient des rebelles et dispose de troupes dans cette région frontalière de la Turquie, au lendemain de combats meurtriers inédits entre soldats des deux pays.

Depuis décembre, la province d'Idleb et ses environs sont quasi quotidiennement la cible de frappes du régime de Bachar al-Assad qui avance dans la région grâce notamment au soutien de l'aviation russe.
 Quelque 520.000 personnes ont été poussées à la fuite depuis début décembre, une des plus grandes vagues d'exode dans le pays en guerre, a indiqué l'ONU mardi.

Le conflit en Syrie, qui a fait plus de 380.000 morts depuis 2011, a aussi jeté sur la route de l'exil plus de la moitié de la population d'avant-guerre --plus de 20 millions d'habitants.

Les civils fuyant les violences à Idleb trouvent refuge dans des zones relativement épargnées plus au nord, souvent près de la frontière avec la Turquie, qui accueille déjà plus de trois millions de réfugiés syriens.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays craint un nouvel afflux de réfugiés syriens, a prévenu qu'il ne permettrait pas au régime syrien de "gagner du terrain" dans la région.

Il a en outre prévenu qu'Ankara riposterait "de la plus ferme des manières" si ses troupes sont prises pour cible, lors d'un entretien avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Dans la nuit de dimanche à lundi, des tirs d'artillerie du régime syrien ont fait huit morts côté turc. Ankara a répondu en bombardant des positions syriennes, tuant au moins 13 personnes.

A Damas, le commandement des forces armées a qualifié d'"agression flagrante" la présence de forces turques en Syrie, et prévenu que l'armée se tenait prête "pour une riposte immédiate à toute agression" turque contre les troupes syriennes dans la région, selon l'agence officielle syrienne Sana.

- "Autodéfense justifiée" -

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a affirmé mardi que Washington soutenait "pleinement" la riposte de la Turquie aux tirs du régime syrien, estimant qu'il s'agissait d'"autodéfense justifiée".

Même si elles soutiennent des camps opposés en Syrie, la Turquie et la Russie ont renforcé depuis 2016 leur coopération sur ce dossier. Mais Ankara accuse Moscou de ne pas faire suffisamment pression sur Damas pour qu'il stoppe son offensive à Idleb.

Mardi, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a dit craindre "une escalade" susceptible de mener à "une situation totalement hors de contrôle" et réclamé un "arrêt des hostilités" entre Ankara et Damas.

Les violences ont provoqué un exode massif dans la région, où un correspondant de l'AFP à Hazano, dans le nord d'Idleb, a vu défiler mardi des camions, des tracteurs tirant des remorques, des minibus, avançant pare-choc contre pare-choc, transportant des déplacés.

Les déplacés emportent avec eux matelas en mousse, couvertures, chaises en plastique, bonbonnes de gaz, moutons, des portes démontées et des armoires.

- "Crimes de guerre"? -

En une semaine, Mohamed Bahjat et sa famille ont été déplacés trois fois, fuyant les combats près de la ville de Saraqeb.

"On ne sait pas où on va", confie ce père de trois enfants. "On est parti sous les bombardements", lâche l'homme de 34 ans, qui voyage avec ses parents et son frère.

Un autre correspondant de l'AFP a vu des déplacés démonter leurs tentes près de Binnich, emportant dans des camionnettes leurs maigres effets et parfois leurs poules.

La majorité des déplacés fuient le sud d'Idleb pour se rendre dans "des zones urbaines et des camps de déplacés" du nord-ouest de la province ou dans des territoires du nord de la région voisine d'Alep, selon l'ONU.

L'offensive du régime a coûté la vie à 294 civils dont 83 enfants depuis mi-décembre, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Et la Commission d'enquête indépendante et internationale (COI) sur la Syrie a fait état "d'attaques contre les infrastructures civiles --dont des écoles, des marchés et des installations médicales".

"Le ciblage délibéré et systématique des hôpitaux suit un schéma déjà documenté par la Commission et pourrait constituer des crimes de guerre", martèle la COI, créée par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU.

Plus de la moitié de la province d'Idleb et certaines zones des régions voisines d'Alep, Hama et Lattaquié, sont dominées par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda). Des groupes rebelles y sont également présents.

Le front d'Idleb représente la dernière grande bataille stratégique pour le régime, qui contrôle désormais plus de 70% du territoire national après avoir multiplié les victoires, avec l'aide cruciale de la Russie, face aux jihadistes et rebelles.
(AFP, 4 février 2020)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

Ankara s'en prend au dirigeant de Chypre-Nord qui redoute une "annexion"


La Turquie a violemment critiqué lundi le dirigeant de Chypre-Nord Mustafa Akinci pour avoir déclaré la semaine dernière qu'il redoutait une dépendance croissante vis-à-vis d'Ankara susceptible d'aboutir à une "horrible" annexion.

Chypre est divisée depuis l'invasion, en 1974, de la partie septentrionale de l'île par l'armée turque, en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher le pays à la Grèce.

Le tiers nord de l'île est aujourd'hui contrôlé par l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN), uniquement reconnue par Ankara. Le reste du territoire forme la République de Chypre, membre de l'Union européenne.

Dans une interview publiée jeudi par le journal britannique The Guardian, M. Akinci a estimé que la réunification de l'île en un Etat fédéral était la "seule solution viable", ajoutant que l'hypothèse d'une annexion de la RTCN par Ankara était "horrible".

"Je ne serai pas un second Tayfur Sökmen", a-t-il ajouté, en référence au premier et unique président de l'éphémère République de Hatay, rattachée à la Turquie en 1939 après sa séparation de la Syrie sous mandat français.

Les commentaires de M. Akinci ont suscité l'ire du gouvernement turc.

"Je n'ai jamais travaillé avec un responsable politique aussi peu honnête que M. Akinci", a tonné lundi le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu. "Il instrumentalise la Turquie à des fins électoralistes", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Ankara.

Samedi, la présidence turque avait déjà dénoncé les propos de M. Akinci, estimant que "le peuple turc lui infligerait une leçon" lors de l'élection présidentielle prévue fin avril à Chypre-Nord.

Les pourparlers inter-chypriotes sont à l'arrêt depuis l'échec en 2017 d'un round de négociations sous l'égide des Nations unies.

Chypre-Nord est économiquement et diplomatiquement dépendant du "grand frère" turc.

En octobre, M. Akinci s'était déjà attiré les foudres d'Ankara pour avoir critiqué une offensive turque dans le nord de la Syrie.

"Il a dépassé les bornes", avait estimé le président Recep Tayyip Erdogan.
(AFP, 10 février 2020)

Northern Cyprus President Targeted by AKP, MHP

Several senior government officials have lashed out at Mustafa Akıncı, the President of the Turkish Republic of Northern Cyprus (TRNC), over his comments on the Cyprus issue in an interview on Thursday (February 6).

Akıncı talked to the Guardian about the long-standing reunification efforts in Cyprus island.

"If this failed to happen, he said, the north would grow increasingly dependent on Ankara and could end up being swallowed up, as a de facto Turkish province," the Guardian cited Akıncı as saying.

The prospect of Crimea-style annexation was "horrible" and against Turkey's own interests, Akıncı further said in the interview.
Reactions from the government

His remarks drew a rebuke from high-level officials as Vice President Fuat Oktay tweeted, "I condemn the remarks that target the Republic of Turkey which stands with TRNC in all conditions and protect its rights and interests."

It will not be tolerated to use Turkey as "a tool of the election campaign" with political approaches lack of vision, he said.

Presidency Communications Director Fahrettin Altun said in a written statement that Akıncı does not deserve to sit on the chair of the presidency, which had cost "the lives of Turkish Cypriots and Turkish soldiers."

"Turkey has no designs on the soil of any country and it will not tolerate Turkish soil being made benefits available to anybody," he stated.

Justice Minister Abdulhamit Gül also criticized Akıncı's remarks, which he said hurt the "ancestors and martyrs."

Nationalist Movement Party (MHP) Chair Devlet Bahçeli asked Akıncı to resign him from office.

TRNC Prime Minister Ersin Tatar joined government officials in condemning Akıncı's remarks. "That Akıncı criticizes Turkey via claims not existing is a wrong behavior with the aim of winning the election," he said in a written statement.

Tatar said "Turkish Cypriots will punish Akıncı" by not voting in favor of him in the presidential election slated for on April 26.
Akıncı's response

In response to criticism, Akıncı said that the people of Northern Cyprus does not embrace the possibility of the annexation of Northern Cyprus by Turkey.

"People are yearning for a structure that is self-governing, self-sufficient and has a real say in their institutions. Of course, there is no doubt that there are things we need to accomplish especially in the economy and other fields. Our society never embraces the possibility of annexation. As a leader chosen by such people, what could be the answer I gave to the question asked in relation to Crimea?

"Yes, I stated that an annexation scenario similar to Crimea would be terrible and that this wouldn't be a development in favor of Turkey as well as of Cyprus Turks. This is the scenario that will eliminate the TRNC. I stand by my words, which I didn't say for the first time."

Saying that there are different communities living in Cyprus, the quest for a federal order where different communities will live together in peace continues.

Decades since the foundation of the TRNC in 1983 have seen several attempts to resolve the Cyprus dispute, all ending in failure. The latest, held with the participation of the guarantor countries, Turkey, Greece, and the UK, came to an end without any progress in 2017 in Switzerland.
(BIA, February 10, 2020)

La Grèce renforce sa présence en Méditerranée pour contrer la Turquie

La Grèce s'engage depuis peu sur le terrain de la défense aux côtés de ses alliés français et américains en Méditerranée, espérant obtenir leur soutien face à la Turquie voisine et attirer leurs investissements.

Sur fond de tensions en Méditerranée orientale, le gouvernement conservateur a, en un seul mois, renforcé sa coopération stratégique avec Paris, relancé un accord militaire avec Washington et décidé de l'envoi de missiles Patriot en Arabie Saoudite.

En outre, une frégate grecque participe depuis la semaine dernière à la mission du porte-avion français Charles-de-Gaulle dans l'est de la Méditerranée.

L'objectif officiel de cette mission est d'appuyer les opérations antjihadistes en Syrie et en Irak, mais aussi d'assurer la stabilité dans la région.

Lors du vote récent au Parlement d'un accord de défense gréco-américain, le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s'est félicité du "renforcement de l'alliance stratégique avec les Etats-Unis", soulignant par ailleurs que la coopération militaire avec la France "n'a jamais été meilleure".

Elle vient s'ajouter aux récentes démarches diplomatiques d'Athènes contre les accords controversés signés entre Ankara et le gouvernement libyen de Tripoli, qui redessinent les frontières maritimes en ignorant la présence des îles grecques.

Dénoncés par l'UE, ces accords ont mis de nouveau à l'épreuve les relations gréco-turques, traditionnellement délicates. Outre la question du flux migratoire depuis les côtes turques vers les îles grecques, les deux voisins se heurtent de longue date sur des questions de souveraineté en mer Egée.

"La participation de la Grèce à la force européenne en Méditerranée est une nécessité sachant les provocations de la Turquie et ses tentatives de s'imposer dans cette zone en dépit du droit international", indique à l'AFP Kostantinos Filis, directeur de recherches à l'Institut grec des relations internationales.

La Grèce cherche à "renforcer sa capacité de dissuasion contre ceux qui ont éventuellement des visées" dans la zone, déclare le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas.

- La France "allié idéal" -

Selon des diplomates, la France a encouragé la Grèce à être "plus autonome" et "à jouer un rôle plus actif dans les initiatives européennes de défense comme au Sahel", où est engagée la force française Barkhane.

"La France est actuellement l'allié idéal pour la Grèce", qui veut tonifier son industrie de défense, observe Panayotis Tsakonas, professeur du droit international à l'Université d'Athènes et chercheur au centre grec de politique européenne, Eliamep.

Cet expert rappelle que "les deux pays partagent la même position sur la situation en Méditerranée orientale". Il évoque les intérêts des sociétés françaises impliquées dans les forages d'hydrocarbures au large de Chypre, allié principal de la Grèce.

La Turquie, qui occupe depuis 1974 la partie nord de l'île et conteste le droit de Nicosie d'exploiter les gisements en Méditerranée, a empêché ces forages à plusieurs reprises, au grand dam des Occidentaux.

En négociation pour l'achat de deux frégates françaises Belh@rra, Athènes espère construire certaines parties de ces bâtiments dans ses chantiers navals.

Les deux pays prévoient de signer un accord "stratégique" fin février.

- "Pression" américaine -

La nouvelle politique de défense d'Athènes provoque toutefois de vives critiques de l'opposition de gauche, qui taxe le gouvernement conservateur d'aventurisme.

"Vous entraînez le pays dans des aventures qui dépassent sa capacité et changent la politique étrangère suivie depuis des décennies", a fustigé l'ex-Premier ministre Alexis Tsipras.

Le déploiement de missiles Patriot en Arabie Saoudite "s'inscrit dans le cadre d'une initiative conjointe avec les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni" pour "assurer la sécurité des sites énergétiques cruciaux", a rétorqué le gouvernement.

Mais l'analyste Konstantinos Filis voit dans cette décision "une pression américaine" et "le risque" d'une implication grecque dans la brûlante question iranienne.

Pour Athènes, qui cherche à doper son économie en souffrance après une décennie de crise économique et de coupes drastiques dans le budget de la défense, il s'agit aussi d'attirer de nouveaux investissements de ses partenaires.

Selon le gouvernement grec, les Etats-Unis vont investir 12 millions d'euros dans la base aérienne à Larissa, dans le centre de la Grèce, et 6 millions d'euros sur la base américaine de Souda, en Crète.

En contrepartie, Athènes va moderniser sa flotte d'avions de chasse américains F-16 et a exprimé son intérêt pour des drones et de F-35.
(AFP, 8 février 2020)

Face à la Turquie, Chypre s'équipe de missiles anti-aériens et antinavires

Chypre, en proie à de vives tensions avec la Turquie sur fond d'exploitation des gisements d'hydrocarbures en Méditerranée, a récemment commandé des missiles anti-aériens et des missiles antinavires, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

L'armée chypriote a signé en décembre un contrat avec le fabricant de missiles européen MBDA de 150 millions d'euros pour la fourniture de missiles sol-air Mistral à très courte portée, selon cette source, confirmant une information de La Tribune.

Elle a signé un autre contrat de 90 millions d'euros avec la marine chypriote pour la fourniture de missiles antinavires Exocet qui équiperont une batterie côtière.

Contacté par l'AFP, MBDA n'a pas souhaité réagir.

Ces derniers mois, la Turquie a envoyé des navires de forage dans la Zone économique exclusive (ZEE) de Chypre malgré des avertissements de Washington et de l'UE, dont Nicosie est membre. En décembre, Ankara a aussi déployé un premier drone armé à Chypre-Nord et, selon des médias turcs, a pour projet d'y construire une base navale.

La Turquie, qui occupe la partie nord de Chypre depuis 1974, entend s'appuyer sur un accord conclu fin novembre avec le gouvernement national libyen (GNA) pour mettre fin à son isolement en Méditerranée orientale et faire valoir des droits sur l'exploitation des hydrocarbures.

Face aux revendications d'Ankara, Chypre, la Grèce et Israël ont signé début janvier un accord pour construire le gazoduc EastMed afin d'acheminer le gaz extrait en Méditerranée orientale vers la Grèce via Chypre.
(AFP, 6 février 2020)

Immigration / Migration

Quelques remarques à propos de la réponse du ministre de la Justice


Le mercredi 5 février 2020 en Commission de la Justice, en réponse à la question "Si les Loups gris, organisation armée ultranationaliste turque reliée au Parti d'action nationaliste (MHP), ou des organisations connexes essayaient d'infiltrer la Belgique" le ministre de la Justice Koen Geens a donné une réponse tout à fait rassurante.

Selon La Dernière Heure, il a tout d'abord rappelé que la présence du mouvement des Loups gris en Belgique remonte à la fin des années septante, "dans le sillage du mouvement ultranationaliste MHP et des centres culturels dont les activités sont coordonnées par la FTB, la Fédération turque de Belgique."

"La FTB continue à exercer un certain contrôle et interdit les actions violentes susceptibles de nuire à son image de marque", assure-t-il. "Même si les membres du MHP et de la FTB sont toujours considérés comme les Loups gris, il ne s'agit pas en Belgique d'une organisation paramilitaire ou terroriste."

Probablement, en raison de ses occupations à la recherche d'une issue à la crise gouvernementale, Monsieur Geens n'a pas consacré assez de temps à analyser l'infiltration de ce mouvement ultra nationaliste turc dans la vie politique belge et à prendre connaissance des actes criminels commis par ce mouvement.

Tout d'abord, les dirigeants de la Belgique et des autres pays membres de l'Union européenne doivent être parfaitement au courant que le Parti d'action nationaliste (MHP) est une organisation qui a déclenché le terrorisme armé dans les années 60 et qui est coupable depuis lors de plusieurs massacres: le dimanche sanglant à Istanbul (1969), les massacres à Ankara (1978), Kahramanmaras (1978), Corum (1980) et à Sivas (1993).

En 1981, un Loup Gris du nom de Mehmet Ali Ağca a tenté d'assassiner le pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre à Rome.

Les Loups Gris ont également des liens dans des pays et des régions turcophones, surtout en Azerbaïdjan, dans les pays d'Asie centrale, et aussi avec les Turcs des Balkans et du Caucase. Ceci afin de faire la propagande de l'idéologie pan-turquiste et de montrer leur solidarité avec les mouvements nationalistes d'autres peuples qu'ils considèrent comme frères.

Pendant la récente guerre syrienne, les Loups gris ont pris part aux combats au côté de milices islamistes contre les forces armées syriennes et kurdes.

Dans les pays européens dont la Belgique, l'infiltration des Loups Gris a commencé en 1978.

En Belgique, notre bulletin d'information Info-Türk donne depuis 1978 toutes les informations en quatre langues concernant les actes de violence des Loups gris aussi bien en Europe qu'en Belgique.

Déjà dans le numéro de mai 1978, nous avons donné les premières nouvelles alarmantes pour la Belgique:

"Après avoir multiplié les provocations pour une guerre civile en Turquie, le Parti d'Action Nationaliste (MHP) a récemment lancé une vaste campagne parmi les travailleurs turcs à l'étranger. A Bruxelles, les partisans fascistes du MHP ont établi leur organisation à la rue Verte 30 - 1030 Bruxelles, sous l'appellation de 'Association Culturelle Turque: Club des Idéalistes'. Immédiatement après la fondation de leur organisation terroriste, ses membres commencèrent à attaquer des ouvriers et étudiants turcs qui ne partageaient pas leur 'idéal'.

"Le 20 avril 1978, alors que deux travailleurs progressistes étaient dans le café Emirdag à la Chaussée de Haecht, les membres du 'Club des Idéalistes' tentèrent de les provoquer en les insultant.

"Le 22 avril, des fascistes armés de barres de fer et de hachettes attaquèrent un groupe qui distribuait des tracts pour la manifestation du 1er mai et blessèrent un des distributeurs.

"Le 25 avril, alors qu'une dizaine de progressistes se trouvaient dans le café Emirdag, ils furent encerclés par des agresseurs fascistes armés de revolvers, de poignards et de barres de fer. Quand le propriétaire fit appel à la police, ils cachèrent leurs armes que la police ne put trouver.

"Des organisations progressistes turques à Bruxelles ont demandé aux autorités belges d'interdire ce centre fasciste et d'expulser de Belgique les responsables."

Depuis lors, les actes agressifs et violents par les Loups Gris n'ont jamais cessé dans ce pays.

Le 31 décembre 1993, lorsqu'un groupe d'intellectuels kurdes et d'activistes, participant à une longue marche pour la liberté depuis Bonn, sont arrivés à Bruxelles, les Loups gris ont provoqué une centaine de jeunes turcs et organisé une violente manifestation anti-kurde à Saint-Josse. Ils scandaient des slogans tels que "Saint-Josse est un quartier turc!", "Il n'y a pas de place ici pour les Kurdes!".

Un des premiers grands congrès européens de la Türk-Federasyon a été tenu le 12 mai 1996 à Genk avec la participation des principaux dirigeants des Loups Gris. L'attaché culturel de l'Ambassade de Turquie était l'un des invités d'honneur à côté du leader historique du mouvement néo-fasciste turc, l'ancien colonel Alparslan Türkes.

L'organisation de la soirée de Newroz du 20 mars 1998 au Cirque royal a été confiée au président de la Türk-Federasyon en tant que porte-parole de toutes les fédérations pro-gouvernementales.

Le 7 novembre 1998,  les Loups gris portant les drapeaux du MHP ont attaqué sous les yeux de la police les locaux de l'Institut kurde de Bruxelles et d'une association culturelle kurde situés Rue Bonneels à Saint-Josse. En scandant des slogans anti-kurdes, ils ont incendié les deux bâtiments.

Le 17 novembre 2016, l'Institut kurde de Bruxelles à Saint-Josse a de nouveau été attaqué par des Loups gris qui scandaient des slogans anti-kurdes.

Le Vif: "Le vrai discours des Loups gris turcs"

Quant à l'infiltration des Loups gris dans la politique belge, voici un article intitulé "Le vrai discours des Loups gris turcs" paru dans Le Vif du 8 novembre 2012:

La venue au Palais des Congrès de Liège du leader politique des Loups gris, Devlet Bahceli, président du MHP turc, le 20 mai dernier, avait suscité beaucoup d'émotion dans la Cité ardente. Le Comité des Arméniens de Belgique avait pourtant prévenu par fax, le 18 mai, toutes les autorités: fédérales, régionales, communautaires, provinciales, communales et judiciaires.

En raison de son radicalisme, le mouvement des Loups gris est classé comme groupe "à suivre". Même sans être visées particulièrement, à la différence des Arméniens qui revendiquent la reconnaissance par l'Etat turc du génocide dont leur peuple fut victime entre 1915 et 1917, les autorités avaient des raisons de s'inquiéter. Ce mouvement ne fait rien pour accroître le sentiment d'appartenance des Belgo-Turcs à leur patrie d'accueil (24 % seulement se disent 'fiers d'être Belges' selon une enquête Eurislam commandée par la Commission européenne et publiée en juin dernier).

Le discours qu'a prononcé à Liège, le 20 mai dernier, Devlet Bahceli, président général du Parti Mouvement National (MHP), n'était pas de la guimauve. Le Vif/L'Express a pu prendre connaissance de la traduction française de ce discours-fleuve dont l'original se trouve sur le site du MHP, bras politique des Loups gris et maison-mère de la Fédération des nationalistes turcs démocrates turcs de Belgique, active dans l'animation culturelle de l'immigration turque. Bahceli était en tournée européenne pour galvaniser les troupes et fédérer les énergies panturques. Après les envolées lyriques vinrent l'exhortation des migrants à préserver leur identité turco-musulmane, également des propos très hostiles à l'égard des Arméniens et des Kurdes, ainsi que l'impatience de voir des élus turcs s'élever dans la sphère politique pour veiller, dans l'ordre, aux intérêts de la Turquie et du "pays où ils vivent". Voici quelques extraits significatifs de ce discours prononcé en turc, sans détours.

"Turcs d'Europe, vous représentez la gloire et la splendeur de l'identité turque". Devlet Bahceli s'incline devant le courage qu'il a fallu aux migrants pour s'expatrier. 'Certes, nous savons que, dans ce pays, vous êtes perçus comme étrangers et vous avez rencontré beaucoup de difficultés en tant que porteurs d'une identité et d'une culture étrangère. Mais vous ne leur avez jamais cédé." Il poursuit : "Vous avez fait de la Belgique votre Emirdag, vous avez ramené l'Anatolie en Belgique, vous n'avez pas rompu avec vos traditions et vos habitudes, vous n'avez pas abandonné vos racines, vos ressources et votre minaret".

Un petit coup de langue à l'égard de la Turquie : 'Les dirigeants de notre patrie n'ont pas pu assurer, ni à vous ni à la génération précédente, les besoins fondamentaux de la vie que sont l'éducation, l'emploi, une alimentation quotidienne ; vous les avez obtenus dans des pays étrangers'. Et un autre coup de griffe pour l'un de ces 'pays étrangers' pourtant accueillant: 'Au début de cette deuxième décennie du siècle, vous luttez pour la vie dans un monde qui s'éloigne des valeurs de l'humanité. Dans la capitale de l'Union européenne, centre politique des valeurs occidentales, vous enseignez la civilisation et vous montrez ainsi qui est la nation turque'.

Le grand patron du MHP s'en prend ensuite aux "lobbies de la diaspora" qui, en France, tentent d'obtenir la pénalisation du 'soit-disant génocide arménien' et qui, en Belgique, ont tenté de les priver d'une salle de congrès. "Comme des fascistes et des racistes, ils ont proféré à notre égard des bassesses qu'un esprit sain ne saurait imaginer (...). Ils doivent savoir que leurs mentalités et leurs intentions sont pires que celles des nazis." Pour les Kurdes (dont il ne prononce pas le nom), Devlet Bahceli prévient: "Nous n'allons pas rester silencieux concernant le souhait de certains de voir la Turquie se diviser, de poser des exigences d'enseignement dans leur langue maternelle…"

Si sourcilleux de l'unité de son propre pays, l'orateur voit la Belgique comme un simple 'édifice démocratique' dont la communauté turque est devenue une “ composante" ayant gardé intactes ses traditions. "Les Turcs vivant ici sont arrivés à une position qui leur a permis d'apporter une contribution importante à la vie commerciale, politique, économique et socio-culturelle de la Belgique. Mais il faut certainement arriver à un stade encore supérieur", exhorte Bahceli. Comment? "Pour bénéficier de tous les types de droits sociaux, politiques et économiques, et être pris en compte comme une force sociologique, vous devez lutter et afficher vos intentions. Représentez la nation turque dans les élections locales et nationales, et veillez aux intérêts de la Turquie et du pays dans lequel vous vivez." Un programme clair et net."

Les deux derniers discours du chef des Loups gris

Pour finir notre contestation à la déclaration du ministre de la Justice sur le MHP et sa ramification en Europe et en Belgique, nous partageons ci-après deux dernières informations relatives aux Loups gris.

Le 2 février 2020, les dirigeants des fédérations des Loups gris (Türk-Federasyon) d'Allemagne, France, Pays-Bas, Autriche, Suisse, Grande Bretagne, Scandinavie et Belgique se sont réunis au siège du MHP à Ankara. Le président du MHP Devlet Bahçeli, dans un long discours adressé aux représentants des Loups gris en Europe a dit: "En tant que représentants de la turcité européenne, de la grande nation turque de la géographie de l'Europe occidentale, vous assumez également des responsabilités importantes. Ne vous sentez pas seuls dans cette tâche. Sachez que nous vous accompagnerons dans tous vos travaux. Dans le même temps, je crois sincèrement que vous ne donnerez pas la possibilité aux fauteurs de troubles, ennemis de la nation turque et de l'État turc."

Le 14 février 2020, la déclaration de Devlet Bahceli au Parlement turc: "Le président Bashar Assad est un meurtrier et criminel. Si nécessaire, la nation turque devrait envisager d’entrer dans Damas. Si nécessaire, brûlons la Syrie, détruisons Idlib!"

Si ces documents ne sont pas suffisamment clairs et nets, nous proposons au ministre de la Justice et aux autres dirigeants de ce pays, deux sources riches d'informations sur les Loups gris, réalisées grâce au travail minutieux et objectif du chercheur Pierre-Yves Lambert.

On peut y trouver également beaucoup d’informations sur la participation des élu(e)s belges à des happenings loups gris et les visites réciproques entre la Turquie et la Belgique.

1) Suffrage Universel: Loups gris en Belgique
2) Loups gris et politique belge


Une page de Wikipédia sur Emir Kir



Une page bien documentée sur les Loups Gris en Belgique

En mai 2019, le candidat au Parlement flamand Yasin Gül, échevin ex-Groen à Heusden-Zolder, est exclu du CD&V après qu'une vidéo ait révélé ce qui avait déjà été dénoncé pendant la campagne électorale de 2018 pour les communales, à savoir son allégeance aux Loups gris. Les listes étant déjà clôturées, il ne peut en être retiré mais n'est pas élu, il recueille 9.194 voix[21].

Participation d'élu.es belges à des happenings loups gris

Régulièrement, des élu.es belges, pas seulement des binationaux turco-belges, des principaux partis assistent à des événements (rupture de jeûne, nevruz) organisés par des foyers idéalistes avec déploiement de bannières à l'image d'Alparslan Türkeş et avec les emblèmes facilement reconnaissables des Loups gris, voire avec élus MHP spécialement venus de Turquie.

Schaerbeek 10 novembre 2003: Nezahat Namli (à l'époque PRL), échevine à Saint-Josse, coorganise une rupture de jeûne avec l'organisation d'extrême droite Belçika türk koordinasyon kurulu (BTKK), où un ancien ministre MHP, Abdulkadir Cay, prend la parole, les personnalités politiques belges présentes sont nombreuses, à quelques mois d'élections régionales, Joëlle Milquet (présidente du cdH, députée fédérale), Clotilde Nyssens (sénatrice cdH), Brigitte Grouwels (ancienne ministre communautaire CD&V, députée régionale), Ergün Top (ancien candidat CD&V à Anvers en 1999 et 2000), Nebahat Acar (candidate CD&V en 1999, 2000 et 2003), Emir Kir (échevin PS à Saint-Josse), Pascal Smet (secrétaire d'Etat régional bruxelllois sp.a), Cemal Cavdarli (député fédéral sp.a), Sait Köse (échevin FDF à Schaerbeek), Belma Tek (candidate PRL en 2003, conseillère au cabinet du Ministre des Affaires étrangères), Hatice Ciftci (candidate PRL en 2003), Hüseyin Dönmez (candidat Agalev à la Chambre en 1999), Halis Kökten (conseiller communal ex-FDF à Saint-Josse)[22]

Marchienne-au-Pont octobre 2005: rupture du jeûne au local des "Loups Gris" (Marchienne Türk Kültür Ocağı), avec Mahmut Doğru (candidat MR non élu aux régionales de 2004, élu conseiller communal PS à Charleroi en 2006), Zeki Yaşar (conseiller provincial Ecolo du Hainaut passé au PS en novembre 2003, non réélu en 2006), Neslihan Beklevic (conseillère communale PS, ex-Ecolo, à Châtelet, réélue en 2006) et Neşe Açıkgöz (candidate cdH non élue aux régionales de 2004 et aux communales à Charleroi en 2006)[23]

Monceau-sur-Sambre mars 2006: Alison De Clercq (PS), députée fédérale, et Jean-Pierre De Clercq (PS), député provincial du Hainaut[24]

Beringen, décembre 2008: soirée politique des Loups gris en présence de Marino Keulen (Open VLD), ministre régional flamand de l'Intérieur[25]).

Marchienne-au-Pont, 2009: le député régional wallon Serdar Kiliç (PS) a financé une rupture du jeûne chez les Loups gris, avec pour argument qu'il tentait d'y propager l'idéologie socialiste[26] [27].

Schaerbeek, mai 2019: rupture de jeûne de la Fédération des Loups gris avec Belma Tek, conseillère communale (MR) à Evere et membre du cabinet du Premier Ministre Charles Michel et du conseiller communal (MR) d'Anderlecht Mustafa Ulusoy[28]

Texte complet:
wiki.suffrage-universel.be

La réponse du président du MR à notre message relatif à l'affaire Emir Kir

Nous avons reçu le message suivant de M. Georges-Louis BOUCHEZ, président du Mouvement Réformateur (MR), en réponse à  notre communiqué sur l'affaire Emir Kir et nous le remercions pour avoir précisé la prise de position de son parti sur cette affaire et en ce qui concerne l'influence du régime d'Ankara sur la communauté turque en Belgique.

"Bonjour,
 
"J’ai bien reçu votre message qui évoque notamment l’exclusion d’Emir Kir du Parti Socialiste.
 
"Il ne m’appartient pas de commenter les décisions prises par la commission de vigilance du PS bruxellois. Sachez cependant que le Mouvement Réformateur a toujours fait preuve d’une intransigeance totale à l’égard de l’extrême-droite ou des groupes radicaux. Le manque de clarté du PS vis-à-vis d’Emir Kir et de sa position sur le génocide arménien nous interpellait depuis longtemps. De notre côté, nous avons toujours été très clair et à la pointe sur ces thématiques de lutte contre le communautarisme.
 
"Les questions de vivre ensemble, de neutralité de l’Etat et d’intégration sont au cœur de la réflexion du projet libéral. Tant sur l’échec de l’intégration que sur les dangers du communautarisme, nous n’avons malheureusement pas été écoutés dans le passé par certains partis politiques. Le MR s’oppose aux revendications menées par des groupes, souvent minoritaires, visant la manifestation de leurs replis identitaires ainsi que le rejet public de leur appartenance au socle commun de valeurs.
 
"Je vous rappelle par ailleurs que la Turquie, qui était un candidat à l’adhésion à l’Union Européenne depuis 2005, ne remplit plus à nos yeux les critères pour continuer ce processus d’adhésion : un partenariat stratégique doit lui être proposé à la place d’une candidature d’Etat membre.  Nous souhaitons désormais baser notre relation sur un véritable partenariat stratégique basé sur la sécurité, l’économie, la mobilité. Nous pensons qu’il faut sortir de l’hypocrisie d’une perspective d’adhésion la Turquie. En effet, comme vous le soulignez dans votre courrier, la tendance vers la détérioration des libertés, des droits humains et de l’État de droit dans le pays ne s’est malheureusement pas inversée.
 
"Le MR est également vigilant pour ce qui concerne l’influence de la Turquie sur notre territoire. Les relations sont fortes entre la communauté turque en Belgique et le pays d’origine, ce qui peut mener à des dérives comme on l’a vu avec Emir "Kir.
 
"Bien à vous,


"Georges-Louis BOUCHEZ
"Président
"Mouvement Réformateur
"
 

A qui revient la prérogative de formation des imams en Belgique?

Le ministère belge de la Justice a annoncé dans un communique de presse du 31 janvier 2020 que la formation civile d'imams en néerlandais commence à la KULeuven en février 2020 et la même formation en français à l’UCLouvain à partir de l’année académique 2020-2021.

De leur côte quatre institutions islamiques rappellent dans un communiqué commun que "la formation des imams en Belgique n’est pas une question qui relève des pouvoirs publics ni même des universités. Cette prérogative revient à la communauté dans le cadre du principe de la liberté de culte."

Le communiqué est signé par les représentants des institutions suivantes: L’Exécutif des Musulmans de Belgique, L’Académie de Formations et de Recherches en Etudes Islamiques, Le Conseil de Coordination des Institutions Islamiques de Belgique et Le Conseil des Théologiens.

LE COMMUNIQUE DU MINISTERE DE LA JUSTICE

Outre une formation civile en néerlandais à la KU Leuven qui débute en février, une formation similaire en français sera également organisée à l’UCLouvain à partir de l’année académique 2020-2021.

La formation des imams comportera deux volets, l’un civil et l’autre théologique, organisés en parallèle.
La formation des imams comportera deux volets, l’un civil et l’autre théologique, organisés en parallèle.

Les autorités belges entendent se conformer aux recommandations de la Commission d’enquête parlementaire, instituée à la suite des attentats du 22 mars 2016. Une de ces recommandations était l’organisation d’une formation universitaire pour toute personne souhaitant devenir ministre du culte islamique. Pour pouvoir exercer cette profession, le candidat doit maîtriser une des langues nationales et être familiarisé avec les valeurs fondamentales de l'État belge et ses principes juridiques.

Dans ses deux volets, la formation s'adresse non seulement aux futurs imams, mais également aux ministres du culte islamique en général, conseillers islamiques, prédicateurs, théologiens, etc. Les étudiants intéressés peuvent, dès février, s'adresser à l’AFOR (l’Académie de formation et de recherche en études islamiques), ce qui permettra aux candidats de suivre une formation en Belgique.

L’UCLouvain organise le volet civil de cette formation sous la forme de deux certificats, ouverts à toutes personnes intéressées par le fait religieux ; le volet théologique est, quant à lui, entièrement dispensée par l’AFOR. Un accord a été conclu entre l’UCLouvain et l’AFOR portant sur le volet civil, lequel sera organisé et géré exclusivement par l’UCLouvain.

L’un des certificats d’université, intitulé « Religions et sociétés » (20 crédits), comportera notamment les enseignements suivants : introduction à la psychologie sociale, introduction à la sociologie religieuse, laïcités et sécularisations en Europe, citoyenneté et religion, histoire et actualité du binôme politique-religion.

L’autre certificat d’université, intitulé « Islam et vivre-ensemble » (20 crédits), a pour objectif principal l’acquisition d’une meilleure connaissance de la diversité de la société belge. Il portera sur les droits de l’homme, l’analyse du discours religieux sur Internet, l’histoire des conflits religieux, etc.

Le volet théologique est assuré par l’AFOR exclusivement. Il s’agit d’une Académie sous forme d’ASBL spécialement créée à cet effet qui se charge de la formation et de l’analyse dans le domaine des études islamiques. L’AFOR a été créée en étroite collaboration avec le gouvernement et l’EMB (Exécutif des Musulmans de Belgique).

Le Vice-Premier ministre, ministre de la Justice et des Affaires européennes Koen Geens : « Nous œuvrons de manière structurelle à une formation belge des ministres du culte islamique afin de restreindre toute influence étrangère. Il importe que nous sachions ce que nous étudions ».

L'EXTRAIT DU COMMUNIQUE DE 4 INSTITUTIONS ISLAMIQUES

L’actualité de ces derniers jours a fait resurgir la question de la formation des imams en Belgique et nous constatons avec regret que la répercussion dans la presse de certaines informations recueillies à ce sujet a provoqué une série de malentendu et de confusion. C’est pourquoi nous tenons à clarifier certaines informations qui ont fait l’objet d’une mauvaise interprétation.

Comme nous l’avons pu évoqué à plusieurs reprises dans le passé, la formation des imams en Belgique n’est pas une question qui relève des pouvoirs publics ni même des universités.

Cette prérogative revient à la communauté dans le cadre du principe de la liberté de culte. Il s’agit donc pleinement d’un projet de la communauté musulmane de Belgique et le fruit d’une coopération entre ses différentes institutions. Nous reconnaissons bien entendu l’implication du gouvernement fédéral comme partenaire facilitateur et par cette occasion, nous remercions vivement le Ministre de la Justice pour sa disponibilité et son encouragement dans la préparation de ce projet.



L'arrière-plan de l'affaire Emir Kir

Doğan Özgüden

La dernière affaire Emir Kir a suscité pas mal de commentaires dans les médias belges, non seulement sur l'exclusion du bourgmestre de Saint-Josse du Parti socialiste, mais également sur la mainmise du pouvoir d'Ankara sur les immigrés en provenance de Turquie.

J'avais déjà exposé mon point de vue sur ce sujet dans La Libre Belgique du 22 janvier 2020 sous le titre "Des élus belges captifs des autorités turques? Oui". (La Libre Belgique, Débats/Ripostes)

Quelques jours plus tard, Le Soir m'a envoyé une série de questions relatives à cette affaire. Bien que j'ai répondu à ces questions en rappelant plusieurs faits relatifs à la reconnaissance des droits politiques aux citoyens d'origine étrangère et à l'abus de ces droits par le régime répressif d'Ankara,
on a utilisé seulement une partie de mes réponses dans un reportage sur la communauté turque à Bruxelles publié dans Le Soir du 24 janvier 2020 .

Compte tenu du fait que les répercussions de cette affaire ne s’arrêteront pas d'au moins jusqu'aux élections prochaines, je partage ci-bas l'entièreté de mon interview non-publiée ainsi que la traduction en français des extraits de mon article sur l'affaire Emir Kir publié le 17 janvier 2020 par le journal numérique Artıgerçek.

L’Interview accordée au quotidien Le Soir

Q - Pour commencer, le cordon sanitaire est un principe qui ne semble pas trouver écho au sein d’une partie de la population turcophone de Bruxelles. Comment, vu d’ici, comprendre cela, au regard du paysage politique national en Turquie?

 
A - Le cordon sanitaire n’a pas le même sens dans des différents
pays et dans des époques différentes. Par exemple, en Turquie, le cordon sanitaire s’applique depuis des décennies contre la reconnaissance du génocide des Arméniens et contre les droits fondamentaux des peuples kurdes et des minotités chrétiennes. Pour les immigrés captifs des autorités turques, celui qui est imposé par Ankara est prioritaire. Alors qu’en Belgique la fréquentation ou le dialogue avec les partis d’extrême droite fait l’objet de cordon sanitaire, en Turquie le parti fasciste MHP est le partenaire principal de l'AKP, parti du président Erdogan. En plus, les députés de ce parti se trouvent dans la Commission parlementaire mixte UE-Turquie et sont souvent présents dans les réunions des associations des Loups gris en Belgique sans que les autorités belges ne les en empêchement.
 
Q - Dans le paysage bruxellois, on a à la fois des membres eu PS qui ne cachent pas leur soutien à l’AKP, et en même temps une élue MR qui se retrouve présidente du comité de soutien belge au CHP (Derya Bulduk). Comment comprendre que ce qui peut, à première vue, paraître comme une asymétrie illogique, puisse passer sans problème?
 

A - Non seulement un soutien à l’AKP et au CHP, il y a plusieurs élus turcs appartenant à différents partis belges donnent leur soutien au MHP et aux organisations des Loups gris. Dans les bulletins d’information d’Info-Türk, nous avons publié des centaines d’informations et des documents démontrant ces relations dangereuses, mais les partis politiques belges ou leurs représentants dans les assemblées, même au gouvernement, n’ont jamais réagi… Au contraire, ces élus ont toujours été placés dans les listes de candidats pour pouvoir obtenir la vote des électeurs d’origine turque.

Q - On parle beaucoup de l’influence de la Diyanet et de l’ambassade sur les populations sur la communauté belgo-turque. Est-ce possible de comprendre par quels moyens cette influence s’exerce? Est-ce qu’il est courant, même pour les belgo-trucs sécularisés, d’être en relation avec une association comme la Diyanet (notamment dans le cadre de la prise en charge des inhumations), et si oui, est-il possible de l’expliquer un peu plus en détail?
 
A - Les pouvoirs à Ankara ont toujours utilisé tous les moyens pour tenir sous contrôle les immigres économiques et pour empêcher la présence des opposants du régime dans le pays européens, notamment dans la capitale européenne. Par exemple, dans les années 70, malgré le fait que j’étais réfugié politique reconnu au Pays-Bas, sur l’intervention de l’ambassade turque, on m'a refusé d’obtenir un permis de séjour et de travail en Belgique pour empêcher les publications d’Info-Türk.

Mais le coup dur est arrivé après le coup d’état militaire de 1980. Tout d’abord, pour renforcer le lobby turc, la junte militaire a incité tous les immigrés turcs à se naturaliser bien qu’avant le passage à une nationalité étrangère était considérée comme une trahison à la patrie. Pendant que les immigrés turcs devenaient des citoyens ayant la double nationalité, pour pouvoir tenir sous contrôle les associations et les mosquées turques, la junte a ordonné la création de cette fondation islamique Diyanet sous l’autorité de l’Ambassade turque. En même temps, la junte a commencé à priver les opposants en exil de leur nationalité turque en confisquant leurs biens en Turquie. Sous la peur de perdre leurs biens qu’ils ont acheté en Turquie avec leur économie réalisée en travaillant des années dans les charbonnages ou les secteurs lourds, les immigrés turcs se sont vus obligés de rester éloignés des organisations démocratiques. Sous la bénédiction des consulats turcs sont nées plusieurs organisations nationalistes ou islamistes. La majorité des mosquées turques sont entrées sous l’autorité de la Diyanet. Quand les élections belges sont ont été octroyées aux citoyens d'origine étrangère, les candidats d’origine turque ont été convoqués à la Diyanet pour promettre, si élus, de servir le lobby turc, par exemple avec la revendication de la démolition du monument de génocide arménien de 1915 à Ixelles. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant de voir même des belgo-turcs sécularisés en relation avec la Diyanet.

Q - Les structures associatives de tout genre (associations de jeunes, entrepreneurs, médias, etc) , très développées au sein de la communauté belgo-turque, peuvent sembler vues de l’extérieur fonctionner de manière très polarisées (pro-pouvoir, pro-gülen, pro-kurdes, etc. ) Est-ce vraiment le cas? Y a-t-il à Bruxelles des "mondes" turcs qui ne se fréquentent pas ou presque pas?

 
A - Tout d’abord, il faut faire une précision… Les immigrés ou exilés en provenance de Turquie ne sont pas seulement d’origine turque. En dehors d'eux, il y a aussi ceux issus des diasporas arménien, assyrien et kurde… Chaque groupe de cette mosaïque est organisé dans les associations qui portent leurs revendications. D’ailleurs, les immigrés d’origine turque ne constituent pas un seul bloc… Bien que la majorité soit sunnite, il y a également une communauté alévite ouverte à la laïcité. Par exemple, aux élections turques, la moitié des électeurs de nationalité turque étaient absents aux urnes en signe de protestation et 30 % des participants ont voté pour les partis d’opposition. Malheureusement, les missions de l’Etat turc ne respectent pas cette diversité et provoquent souvent les immigrés captifs contre les associations des diasporas ou des opposants du régime. Des associations et commerces arménien, assyrien et kurde ont été plusieurs fois saccagés, et même incendiés  à Saint-Josse par les groupes turco-islamistes, notamment par les Loups gris du MHP.

Q - Le paysage médiatique turcophone de Belgique semble assez étoffé. Aujourd’hui, reflète-t-il  toute la diversité des opinions présente  au sein de la population belgo-turque? Considérez-vous que tous ces médias fournissent un véritable travail journalistique? Et ces journaux trouvent-ils un grand succès auprès de la communauté?
 
A - Il faut répondre à ces questions en tenant compte de l’évolution des médias depuis un demi-siècle. Quand je suis arrivé en Belgique, les émissions de la radio officielle turque TRT et les éditions européennes des quatre ou cinq quotidiens turcs pro-gouvernementaux étaient les seules sources d’information pour les immigrés turcs. En 1974 nous avons lancé à Bruxelles la publication des bulletins d’information et des livres aussi bien en turc que français. Une autre source fiable en turc étaient les émissions hebdomadaires de la RTB et la BRT. Les années suivantes, nous avons contribué également à la réalisation des journaux en turc de la FGTB et la CSC et des organisations démocratiques turques en Belgique et dans les pays voisins.

Après le coup d’état de 1980, le paysage médiatique a subi un changement important avec la multiplication des télévisons turque sous le contrôle de l’Etat que les immigrés pouvaient capter sans difficulté avec antennes paraboliques et suivre le lavage de cerveau pro-régime.

Ensuite, sont arrivés les médias numériques dont la grande majorité diffuse des informations ou commentaires favorables au lobby turc. Bien entendu, les diasporas et groupes d’opposition disposent eux aussi de plusieurs sites numériques.

A mon avis, aujourd’hui, les réseaux sociaux qui sont les médias les plus efficaces, une grande partie est favorable au régime d’Ankara et à son lobby en Belgique.

Durant les élections turques et belges, ils jouent un rôle indéniable dans la propagande des partis politiques ou candidats pro-gouvernementaux.

Q - Pour conclure, et de manière plus large, comment expliquer que le rapport des belgo-turcs  la politique nationale de leur pays d’origine semble générer autant de crispation chez nous,  un degré que l’on ne retrouve chez aucune autre  communauté vivant en Belgique (qu’il s’agisse des Français, des Marocains ou des Congolais, par exemple)?

 
Pour une simple raison, les dirigeants du régime turc, toute tendance confondue, prétendent que la République turque est la successeure légitime de l’Empire ottoman qui avait dominé pendant des siècles trois continents et est arrivé jusqu’à la porte de Vienne dans ses conquêtes au nom de la supériorité de la race turque et de l’Islam.

Ceux qui ne peuvent pas se sauver de la mainmise du régime d’Ankara rêvent que la Turquie redeviendra un jour le maître d’au moins dans les anciens territoires de l’Empire ottoman. D’où il y a un sentiment de supériorité qui les amène à privilégier des critères ou exigences d’Ankara par rapport aux critères démocratiques européens des pays d’accueil.

Un simple exemple… Dans l’affaire Emir Kir, la décision disciplinaire du PS à son égard est considérée comme un acte de racisme par les médias, organisations, élus de la communauté turque et ainsi que leurs alliés dans la politique belge.
 
Je termine avec un petit rappel. Malgré ses multiples actes et déclarations précédentes incompatibles avec le cordon sanitaire, Kir a récemment été sanctionné pour la visite de deux maires de MHP, alors que les députés et les maires de ce parti étaient accueillis dans plusieurs instances européennes et belges comme je viens d’évoquer au début de mes réponses. Cette sanction a provoqué inévitablement une réaction.

Mais, Emir Kir reste toujours le bourgmestre de Saint-Josse et libre de poursuivre ses activités politiques… Par contre en Turquie, depuis des années, il y a une chasse à l’homme contre les maires kurdes élus avec les votes parfois jusqu’à 80 pour-cent. La plupart de ces élus ont été chassés de leurs sièges et remplacés par des curateurs désignés par le gouvernement. En plus, comme les leaders du parti pro-kurde HDP, Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag et des dizaines de milliers d’opposants y compris journalistes, universitaires, artistes, la plupart de ces maires kurdes se trouvent dans les prisons d’Erdogan.

Je n’ai jamais entendu un seul mot d’Emir Kir ou d’autres élus d’origine turque en protestation contre cette violation des droits de l’Homme dans leur pays d’origine.

Un règlement de compte tragi-comique en Belgique


Doğan Özgüden, Artıgerçek, 17 janvier 2020

Il y a exactement 13 ans, alors que les médias internationaux et belges diffusaient les informations à propos de l'assassinat du journaliste arménien Hrant Dink devant les locaux de son journal Agos à Istanbul, Celalettin Cerrah, chef de la police d'Istanbul, a été accueilli par Emir Kir, alors ministre d'état d’origine turque du gouvernement régional de Bruxelles, dans son bureau, et a été honoré par la remise d'une plaquette de la Région bruxelloise. Lors de cette visite, était présent également
le directeur des renseignements de la police d'Istanbul Ahmet İlhan Güler. Cette rencontre était la fierté des nationalistes turcs et a été largement diffusée par les médias turcophones.

Il n'était pas facile de comprendre qu'un ministre chargé de la propreté, des monuments et des sites
de la région, et non de la sécurité et de l'ordre public, puisse accueillir un chef de la police étrangère d’une telle manière. Personne n'a été dérangée par une telle visite, ni au niveau gouvernemental ni dans l'administration du parti. A l'époque, les dirigeants du Parti socialiste étaient présents lors des réunions ou ruptures de jeûne organisées par les associations turco-islamiques afin d’obtenir les suffrages des électeurs d'origine turque. 

Encouragée par ce laissez-faire, l'amitié entre Emir Kir avec Celalettin Cerrah se poursuivra sans relâche, et ce, même lorsque les médias remettent en question la responsabilité de Celalettin Cerrah dans le meurtre de Hrant Dink.

Une dépêche de l'AFP d’Istanbul, datée du 6 février 2007, indiquait que lors de l'enquête sur le meurtre de Dink, une enquête préliminaire a été ouverte à l’encontre du chef de la police d'Istanbul Celalettin Cerrah
et le directeur des renseignements de la même police Ahmet İlhan Güler a été licencié. Cette nouvelle a été relayée également dans les médias belges.

Néanmoins, le ministre d'état de Bruxelles a participé à la célébration du 162e anniversaire de la création de la police d'Istanbul en avril de la même année en tant qu'invité d'honneur du chef de la police controversé Celalettin Cerrah. Durant la cérémonie, il a été également honoré par la remise d'une plaquette de la Police d'Istanbul.

Bien sûr, Emir Kir ne pouvait pas avoir de lien ni de près ni de loin avec le meurtre de Hrant Dink. Cependant, devenu très populaire dans la communauté turque en raison de son ascension rapide comme ministère d'état puis comme bourgmestre, il se trouvait toujours au premier plan de la négation du génocide des Arméniens. Il avait soutenu sans hésitation la campagne de l’Association de la pensée atatürkiste de Belgique (BADD) niant le génocide des Arméniens, demandant
la démolition du mémorial dédié à ce génocide à Ixelles et appelant les Turcs à "défendre leur patrie!".

Bien que le négationnisme de Kir ait été fortement critiqué par les organisations démocratiques, la ministre de la Justice
Laurette Onkelinx (PS) a déclaré à Ertuğrul Özkök (rédacteur en chef du quotidien Hürriyet) et Zeynel Lüle (représentant de ce quotidien en Belgique), que le Parti socialiste avait une confiance entière en Emir Kir et qu'il le soutiendrait toujours. (Hürriyet, 9 mars 2005).

La raison de ce soutien inconditionnel était d’obtenir les voix des électeurs d’origine turque présents dans les communes de Saint-Josse et de Schaerbeek. Pour ce faire, la ministre de la Justice Onkelinx, originaire de Liège, va jusqu’à s’installer à Schaerbeek pour obtenir ces voix avec l'ambition d’en devenir bourgmestre lors des élections communales de 2006. Elle a commencé à fréquenter toutes les associations turques sans que leur obédience au régime d'Ankara ne la dérange.

Cependant, le déni du génocide des Arméniens par Emir Kir a été confirmé par une décision du tribunal belge suite au procès qu’il a intenté contre le journaliste Mehmet Köksal et le chercheur Pierre-Yves Lambert. Ceux-ci avaient révélé dans leur site web d’importantes informations à son sujet. La 14e chambre du tribunal de première instance de Bruxelles a décidé le 28 octobre 2005 que les écrits étaient fondés, réels et a décidé de ne pas les poursuivre.

Au grand étonnement, dans une émission de radio du 21 décembre 2005, le sénateur Philippe Moureaux, chef de la région bruxelloise du Parti socialiste, s’est insurgé contre cette décision du tribunal. Il a vigoureusement pris la défense d’Emir Kir, affirmant qu’on ne peut reprocher à un enfant immigré turc des évènements survenus il y a 100 ans et en qualifiant les critiques de "racistes".

La candidate bourgmestre de Schaerbeek, Laurette Onkelinx,
accompagnée par Emir Kir, a participé le 20 juin 2006 à une réunion organisée par l’Association de la pensée atatürkiste de Belgique (BADD) juste avant les élections, durant laquelle elle a déclaré que le Parti socialiste était contre la proposition de loi déposée par le MR et le FDF pour la reconnaissance du génocide arménien.

"Il est du devoir des historiens et non des politiciens d'écrire l'Histoire… Personne n'a été témoin de l'évènement et personne n'a survécu pour en témoigner aujourd'hui… De plus, il n'y a pas de décision de justice internationale sur cet incident." Ces paroles ont été applaudies chaleureusement par les électeurs présents dans la salle.

Pourtant, en novembre 2006,
Emir Kir a été critiqué pour la première fois par son propre parti à cause de son soutien à la BADD qui demandait par une pétition le démantèlement du monument en mémoire du génocide des Arméniens à Ixelles. Alors qu'il était Secrétaire d'état chargé de la propreté et de la protection des monuments au sein du gouvernement régional de Bruxelles, Emir Kir avait cautionné une pétition demandant le démantélement du monument.

Le ministre président de la Région bruxelloise
Charles Picqué, dans une émission le 27 novembre 2006 à RTL-TVI, a souligné que le génocide des Arméniens était un fait et a invité Emir Kir à déclarer s'il avait signé un tel document. Lors de la réunion du Parlement Bruxellois du 8 décembre 2006, les députés ont forcé le ministre Emir Kir à faire une déclaration à ce sujet, et il a échappé au danger de perdre son siège en disant qu'il ne se souvenait pas avoir signé une telle pétition et qu'il avait déposé une plainte contre ceux qui l’accusaient de l'avoir signée.

Après avoir sauvé son siège, comme mentionné plus haut,
en tant que Ministre d’Etat belge, Emir Kir n'a pas hésité d'accueillir le 19 janvier 2007 le chef de la police d'Istanbul Celalettin Cerrah dans son cabinet ministériel à Bruxelles.

Par ailleurs, Emir Kir a participé à une réunion organisée par le ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gül, le 24 février 2007 à Ankara. Cette assemblée réunissait des élus turcs provenant d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, du Danemark et de Suède. L’ordre du jour: "Négation du génocide arménien".

Emir Kir, comme tous les Turcs ayant la double nationalité, était obligé de faire le service militaire dans l'Armée turque.
Selon la loi turque, à l'âge de 39 ans, tous les citoyens devaient faire leur service militaire d’une durée de 16 mois. Pourtant, la loi prévoit une exemption pour les ressortissants vivant à l'étranger. Moyennant le paiement d’une somme de 5112 euros, ils pouvaient faire un service militaire de 21 jours de service dans une caserne à la province de Burdur. A défaut, il était échu de la nationalité turque.

Comme chaque année, Emir Kir passait ses congés annuels en Turquie... Mais en été 2007, qu'est-ce qu'il a fait en Turquie? Un mystère. A-t-il presté ses 21 jours de service militaire à Burdur? Selon une dépêche du site d'information Parlement Turc en date du 16 août, le ministre turc des Affaires étrangères de l'époque, Abdullah Gül, avait déclaré qu’Emir Kir en a été exempté moyennant la propagande en faveur de l'AKP.

Bien qu'il ait fait son service militaire, non pas dans l'armée belge, mais dans l'armée turque, bien qu’une ordonnance d’un tribunal belge lui ai donné tort, le ministre d'état Emir Kir restait toujours une personne à honorer par le Parti socialiste, et ce dans un but électoral, au point de recevoir le 16 juillet 2009, du Roi, le titre de Commandant au service de la Couronne.

A travers un communiqué, le Comité des Arméniens de Belgique a critiqué le fait d’avoir honoré par ce titre une personne condamnée par un tribunal pour négation de génocide.

Néanmoins, Emir Kir, l’étoile de la politique belge continue à briller.

En tant que secrétaire d’Etat,
il a financé l’Association Turkish Lady, qui a récompensé les femmes portant le hijab dans une cérémonie en la présence de Philippe Moureaux et Laurette Onkelinx. Le lendemain sont publiés les photos de cette cérémonie montrant Emir Kir et Laurette Onkelinx danser au rythme d'une chanson anatolienne.

Avec le soutien de la direction du Parti socialiste, Emir Kir s’est emparé de la commune de Saint-Josse après les élections communales de 2012.

Selon un accord préélectoral, Jean Demannez, ancien bourgmestre de la commune, resterait en fonction trois ans de plus après cette élection, quel que soit le pourcentage de voix, puis céderait le majorat à Emir Kir. Cependant, Emir Kir, qui a remporté le plus grand nombre de votes de préférence grâce aux électeurs turcs lors de ces élections, a pris d'assaut la commune avec ses supporters et a pris possession du siège de la commune sous les applaudissements en forçant Demannez à se retirer. Face à cette opération, Demannez a
qualifié Emir Kir de "menteur, tyran et hypocrite" dans une déclaration au quotidien La Libre Belgique du 16 octobre 2012.

Lors des élections législatives de 2014, les candidats turcs, en particulier les candidats au Parti socialiste, sont entrés au Parlement régional de Bruxelles grâce aux votes reéus des électeurs d'origine turque et suite à une campagne de propagande avec des tracts et affiches en langue turque. Emir Kir a également été élu député au Parlement fédéral à Bruxelles tout en conservant le titre de bourgmestre. Sur les 18.536 voix prises par Kir lors de cette élection, 9 068, soit 48,92 %, provenaient des communes de Saint-Josse et Schaerbeek, où les électeurs turcs étaient nombreux.

D'une part, Emir Kir avait renforcé son pouvoir avec le soutien des médias et des hommes d'affaires turcs à Saint-Josse, où il était bourgmestre, et d’autre part, il n’a pas perdu de temps pour agir au Parlement fédéral selon les souhaits du gouvernement AKP et du lobby turc.

Lors de la session de l'Assemblée fédérale, composée de 150 membres, le 30 avril 2015, une minute de silence a été observée aux victimes du génocide arménien de 1915. Emir Kir y était absent.

Le 23 Juillet 2015, lorsque le Parlement fédéral a dû se prononcer à propos de la reconnaissance du génocide arménien, le lobby turc a fait pression afin qu’il soit mentionné que la République turque n’est pas responsable des faits qui se sont déroulés durant l’empire Ottoman. C’est à cette condition qu’Emir Kir a voté le texte.

Emir Kir a continué à agir selon les directives de l’AKP. Non seulement à propos du génocide des Arméniens, mais aussi à propos de la cause kurde.

Fin 2016, il a dénoncé les activités kurdes qui se déroulent à Bruxelles. Il a comparé le mouvement national kurde à DAESH, de sorte que le président du Parti socialiste Elio Di Rupo a explicitement critiqué à la télévision RTBF les propos d'Emir Kir, et ce, pour la première fois.

Ayant paniqué face à ces critiques, les amis d'Emir Kir dans les médias turcs sont intervenus pour sauver leur "reis". Ils ont mené une campagne de calomnie contre les organisations démocratiques qui le critiquaient. Je faisais partie de leurs cibles. Voici ce qu’on pouvait y lire : "Les défenseurs d’organisations terroristes et les séparatistes œuvrent aux frontières de la commune de Saint-Josse. Le fondateur d’Info-Türk, un ancien fusil de gauche est à la tête de ces organisations et il a mis Emir Kir dans son collimateur".

En mars 2017, lors du référendum en Turquie, afin d'accroître les pouvoirs présidentiels d'Erdogan, Emir Kir a tout mis en œuvre pour favoriser la propagande d'Erdogan au point de mettre une salle de sa commune à la disposition de Taner Yildiz, un des dirigeants de l’AKP.

Grâce aux efforts d’Emir Kir et d'autres élus au service du lobby turc, les électeurs turcs résidant en Belgique ont soutenu Erdogan et son alliance présidentielle formée par l'AKP et le MHP (parti d’extrême droite) à 70 % des voix.

Ayant renforcé sa popularité dans la communauté turque avec son soutien à l'Alliance présidentielle, Emir Kir a été réélu
député lors des élections législatives belges en mai 2019. A côte de lui, quatre autres candidats turcs sur la liste du Parti socialiste ont été élus au Parlement régional de Bruxelles.

Un des sites d'information turcs en Belgique donnait ce résultat avec le titre "Le commandant en chef Emir Kir et ses généraux ont gagné l'élection victorieusement".

Cependant, quand le "commandant en chef" Emir Kir a reçu récemment une délégation de maires turcs, dont deux du MHP, dans son bureau de bourgmestre il y a quelque temps, il a été éjecté du Parti socialiste.

Quand certains membres du Parti socialiste demandent qu’Emir Kir soit expulsé parce qu'il a accueilli des fascistes turcs, pour éviter son expulsion, Emir Kir a dû regretter son geste. Mais il n'a pas réussi à calmer ses opposants.

Dans son article
du 15 janvier 2020, le journaliste à la RTBF Bertrand Henne soulève le fait qu’Emir Kir n’a pas dit un seul mot à propos de ses relations avec le MHP, parti d’extrême droite, et le passé criminel de ce parti. Il s’interroge quant à savoir si le Parti socialiste pardonnera cet oubli.

Dans son article dans
La Libre Belgique du 16 janvier 2020, le journaliste Claude Demelenne a décrit la déclaration de Kir comme étant une mascarade. Il accuse les responsables du Parti socialiste de mener une politique de l’autruche.

L’hebdomadaire Le Vif a soulevé le fait que les détenteurs de la double nationalité-turco belge sont plus proches à la Turquie qu'à la Belgique.

Un exemple: le cas de Mahinur Ozdemir, qui avait été éjectée par le CDH
à cause de son opposition  à la reconnaissance du génocide des Arméniens, vient d'être nommée Ambassadrice turque en Algérie par le gouvernement de Tayyip Erdogan. La question qui a été posée fut "Peut-on servir à la fois deux maîtres?".

Après l'éjection d'Emir Kir par la Commission de vigilance du PS bruxellois, quelle sera la prise de position du Parti socialiste par rapport aux autres élus
qui se disent socialistes, mais sont toujours défenseurs du régime d'Ankara, nient le génocide des Arméniens et assimilent le mouvement national kurde à Daesh.

Un ultime point à souligner... Après avoir été exclue du cdH, le titre d’ambassadrice de Turquie en Algérie a été attribué à Mahinur Ozdemir, dont Erdogan fut le témoin de mariage il y a 10 ans. Après son éjection du Parti socialiste, Emir Kir sera-t-il désigné par Erdogan comme ambassadeur turc en Belgique?

Attendons… Et voyons…



 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications