flashfondationeditorsbulletinspublications

INFO-TURK

A non-government information center on Turkey

Un centre d'information non-gouvernemental sur la Turquie

45th Year / 45e Année
  Mars
2019 March
N° 487
53 rue de Pavie - 1000 Bruxelles
Tél: (32-2) 215 35 76 - Fax: (32-2) 588 69 73
Chief Editor /Rédacteur en chef: 
Dogan Ozgüden

Responsible editor/Editrice responsable:

Inci Tugsavul
Human Rights
Pressures on  media
Kurdish Question
Minorities
Interior politics
Armed Forces
Religious affairs
Socio-economics
Turkey-Europe
Turkey-USA
Regional Relations
Cyprus and Greece
Migration

Site searchWeb search

powered by FreeFind



Yarım asırlık sürgün (1)
Doğan Özgüden, 1960’lı yılların efsanevi genel yayın yönetmeni, gazetecisi. Ant dergisinin ve Ant Yayınları’nın kurucusu… Kimsenin pek konuşmadığı dönemlerde Kürt konusunda tavrını çok net ortaya koymuş bir gazeteci. Türk ordusunu ilk onlar teşhir etti. Farklı ülkelerdeki ulusal kurtuluş mücadelelerini anlatan kitapları ilk onlar bastı. Hakkında 300 yıla yakın hapis cezası istenen Doğan Özgüden ve eşi İnci Tuğsavul’u yarım asırdır sürgündeler. ‘Türkiye’yi bir kez daha görebileceğimi sanmıyorum. Herhalde gurbeti içimde taşıyarak kopacağım bu dünyadan’ diyen Doğan Özgüden ve İnci Tuğsavul ile konuştuk. Söyleşimiz iki gün sürecek.

Yarım asırlık sürgün (2)

Bir kadın için sürgün ne demektir?


İnci Tuğsavul, 25 yaşından beri Doğan Özgüden ile birlikte. Önce birlikte Ant Dergisini kurdular. Akşam, Demokratik Direniş, İnfo-Türk, Güneş Atölyeleri ve Demokrasi İçin Birlik mücadelelerinde sorumluluk üstlendi. ‘’Türkiye’den kopmak zorunda bırakıldığımız 11 Mayıs 1971 günü hayatımda hep acıyla anımsadığım bir gündü’’ diyor ve sonra ekliyor: ‘’Ama 12 Mayıs bizim için kavganın yeni bir boyutunun başladığı gündü, üstelik pek de tanımadığımız topraklarda.’’ Sürgünde sığınmak zorunda kaldığı bodrumlarda Türkiye’den gelen işkence belgelerini çevirirken hüngür hüngür ağladığını söylüyor.

Titres des évènements du mois
Titles of this month's events


Droits de l'Homme / Human Rights


18 Lawyers Sentenced to Prison for 159 Years, 1 Month, 30 Days in Total
Prison à vie pour des enquêteurs à l'origine d'un scandale de corruption
Berkin Elvan Commemorated in 5th Year of His Death

La police fait usage de gaz lacrymogène contre une manifestation de femmes
Attack in Ege University: Students Battered, Detained by Police
Turkey Ranks Worse in Rule of Law Index


Pression sur les médias / Pressure on the Media

Academics Sentenced to prison up to 2 Years

La justice bloque près de 3000 articles en un an en Turquie
ECtHR: Systematic Lawsuits Against Journalists Aim to Cause Fear
Des activistes appellent à libérer le mécène Kavala
Deux journalistes allemands forcés de quitter la Turquie faute d'accréditation

Khashoggi: appel de 36 pays devant l'ONU pour une enquête
Women Journalists are Subjected to Violence’
Le procès du mécène Osman Kavala fixé au 24 juin
Statement on ‘Gezi Indictment’ by Taksim Solidarity
Gezi Indictment Against 16 People Including Kavala Accepted
Court of Appeal Upholds First Prison Sentence of an Academic for Peace
Germany Denounces Turkey for Not Extending Accreditations

Des ONG appellent à libérer le mécène Osman Kavala
42-page indictment against writer Fikret Başkaya
Önderoğlu, Nesin and Korur-Fincancı Demanded to Be Penalized
Une journaliste kurde soutenue par Banksy sort de prison


Kurdish Question / Question kurde

Le HDP fait campagne à l'ombre des menaces d'Erdogan
La justice belge en cassation contre une décision sur le PKK
Investigation Against HDP Co-Chair Sezai Temelli for ‘Terror Propaganda'
Tensions après le suicide d'un détenu kurde gréviste de la faim
Ankara convoque l'ambassadeur belge après une décision de justice sur le PKK

La décision de la justice belge: Le PKK n'est pas une organisation terroriste
Diyarbakir, faire campagne pour des quartiers fantômes

Minorités / Minorities

For Years, We Listen Over and Over Again How Hrant Dink Was Murdered’

Armenian Patriarch of Turkey Mesrob Mutafyan Loses His Life
Syriac Associations Federation: Syriac Genocide Should be Recognized Too


Politique intérieure/Interior Politics

Micro en main, Erdogan se fait crooner pour charmer les électeurs

Turquie: qu'attendre des élections locales ?
Women’s Coalition: Only 652 of 8,263 Mayor Candidates are Women

Erdogan porte plainte contre une opposante pour "insulte au président"
Un jeune homonyme d'Erdogan rêve de conquêtes politiques

Forces armées/Armed Forces

Mandats d'arrêt contre 100 militaires pour liens présumés avec Gülen

Affaires religieuses / Religious Affairs
 

Nouvelle-Zélande: le tireur a séjourné en Turquie, Ankara enquête

L'attentat de Christchurch, signe de la "hausse de l'islamophobie" pour Erdogan
Erdogan accuse des manifestants de ne pas respecter l'appel à la prière


Socio-économique / Socio-economic

Thousands of Animals Tormented, Only 572 People Fined
Erdogan contrarié par l'économie à l'approche des élections locales
La Turquie en récession pour la première fois depuis 2009

Flormar Workers' Resistance Ends
Men Kill 23 Women in January
Lawsuit Against 6 Participants of 2018 İstanbul LGBTI+ Pride Parade


Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations


Le Premier ministre australien déplore les propos "ignobles" d'Erdogan

Le président tchèque Zeman s'attire les foudres de la Turquie
L'UE et la Turquie tentent de renouer le dialogue après quatre ans de brouille
EP: Negotiations With Turkey Shall be Suspended

La Turquie ne peut pas être membre de l'UE, dit Manfred Weber
Victoire devant la CEDH pour les proches d'un opposant à Erdogan

Strasbourg: une quarantaine de militants kurdes interpellés

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Pentagon: "Graves conséquences" pour la Turquie si elle achète les S-400 russes

Trump prive l'Inde et la Turquie d'accords commerciaux préférentiels


Relations régionales / Regional Relations

Les Kurdes dénoncent les propos "menaçants" de Damas
L'Iran dément participer à l'opération turque contre des rebelles kurdes
Nouvelle passe d'armes entre Erdogan et Netanyahu

Soudan: un navire militaire turc accoste pour sécuriser la mer Rouge
La Turquie et la Russie lancent des patrouilles à Idleb
La Turquie espère une opération conjointe avec l'Iran contre le PKK

L'Egypte fustige la "haine" d'Erdogan après des critiques
Erdogan s'en prend à l'UE au sujet de l'Egypte

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

A Chypre, un "match de la paix" entre communautés grecque et turque


Immigration / Migration

Fusillade à Utrecht: Un suspect originaire de Turquie





Droits de l'Homme / Human Rights

18 Lawyers Sentenced to Prison for 159 Years, 1 Month, 30 Days in Total

The third sequential hearings of the case of the lawyers from the Contemporary Lawyers' Association (ÇHD) and People's Law Bureau (HHB) have been held at the İstanbul 37th Heavy Penal Court in Silivri Courthouse.

In the trial of the 20 lawyers, with six of them being under arrest, the three hearings of the sequential hearings were held between March 18 and March 20.

The court has announced its verdict without taking the lawyers' defenses as to the accusations.
"No more subjects to examine"

When announcing the court's verdict, the presiding judge said, "As there are no more subjects to evaluate, the open trial has been ended."

Ahmet Mandacı, Zehra Özdemir, Ayşegül Çağatay, Yağmur Ereren, Didem Baydar Ünsal, Yaprak Türkmen, some of the lawyers who were being tried without arrest, have been sentenced for "willingly and knowingly aiding a terrorist organization," upon the Articles 314-3 and 227-2 of the Turkish Penal Code.

The court reduced the sentences Mandacı and Özdemir by one-sixth because the two defendants were present at the hearings, sentencing them to 2 years, 13 months and 15 days in prison. The period when they were held arrested will be deducted from their prison terms. The court also lifted the lawyers' bans from traveling abroad.

Çağatay, Ereren, Ünsal and Türkmen have been sentenced to prison for 3 years and 9 months. The court did not reduce their sentences.

The court has also ruled that two fugitive defendants Oya Aslan and Günay Dağ's case shall be separated and stay open as their defenses have not been taken yet.
"Membership of a terrorist organization"

All other defendants have been sentenced to "membership of a terrorist organization" as per Article 314-2 of the Turkish Penal code.

Lawyer Barkın Timtik has been sentenced for "founding and managing a terrorist organization" upon the article 314-1 of the Turkish Penal Code.

All others have been sentenced for "membership of a terrorist organization" upon Article 314-2 of the Turkish Penal Code.

The following verdicts have been given on the defendants:

    Özgür Yılmaz: 13 years and 6 months in prison and arrest warrant,
    Ebru Timtik: 13 years and 6 months in prison and arrest warrant,
    Behiç Aşçı: 12 years in prison and the continuation of his arrest,
    Şükriye Erden: 12 years in prison and arrest warrant,
    Selçuk Kozağaçlı: 10 years and 15 months in prison and the continuation of his arrest,
    Engin Gökoğlu: 10 years and 6 months in prison and the continuation of his arrest,
    Aytaç Ünsal: 10 years and 6 months in prison and the continuation of his arrest,
    Süleyman Gökten: 10 years and 6 months in prison and arrest warrant,
    Aycan Çiçek: 9 years in prison and the continuation of her arrest,
    Naciye Demir: 9 years in prison and arrest warrant,
    Ezgi Çakır: 8 months in prison. Because Çakır has a small child and her spouse is a fugitive defendant, a house arrest has been given for her.

Verdict without defense statements

Today's hearing began at 10.30 p.m., with more than 100 gendarmerie officers, relatives of the defendants, journalists and two undetained defendants being present at the court hall.

The court requested their defenses as to the accusations from Ahmet Mandacı and Zehra Özdemir. Both stated that they want to raise defendants when their lawyers are with them.

Mandacı said that his wife is his attorney and she has a report that says she is at the hospital because of giving birth.

Özdemir said that there is a restriction order on the case, hence her attorney Bahattain Özdemir cannot raise a defense at this point.

Other defendants and their attorneys were not present at the court hall.

The presiding judge, after asking the two defendants their last words, pronounced its interim verdict and gave a break until 12 p.m. before announcing the verdict.
No response to recusation request

In yesterday's hearing, the court asked the defendants to prepare their defenses as to the accusations. But the defendants did not raise a defense stating that the case has not come to the defense phase and that their requests have not been evaluated. The defendants demanded the recusation of the judge.

The court rejected the recusation demand and ended yesterday's hearing, stating that defenses would be raised today.

The defendants' lawyers brought their recusation demand to the upper court. The İstanbul 1st Heavy Penal Court has not made a ruling on the application yet.

Lawyers are on a hunger strike

Of the arrested defendants, Selçuk Kozağaçlı, Engin Gökoğlu, Barkın Timtik, Aycan Çiçek, Aytaç Ünsal and Behiç Aşçı and the defendants who were being tried without arrest did not attend today's hearing.

Kozağaçlı, Gökoğlu, Çiçek, Ünsal and Alçı have been on a hunger strike for 56 days to draw attention to the unlawfulness in the trial.
(BIA, 20 March 2019)

Prison à vie pour des enquêteurs à l'origine d'un scandale de corruption

Un tribunal turc a condamné lundi à la prison à vie d'anciens policiers à l'origine d'un retentissant scandale de corruption en 2013 visant la garde rapprochée de l'actuel président Recep Tayyip Erdogan, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

Au total, 15 personnes, dont au moins quatre ex-chefs de la police, ont été condamnés à la prison à perpétuité après avoir été reconnus coupables de "tentative de renversement du gouvernement", a indiqué Anadolu.

Certains des accusés ont par ailleurs été reconnus coupables d'"appartenance à une organisation terroriste armée" dans ce procès où près de 70 personnes étaient jugées pour leur implication présumée dans ce scandale de corruption ayant éclaté en décembre 2013.

Cette affaire, qui a ébranlé le pouvoir de M. Erdogan, alors chef du gouvernement, visait plusieurs ministres et proches du dirigeant turc accusés d'avoir touché des pots-de-vin ou de malversations. Plusieurs ministres proches de M. Erdogan avaient alors démissionné.

Mais le scandale a été rapidement étouffé et des centaines de policiers et magistrats liés à l'enquête ont été arrêtés ou mutés.

Rejetant les accusations, M. Erdogan a mis cette affaire sur le compte d'un "complot" du prédicateur Fethullah Gülen, un ancien allié qui est devenu sa bête noire.

Ce dernier, qui réside aux Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, est également accusé par Ankara d'avoir ourdi une tentative de coup d'Etat en juillet 2016. Il nie ces accusations.

Les autorités turques et les médias contrôlés par le pouvoir décrivent aujourd'hui le scandale de corruption en 2013 comme une "tentative de coup d'Etat judiciaire" préfigurant la tentative de putsch en 2016.

Ankara accuse les partisans de M. Gülen d'avoir patiemment infiltré les institutions turques, dont la justice, la police et l'enseignement, pour mettre en place un "Etat parallèle".

Après la tentative de putsch en 2016, les autorités turques ont lancé des purges d'une ampleur sans précédent contre les partisans présumés de M. Gülen, mais aussi des opposants kurdes et des journalistes, arrêtant des dizaines de milliers de personnes.
(AFP, 18 mars 2019)

Berkin Elvan Commemorated in 5th Year of His Death


It has been five years since Berkin Elvan, who was shot with a tear gas canister during Gezi Park protests, lost his life at the age of 15. Elvan was commemorated at his grave in Feriköy Cemetery today (March 11).

The family of Elvan and Taksim Solidarity previously released a statement of invitation and said, "It has been five full years since we have lost our Berkin, the child of hope. As the family of Berkin Elvan and Taksim Solidarity, we are commemorating our Berkin in the Feriköy Cemetery at 2 p.m. today."

The commemoration was attended by the Elvan family, members of Taksim Solidarity, İstanbul MPs of the main opposition Republican People's Party (CHP) Sezgin Tanrıkulu and Ali Şeker, CHP Party Assembly member Erdal Aksünger and Peoples' Democratic Party (HDP) İstanbul MP Musa Piroğlu.

Gülsüm Elvan, the mother of Berkin Elvan, kissed the gravestone of his son and laid flowers on it. The ceremony started with a moment of silence.

Speaking after the moment of silence, father Sami Elvan said,

"My child and other children like him have lost their bodies for that cause. It has been six years since Berkin Elvan was shot and we are commemorating his fifth year today. My son is alive, I am absolutely sure of that. Because his memories don't go out of my mind. If he was not alive, we would forget him, these people would forget him as well.

"Gezi was a people, it was bread, water and justice. Whatever you look for, it was there. My child and others like him have lost their bodies for that cause. I am making a call to whole Turkey here. Berkin Elvan is not only a child of mine, he is a child of us all."

Mısra Öz Sel, the mother of Oğuz Arda Sel, who died in train derailment in Çorlu at the age of nine, also attended the commemoration with daisies in her hands. Two women offered their condolences to each other by hugging.
(BIA, 11 March 2019)

La police fait usage de gaz lacrymogène contre une manifestation de femmes

La police turque a tiré vendredi des gaz lacrymogènes contre une manifestation de milliers de personnes rassemblées en dépit d'une interdiction dans le centre d'Istanbul pour la Journée internationale pour les droits des femmes.

La police a également repoussé la manifestation a l'entrée de l'avenue Istiklal, la principale rue piétonnière et commerçante d'Istanbul, selon un journaliste de l'AFP.

Les policiers ont dispersé la foule en tirant des grenades lacrymogènes et se sont ensuite dirigés avec des chiens vers les manifestantes, dont beaucoup ont fui par les rues adjacentes.

Avant l'heure prévue pour cette marche, la police avait annoncé qu'elle n'autoriserait aucune manifestion sur l'avenue Istiklal, et que ceux qui tenteraient de manifester seraient repoussés.

Une manifestation similaire s'était déroulée dans le calme l'an dernier.

La police était présente en force, y compris avec des policières, et avait érigé des barrières métalliques autour de la place Taksim, où de nombreuses boutiques avaient fermé.

"Regardez ça, c'est malheureusement la vérité: il y a un système, un Etat qui a peur de nous", a déclaré à l'AFP une femme nommée Ulker.

Plus tard, quelques milliers de femmes ont finalement été autorisées à occuper une petite partie de l'avenue, avec des pancartes proclamant "Les féministes en révolte contre la violence masculine et la pauvreté", et "Je suis née libre et je vivrai en liberté".

Certaines des manitestantes, portant masques et perruques colorées, chantaient des slogans comme "Nous ne nous taisons pas, nous n'avons pas peur, nous n'obéissons pas".

"En Turquie, la violence envers les femmes est très répandue, le gouvernement ne fait rien pour y mettre fin", expliquait une manifestante. "Tout ce que nous pouvons faire c'est venir ici et faire entendre notre voix".

Les militantes des droits des fammes accusent le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan de ne pas lutter assez contre les violences faites aux femmes.

En 2018, 440 femmes ont été tuées, victimes de meurtres sexistes, contre 210 en 2012, selon une association de
défense intitulée "Nous ferons cesser le féminicide".

D'autres manifestations de femmes ont eu lieu à Ankara, rassemblant quelques centaines de personnes avec une présence policière discrète. 
(AFP, 8  mars 2019)

Attack in Ege University: Students Battered, Detained by Police

Police officers and private security guards have attacked a group of students who wanted to hold an event in the Bornova Campus of Ege University in İzmir on the occasion of March 8 International Women's Day.

Gathering in front of the dining hall of the university, seven students, five of whom were women, have been taken into custody.

It has been reported that the detained students have been referred to the Anti-Terror Department of the İzmir Security Directorate.

Emek Kılınç, one of the students detained by the police, has shared the moments of attack on her social media account:

In her Twitter post, Kılıç has said, "While we were trying to hold a March 8 event at Ege University, we were taken into custody by the head and ears as 7 women, 1 LGBTI and 1 man."

Another student has also written on Twitter, "Women who tried to hold a March 8 protest were detained."

The following students have been taken into custody: Emek Kılınç, Alev Özkiraz, Pınar Usta, Ezgi Yılmaz, Tuana Uğuz, Hivda Selen and two other male students.
(BIA, March 8, 2019)

Turkey Ranks Worse in Rule of Law Index

The Rule of Law Index 2019 was released by the World Justice Project (WJP) on March 1. The index has shown that Turkey has ranked 109th among 126 countries in terms of rule of law.

According to the index, which has also geographically categorized the countries, Turkey has ranked the last among 13 countries in the group of Eastern European and Central Asian countries.

When the categorization in terms of income group is considered, Turkey has ranked only better than Venezuela among 38 countries in the category of upper-middle income countries.
Denmark, Norway, Finland

The index was prepared by 123 thousand 800 researchers from 126 countries, including 3 thousand 800 experts. The top three countries in the 201-page index are Denmark, Norway and Finland.
Turkey ranks 122nd in 'Fundamental Rights'

The rankings of Turkey according to other countries are as follows:

* 123rd in "Constraints on Government Powers"

* 57th in "Absence of Corruption"

* 94th in "Open Government"

* 122nd in "Fundamental Rights"

* 96th in "Order and Security"

* 106th in "Regulatory Enforcement"

* 96th in "Civil Justice"
Turkey ranked 101st last year

The WJP has been releasing the "Rule of Law Index" since 2008.

As part of the project, the rule of law in given countries is evaluated according to eight main criteria, namely constraints on government powers, absence of corruption, open government, fundamental rights, order and security, regulatory enforcement, civil justice and administrative sanctions.

While Turkey ranked 101st among 113 countries in 2018, it ranked 99th in 2017.
(BIA, March 4, 2019)

Pression sur les médias / Pressure on the Media

Academics Sentenced to prison up to 2 Years

Trial of academics, who have been charged with "propagandizing for a terrorist organization" for having signed the declaration entitled "We will not be a party to this crime" prepared by the Academics for Peace, continued in İstanbul Çağlayan Courthouse today (March 20).

15 academics had their hearings at two different courts:

At the İstanbul 27th Heavy Penal Court: Assoc. Prof. Baki Tezcan from the University of California, PhD student Taylan Şahan Tarhan from the Mimar Sinan University of Fine Arts (MSGSÜ) and Assoc. Prof. Nevin Zeynep Yelçe and Prof. Dr. İlker Birbil from Sabancı University had their third hearings; Dr. Lecturer Tuna Kuyucu from Boğaziçi University had his fourth hearing; Dr. Lecturer Özlem Albayrak, retired Prof. Dr. Baskın Oran and Prof. Dr. Ahmet Haşim Köse from Ankara University and Dr. Lecturer Gözde Özdikmenli from Muğla Sıtkı Koçman University had their first hearings; Assoc. Prof. Gül Köksal and Dr. Lecturer Rauf Kesici from Kocaeli University had their second hearings; Dr. Melike Acar and Lecturer Ayşegün Soysal from Boğaziçi University had their fifth hearings.

At the İstanbul 26th Heavy Penal Court: Lecturer Mehtap Tosun from the Middle East Technical University (METU) and Assoc. Prof. İlknur Yüksel from Hacettepe University had their first hearings.

Deferred prison sentence of 15 months for 3 academics

Having their final hearings at the İstanbul 27th Heavy Penal Court, Taylan Şahan Tarhan, Tuna Kuyucu and İlker Birbil have been sentenced to 15 months in prison on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article 7/2 of the Anti-Terror Law (TMK).

The announcement of all three verdicts has been deferred.*
Academic sentenced to 2 years, 6 months in prison

Having her final hearing at the same court, Nevin Zeynep Yelçe has been sentenced to 2 years and 6 months in prison on the same charge. Written in the minutes of the hearing, the verdict of Yelçe was separated from the others with the statement "gravity of the malice."

The prison sentence given to the academic has not been deferred. It will be taken to the Court of Appeal, which will either uphold or reverse it.


Deferred Prison Sentence of 1 Year, 3 Months for 2 Academics

Trial of academics, who have been charged with "propagandizing for a terrorist organization" for having signed the declaration entitled "We will not be a party to this crime" prepared by the Academics for Peace, continued in İstanbul Çağlayan Courthouse today (March 19).

Five academics had their hearings at four different courts:

At the İstanbul 14th Heavy Penal Court: PhD student Nevim Borçin from Boğaziçi University

At the İstanbul 24th Heavy Penal Court: Prof. Dr. Veli Deniz and Assoc. Prof. Burcu Yakut-Çakar from Kocaeli University

At the İstanbul 26th Heavy Penal Court: Dr. Lecturer Bayram Güneş from Munzur University

At the İstanbul 36th Heavy Penal Court: Dr. Lecturer Canay Şahin from Yıldız Technical University (YTÜ)
2 academics sentenced to 15 months in prison

Having their final hearings at the İstanbul 14th and 36th Heavy Penal Courts, Nevim Borçin and Canay Şahin have been sentenced to 1 year and 3 months in prison on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article 7/2 of the Anti-Terror Law (TMK).

The announcement of both verdicts has been deferred.*
Rejection of venue for 3 academics

In the hearings held at the İstanbul 24th and 26th Heavy Penal Courts, the court boards have given a verdict of rejection of venue for the academics Veli Deniz, Burcu Yakut-Çakar and Bayram Güneş.

The courts have ruled that the case files of the three academics shall be sent to the provinces where they are on duty.
(BIA, 19 March 2019)

About the Trials of Academics

On January 10, 2016, 1,128 academics published a declaration entitled "We will not be party to this crime" on behalf of the Academics for Peace initiative.

With the participation of further academics, the number of academics who have signed the declaration has reached 2,212.

With the indictment issued by the Prosecutor İsmet Bozkurt, lawsuits were filed against the academics on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article No. 7/2 of the Anti-Terror Law No. 3713.

As of March 20, 2019, 553 academics had stood trial since December 5, 2017, all the 157 academics whose cases were concluded have been sentenced to prison. 114 of these academics were sentenced to 1 year and 3 months in prison; 7 academics to 1 year and 6 months in prison; 14 academics to 1 year, 10 months and 15 days in prison; 16 academics to 2 years and 3 months in prison; three academics have been sentenced to 2 years and 6 months in prison; one academic has been sentenced to 2 years and 1 month in prison; and one academic to 3 years in prison.

The suspension of the pronouncement of the verdict

Until today, 12 academics have not accepted that the announcement of their verdicts be deferred. While seven of these academics have been sentenced to 1 year and 3 months in prison, one academic has been sentenced to 1 year and 6 months, one academic to 2 years and 3 months, one academic to 2 years and 6 months and one academic to 3 years in prison. The verdict of one academic has not been pronounced by the court yet.

The court board of the 36th Heavy Penal Court has reduced the prison sentences of academics who did not demand the suspension of the pronouncement of their verdicts and deferred their sentences on a 2-year probation. The 32nd Heavy Penal Court has made reductions in the sentences; however, it has not deferred them. The 37th Heavy Penal Court has neither reduced nor deferred the pronouncement of the verdicts.

Three academics were not asked about whether they requested the suspension of the pronouncement of their verdicts. While one of these three academics has been sentenced to 1 year and 6 months in prison, one of them has been sentenced to 1 year and 3 months and the other academic to 2 year and 3 months in prison.

The prison sentences of academics, the announcement of whose verdicts has not been suspended since their sentence is over two years, will be taken to the court of appeal. The court of appeal will either uphold or reverse the verdict.

On March 10, 2016, the Academics for Peace made a statement for press and shared with the public what they had been going through since the declaration "We will not be a party to this crime" was published. The academics Dr. Lecturer Esra Mungan, Dr. Lecturer Muzaffer Kaya, Assoc. Prof. Dr Kıvanç Ersoy (March 15, 2016) and Dr. Lecturer Meral Camcı (March 31, 2016), who read out the statement for press, were arrested on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article No. 7/2 of the Turkish Anti-Terror Law. They were released on April 2016. Upon the request of the Prosecutor's Office, the Ministry of Justice granted a permission of trial as per the Article No. 301 of the Turkish Penal Code No. 301 on charges of "insulting the Turkish Nation, the State of the Republic of Turkey and the institutions and organs of the government."
(BIA, 20 March 2019)

La justice bloque près de 3000 articles en un an en Turquie

A l’occasion de la Journée mondiale contre la cybercensure, Reporters sans frontières (RSF) dresse le tableau alarmant de la censure d’Internet en Turquie. Non contentes d’avoir fait bloquer près de 3000 articles par la justice en 2018, les autorités cherchent désormais à reprendre en main les services de vidéo en ligne.

La guerre du pouvoir turc contre l’information indépendante se joue aussi sur Internet. Un rapport du représentant de RSF en Turquie, Erol Önderoğlu, pour le site d’information Bianet, révèle qu’au moins 2950 articles et contenus journalistiques ont été rendus inaccessibles par la justice au cours de l’année 2018. Un chiffre effarant auquel il conviendrait d’ajouter le nombre, inconnu, des blocages administratifs. Pour le seul site du quotidien Hürriyet, le nombre de pages bloquées depuis cinq ans s’élève à 2047, d’après son ancien médiateur Faruk Bildirici, récemment licencié après le rachat du journal par un groupe de presse proche du pouvoir.

Corruption, question kurde, critiques à l’égard de personnalités politiques, religieuses et autres célébrités, violations des droits humains… Les tabous se multiplient. La censure frappe de plus en plus souvent le journalisme d’investigation, pointé du doigt comme “anti-patriotique”.

Une liste de tabous toujours plus longue

Dix articles parus sur différents sites ont ainsi été bloqués simultanément, en octobre 2018, à la demande de la société de construction Limak, un fleuron national accusé de malversations sur le chantier du troisième aéroport d’Istanbul. D’autres grandes entreprises proches du pouvoir, comme Calik, Kalyon ou Cengiz, ont elles aussi obtenu la censure d’une centaine d’articles l’an dernier. Deux enquêtes, bloquées en juillet, révélaient l’attribution d’un immeuble assorti d’un vaste terrain à une fondation dirigée entre autres par le fils du président Erdoğan.

“Internet n’échappe pas au carcan qui enserre le journalisme turc, désormais tenu d’épouser le nationalisme officiel et d’observer une liste de tabous toujours plus longue, souligne Erol Önderoğlu. Sous prétexte de protéger la stabilité du pays ou celle du gouvernement, l’objectif est bien de verrouiller le débat public et de mettre les puissants à l’abri des regards. La Cour constitutionnelle doit enfin jouer son rôle et mettre un coup d’arrêt à l’escalade de la censure.”

Outre de nombreux sites d’information critiques, les autorités n’ont pas hésité à bloquer ponctuellement l’intégralité de plateformes telles que Blogspot ou Soundcloud. Censé “mettre sur le même plan le gouvernement turc et Daesh”, Wikipedia est inaccessible depuis avril 2017. Les réseaux sociaux sont étroitement surveillés : la Turquie demande plus de retraits de contenus à Twitter que n’importe quel autre pays, et on ne compte plus les internautes jetés en prison pour un post. Ankara, qui a été jusqu’à couper temporairement l’accès à Internet dans des villes à majorité kurde, s’en prend désormais aux outils de contournement de la censure.

Aucun recours contre la censure

Censée veiller au respect de la liberté d’expression, la Cour constitutionnelle a abdiqué : voici des années qu’elle se refuse à statuer sur les cas de censure en ligne. Les célèbres avocats Yaman Akdeniz et Kerem Altıparmak restent ainsi sans nouvelles de dizaines de recours qu’ils ont déposés depuis 2015 contre le blocage de sites d’information tels que Sendika, Birgün ou Diken. Même traitement pour leur plainte de mai 2017 contre le blocage de Wikipedia.

“La Cour constitutionnelle prend garde de ne traiter que les recours anodins tout en laissant traîner les dossiers politiques”, explique Kerem Altıparmak à RSF. L’avocat dénonce un traitement sélectif des cas en fonction de leur sensibilité pour le pouvoir : si la Cour a officiellement clos 98% des dossiers ouverts en 2015, aucun recours contre la censure en ligne n’y figure. Une obstruction d’autant plus grave qu’elle empêche les juristes de saisir la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) : celle-ci exige généralement que les recours internes soient épuisés.

Une fois n’est pas coutume, en septembre 2018, la Cour Constitutionnelle a tranché en faveur du quotidien Cumhuriyet, qui contestait le blocage d’un article portant sur les pratiques clientélistes de dirigeants locaux. Une décision toutefois peu susceptible de faire jurisprudence, face à une justice cadenassée par un pouvoir toujours plus autoritaire.

Contrôler les vidéos en ligne

Non contentes de censurer les médias, les autorités cherchent désormais à prendre le contrôle des services de vidéo en ligne. Il ne manque plus que le cachet du Président pour que ces plateformes aient l’interdiction d’émettre en Turquie sans une licence soumise à l’aval de la police et des services de renseignements. Une fois enregistrées, elles seront placées sous le contrôle du Haut Conseil de l’audiovisuel (RTÜK), un régulateur politisé à qui elles devront fournir sur simple demande toutes leurs données, y compris concernant leurs abonnés.

Outre les bouquets de télévision numérique et les services de vidéos à la demande comme Netflix, cette nouvelle loi pourrait affecter des sites d’information alternatifs tels que Medyascope, Evrensel WebTV et Artı TV, ou encore des plateformes comme Periscope, dont se servent de nombreux médias censurés pour diffuser leurs contenus. Les ressources basées à l’étranger ou n’émettant pas en turc sont tout autant concernées.

La Turquie occupe la 157e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi en 2018 par RSF. Déjà très préoccupante, la situation des médias est devenue critique suite à la tentative de putsch de juillet 2016 : de nombreux médias ont été liquidés sans possibilité de recours, les procès de masse se succèdent et le pays détient le record mondial du nombre de journalistes professionnels emprisonnés.
(RSF , 15 mars 2019)

ECtHR: Systematic Lawsuits Against Journalists Aim to Cause Fear

In a judgement announced today (March 12), the European Court of Human Rights (ECtHR) has concluded that criminal proceedings systematically opened against journalists put pressure on them, make them apply self-censorship and violate freedom of expression.

Giving its judgement regarding the application of Ali Gürbüz, the owner of the then Ülkede Özgür Gündem newspaper, the ECtHR has indicated that though Gürbüz was acquitted in each set of proceedings filed against him, the proceedings in question put pressure on him as a media professional and made him apply some self-censorship.

The ECtHR has further stated that these proceedings were "capable of having a chilling effect on freedom of expression and public debate."

Turkey will pay Gürbüz 3,500 Euro in non-pecuniary damages.
What happened?

A total of seven lawsuits were filed against Ali Gürbüz, the owner of the then Ülkede Özgür Gündem newspaper, due to 11 articles and news reports which were published on the newspaper between 2004 and 2006.

Among the 11 articles and reports subject to lawsuits were also the ones on Kurdistan Workers Party's (PKK) Christmas message and statements of inmates, making a call for the establishment of a dialogue with PKK leader Abdullah Öcalan for a peaceful resolution of the Kurdish question.

In 2007, Gürbüz was sentenced to pay a judicial fine on charge of "publishing the statements of the terrorist organization." The sentence in question was reversed by the Supreme Court of Appeals. Ali Gürbüz was acquitted of all charges pressed against him in 2011.

However, appealing to the ECtHR, Gürbüz stated that "those proceedings had put pressure on him as a media professional on account of their duration and in spite of his acquittal at the end of each set of proceedings."
What does the ECtHR ruling say?

The ECtHR announced its judgement on Ali Gürbüz today.

The court has ruled that Turkey has violated freedom of expression as per the Article 10 of the European Convention on Human Rights and sentenced Turkey to pay Gürbüz 3 thousand 500 Euro (approx. 21 thousand 500 Turkish Lira) in non-pecuniary damages.
"Anti-Terror Law automatically applied"

In its ruling dated March 12, the court noted that the publications subject to lawsuits in Turkey "consisted of insignificant messages" and indicated that the automatic application of the Anti-Terror Law to any statement regardless of its actual content "was capable of having a chilling effect on freedom of expression and public debate."
"It is a form of harassment such as to intimidate"

The court further said, "Even though the applicant had ultimately been acquitted, the proceedings had been prolonged for lengthy periods during which the fear of being convicted had inevitably put pressure on Gürbüz, making him, as a media professional, apply some self-censorship."

Within this context, the court noted that the number and length of proceedings "could be regarded as a form of harassment such as to intimidate and discourage him from publishing articles."
"Interference in freedom of expression"

In its judgement, the court also indicated that though Gürbüz had been acquitted, the proceedings in question "consisted in themselves of actual and effective constraints" and "put pressure on Gürbüz over a certain period." Accordingly, the court has ruled that "there had been an interference in Gürbüz's right to freedom of expression."

All in all, the court concluded that "maintaining numerous sets of criminal proceedings against Gürbüz did not meet a pressing social need, was not proportionate to the legitimate aims pursued (protection of national security and territorial integrity) and not necessary in a democratic society."
(BIA, 12 March 2019)

Des activistes appellent à libérer le mécène Kavala

Un collectif d'activistes turcs au coeur de grandes manifestations antigouvernementales en 2013 a appelé lundi à libérer l'homme d'affaires et philanthrope Osman Kavala, qualifiant les accusations qui le visent d'"irrationnelles" et "illégitimes".

"Cet acte d'accusation irrationnel et illégitime doit être immédiatement retiré", a déclaré la porte-parole du collectif Solidarité Taksim, Mücella Yapici, lors d'une conférence de presse lundi à Istanbul. Les personnes poursuivies "doivent être immédiatement relâchées", a-t-elle ajouté.

Incarcéré depuis plus d'un an, M. Kavala, un mécène respecté dans les cercles intellectuels en Turquie et à l'étranger, notamment en France, est accusé avec 15 autres personnes de "tentative de renversement du gouvernement" pour son soutien aux manifestations de 2013.

Ces manifestations, connues sous le nom de "mouvement de Gezi", ont ébranlé les bases du pouvoir du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, depuis devenu président.

Les manifestations de Gezi ont débuté en mai 2013 avec l'opposition d'un petit noyau de militants écologistes contre un projet visant à détruire le parc de Taksim Gezi à Istanbul avant de se transformer en mouvement de contestation plus global contre M. Erdogan.

Constitué d'architectes, de médecins et d'ingénieurs, le collectif Solidarité Taksim était au coeur de ces manifestations.

Ces dernières ont été brutalement réprimées et des poursuites ont été engagées. En 2015, un tribunal a acquitté 26 personnes impliquées dans le mouvement, pour la plupart des membres du collectif Solidarité Taksim.

M. Erdogan et son gouvernement présentent le mouvement de Gezi comme une "tentative de putsch" financée par des puissances hostiles à la Turquie, une narration qui est revenue sur le devant de la scène ces derniers mois à l'approche d'élections municipales fin mars.

"Nous rejetons vos vains efforts visant à salir la résistance de Gezi !", a lancé Mme Yapici. "Nous ne vous laisserons pas changer la perception de la résistance de Gezi en la présentant comme une initiative associée au crime, au terrorisme et aux coups d'Etat".

La Turquie est régulièrement critiquée par ses alliés occidentaux, qui s'inquiètent de la dégradation de l'Etat de droit, notamment depuis une tentative de putsch en 2016 suivie de purges massives.

Le procès de M. Kavala et des 15 autres prévenus s'ouvrira le 24 juin.
(AFP, 11 mars 2019)

Deux journalistes allemands forcés de quitter la Turquie faute d'accréditation

Deux journalistes allemands ont dû quitter dimanche la Turquie après qu'Ankara eut refusé de renouveler leurs accréditations, une mesure qualifiée d'"inacceptable" par Berlin.

Jorg Brase, le chef du bureau d'Istanbul de la chaîne publique de télévision ZDF, et Thomas Seibert, qui travaille pour le quotidien berlinois Tagesspiegel, se sont vu refuser leur accréditation par le gouvernement turc, pour des raisons inconnues selon les deux hommes.

Ils avaient dix jours pour quitter le pays.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas avait jugé samedi sur Twitter "inacceptable" que des journalistes allemands ne puissent "travailler librement" en Turquie.

Cet incident est "contraire à notre conception de la liberté de la presse", a-t-il déclaré samedi au Tagesspiegel.
 M. Brase et Seibert ont accusé le gouvernement turc de tenter de "réduire au silence" les médias internationaux, lors d'une conférence de presse dimanche à Istanbul avant leur départ.

"Le gouvernement turc a plus ou moins réussi à réduire au silence les médias nationaux et maintenant ils essaient de faire la même chose avec les médias internationaux", a dit M. Brase.

"Nous allons continuer à couvrir les affaires turques mais depuis l'étranger, malheureusement".

Seibert était accrédité en Turquie depuis 1997. Brase travaillait en Turquie depuis janvier 2008 et envisage de s'installer en Iran.

Les autorités turques auraient suggéré à ZDF et Tagespiegel de proposer d'autres journalistes, ce qui a été rejeté, selon Brase.

Une quarantaine de journalistes étrangers basés en Turquie, dont de nombreux Allemands, sont toujours en attente d'une nouvelle accréditation pour cette année, selon des sources officieuses

Les arrestations en 2017 du journaliste du quotidien Die Welt Deniz Yücel et d'autres ressortissants allemands en Turquie avaient provoqué une grave crise diplomatique entre Berlin et Ankara.

M. Yücel a été incarcéré pendant un an sans acte d'accusation avant de pouvoir finalement rejoindre l'Allemagne en février 2018, ce qui avait conduit à un dégel des relations entre les deux pays.

Le correspondant de la chaîne publique allemande NDR Halil Gulbeyaz a lui aussi fait savoir ce mois-ci que sa demande d'accréditation avait été rejetée. Mais selon le Tagesspiegel, ce journaliste né en Turquie a un permis de séjour permanent et se trouve toujours en Turquie.

Le ministère allemand des affaires étrangères a averti samedi qu'il"n'était pas exclu que le gouvernement turc prenne des mesures supplémentaires contre des représentants de médias allemands et d'organisations de la société civile".
(AFP, 10 mars 2019)

Khashoggi: appel de 36 pays devant l'ONU pour une enquête

Trente-six pays ont lancé jeudi un appel devant l'ONU pour réclamer à Ryad une enquête "rapide et approfondie" du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat saoudien d'Istanbul afin que les responsables soient jugés.

"Nous condamnons avec la plus grande fermeté le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, dont l'Arabie saoudite a confirmé qu'il avait eu lieu dans son consulat à Istanbul", a déclaré l'ambassadeur islandais, Harald Aspelund, lors de son intervention devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU.

"Les enquêtes (...) doivent être rapides, efficaces et approfondies, indépendantes et impartiales, et transparentes. Les responsables doivent rendre des comptes", a-t-il ajouté, au nom des 36, parmi lesquels de nombreux pays européens ainsi que l'Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande.

Le représentant saoudien auprès du Conseil, Abdulaziz Alwasil, a "condamné l'exploitation du Conseil par certains pays qui utilisent des déclarations communes pour des causes politiques". "Les ingérences dans les affaires intérieures au nom de la défense des droits humains est une attaque à notre souveraineté", a-t-il affirmé.

Le meurtre le 2 octobre de l'éditorialiste Jamal Khashoggi, collaborateur du Washington Post et dont le corps n'a toujours pas été retrouvé, a suscité une indignation mondiale et profondément terni l'image de l'Arabie saoudite, et en particulier du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Dans la présentation de son rapport annuel, mercredi, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a parlé des détentions arbitraires de femmes qui défendent les droits humains en Arabie saoudite, mais elle n'a en revanche fait aucune mention du meurtre de l'éditorialiste, féroce critique du prince héritier saoudien.

Lors des débats à l'ONU, les pays ont la possibilité de parler des sujets qu'ils souhaitent. Selon l'ONG Human Right Watch, c'est la première fois qu'un groupe de pays décide de faire une déclaration commune sur les droits humains en Arabie saoudite devant le Conseil des droits de l'Homme.

L'ambassadeur islandais a appelé l'Arabie saoudite à "divulguer toutes les informations disponibles et à coopérer pleinement à toutes les investigations sur le meurtre, y compris l'enquête menée par la Rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires", Agnès Callamard.

De retour d'une mission en Turquie pour faire la lumière sur ce meurtre, Mme Callamard, mandatée par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, avait souligné le 7 février que le "meurtre" de M. Khashoggi avait été "planifié et perpétré par des représentants de l'Etat d'Arabie saoudite".

Mais Ryad l'a imputé à des éléments "incontrôlés". Le procès de 11 suspects s'est ouvert début janvier en Arabie saoudite et le procureur général a requis la peine de mort contre cinq d'entre eux.

"Les circonstances" du décès de M. Khashoggi "réaffirment la nécessité de protéger les journalistes et de défendre le droit à la liberté d'expression partout dans le monde", a conclu M. Aspelund.

Ankara a plusieurs fois souligné la nécessité d'une enquête internationale sur cette affaire, déplorant le manque de transparence de l'enquête saoudienne.
(AFP, 7 mars 2019)

Women Journalists are Subjected to Violence’

"The profession is viewed as a man's profession. As for men, they intimidate you, they make you invisible with money. They are in a competition with women journalists.

"When you compare a man and a woman working in the same position, the man has much more influence.

"In debates among colleagues, women editors are easily interrupted. Especially when it comes to the fields of politics, foreign policy or economy, we can be easily left out.

"There is discrimination in distribution of roles. There are no women working in the technical field, in the field of photojournalism. There are distinctions like news reported by women and the ones reported by men.

"There are young, beautiful women on the screen; as for men, they are 'old', 'mature' and 'influential'."

These remarks are from the "Violence Experience Sharing Group Report" prepared by the Women and LGBTI Commission of the Journalists Union of Turkey (TGS). The report was shared with the public in a statement for the press held in TGS Central Office in İstanbul yesterday (March 6).

Presented by Gülfem Karataş on behalf of the commission, the report was prepared based on the statements of 27 women journalists.

Here are some other highlights from the report:

* Journalists are harassed by their managers and bosses, their news sources and by people whom they report in their news.

* Women journalists attending the statement for the press stated that though they informed the institutions in question about the cases of harassment, they are not taken seriously by them.

* The incidents of harassment usually ended in women's resignation.
They are also subjected to psychological violence

* The report has also shared details about the forms of psychological violence inflicted on women journalists especially by their colleagues.

* Stating that they are frequently patronized, not taken seriously, mocked and subjected to mobbing by their male colleagues, women journalists have emphasized that these acts belittling their journalism skills aim to make them feel worthless and insufficient
Women journalists are made to do the same jobs

* It is also very difficult for women to get promotion in the field of journalism. They stressed that though they are open to improving themselves, they are always made to do the same jobs.

* The report has also shown that women journalists working as reporters are subjected to physical violence. It has been underlined that women journalists are frequently subjected to violence by law enforcement officers.

Listing the experiences of violence shared by 27 women journalists, the report has also offered a series of recommendations to struggle against physical and psychological violence towards women and LGBTI journalists as well as their discrimination.
(BIA, March 7, 2019)

Le procès du mécène Osman Kavala fixé au 24 juin

Le procès de 16 personnes accusées d'avoir "tenté de renverser le gouvernement" turc en soutenant des manifestations en 2013, dont l'homme d'affaires et philanthrope Osman Kavala, s'ouvrira le 24 juin, ont rapporté les médias mardi.

La première audience de ce procès, qui suscite l'inquiétude d'organisations de défense des droits humains, se déroulera au tribunal de Silivri, à la lisière d'Istanbul, a indiqué l'agence de presse DHA.

Un tribunal turc avait accepté lundi l'acte d'accusation d'un procureur réclamant la prison à vie contre ces 16 personnes inculpées de "tentative de renversement du gouvernement" pour avoir soutenu des manifestations antigouvernementales au printemps 2013, connues sous le nom de "mouvement de Gezi".

Parmi les prévenus figure M. Kavala, un mécène respecté dans les cercles intellectuels en Turquie et à l'étranger, notamment en France, qui est incarcéré depuis plus d'un an.

Réfugié en Allemagne, le journaliste Can Dündar, ancien rédacteur en chef du quotidien d'opposition Cumhuriyet, fait également partie des personnes qui seront jugées, de même que l'acteur Mehmet Ali Alabora.

La répression contre les sympathisants du mouvement de Gezi a connu un regain d'intensité ces derniers mois, à l'approche des municipales du 31 mars.

Le président Recep Tayyip Erdogan s'emporte régulièrement contre ceux qui ont pris part ou soutenu les manifestations de 2013, qu'il qualifie de "tentative de putsch", au même titre que le coup d'Etat militaire avorté qui l'a visé en juillet 2016.

Les organisations de défense des droits humains rejettent des accusations "absurdes" et voient dans ce procès une campagne d'intimidation contre la société civile.

La Turquie est régulièrement critiquée par ses alliés occidentaux, qui s'inquiètent de la dégradation de l'Etat de droit, notamment depuis la tentative de putsch en 2016 suivie de purges massives.
(AFP, 5 mars 2019)

Statement on ‘Gezi Indictment’ by Taksim Solidarity

Taksim Solidarity platform has responded to the indictment filed into the Gezi Park protests and the charges brought against them and the resistance.

Making a statement on social media, Taksim Solidarity has indicated that "they will not let their democratic rights and demands be smeared."

Here are some of the highlights from the statement:

"Though the Gezi Resistance is one of the brightest and most honorable pages of our history of society, city and democracy, there is an insistence on incriminating and smearing it as well as an attempt to show the demands for fundamental rights as elements of crime and to distort the historical and legitimate reality of the peaceful resistance.

"While the perceptions systematically imposed since 2013 are not given credit by the society and public, it is also confirmed by court verdicts that Gezi Resistance was done on a highly legitimate and constitutional basis within the scope of democratic rights and freedom of expression.

"With these systematic smear and defamation efforts, they want to rewrite the honorable history of Gezi with lies and attempt to silence and oppress all democratic forces trying to give hope in the face of injustice, unlawfulness, arbitrariness, imposition and pressures.

"We clearly see this malicious campaign despite its all dirtiness and absolutely reject it. We will not let you turn the Gezi Resistance into a protest associated with crime, terror and coup. #WeWereAllinGezi"

The preparation of the indictment filed as part of the investigation into the Gezi Park protests was completed on February 20, 2019 and accepted by the İstanbul 30th Heavy Penal Court on March 4.

The indictment alleges that "the foundation of [Gezi resistance] was laid in 2011 and attempted to be staged in May 2013" and demands that 16 people, some of whom are members of the Taksim Solidarity platform, be sentenced to aggravated life imprisonment.

While the indictment also claims that the suspects "engaged in influence agency", it refers to Gezi Park protests as an "insurrection."

The first hearing of the case will be held on June 24, 2019.
(BIA, March 5, 2019)

Gezi Indictment Against 16 People Including Kavala Accepted

The indictment filed as part of the investigation launched into the Gezi Park protests has been accepted by the İstanbul 30th Heavy Penal Court.

The indictment against 16 people, including Osman Kavala, who has been arrested for 489 days, and Yiğit Aksakoğlu, who has been arrested since November 17, 2018, was completed on February 20, 2019.

The 657-page indictment has made 10 different charges against the defendants and warrants were previously issued against 16 people, including journalist Can Dündar and actor Memet Ali Alabora.

The other people who have been charged with "attempting to overthrow the government" are as follows:

Anadolu Kültür Inc. Executive Board member Ali Hakan Altınay, architect Mücella Yapıcı, actress Ayşe Pınar Alabora, filmmaker and journalist Çiğdem Mater Utku, Open Society Foundation Representative to Turkey Gökçe Yılmaz, writer Handan Meltem Arıkan, Civil Society Development Center Coordinator Hanzade Hikmet Germiyanoğlu, İnanç Ekmekçi, filmmaker, assistant director and publicist Mine Özerden, lawyer Can Atalay, Union of Chambers of Turkish Engineers and Architects (TMMOB) Chamber of Urban Planners İstanbul Office Executive Board Chair academic Tayfun Kahraman and Anadolu Kültür Inc. Executive Board Deputy Chair and Terakki Foundation Schools' Executive Board member Yiğit Ali Ekmekçi.

Aggrieved plaintiffs: Cabinet of 61st government

In the indictment, the cabinet of the 61st term government has been referred to as aggrieved plaintiffs. These members of the cabinet are:

The then Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan, Vice Prime Ministers Bülent Arınç, Ali Babacan, Beşir Atalay, Bekir Bozdağ, Minister of Transport, Maritime Affairs and Communications Binali Yıldırım, Minister of Family and Social Policies Fatma Şahin, Minister of EU Egemen Bağış, Minister of Science, Industry and Technology Nihat Ergün, Minister of Labor and Social Security Faruk Çelik, Minister of Environment and Urbanization Erdoğan Bayraktar, Minister of Foreign Affairs Ahmet Davutoğlu, Minister of Energy and Natural Resources Taner Yıldız, Minister of Youth and Sport Suat Kılıç, Minister of Food, Agriculture and Livestock Mehdi Eker, Minister of Customs and Trade Hayati Yazıcı, Minister of Interior Muammer Güler, Minister of Development Cevdet Yılmaz, Minister of Culture and Development Ömer Çelik, Minister of Finance Mehmet Şimşek, Minister of National Education Nabi Avcı, Minister of National Defense İsmet Yılmaz, Minister of Forestry and Water Affairs Veysel Eroğlu, Minister of Health Mehmet Müezzinoğlu, Minister of Economy Zafer Çağlayan, Vice Prime Minister Emrullah İşler, Minister of Justice Sadullah Ergin
746 complainants in the indictment

There are 746 complainants in the bill of indictment accepted by the court. The following charges are made against 16 suspects:

Attempting to overthrow the government of the Republic of Turkey or preventing the government from doing its duty, damage to property, qualified form of damage to property, holding or handing over dangerous material, damaging places of worship and cemeteries, violation of the Law No. 6136 on Firearms and Knives, qualified looting, qualified bodily injury, Violation of the Law No. 2836 on the Conservation of Cultural and Natural Property.
'Movement of insurrection'

In the introduction to the indictment, it is stated that the foundation of the Gezi Park protests was laid in 2011 and attempted to be staged in 2013.

While the protests are referred to as "a movement of insurrection" in the indictment, there is also a reference to a tweet of Memet Ali Alabora, who wrote on Twitter, "It is not just about Gezi Park, friend, didn't you understand yet?". The indictment defines this statement as "provocative" and stated that Alabora engaged in "influence agency."

The indictment also refers to the Arab Spring, indicating that the protests in Turkey were a different reflection and adaptation of the Arab Spring. In this context, the indictment alleges that the protests were started by using the removal of the trees in Gezi Park as a pretext, but then turned into country-wide violent demonstrations and an insurrection against the government.
(BIA, March 4, 2019)

Court of Appeal Upholds First Prison Sentence of an Academic for Peace

The 3rd Panel Chamber of the İstanbul Regional Court of Justice has upheld the prison sentence of 1 year and 3 months previously given to Prof. Dr. Zübeyde Füsun Üstel for having signed the declaration "We will not be a party to this crime" prepared by Academics for Peace.

Being upheld by the court of appeal by majority of votes, the prison sentence given to Üstel on April 4, 2018 has become definite.

One of the judges member to the court board expressed a dissenting opinion, stating that the case should have been considered as per the Article 301 of the Turkish Penal Code (TCK) and the file should have been sent to the first court which heard the case of Üstel.
Verdict: Examination was appropriate

In its judgement dated February 25, 2019, the court of appeal stated,

"...considering that the verdict of the court is not contrary to law on procedural grounds or in terms of substance of the charges; there is no deficiency in the evidence or proceedings; the examination was appropriate with regards to proof; the acts were accurately defined and comply with the type of offence foreseen in the law; and the sentences were carried out within a legal context; it has been ruled that appeal of the defense counsel of the defendant shall be rejected on procedural grounds as per the Article 280/1-a of the Law on Criminal Courts (CMK)..."

One of the judges member to the board of the court of appeal expressed a dissenting opinion to the above verdict, stating that the offense charged does not constitute the crime of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article 7/2 of the Anti-Terror Law (TMK), but that of "degrading the state of the Republic of Turkey" as per the Article 301 of the TCK.

First prison sentence

With the indictment issued by Prosecutor İsmet Bozkurt, lawsuits were filed against the Academics for Peace on charge of "propagandizing for a terrorist organization" as per the Article No. 7/2 of the Anti-Terror Law No. 3713.

On April 4, 2018, the İstanbul 32nd Heavy Penal Court ruled that Üstel should be sentenced to 1 year and 3 months in prison. The court deferred neither the announcement of the verdict*, nor the prison sentence.

27 other files awaiting judgement of appeal court

As of March 3, 2019, 10 academics, including Zübeyde Füsun Üstel, did not accept that the announcement of their verdicts be suspended.

Including the files of academics sentenced to more than 2 years, the files of 27 academics in total have been taken to the court of appeal so far.

Cases of 137 academics were concluded. 100 of these academics were sentenced to 1 year and 3 months in prison; 4 academics to 1 year and 6 months in prison; 14 academics to 1 year, 10 months and 15 days in prison; 15 academics to 2 years and 3 months in prison; two academics have been sentenced to 2 years and 6 months in prison; one academic has been sentenced to 2 years and 1 month; and one academic to 3 years in prison.
(BIA, March 4, 2019)

Germany Denounces Turkey for Not Extending Accreditations

The accreditation of three journalists from Germany, who are currently working in Turkey, has not been extended. On February 1, Second German Television (ZDF) İstanbul Bureau Chief Jörg Brase and Tagesspiegel newspaper's reporter to Turkey Thomas Seibert were informed that their application for a new press card for 2019 was not accepted.

In the mail that they received, it was indicated that their application for the extension of their press cards for 2019 had not been granted; however, the mail gave no justification for the rejection.

While 57-year-old Brase has been the Chief of ZDF's İstanbul office since January 2018, Seibert is one of the two reporters of the Tagesspiegel, who have been uninterruptedly reporting for the newspaper since 1997.

Halil Gülbeyaz, a freelance journalist accredited in Turkey in the name of Northern German Broadcasting (NDR) for the last 12 years, also announced on March 3 that his application for press card extension had been rejected.

Speaking to Deutsche Welle, Gülbeyaz has stated, "I did my job as a journalist. With this rejection, I will not be able to practice my profession in Turkey anymore. It limits the freedom of obtainment of information."
Journalists' Union of Germany

The rejection of Turkey to extend the press cards of three journalists from Germany has been widely denounced in the country.

Speaking to the Tagesspiegel regarding the issue, Hendrik Zörner, the Spokesperson for the Journalists' Union of Germany (DJV), has stated,

"The accreditation of reporters in Turkey randomly not being extended is a difficulty completely raised on purpose. It shows that the AKP [Justice and Development Party] regime is trying to hinder critical journalism; no understandable justification has been given for the rejection."
Casdorff: "How can a country not observing fundamental rights be accepted to EU?"

Regarding the issue, Editor-in-Chief of Tagesspiegel newspaper Mathias Müller von Blumencron has said, "It is a major intervention in the freedom of press. We know these methods only from countries like Venezuela and Libya." He has also made a call to Turkey to reconsider its decision.

In his commentary published on March 3, Stephan-Andreas Casdorff, the publisher of the newspaper, asked, "How can a country that does not observe fundamental rights be accepted to the European Union (EU)?"
Government spokesperson: "We follow the developments with alarm"

The federal government of Germany has also made a call to Turkey not to prevent the activities of international press workers in the country.

Spokesperson for the federal government, Steffen Seibert, made a statement yesterday and indicated that "they are following the developments with a mounting alarm." Seibert also stated that the government of Germany got in contact with the government of Turkey regarding the issue.
(BIA, March 4, 2019)

Des ONG appellent à libérer le mécène Osman Kavala

Une dizaine d'ONG ont appelé mercredi à libérer des figures de la société civile turque accusées d'avoir tenté de renverser le gouvernement, dont l'homme d'affaires et mécène Osman Kavala, dénonçant une "campagne d'intimidation" croissante.

M. Kavala, qui est en détention provisoire depuis plus d'un an, et l'activiste Yigit Aksakoglu, écroué depuis trois mois, "doivent être remis en liberté immédiatement", ont demandé ces ONG turques et internationales dans une déclaration commune à Istanbul.

"Nous opposons un front uni aux tentatives de destruction de toute société civile indépendante en Turquie et appelons à mettre fin à la campagne d'intimidation et de harcèlement judiciaire", ont ajouté ces ONG parmi lesquelles figurent Amnesty International et Reporters sans frontières (RSF).

Cette déclaration survient une semaine après qu'un procureur a requis la prison à vie pour M. Kavala et 15 autres personnes accusées de "tentative de renversement du gouvernement" pour leur soutien à des manifestations antigouvernementales en 2013.
 Incarcéré à Silivri, près d'Istanbul, M. Kavala est accusé par le président turc Recep Tayyip Erdogan d'avoir financé ces manifestations connues sous le nom de "mouvement de Gezi".

M. Kavala, un mécène respecté dans les cercles intellectuels en Turquie et à l'étranger, notamment en France, a été interpellé le 18 octobre 2017 puis placé en détention provisoire le 1er novembre suivant.

La répression contre les sympathisants du mouvement de Gezi a connu un regain d'intensité à l'automne 2018, soit plus de cinq ans après les manifestations, avec l'arrestation de plusieurs personnes proches de M. Kavala.

Porter des accusations de tentative de putsch cinq ans après les manifestations "ne peut que saper la confiance dans le gouvernement", a déclaré mercredi le représentant de RSF en Turquie Erol Onderoglu.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont vivement critiqué les peines requises la semaine dernière, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini dénonçant le "climat de peur" créé par le pouvoir turc contre ses opposants.

La Turquie est régulièrement pointée du doigt par les organisations de défense des droits humains qui s'inquiètent de la dégradation de l'état de droit, notamment depuis une tentative de putsch en 2016 suivie de purges massives.
(AFP, 27 février 2019)

Önderoğlu, Nesin and Korur-Fincancı Demanded to Be Penalized

The ninth hearing of the case, where the Reporters Without Borders (RSF) Representative to Turkey and BİA Media Monitoring Reporter Erol Önderoğlu, writer Ahmet Nesin and Human Rights Foundation of Turkey (TİHV) Chair Prof. Dr. Şebnem Korur-Fincancı have been tried, was held at the İstanbul 13th Heavy Penal Court today (February 27).

After Önderoğlu, Nesin and Korur-Fincancı participated in the "Editors-in-Chief on Watch" campaign launched in solidarity with Özgür Gündem newspaper, which was closed by the Statutory Decree no. 675, a lawsuit was filed against them for "propagandizing for a terrorist organization."

Announcing its opinion as to the accusations, the Prosecutor's Office demanded that Korur-Fincancı, Önderoğlu and Nesin be penalized on charges of "propagandizing for a terrorist organization", "inciting to commit crime" and "praising the crime and the criminal."

The court board has granted time to the defendants and their attorneys so that they could prepare their statements of defense as to the accusations. The next hearing of the case will be held on April 15, 2019.
Attorneys objected to opinion as to accusations

Defendants Şebnem Korur-Fincancı and Erol Önderoğlu and their attorneys attended the ninth hearing of the case held today.

The prosecutor announced its opinion as to the accusations and demanded that all defendants be penalized as per the Articles 214/1 and 215/1 of the Turkish Penal Code and the Article 7/2 of the Anti-Terror Law.

In response, attorney Meriç Eyüboğlu argued that the opinion as to the accusations was not clear and stated the following:

"When we asked yesterday, they told us that the opinion as to the accusations had not yet been prepared. But, apparently, it was prepared in one day. Since it was hastily prepared, it contains a series of missing points.

"The titles of the articles are given in the opinion, but it is not clear for what reasons they are accused or demanded to be penalized. It has not been specified what sentence or sentences constitute a crime.

"Is the whole text an element of crime? It has not explained how the crime has been constituted. For that reason, I demand that the opinion as to the accusations be announced in this way."

The presiding judge answered that as the court board, they do not have the right to intervene in the opinion as to the accusations of the prosecutor.

Next hearing to be held on April 15

The court rejected the request of the attorneys Eyüboğlu and Özcan Kılıç for the return of the opinion as to the accusations to the Prosecutor's Office to be reviewed. Granting time to the defendants and their attorneys for their defenses as to the accusations, the court board ruled that the next hearing of the case would be held on April 15.

Among the ones who followed the hearing were Peoples' Democratic Party (HDP) MP Ahmet Şık and Consul of France as well as representatives from RSF Germany and Europe, Citizens' Assembly, Amnesty International, Human Rights Association and Human Rights Foundation of Turkey.
(BIA, 27 February 2019)

42-page indictment against writer Fikret Başkaya

The indictment that charges Fikret Başkaya with "terror propaganda" says that "thinking is a biological act, but the expression and spreading of thought can be banned," and "There is no doubt about Kurdish citizens' rights and freedoms."

The 42-page indictment against writer Fikret Başkaya tells what are the PKK (Kurdistan Workers' Party) and the KCK (Kurdistan Communities Union) in 25 pages.

The evidence against Başkaya are the article titled "The Real Terror is the State Terror," which was published on ozguruniversite.org and the column articles and photos that were found in his home during the search conducted by the police.

Prosecutor Yarcan Mutlu tells in 11 pages what the "terror propaganda offense" is. The "evidence" against Başkaya does not occupy more than two pages in the bill of indictment.

Writer and former academic Başkaya has been charged with "propagandizing for a terrorist organization" for his article titled "The Real Terror is the State Terror," which was published on the Free University (ozguruniversite.org) website on November 7, 2016.
"Investigation began after a call to 155"

The indictment says the investigation began on February 10, 2017, after a notification that was made to the Bursa Security Directorate through 155 crime report line.

After the notification, a lawsuit was filed against Başkaya for "propagandizing for a terrorist organization" upon the Anti Terror Law Article 7/2 at the Ankara 21st Heavy Penal Court. The first hearing of the case will be held on March 21, at 09.30 a.m.
"Expressions that disturb public peace"

The "propaganda crime" part of the indictment begins with saying, "Being a human means thinking and expressing what one is thinking, and this is called the freedom of expression."

The indictment then tells the limitations on the freedom of expression:

"When it is taken into account that discordant and disturbing expressions are within the scope of the freedom of expression, to restrict an expression because of social needs, the related expression must be of the essence that disturbs the public security or public peace."

"Thinking is a biological act"

The indictment defines the freedom of thought as:

"Since thinking is a biological act, banning it or making it free do not have validity in terms of the law. What needs to be discussed here is the expression and spreading of the thought, which is free in its nature.
"Under the mask of the Kurdish citizens..."

In the allegations part, the indictment says, "the freedom of expression turned into an act that constitutes a crime."

Stating that "there is no doubt regarding the Kurdish citizens' rights and freedoms", the indictment alleges that Başkaya praises methods of force, violence and threat by "mentioning PKK militants under the mask of the Kurdish citizens and so-called resisters."
"I told about the state as I see it"

Başkaya said in his defense at the Prosecutor's Office that his article on the Free University website is within the scope of the freedom of expression and that he told about the state as he sees it.

Başkaya also said that the article was on the institution of state generally, it does not specifically criticize the state of Turkey but the institution of state in general. Cropping one part of the article and criminalizing it is not right, Başkaya added.
(BIA, 26 February 2019)

Une journaliste kurde soutenue par Banksy sort de prison

Une journaliste et illustratrice kurde, à laquelle l'artiste de rue Banksy avait apporté son soutien, a été remise en liberté conditionnelle dimanche après plus de deux ans d'emprisonnement pour des accusations de "propagande terroriste", a rapporté son employeur.

Arrêtée fin 2016, Zehra Dogan avait été condamnée en 2017 à près de trois ans de prison pour avoir notamment réalisé un tableau de la ville de Nusaybin, dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie, ravagée par les combats qui y avaient opposé l'armée turque et la guérilla kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Sa remise en liberté conditionnelle a été rapportée dimanche par l'agence de presse féministe et prokurde Jinnews qui employait Mme Dogan avant son arrestation.

"Je vais continuer à faire mon travail", a déclaré à sa libération la journaliste qui apparaît souriante dans une vidéo postée par Jinnews sur les réseaux sociaux.

Jinnews, que les autorités turques accusent de faire de la propagande pour le compte du PKK, a été plusieurs fois fermée, avant de renaître de ses cendres sous un nom légèrement différent.

Le cas de Zehra Dogan a été rendu célèbre par l'artiste de rue britannique Banksy qui lui a consacré une fresque murale géante à Manhattan l'année dernière.

Le visage de la jeune femme y apparaît derrière des barreaux, entouré de séries de traits barrés comme ceux que tracent les prisonniers pour compter leurs jours de captivité.

Les ONG dénoncent régulièrement l'érosion de la liberté de la presse en Turquie, en particulier depuis une tentative de coup d'Etat en 2016 qui a été suivie d'une répression tous azimuts ayant également touché les médias.

La Turquie occupe la 157e place sur 180 au classement 2018 de la liberté de la presse établi par RSF.
(AFP, 24 février 2019)

Kurdish Question / Question kurde

Le HDP fait campagne à l'ombre des menaces d'Erdogan

A l'approche des élections locales du 31 mars, le principal parti pro-kurde de Turquie se bat avec détermination pour faire élire ses candidats, bravant les attaques du président Recep Tayyip Erdogan.

"Lorsqu'on se lance dans un combat collectif, il faut être prêt à affronter des menaces", confie Mehmet Demir, l'un des candidats du Parti démocratique des peuples (HDP) à la mairie de Batman, dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie.

En septembre 2016, Batman a été l'une des premières villes dont le maire élu a été remplacé par un administrateur nommé par le gouvernement, 3 mois après après l'instauration de l'état d'urgence à la suite du coup d'Etat manqué. En tout, des administrateurs ont été nommés dans 95 des 102 municipalités remportées par des maires prokurdes en 2014.

"La démocratie locale a été suspendue dans le Sud-Est", estime Emma Sinclair-Webb, directrice en Turquie de Human Rights Watch (HRW), qui dénonce une "criminalisation de ce parti", dont des centaines de responsables, dont une quarantaine de maires, sont en prison.

M. Erdogan accuse le HDP, troisième formation au parlement, d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Et il a déjà évoqué la possibilité de renommer des administrateurs locaux après les élections.

Lors d'un meeting à Batman réunissant quelques milliers de personnes brandissant les drapeaux colorés flanqués du logo du HDP, le co-président du parti, Sezai Temelli s'est voulu catégorique: M. Erdogan "menace le peuple (de nommer de nouveaux administrateurs), mais il ne peut pas le faire".

"Appliquer cette loi est anticonstitutionnel et cela affectera sa propre légitimité", insiste-t-il auprès de l'AFP.

M. Temelli s'attire les foudres du chef de l'Etat depuis qu'il a évoqué une victoire de son parti au "Kurdistan", une dénomination utilisée par les militants kurdes pour désigner le sud-est de la Turquie.

"Existe-t-il une région qui s'appelle Kurdistan en Turquie ? Où est-ce qu'il existe un Kurdistan ? Dans le nord de l'Irak. Si tu aimes tant le Kurdistan, allez, casse-toi en Irak", s'emporte quasi-quotidiennement M. Erdogan devant ses supporters.

Mais selon M. Temelli, si le président menace tant le HDP, "c'est que ça va mal pour lui".

Des experts estiment en effet que les difficultés économiques que traverse la Turquie -- avec une inflation à deux chiffres et une récession -- risquent de faire perdre le Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir) dans plusieurs villes.

- "Véhicules blindés" -

"Aujourd'hui nous voterons pour le HDP. S'ils nomment un administrateur, nous voterons encore (pour le HDP)", affirme sur un ton de défi Ismet Ataç, venu assister au meeting de Batman. "Plus ils nommeront des administrateurs, plus nous réagirons".

"Comme le parti présente ces élections comme un front de bataille, il va tout faire pour mobiliser ses électeurs", explique Emre Erdogan, professeur à l'université Bilgi d'Istanbul. "Ces +menaces+ vont consolider le soutien local du parti".

Pour éviter une dispersion des voix préjudiciable à l'opposition, le HDP a décidé de ne pas présenter de candidat dans l'ouest de la Turquie.

Par cette "approche pragmatique", le HDP "montre que faire partie du camp anti-Erdogan l'emporte sur les valeurs politiques", décrypte Emre Erdogan.

Outre les diatribes du président, le HDP doit aussi faire face à des pressions sur le terrain.

M. Demir s'en amuse: "Lorsqu'on ouvre nos stands de campagne, ils (les forces de l'ordre) s'approchent avec leurs véhicules blindés, comme s'ils allaient à la guerre".

"Lorsque des candidats sont encerclés par la police, c'est une tentative de vous séparer de la population locale et de transmettre le message fort que vous n'êtes pas légitimes aux yeux de l'Etat", commente Mme Sinclair-Webb.

Parmi les autres difficultés rencontrées par le parti, 6 de leurs candidats ont vu leur candidature rejetée par les autorités. C'est le cas de Sabri Özdemir, déjà élu à Batman en 2014 et remplacé par un administrateur nommé par le gouvernement.

"Le peuple de Batman m'a déjà choisi, mon parti m'a choisi", assure-t-il. "Pour nous, les noms importent peu, ce qui compte c'est que la lutte que l'on mène soit victorieuse".
(AFP, 21 mars 2019)

La justice belge en cassation contre une décision sur le PKK

Le parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme, a annoncé mercredi avoir introduit un pourvoi en cassation contre deux arrêts d'une juridiction belge sur le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui avaient entraîné des protestations de la Turquie.

Dans deux décisions rendues le 8 mars, la cour d'appel de Bruxelles avait jugé en substance que des membres présumés du PKK ne pouvaient être renvoyés devant les tribunaux belges pour participation aux activités d'un groupe terroriste.

Elle avait estimé que le PKK devait être considéré comme "une force armée non étatique" impliquée dans un long conflit armé "non international" (avec le seul Etat turc), et que la loi antiterroriste belge ne s'appliquait pas dans un tel cas de figure.

Ce non-lieu, conforme à des décisions similaires rendues par des juridictions belges en 2016 et 2017, avait suscité la colère du gouvernement turc.

Le 11 mars, le ministère turc des Affaires étrangères avait convoqué l'ambassadeur de Belgique en Turquie, Michel Malherbe, pour protester.

Mercredi le parquet fédéral belge a annoncé avoir saisi la Cour de cassation la veille contre les arrêts rendus par la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Bruxelles.

Les deux dossiers, a-t-il précisé dans un communiqué, ont été "ouverts à charge, d'une part, d'un membre présumé du PKK et, d'autre part, de 41 membres présumés du PKK, tous inculpés pour participation aux activités d'un groupe terroriste".

Selon la presse belge, l'enquête du parquet fédéral remonte à 2006.

Elle visait au départ une trentaine de membres présumés du PKK soupçonnés d'avoir recruté des jeunes Kurdes dans plusieurs pays européens, dont la Belgique, afin de les former à la guerre dans des camps situés en Belgique, en Irak et en Grèce, d'après l'agence de presse Belga.

Le 8 mars, dans la foulée des décisions de la justice bruxelloise, la diplomatie turque avait déploré la "dangereuse marge de manoeuvre" accordée selon elle au PKK.

"Nous attendons de la Belgique, notre alliée, qu'elle agisse conformément à ses responsabilités en matière de lutte contre le terrorisme et qu'elle prenne les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre le PKK", avait ajouté le ministère turc des Affaires étrangères. 
(AFP, 20 mars 2019)

Investigation Against HDP Co-Chair Sezai Temelli for ‘Terror Propaganda’

Tunceli Chief Public Prosecutor's Office has launched an investigation against Peoples' Democratic Party (HDP) Co-Chair Sezai Temelli on charge of "propagandizing for a terrorist organization" due to a speech that he made in an electoral meeting in Dersim on January 31, 2019.

The investigation has been launched on the allegation that Temelli "made remarks praising [Kurdistan Workers Party's (PKK) imprisoned leader] Abdullah Öcalan and propagandized for an illegal terrorist organization in certain parts of his speech."

File of legislative immunity sent to Ankara

As part of this investigation, a file has been prepared to lift the legislative immunity of Temelli and sent to the Ankara Chief Public Prosecutor's Office.

Having made a speech in the same meeting with Temelli on January 31, Democratic Regions Party (DBP) Vice Co-Chair Halide Türkoğlu has also faced an investigation for "propagandizing for a terrorist organization."

On January 19, 2019, the Van Public Prosecutor's Office also launched an investigation against Sezai Temelli on the ground that the content of his speech that he made in "People's Meeting" on December 19, 2018 constituted a crime.
(BIA, 19 March 2019)

Tensions après le suicide d'un détenu kurde gréviste de la faim

Des affrontements ont éclaté lundi entre la police et des manifestants dans le sud-est de la Turquie, majoritairement kurde, au lendemain du suicide d'un détenu en grève de la faim, selon un correspondant de l'AFP.

Des policiers anti-émeutes ont fait usage de canons à eau pour repousser des membres du principal parti pro-kurde de Turquie, le HDP, qui s'étaient rassemblés pour se recueillir devant la tombe du détenu à Diyarbakir, grande ville du sud-est de la Turquie.

Selon ses avocats et le HDP, le détenu, Zülküf Gezen, s'est suicidé dimanche par pendaison en prison.

Il était en grève de la faim depuis plusieurs semaines pour protester contre les conditions de détention d'Abdullah Ocalan, chef historique de la guérilla kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

"Un détenu a perdu la vie hier. Si le ministère de la Justice avait rempli son rôle, notre camarade qui a perdu la vie serait toujours parmi nous", a accusé le co-président du HDP Sezai Temelli à des journalistes à Diyarbakir.

M. Gezen était depuis 12 ans en prison où il purgeait sa peine après avoir été condamné pour appartenance au PKK, une organisation qualifiée de "terroriste" par la Turquie et ses alliés occidentaux.

Dans un communiqué publié lundi, le procureur de la République a indiqué que Zülküf Gezen s'était pendu dans les douches de la prison avec une corde à linge, mais affirmé qu'il s'agissait d'un "suicide" et non d'un acte de protestation contre les conditions de détention de M. Ocalan.

Le chef historique du PKK, dont il est l'un des fondateurs, est emprisonné sur une île-prison près d'Istanbul depuis son arrestation en 1999.

Selon le HDP, plus de 170 personnes sont actuellement en grève de la faim pour réclamer l'assouplissement de ses conditions de détention et, notamment, la possibilité de recevoir ses avocats et proches.

Ce mouvement a été lancé par une députée du HDP, Leyla Güven, en grève de la faim partielle depuis novembre. 
(AFP, 18 mars 2019)

Ankara convoque l'ambassadeur belge après une décision de justice sur le PKK

La Turquie a convoqué lundi l'ambassadeur de Belgique pour protester contre une décision de la justice belge selon laquelle des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ne pouvaient être poursuivis pour terrorisme, ont indiqué des sources diplomatiques à Ankara.

Le ministère turc des Affaires étrangères "a convoqué aujourd'hui l'ambassadeur de Belgique pour lui exprimer notre désapprobation après la décision prise par la chambre des mises en accusation belge le 8 mars", ont indiqué ces sources.

La chambre des mises en accusation de Bruxelles a estimé vendredi qu'il n'y avait pas suffisamment d'éléments pour poursuivre 36 personnes et entités accusées de liens avec le PKK pour terrorisme pour leurs activités en Europe.

Ce non-lieu, qui confirme deux décisions similaires rendues par des tribunaux belges en 2017 et 2016, a suscité l'ire d'Ankara, qui accuse régulièrement des pays européens de fermer les yeux sur les activités du PKK sur leur sol.

Ankara et ses alliés occidentaux, dont l'Union européenne, qualifient le PKK d'organisation terroriste. Le PKK mène des opérations de recrutement, de levée de fonds et de propagande auprès de la diaspora turque en Europe.

"En dépit des preuves fournies par le procureur fédéral de Belgique quant à la nature terroriste du PKK, cette décision accorde, en l'état, une dangereuse marge de manoeuvre aux organisations terroristes", a réagi vendredi le ministère turc des Affaires étrangères.

"Nous attendons de la Belgique, notre alliée, qu'elle agisse conformément à ses responsabilités en matière de lutte contre le terrorisme et qu'elle prenne les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre le PKK ", a-t-il ajouté.

Après la décision de la justice de son pays vendredi, l'ambassadeur belge en Turquie, Michel Malherbe, avait souligné que Bruxelles considérait toujours le PKK comme une "organisation terroriste".

"Ceci dit, il faut accepter que la justice belge (le pouvoir judiciaire) est indépendante du gouvernement belge (le pouvoir exécutif)", avait-il poursuivi dans un communiqué, ajoutant que le parquet fédéral de son pays étudiait la décision rendue vendredi avant un éventuel recours. 
(AFP, 11 mars 2019)

La décision de la justice belge: Le PKK n'est pas une organisation terroriste

La chambre des mises en accusation de Bruxelles a prononcé un non-lieu jeudi dans le dossier relatif au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), confirmant ainsi la décision rendue en première instance par la chambre du conseil.

Le parquet fédéral avait demandé le renvoi en correctionnelle de 36 personnes et sociétés liées au PKK pour participation aux activités d'un groupe terroriste et pour avoir procédé à des extorsions pour leur cause auprès de la communauté kurde en Belgique.

La chambre des mises en accusation a estimé que le conflit turco-kurde était un conflit armé non-international et que le PKK n'était donc pas une organisation terroriste, selon l'un des avocats de la défense, Me Jan Fermon .

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a qualifié d'"inacceptable" la décision de la chambre des mises en accusation de Bruxelles. Cette décision de la justice belge affaiblira la lutte contre le terrorisme en Europe, a ajouté le chef de la diplomatie turque dans un communiqué.

Le PKK figure sur la liste des organisations terroristes de des Etats-Unis et de l'Union européenne.(vrt.be, 8 mars 2018)

Diyarbakir, faire campagne pour des quartiers fantômes

Par Mahmut BOZARSLAN

Diyarbakir (Turquie), 1 mars 2019 (AFP) - Briguer un mandat dans des quartiers inaccessibles dont les électeurs ont fui ailleurs ? C'est le casse-tête que doivent résoudre des candidats à Diyarbakir, grande ville du sud-est majoritairement kurde de la Turquie, à un mois d'élections locales.

Le district de Sur, coeur historique de Diyarbakir, a été le théâtre d'affrontements à l'arme lourde après la reprise des combats en 2015 entre l'armée turque et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe classé "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

Les combats ont dévasté les habitations en basalte, des monuments vieux de plusieurs siècles, et dispersé les habitants aux quatre coins de la province.

Selon le DITAM, un centre de recherches sociales basé à Diyarbakir, 6.000 familles ont quitté six quartiers de Sur dont l'accès reste bloqué par des barrières de la police ou des blocs de béton.

Pour Mehmet Kaçan, candidat dans le quartier de Fatihpasa pour être "muhtar", une sorte de maire de quartier, le défi est de taille. Sa première mission: retrouver les quelque 4.000 électeurs qui peuvent voter pour lui et sont désormais éparpillés à travers la ville.

"Là, on fait du porte-à-porte, on est en train de récupérer les adresses", explique M. Kaçan. Cet électricien de formation passe ses journées à aller de commerce en commerce à Diyarbakir pour retrouver les personnes enregistrées comme résidant à Fatihpasa.

Il s'appuie également pour cela sur son réseau. "Je connaissais la majorité des habitants du quartier (...) Certains me contactent directement", explique-t-il à l'AFP.

La flambée de violence en 2015 s'est produite après la rupture d'une fragile trêve qui avait fait naître l'espoir d'une issue au conflit entre l'Etat turc et le PKK qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

Les combats se sont concentrés dans plusieurs villes du sud-est de la Turquie. Selon plusieurs ONG, des dizaines de civils ont été tués.

- "Nous voulons rentrer" -

Après plusieurs mois de violents combats à Sur, les forces de sécurité turques ont délogé les combattants kurdes, mais au prix de nombreuses destructions.

De grands travaux visant à reconstruire des quartiers entiers ont donc été lancés et les habitants ne sont toujours pas autorisés à retourner dans six quartiers.

La plupart des résidents qui sont partis n'ont pas changé leur adresse dans l'espoir de rentrer un jour et pour continuer de toucher des allocations de l'Etat comme des aides au loyer ou des indemnités pour les dégâts causés à leur domicile.

Aujourd'hui, M. Kaçan a de la chance : il tombe dans un café sur l'un des habitants enregistrés à Fatihpasa. Selim Türgül y est né en 1952 et espère un jour retourner dans son quartier.

De son futur muhtar, il attend "qu'il nous aide. Nous avons toujours bon espoir de rentrer chez nous. Nous voulons retrouver nos maisons".
 Orhan Kaçan, un autre ancien habitant de Fatihpasa, veut lui aussi rentrer.

"On ne peut pas sauver nos maisons. L'Etat les a saisies et nous interdit d'y aller. Nous demandons à nos élus de nous aider à rentrer chez nous, de nous aider à reconstruire nos quartiers, à vivre en paix", explique-t-il.

- "Rien promettre" -

Conscient de l'importance de cette demande pour les électeurs de Fatihpasa, Mehmet Kaçan l'a inscrite au coeur de son projet.

"Les gens sont éclatés partout dans la ville, ils ont du mal à subvenir à leurs besoins, ils ne peuvent même plus payer leurs factures", dit-il. "Ce qu'on veut, c'est que notre quartier redevienne ce qu'il était, qu'on retrouve nos voisins, que tout redevienne comme avant".

Metin Arslan, musicien de métier et candidat pour être muhtar dans le quartier de Savas, fait lui aussi campagne comme il peut, prospectant dans les cafés et les commerces pour retrouver les quelque 1.800 habitants qui y sont encore officiellement domiciliés.

Mais pour lui, faire des promesses de campagne s'avère plus difficile.

"Je n'arrive pas à leur faire de promesse pour un quartier qui n'existe plus, sinon j'aurais eu des propositions à faire", dit-il.

"S'il y avait un quartier, il y aurait des rues à arpenter, des gens à rencontrer, des problèmes à résoudre", ajoute-t-il. "Il y a tant à faire, et simplement pas de quartier. Comment faire ?" 
(AFP, 1 mars 2019)


Minorités / Minorities

For Years, We Listen Over and Over Again How Hrant Dink Was Murdered’

The case which was reopened regarding the murder of journalist Hrant Dink, the Editor-in-Chief of Agos Newspaper, will continue at the İstanbul Courthouse in Çağlayan today (March 12).

Before the 88th hearing of the case, Hrant's Friends met in front of the courthouse, as they have done for 87 times before, and made a statement for the press. The statement was also attended by Reporters Without Borders (RSF) Representative to Turkey Erol Önderoğlu and Peoples' Democratic Party (HDP) MP Hüda Kaya.

Reading out the statement for the press on behalf of Hrant's Friends, Bülent Aydın reminded the audience that Hrant Dink was murdered on January 19, 2007 and repeated their demand for justice:

"It has been 13 years since Editor-in-Chief of Agos Newspaper Hrant Dink was murdered. The first hearings of this year will start today and will be completed in three days. The witnesses of the case continue to be heard. This week, the witnesses from the İstanbul and Ankara Police Intelligence Bureaus will be heard by the court.

"These witnesses are also witness to the mechanism which received the intelligence about this murder one year before, but did not do anything to prevent this murder. During all these hearings for the last 13 years, we have been listening over and over again how this vile murder was committed and how Hrant Dink was openly killed.
"We, Hrant's Friends are here"

"The 88th hearing of the case will be held in the 14th Heavy Penal Court. If we add the hearings where the instigators who were caught or turned themselves in right after the murder were tried, this case has been continuing for more than 100 hearings now and we, Hrant's Friends, are here, too.

"It is a case, where the murderers are known, the perpetrators are yet unknown; it is a case which has not yet been brought into the open, and the dark lid over it has not been taken off. We are here until everyone who had a part in the background and aftermath of Hrant Dink murder is put to trial and the darkness over this case emerges into the light.

"For Hrant, for justice, we are all Hrant, we are all Armenians. This case does not end before we say so."
(BIA, 12 March 2019)

Armenian Patriarch of Turkey Mesrob Mutafyan Loses His Life

Mesrob II Mutafyan, the 84th Armenian Patriarch of Turkey, has lost his life. It has been reported that Mutafyan died today (March 8) in Yedikule Surp Pırgiç Armenian Hospital in İstanbul, where he was receiving treatment.

The official statement regarding the funeral ceremony will be made by the Armenian Patriarchate later in the day.

62-year-old Mutafyan was diagnosed with Alzheimer's in July 2008.
Paylan: He was our spiritual leader in hard times

Peoples' Democratic Party (HDP) Diyarbakır MP Garo Paylan has spoken to bianet about the death of Mutafyan. Paylan has said, "Mesrob Mutafyan was our spiritual leader as the Armenian Patriarch in very difficult times.

"He was in a vegetative state for a really long time; we have unfortunately lost him. He will always be on our minds as a spiritual leader, whom we will always remember. I extend my condolences, may he rest in peace..."

Lawyer Luiz Bakar, who was a spokesperson for the Armenian Patriarchate when Mutafyan was in charge, has also spoken to bianet about his death:

"He was a very valuable person for the society, for the country, has was always beneficial. Unfortunately, we have lost him at a very young age.

"We have fallen apart since the onset of his illness. I feel like we are completely abandoned now."
Tatyos Bebek: He was a unifying patriarch

Tatyos Bebek, a member of the Thinking Platform and a dentist, has also said, "It is a great loss for the Armenian community in Turkey, he was an irreplaceable person. He was a uniting, unifying patriarch carrying Turkey's gradually diminishing Armenian community onward."
(BIA, March 8, 2019)

Syriac Associations Federation: Syriac Genocide Should be Recognized Too

With the initiative of the European Syriac Union (ESU), 46 Syriac civil society organizations around the world have sent a letter to President of France Emmanuel Macron, demanding him to declare April 24 as a day for the commemoration of the Syriac genocide, along with the Armenian Genocide.

Federation of the Syriac Associations (SÜDEF) from Turkey has also signed the joint letter.

Macron declared April 24 as the "day for the commemoration of the Armenian genocide" on February 23.

Speaking to bianet on the issue, SÜDEF Chair Evgil Türker said, "Armenians and Syriacs were subjected to genocide together."

"Today, the population of the Syriac society in Turkey decreased to 20 or 25 thousand. The reason for that is clear: The 1915 genocide and the migration policies.

"As you know, April 24 has been declared as a day for the commemoration of the Armenian Genocide in France. This has been done only for Armenians. The European Syriac Union has launched a petition for the Syriac genocide to be commemorated on this day as well.

"We, as the Federation of the Syriac Associations from Turkey, have signed the letter too."
100-hour hunger strike on the 100th anniversary

Regarding the awareness of the Syriac genocide in Turkey and in the world, Türker said,

"In Turkey, the Syriac Genocide, the Sayfo, was only talked between our grandmothers, grandfathers, fathers. For a period, only the Armenian Genocide was spoken about.

"After the activities of the diaspora, it began to be talked as a topic in the 1990s. Sabro newspaper began to be published. The HDP (Peoples' Democratic Party) and the elements within the HDP began to put it into their agendas.

"In 2015, we did a 100-hour hunger strike in Midyat, on the occasion of the 100th anniversary of the Sayfo. This was influential for the genocide to be heard."
"Not all the immovable properties were returned"

When asked about the works of the General Directorate of the Foundations regarding the returning of the immovable properties to the Syriacs, Türker replied,

"The General Directorate of the Foundations generally eliminated some injustices but did not totally eliminated them.

"When the Mardin Metropolitan Municipality was handed over to a trustee (in 2016, by the Ministry of Interior), many monasteries and cemeteries were handed over to the Directorate of Religious Affairs. After backlash, they returned them. But 54 pieces are returned, 56 still aren't. The injustice continues."

"No gains for Syriacs without democracy"

"There is a democracy problem in Turkey. As long as this has not been overcome, there are no gains for us or the other parts of the society.

"Our priorities are the democracy of Turkey, human rights, freedom of thought, as all other peoples. If these are not present, then there are no gained rights for the Syriacs. If the rights, law, democracy, freedom of thought is established, all the societies in Turkey will take a relief."
(BIA, March 5, 2019)

Politique intérieure/Interior Politics

Micro en main, Erdogan se fait crooner pour charmer les électeurs

Formules assassines, poèmes nationalistes, anecdotes éloquentes : depuis son arrivée au pouvoir, en 2003, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'appuie sur de redoutables qualités oratoires que lui envient ses plus farouches opposants.

Alors que la campagne pour des élections locales le 31 mars bat son plein, il a ajouté une nouvelle corde à son arc, vocale cette fois-ci. Surtout connu en Occident pour ses virulentes diatribes, M. Erdogan commence en effet depuis quelques semaines ses meetings en fredonnant une chanson pour électriser ses partisans.

La musique est depuis toujours un instrument exploité par les hommes politiques de tous bords en Turquie. Mais pour le parti du président Erdogan, l'AKP, elle est devenue une arme incontournable.

Alors que la Turquie traverse une période économique difficile -- le pays est en récession pour la première fois depuis 10 ans --, l'AKP monte le volume dans l'espoir de séduire malgré tout les électeurs frappés au porte-monnaie.

"J'ai des frissons quand j'écoute ces chansons", reconnaît Ilknur Can, rencontrée par l'AFP lors d'un meeting à Istanbul au début duquel M. Erdogan a encore chanté. "A travers ces chansons, je comprends vraiment ce que le patriotisme veut dire".

Dans un pays mélomane comme la Turquie, la musique est partout : dans les cafés, les boutiques, les restaurants. C'est donc tout naturellement que lors des rassemblements politiques, des sonos crachent des chansons à en crever les tympans.

Le dirigeant turc âgé de 65 ans utilise depuis plusieurs années le pouvoir de la musique. Mais c'est la première fois qu'il fait campagne en chantant quasi systématiquement au début de ses meetings quotidiens.

- L'actualité en musique -

Le morceau à la mode, qui s'intitule "Nereden nereye (d'où à où)", brosse le tableau d'une Turquie qui s'est considérablement développée sous la houlette de M. Erdogan.

"D'où à où, d'où à où, d'où à où est parvenue la Turquie", fredonne le président turc.

Dans cette chanson, pas un mot sur l'évolution de la situation des droits humains qui s'est nettement dégradée en Turquie ces dernières années.

Les textes misent plutôt sur l'image du président fort dont la Turquie aurait besoin qui trouve un écho favorable auprès de la base nationaliste et pieuse de l'AKP.

Pour parvenir à leurs fins, les compositeurs missionnés par l'AKP n'hésitent pas à mettre en musique l'actualité.

C'est sans surprise que la tentative de coup d'Etat contre M. Erdogan dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016 a été mise en chanson. Le morceau est même devenu un tube qui est régulièrement diffusé lors des meetings de l'AKP.

"Aujourd'hui, quand j'écoute +D'où à où+, je suis transcendée", sourit Ayse Duru, une partisane du président.

L'auteur de ce nouveau succès est Altan Cetin, un compositeur turc qui collabore d'habitude avec des chanteurs de pop.

"Croyez-moi, c'est parfois bien plus difficile d'écrire des chansons pop", dit-il à l'AFP qu'il reçoit dans son studio à Istanbul.

Ce projet, qu'il a réalisé à la demande d'un ami producteur, lui a demandé un mois de travail.

- "Rapprocher les gens" -

La musique, explique M. Cetin, "est comme une colle", dans le sens où "elle rapproche les gens". "Elle insuffle de la sincérité, une unité et un pouvoir chez tous ceux qui arrivent à la sentir", ajoute-t-il.

Le pouvoir de la chanson en politique réside dans le fait qu'elle est la façon la plus directe d'atteindre le public, explique Dogan Gürpinar, enseignant à l'Université technique d'Istanbul.

"La Turquie est un pays où l'on recherche davantage les instruments permettant d'atteindre les masses, comparé aux autres pays du monde occidental", explique-t-il.

M. Gürpinar relève que le principal parti d'opposition à M. Erdogan, le CHP (social-démocrate), a plus de mal que l'AKP à établir un lien avec les électeurs avec son répertoire vieillissant de chansons de gauche, souvent tirées de l'univers des manifestations.

Visiblement conscient de cette situation, le CHP mise pour la campagne des élections locales sur des chansons plus contemporaines, y compris un morceau de rap, dans l'espoir d'atteindre les jeunes.
(AFP, 19 mars 2019)

Turquie: qu'attendre des élections locales ?

Le Parti de la justice et du développement (AKP) du président turc Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir en Turquie depuis 2002, vise le 31 mars une quatrième victoire lors d'élections locales.

Mais il affronte cette fois-ci une opposition plus unie dans un contexte défavorable de récession économique et une lassitude générale des électeurs pour ce sixième scrutin en six ans, qui pourrait se traduire, selon des experts, par une faible participation.

Malgré cela, l'AKP va probablement arriver en tête même s'il risque de perdre des voix.

- Quels sont les enjeux ? -

Il existe 30 métropoles en Turquie, dont Ankara, Istanbul et Izmir (ouest), et 51 chefs-lieux de province.

En fonction de leur municipalité, les électeurs voteront le 31 mars pour élire le maire de leur ville, mais aussi pour d'autres responsables locaux comme les maires de district, les membres de l'assemblée municipale de leur district et leur "muhtar" (une sorte de chef de quartier).

Après le référendum sur la révision constitutionnelle de 2017, M. Erdogan a cherché à renouveler les rangs de l'AKP, déplorant l'usure de certains de ses membres. Plusieurs maires, notamment ceux d'Istanbul et Ankara ont été poussés vers la sortie.

Ce scrutin municipal sera également le premier au cours duquel l'AKP présentera des candidats communs avec le Parti d'action nationaliste (MHP), une formation ultranationaliste.

Le Parti républicain du peuple (CHP) et le Bon (Iyi) parti ont également annoncé des candidats communs dans certaines villes.

Et dans le but de se donner à l'opposition toutes les chances de battre le parti au pouvoir, le Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde) a décidé de ne pas présenter de candidats dans des provinces de l'ouest du pays afin d'éviter la dispersion des votes.

- Quel impact de l'économie sur le vote ? -

Les élections surviennent dans un contexte difficile pour l'AKP avec une économie en berne, alors que ses
succès économiques ont toujours été l'un des piliers de ses victoires électorales.

L'économie pâtit en effet d'une inflation à deux chiffres et de la première récession depuis 2009.

Les électeurs s'inquiètent déjà de savoir s'ils peuvent s'offrir certains légumes comme les poivrons ou les aubergines dont les prix ont explosé, et la situation des ménages risque de se tendre davantage avec le ralentissement économique.

Mais certains experts tempèrent l'effet que l'économie peut avoir sur les résultats du scrutin.

"L'AKP peut perdre des voix du fait de sa mauvaise gestion de l'économie, mais l'ampleur de ces pertes pourrait ne pas être suffisante pour que les élections soient considérées comme une défaite pour l'AKP", estime Menderes Cinar, professeur à l'université Baskent à Ankara

- Une participation en baisse ? -

Les provinces où le CHP pourrait créer la surprise la nuit du vote sont Ankara, Bursa dans le nord-ouest du pays et Adana, Antalya et Mersin au sud, selon Berk Esen, professeur associé à l'université Bilkent d'Ankara.

Mais le taux de participation sera un facteur déterminant.

"Ces élections sont une occasion importante pour que les électeurs s'expriment" sur les autorités locales, explique Burak Bilgehan Özpek, professeur associé à l'université TOBB à Ankara. Et "il y a des frustrations avec tous les partis".

Selon Yakup Peker, du think-tank Tepav, l'AKP et son alliance risquent de perdre des électeurs qui "pourraient ne pas aller voter" faute d'alternative. Mais d'après lui, les électeurs de l'opposition sont tout aussi mécontents.

- L'opposition peut-elle remporter la capitale ? -

Les experts s'accordent pour dire que l'opposition a peu de chances de remporter Istanbul, où l'AKP présente l'ancien Premier ministre Binali Yildirim.

Mais M. Özpek note qu'"il y a de la compétition à Ankara", où se présente Mansur Yavas, candidat commun du CHP et du Bon parti, déjà candidat malheureux dans la capitale en 2009 et 2014.

M. Yavas a affirmé à l'AFP qu'il considère avoir un avantage puisqu'il représente cette fois-ci deux partis, mais qu'il sera attentif à la sécurité des urnes alors que l'opposition conteste les résultats du vote de 2014.

Il a aussi critiqué la campagne "injuste" de son adversaire, Mehmet Özhaseki, l'accusant d'utiliser les "moyens de la mairie". "Nous ne sommes absolument pas égaux dans cette course", estime M. Yavas.
(AFP, 14 mars 2019)

Women’s Coalition: Only 652 of 8,263 Mayor Candidates are Women

"We are, once again, witnessing that women and issues concerning women are being disregarded in local elections. Neither women and their problems nor solution offers for them are included in the agendas of political parties."

These remarks have been uttered by İlknur Üstün from the Women's Coalition platform. Ahead of local elections on March 31, Üstün has been doing research on representation of women in politics.
"Women candidates lead in HDP's official applications"

Speaking about their work on forthcoming local elections, Üstün states that they have used the lists sent by the Supreme Election Council (YSK) and political parties in preparing their data.

Indicating that the mayor candidates of the Peoples' Democratic Party (HDP) were added to their lists through official applications, Üstün remarks that women have come to the fore in terms of the number of official applications made by the HDP due to their co-mayorship system.

The coalition has also analyzed the election bylaws in terms of women's representation, which will be announced in the forthcoming days.
"No women nominated in Artvin and Osmaniye"

Releasing an informative document regarding the number of women nominated as mayor candidates in March 31 local elections, the Women's Coalition has emphasized that "these tables are the first indication of the gender inequality in municipal administrations."

According to the statement released by the coalition, 652 women in total have been nominated as mayor candidates across Turkey so far.

There are no women candidates in the provinces of Artvin and Osmaniye. There are no women candidates in 26 of 51 central municipalities. There also no women candidates in 4 of 403 district municipalities. In 19 of 386 town municipalities, there are also no women candidates.
(BIA, 11 March 2019)

Erdogan porte plainte contre une opposante pour "insulte au président"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a porté plainte jeudi contre une opposante qu'il accuse de l'avoir "injurié" pour avoir dit qu'il qualifiait les électeurs ne votant pas pour lui de "terroristes".

La plainte, qui vise la dirigeante du parti de droite Iyi, Meral Aksener, a été déposée par les avocats du président turc auprès du parquet d'Ankara, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu.

En cause, des déclarations de Mme Aksener la veille à Denizli (ouest) lors d'un meeting de campagne pour les élections locales du 31 mars.

"Comment allez-vous, chers habitants de Denizli que le président de la République qualifie de terroristes ?" a notamment lancé l'opposante au début du meeting. "Cela fait 17 ans que cette personne mène une politique qui nous divise et nous monte les uns contre les autres", a ajouté Mme Aksener, qui fut notamment ministre de l'Intérieur.

Ces propos ont provoqué la colère de M. Erdogan, qui s'en prend depuis de façon virulente à cette opposante qu'il avait relativement épargnée jusque-là, concentrant ses piques sur son principal opposant, Kemal Kiliçdaroglu, chef du parti CHP (social-démocrate).

Le président turc est régulièrement accusé par ses opposants de diaboliser ceux qui ne votent pas pour lui et d'avoir profondément polarisé la Turquie depuis son arrivée au pouvoir en 2003.

M. Erdogan accuse à longueur de meetings quotidiens les dirigeants des partis d'opposition, notamment du CHP et du parti prokurde HDP, d'être à la solde de plusieurs "organisations terroristes".

Cette expression désigne la guérilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ou le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, que M. Erdogan accuse d'avoir ourdi une tentative de coup d'Etat en 2016.

Des milliers de personnes ont été poursuivies ou condamnées en Turquie ces dernières années pour avoir insulté M. Erdogan, un crime passible d'un à quatre ans de prison. 
(AFP, 7 mars 2019)

Un jeune homonyme d'Erdogan rêve de conquêtes politiques

"Recep Tayyip Erdogan, candidat pour le quartier de Dumplupinar". Les affiches placardées dans cette ville du nord-ouest de la Turquie prêteraient à confusion si la photo collée sous le slogan était celle du président turc et non celle d'un jeune homme au visage rond.

Agé de 20 ans, Recep Tayyip Erdogan ne partage pas seulement avec l'actuel chef de l'Etat le même nom, mais aussi le virus de la politique. Candidat aux élections locales qui auront lieu le 31 mars, il rêve de vivre une épopée politique semblable à celle de son homonyme.

"Etre né avec ce nom, c'est comme si mon destin était écrit", sourit Recep Tayyip, visage rond et collier de barbe. A 20 ans, il est candidat pour la première fois dans la ville de Gölcük, dans la province de Kocaeli.

Pour l'instant, il ne brigue pas la présidence de la République, mais un modeste mandat de "muhtar", une sorte de maire de quartier élu tous les cinq ans.

Si son père l'a prénommé ainsi, c'est parce qu'il admirait l'actuel président turc qui, à la naissance de Recep Tayyip, était maire d'Istanbul (1994-1998), un poste qui lui a servi de tremplin pour ensuite s'imposer sur la scène politique nationale.

"C'est un dirigeant que je prends pour modèle", explique Recep Tayyip qui dit admirer "l'attitude, la façon de parler au monde et de se préoccuper pour les gens" du chef de l'Etat qu'il n'a jamais rencontré.

S'appeler Recep Tayyip Erdogan n'a pas toujours été facile, explique le jeune homme, ajoutant que son nom a donné lieu à plusieurs scènes cocasses.

"Souvent, les gens croient que c'est une blague et ceux qui ne me croient pas demandent à voir ma carte d'identité", sourit-il.

- "Imposteur" -

Son nom lui a donné de la visibilité sur les réseaux sociaux, avec des partisans du président turc lui envoyant des encouragements. Mais il indique avoir également reçu de nombreuses critiques.

"Certains disent qu'il y a un imposteur du "Reis" ("chef", en turc) sur les réseaux sociaux", dit-il.

Reste que la fonction de muhtar a une importance symbolique pour le président Erdogan.

Après un bref emprisonnement en 1998 pour avoir lu un poème religieux, M. Erdogan était donné pour mort politiquement. Certains journaux affirmaient qu'il ne pourrait "même plus être muhtar" s'il le voulait.

Aujourd'hui, le chef de l'Etat turc invite régulièrement des muhtars au palais présidentiel auxquels il s'adresse lors de discours qui servent à faire passer des messages politiques ou à galvaniser sa base.

En Turquie, les muhtars ne sont affiliés à aucun parti, même s'ils font la plupart du temps peu de mystère sur leurs préférences.
 Recep Tayyip, qui se présente face à deux adversaires, est convaincu que son nom lui donnera un coup de pouce auprès des électeurs.

"Notre président est très populaire, il a été élu avec 52,6% des voix. Bien entendu, j'estime qu'il y a plus de chances pour que ses supporters votent pour moi", déclare-t-il.

- Ambition -

Costume noir trois pièces et grosse montre en évidence, Recep Tayyip fait le tour des commerçants pour distribuer des tracts en attendant les élections.

"Je ne peux pas dire que je suis un grand fan du vrai titulaire de ton nom, mais tu m'as l'air d'un bon gars. Je voterai peut-être pour toi", lâche un vendeur de pommes de terre dans le marché couvert de Gölcük.

Pour l'épauler à l'aube d'une potentielle carrière politique riche, Recep Tayyip peut en tout cas compter sur son frère jumeau Talha. Son aîné de huit secondes le conseille et s'occupe de sa présence sur les réseaux sociaux.

"Je l'ai toujours soutenu et il n'y a absolument aucune jalousie entre nous", indique Talha. "Nous sommes toujours ensemble".

L'aventure de Recep Tayyip n'en est qu'à ses débuts et le jeune homme ne cache pas qu'il vise haut, même s'il garde la tête froide.

"Je suis encore jeune, j'ai besoin de me développer", dit-il. "Mais pourquoi ne pourrais-je pas devenir président pour servir mon pays, après avoir progressé, atteint l'âge nécessaire et être devenu digne de cette fonction ?"
(AFP, 27 février 2019)

Forces armées/Armed Forces

Mandats d'arrêt contre 100 militaires pour liens présumés avec Gülen

Les autorités turques ont émis lundi des mandats d'arrêt contre cent militaires soupçonnés de liens avec Fethullah Gülen, un prédicateur accusé par Ankara d'avoir fomenté le putsch manqué de juillet 2016, a annoncé le bureau du procureur d'Ankara.

Les mandats visent 100 militaires de l'armée de terre, dont 43 lieutenants et 50 sergents, ainsi qu'un civil travaillant au ministère du Commerce, a précisé le bureau du procureur.

Neuf autres mandats d'arrêt ont par ailleurs été émis contre neuf personnes travaillant au ministère de la Santé ou dans des hôpitaux, dont huit ont d'ores et déjà été interpellées.

Les personnes recherchées sont soupçonnées d'être liées à la confrérie de M. Gülen, qui vit aux Etats-Unis depuis une vingtaine d'années.
 Les autorités turques l'accusent d'avoir créé un "Etat parallèle" dans les institutions turques dans l'objectif de renverser le gouvernement et d'avoir été le cerveau de la tentative de coup d'Etat du 15 juillet 2016.

M. Gülen nie tout lien avec le putsch avorté et affirme diriger un réseau pacifique d'ONG et d'écoles.

Depuis le putsch manqué, les autorités traquent sans relâche ses partisans et ont lancé des purges d'une ampleur sans précédent dans l'histoire moderne du pays. Quelque 55.000 personnes ont été arrêtées et plus de 140.000 limogées ou suspendues.

Plus de deux ans et demi après le coup de force, les arrestations se poursuivent, avec plusieurs centaines de personnes interpellées chaque semaine.
(AFP, 25 février 2019)

Affaires religieuses / Religious Affairs

Nouvelle-Zélande: le tireur a séjourné en Turquie, Ankara enquête

L'auteur présumé de l'attentat vendredi contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande a effectué plusieurs séjours en Turquie où les autorités ont ouvert une enquête pour retracer ses activités et contacts, a indiqué un haut responsable turc.

L'individu, un extrémiste de droite australien, "s'est rendu à plusieurs reprises en Turquie et a séjourné pendant une longue période dans le pays", a déclaré ce responsable sans fournir de détails sur la fréquence, la durée ou la date de ces séjours.

"Nous pensons que le suspect a pu se rendre dans d'autres pays (depuis la Turquie) en Europe, en Asie et en Afrique. Nous sommes en train d'enquêter sur les déplacements et les contacts du suspect à l'intérieur du pays", a ajouté cette source ayant requis l'anonymat.

Au moins 49 personnes ont été tuées dans ces attaques commises à Christchurch vendredi et qualifiées par la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern d'"attaque terroriste".
 D'après le Premier ministre australien Scott Morrison, le tireur a été identifié comme un extrémiste de droite australien.

La Turquie a fermement condamné cette attaque, le président Recep Tayyip Erdogan y voyant le signe d'une "hausse de l'islamophobie" dans les pays occidentaux.

Plusieurs médias turcs rapportent que le tireur a proféré des menaces à l'encontre de la Turquie dans un "manifeste" publié sur les réseaux sociaux et qu'il a inscrit des dates de défaites militaires de l'Empire ottoman sur les chargeurs de ses armes.

Dans son "manifeste", il déclare notamment que la basilique Sainte-Sophie d'Istanbul, transformée en mosquée par les Ottomans après la prise de Constantinople en 1453 puis devenue un musée, sera "libérée" de ses minarets.

Signe de l'émotion suscitée par cette attaque en Turquie, le vice-président turc Fuat Oktay et le chef de la diplomatie Mevlüt Cavusoglu vont se rendre en Nouvelle-Zélande dans les prochains jours, a annoncé le ministère turc des Affaires étrangères.
(AFP, 15 mars 2019)

L'attentat de Christchurch, signe de la "hausse de l'islamophobie" pour Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé vendredi que l'attaque meurtrière contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande était le signe de la "hausse de l'islamophobie", appelant les pays occidentaux à prendre des mesures "urgentes" pour éviter d'autres "catastrophes".

Dans un communiqué publié sur Twitter, le chef de l'Etat turc a "fermement condamné" cette double attaque, estimant qu'elle était "un nouvel exemple de la hausse du racisme et de l'islamophobie".

Au moins 49 personnes ont été tuées dans ces attaques commises à Christchurch vendredi, a annoncé la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, qui a qualifié les fusillades d'"attaque terroriste".

D'après le Premier ministre australien Scott Morrison, le tireur a été identifié comme un extrémiste de droite australien.

Signe de l'émotion suscitée par cette attaque en Turquie, M. Erdogan va dépêcher son vice-président Fuat Oktay et son ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu en Nouvelle-Zélande, a rapporté la chaîne d'information étatique TRT.

Le président turc a en outre appelé la gouverneure générale de Nouvelle-Zélande, Patsy Reddy, pour lui présenter ses condoléances, selon la TRT.

Plusieurs médias turcs rapportent que le tireur a proféré des menaces à l'encontre de la Turquie dans un "manifeste" publié sur les réseaux sociaux et qu'il a inscrit des dates de défaites militaires de l'Empire ottoman sur les chargeurs de ses armes.

Dans son "manifeste", il déclare notamment que la basilique Sainte-Sophie d'Istanbul, transformée en mosquée par les Ottomans après la prise de Constantinople en 1453 puis devenue un musée, sera "libérée" de ses minarets.

"Il apparaît clairement que la vision portée par le tueur et qui prend également notre pays, notre peuple et ma personne pour cibles a commencé à gagner du terrain en Occident comme un cancer", a affirmé M. Erdogan lors d'une allocution à Istanbul.

"Avec cet attentat, l'hostilité envers l'islam (...) a franchi les limites du harcèlement individuel pour atteindre le niveau d'une tuerie de masse", a-t-il poursuivi, appelant les pays occidentaux à "prendre en urgence des mesures" pour éviter "de nouvelles catastrophes".

Des dizaines de personnes se sont rassemblées pour dénoncer cette tuerie à l'issue de la prière du vendredi dans l'une des principales mosquées d'Istanbul dans le quartier populaire de Fatih, selon des correspondants de l'AFP.

Les manifestants ont brandi des pancartes barrées d'inscriptions dénonçant "la sauvagerie croisée" et appelant à l'arrêt du "terrorisme mondial".

Le gouvernement islamo-conservateur turc critique régulièrement ce qu'il qualifie de "hausse de l'islamophobie" dans les pays occidentaux.
(AFP, 15 mars 2019)

Erdogan accuse des manifestants de ne pas respecter l'appel à la prière

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué dimanche les participants à une marche à Istanbul à l'occasion de la Journée internationale de la femme pour avoir "manqué de respect" à l'islam en chantant pendant l'appel à la prière.

La police a tiré vendredi des gaz lacrymogènes sur les milliers de personnes qui ont défilé, malgré une interdiction de toute manifestation sur l'avenue piétonnière et commerçante Istiklal, où cette marche avait pourtant eu lieu pacifiquement l'année précédente.

Sur une vidéo devenue virale, mais qui n'a pas été authentifiée, des hommes et des femmes défilant sur l'avenue Istiklal ont continué à scander des slogans pendant l'appel à la prière.

"Un groupe, qui s'est rassemblé sur Taksim (place centrale d'Istanbul), dirigé par le CHP (Parti républicain du peuple, principal parti d'opposition, ndlr) et le HDP (Parti démocratique des peuples, pro-Kurde, ndlr) prétendument pour la Journée internationale de la Femme, s'est comporté grossièrement en chantant et sifflant pendant l'appel à la prière", a déclaré M. Erdogan lors d'une réunion électorale à Adana (sud), lors de laquelle il a diffusé un court extrait de la vidéo.

Le président islamo-conservateur participe à des réunions électorales chaque jour à travers le pays avant les élections locales du 31 mars.

M. Erdogan affirme souvent que le parti islamique qu'il dirige a accru les libertés des musulmans car auparavant le hijab était interdit dans les institutions publiques et les universités.

Mais ses détracteurs l'accusent d'avoir remis en cause la laïcité instituée par le premier président turc Mustafa Kemal (1923-38), père de la Turquie moderne.

L'appel à la prière est un sujet de controverses depuis la fondation en 1923 de la République de Turquie, née après la chute de l'Empire ottoman, et qui a mis fin au califat.
(AFP, 10 mars 2019)

Socio-économique / Socio-economic

Thousands of Animals Tormented, Only 572 People Fined

The Animal Rights Watch Committee (HAKİM) has stated that thousands of animals were tormented in 2018, yet only 572 people were fined.

HAKİM shared the Ministry of Agriculture and Forestry' response to its application regarding the sanctions against the animal rights violations.

"While extremely horrible news reports of animal torture are reflected on the press and the social media every day, only 572 people were sentenced to an administrative fine upon the Animal Protection Law because of maltreatment of animals," the HAKİM said.

"These sanctions cannot be called punishment"

HAKİM's Coordinator Burak Özgüner said that the perpetrators have not been identified and that the sanctions against them cannot be seen as "punishment":

"While unbelievable reports of tormenting came from everywhere in 2018, only 572 people being fined shows that this reality of Turkey is being ignored. In 2018, fine for torturing an animal or sexual violence against animals were 625 liras (~114 USD).

"Perpetrators have not been identified, the sanctions cannot be called a punishment. Those 572 people, after carrying out acts of torture openly against the dogs, the cats, which are most visible to us, faced pretty insufficient administrative sanctions.

"With dogs and cats, animals from many species are subjected to systematic cruelty. Don't those animals which are not under our noses have a life? I definitely don't think that we can solve the problem of violence against animals by ignoring the horrible conditions they are in."

"These people should be isolated from the society"

"I once again remind our demand that the sentence for offenses of torture and rape against animals should be an undeferred prison sentence.

"These people should be isolated from the society, prevented from harming animals. There is not anybody who did not hear our demands but we will repeat those at the Grand National Assembly of Turkey's (TBMM) Animal Rights Research Commission."


“We thus call on European leaders to express concern on the human rights situation in Turkey, as done during the UN Human Rights Council 40th session and recall that HRDs are natural and indispensable allies in the promotion of human rights and democratisation in their countries, as stated in the EU Guidelines on HRDs.

“In addition to that, we also ask the Turkish Government to unconditionally drop politically motivated charges and proceedings; release from custody without delay the thousands of citizens unjustly jailed or facing judicial harassment for the legitimate exercise of their fundamental freedoms; amend the broad anti-terror law n° 3713; stop the judicial harassment of the signatories of the ‘Academics for Peace’ petition.”
(BIA, 15 March 2019)

Erdogan contrarié par l'économie à l'approche des élections locales

Avec une inflation à deux chiffres, une monnaie affaiblie et une récession, le parti au pouvoir en Turquie affronte des vents contraires lors de la campagne des élections locales du 31 mars.

La perte de vitesse de l'économie hante le Parti de la justice et du développement (AKP) du président Recep Tayyip Erdogan, qui a largement bâti ses victoires électorales sur ses succès économiques.

Arrivé au pouvoir en 2003 en tant que Premier ministre, M. Erdogan a été crédité du boom économique qui a suivi la crise financière de 2001 et a transformé la Turquie en nouvelle coqueluche des investisseurs des marchés émergents.

Mais la situation a changé: le PIB par habitant est redescendu à 9.632 dollars en 2018, contre 10.597 en 2017, et l'économie vient d'entrer en récession pour la première fois depuis 2009.

"L'AKP a atteint les limites de son modèle économique. Le niveau de vie n'augmente plus", explique Berk Esen, professeur associé à l'université Bilkent, à Ankara.

Selon lui, les classes moyennes qui ont un temps bénéficié des politiques menées par l'AKP "pourraient se retourner" contre le parti en s'abstenant lors des élections, maintenant que la récession frappe les consommateurs au portefeuille.

Les sondages plaçant l'économie en tête des préoccupations des Turcs, le gouvernement multiplie les mesures pour lutter contre l'inflation, faisant même installer des stands municipaux vendant des fruits et légumes à prix cassés.

M. Erdogan a balayé les critiques de l'opposition à ce sujet, assurant que les longues files qui se sont formées devant ces stands ne sont pas un signe de "pauvreté", mais de "prospérité".

- "La solution, c'est l'AKP" -

Seyit Torun, vice-président du Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), principale formation de l'opposition, considère qu'il n'y a "aucun doute" que l'économie va avoir un impact sur le scrutin.
 
"Nous voyons les problèmes économiques s'aggraver. Nous le sentons jusqu'au cou", ajoute M. Torun.

Pour lui, le président Erdogan est inquiet. "S'il n'avait pas peur, est-ce qu'un président, chef de l'AKP, tiendrait deux meetings par jour ? Il ne s'agit en fin de compte que d'élections locales", souligne-t-il à l'AFP.

M. Erdogan multiplie en effet les meetings à travers le pays, à un rythme plus soutenu que d'habitude, selon des experts et responsables de l'opposition. Il a par exemple enchaîné six discours pour la seule journée de mardi.

Un vice-président de l'AKP, Cevdet Yilmaz, a insisté lors d'une rencontre avec la presse étrangère le mois dernier, que "s'il y a des difficultés économiques, la solution c'est l'AKP", estimant que l'économie n'aurait qu'un effet "marginal" sur le vote.

Mais d'après un sondage du CHP, mené sur 6.345 personnes dans 29 provinces, quelque 60% des électeurs s'inquiètent de l'effondrement de l'économie.

Et l'inflation se maintient à un niveau élevé, même si elle est repassée légèrement en-dessous de la barre des 20% en rythme annuel en février pour la première fois depuis août, pic des tensions diplomatiques entre Washington et Ankara qui ont causé l'effondrement de la livre turque.

- "Pertes contenues" -

Cependant, des analystes tempèrent l'idée qu'une économie affaiblie se traduirait nécessairement par de lourdes pertes pour l'AKP.

Pour Emre Erdogan, professeur à l'université Bilgi d'Istanbul, l'AKP pourrait compenser une éventuelle perte des voix grâce à son alliance avec le MHP (droite nationaliste), parce que "les déçus pourraient ne pas aller du côté de l'opposition pour des raisons idéologiques".

L'AKP cherche également à fidéliser ses électeurs à coups de propagande "contre des ennemis extérieurs et intérieurs", poursuit le chercheur.

Le chef de l'Etat et la presse officielle s'en prennent systématiquement au leader du CHP, Kemal Kiliçdaroglu, et au Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), accusé par les autorités d'être lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Ceci s'inscrit dans une "stratégie de polarisation" menée par l'AKP pour disqualifier l'opposition, explique Menderes Cinar, professeur à l'université Baskent à Ankara.

D'après lui, l'AKP fait ainsi diversion de ses échecs en présentant ses opposants comme des "menaces sécuritaires" et en appelant à la loyauté de sa base électorale pour les empêcher de gagner.
(AFP, 14 mars 2019)

La Turquie en récession pour la première fois depuis 2009

La Turquie est entrée en récession pour la première fois depuis 2009, d'après les données publiées lundi, une mauvaise nouvelle pour le gouvernement à trois semaines d'élections municipales.

Le Produit intérieur brut (PIB) s'est contracté de 3% au quatrième trimestre 2018 en glissement annuel, selon l'Office nationale des statistiques (Tüik), et de 2,4% par rapport au trimestre précédent.

Or, au troisième trimestre déjà, le PIB avait déjà reculé de 1,1%, ce qui signifie que la Turquie est entrée en récession, une première depuis 2009. Une récession se définit par deux trimestres consécutifs de recul du PIB.

La croissance pour l'ensemble de l'année 2018 s'est établie à 2,6%, contre 7,4% en 2017.

Ce ralentissement s'explique en grande partie par une très forte inflation sur fond de crise de la livre turque survenue en août, due aux tensions diplomatiques entre Ankara et Washington et à la défiance des marchés à l'égard des politiques économiques menées par le gouvernement turc.
 La devise turque a ainsi perdu près de 30% de sa valeur en 2018, mais s'est stabilisée depuis le début de l'année. Un dollar s'échangeait lundi vers 09H00 GMT contre 5,44 livres.

L'inflation se maintenait à 19,67% en rythme annuel en février, repassant toutefois sous le seuil symbolique de 20% pour la première fois depuis août.

La publication des derniers chiffres survient en pleine campagne pour les élections municipales du 31 mars, et pourrait desservir le parti du président Recep Tayyip Erdogan, alors que l'économie apparaît en tête des préoccupations des Turcs.

"Le pire (...) est derrière nous", a toutefois assuré le ministre des Finances, Berat Albayrak, sur Twitter, imputant ces mauvais chiffres à "des attaques spéculatives" et au ralentissement de l'économie mondiale.

Un constat que semble partager Jason Tuvey, économiste chez Capital Economics, qui estime dans une note que "le pire de la baisse est probablement passé". Il estime cependant que le PIB turc va connaître une contraction de 2,5% en 2019.
(AFP, 11 mars 2019)

Flormar Workers' Resistance Ends

The workers who were fired by the Flormar cosmetics company because of unionizing decided to end their resistance at the meeting held at the Petroleum, Chemical, Rubber, Workers' Union of Turkey (Petrol İş) yesterday (March 7) in Gebze district in Kocaeli province.

The workers said to bianet that they got their severance pays but are not able to return to their jobs.

The women workers have been protesting since January 2018.

Ayşe Öztürk, a resisting worker, told bianet that there is some success but they are sad that they are not able to return to their jobs:

"Flormar is finished for us. In yesterday's meeting, we made a decision through democratic voting. 53 of our friends voted for not continuing to protest, 20 friends said 'We shall continue'. We got our compensations but are not able to return to our jobs.

"At the end, we ended our protests. We will go on with new jobs. There is a bitter joy inside us. We made monetary gains but could not return to our jobs. This is saddening for us."
"Resist, struggle"

Calling out to women who want to be unionized but do not do that because of the fear of losing their jobs, Öztürk said,

"Women should absolutely be unionized without hesitation. We learned many things when we were resisting. Being dismissed a job is not the end of everything. Resistance is very important despite everything. Women should not retreat from these areas. I can call out to them, 'Resist, struggle.'"
(BIA, March 8,  2019)

Men Kill 23 Women in January

According to the news compiled by bianet from local and national newspapers, news websites and agencies, men killed at least 23 women and four men who were with the women in the first month of 2019. While one of the murdered women was Hande Kader Şeker, a transgender woman living in İzmir, another was Esra A., who was also a trans woman from İstanbul.

Men raped four women, forced five women to sex work and harassed seven women. Men also sexually abused 10 girls and inflicted violence or injury on at least 27 women in January 2019.

Two femicides committed by men in December 2018* were also reported in the news in January 2019.

In January 2019, four women also suspiciously died. In three of the femicides committed in the first month of this year, the offenders could not be identified.

Men attempted to kill four women and one child. The murderers of two migrant children from Afghanistan could not be identified.
Murder

The news compiled by bianet from local and national newspapers, news websites and agencies have shown that men killed at least 23 women and four men who were with the women in January 2019.

In the same month last year, men murdered at least 13 women, two children and two men who were with the women when they were killed.

While one of the women murdered in January 2019 was from Azerbaijan, one of them was from Syria and another one from Afghanistan. In the first month of 2019, it was also reported that two trans women from İzmir and İstanbul were killed. The murderer of one trans woman was a police officer.

In Sakarya, M.H. (75) with Alzheimer's disease battered her mother Lütfiye Harbacı (100). The woman lost her life after falling as a result of battery. As this murder was not gender-oriented, we have not included it in the male violence monitoring report of January 2019. We will include it in the 2019 year-end male violence monitoring report.

The names of killed women

Ceren Damar, Emine Çakır, Esma Kurt, Esra A., Fatma Özdemir, Fatma Tangaz, Ganıra Cabbarova, Gül K., H.İ., Hande Buse Şeker, Hürü Açık, İbite Sem El K., Kader Erenuluğ, Kübra Olgun Şahin, Leyla Avcı, Menekşe Ay, Parwin M., Rabia Ezer, Rava Kallajo, Serpil Erdoğan, Sibel Dudaklı, Sibel G., Suzan Keleş.

Provinces where murders were committed

Adana (2), Ankara (2), Bartın (1), Burdur (1), Bursa (1), Edirne (1), Hatay (1), İstanbul (2), İzmir (2), Kırşehir (1), Kocaeli (1), Kütahya (1), Malatya (2), Manisa (1), Mersin (1), Muğla (1), Osmaniye (1), Urfa (1).

Men killed four of the women because they wanted to divorce/break up while they murdered four women on the pretext of jealousy. One woman was killed after she warned one of her students for cheating during an exam, one woman was killed because her daughter wanted to have a divorce and one woman was murdered for allegedly doing sex work. The reason why 11 of the deceased women were killed was not reported in the news.

Men killed seven of the women in public places such as a campus, car park, bar or street while they killed 16 of them in her or her family's home. In at least two cases, it was later understood that men wanted to make their murders look like a suicide.

While eight of the murderers were husbands of the women, two women were killed by their boyfriends. Four women were killed by their own family members (one woman by her father, one woman by her son and two women by their brothers). Two women were killed by their sons-in-law, one of them by a male acquaintance, one of them by a police officer and one woman by a client of hers. The form of acquaintance/relationship between one woman and the murderer was not reported in the news.

Men killed 10 women with a firearm such as a shotgun/pistol and murdered nine women with a knife. While one woman was tortured to death, one woman was killed by being strangled. It was not reported in the news how two women were killed.
(BIA, 26 February 2019)

Lawsuit Against 6 Participants of 2018 İstanbul LGBTI+ Pride Parade

The investigation conducted by the İstanbul Public Prosecutor's Office against six people who were taken into custody during the 2018 İstanbul LGBTI+ Pride Parade has been completed.

As reported by Yıldız Tar from Ankara-based Kaos GL Association, in the indictment filed by the Prosecutor's Office, the participants of the parade have been charged with "opposition to the Law no. 2911 on Meetings and Demonstrations" as well as "resisting to prevent the fulfillment of duty" and "jeopardizing the traffic safety."

In reference to the detention of three people at İstiklal Avenue in İstanbul with police violence, the indictment has stated that they were "caught upon their disturbing and indecent behavior towards the law enforcement officers intervening with them and the citizens in their vicinity."

First hearing to be held in April

In the indictment, the Prosecutor's Office has also demanded that one person who sounded the horn of his/her vehicle during the police attack in Firuzağa be penalized on charges of "resisting to prevent the fulfillment of duty" and "jeopardizing the traffic safety."

The first hearing of the case will be held at the İstanbul 12th Penal Court of First Instance on April 18, 2019.

What happened?

In 2018, the Governorship of İstanbul announced that LGBTI+ Pride Parade "would not be allowed" for the fourth time.

In response to the announcement of the governorship, the Pride Week Committee released a statement and said, "İstanbul Governorship has proven that the reasons they show to ban the parade, not overlapping with Ramadan or being threatened, are just excuses and that kind of attitudes as the Governorship prohibition are just the signs of their hate directed towards us one more time.''

Before the 2018 LGBTI+ İstanbul Pride Parade, the police blocked all roads leading to the İstiklal Avenue. A statement for the press was read out in Mis Street as part of the parade.
(BIA, 26 February 2019)

Relations turco-européennes / Turkey-Europe Relations

Le Premier ministre australien déplore les propos "ignobles" d'Erdogan

Le Premier ministre australien Scott Morrison a jugé mercredi "irréfléchis", "ignobles" et "offensants" des propos tenus par le président turc Recep Tayyip Erdogan après l'attentat d'un extrémiste australien dans des mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

M. Morrison a exigé le retrait des propos de M. Erdogan et a averti que "toutes les options sont sur la table" en ce qui concerne les relations entre l'Australie et la Turquie.

"Les paroles du président Erdogan sont malheureusement prises hors de leur contexte", a tenté de justifier mercredi le directeur de la communication de la présidence turque sur Twitter.

M. Erdogan avait déclaré lundi que l'attentat de Christchurch s'inscrivait dans le cadre d'une attaque contre l'islam et la Turquie.

"Ce n'est pas un acte isolé, c'est quelque chose d'organisé", avait affirmé M. Erdogan lors d'un discours de campagne prononcé dans l'ouest de la Turquie deux semaines avant des élections locales. "Ils sont en train de nous tester avec le message qu'ils nous envoient depuis la Nouvelle-Zélande, à 16.500 kilomètres d'ici".

Le président turc avait en particulier lancé que les Australiens qui seraient hostiles à l'islam subiraient le même sort que les soldats australiens tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli, pendant la Première Guerre mondiale.

Dans une référence à la présence pendant ce conflit de contingents australiens et néo-zélandais engagés contre les forces ottomanes, il avait lancé: "Il y a un siècle, vos aïeux sont repartis à pied ou dans des cercueils. Si votre intention est la même que la leur, nous vous attendons".

La bataille de Gallipoli, également appelée bataille des Dardanelles, a opposé pendant neuf mois en 1915 et 1916 les forces de l'Empire ottoman à celles de la Grande-Bretagne, de la France et de leurs alliés. Elle a fait des dizaines de milliers de morts dans les deux camps et s'est terminée par une victoire des Ottomans.

- Des propos "ignobles" -

"Des propos ont été tenus par le président turc Erdogan que je considère extrêmement offensants pour les Australiens et extrêmement irréfléchis dans l'environnement très sensible dans lequel nous sommes", a dit M. Morrison.

Le Premier ministre a notamment qualifié d'"ignobles" des commentaires faits par le président turc sur les réactions de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande après l'attentat de Christchurch, où un suprémaciste blanc australien a tué 50 fidèles dans deux mosquées.

M. Morrison a fait sa déclaration après avoir convoqué l'ambassadeur de Turquie et avoir rejeté les "excuses" qui avaient été présentées. "J'attends, et j'ai demandé, que ces propos soient clarifiés, soient retirés", a déclaré le chef du gouvernement australien.

"J'attendrai de voir ce que sera la réaction du gouvernement turc avant de décider d'autres mesures, mais je peux vous dire que toutes les options sont sur la table", a insisté M. Morrison.

Il a appelé les Australiens qui se rendraient en Turquie à la prudence et a précisé que les autorités australiennes étaient en train de réexaminer leurs conseils aux voyageurs dans ce pays.

Les déclarations de M. Erdogan ont également suscité la colère de la Nouvelle-Zélande. Dès lundi, le vice-Premier ministre néo-zélandais Winston Peters a protesté contre l'utilisation politique par le président turc du massacre de Christchurch.

Cette utilisation est "totalement injuste" et "menace l'avenir et la sécurité du peuple néo-zélandais et de nos citoyens à l'étranger", a-t-il déclaré.

M. Peters a annoncé mardi qu'il se rendrait en Turquie cette semaine à la demande d'Ankara pour assister à une réunion spéciale de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).
(AFP, 20 mars 2019)

Le président tchèque Zeman s'attire les foudres de la Turquie


L'ambassade de Turquie à Prague a vigoureusement protesté mercredi contre des déclarations controversées faites la veille par le président tchèque Milos Zeman selon lesquelles la Turquie serait proche des radicaux du groupe Etat islamique (EI).

Interrogé lors d'un débat public à Vintirov (ouest) sur la question de savoir pourquoi la Turquie s'en prend aux Kurdes qui luttent contre les islamistes, le chef de l'Etat tchèque a affirmé que la Turquie était un "allié de fait" de l'EI.

"Pourquoi attaquent-ils les Kurdes? Parce qu'ils (les Turcs, ndlr) sont des alliés de fait de l'EI", a asséné M. Zeman.

Il a évoqué des "informations", selon lesquelles "la Turquie jouait un rôle d'intermédiaire lors de certaines opérations d'approvisionnement de l'EI à l'époque où le groupe occupait une partie importante de la Syrie et de l'Irak".

"Concrètement il s'agissait par exemple de l'exportation de pétrole", a affirmé M. Zeman. A son avis, son homologue turc Recep Tayyip Erdogan a "misé sur l'islamisation de la Turquie".

L'ambassadeur turc à Prague, Ahmet Necati Bigali, a qualifié mercredi les déclarations de M. Zeman de "malheureuses", "inacceptables" et "basées sur des accusations infondées".

"La Turquie, en tant que membre actif de la coalition globale contre l'EI, a lutté durement contre l'EI depuis sa fondation, par ses propres moyens tout comme par ses contributions fournies à cette coalition", a souligné l'ambassadeur dans une déclaration transmise aux médias de Prague.

De son côté, le Premier ministre tchèque Andrej Babis ,qui s'apprête à visiter cette année la Turquie, a refusé de commenter les déclarations de M. Zeman, alors que le chef de la diplomatie tchèque, Tomas Petricek, a mis en relief l'importance du rôle joué par la Turquie dans la solution du conflit en Syrie.
(AFP, 20 mars 2019)

L'UE et la Turquie tentent de renouer le dialogue après quatre ans de brouille

L'Union européenne et la Turquie ont décidé vendredi de reprendre leur dialogue politique, interrompu depuis quatre ans, mais les divergences demeurent et bloquent les négociations d'adhésion et la libéralisation des visas, ont reconnu les responsables européens.

La reprise du dialogue s'est faite à l'occasion d'une réunion du Conseil d'association UE-Turquie à Bruxelles.

Ankara était représentée par le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavisoglu, et les institutions européennes par Federica Mogherini, la cheffe de la diplomatie européenne et par Johannes Hahn, commissaire européen responsable de l'Elargissement.

"La Turquie veut poursuivre sur la voie de l'adhésion", espère obtenir une libéralisation pour la délivrance de visas à ses ressortissants et demande aux Etats membres de lever les obstacles à l'extension de l'Union douanière, a affirmé M. Cavisoglu lors de leur conférence de presse commune.

Le ministre turc a rappelé que quatre chapitres doivent encore être traités dans le cadre des négociations d'adhésion et assuré de la volonté du gouvernement turc de mener les réformes nécessaires.

Le Parlement européen a demandé mercredi le gel des négociations pour protester contre les mesures de répression prises par le pouvoir à la suite de la tentative de coup d'état. La décision revient aux Etats membres de l'UE.
 Federica Mogherini a qualifié la réunion d'"extrêmement importante", mais a réitéré sa "vive préoccupation" pour l'État de droit en Turquie, à cause des restrictions à la liberté d'expression et de la condamnation de journalistes.

"Nous comprenons les difficultés auxquelles la Turquie est confrontée depuis la tentative de coup d'Etat de 2016, mais toute réaction doit respecter l'Etat de droit et les libertés fondamentales", a-t-elle insisté.

"Nous sommes prêts à relancer les négociations pour la délivrance des visas, à condition que les conditions soient remplies", a pour sa part assuré Johannes Hahn.

L'UE insiste notamment sur un amendement des lois antiterroristes adoptées en Turquie.

Les négociations sur une éventuelle adhésion de la Turquie à l'Union européenne ont débuté en 2005, mais elles sont au point mort. Les relations entre Bruxelles et Ankara se sont très fortement tendues depuis la tentative manquée de putsch de juillet 2016 et la répression touchant opposants et journalistes qui a suivi.
(AFP, 15 mars 2019)

EP: Negotiations With Turkey Shall be Suspended

The European Parliament (EP) has adopted a resolution that suggests the suspension of the accession negotiations with Turkey in its general assembly in Strasbourg.

The non-binding resolution was adopted in yesterday's (March 13) session by 370 votes in favor, 109 against with 143 abstentions.

"Taking into account the human rights situation and the new Turkish constitution, the European Parliament recommends that the current EU accession negotiations with Turkey be formally suspended," says the resolution.

The resolution will be on the agenda at the meeting of the EU - Turkey Association Council, which will be held tomorrow.
"No other conclusion is possible"

The report bases its suggestion on the regression in the areas of democracy, human rights and the rule of law.

EP's Turkey Rapporteur Kati Piri said, "If the EU takes its own values seriously, no other conclusion is possible than to formally suspend the talks on EU integration. Our repeated calls to respect fundamental rights have fallen on deaf ears in Ankara."

"On top of the severe human rights violations, the dismantling of the rule of law and the fact that Turkey holds the world record for the number of journalists in jail, the recently amended constitution consolidates Erdoğan's authoritarianism," she added.

The resolution, in addition to the suggestion of suspension of the negotiations, also says that the relations between Turkey and the EU should be redefined on the basis of an effective partnership. It says that every kind of new obligations between Turkey and the EU should be based on the rule of law and respect for the basic rights. Not that anyone was seriously considering accession under the current circumstances, but continuing talks on EU integration with President Erdoğan is a charade."
"Democracy for Customs Union upgrade"

The EP's statement on the resolution said, "MEPs believe that to keep Turkey economically anchored to the EU, the possibility to upgrade the 1995 EU-Turkey Customs Union to include, for example, agriculture and public procurement, must remain an option, but only if there are concrete improvements in the field of democracy, human rights, fundamental freedoms and the rule of law."

The resolution also calls the European Commission to make this condition a part of the upgraded Customs Union.
"What will EU do for Demirtaş?"

The resolution demands that the Peoples' Democratic Party (HDP) MPs who were arrested because of the speeches they made be released.

Also touching on HDP's former chair Selahattin Demirtaş, imprisoned civil society figure Osman Kavala, Pisi said,

"We want to hear what the EU will do for Osman Kavala. What will the EU do for Selahattin Demirtaş, the opposition leader who was imprisoned for two and a half years, for the other members of parliament in jail, for the tens of thousands of people who have been jailed without a fair trial, for the LGBTI activists, for the Saturday mothers who are no longer allowed to protest, for the brave Turkish women who, on 8 March, went out on the streets and were met with rubber bullets fired at them by the police?"
AKP Spokesperson: "We return the report to EP"

Turkey's ruling Justice and Development Party's Spokesperson Ömer Çelik responded to the adoption of the resolution on Twitter.

"This disrespectful decision shows the European Parliament's far-right ideological tendency. The EP is far away from making supportive decisions to democratic development and looking through the narrow window of the far-right," Çelik said.

"Everyone knows the EU Commissioner for Enlargement's racism and intimacy of the Turkey rapporteur's intimacy with those who support terrorism rather than democracy.

"The mark given by the EP, which surrendered itself to the far right, is null. We call on to the EP: We fully return this report to you. You can found a 'European Museum of Racism and Islamophobia' and put this report on the door of that museum."
Foreign Ministry: "One-sided, far from objective"

Releasing a written statement, the Foreign Ministry of Turkey asserted that the resolution is "meaningless" because of being "one-sided and far from objective."

"We will decisively continue to work in cooperation with the European Union and the Council of Europe in order to ensure the highest standards of rights and freedoms for our citizens, as they deserve.

"Instead of encouraging the elimination of political obstacles to the negotiation process, this and similar initiatives prepared in cooperation with those opposed to the European integration and our common values, contradict the values represented by an EU institution.

"In addition, the reference made once again this year to the unfortunate assessment of 15 April 2015 of the European Parliament adopted on 1915 events which is based on one-sided Armenian narratives, reflects the biased and political character of this report."
(BIA, 13 March 2019)

La Turquie ne peut pas être membre de l'UE, dit Manfred Weber

La Turquie ne peut pas devenir membre de l'Union européenne, a estimé mercredi Manfred Weber, qui sera le candidat du Parti populaire européen (PPE, centre droit) pour le poste de président de la Commission européenne après les élections du mois de mai.

"La Turquie ne peut pas devenir membre de l'Union européenne, il faut que cela soit clair", a déclaré le parlementaire allemand. "Si je deviens président de la Commission européenne, je donnerai instruction aux services à Bruxelles de mettre fin aux négociations avec la Turquie sur l'accession à l'Union européenne", a-t-il déclaré lors d'une réunion des conservateurs allemands en Bavière.

Malgré cette volonté de rompre un processus entamé en 2004 et actuellement au point mort, Manfred Weber a insisté sur la nécessité "d'avoir de bonnes relations avec la Turquie". "Tout le monde veut que nous collaborions étroitement", a-t-il reconnu.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait indiqué au mois d'octobre qu'il envisageait d'organiser un référendum en Turquie sur le processus d'adhésion de son pays au bloc communautaire.

Exaspéré par les réticences des Européens, Erdogan avait estimé que la lenteur de la procédure s'expliquait par les préjugés de ces derniers à l'égard des musulmans.
(Reuters, 6/03/2019)

Victoire devant la CEDH pour les proches d'un opposant à Erdogan

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné mardi la Turquie qui avait gelé pendant des années les biens des enfants de Cem Uzan, ex-homme d'affaires en exil à Paris et opposant controversé au président turc Recep Tayyip Erdogan.

La Cour avait été saisie par cinq requérants, dont les deux enfants de M. Uzan, qui avaient vu leurs avoirs gelés par Ankara au seul motif que leur père ou leurs supérieurs hiérarchiques faisaient l'objet en Turquie d'une procédure pénale pour détournement de fonds publics. Celle-ci s'inscrivait dans le cadre de la faillite en 2003 de la banque Imarbank, alors propriété de Cem Uzan, saisie par l'Etat turc.

Les trois autres requérants sont la fille de l'ancien directeur exécutif de la banque et deux employées de l'institution.

Dans le cadre de "mesures conservatoires" prises pendant la procédure pénale, les biens des requérants avaient été gelés pendant des années, jusqu'à 15 ans pour certains. En 2003, lorsque le gel des biens avait été décidé, les enfants de M. Uzan étaient mineurs et "ils ont été privées de la possibilité d'acquérir toute sorte de biens", selon la Cour.

"Les (trois) autres requérantes ont été empêchées, entre autres, de disposer de leur salaire, de leurs véhicules et/ou de leurs économies", ajoute la Cour, qui a conclu dans son arrêt à la violation de l'article 1 du Protocole n°1 de la Convention européenne des droits de l'Homme sur la protection de la propriété.

Matthias Pujos, avocat français de Cem Uzan, a salué dans un communiqué cette "grande victoire judiciaire pour (...) Cem Uzan et ses enfants".

Ces derniers "ont vu l'intégralité de leur patrimoine gelé dès leur naissance au seul motif qu'ils sont membres de la famille Uzan, en opposition notoire avec (le parti) AKP" de M. Erdogan, a ajouté l'avocat, dont le client a obtenu l'asile en France en 2013.

L'empire Uzan, jadis l'un des plus importants de Turquie, s'est effondré à partir de 2003. Les autorités turques l'accusent d'avoir organisé une fraude bancaire massive et plus de 200 entreprises du groupe avaient été saisies.

Au terme d'une multitude de procédures judiciaires, Ankara, qui cherche à saisir ses biens français, avait condamné en 2013 par défaut Cem Uzan, aujourd'hui âgé de 58 ans, à 18 ans et demi de prison et à rembourser à l'Etat turc quelque 390 millions d'euros.
(AFP, 5 mars 2019)

Strasbourg: une quarantaine de militants kurdes interpellés

Une quarantaine de militants kurdes qui réclament la libération de leur chef historique Abdullah Öcalan, emprisonné en Turquie, ont été interpellés lundi à Strasbourg après des dégradations au Conseil de l'Europe, a-t-on appris de sources concordantes.

Les faits se sont produits vers 13H00, lorsqu'un groupe d'une quarantaine de manifestants, la plupart avec le visage masqué, se sont introduits sur le parvis de l'Agora, l'un des bâtiments du Conseil de l'Europe, a indiqué à l'AFP l'organisation paneuropéenne.

L'Agora abrite notamment le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT), l'un des organes du Conseil qui se prononce régulièrement sur les conditions de détention de M. Öcalan, emprisonné dans un isolement quasi total depuis 20 ans sur l'île-prison d'Imrali, au large d'Istanbul.

Les militants ont lancé des pétards et des fusées vers les fenêtres du bâtiment et ont également "attaqué la vitrine de l'Agora à coups de pierre et de masse", selon le Conseil et une source policière.

Une poubelle extérieure a été incendiée mais les manifestants ne sont pas entrés dans le bâtiment, selon le Conseil, qui précise qu'il s'agit du troisième incident similaire depuis l'été 2018.

A la demande du Conseil de l'Europe, la police est intervenue, mobilisant quelque 40 agents qui ont essuyé des "jets de pavés", selon une source policière.

Au total, 43 personnes ont été interpellées. "On essaie de voir qui a fait quoi, on verra qui sera placé en garde à vue", a indiqué la source policière.

"C'est inacceptable. Au Conseil de l'Europe, nous sommes très reconnaissants à la police strasbourgeoise d'avoir encore une fois protégé nos bâtiments et nos agents. Ils étaient sur place très vite", a indiqué à l'AFP Daniel Holtgen, directeur de la communication du Conseil de l'Europe.

Des milliers de Kurdes défilent traditionnellement chaque année en février à Strasbourg pour réclamer la libération d'Abdullah Öcalan, chef de la rébellion kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) arrêté le 15 février 1999. Des militants pro-Öcalan se relaient également pour organiser un sit-in permanent près du Conseil de l'Europe.
(AFP, 25 février 2019)

Turquie-USA-OTAN / Turkey-USA-NATO

Pentagon: "Graves conséquences" pour la Turquie si elle achète les S-400 russes

La Turquie risque de "graves conséquences" si elle achète comme prévu des systèmes antimissiles russes S-400, a prévenu vendredi un porte-parole du Pentagone, Charles Summers.

"Si la Turquie prend les S-400, il y aura de graves conséquences en ce qui concerne nos relations, nos relations militaires", a déclaré M. Summers, interrogé au cours d'un point de presse au Pentagone sur la volonté affichée par le président turc Recep Tayyip Erdogan d'acheter le système antimissile russe.

"Ils ne pourront pas avoir les F-35 et les (missiles) Patriot", a-t-il ajouté.

La commande par la Turquie des batteries S-400, dont la livraison devrait commencer l'été prochain, est l'un des principaux points de discorde entre Ankara et Washington.

Les Etats-Unis exhortent la Turquie à abandonner l'achat du système russe, soulignant qu'il est incompatible avec les équipements utilisés par les membres de l'Otan, dont font partie ces deux pays.

En outre, les Etats-Unis estiment que l'achat par la Turquie de batteries S-400 pourrait menacer les secrets de fabrication de leur avion militaire de dernière génération, le F-35, qui est censé pouvoir échapper aux systèmes russes.

Washington a approuvé en décembre la vente de son système antimissile Patriot à la Turquie, un geste visant à dissuader Ankara d'acheter le système concurrent russe, mais M. Erdogan a encore affirmé mercredi que revenir sur cet achat était hors de question.

"En ce qui concerne les S-400, l'affaire est conclue, il est hors de question de faire machine arrière (...) Et peut-être qu'après les S-400, nous passerons aux S-500", a déclaré M. Erdogan dans un entretien avec la chaîne de télévision turque Kanal 24.

Mardi, le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général américain Curtis Scaparrotti, avait estimé que si la Turquie achetait bien les S-400, "dans ce cas, nous ne pourrions pas permettre au F-35 de voler (...) avec un système antimissile russe".

Washington a livré en juin 2018 ses premiers F-35 à la Turquie. Mais ces appareils restent aux Etats-Unis pendant toute la formation des pilotes turcs, un processus qui peut prendre un à deux ans selon le Pentagone.


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a assuré samedi que l'achat par la Turquie de systèmes antimissiles russes S-400 n'avait "rien à voir" avec la sécurité des Etats-Unis, en réponse à une mise en garde du Pentagone.

"Tout le monde sait très bien que cette affaire n'a absolument rien à voir avec l'Otan, ni avec le programme F-35 et la sécurité des Etats-Unis", a-t-il assuré samedi lors d'un discours à Diyarbakir (sud-est de la Turquie).

La "question ne concerne pas les S-400" mais le fait que la Turquie "puisse agir de sa propre initiative" en Syrie, a insisté M. Erdogan dans son discours télévisé. 
(AFP, 9 mars 2019)

Trump prive l'Inde et la Turquie d'accords commerciaux préférentiels

L'administration américaine a ouvert lundi deux nouveaux fronts commerciaux en annonçant qu'elle souhaitait priver l'Inde et la Turquie de leur statut privilégié, s'attirant les critiques d'Ankara tandis que New Delhi minimisait la portée de cette décision.

Les Etats-Unis vont mettre fin à des accords commerciaux préférentiels avec l'Inde et la Turquie, deux pays déjà dans le viseur de la Maison Blanche depuis plusieurs mois, car ils "ne respectent plus les critères" leur permettant de bénéficier de ce programme, a annoncé le gouvernement américain.

"A la demande du président Donald Trump, le représentant américain au Commerce a annoncé (lundi) que les Etats-Unis comptaient mettre fin au statut accordé à l'Inde et la Turquie de pays en développement bénéficiant du SGP", ou Système généralisé de préférences, a écrit dans un communiqué le bureau du représentant américain au Commerce (USTR).

Ce programme permet à des pays en développement de faire entrer sur le sol américain certains produits sans barrière douanière s'ils respectent des critères établis par les Etats-Unis, notamment la lutte contre le travail des enfants, certains droits des travailleurs reconnus à l'échelle internationale, le respect de la propriété intellectuelle, et un accès équitable et raisonnable des Etats-Unis à leur marché, a expliqué l'USTR.

Concernant l'Inde, l'USTR a mis en avant l'absence d'assurances suffisantes pour permettre aux Etats-Unis un accès "équitable et raisonnable à son marché dans de nombreux secteurs".

Lors de l'annonce de l'examen de l'éligibilité de l'Inde au programme SGP en avril 2018, l'USTR avait fustigé les barrières commerciales qu'imposait l'Inde dans les industries laitières et médicales, causant selon lui du tort aux exportations américaines.

- Guerre commerciale -

La Turquie a vu en revanche son statut remis en cause officiellement en raison de son niveau de développement économique qui ne la rend plus éligible à un accès préférentiel au marché américain, réservé aux pays en développement.

"Durant les quatre décennies et demie où la Turquie a bénéficié du statut de SGP pour les pays développés, l'économie turque s'est développée et diversifiée", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué, citant notamment la hausse du niveau de revenu par habitant dans le pays et la baisse du taux de pauvreté comme "preuves".

En août toutefois, l'USTR avait lancé un examen de l'éligibilité de la Turquie au programme SGP, citant l'imposition par Ankara de taxes douanières supplémentaires sur l'équivalent de 1,78 milliard de dollars de produits en provenance des Etats-Unis, en réaction à des taxes américaines punitives sur l'acier et l'aluminium.

Les Etats-Unis ont importé 1,66 milliard de dollars de produits turcs via le programme SGP en 2017, soit 17,7% du total des importations américaines en provenance de ce pays, principalement des véhicules, des composants automobiles, et des métaux précieux, affirme l'USTR sur son site internet.

En réaction, la ministre turque du Commerce Ruhsar Pekcan a jugé mardi sur Twitter que la décision de Washington était en contradiction avec l'objectif affiché par les deux pays d'augmenter leurs échanges vers l'objectif de "75 milliards de dollars" (...) et aura en outre un impact négatif sur les petites et moyennes entreprises américaines".

De son côté, le secrétaire au Commerce indien, Anup Wadhawan, a estimé, cité par l'agence de presse locale PTI, que "le retrait du SGP n'aura pas d'impact significatif sur les exportations de l'Inde vers les États-Unis ".

Les exportations annuelles de l'Inde vers les États-Unis s'élèvent à près de 80 milliards de dollars, mais celles couvertes par le SGP ne représentent que 5,6 milliards de dollars, a-t-il argumenté.

Bien que l'Inde soit le principal bénéficiaire du système, M. Wadhawan a précisé que son avantage tarifaire n'était que de 190 millions de dollars par an.

L'annonce de l'administration américaine semble confirmer la stratégie du président Trump de négocier durement dans le domaine du commerce avec ses partenaires, à l'image du bras de fer imposé à la Chine depuis de nombreux mois, sur le point d'aboutir à une détente d'après la presse américaine.

La sortie de l'Inde et de la Turquie du statut préférentiel américain ne prendra effet qu'au moins 60 jours après la notification adressée au Congrès américain ainsi qu'aux gouvernements indien et turc, a précisé l'USTR.
(AFP, 5 mars 2019)

Relations régionales / Regional Relations

Les Kurdes dénoncent les propos "menaçants" de Damas

Les autorités kurdes en Syrie ont dénoncé les propos "menaçants" tenus par le ministre de la Défense selon lequel l'armée du régime va libérer par la force ou par le biais d'accord les régions sous leur contrôle.

A la faveur du conflit déclenché en 2011 en Syrie, les Kurdes de Syrie ont instauré une autonomie sur de vastes territoires dans le nord et le nord-est du pays.

"Le discours du ministre syrien de la Défense (...) reflète la politique raciste et stérile qui a conduit la Syrie à cette situation désastreuse", ont déploré les autorités kurdes dans un communiqué diffusé lundi soir.
 Un peu plus tôt, le ministre syrien de la Défense Ali Abdallah Ayoub avait averti que l'armée syrienne "libèrera" les zones contrôlées par les forces kurdes "par la force" ou par le biais d'un "accord de réconciliation".

Les combattants kurdes sont le fer de lance des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui, avec le soutien de la coalition menée par Washington, luttent depuis des mois contre le groupe Etat islamique (EI).

Ils sont actuellement sur le point de déloger l'EI dans son dernier réduit dans l'est du pays.

"L'utilisation du langage de la menace contre les FDS qui ont libéré et protégé le nord et l'est de la Syrie des terroristes ne sert que les forces qui oeuvrent à diviser" le pays, ont encore lancé les autorités kurdes.

Le discours de M. Ayoub démontre la détermination du gouvernement "à poursuivre la politique de la répression et de la violence" et éviter "les solutions pacifiques et démocratiques", selon la même source.

Les autorités kurdes ont encore insisté sur "la nécessité d'un dialogue et d'une solution" pacifique à la question de leur autonomie.

Les Kurdes de Syrie, qui représentent 15% de la population syrienne, ont instauré une administration semi-autonome dans le nord et l'est de la Syrie sur des territoires riches en ressources pétrolières, hydrauliques et agricoles.

Ils ont adopté dès le début du conflit une position de neutralité envers le pouvoir et la rébellion.

Soutenu par la Russie et l'Iran, le régime syrien a de son côté enchainé les victoires contre rebelles et jihadistes ces dernières années, et contrôlent aujourd'hui près des deux tiers du pays.

Il a désormais dans le viseur les zones kurdes et la province d'Idleb (nord-ouest), contrôlée par les jihadistes.

La guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), et des millions de déplacés et réfugiés.
(AFP, 19 mars 2019)

L'Iran dément participer à l'opération turque contre des rebelles kurdes

L'Iran ne participe pas à l'opération militaire turque contre des rebelles kurdes lancée lundi et présentée par Ankara comme une opération conjointe avec Téhéran, selon l'agence officielle iranienne Irna.

"Les forces armées iraniennes n'ont aucun rôle dans l'opération militaire turque contre le PKK" (Parti des travailleurs du Kurdistan), a rapporté Irna lundi soir en citant une source non identifiée au sein de l'état-major des forces armées de la République islamique.

"Les forces armées de l'Iran affronteront avec force tout groupe qui chercherait à semer le trouble sur notre territoire national", ajoute sans plus de précision la même source citée par Irna.

Cité par l'agence de presse étatique turque Anadolu, le ministre de l'Intérieur turc Süleyman Soylu a affirmé que la Turquie et l'Iran avaient lancé lundi une "opération conjointe" inédite contre les rebelles du (PKK), sans donner plus de détails.

La Turquie partage sur son flanc oriental une frontière avec l'Iran et au sud-est une frontière avec l'Irak, dans le nord duquel le PKK et le Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), un parti kurde iranien qui lui est affilié, ont des bases arrière.

La Turquie a renforcé sa coopération avec l'Iran contre le PKK ces dernières années. Ankara est notamment en train de terminer la construction d'un "mur de sécurité" à sa frontière avec l'Iran pour empêcher les allées et venues des rebelles kurdes entre les deux pays.
(AFP, 19 mars 2019)

Nouvelle passe d'armes entre Erdogan et Netanyahu

Les dirigeants turc Recep Tayyip Erdogan et israélien Benjamin Netanyahu, tous deux en pleine campagne électorale, ont échangé de nouvelles invectives mercredi avec des accusations de "massacrer des enfants" pour l'un et de "génocide kurde" pour l'autre.

"Qu'il ne nous donne pas de leçons. Eh Netanyahu, tiens-toi bien. Tu es un tyran", a déclaré le chef de l'Etat turc lors d'un meeting à Ankara, après que le Premier ministre israélien l'eut traité de "dictateur".

M. Erdogan, en campagne pour des élections locales le 31 mars, a également accusé le dirigeant israélien d'avoir "massacré des enfants palestiniens".

Il a aussi qualifié le Premier ministre israélien de "voleur", faisant allusion à l'inculpation du dirigeant israélien dans trois affaires de corruption présumée.

Cette passe d'armes entre les deux dirigeants a démarré après qu'Ankara a violemment critiqué M. Netanyahu, en campagne pour les élections législatives du 9 avril, pour avoir déclaré dimanche qu'Israël n'était pas l'État-nation "de tous ses citoyens", mais "uniquement du peuple juif", et donc pas de l'importante communauté arabe.

Ibrahim Kalin, porte-parole du président turc, a dénoncé mardi le "racisme flagrant" manifesté selon lui par le Premier ministre israélien.

"Erdogan, le dictateur turc, s'en prend à la démocratie israélienne alors que ses prisons sont remplies de journalistes et de juges turcs. Quelle plaisanterie", a répliqué M. Netanyahu dans un message diffusé par ses services durant la nuit de mardi à mercredi.

Il a renchéri mercredi sur Twitter en qualifiant là aussi de "plaisanterie" le fait que M. Erdogan "prêche la démocratie et les éthiques de la guerre" alors qu'il "envoie des dizaines de milliers d'opposants politiques en prison, commet un génocide contre les Kurdes et occupe Chypre-nord".

M. Erdogan a également évoqué mercredi les heurts qui ont opposé la veille des policiers israéliens et des Palestiniens sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, déplorant que les policiers et militaires israéliens pénètrent sur ce lieu saint.

"Ne nous provoque pas. Nous n'avons jamais opprimé un juif dans ce pays, nous n'avons jamais fait à une synagogue ce que vous faites (sur l'esplanade des Mosquées). Ne nous provoque pas, nous n'entrerons pas dans ce jeu", a-t-il mis en garde.

Ce à quoi M. Netanyahu lui a répondu: "Il vaut mieux qu'il ne se mêle pas de Jérusalem (...). Erdogan peut apprendre de nous comment respecter toutes les religions et protéger les droits de l'Homme".

Les relations entre la Turquie et Israël se sont crispées l'année dernière autour de nombreux sujets, notamment lors du passage en juillet d'une loi controversée votée par le Parlement israélien et définissant Israël comme l'État-nation du peuple juif.

M. Erdogan, qui se considère comme le champion de la cause des Palestiniens, avait alors critiqué Israël, le décrivant comme l'État "le plus fasciste et le plus raciste au monde".
(AFP, 13 mars 2019)

Soudan: un navire militaire turc accoste pour sécuriser la mer Rouge

Un navire militaire turc est arrivé samedi dans le principal port soudanais pour une visite de trois jours visant à renforcer "la sécurité et la sûreté" sur la mer Rouge, a affirmé un général soudanais.

Les liens entre Ankara et Khartoum se sont renforcés depuis la visite du président turc, Recep Tayyip Erdogan, au Soudan en décembre 2017, dans le cadre de son plan d'implantation stratégique en Afrique.

Le vaisseau turc, nommé Gojka Ada, est arrivé samedi matin à Port-Soudan (nord-est) et restera jusqu'au 11 mars, a indiqué l'armée soudanaise dans un communiqué.

"Cette visite reflète la coopération entre les deux forces armées et fait aussi partie d'une initiative diplomatique", a déclaré le général soudanais Moussa Ahmed Moussa, cité dans un communiqué.

"Elle permettra aussi de renforcer la sécurité et la sûreté sur la mer Rouge", a-t-il ajouté.

La visite de Recep Tayyip Erdogan en 2017, la première d'un chef d'Etat turc au Soudan, avait conduit à la signature d'accords bilatéraux entre les deux pays.

A l'époque, le président turc avait déclaré que le Soudan avait accepté de laisser son pays se charger de la restauration du port de l'île de Suakin, située à une trentaine de kilomètres au sud de Port-Soudan.

Point de passage des pèlerins africains se rendant à La Mecque, Suakin était un port de commerce florissant du temps de l'empire ottoman, laissé à l'abandon depuis la construction par les Britanniques de Port-Soudan au début du XXe siècle.

L'accord entre Ankara et Khartoum avait suscité l'inquiétude de l'Arabie saoudite et de l'Egypte, qui y voyaient là une tentative de la Turquie d'étendre son influence dans la région, profitant des rivalités entre les pays ayant accès à la mer Rouge.

Le chef d'Etat turc avait nié toute intention de construire une base militaire à Suakin et affirmé que la rénovation du port de l'île pourrait attirer de nouveau les pèlerins et booster le tourisme dans la région.

Cette "visite" du navire militaire turc intervient dans un contexte de crise inédit au Soudan, secoué par un mouvement de contestation déclenché par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain le 19 décembre.

Dans ce pays en plein marasme économique, les rassemblements se sont rapidement transformés en mouvement de contestation global pour demander la démission de M. Béchir, au pouvoir depuis 1989.

Le président a exclu de démissionner et réprimé durement la contestation, instaurant en février l'état d'urgence pour une durée d'un an dans tout le pays.

Un bilan officiel fait état de 31 morts depuis le début des manifestations. L'ONG de défense des droits humains Human Rights Watch évoque 51 morts.
(AFP, 9 mars 2019)

La Turquie et la Russie lancent des patrouilles à Idleb

La Turquie et la Russie vont entamer vendredi des patrouilles dans le nord-ouest de la Syrie à Idleb, dernière région contrôlée par les rebelles, a annoncé le ministre turc de la Défense Hulusi Akar.

"Des patrouilles vont commencer aujourd'hui", a déclaré M. Akar à l'agence étatique turque Anadolu, précisant que Moscou patrouillerait "dans la région frontalière à l'extérieur d'Idleb" et les forces turques "dans la zone démilitarisée" située dans la province.

"Il y avait des restrictions pour l'utilisation (par la Turquie) de l'espace aérien à Idleb et Afrine, mais elles sont levées à partir d'aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Un correspondant de l'AFP a vu vendredi matin un convoi d'une dizaine de véhicules blindés turcs dans la zone démilitarisée à l'ouest d'Alep.

Idleb, contrôlée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), une organisation formée par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, est le dernier bastion en Syrie contrôlé par les rebelles.

En septembre, Ankara, qui appuie les rebelles, et Moscou, allié du régime, ont signé un accord stipulant la création d'une "zone démilitarisée" séparant la province d'Idleb et les territoires insurgés adjacents des zones gouvernementales attenantes.

Cette zone tampon, large de 15 à 20 km devait, selon l'accord, être nettoyée des armes lourdes, tandis que les jihadistes devaient s'en retirer.

Le plan n'a été que partiellement appliqué, mais il a permis d'empêcher une offensive d'envergure du régime contre cette région qui abrite quelque trois millions d'habitants, dont la moitié sont déjà des déplacés venus de bastions rebelles reconquis par le pouvoir à travers le pays.

"Les forces turques présentes en Syrie sur des sites d'observation répartis dans les zones d'Alep, Hama, Idleb et les pentes des montagnes de Lattaquié se préparent à effectuer des patrouilles dans les zones de mise en oeuvre de l'accord Poutine-Erdogan", a également déclaré vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Plus de 160 civils, dont 60 enfants, ont été tués par des frappes du régime depuis la mise en oeuvre de l'accord sur la zone tampon, selon l'OSDH. Par ailleurs, 94 rebelles et djihadistes ont également été tués, de même que 125 combattants du régime. 
(AFP, 8 mars 2019)

La Turquie espère une opération conjointe avec l'Iran contre le PKK

La Turquie espére lancer une opération conjointe avec l'Iran contre la guérilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui livre une sanglante lutte contre Ankara depuis plus de 30 ans, a-t-elle annoncé mercredi.

"Si Dieu le veut, nous lancerons une opération avec l'Iran contre le PKK", a déclaré le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu dans un entretien avec l'agence de presse étatique Anadolu.

"Mener une opération conjointe, c'est une proposition défendue de longue date par l'Etat turc (...) Nous essayons ensemble d'avancer sur cette question et il y a de nombreux échanges entre nos services de renseignement", a ajouté M. Soylu.

Ce dernier n'a pas donné davantage de précisions, mais Ankara a plusieurs fois évoqué ces dernières années une opération militaire turco-iranienne contre les rebelles kurdes dans le nord de l'Irak, pays qui partage une frontière avec la Turquie et l'Iran.

Le PKK et le Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), un parti kurde iranien qui lui est affilé, ont tous deux des bases arrière en Irak.

En 2017, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait ainsi déclaré, après une visite du chef d'état-major iranien à Ankara, qu'une opération conjointe contre le PKK en Irak était à l'ordre du jour.

La Turquie est par ailleurs en train de terminer la construction d'un "mur de sécurité" à sa frontière avec l'Iran pour empêcher les allées et venues des rebelles kurdes entre les deux pays.

Le PKK livre une sanglante guérilla contre l'Etat turc depuis 1984. Plus de 40.000 personnes, dont de nombreux civils, ont été tués dans les affrontements entre les forces de sécurité et le PKK.

Cette organisation est qualifiée de "terroriste" par la Turquie, l'Union européenne et les Etats-Unis.
(AFP, 6 mars 2019)

L'Egypte fustige la "haine" d'Erdogan après des critiques

L'Egypte a fustigé mercredi la "haine" du président turc Recep Tayyip Erdogan après que ce dernier eut critiqué la tenue d'un sommet entre l'Union européenne et la Ligue arabe à Charm el-Cheikh (est).

Mardi, M. Erdogan s'en était pris à l'Union européenne pour avoir participé à un sommet avec des dirigeants arabes en Egypte, dimanche et lundi, quelques jours après l'exécution de neuf condamnés à mort dans ce pays.

"Pouvez-vous encore parler de démocratie dans les pays de l'Union européenne qui viennent de participer à (un sommet) avec (le président égyptien Abdel Fattah) al-Sissi qui a fait exécuter neuf jeunes gens la semaine dernière?", a déclaré M. Erdogan.

Dans un communiqué mercredi, Ahmed Hafez, le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, a répondu que les déclarations du chef de l'Etat turc étaient "clairement teintées de haine" et qu'elles exprimaient "l'adhésion continue et le soutien (de la Turquie) aux Frères musulmans".

M. Hafez a aussi accusé M. Erdogan de favoriser ce mouvement des Frères musulman, interdit en Egypte.

Selon Le Caire, la confrérie islamiste serait à l'origine de l'assassinat du procureur général égyptien en 2015, un crime pour lequel neufs hommes ont été exécutés en Egypte.

En outre, M. Hafez a accusé M. Erdogan d'hypocrisie affirmant que de nombreuses violations des droits humains étaient commises en Turquie.

"Cela... illustre le manque de crédibilité de ce dont le président turc fait la promotion", a-t-il écrit.

Samedi, le président turc avait vivement critiqué son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi en affirmant qu'en Egypte, "la justice, les élections, tout cela, c'est des bobards. Il y a là-bas un système autoritaire, voire totalitaire".

L'armée égyptienne a destitué en 2013 le président Morsi, issu des Frères musulmans. L'ancien chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi, élu président en 2014 puis réélu en 2018, a mis en place un régime autoritaire, réprimant toute forme d'opposition islamiste mais aussi laïque.
(AFP, 27 février 2019)

Erdogan s'en prend à l'UE au sujet de l'Egypte

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'en est pris mardi à l'Union européenne pour avoir participé à un sommet avec des dirigeants arabes en Egypte quelques jours après l'exécution de neuf condamnés à mort dans ce pays.

"Pouvez-vous encore parler de démocratie dans les pays d'Union européenne qui viennent de participer à (un sommet) avec (le président égyptien Abdel Fattah) al-Sissi qui a fait exécuter neuf jeunes gens la semaine dernière?", a déclaré M. Erdogan.

"Il n'est pas possible de comprendre cela. L'UE n'est pas sincère", a ajouté le président turc lors d'un discours à Giresun (nord). "L'histoire se souviendra de cela".

Peu auparavant, le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu avait dénoncé l'"hypocrisie" de l'UE pour avoir participé à ce sommet qui s'est tenu dimanche et lundi dans l'est de l'Egypte.

"Le fait que les dirigeants de l'Union européenne se tiennent à côté et soutiennent Sissi juste après l'exécution de neuf jeunes gens (...), c'est du deux poids deux mesures, de l'hypocrisie", a déclaré M. Cavusoglu à la presse à Ankara.

"Par contre, ils disent que si la Turquie réintroduit la peine de mort, ils feront ceci ou cela", a-t-il ajouté.

"Aujourd'hui, lorsque l'on regarde les dirigeants européens, il n'y a plus de valeurs, que des intérêts", a poursuivi le ministre turc.

Neuf hommes ont été exécutés par pendaison mercredi en Egypte pour l'assassinat du Procureur général égyptien en 2015 au Caire.

Cette attaque n'avait pas été revendiquée, mais la police avait annoncé avoir arrêté des membres des Frères musulmans, une organisation classée "terroriste" par Le Caire.

Les relations entre la Turquie et l'Egypte sont quasi inexistantes depuis la destitution en 2013 du président Mohamed Morsi, issu de la confrérie des Frères musulmans et allié du président Erdogan, par l'armée égyptienne alors dirigée par le général Sissi.

M. Erdogan, qui qualifie l'actuel président égyptien de "putschiste", avait déclaré samedi "ne pas pouvoir accepter" les exécutions de la semaine dernière, dénonçant "un système autoritaire, voire totalitaire".

Le chef de l'Etat turc a évoqué plusieurs fois ces dernières années le rétablissement de la peine de mort, abolie dans le cadre du processus d'adhésion à l'UE au point mort depuis des années. Mais une telle mesure fermerait les portes de l'UE à la Turquie.
(AFP, 27 février 2019)

Chypre et la Grèce / Cyprus and Greece

A Chypre, un "match de la paix" entre communautés grecque et turque

Plan de paix de l'ONU, entrée dans l'Union européenne...: malgré des décennies d'efforts internationaux, l'île de Chypre demeure un territoire profondément divisé. Mardi, joueurs de football chypriote-grecs et turcs ont toutefois partagé le même maillot, symboliquement, le temps d'un "match de la paix".

Dans un geste là aussi symbolique, cette rencontre, la deuxième du genre seulement depuis la partition de l'île en 1974, s'est déroulée dans l'un des rares villages mixtes de l'île, à Pyla (sud-est), sous les yeux de l'ancien international ivoirien Didier Drogba, vice-président de l'association "Peace and Sport", à l'origine du projet.

Si le score -- 1-0 pour les Grecs-- est anecdotique, "c'était un match de paix. Le but était de montrer qu'il n'y a pas de problèmes entre nous", commente Yasin Kurt, le capitaine du club chypriote-turc de Magusa Türk Gücü.

Après une première période à s'étalonner face au club chypriote-grec de Nea Salamina Famagouste (originaire d'une ville du nord de l'île et délocalisé à Larnaca dans le sud-ouest après la partition), les deux formations ont mélangé leurs effectifs, constituant des équipes mixtes inédites.

A l'année, ces joueurs, bien que vivant sur la même île et partageant la même passion, ne se côtoient jamais: l'une évolue en République de Chypre (sud), l'autre se trouve sur le territoire de la République turque de Chypre nord (RTCN), autoproclamée et reconnue uniquement par Ankara.
 Au milieu, l'ONU veille sur une "zone tampon", hermétiquement fermée jusqu'à l'ouverture de points de passage en 2003.

Yasin Kurt, le capitaine de Magusa Türk Gücü, espère une multiplication des initiatives de ce type, "qui enseignent le fair-play et l'amitié".

Il faut qu'elles aient "lieu plus souvent" et "que nos enfants en profitent", dit-il.

- "Le sport pas la politique" -

Au-delà de cette rencontre, l'association "Peace and Sport" a animé des ateliers communs pour des écoliers des deux communautés.

Yiasemi, 9 ans, vêtu d'un maillot rouge, couleur de l'équipe chypriote grecque, se réjouit de s'être fait de nouveaux amis.

"Je ne leur ai pas demandé d'où il venait, juste leur prénom, pour pouvoir m'entraîner avec eux", raconte-t-il.

Non loin de lui, arborant un maillot vert, Jafar, né du côté turc, se montre davantage tourné vers l'esprit de compétition: "peu importe si je joue avec mes amis ou pas, ce que je préfère, c'est gagner!", clame-t-il.

"Bien sûr qu'ils préfèrent gagner, mais en leur enseignant la tolérance, on leur apprend à respecter l'adversaire qui a perdu", affirme pour sa part Didier Drogba, ancien joueur vedette de Chelsea --un des clubs européens les populaires à Chypre--, qui a lui-même animé un atelier.

En tribune, difficile toutefois pour Aysa de ne pas soupirer quand l'arbitre siffle une faute contre un joueur chypriote-turc.

"Je suis là pour le sport, pas pour la politique, on ne devrait pas mélanger", explique-t-elle.

- Diplomatie du sport -

Si l'initiative peut paraître largement moins spectaculaire que celle des récents jeux Olympiques d'hiver, au cours desquels sportifs nord et sud-coréens avaient défilé ensemble, c'est pourtant bien de politique dont il a été question mardi.

"Le sport peut être un moyen, particulièrement pour la jeunesse, de créer les conditions nécessaires à la (...) réunification", a jugé Elizabeth Spehar, représentante spéciale et cheffe de la Force des Nations unies à Chypre (Unficyp), présente lors de l'évènement.

Assis au premier rang, le président chypriote-grec, Nicos Anastasiades, a ensuite pris la parole, arguant que le "statu quo actuel" sur l'île n'était "pas une option viable".

Preuve que la partie reste toutefois loin d'être gagnée, ce rendez-vous a aussi été marqué par l'absence du dirigeant chypriote-turc, Mustafa Akinci, pourtant annoncé.

Interrogé par des journalistes à Nicosie-Nord, M. Akinci a justifié cette absence par un changement de programme inacceptable.

Il a affirmé que si le match avait eu lieu dans la "zone tampon" --comme cela le lui avait été présenté par Peace and Sport-- et non du côté grec de Pyla, les deux côtés auraient été "traités équitablement".
 Interrogé sur cette absence, Didier Drogba a dit souhaiter que les dirigeants chypriotes parviennent à l'avenir à dépasser leurs différences et mettre leur fierté de côté, réaffirmant que le sport pouvait être d'une grande aide.

"J'y crois", a-t-il ajouté, en convoquant son histoire personnelle.

En 2005, l'ex buteur de l'Olympique de Marseille avait fait sensation au terme d'un match de la Côte d'Ivoire en appelant tous ses coéquipiers à s'agenouiller et à prier pour que les leaders rivaux ivoiriens "déposent les armes et entament un dialogue pour la paix".
(AFP, 20 mars 2019)

Immigration / Migration

Fusillade à Utrecht: Un suspect originaire de Turquie

La police néerlandaise a rendu publique lundi la photo d’un homme originaire de Turquie qu’elle recherche dans le cadre de l’enquête sur la fusillade dans un tramway à Utrecht, au cours de laquelle une personne a été tuée et plusieurs blessées.

«  La police recherche Gökmen Tanis, 37 ans (né en Turquie) en lien avec l’incident de ce matin », affirme la police d’Utrecht sur Twitter, enjoignant au public de «  ne pas l’approcher ». Une image d’une caméra de vidéosurveillance montrant un homme vêtu d’un blouson bleu dans le tramway accompagnait le tweet.

On sait peu de choses sur le passé de Tanis. Selon le quotidien Algemeen Dagblad, le suspect a comparu le 4 mars devant un tribunal à Utrecht dans le cadre d’une affaire de viol.

Selon la chaîne NOS, la police lance un assaut dans la Beneluxlaan à Utrecht.

La fusillade qui a eu lieu lundi matin à Utrecht a fait « plusieurs victimes », a indiqué le NCTV, l’agence nationale pour la sécurité et le contre-terrorisme, lundi midi.

Tous les blessés sont hospitalisés. Un homme armé a ouvert le feu lundi dans un tramway à Utrecht, dans le centre des Pays-Bas, tuant au moins une personne et en blessant plusieurs autres avant de prendre la fuite, un acte « potentiellement terroriste », selon la police. (Agences, 18 mars 2019)


 informations du mois passé click Informations of the past month
Toutes les informations depuis 1976 click All informations since 1976

flashfondationeditorsbulletinspublications